Pétition – LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE

LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE

Pour signer la pétition

Des enseignantes et des enseignants de la maternelle à l’Université,
des chercheuses et des chercheurs, des étudiantes et des étudiants réagissent et appellent au soutien de toutes et tous.

Cette pétition est ouverte à toutes et à tous.

Depuis quelques jours, les élèves et les parents d’élèves sont harcelés de mails et de SMS provenant d’associations extrémistes qui propagent la rumeur selon laquelle, parce que « le genre » est introduit dans les programmes scolaires, leurs enfants seraient en danger à l’école. Non seulement cette manœuvre de déstabilisation des parents est révoltante (les enfants ont été privés d’école), mais, de plus, cette rumeur est totalement mensongère. Depuis plusieurs jours également, les propos les plus extrémistes circulent, dans les rues ou sur les réseaux sociaux, réveillant les haines envers les homosexuels, les juifs, les féministes, les professeurs des écoles appliquant l’ABCD de l’égalité, les chercheurs en études sur le genre, tous présentés comme des ennemis de la société.

Face à ces propos dangereux, face aux risques de dérives extrémistes, nous, enseignant-e-s, étudiant-e-s, chercheur-e-s, souhaitons prendre la parole, rappeler la réalité des pratiques éducatives et scientifiques d’aujourd’hui, et appeler au soutien de nos concitoyens et concitoyennes, de toutes les régions de France, de toutes les origines, de toutes les cultures.

NON, les enfants ne sont pas en danger. Non, il n’y aura pas de projection de films « sexuels » à l’école, et les garçons ne seront pas transformés en filles (ni inversement).

NON, la prétendue « théorie du genre » n’existe pas, mais, oui, les études de genre existent. Le genre est simplement un concept pour penser des réalités objectives. On n’est pas homme ou femme de la même manière au Moyen-Âge et aujourd’hui. On n’est pas homme ou femme de la même manière en Afrique, en Asie, dans le monde arabe, en Suède, en France ou en Italie. On n’est pas homme ou femme de la même manière selon qu’on est cadre ou ouvrier. Le genre est un outil que les scientifiques utilisent pour penser et analyser ces différences.

OUI, les programmes scolaires invitent à réfléchir sur les stéréotypes de sexe, car l’école, le collège, le lycée sont les lieux où les enseignants promeuvent l’égalité et la tolérance, où les enfants apprennent le respect des différences (culturelles, sexuelles, religieuses). « Vati liest die Zeitung im Wohnzimmer. Mutti ist in der Küche. » (Papa lit le journal au salon. Maman est à la cuisine). Voilà comment des élèves de collège apprenaient l’allemand, à travers les aventures de Rolf et Gisela, dans les années 1980. Réfléchir sur le genre, c’est réfléchir sur les effets de ce type de messages.

OUI, l’école est le lieu où l’on permet à chacun, par les cours de français, d’histoire, de SVT, d’éducation civique, d’éducation physique, de réfléchir sur les conséquences néfastes des idées reçues et d’interroger certains préjugés, ceux qui ont fait que pendant des siècles un protestant ne se mariait pas avec une catholique, ceux qui font que l’on insulte encore aujourd’hui une ministre à cause de sa couleur de peau, ceux qui font que des petits garçons sont malmenés au cri de « pédés » dans la cour de l’école, ceux qui font que Matteo n’osera jamais dire qu’il est élevé et aimé par deux mamans, ceux qui font qu’Alice veut mourir car on la traite de garçon manqué, ceux qui créent la haine et la discorde. Oui, l’école est le lieu où l’on permet aux élèves de se demander pourquoi les princesses ne pourraient pas aussi sauver les princes.

Les études de genre recouvrent un champ scientifique soutenu par le Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur et le CNRS, et elles ont des utilités nombreuses dans l’éducation et la lutte contre les discriminations : ces études et ces travaux existent à l’université depuis longtemps. Nombreuses sont les académies à organiser des journées de formation sur ces thèmes ; nombreuses sont les universités à offrir des cours intégrant le genre : en sociologie, en sciences de l’éducation, en anthropologie, en biologie, en sciences économiques, en philosophie, en histoire, en littérature, etc. Des séances de sensibilisation aux questions d’égalité entre les sexes font partie du parcours de formation des enseignants du primaire et du secondaire.

