Appel à communications – Les métiers du corps de l’Antiquité à nos jours

Appel à communications – Les métiers du corps de l’Antiquité à nos jours

Université Paris Diderot-Paris 7 / USPC / Université d’Orléans

Depuis une vingtaine d’années, le concept de « technique du corps » forgé par Marcel Mauss a été régulièrement mobilisé par les historiens pour analyser les pratiques corporelles des sociétés du passé, dans la double dimension qu’il avait définie, c’est-à-dire lorsque le corps lui-même se fait le dispositif central d’une technique ou bien lorsqu’il reçoit une technique. Pour autant, les métiers du corps, qu’il s’agisse des professionnels qui confectionnent les objets et les produits grâce auxquels le corps devient technique, ou qu’il s’agisse de tous ceux qui modèlent leur propre corps, n’ont pas suscité le même intérêt. Ce programme de recherche leur est consacré, dans une perspective comparatiste, pluridisciplinaire et diachronique. Il sera décliné suivant trois axes. Le premier sera consacré aux métiers dédiés à la fabrication des parures du corps et autres objets voués à son entretien, à son bien-être, à son embellissement voire à sa transformation et à ceux qui manipulent le corps ou prodiguent des conseils en vue de sa modification et/ou de son perfectionnement : parfumeurs, barbiers, miroitiers, fabricants d’éventails, de cosmétiques, de masques, de perruques, couturiers, « modistes », tatoueurs, prothésistes, chirurgiens esthétiques, coachs, entraîneurs, diététiciens, etc. Le second s’attachera aux métiers qui s’exercent à partir du corps lui-même et/ou qui reposent sur une performance corporelle : prostitué(e)s, courtisanes, acteurs, chanteurs, sportifs, etc. Le troisième, enfin, propose de déplacer le regard vers les lieux de l’exercice des professionnels du corps (échoppes, ateliers, boutiques, officines, maisons closes, gymnases, théâtres, etc.), en analysant leur inscription dans le paysage ou le tissu urbain et leur rôle comme lieux de sociabilité.

La première journée d’étude aura lieu fin mars 2015 (probablement le 21 mars), la seconde fin mars 2016. Les voyages et le logement seront pris en charge par nos institutions le cas échéant.

Les propositions de communication ne doivent pas excéder une vingtaine de lignes. Elles sont à envoyer à Florence Gherchanoc (fgherchanoc@free.fr), Catherine Lanoé (catherine_lanoe@hotmail.com) et Maaike van der Lugt (vanderlugt@univ-paris-diderot.fr) avant le 21 septembre 2014 en vue de l’établissement d’un programme définitif au plus tard à la fin du mois d’octobre.

Le comité scientifique est composé de : Anna Caiozzo ; Florence Gherchanoc ; Catherine Lanoé ; Liliane Pérez ; Maaike van der Lugt.

Appel à contribution – Traumatextualities: Trauma in the clinical, arts and humanities contexts

Appel à contribution – Traumatextualities: Trauma in the clinical, arts and humanities contexts 

Following the huge success of the 2010 and 2012 IHHN conferences in Nottingham and New Jersey (USA), Nottingham Health Humanities and the ICSPCRR (International Consortium for the Study of Post-Conflict Reconstruction and Reconciliation) are pleased to announce the 3rd IHHN conference, to be held in Nottingham.
With the centenary of WW1, the occasion to reflect on the broader realities of conflicts and their traumas is of paramount importance. We are looking for papers that will engage with the topics of war, conflict, trauma, PTSD, among others, in a diverse array of contexts, past or present, military and non-military. Papers should have an interdisciplinary approach and serve as the interface between Health and Humanities contexts.

We seek submission of abstracts for 20-30 minutes presentations on, but not limited to:

-Trauma in Literature and the arts

– PTSD

– History of Conflict and War

– Individual experiences of trauma in arts, texts and humanities

– General Health Humanities themed papers.

Please submit proposals to :
charlotte.l.baker@nottingham.ac.uk

BY 30th JUNE 2014

Appel à contribution – The ‘Exotic’ Body in 19th-century British Drama

Appel à contribution – The ‘Exotic’ Body in 19th-century British Drama

 

University of Oxford

Funded under the 2011 Marie Curie Intra-European Fellowships scheme, European Commission

 

25-26 September 2014

Faculty of English Language and Literature, University of Oxford

Convenor: Dr Tiziana Morosetti (Oxford)

 

Confirmed speakers:

Professor Ross Forman (Warwick), Dr Peter Yeandle (Manchester),

Dr Hazel Waters (Institute of Race Relations, London)

 

 

Increasing attention has been paid in recent years to the representation of the Other on the 19th-century British stage, with key studies such as Acts of Supremacy: The British Empire and the Stage, 1790-1930 (Bratton et al. 1991), The Orient on the Victorian Stage (Ziter 2003), Bodies in Dissent: Spectacular Performances of Race and Freedom, 1850-1910 (Brooks 2006), Racism on the Victorian Stage: Representation of Slavery and the Black Character (Waters 2007), Nineteenth-Century Theatre and the Imperial Encounter (Gould 2011), China and the Victorian Imagination: Empires Entwined (Forman 2013). Building on these, the conference aims at exploring the concept, politics, and aesthetic features of the ‘exotic’ body on stage, be it the actual body of the actor/actress as s/he performs in genres such as the ‘Oriental’ extravaganza, or the fictional, ‘picturesque’ bodies they bring on stage. A term that in itself needs interrogation, the ‘exotic’ will therefore be discussed addressing the visual features that characterize the construction and representation of the Other in 19th-century British drama, as well as the material conditions, and techniques that accompany the ‘exotic’ on stage on the cultural and political background of imperial Britain.

 

One of the dissemination activities for the two-year project ‘The Representation of the “Exotic” Body in 19th-century English Drama’ (REBED), funded under the 2011 Marie Curie Intra-European Fellowships scheme, the conference also hopes to function as a site for discussing the state of the art on the ‘exotic’ in the theatrical cultures of both Romantic and Victorian Britain; contributions on ongoing research and/or recently completed projects are therefore particularly encouraged.

Although attention will be paid mostly to the non-European Other, papers addressing a European ‘exotic’ are also welcome.

 

Topics include the following:

 

Definitions of ‘exotic’:

-Is the non-European Other on stage really ‘exotic’?

-Are any genres more ‘exotic’ (or more liable to convey ‘exotic’ stereotypes) than others?

-Do different dramatis personæ and/or settings convey different degrees of ‘otherness’?

-Can the British on stage be ‘exotic’, and, if so, to what extent?

-Is the spectacular on stage itself ‘exotic’?

 

Staging the ‘exotic’ body:

-How are costumes, make-up, scenery, movements employed to construct the ‘exotic’?

-Are any visual features more recurrent than others?

-To what extent is the visual representation of the ‘exotic’ body historically accurate?

-How does music contribute to the staging of the Other?

-Who embodies the ‘exotic’? Is the acting career informed by bringing the Other on stage?

-Who were the audiences? Did their composition have an impact on the performance of the ‘exotic’?

-Are any experiences abroad relevant to how managers staged the Other in Britain?

-In what ways were representations of the ‘exotic’ body informed by venues?

-The Other on the London stage and the provinces

 

Cultural and political backgrounds:

-To what extent did audiences’ expectations affect theatrical representations of the Other?

-In what ways do class, gender, race inform the acting and managing of ‘exotic’ pieces?

-To what extent did scientific and anthropological accounts inform theatrical portraits of the Other?

-Were illustrations of (European and/or) non-European countries informed by theatre?

