Appel à contribution – Des pleureuses au « deuils planétaires »

Des pleureuses au « deuils planétaires »

Formes, pratiques et expériences des deuils collectifs à travers les âges

Jeudi 09 décembre 2010  |  Tours (37 000)

Ce colloque se propose d’étudier sur le temps long (des pleureuses antiques aux formes les plus contemporaines des « deuils planétaires ») et dans un espace géographique résolument ouvert sur les mondes extra-européens et non-occidentaux, les divers aspects des deuils collectifs : formes et manifestations, modalités, participants, comportements des foules en deuil, notamment en milieux urbains, leur prise en charge, leur gestion, etc. Cette rencontre est organisée par l’EA 4247 de l’Université de Tours, CeRMHAVA, Equipe « Villes, sociétés, cultures », axe « Les phénomènes collectifs dans les villes ». Si l’approche initiale est résolument historienne, la rencontre est bien évidemment aussi ouvertes aux autres disciplines des sciences sociales.
La fin du XXe siècle semble avoir inventé le phénomène du « deuil planétaire » : les morts de JFK (1963), du général de Gaulle (1970), d’Elvis Presley (1977), de la princesse Diana (1997) ou de Michael Jackson (2009) eurent un retentissement mondial et générèrent des manifestations de deuil aussi de la part des institutions officielles que des « anonymes ». A y regarder de plus près, pourtant, le phénomène n’est peut-être pas si nouveau : ne peut-on en voir la première expression dans les manifestations d’affliction qui accompagnèrent la disparition de la reine Victoria, en 1901, dans tout l’Empire britannique bien sûr, mais également au-delà (tels les drapeaux mis en berne à New York) ?

Le deuil « planétaire » n’est qu’un des aspects des deuils « collectif », favorisé notamment par les innovations technologiques qui, du télégraphe à l’Internet, ont contracté l’espace-temps. Le deuil collectif (et, plus généralement, le deuil), demeure un objet qui attend son histoire, en France du moins, où même les travaux d’historiens sur la mort commencent à dater d’une trentaine d’année. Très récemment, l’historiographie des War Studies a porté beaucoup d’attention aux deuils liés aux hécatombes de masse des deux guerres mondiales, dans une perspective combinant l’histoire et la mémoire, voire la patrimonalisation de la mémoire. Dans une longue chronologie, si l’étude de la mort a été particulièrement menée par les médiévistes, la question du deuil n’a pas bénéficié du même engouement. L’institution du jour des morts par l’abbé de Cluny, le développement de la pratique des rouleaux des morts dans les communautés abbatiales, les cortèges de pleurants sur les tombeaux princiers donnent des clés de lecture d’une gestion collective de la mort. Mais bien des pratiques, notamment laïques, sont moins clairement établies, à charge pour nous d’en définir l’existence, la chronologie, les composantes, en confrontant sources textuelles, iconographiques et archéologiques.

Ce colloque procède d’une vaste ouverture chronologique, mais veut également couvrir une aire géographique large, les pratiques extra-européennes ayant toute leur place ; de nombreux rituels, comme le retournement des morts à Madagascar, sont autant de témoins à analyser. Historiens, historiens d’arts, historiens des religions, sociologues, spécialistes des media, sont invités à confronter leur point de vue. Au nombre des axes privilégiés – mais la liste n’est pas limitative – figurent les modalités du deuil collectif, les participants, leur degré d’implication, les comportements des foules en deuil, notamment en milieux urbains, leur prise en charge, leur gestion.

Les propositions de communication (300 mots + CV), pour une communication orale de 20 minutes, sont à adresser par mail à Christine Bousquet (christine.bousquet@univ-tours.fr) et Philippe Chassaigne (philippe.chassaigne@univ-tours.fr), pour le 1er septembre 2010 au plus tard. Les communicants retenus prennent en charge transport et hébergement. Les droits d’inscription (100 euros, taux préférentiels sur demande pour doctorants et post-docs) couvrent tous les repas et un volume des pré-Actes. Une publication papier sera ensuite assurée.