En permettant aux élèves de constater la diversité des familles actuelles, en montrant que, selon les lieux et les époques, les rôles des hommes et des femmes ont varié et que l’amour a des formes multiples, les chercheurs, les enseignants et les professeurs des écoles offrent aux enfants, citoyens et citoyennes de demain, la liberté de construire un monde plus égalitaire et plus harmonieux.

—————————————————————————–

La liste ci-dessous intègre les comités selon leur ordre d’arrivée, ceux-ci sont en cours d’évolution. Pour connaître l’ensemble des contacts, les premiers signataires, les associations, les universités impliquées et les comités locaux qui se sont constitués : http://genrerechercheeducationbonnerencontre.unblog.fr/les-comites-en-france/

Premiers signataires de l’Université de Strasbourg

Sandra BOEHRINGER, maîtresse de conférences, Faculté des Sciences historiques (contact : s.boehringer@unistra.fr)
Estelle FERRARESE, professeure, Faculté des Sciences Sociales
Jean-Pascal GAY, maître de conférences, Faculté des Sciences historiques
Sylvie MONCHATRE, maître de conférences, Faculté des Sciences sociales
Philippe CLERMONT, maître de conférences, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation
Céline PETROVIC, chargée d’enseignement, Faculté des Sciences de l’Éducation

Premiers signataires de l’Université de Paris 7 Denis Diderot

Laurie LAUFER, professeure, UFR Études psychanalytiques (contact : laurie.laufer@univ-paris-diderot.fr)
Gabrielle HOUBRE, maîtresse de conférences, UFR Géographie, Histoire, Sciences de la Société
Alain WARGNIER, médecin des Hôpitaux, maître de conférences
Fethi BENSLAMA, Professeur, UFR Études psychanalytiques, Directeur de l’Institut des Humanités
Florence DUPONT, Professeur émérite, UFR Lettres Arts Cinéma, Institut des humanités
Anne KUPIEC, professeur de sociologie, UFR de Sciences sociales, Laboratoire de changement social et politique

Comité de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Violaine SEBILLOTTE, professeure, histoire (contact : violaine.sebillotte@univ-paris1.fr)
Armelle ANDRO, maîtresse de conférences, démographie
Marianne BLIDON, maître de conférences géographie
Marie BUSCATTO, professeure, sociologie
Delphine DULONG, maîtresse de conférences, sciences politiques
Anne HUGON, maîtresse de conférences, histoire

Premiers signataires de Lyon

Cécile OTTOGALLI, maîtresse de conférences en Staps, Lyon1 (contact : cecile.ottogalli@univ-lyon1.fr)
Muriel SALLE, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, Lyon1 (contact : muriel.salle@univ-lyon1.fr)
Philippe LIOTARD, maître de conférences en Staps, Chargé de la mission égalité de Lyon1 (contact : philippe.liotard@univ-lyon1.fr)
Pascale BARTHÉLÉMY, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, ENS Lyon (contact : pascale.barthelemy@ens-lyon.fr)
Marianne THIVEND, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Lyon2 (contact : mthivend@mail.univ-lyon2.fr)
Eliane VIENNOT, professeure d’Université en littérature, Jean Monnet, Université de Saint Etienne (contact : eliane.viennot@gmail.com)

Comité et contact de l’Université Paris 5 Descartes

Vincent ESTELLON, maître de conférences, Institut de Psychologie (contact : vincent.estellon@parisdescartes.fr).
Françoise NEAU, professeure de psychopathologie clinique, Institut de Psychologie.

Premier-ère-s signataires l’Université de Nice Sophia Antipolis

Karine LAMBERT, maîtresse de conférences en histoire, Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) (contact : klambert@unice.fr)
Jean-Luc GAUTERO, maître de conférences, Philosophie et Histoire des Sciences
Lucie BARGEL, maîtresse de conférence en science politique
Eric CHAUDRON, professeur agrégé histoire, ESPE
Nicole BIAGOLI, professeure des universités en Lettres, ESPE
Sandra PLANTIER, professeure agrégée géographie, ESPE

Premiers signataires de l’Université de Picardie Jules Verne

Sylvie PERCEAU, maîtresse de conférences, UFR des Lettres (contact : sylvie.perceau@u-picardie.fr)
Coralie BOURNONVILLE, ATER, UFR des lettres
Catherine GRALL, maître de conférences, UFR des Lettres
Aurélie ADLER, maître de conférences, UFR des Lettres
Anne DUPRAT, professeure de Littérature Comparée
Carlo Umberto ARCURI, maître de conférences, UFR des Lettres