-In what ways have political narratives influenced (or been influenced by) the ‘exotic’ on stage?

-Has the legal frame for the theatre influenced the staging of the Other?

-Visual points of contact between popular entertainment and theatrical representations of the Other

 

The travelling ‘exotic’:

-How do texts such as Arabian NightsUncle Tom’s Cabin, or Mazeppa ‘travel’ between dramatic and non-dramatic genres?

-Survival of a Romantic ‘exotic’ in the Victorian staging of the Other;

-Is Othello on the Romantic and Victorian stage ‘exotic’?

-How do translations/adaptations from other languages contribute to the construction of the Other on the British stage? Can we define a British specificity when it comes to the ‘exotic’?

-Has the theatrical representation of the ‘exotic’ in Britain had an impact on non-British stages?

 

The legacy of 19th-century ‘exotic’ body:

-Contemporary plays/performances addressing the Other on the 19th-century British stage (e.g. Lolita Chakrabarti’s Red Velvet)

-The ‘exotic’ body on the British stage in a diachronic perspective

-The non-European Other in the 20th- and 21st-century Christmas pantomime

 

 

Abstracts of no more than 300 words and a short bio should be sent to rebedconference@gmail.com by 25 May 2014. Speakers whose abstracts have been accepted will be notified by 15 June.

 

Appel à contribution – Genre et santé

Appel à contribution – Genre et santé

 

Université Paris Diderot, amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e)

Colloque de l’Institut Emilie du Châtelet, en partenariat avec l’Inserm

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier: les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies. L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers «féminins», stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers «masculins», alcoolisme, tabagisme etc.).

Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de constater que les recherches  se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine.  De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.

Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.
Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.

Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment  les rôles sociaux liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.
On analysera en particulier la façon dont le genre  participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.

Pour déposer une proposition de communication: ACCÉDER AU FORMULAIRE

http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=245

 Comité d’organisation : 
Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos (sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).

Comité scientifique : 
Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain  Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse, Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Coordination : 

Lucette Aussel (Inserm) – Sylvie Blumenkrantz (IEC)

Femmes et santé – Université d’hiver (université de Liège-Belgique)

Femmes et santé – Université d’hiver (université de Liège-Belgique)

L’université d’hiver « Femmes et Santé » est organisée par le groupe FER ULg (Femmes, Enseignement, Recherche à l’université de Liège). Depuis quelques années, les conférences, journées d’étude et autres colloques prolifèrent, ciblant tantôt le thème du harcèlement, de la violence, voire du viol, tantôt celui de la prostitution, des Eros centers, ou encore ceux de la contraception, de l’avortement, de la procréation assistée, etc. Les mentalités et droits acquis se modifient, les manifestations se succèdent, etc. Ce colloque souhaite analyser les lignes de force qui se dégagent de ces événements et de leurs enjeux, tant du côté des patientes que de ceux des praticien(ne)s : profils historique et sociologique, approche éthique, données techniques, recherches récentes…

ANNONCE

Organisation

Femmes Enseignement Recherche / Université de Liège (Belgique)

  • Date : lundi 26 janvier-samedi 31 janvier 2015
  • Lieu : Embarcadère du savoir, Institut de Zoologie, quai Edouard Van Beneden, 22, 4020- Liège

Comité scientifique

Juliette Dor, Danielle Bajomée, Malou Carels, Claire Gavray, Rose-Marie François, Marie-Elisabeth Henneau, Martine Jaminon, Brigitte Liebecq, Geneviève Van Cauwenberge, Rachel Brahy

DÉROULEMENT:

Chaque journée comportera des séances plénières avec conférences d’experts invités (voir ci-dessous), suivies de débats, des sessions avec présentations decommunications, des tables rondes, des ateliers d’écriture, des projections defilms. Les projets de recherche pourront également être présentés sous forme deposters. Une visite à l’ancien hôpital Notre-Dame à la Rose de Lessines est prévue dans le courant de la semaine.

PROPOSER une communication ou un poster avant le 9 juin 2014:

Les personnes intéressées sont invitées à envoyer une proposition de communication (20 minutes) ou de poster, avec quelques indications bio-bibliographiques (1 page max.) à jdor@ulg.ac.be ou, directement sur le site http://femmes-sante.be/ 

  • Réponse du comité scientifique avant le 30 juin 2014

Programme provisoire

0. Conférence inaugurale

  • Martin Winckler  « Le chœur des femmes »

1. Accès aux professions liées à la santé physique ou psychique des femmes; leur féminisation.

Quels combats pour accéder aux professions « médicales » ?
Quel bilan aujourd’hui ?
Qu’entraîne la féminisation de ces professions ?

Conférencières confirmées

  • Natalie Pigeard (CNRS, Institut Curie) : Le cursus des femmes médecins depuis le 19e siècle.
  • Nathalie Lapeyre (Université Toulouse II- Le Mirail) : Enjeux de genre autour de la féminisation des métiers de la santé et notamment de la médecine.

2. Le corps féminin, discours et représentations

Quelles furent et sont encore les représentations que l’on se fait du corps des femmes ? selon les époques ? selon les cultures ?
Quels discours autour de la sexualité des séniors, des handicapés… ?
Quels enjeux de genre autour du développement des sites de rencontre ?
Quelles images, mythes et fantasmes autour du corps féminin dans les pratiques culturelles et artistiques ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Jacques Gélis (Université Paris-Diderot – Paris VII) : Histoire des discours et représentations, de la Renaissance à nos jours.
  • Nathalie Grandjean (Fac. univ. Namur) : Approches contemporaines des représentations du corps féminin.

3. Gynécologie et médecine préventive – droits sexuels et reproductifs

Quelles recherches pour une médecine spécifique des femmes ? 
Quelles luttes pour l’accès à la contraception ? 
Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Julie De Ganck (Université libre de Bruxelles) : Histoire de la contraception et de ses luttes
  • Véronique de Keyser (Université de Liège) : Regards sur les écarts législatifs en Europe. Focus sur les droits sexuels et reproductifs.
  • Dr Anne Firquet (CHR Liège) : Aujourd’hui, la contraception et la médecine préventive chez la femme.
  • Dorien Van Hede (Université de Liège) : Cancer du col de l’utérus – Diagnostic, prévention et thérapies

4. Obstétrique, procréation assistée, « non-maternité »

Quelles conceptions de l’allaitement et quelle prise en charge de la grossesse et de l’accouchement au cours des siècles ? 
La procréation assistée en débat ? 
Ne pas avoir d’enfant? Entre fictions, mythes et réalités.

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Mylène Botbol (Université catholique de Louvain) : Aspects éthiques de la procréation assistée
  • Brigitte Liébecq (Université de Liège) : La « non-maternité »
  • Edith Vallée (Clinicienne, Paris) : La bonne santé de celles qui tournent le dos à la maternité.

5. Blessures physiques et psychologiques

Quelles sont les blessures physiques et psychiques dont les femmes sont plus particulièrement les victimes ? 
Certains troubles du comportement sont-ils spécifiquement féminins (dépression, boulimie, etc.) ?
Le viol, une nouvelle arme de guerre ? 
Professionnaliser l’assistance aux victimes de viol ? 
Le harcèlement, où est la limite ? …

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dr. Jean-Pierre Bourguignon (CHU Liège, Université de Liège)
    et Fabienne Glowacz (Université de Liège) : L’anorexie chez l’adolescente.
  • Dr Antoine Masson (Université catholique de Louvain) : Quelques avatars de la dimension du « féminin » à l’adolescence.
  • Nicole Malinconi , écrivain : à propos de ses romans et de ses rencontres de femmes blessées – titre à préciser.
  • Alice Debauche (Université de Strasbourg) : Le viol : réflexions et possibles actions
  • Caroline Lamarche (écrivain) à propos de son dernier roman « La mémoire de l’air »
  • Philippe Hensmans (Directeur d’Amnesty International) : Le viol en République démocratique du Congo,
    avec projection du film de Marie-France CollardDe Bruxelles à Kigali

Table ronde « Le harcèlement, où est la limite ? »

  • avec projection du film de Sofie Peeters Femme de la rue et notamment,
    René Begon (Collectif contre les violences familiales et l’exclusion, Liège)

6. Prostitution

Comment évoluent les débats à propos de ce qu’on nomme
« le plus vieux métier du monde » ?

