Soutenance de thèse – Généalogie de la sexologie française 1910-2010 : Problématisations de la sexualité à l’époque de la féminisation de la médecine

Soutenance de thèse de doctorat en psychologie – Généalogie de la sexologie française 1910-2010 : Problématisations de la sexualité à l’époque de la féminisation de la médecine

 

Mercredi 25 juin 2014 à 14h30

 

A l’université Paris VIII Paris-Saint-Denis

2, rue de la Liberté

93526 SAINT-DENIS cedex 02

Salle des thèsesEspace Deleuze 

Bâtiment A : 1er étage (Face à l’Amphi A2)

 

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement invités. Afin de le préparer au mieux, je vous remercie de me confirmer votre présence.

 

 

Le jury est composé de :

 

Alain BLANCHET – Professeur à l’Université Paris VIII

Sylvie CHAPERON – Professeure à l’Université Toulouse II – Le Mirail

Alain GIAMI – Directeur de recherche à l’INSERM, directeur de la thèse

Samuel LEZE – Maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon

Marie-Anne PAVEAU – Professeure à l’Université Paris XIII, rapporteure

Marie SANTIAGO – Professeure à l’Université de Lausanne, rapporteure

 

 

Résumé :


L’identité de la sexologie française est indissociable du « mouvement des femmes » qui a débuté à la fin du XIXème siècle. La sexologie est un outil heuristique fécond pour analyser la féminisation et la masculinisation des professions de santé. D’une manière plus générale, la thèse montre l’apport d’une psychologie sociale perspectiviste en sociologie des professions.

Une enquête historique a été menée à partir de l’apparition en France du terme sexologie en 1911. Dans la nouvelle morale de la sexualité de l’après-guerre une première branche gynécologique a vu le jour et a constitué une filière professionnelle féminine. Puis, dans les années 1970, une seconde branche pluridisciplinaire concurrente a été créée et correspond à un mouvement de masculinisation de la sexologie.

Une enquête quantitative a ensuite été menée à partir d’annuaires d’associations et de listes d’inscrits à des congrès de sexologie entre 2008 et 2010. Elle a montré qu’au niveau des représentations politiques dans la sphère publique les femmes sont confrontées à un plafond de verre.

Enfin, une enquête qualitative a été réalisée sur les problématisations de la sexualité chez 22 gynécologues recrutés dans ces mêmes congrès. Cette enquête montre, quant à elle, qu’au niveau de la sphère intime de la consultation, ce sont les hommes qui nt confrontéess à un plafond de verre.

nbsp;

Enfin, une .Laroc so une enqGe.

LEnfin, une .Laroc so ubr /> ses)1911. Da un(Mdnbsne PAVD1; procla aniale perspectivistbsne PAVeur desseure àCli>sseure àUxt/8bsne PAVEhtm">avodes men,iété<">gnfin, udex:roc so@yahooa>

Alain BLANCain"hr/asidndingn pm{matpe.com ma à ce sck do> -> ass="ens="listationtent"> Rechercher :Histoire des propeps etund-#03kidssultaontent"> <' hrene.hypotheses.or">

  • il.com. Voa clasput tsnput tsreen-reader-="wi prowidgreen-reader-text">Rechercher :