Premiers signataires de l’Université d’Angers

Nahema HANAFI, maîtresse de conférences, histoire moderne et contemporaine (contact : nahema.hanafi@univ-angers.fr)
Christine BARD, professeure, histoire contemporaine
Frédérique LE NAN, maîtresse de conférences, littérature médiévale
Emmanuel GRATTON, maître de conférences, psychosociologie

Premiers signataires de l’Université de Paris 8

Hélène MARQUIÉ maîtresse de conférences, Centre Études féminines, Études de genre, Art. Helene Marquié: h.marquie@free.fr
Anne E. BERGER, professeure, littérature et études de genre, Paris 8, directrice de l’Institut du Genre (CNRS)
Mercedes YUSTA RODRIGO, professeure d’Histoire de l’Espagne Contemporaine, UFR de Langues
Danièle ROSENFELD-KATZ, maîtresse de conférences, chargée de mission égalité femmes-hommes et parité
Nacira GUÉNIF, sociologue, anthropologue, professeure, Sciences de l’éducation
Béatrice FRACCHIOLLA, maîtresse de conférences, Sciences du langage

Premiers signataires de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail

Odile SAINT-RAYMOND, coordinatrice d’ARPEGE (réseau de recherches sur le genre)(arpege@univ-tlse2.fr)
Monique MEMBRADO, ingénieure CNRS, sociologue
Jacqueline MARTIN, maîtresse de conférences en Économie sociale
Isabelle LACOUE-LABARTHE, maîtresse de conférence, histoire, sciences po
Sylvie CHAPERON, professeure d’histoire contemporaine
Jérôme COURDURIES, docteur en anthropologie, maître de conférences

Comité de l’Université de Lille 3

Florence TAMAGNE, maîtresse de conférences, histoire contemporaine (contact : ftamagne@noos.fr)
Sylvie APRILE, professeur d’histoire contemporaine
Marie-Hélène BOURCIER, maîtresse de conférences, CECILLE
Mélanie TRAVERSIER, maîtresse de conférences en histoire moderne
Claire CHÂTELAIN, chargée de recherche, CNRS/IRHIS
Antoine RODRIGUEZ, maître de conférences, Amérique latine

Premiers signataires de l’Université de Paris 13

Pascale MOLINIER, professeure de psychologie sociale (contact : pascalemolinier@gmail.com)
Yoram MOUCHENIK, professeur de psychologie interculturelle
Aline COHEN DE LARA, professeure de psychologie clinique

Premiers signataires de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Emmanuel WALLON, professeur de sociologie politique (contact: Genrepl@listes.u-paris10.fr)
Carina BASUALDO, maîtresse de conférences en Psychopathologie
Silvia CONTARINI, professeur de littérature et civilisation de l’Italie contemporaine
Olivier RENAUT, maître de conférences en philosophie ancienne
LOUYS Gilles, maître de conférences en langue et littérature française, Département de français pour étudiants étrangers

Comité de l’Université de Savoie

Fabienne GILLONNIER, enseignante, Département STAPS (contact : fabienne.gillonnier@univ-savoie.fr)
Clémentine BRY, enseignante-chercheuse, Laboratoire Inter-universitaire de Psychologie, Département STAPS
Phanélie BERTHON, enseignante-chercheure, Laboratoire de Physiologie de l’exercice, Département STAPS
Sophie BOURGADE, enseignante d’Anglais
Geneviève PIGNARRE, professeure de droit privé

Comité de l’Université de Poitiers

Michel BRIAND, professeur de langue et littérature grecques (contact :
Lydie BODIOU, maître de conférences d’histoire grecque
Frédéric CHAUVAUD, professeur d’histoire contemporaine
Florence FILIPPI, maître de conférences en études théâtrales
Stéphane BIKIALO, maître de conférences en langue et littérature française XXe siècle
Anne-Cécile GUILBARD, maître de conférences en littérature française et esthétique de l’image
Alexandre JAUNAIT, maître de conférences, science politique