Existe-t-il un ou plusieurs types de prostitution ? 
Quelle est la place de l’état et des pouvoirs locaux dans la gestion de la prostitution
et des prostitué-e-s ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Christine Machiels (directrice du CARHOP) : Histoire des rapports entre féminisme et prostitution.
  • Jean-Michel Chaumont (Université catholique de Louvain) : Titre à préciser.
  • Avec projection du film de Griselidis Real (ancienne prostituée) « Prostitution ».

7. Femmes et dépendances (alcool, drogue,…)

Les femmes entretiennent-elles un rapport particulier aux dépendances et aux produits ? 
Faut-il un suivi particulier des femmes et des mères toxicomanes ? 
Comment changer les images que développent les professionnels de la santé à propos des femmes et mères toxicomanes ?…

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dr. Jean-Pierre Lebrun (Psychiatre) : Titre à préciser.

8. Santé positive, bien-être

Contrer l’action du genre dans le rapport des femmes au soin du corps, des sens et de l’esprit, dans la conquête de la santé et l’investissement dans les activités sportives.

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Marc Cloes, (Université de Liège): « Activités physiques, représentations et femmes », conférence interactive.
  • Dr Catherine Markstein (ASBL Femmes et Santé) : La plateforme « Femmes et Santé »

9. Enjeux régionaux et locaux

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dominique Dauby (FPS-Solidaris) et Christine Weckx (Vie féminine) : Quelle politique sociale développer en soutien aux femmes ?
  • Sylvie Godet (Coordinatrice du sous-groupe de Femmes et Ville sur la question de l’Eros Center) : Débat sur l’Eros Center
  • Magali Crollard (Psychologue et responsable du service « Parentalité » du Centre ALFA) : Des combats contre la drogue

LIEUX

  • Embarcadère du savoir, Institut de Zoologie, quai Edouard Van Beneden, 22, 4020- Liège
    Liège, Belgique (4020)

DATES

  • lundi 09 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • genre, femmes, santé, médecine

CONTACTS

  • Juliette Dor
    courriel : jdor [at] ulg [dot] ac [dot] be

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Marie-Elisabeth Henneau
    courriel : mehenneau [at] ulg [dot] ac [dot] be

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Femmes et santé », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 04 juin 2014,http://calenda.org/288266

Appel à articles – Productive Bodies. Towards a Body and Material History of the Modern Economic (17th-20th centuries)

Call for Articles – Productive Bodies. Towards a Body and Material History of the Modern Economic (17th-20th centuries)

Ed. Peter-Paul Bänziger and Marcel Streng
on behalf of the Arbeitskreis für Körpergeschichte

The projected peer reviewed edited volume addresses a variety of
questions at the intersection of economic, material, and body
history. Drawing on new research in these fields, it aims at
highlighting the material dimension of economic processes (1) and
reassessing the emergence of productive bodies since the 18th century
(2).

(1) The renaissance of heterodox approaches in economic history over
the course of the last two decades has significantly enlarged the
scope of this field. This trend mainly benefits from the cultural and
social sciences and has fostered research on phenomena that cut
across the classic schemes of both labor division (production,
distribution, consumption) and the economic spheres (services,
industry, and agriculture). For instance, several studies have
focused on the history of raw materials and industrial products such
as chocolate, dyes, coffee, paper, shoes, cotton, and soy beans, to
name only a few. In so doing they have highlighted the analytic
potential of these new approaches in economic history. Drawing on new
institutional economics, scholars have also analyzed the role that
nomenclatures and expectancies of actors have played in the
establishment and stabilization of large networks of production,
commercialization and consumption. Heuristic concepts such as
?quality convention?, developed in French economic history, and
innovative approaches emerging from the fields of Science and
Technology Studies and history of knowledge stimulate an interest in
the material dimension of economic processes that was traditionally
banned from economic history. However, the perspectives of body
history on productions of all kinds, and especially on the genealogy
of the very social and objective relation commonly dubbed ?the
economic?, are still largely missing in this debate.

(2) Likewise, historians of the body are still reluctant to engage
with economic history. Pioneering studies in the 1990s were scarcely
followed. This situation is about to change as economic aspects are
increasingly integrated into histories of the body. In particular,
some scholars have begun to analyze historical regimes of
subjectivity. In search of the conditions of possibility of ?the
economic? these scholars have, amongst other things, explored the
(hetero)genesis of the ?homo oeconomicus? and self-descriptions of
economic subjects. Many such studies have focused on technologies of
government and of the self, e.g. the education of monetary subjects,
the social production of debts and debtors, and the emergence of the
?entrepreneurial self?. Interestingly enough, though, the dimension
of corporeality/materiality remains in the shadows. Bodies like that
of the calculating subject, for instance ? of bankers, traveling
salesmen, managers, salespersons ? are still waiting for
historicization, even if a recent study on the ?serving subject?
opens interesting perspectives in this regard. Particularly, a
history of productive bodies within the industrial regimes that
emerged after the threshold of biopolitical modernity of around 1900
remains a desideratum. This also holds true for the case of the
agricultural laborer. Likewise, the ?post-materialist? or ?post-
Fordist? working subjects have remained remarkably disembodied,
although we know quite well how bodies are used to optimize and
regenerate the ?resources? of these subjects ? via techniques of the
self like ?body therapy?, ?wellness?, ?self healing?, and the like.

The projected volume draws on both agendas and highlights the body in
its intrinsic relations with ?the economic?. Contributions shall thus
focus on the corporeal and/or material dimension of the production of
the economic, particularly in the following fields:

a) While the model of the ?human motor?, borrowed from
thermodynamics, was crucial for the constitution of productive bodies
at the end of the 19th century, new findings suggest its irrelevance
for present regimes of production and cultures of the self. It is
unlikely, however, that this model was directly and thoroughly
replaced by new ones. In this regard, we are looking for
contributions focusing on transformations of the ?human motor?, on
transitions between hegemonic subjectivities of the ?carbon? and the
?silicon age? (Gilles Deleuze), as well as on simultaneously emerging
concepts of productive bodies.

b) Relatively little research has hitherto been done with respect to
historical aspects of the corporeal/material production of ?the
economic? itself, e.g. the production and selection of ?economically
relevant/irrelevant? bodies. Contributions which address these issues
by crossing the classic scheme of economic liberalism (production,
distribution, consumption) are thus highly welcomed. We especially
invite scholars from the fields of dis/ability, gender, post-colonial
and queer history, and from the history of forced labor, who are
willing to explore the entanglements and exclusions by which economic/
productive bodies are constituted.

c) The discussion on whether only human bodies can become productive
bodies is to be (re-)opened as well. Obviously, working subjects are
hardly separable from their tools and means of production ? ranging
from a simple hammer to the ?cube farm?. We therefore invite scholars
who address, from a historical perspective, the question of the human/
non-human nature of productivity by analyzing ?productive objects? or
?bio-assemblages? (e.g. plants, animals, machines, production sites,
robots and computers, as well as pencils, desks and prostheses, to
name but a few possible objects) and their influences on the
constitution of specifically human productive bodies.

d) Finally, the constitution of productive bodies and economic
productivity accompanied the emergence of industrial regimes of
workforce organization as well as the establishment and integration
of markets, well before the 19th century. Little is known so far, for
instance, about the prehistory of the thermodynamic model that was
most prominent at the turn of the 20th century. We therefore welcome
contributions addressing the above listed issues and questions from a
?longue duree? perspective, especially those focusing on the
?Sattelzeit? of the decades around 1800.