Contact

  • Camille Prieux
    courriel : cermahva (at) univ-tours [point] fr

    Université de Tours,
    EA 4247 CeRMAHVA
    Bureau 316
    3 rue des Tanneurs
    37 000 Tours

Prix et Bourses doctorales 2010 – Fondation Médéric Alzheimer

Prix et Bourses doctorales 2010 – Fondation Médéric Alzheimer

La Fondation Médéric Alzheimer lance son appel à « Prix de thèse et Bourses doctorales 2010-2011 » en sciences humaines, en sciences sociales ou en sciences politiques.

Il s’agit pour la Fondation d’encourager les jeunes chercheurs dont les travaux de thèse portent sur :

  • les enjeux sociétaux induits par la maladie d’Alzheimer dans ses dimensions sociales, politiques, économiques, juridiques, psychologiques, philosophiques, éthiques, anthropologiques ou démographiques.
  • l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et/ou de leurs aidants (familiaux, bénévoles ou professionnels).

Le Prix de thèse, d’un montant de 12 000 €, récompense les travaux d’un titulaire de doctorat en sciences humaines, en sciences sociales ou en sciences politiques.

Par l’attribution de 4 Bourses doctorales d’un montant total de 10 000 € par an chacune (renouvelables une fois), la Fondation souhaite soutenir des jeunes doctorants en 1ère, 2ème ou 3ème année de thèse en sciences humaines, en sciences sociales ou en sciences politiques.

Modalités de participation et dossiers de candidature : http://www.fondation-mederic-alzheimer.org (Rubrique Soutien aux Etudes et Recherches)
Date limite de retour des dossiers : le 15 septembre 2010

Fondation Médéric Alzheimer
30 rue de Prony
75017 Paris
Contact
  • Fondation Médéric Alzheimer
    courriel : kasprzak (at) med-alz [point] org

    30 rue de Prony
    75017 Paris
Url de référence

Colloque – La psychothérapie en Europe. Spécificités nationales et tendances communes

La psychothérapie en Europe. Spécificités nationales et tendances communes

16 et 17 septembre 2010  |  Paris (75005)

On observe actuellement un puissant mouvement d’homogénéisation de toutes les enjeux qui concerne « la psychothérapie » (catégorie qui inclut la psychanalyse), qu’il s’agisse de ses usages, de ses théories et méthodes, des questions professionnelles. Le colloque vise à comprendre à la fois ce mouvement d’homogénéisation et la recomposition d’identités psychothérapeutiques nationales. La première journée sera dédiée à « La psychothérapie au croisement de questions anthropologique et institutionnelles », la seconde à « Politiques de santé mentale et régulation de la pratique psychothérapeutique »

Organisation scientifique : Françoise Champion (Cermes3- Cesames)

ENS 45 rue d’Ulm, Paris 5ème

salle Rataud

Programme de recherche « Philosophie, Histoire et Sociologie de la Médecine Mentale » (PHS2M), coordonné par Pierre-Henri Castel et financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), en partenariat entre l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (IHPST, Université Paris 1) et l’équipe CeRMeS3 – CESAMES (Centre de recherche, Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale – Centre de recherche Psychotropes, Santé mentale, Société), Université Paris Descartes/Inserm/CNRS/École des Hautes Études  en sciences sociales

Jeudi 16 septembre

9h30 : accueil

La psychothérapie au croisement de questions anthropologique et institutionnelles

10h-13 h,
Présidence : Françoise Parot, CNRS-Université René Descartes-CERMES3

Françoise Champion, CNRS-Université René Descartes-CERMES3

Introduction

Agnès Desmazières,  GSRL (Groupe, Société, Religion, Laïcités), Paris

Americaniser la psychanalyse européenne : les réseaux catholiques comme vecteurs de l’ Ego Psychologie (1945-1960)

Tiago Marques, Paris Panthéon-Sorbonne, Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques

Psychoanalysis in Catholic contexts: historical reflections around the Portuguese case

David Pilgrim, Department of Social Work, Faculty of Health, University of Central Lancashire, Preston, UK

The hegemony of cognitive-behavioral therapy in modern mental health care

Discutant : Pierre-Henri Castel, CNRS-Université René Descartes-CERMES3

14h30-17h30

Présidence : Xavier Briffault, CNRS-Université René Descartes-CERMES3

Nadia Garnoussi, Université Paris  Descartes- CERMES3

La psychothérapie pour prévenir et traiter la dépression : conceptions et normes en Europe

Livia Velpri, Université Paris 8 et CERMES3 & Elizabeth Davis, Princeton University

Uses of psychotherapy in public psychiatry : comparing practices in France and Greece

Françoise Champion, CNRS-Université Paris Descartes- CERMES3

La question de la psychothérapie : jalons pour une comparaison entre la France et le Royaume-Uni

Discutant : Alain Ehrenberg, CNRS-Université René Descartes- CERMES3

Vendredi 17 septembre

Politiques de santé mentale et régulation de la pratique psychothérapeutique

9h30-12h30
Présidence : Michael Villamaux, psychologue

Ellen Kuhlmann, Faculty of Social Sciences Goethe University Frankfurt, Germany & Department of Social and Policy Sciences Unversity of Bath Bath, UK

Health professions and the politics of mediation : cross-country comparison

Samuel Lézé, EHESS- IRIS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales,  Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux), Paris

La régulation des psychothérapeutes  :  une comparaison européenne

Chris Mace, psychiatrist and psychotherapist, University of Warwick

The British revolution :  on providing psychotherapy freely, equally and fraternally

Discutant : Thomas Le Bianic, Université Paris-Dauphine , IRISSO (Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales)

14h-17h
Présidence : Pierre-Henri Castel, CNRS-Université René Descartes-CERMES3

Giel Hutschemaekers, Radboud University,  Nijmegen, Pays-Bas

Les transformations de la psychothérapie : la situation néerlandaise

Bernhard Strauss, Institute of Psychosocial Medicine and Psychotherapy, University Hospital
Friedrich-Schiller-University Jena, Germany

Patterns of psychotherapic practice and professionalisation in Germany

Discutante : Maïa Fansten, Université Paris Descartes, GEPECS (Groupe d’étude pour l’Europe de la culture et de la solidarité)

Bilan : Pierre-Henri Castel, CNRS-Université René Descartes-CERMES3

Les communications seront en anglais ou en français (avec texte ou résumé long dans l’autre langue)

Le colloque est gratuit sur inscription auprès de  fchampion@noos.fr

Parution – Le corps multiconnexe : vers une poïétique de l’oscillation ?

Parution – Le corps multiconnexe : vers une poïétique de l’oscillation ?

Xavier Lambert, Le corps multiconnexe : vers une poïétique de l’oscillation ?, Presses universitaires de Nancy, collection Epistémologie du corps, 2010.

Il s’agira de montrer comment le procès de la création contemporaine s’articule avec le paradigme cybernétique, c’est-à-dire non seulement à travers la question du numérique, mais aussi, dans le prolongement des algorithmes génétiques, à travers celle des biotechnologies. Partant du principe que ces technologies, par la révolution paradigmatique qu’elles opèrent, obligent à redéfinir l’anthropologie du corps, le propos sera d’analyser dans quelle mesure le corps de l’art procède de cette redéfinition, notamment à partir de l’art numérique et de l’art biotechnologique, mais pas exclusivement. La question serait alors de savoir si l’oeuvre d’art peut, dans son acception générale, se définir comme une fiction du réel. Auquel cas, peut-elle rester opérante dans cette définition dès lors que les technologies actuelles inscrivent un rapport réel/virtuel où l’actualisation du virtuel permet de révéler des réalités connexes ? Corollairement, peut-il y avoir un art posthumain ? Si l’on admet que la création artistique est une caractéristique intrinsèque à l’humain, quel statut peut-elle conserver dès lors que le processus de globalisation qui est celui des technosciences inscrit la disparition de l’humain ? Si la création artistique renvoie au sujet, nécessairement, ne serait-ce que dans le rapport d’énonciation, comment son projet peut-il encore se définir à l’heure de la dilution du sujet lui-même ? À moins alors de considérer que le rôle de la création artistique est de l’ordre de la Résistance. Non pas une Résistance réactionnaire pour sauvegarder un âge d’or déchu, mais une Résistance prospective dont le but serait d’investir, voire de créer, les interstices de la globalité par le corps multiconnexe de l’artiste actant comme outil privilégié du procès de la création, de créer des futurs contestables.