Comité de l’Université d’Aix-Marseille

Nolwenn LECUYER, maîtresse de Conférences, archéologie, Chargée de Mission Égalité femmes-hommes (contact : nolwenn.lecuyer@univ-amu.fr)
Damien BOQUET, maître de conférences en histoire du Moyen Âge
Julien DUBOULOZ, maître de conférences en histoire romaine
Anne CAROL, professeure en histoire contemporaine
Laurence HÉRAULT, maîtresse de conférences, anthropologie
Jean-Jacques RASSIAL, Professeur, psychopathologie clinique

Contact de l’Université de Clermont-Ferrand 2

Anne-Sophie SAYEUX, maîtresse de conférences en anthropologie (contact : sayeux.annesophie@gmail.com)

Université de Montpellier 3

Rajaa STITOU, maîtresse de conférences en psychopathologie clinique (contact : rajaa.stitou@univ-montp3.fr)
Solange CARTON, professeure de psychopathologie clinique
Jean-Luc BERNABE, maître de conférences associé en psychologie clinique
Aude MICHEL, professeure de psychologie clinique et psychopathologie
Isabelle BOULZE, maîtresse de conférences en psychopathologie clinique

Comité de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

Sébastien ROUX, Chercheur au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité (contact : sebastien.roux@cse.cnrs.fr)
Laure BERENI, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Rose-Marie LAGRAVE, Directrice d’études à l’EHESS, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Amélie LE RENARD, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Geneviève PRUVOST, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, politique et sexualité
Juliette RENNES, Maîtresse de conférences à l’EHESS, Sociologie, EHESS, master Genre, politique et sexualité

Université de Cergy-Pontoise

Karine BERGES, Maîtresse de conférences en civilisation hispanique, chargée de mission Egalité femmes-hommes (contact mail : karine.berges@u-cergy.fr)
Diana BURGOS-VIGNA, Maîtresse de conférences en civilisation latino-américaine
Sylvie BRODZIAK, Maîtresse de conférences-HDR en littérature
Alexandrine GUYARD-NEDELEC, Maîtresse de conférences en civilisation britannique
Violaine HOUDART-MEROT, Professeure de littérature française

Comité de l’Université Bordeaux-Montaigne

Dominique PICCO, maîtresse de conférences, histoire moderne (contact : Dominique.Picco@u-bordeaux3.fr)
Yves RAIBAUD, maître de conférences, géographie, chargé de mission à l’égalité femme/homme
Geneviève SELLIER, professeure, cinéma, responsable de l’atelier Genre Bordeaux-Montaigne
Guillaume LE BLANC, professeur de philosophie
Nicole OLLIER, professeure, Littérature américaine

Contact de Sciences Po

Alain POLICAR, Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) (contact : alain.policar@noos.fr)

Comité du Centre Marc Bloch

Mathilde DARLEY, chargée de recherche CNRS
Jérémie GAUTHIER, post-doctorant
Sarah MAZOUZ, post-doctorante (contact : mazouz@cmb.hu-berlin.de)

Comité de l’Université de Toulon

Natacha ORDIONI, maîtresse de conférences de sociologie (contact : ordioni@univ-tln.fr)
Martine SAGAERT, professeure de littérature du XXe siècle

Comité et contact pour l’Université de Bretagne Occidentale

Marie-Laure DÉROFF, maître de conférence, sociologie ?(contact : marie-laure.deroff@univ-brest.fr)?
Yvonne CLAUDIC-GUICHARD, maîtresse de conférences, sociologie?
Christèle FRAÏSSÉ, maître de conférences, psychologie sociale

Contact de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble

Anthony PECQUEUX, chargé de recherche, sociologue (contact : anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr)

Université de Reims Champagne Ardenne

Nassira HEDJERASSI, professeure, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (contact : Nassira.Hedjerassi@univ-reims.fr)
Sophie DIVAY, maîtresse de conférences, sociologie
Pascal LABORDERIE, maître de conférences, sciences de l’information et de la communication
Anne-Gabrièle WERSINGER, professeur, département de Philosophie
Stephan ETCHARRY, maître de conférences, Département de Musicologie
Sylvie MIKOWSKY, professeur, Linguistique anglaise

Pour connaître l’ensemble des contacts, les premiers signataires, les associations, les universités impliquées et les comités :
http://genrerechercheeducationbonnerencontre.unblog.fr/les-comites-en-france/
Les signataires