Proposals should include an abstract of about 500 words and a short
biographical note. Please send proposals to Arina Heussler
(arina.heussler@unibas.ch<mailto:arina.heussler@unibas.ch>) no later
than June 30, 2014. Notification of acceptance of proposals will be
given by July 31. The full papers are to be submitted by January 31,
2015. Acceptance is based on a double-blind peer review process and
will be communicated by March 31, 2015. Publication is scheduled Fall/
Winter 2015.

Appel à contribution – Bodies Beyond Borders. The Circulation of Anatomical Knowledge, 1750-1950

Call for Papers – Bodies Beyond Borders. The Circulation of Anatomical Knowledge, 1750-1950 

Leuven, 7-9 January 2015
How does anatomical knowledge move from one site to another? Between 1750 and 1950 the study of anatomy underwent great changes, as a part of the development of scientific medicine, through public anatomies, as well as in the interplay between the two. How did these changes spread geographically? How did knowledge about newly discovered lesions travel from one hospital to another? What was the role of anatomical models in the spread of the public consciousness of syphilis, for example? Was the spread of this knowledge hindered by national borders, or did anatomical knowledge cross those borders easily? These questions are concerned with what James Secord terms ‘knowledge in transit’. To seek an answer to these questions, a conference focusing on the circulation of anatomical knowledge between 1750 and 1950 will be organized in Leuven from 7-9 January 2015. Confirmed speakers are Sam Alberti, Sven Dupré, Rina Knoeff, Helen MacDonald, Anna Maerker, Chloé Pirson, Natasha Ruiz-Gómez and Michael Sappol.
Knowledge does not move by itself – it has to be carried. To better understand how anatomical knowledge moves from place to place, we will seek to trace the trajectories of its bearers. Some of those bearers were tied very specifically to the discipline of anatomy: wax models, preserved bodies (or parts of them) or anatomical atlases, for example. These objects are polysemic in nature, tending to have different meanings in different contexts and for different audiences. It makes the question of how anatomical knowledge travelled all the more pertinent if, for example, wax models that went from a Florentine museum to a Viennese medical training institution underwent a shift in meaning en route. But bearers of knowledge less specifically tied to anatomy were equally important: articles, books and individual persons to name but a few examples.
For our conference we welcome contributions regarding the geographical movement of anatomical knowledge between 1750 and 1950. We are equally interested in ‘scientific’ and ‘public’ anatomy – as well as in exchanges between the two domains. Therefore, we encourage contributions about bearers of anatomical knowledge as wide-ranging as persons (scientists, students, freaks), objects (models, preparations, bodies or body parts), visual representations (films, atlases, wall maps) and practices (dissections, travelling exhibitions), as well as their (transnational and intranational) trajectories.

Paper proposals must be submitted by 1 June 2014.
Please send a 300-word abstract to pieter.huistra@arts.kuleuven.be
Notification of acceptance: early July, 2014.

Appel à contribution – La bêtise des yeux. Illusions des sens et épistémologie visuelle au XVIIIe siècle

Appel à contribution – La bêtise des yeux. Illusions des sens et épistémologie visuelle au XVIIIe siècle

Appel à contribution pour un colloque interdisciplinaire et plurilingue organisé par la Maison des littératures de l’université de Neuchâtel (Suisse). Il se consacre aux illusions des sens (surtout du sens visuel) dans la littérature et les textes scientifiques du XVIIIème siècle (1690-1830). Des contributions d’historiens et d’historiennes de l’art sont également les bienvenues.

La perception visuelle est omniprésente dans les écrits littéraires et scientifiques européens du 18ème siècle que ce soit en tant qu’image littéraire, métaphore épistémologique ou faisant objet de nombreuses études. Elle est comprise la plupart du temps comme un symbole représentant l’approche rationaliste du monde ; « l’idéologie de la lumière et de l’œil » (Mergenthaler 2002) qui marque, avant tout, l’auto-perception des auteurs des Lumières. Christoph Martin Wieland, par exemple, part en 1789 du fait que celui « qui a appris à reconnaître – par l’intermédiaire de deux yeux qui voient – en quoi consiste la différence entre clair et obscur, lumière et ténèbres » sait ce que veut dire ‘Aufklärung’ (voir : Bahr (éd.) 1974, p. 23). Le sens de la vue – en tant que sens paradigmatique – permet de réunir toutes les tendances fondamentales des Lumières : la nouvelle importance accordée aux sciences naturelles (en tant que savoir acquis et vérifiable par les yeux), la sécularisation (renonçant à l’omnipuissance de modèles d’explication invisibles), l’émancipation de la raison (en tant que capacité à se faire sa propre idée) et l’éducation de l’homme (en tant qu’instruction pour regarder de manière rationaliste).

Il serait pourtant réducteur de vouloir définir, de manière générale, le 18ème siècle et même le courant des Lumières – au sens restreint du terme – comme le siècle de l’‘idéologie de la lumière et de l’œil’. La complexité de la manière dont les auteurs et les chercheurs contemporains traitent du sens de la vue mérite d’être étudiée de manière plus nuancée. Elle nous procure une connaissance précieuse de l’auto-perception et de l’autoréflexion d’un siècle à l’aube des bouleversements modernes.

(1)   L’œil – objet d’étude

Au 18ème siècle, l’œil et la perception humaine font partie des objets de recherche les plus étudiés. Les écrits d’optique du 17ème siècle (Kepler, Descartes, Scheiner, Mariotte, Newton) sont lus avec beaucoup d’attention et questionnés quant à leurs conséquences pour la perception et la cognition humaines. L’homme rationaliste parvient à la connaissance sur son environnement par et à travers ses sens. L’étude des capacités et du fonctionnement de ces derniers sert donc de base à l’épistémologie des Lumières. L’œil est – au moins dans un premier temps – un objet de recherche et de discussions approfondies et publiques et non pas un symbole ‘idéologique’. Le fait que ces études mettent en lumière également les limites, les insuffisances et les contraintes de la perception visuelle témoigne de la nouvelle attitude face au savoir. Ces insuffisances peuvent être classées en trois parties : physiologiques, individuelles et sociales. Elles ne se restreignent pas au domaine des altérations maladives comme le montrent les études au sujet du point aveugle (Mariotte), des illusions d’optique ou des images rémanentes (Goethe). Cette nouvelle connaissance sur les insuffisances de la perception visuelle oblige les chercheurs à remettre en question l’ancienne conception de la vue considérée comme une transmission mimétique et linéaire. L’origine de cette conception remonte à l’idée antique d’un rayon de lumière émanant de l’œil. La priorité accordée au sens de la vue, d’une part, et la méfiance de l’église face à ce sens, de l’autre, témoignent de la portée de cette représentation antique. C’est seulement au 17ème siècle que les études d’optique commencent à la mettre en question. Les processus de la perception visuelle transformant l’objet vu se trouvent ainsi au centre de l’attention. Cette nouvelle attention que l’on porte aux transformations coïncide avec l’élargissement, sans précédent, du champ du visible par l’invention et l’amélioration du télescope et du microscope.

(2)   L’individualité de la vision

L’individualité et le conditionnement social de la vision humaine (Diderot) constituent un autre aspect sur lequel, pour la première fois au 18ème siècle, se focalise l’attention. La comparaison entre l’œil et la chambre noire commence à être mise en question. Le point de vue et l’horizon de chaque individu prennent de l’importance, même si les auteurs du 18ème siècle ne renoncent pas encore à l’idée d’une identité des procédés physiologiques de la vue. Ce n’est qu’avec la conception de l’individu comme ‘sujet’ que la vision est perçue de plus en plus comme un processus subjectif de traitement et d’interprétation, conceptualisé seulement au début du 19ème siècle (Purkinje 1819 et 1825). On peut, en revanche, postuler que l’intérêt scientifique – et de plus en plus esthétique – pour les zones ‘obscures’ de la mémoire, de l’imagination et de la fantaisie représente un premier pas en direction de la subjectivation de la perception et de la connaissance. Malgré le fait que ces parties restent (encore) visuellement inaccessibles, le vocabulaire visuel demeure étonnamment présent. Jean Paul écrit, par exemple, dans sa préface aux Amusements biographiques : « Le lecteur peut rencontrer dans ce livre soit des souvenirs, soit des espoirs afin de se dédommager (comme le fait l’auteur) des uns par les autres, et vice versa. – Car nous tous ne tirons notre jouissance que des deux et telles des chouettes de nuit, nous ne voyons et ne volons et ne chassons et n’attrapons que dans les deux crépuscules. » (Jean Paul 1962, p. 265/266) Une des questions de ce colloque est de savoir comment et à quel point sont liées la connaissance sur les insuffisances du sens de la vue et sa conception en tant que sens individuel, et plus tard subjectif.

(3)   Critique des sens et perception romantique

La fin du 18ème siècle est tout particulièrement marquée par une mise en question de plus en plus insistante de la pensée rationaliste. Les auteurs jettent également un regard critique sur ‘l’idéologie de la lumière et de l’œil’ véhiculée par les Lumières. Les faiblesses de la perception humaine deviennent un sujet fascinant mis en scène de manière polémique ou ironique notamment par la littérature. Gotthold Ephraim Lessing s’intéresse, par exemple, dans ses Collections sous le mot-clé ‘vision’ aux « multiples phénomènes bizarres de cette dernière » (comme, entre autres, la capacité à voir dans l’obscurité ou celle d’utiliser son nez comme sens de la vue). Dans les Remarquesconcernant les Dialogues philosophiques de Joachim Heinrich Campe, Lessing réfléchit (vers 1778) à la possibilité de développer un sixième sens permettant de percevoir, par exemple, l’électricité ou le magnétisme (Lessing 1979, p. 408 et pp. 557-560). Novalis allie, de son côté, l’intérêt scientifique pour les sens aux réflexions sur la ‘perception magique’ et le merveilleux. La base de l’‘activité romantique’ est, selon lui, une transformation active de la perception qui prête « un air mystérieux aux choses ordinaires » et il définit la magie comme « l’art d’utiliser librement les sens. » (Novalis 1981, p. 385) La critique des sens peut, vers la fin du 18ème siècle, prendre la forme d’une plus grande attention accordée aux autres sens (le toucher chez Herder, l’ouïe chez les Romantiques) ou d’une mise en scène d’une vision troublée comme elle se manifeste dans les illusions des sens et les hallucinations.

Le colloque souhaite se focaliser sur les trois aspects développés ci-dessus (l’étude des insuffisances du sens de la vue, son individualité et la fascination pour des expériences différentes et déroutantes de la vision) en étudiant la représentation des illusions des sens et leur discussion dans les écrits littéraires et théoriques du 18ème siècle.

Le terme allemand ‘Trugwahrnehmung’ désigne une illusion des sens qui « ne correspond pas – ou du moins en partie – aux données extérieures auxquelles elle se rapporte (les illusions d’optique, par exemple) ou qui n’a aucune cause extérieure (les hallucinations, par exemple). » (Brockhaus. Wahrig 1983, p. 776) Les illusions du sensvisuel et le lien entre ce type d’expériences et les problèmes épistémologiques seront tout particulièrement au centre de notre attention. Les questions suivantes peuvent servir de points de départ :

  • Comment définir la spécificité et la nouveauté de la conception du sens de la vue au 18ème siècle ?
  • La représentation d’illusions des sens dans les textes littéraires peut-elle être interprétée comme une mise en question du savoir et de la connaissance ? Quelles en sont les conséquences philosophiques, épistémologiques ou esthétiques ?
  • Existe-t-il un lien entre la connaissance sur les insuffisances du sens de la vue et l’intérêt pour les pratiques occultes ?
  • Y a-t-il, par ailleurs, un lien avec le nouvel intérêt que l’on porte aux zones ‘obscures’ de l’âme (fantasmes, rêves) ?
  • La représentation d’illusions d’optique connaît-elle une poétologie propre ou apporte-t-elle un certain dynamisme aux textes littéraires ?
  • Existe-t-il déjà au 18ème siècle une fascination pour ce qui est flou ou invisible au-delà des pratiques occultes jusque dans la pensée rationaliste ?

La Maison des Littératures de l’Université de Neuchâtel accorde une grande importance à la recherche interdisciplinaire et plurilingue. Le colloque cherche donc à promouvoir l’échange entre les disciplines (Lettres, Histoire des savoirs, Histoire de l’art) et les traditions universitaires. Un deuxième volet de ce colloque se focalisant sur les sciences naturelles et les récits de voyage est prévu à l’horizon 2015.

Modalités d’envoi des propositions

Des propositions pour des conférences d’environ 20 minutes (1 à 2 pages contenant également une brève biographie)

peuvent être envoyées en français, allemand ou anglais

jusqu’au 30 avril 2014

à l’adresse suivante : evelyn.dueck@unine.ch

La confirmation de la participation sera envoyée jusqu’au 15 mai. La publication des actes du colloque est prévue.

Conseil scientifique et chargé de l’évaluation des propositions: Evelyn Dueck, Nathalie Vuillemin

LIEUX

  • Espace Louis Agassiz 1
    Neuchâtel, Confédération Suisse (2000)

DATES

  • mercredi 30 avril 2014

MOTS-CLÉS

  • perception visuelle, illusion des sens, hallucination, littérature, histoire des sciences, optique, études visuelles

CONTACTS

  • Evelyn Dueck
    courriel : evelyn [dot] dueck [at] unine [dot] ch

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Evelyn Dueck
    courriel : evelyn [dot] dueck [at] unine [dot] ch

POUR CITER CETTE ANNONCE

« La bêtise des yeux », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 24 février 2014,http://calenda.org/277101

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

16 et 17 octobre 2014

Strasbourg

Le délai de réception des propositions est fixé au 1er avril, cf.l’appel.