Petition regarding dismissal of Prof. Dr. Iris Ritzmann

Dear colleagues,
We have just heard of the dismissal of professor Iris Ritzmann by the University of Zurich.
Ritzmann was employed at the Institute of the History of medicine which includes the Museum of Medical History. The museum had been under the direction of Christoph Mörgeli, a member of the Swiss National Council. Almost a year ago Iris Ritzmann and her husband, the ethnologist and associate lecturer Eberhard Wolff, were arrested in front of their children when their house had been searched. Both spent 30 hours in custody. The prosecutor’s investigations were prompted by the suspicion that Iris Ritzmann and Eberhard Wolff had passed on the annual report of the MHIZ (!) and an expert report about the museum’s collection to the media, enabling a journalist to write a critical article about the scientific and museographic activities of Christoph Mörgeli and to have informed another journalist about the then imminent dismissal of Christoph Mörgeli. Almost eleven months have passed and the prosecutor is still investigating.

The entirely disproportionate legal investigations against Iris Ritzmann have not confirmed the substantial suspicions raised against her.

The University of Zurich nevertheless dismisses an eminent scientist after trying for more than a year to prevent her from carrying out her scientific work and to isolate her from the academy: Ritzmann had to obtain written permission from the Institute’s acting director and the legal department before she could accept invitations to lecture and to publications. Several international conferences had to be held without her contributions as a specialist in the field. The University seems unable, however, to withstand the political pressure it has experienced since Mörgeli’s dismissal.

 

A letter addressed to the University principal in which 60 scientists from Switzerland and abroad asked about the future of the two colleagues at the University of Zurich remained unanswered. The dismissal has now been justified by the alleged disclosure of confidential data and passwords. This is absolutely ridiculous as  Ritzman simply allowed access to the University’s learning platform which is used by 25,000 students (see the attached press release of Ritzmann).

 

We therefore ask you to support the attached petition. You can give your agreement by answering to 

hubert.steinke@img.unibe.ch

and adding a statement. 

Please sign with name, title and institution. And please feel free to distribute and collect signatures.

Press release will be published within a weeks time. 

 

Press Release

 

We, the undersigned scientists, are deeply disturbed to hear of the dismissal of Professor Dr Iris Ritzmann by the University of Zurich. We find it entirely incomprehensible that the University of Zurich could dismiss such a highly esteemed and renowned scientist.

 

For fifteen years (up until the appointment of a new director in 2011) Iris Ritzmann maintained the scientific work and standards at the Institute of the History of Medicine in Zurich (MHIZ) almost singlehandedly and under the most adverse conditions.  In doing so she gained the recognition of the scientific community as a notable scientist and medical historian, a fact that has found reflection in the many invitations she received as a lecturer, keynote speaker and author of original publications in peer-review journals and edited volumes.

 

The outstanding quality of Ritzmann’s work became also apparent recently when the University of Zurich commissioned an expert committee to examine the dissertations supervised at the MHIZ. While the supervisory activities of the former head of the Institute and of the curator were found to be largely very poor, a number of other dissertations from the Zurich Institute were considered excellent. Nobody who knows anything about the situation at Zurich would have the slightest doubt that the latter dissertations were supervised by Iris Ritzmann. The fact that the University omitted to mention this speaks volumes.

 

Eleven months ago, the University of Zurich suspended Iris Ritzmann pending the results of a legal investigation into the possible disclosure of the MHIZ annual report and an expert report about the collection at her Institute. In all this time the prosecutor has not released any information or evidence. The University has nevertheless maintained the suspension and massively obstructed Iris Ritzmann’s scientific work. Ritzmann was, for instance, prevented from accepting invitations to lecture without the written consent of the Institute’s acting director and the legal department and, as a result of clearly arbitrary decisions, she was unable to attend a number of international conferences.

 

Over and above that, the University has apparently given the public prosecutor of the Canton of Zurich access to the metadata of the email correspondence and telephone calls of University staff and journalists. Such steps are not only hugely out of proportion, they constitute an unacceptable violation of the personal rights of all scientists and faculty members of the University. We object to this violation in the strongest terms.

 

Whatever the charge brought against Iris Ritzmann in connection with press contacts and the passing on of information about the Institute of the History of Medicine to the press, it must be stated clearly that the university, which is funded by the taxpayer, is subject to the principle of freedom of information. As scientists who are constantly in the public eye and in communication with the press we all have regular “contact with the press.” This contact often involves a degree of disclosure of background information to journalists; how else could a press that is worthy of the name function? We don’t see it as our task to obstruct the work of the press. A university in a liberal society with a free press that is afraid of this kind of normal contact between the scientific community and the media has a fundamental problem: it is dreaming of a surveillance state.

 

The charges that led to Iris Ritzmann’s dismissal in no way justify the dismissal of this professor who, for many years, has done excellent work in research and teaching and has represented her subject with great personal commitment at home and abroad. It is difficult not to suspect that the University thinks it has to bow to political pressure by sacrificing a pawn. But the sacrifice is much greater than the University assumes: it not only dismisses a renowned professor but sacrifices science to politics.

 

In the year since this situation at the MHIZ began, the University has neglected to actively promote the standards of research and teaching. It was, however, the neglecting of these standards over many years that caused the conflict at the MHIZ, which escalated a year ago, in the first place. It is high time the University looked into this development and made it public. As long as the University tries to find easy ways out by blaming administration and staff members and glossing over past mistakes, it will not be possible to undo the damage it has caused to Medical History as a discipline and to the Swiss universities.

 

We strongly encourage the University of Zurich

–          To reinstitute Professor Dr Iris Ritzmann as a scientist at the University of Zurich in a position that will allow her to fully pursue her scientific work.

–          To investigate the deeply rooted problems of the MHIZ and make them public, including all relevant documents.

–          To disclose whether the public prosecutor was in fact given access to the metadata of the email correspondence and telephone calls of university staff and to explain the legitimacy of such steps.

 

We all appreciate the University of Zurich and many of us have worked closely with the University and its associates. We therefore hope that the University of Zurich will consider our urgent recommendations as recommendations of friends.

 

——-
Im Zusammenhang mit der Entlassung von Iris Ritzmann und der Sammlung von Unterschriften möchte ich Sie auf beiliegenden Beitrag in der heutigen NZZ hinweisen, der weitere Hintergrundinformationen liefert.

Fermeture du musée d'histoire de la médecine de l'hôpital universitaire de Berlin

Fermeture du musée d’histoire de la médecine de l’hôpital universitaire de Berlin

The Board of Berlin’s university hospital, the Charite, are planning to close its medical-historical museum, an institution founded by the pioneering pathologist Rudolf Virchow in 1899 (as his pathology museum).

Times are tough, the financial situation of the Charite is dire, and according to press officer Stefanie Winde, running a museum does not form part of the core competencies of a university hospital (it most  certainly did for Virchow!).

On the museum, see:  http://www.bmm.charite.de/museumtransparent/pathmuseum_e.htm

On the planned closure, see this article in the Berliner Zeitung (in German): http://www.berlinonline.de/berliner-zeitung/berlin/charite-museum/355127.php

Soutien au Musée Boerhaave

Museum Boerhaave is threatened

Museum Boerhaave — the famous science museum in Leiden — is threatened. Last Friday, the Dutch Minister of Culture presented budget cuts to the effect that the museum will have to bring in substantial external funding to cover the costs for collections and exhibitions. If the museum cannot do this, it will be closed by the end of next year.

Friends of Museum Boerhaave are encouraged to write letters of support to show that the museum is an important part of the international community of science museums. Send your letters to the museum’s head of collections, Hans Hooijmaijers, hanshooijmaijers@museumboerhaave.nl.

Corps et Médecine a 1 an !

Cher-e-s collègues et utilisateur-rices,

Le site Corps et Médecine. Recherches en sciences humaines et sociales fête aujourd’hui sa première année d’existence.

Le bilan s’avère positif avec une fréquentation moyenne de 5 000 à 6 000 visites par mois.

Cette année, la diffusion des informations a largement dépendu des contributeur-rice-s, qui ont drainé, quotidiennement, les annonces vers le site ; qu’ils et elles en soient remercié-e-s.

La réussite de ce projet repose également sur la participation, ponctuelle ou régulière, des chercheur-se-s et organismes de recherche désireux de voir diffuser à un large public les informations concernant leurs activités. Je me permets par conséquent de vous rappeler la possibilité d’envoyer directement vos annonces à l’adresse mail du site  (corpsetmedecine@gmail.com). Il est également possible d’insérer cette adresse dans vos listes de diffusion !

En espérant que cet outil de travail permettra encore longtemps de décloisonner les recherches en SHS portant sur les domaines du corps, de la médecine et de la santé, je vous souhaite d’excellentes recherches.