Appel à communications – Vision, observation, autopsie : le regard scientifique et ses mots à la Renaissance

Appel à communications – Vision, observation, autopsie : le regard scientifique et ses mots à la Renaissance

Brest, 20 mai 2014

La seconde journée se propose d’étudier le lexique scientifique attaché au regard dans les sciences : vision, observation, autopsie, et de mesurer quel est le sens précis que chacun (savant, homme de cabinet ou voyageur, médecin, naturaliste ou astronome…) donne aux mots qui décrivent le regard ou le rôle qu’ils lui confèrent dans la recherche. La perspective adoptée est toujours résolument interdisciplinaire, afin de comprendre quelle charge sémantique ces mots peuvent prendre selon qu’ils sont prononcés ou écrits dans un cadre scientifique ou philosophique, voire réinvestis dans des formes littéraires dont l’enjeu reste la divulgation de la science (poésie philosophique, astronomique, par exemple). Le naturaliste Pierre Belon est catégorique :combien que les aveugles puissent philosopher et contempler les choses, les pensant en leur esprit, si est-ce qu’il y a des choses en nature qu’il faut necessairement avoir veues pour en avoir la science. Ce faisant, il distingue deux voies de la connaissance : par l’esprit – c’est-à-dire par le raisonnement et l’intellect – et « par ce qui s’offre tout manifeste à noz sens ». Ces deux aspects complémentaires, par la pensée et l’usage de la raison d’une part, et par l’observation du réel d’autre part, semblent indissociables pour accéder à une saisie scientifique des objets que l’on étudie (« pour en avoir la science »). Il oppose ainsi deux figures majeures, Démocrite et Aristote : Démocrite, modèle dont il se détourne parce qu’il « se priva volontairement de la lumiere de ses yeulx, sans avoir aucune autre occasion évidente de ce faire, sinon que, se voulant delivrer des empeschemens qui adviennent à ceulx qui voyent clair, pensa que les discours qu’il pretendoit faire à son plaisir en seroyent plus hautains et exquis, et auroit son esprit plus à delivre, s’estant osté l’empeschement qui provient par la lumière des yeux » ; Aristote, au contraire, constitue une référence pour Belon, en ce que le philosophe grec parvient au plus haut degré de science en privilégiant la connaissance des faits de nature, ce qu’« il n’eust sçeu faire sans l’observation oculaire du naturel des animaux ».
À une époque où l’on ne se contente plus, dans les disciplines savantes, de la lecture des sources antiques, mais où celles-ci sont souvent passées au crible de l’observation personnelle in situ jugée toujours plus fiable qu’une connaissance reçue par « ouï-dire » , et où l’on n’hésite pas à effectuer de longs voyages pour se rendre compte « par soi-même » et « au vif » des réalités que l’on souhaite étudier ou que l’on est chargé d’observer pour le compte d’un roi ou des premières institutions et collections, les mots qui définissent le regard du savant ou du curieux sont amenés à jouer un rôle crucial, non seulement pour « dire » mais pour permettre à celui qui n’a pas vu de partager ce savoir et de l’acquérir par les mots (innutrire disait Montaigne).
On s’attachera donc à en comprendre le ou les sens des différents mots liés au regard selon leur contexte d’apparition, que ce soit dans les récits de voyages, les ouvrages de médecine, les traités d’astronomie, de botanique, de zoologie et plus généralement tout ouvrage lié à l’exposé textuel de la science. Il importera également de s’interroger sur la manière dont ces termes, qui impliquent des méthodes nouvelles, bousculent les hiérarchies existantes dans les techniques des savants autant que dans la révérence due aux catégories antiques, et prennent une valeur opératoire pour remettre en question la notion même de vérité, d’une manière dont nous sommes aujourd’hui sans doute les héritiers. Elles engagent en effet de nouvelles pratiques savantes, et engendrent de nouveaux lieux pour l’exercice des savoirs (amphithéâtre, laboratoires, cabinets…), dans lesquels le rôle du regard est essentiel, ainsi que de nouveaux publics. On devra vérifier si l’évolution de ces mots a en outre des conséquences sur la conception du livre, si d’une part, le statut de l’illustration, ses techniques et sa valeur de représentation du réel vont en être modifiés, et d’autre part, sur quelles bases réelles de l’observation, des genres que la critique a longtemps présentés comme nouveaux, tel le genre des Observationes en médecine, sont fondés. Apprendre, savoir, ainsi, ne vont pas sans voir, aussi vrai que Pantagruel, qui manifeste un « appétit strident » de savoir, est dit « desyrant tous jours veoir et tous jours apprendre ». Les découvertes et les évolutions scientifiques de la Renaissance semblent particulièrement liées à la question de l’observation, et de la diffusion des images qui en sont issues.
Les propositions de communication pourront donc porter sur des questions attachées au texte aussi bien qu’à l’image, quand cette dernière entre dans le cadre précis d’une controverse savante liée à l’observation ou pour définir l’organe et le mécanisme (traités d’optique) de la vision. L’étude du lexique de la vision chez un auteur précis peut être envisagée, afin de faire ressortir la variété et la complémentarité des mots et de leurs développements sémantiques, comme on pourra évoquer des contextes lexicologiques plus larges, en diachronie par exemple, pour mesurer les évolutions perceptibles de la langue latine à la langue et aux usages vernaculaires, ou en comparant l’usage d’un même mot chez plusieurs auteurs, dans plusieurs disciplines ou dans des dictionnaires. Il sera bon de s’interroger sur les conceptions du regard qu’impliquent la charge notionnelle des mots qui le désignent, en particulier les différentes manières selon lesquelles la vision est considérée comme voie d’accès aux savoirs, ainsi que dans son articulation avec la notion de représentation (« portrait », « arrangement », « description », « au naturel », « au vif »…), ces quelques suggestions n’ayant rien d’exhaustif.
Les propositions de communication, accompagnées d’un bref résumé, doivent être renvoyées à Myriam Marrache-Gouraud (myriam.marrache-gouraud@univ-brest.fr) et à Violaine Giacomotto-Charra (violaine.giacomotto@u-bordeaux3.fr) avant le 15 mars 2014.

Appel à contribution – 44th Congress of the International Society for the History of Medicine

Call for papers  – 44th Congress of the International Society for the History of Medicine (ISHM)


http://ishm-congress-tbilisi2014.org/

The Scientific Committee welcomes the submission of original contributions on the fields of the History of Medical Sciences and the Congress Topics. Accepted papers will be presented as Oral or Poster presentations. Poster Sessions will be organized to complement symposia and cover additional fields and topics. Abstracts must be submitted not later than May 31, 2014. Abstracts received later than May 31, 2014 will not be accepted. Should you need assistance or advice you may address to the Congress Secretariat via email: ishm2014@artion.ge.
Abstracts Guidelines: Deadline for abstract submission: May 31, 2014. An abstract template is available here.
Abstracts must be written in English or French in MS Word format and must include: title, authors, institutions and subtitles. More specifically: Font-spacingArial, letter size 10 cpi, justified alignment, single space, no space between the paragraphs of the text, no space in the beginning of each paragraph. Only, 1 blank line should be left between the institutions and the subtitles. TitleCapital letters, bold, left alignment (e.g. TITLE)AuthorsAll names should be written in Title Case, with the family name following the first name and the superscript at the end. The name of the presenting author must be underlined, but not the superscript. Names should be separated with commas. Please do not include degrees or professional titles (Dr, PhD, Prof,MD, etc.).e.g. Μ. Papadopoulou1, A. Papadopoulos2 Address of InstitutionAs regards the institution name, Each Word Should Be Capitalized. First the Department should be mentioned; afterwards the name of the Institution/University; finally the City and the Country. All separated by comma. Please note that in case the City is part of the Institution name, then it should not be repeated before the Country (e.g. Department of Orthopaedics, University of Utah, USA). When more than one institution is mentioned, the correspondence between authors and institutions should be done with the use of superscripts as per below.e.g. Μ. Papadopoulou1, Α. Papadopoulos2(1) Departmentof Neurosurgery,KlinikumOffenbach,AkademischesLehrkrankenhausderUniversität Frankfurt, Germany(2) Department of Neurology, Cliniques Universitaires Saint-Luc, Brussels, Belgium Abstract main text – Subtitles Maximum length 250 words.The Abstract main text should include a SUMMARY, whether according to the writer, subtitles cannot be used.Each one of the above mentioned subtitles should be written in bold, followed by a colon “:”, a space and then the description text. Each subtitle should start in a separate paragraph. No blank lines between the paragraphs.Each abstract should be divided into the above four sections, provided the content permits it. Each section must be analyzed in a separate paragraph, preceded by the relevant title. There should be no spaces between paragraphs. Abbreviations of terms can be used, provided their explanation is included in parentheses, when they are used in the text for the first time. Please so not identify author(s) or institution(s) in the text.Acceptance of papers for review Abstracts of papers will not be accepted for review, in any of the following cases: Deadline for submission of the abstract (May 15, 2014) is not strictly respected Missing data or forms An abstract exceeding 250 words

If instructions are not followed, abstracts will be returned to sender / writer to correct them, if the abstract deadline hasn’t expired. In case of the submitted abstract which does not respect the rules and there is not time for correction due the abstracts deadline, it will be disqualified automatically. We recommend that you do not let the presentation of your work for the last week, as the electronic system can be overloaded and may not be able eventually to submit your abstract.