Nahema Hanafi

Administratrice de Corps et Médecine – FRAMESPA, IUHMSP


Collaborateur-rice-s

Marie Gaille – CERSES, Université Paris Descartes

Claire Crignon – Centre Chevrier, Université de Bourgogne

Alexandre Klein – ACCORPS/LHSP, Université Nancy II

Les annonces de la rentrée sur Corps et Médecine

Bonjour à toutes et à tous,

En cette rentrée universitaire 2010, n’oubliez pas de faire parvenir à « Corps et Médecine. Recherches en sciences humaines et sociales » vos annonces de colloques, de journées d’études et séminaires, les appels à contributions…

Pour publier une annonce, veuillez envoyer un mail à : corpsetmedecine@gmail.com

Vous pouvez également insérer cette adresse mail dans vos listes de diffusion pour une meilleure circulation des informations.

En vous souhaitant d’excellentes recherches,

Nahema HANAFI – Administratrice de « Corps et Médecine »

Pétition – Fermeture du Musée de l'assistance publique

Pétition – Fermeture du Musée de l’assistance publique

Chers collègues,

Je vous fais part d’une pétition qui m’est parvenu par le biais de la Société Espagnole d’Histoire de la Médecine. (SEHM, Madrid) relative à la volonté du gouvernement français de fermer le Musée de l’Assistance Publique. Qui connait ce musée sait combien cette institution est unique en son genre, qu’elle offre des ressources extraordinaires à la recherche et, sans aucun doute, fait partie  de notre plus important patrimoine historique et médical européen. A titre informatif, ci-joints deux documents. En suivant ce lien vous pourrez signer la pétition pour attenter dans la mesure du possible à cette fermeture et freiner une telle initiative.

http://www.adamap.fr

Cordialment,

Sébastien Janicki

Attention – Mémoire hospitalire en péril

Demain l’AP-HP

Pétition – Save History of Medecine at University College London

Pétition – Save History of Medecine at University College London.

On March 31st the Wellcome Trust and UCL announced the closure of the Wellcome Trust Centre for the History of Medicine. This decision came in the middle of negotiations concerning the normal quinquennial review of funding for the Centre. The proposal to close the Centre was made by a handful of persons within the Wellcome Trust without, as far as is known, the involvement of any historian of medicine. We call upon the Trust to reconsider its decision, reinstate the independent peer review process, and permit any subsequent Centre to remain within the Wellcome building. We call upon UCL to maintain the history of medicine as a visible entity within College serving both historians and medics.

http://www.petitiononline.com/WTCHOM/petition.html

As many people will already know, on March 31, the Wellcome Trust abruptly announced that it intended to withdraw its funding from the Wellcome Trust Centre for the History of Medicine at UCL, which would be closed completely on September 30, 2012. A similar statement followed from UCL.

You are invited to sign the petition against closure that is now online at

www.petitiononline.com/WTCHO…

and to pass details of it on to others known to you who might also support our cause.

Further information will be posted on this website soon. The opportunity to comment on the closure can be found on : http://friendsofwtchom.blogspot.com

Occupation de l’Université de Middlesex + revue de la presse britannique (05/05/10)

Save Philosophy at Middlesex University – La philosophie n’est plus rentable à Middlesex University (Londres) – 26 avril 2010

Middlesex University has decided to close its CRMEP in the complete absence of any persuasive academic or economic rationale.We, the undersigned, call on Middlesex University to reverse this damaging and ill-judged decision to close its Philosophy programmes, and to renew its commitment to widening participation in education and to excellence in research.

Signer la pétition : http://www.gopetition.com/petitions/save-middlesex-philosophy.html.

http://www.web.mdx.ac.uk/crmep/

Sur facebook : https://www.facebook.com/group.php?g...

contact : savemdxphil@gmail.com

Envoyez des lettres de protestation adressées à :

Vice-Chancellor of the University, Michael Driscoll, m.driscoll@mdx.ac.uk ; Deputy Vice-Chancellor Research and Enterprise, Waqar Ahmad,w.ahmad@mdx.ac.uk ; Deputy Vice Chancellor Academic, Margaret House, m.house@mdx.ac.uk ; Dean of the School of Arts & Education, Ed Esche, e.esche@mdx.ac.uk.