Authors are responsible for the content since the abstracts will not be edited.Audiovisual Equipment Facilities for laptop use, power point presentation and Computer Assisted Presentation will be available. Posters Posters will be displayed in a special room adjacent to the main hall. Publication of accepted papers The abstracts of all papers presented will be published in the book of abstracts. Abstract Submission To Submit an Abstract you may follow this link. Should you need any further assistance you are welcome to contact ishm2014@artion.ge.

Appel à communication – Le cadavre préservé. Savoirs et pratiques autour de la conservation et l’exposition du corps mort (XVIe-XXe siècle)

Appel à communication – Le cadavre préservé. Savoirs et pratiques autour de la conservation et l’exposition du corps mort (XVIe-XXe siècle)

Colloque international
Lieu : Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne Dates : 19-20 septembre 2014Organisation : Diego Carnevale (Aix-Marseille Université, LabexMed) Vincent Denis (Université Paris 1, IUF, LabEx HASTEC)

Ce colloque est destiné au public des chercheurs intéressés par l’histoire du corps mort. L’objectif est de réunir des spécialistes reconnus et des jeunes chercheurs autour d’un problème spécifique : les savoirs et les pratiques concernant la conservation et l’exposition des cadavres. En raison des résultats de l’historiographie récente, nous avons choisi de fixer un cadre chronologique assez ample. En effet, la Renaissance et la seconde moitié du XIXe siècle sont désormais considérées comme deux étapes décisives dans le long processus de « médicalisation » du corps, c’est-à-dire du parcours qui a conduit le savoir médical à gagner une position prééminente par rapport aux autres savoirs, notamment religieux, qui interviennent dans la définition du statut du corps. Toutefois, la manipulation du corps mort reste une activité au carrefour entre les savoirs et les techniques scientifiques, religieux et sociaux. L’anthropologie historique nous présente le cadavre comme un pôle d’attraction affective mais aussi de répulsion, à cause du pouvoir de contamination qui lui est attribué par les sociétés européennes. Cette condition ambivalente, très ancienne, a dû se concilier avec la conception chrétienne du corps mort, voué à la résurrection à la fin des temps. A ce socle, les savoirs scientifiques, ainsi que ceux liés à l’artisanat et aux métiers, superposent leur conception du cadavre, en créant une tension permanente entre différentes pôles, que le colloque envisage d’analyser et de problématiser.

Argumentaire

Le colloque est destiné à un public de chercheurs intéressé par l’histoire du corps, notamment des savoirs et des pratiques autour du cadavre. Depuis une dizaine d’années, en effet, l’histoire du corps mort est entrée dans l’historiographie européenne et anglo-américaine. Parmi les différents aspects examinés, les manipulations du cadavre pour des raisons scientifiques ont été certainement le sujet le plus considéré par les historiens, notamment les dissections anatomiques et les autopsies judiciaires à partir de la fin du Moyen-Âge. Il s’agit, dans les deux cas, des techniques découlant essentiellement de la science médicale et de la pratique chirurgicale, mais qui impliquent en même temps plusieurs formes de savoirs : religieuses, sociales, juridiques. Ces savoirs ne sont pas toujours en accord avec les exigences exprimées par la médecine. Par conséquent, les recherches les plus récentes ont vérifié au fil du temps les divers niveaux d’interaction entre ces différentes dimensions et leurs retombées sur les techniques de manipulation.
Les manipulations concernant la conservation et la préservation du corps mort ont, quant à elles, suscité une moindre attention. En effet, il est bien connu que les sociétés anciennes ont inventé des techniques pour préserver les cadavres de la décomposition. Cependant, les savoirs qui ont participé à ce développement, comme les techniques elles-mêmes constituent un angle mort de la recherche historique. Parfois, les raisons pour lesquelles le corps mort était conservé ont échappé au regard des historiens : si l’exigence d’exposer le cadavre du roi lors des cérémonies funèbres a fait l’objet de plusieurs enquêtes, on a en revanche consacré très peu d’attention à la conservation des corps pour l’identification judiciaire. Les techniques d’embaumement et leur retombées sociales demeurent très peu étudiées, notamment pour la période de leur apogée, au cours du XIXe siècle. Les méthodes d’analyse sur la conservation naturelle des corps morts, favorisées surtout par l’Église catholique pour vérifier la condition miraculeuse des cadavres réputés saints, ont également été négligées.
La manipulation du corps mort est une activité au carrefour entre les savoirs (et les techniques) scientifiques, religieux et sociaux. L’anthropologie historique nous a présenté le cadavre comme un pôle d’attraction affective mais aussi de répulsion, à cause du pouvoir de contamination qui lui est attribué par les sociétés européennes. Cette condition ambivalente, très ancienne, a dû se concilier avec la conception chrétienne du corps mort, destiné à la résurrection après la fin des temps. Sur ce socle, les savoirs scientifiques, ainsi que ceux liés à l’artisanat et aux métiers, superposent leur conception du cadavre, en créant une tension permanente entre les trois pôles.
L’objectif est donc de réunir, autour d’un problème spécifique de l’histoire du corps un groupe composé de spécialistes du domaine et de jeunes chercheurs qui s’y sont intéressés. Parmi les propositions possibles, on privilégiera particulièrement celles portant sur les sujets suivants :

 théorie et pratique de l’embaumement
 méthodes de conservation de parties de l’anatomie humaine  la médecine légale  les analyses médicales lors des procédures de canonisation  les croyances et les savoirs traditionnels autour de la manipulation du cadavre  les figures impliquées dans ces opérations et les espaces physiques où elles avaient lieu

Une dimension européenne du colloque s’impose pour apprécier la circulation des modèles et des pratiques dans l’espace continental. Il ne s’agit pas seulement de comprendre les liens entre un savoir produit dans un contexte spécifique et un savoir construit ailleurs selon d’autres modalités, mais aussi de comprendre s’il y a eu une réflexion commune à l’échelle européenne autour de la thématique considérée.

Le colloque se déroulera en français et en anglais. La date limite pour la présentation des propositions de communications (pas plus de 500 mots) est le 10 avril 2014.
Les propositions doivent être envoyées sous format électronique aux adresses suivantes : Diego Carnevale (diego.carnevale@hotmail.it)
Vincent Denis (vincent.denis@univ-paris1.fr)

Appel à articles – Corps suisse (s), corps en Suisse

Appel à articles – Corps suisse (s), corps en Suisse

En vue d’une publication, nous sollicitons la participation d’auteur.e.s intéressé.e.s à collaborer à un projet éditorial intitulé Corps suisse (s), corps en Suisse. Cet ouvrage s’inscrit dans une perspective de connaissance visant à documenter le thème du corps en mouvement, dans la diversité de leurs manifestations et en relation avec les sphères du travail, des loisirs, de l’art et la culture, de l’hygiène et la santé, etc. Décrire ces corps mobiles appelle à éclaircir les liens qui les relient à des lieux et à des espace de production de normes, ainsi qu’à identifier et à comprendre le rôle des institutions qui, selon les époques, ont travaillé les corps en fonction d’enjeux socio-politiques, culturels, économiques.

Une série de questions structurant la problématique générale a été retenue, sur lesquelles les éditeurs attendent des connaissances en particulier.

Sous l’angle principalement historique et sociologique, est-il possible de mettre en exergue des repères chronologiques dans l’histoire nationale, en mesure de circonscrire différents âges des corps en mouvement ; et ceci tant du point de vue des techniques corporelles que des représentations, des éducations, des traitements ou des gouvernements des corps en action?
Dans quelle mesure le cas suisse aide à repérer les influences, les courants de personnes et d’idées – hygiéniques, pédagogiques, touristiques, sportifs, artistiques – qui ont nourri des échanges et conduit à des hybridations dans les cultures corporelles ?
Du point de vue de la thématique générale du corpus mobilis, la Suisse constitue-t-elle un espace de spécificités, dont on peut identifier les causalités socio-historiques ; mais aussi les domaines expressifs sous l’angle des usages, des pratiques et des représentations ?

Axes de propositions possibles

En rapport avec la problématique générale, quatre axes ont été définis, en mesure d’orienter les contributions :

  • Fabriquer les corps
  • Entretenir les corps
  • Montrer les corps
  • Mobiliser les corps

Langues

Les contributions peuvent être rédigées en français ou en allemand. Leur taille doit impérativement se situer entre 45’000 et 50’000 signes.

Conditions de soumission

Un projet d’une page environ contenant un titre et précisant la perspective disciplinaire et la méthodologie utilisée est à adresser aux coordinateurs de l’ouvrage.

En raison du thème privilégié, les éditeurs rendent attentifs les contributrices et les contributeurs au fait que les ressources iconographiques seront valorisées.

Calendrier

Les propositions d’articles sont à remettre pour le 1er mai 2014

Les réponses définitives aux auteurs interviendront à la date du 15 juillet 2014

La version finale des articles acceptés sera à remettre pour le 15 décembre 2014

Coordinateurs de l’ouvrage

Les propositions d’articles devront être envoyées aux trois adresses suivantes : Monica Aceti, (monica.aceti@unifr.ch); Laurent Tissot (laurent.tissot@unine.ch); Christophe Jaccoud (christophe.jaccoud@unine.ch);

 

 

 

« Corps suisse (s), corps en Suisse », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 17 janvier 2014, http://calenda.org/274267

Appel à contributions – Practicing Public Health: Europe, 1300-1700

Call for Papers – Practicing Public Health: Europe, 1300-1700

12 June 2014 Florence, Italy

A Conference organized by John Henderson and G. Geltner

Sponsored by the Medici Archive Project & Villa I Tatti – The Harvard University Center for Renaissance Studies

Against tenacious misconceptions, pre-modern cities in and beyond Italy are finally beginning to shed their reputation as demographic black holes. The revised view of earlier cities’ relative salubriousness, however, is mostly grounded in medical treatises and statutes, sometimes at the expense of documents and instruments of practice. The goal of this conference is to examine new kinds of evidence and demonstrate that the feasibility and popularity of health interventions can be gauged on the basis of additional sources and new methodologies. Criminal court documents, for instance, reveal the extent to which devised plans were ignored and pertinent regulations violated. City council protocols help to establish the scale of resources (human, financial, administrative) allocated to incentivize participation and to ensure a modicum of cooperation. Material culture, from archaeological remains to maps to figurative and symbolic art, as well as a wide range of descriptive and narrative sources, such as diaries, chronicles, and fiction, can also illuminate pre-modern approaches to perceived risks and possible solutions. Finally the conference will encourage participants to think beyond the traditional paradigm of exclusive concentration on the urban environment and seek to bridge the gap between urban and rural environments.

We invite scholars with pertinent interests in the history and culture of public health to submit a brief CV and a 250-word abstract of a projected paper, to last no longer than 25 minutes.

Deadline: All proposals to be sent to Dr Elena Brizio (ebrizio@medici.org) by 15 February 2014.

Appel à communication – L’écriture savante des troubles mentaux : enjeux et débats

Appel à communication. L’écriture savante des troubles mentaux: enjeux et débats.

Session n°21 au Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques : 28-29-30 avril 2014 à Lyon.  

 

Nous vous invitons à proposer une communication dans le cadre de la session n°21 « L’écriture savante des troubles mentaux: enjeux et débats » du prochain Congrès de Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques organisé par le laboratoire « Sciences et Société -Historicité, Éducations, Pratiques » (S2HEP, EA 4148) de l’Université de Lyon 1.

 

Les propositions (comprenant un titre et une dizaine de lignes) sont à soumettre directement sur la plateforme sciences.conf après création d’un compte à l’adresse suivante : http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/

Attention ! Date limite d’envoi : 10 janvier 2014. 

 

 

L’écriture savante des troubles mentaux : enjeux et débats.

 

Depuis la volonté pour la psychiatrie de faire science (entreprise dont la légitimité suscite encore des doutes), la question du diagnostic est centrale à la recherche au sein de cette spécialité médicale. Deux approches principales -catégorielle et dimensionnelle – coexistent pour penser la pathologie mentale et traiter les sujets présentant des troubles identifiés. La formation et la pratique médicales en psychiatrie sont caractérisées par le recours aux outils diagnostiques tels que le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) dont la cinquième version, en 2012/3, induiraient, selon certains, le risque d’une psychiatrisation du corps social, au vu de l’élargissement de certaines catégories cliniques dont l’assise théorique apparaît faible. Les modes de production du diagnostic sont parcourus de controverses et de débats récurrents tout au long de l’histoire de la psychiatrie et doivent être de fait un terrain privilégié pour l’histoire des sciences médicales.

 

Notre panel se propose d’explorer les conditions et les systèmes de pensées propices à la constitution et à la mise en place de dispositifs de lectures des troubles mentaux et leurs conséquences pour l’individu étiqueté « fou », malade mental, en souffrance psychique ou inadapté socialement. La place croissante du patient comme acteur social dans les modalités de recherche modifie en partie les termes du débat. Comment prendre en compte le rôle croissant des collectifs d’usagers,  qui s’emparent de ces questions pour revendiquer ou, au contraire, dénoncer les constructions et usages sociaux de certains troubles (syndrome d’Asperger, hyperactivité) et participent à la disqualification ou à la reconnaissance des catégories ? Les controverses contemporaines à propos de la nosographie psychiatrique marquent-elles réellement une rupture avec de plus anciens débats – qu’on songe ainsi aux discussions autour de l’hystérie, des personnalités multiples, de la schizophrénie infantile ?  Une nouvelle écriture savante des troubles, par-delà le clivage entre naturalisation ou constructivisme, est-elle envisageable ?

 

Ce sont des travaux apportant un éclairage sur ces aspects de l’âge contemporain ou des travaux rénovant notre connaissance de situations plus anciennes que nous souhaitons mettre en avant dans ce panel.

 

Nausica Zaballos (Centre Alexandre Koyré / IRIS -Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux) et Jean-Christophe Coffin (Centre Alexandre Koyré)