Sur le même sujet:

– Fermeture du Département de Philosophie à MiddleSex University : A blow to philosophy, and minorities , The Guardian, 29 avril 2010Axing Middlesex’s top-rated department is a step back to when philosophy meant white men discussing formal logic over sherry

Cet article présente non seulement la décision de fermer le département de philosophie à Middlesex University mais aussi la façon dont la philosophie a été particulièrement visée dans les mesure de restructuration universitaire récentes et ce que ce département représentait pour la pensée critique et pour les étudiants pauvres et issus des minorités.

Lire cet article sur le site du Guardian

– Middlesex Philosophy Department Faces Closure

http://www.frieze.com/blog/entry/middlesex_philosophy_department_closure/
(Texte en anglais reproduit ci-dessous): Traduction française (disponible aussi àhttp://www.appeldesappels.org/spip…. ):
Tard dans la soirée du lundi 26 avril, les professeurs du département de philosophie à l’Université Middlesex à Londres ont été informés que la direction de l’Université s’apprêtait à fermer tous les enseignements en philosophie : undergraduate, postgraduate et MPhil/PhD [qui correspondent à nos enseignements de la licence au doctorat].

La philosophie est la discipline la mieux évaluée à l’université Middlesex, puisque 65% de ses activités de recherche sont jugés « à l’avant-garde de la recherche au niveau mondial » et reconnues comme « excellentes sur le plan international » dans le dernier rapport d’évaluation du gouvernement britannique.

Ce département est maintenant largement reconnu comme l’un des centres les plus importants pour l’étude de la philosophie moderne et contemporaine européenne partout dans le monde anglo-saxon. La renommée de ses enseignements en master en philosophie s’est affirmée ces dernières années jusqu’à ce qu’ils deviennent les plus suivis au Royaume-Uni, avec 42 nouveaux étudiants admis en Septembre 2009.

Middlesex est l’une des rares universités du Royaume-Uni à avoir mis en place des programmes de deuxième et troisième cycles axés sur la recherche et l’enseignement destinés au plus large éventail d’étudiants, spécialistes et non-spécialistes, philosophes et non-philosophes. Il est également l’un des rares centres qui soit financièrement viable, allant jusqu’à consacrer près de la moitié de son budget global à l’administration centrale de l’Université. Cette décision de mettre fin aux activités du Département de Philosophie à l’Université Middlesex aura de graves conséquences pour l’enseignement de la philosophie au Royaume-Uni. C’est une décision honteuse qui revient à supprimer le Centre de Recherche en Philosophie Moderne Européenne (CRMEP), de renommée internationale. Nous devons résister à cette atteinte volontaire que l’Université se porte à elle-même.

Personnels enseignants : Eric Alliez, Peter Hallward, Mark Kelly, Christian Kerslake, Peter Osborne et Stella Sandford).

Please join the facebook group and spread the word : https://www.facebook.com/group.php?gid=119102561449990

And sign the petition http://www.gopetition.com/petitions/save-middlesex-philosophy.html

Campaign email : savemdxphil@gmail.com

It would be helpful if you could send an email to these people, responsible for the decision that has been made.

Vice-Chancellor of the University, Michael Driscoll ;

Deputy Vice-Chancellor Research and Enterprise, Waqar Ahmad ;

Deputy Vice Chancellor Academic, Margaret House ;

Dean of the School of Arts & Education, Ed Esche.

(The full set of emails is m.driscoll@mdx.ac.ukw.ahmad@mdx.ac.uk ;m.house@mdx.ac.uk ; e.esche@mdx.ac.uk).

If you are able to send such an email, it would be helpful if you blind copied (BCC) it to our campaign email, savemdxphil@gmail.co

Petition against the closure of the Wellcome Trust Centre for the History of Medicine at UCL

As many people will already know, on March 31, the Wellcome Trust abruptly
announced that it intended to withdraw its funding from the Wellcome Trust
Centre for the History of Medicine at UCL, which would be closed completely
on September 30, 2012. A similar statement followed from UCL.

You are invited to sign the petition against closure that is now online at <http://www.petitiononline.com/WTCHOM/petition.html>and to pass details of it on to others known to you who might also support
our cause.

Further information is available on our website and the opportunity to
comment on the closure can be found on
*http://friendsofwtchom.blogspot.com*<http://friendsofwtchom.blogspot.com/>

With thanks for your support,

Vivian Nutton
Emeritus Professor of the History of Medicine