Séminaire – Forme et évolution

Module Pluridisciplinaire Forme et évolution & bodybuilding

L’Ecole doctorale 139 (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) annonce la tenue les 3 et 4 juin 2010 de son séminaire doctoral pluridisciplinaire « Forme et Evolution », en partenariat avec l’ED 227 (Muséum national d’histoire naturelle) et l’ED 435 (AgroParisTech).

Objectifs du module

Ce module est organisé pour la troisième année consécutive. Il est destiné à renforcer la formation scientifique pluri-disciplinaire des doctorants, selon l’esprit qui anime l’Ecole doctorale 139 Connaissance, Langage et Modélisation. Rappelons que celle-ci rassemble, et parfois hybride, aussi bien des disciplines des sciences humaines que des disciplines relevant des sciences « dures » : Esthétique, Ethologie, Information & Communication, Mathématiques, Philosophie, Psychologie, Sciences de l’Education, Sciences du Langage, Sciences physiques & Sciences de l’ingénieur, Sport.

L’Ecole Doctorale 139 s’est en outre fixé parmi ses missions essentielles l’encadrement scientifique et le suivi pédagogique des doctorants ; mais aussi d’instaurer les conditions de l’acquisition d’une culture pluridisciplinaire et de compétences diversifiées. Le module transversal traduit cette volonté de l’ED 139, par une collaboration suivie avec deux ED rattachées à de grandes institutions scientifiques parisiennes.

Thème du module 2009-2010

Le terme évolution a deux sens : si aujourd’hui, évolution signifie la transformation des espèces, ce n’est pas le cas au XVIIIe siècle, où evolutio désigne le développement d’un germe préexistant, qui se déroule. Les historiens des sciences se sont demandé si les deux sens étaient liés l’un à l’autre. Cela aurait comme implication, par exemple, de penser la transformation des espèces comme le développement d’un individu. Ce fut le cas par exemple dans plusieurs théories pré-darwiniennes (comme les Vestiges de la Création de Robert Chambers, parus en 1844). De ce point de vue, la théorie de l’évolution par sélection naturelle de Darwin constituerait une rupture, même si certains historiens ont suggéré, de manière provocatrice, qu’un tel rapprochement était encore pertinent dans l’Origine des espèces (cf. Robert Richards, The Meaning of evolution).

Cette question sera tout particulièrement l’objet de la première journée du module se déroule au Muséum national d’histoire naturelle.

La seconde journée, organisée à Nanterre, a plus particulièrement pour thème la prise de forme, ce qu’on pourrait appeler, non sans ironie, les théories du « bodybuilding ». Dans ce cadre, sera menée une réflexion pluridisciplinaire sur la construction des corps : non seulement sur les pratiques (sport, chirurgie esthétique, transsexualité), ou sur le « souci de soi » dont ces pratiques témoignent ; mais plus généralement sur la nature des corps qui sont nôtres, au croisement de la biologie et de la société. Nos corps sont construits mais jusqu’où s’étend la construction des corps ? qu’est-ce qu’un corps « naturel » ? Depuis que Judith Butler a mis ce thème en avant dans Trouble dans le genre (1990), on considère parfois que la distinction entre sexe et genre, entre le biologique et

Recherche lecteurs pour l'année 2010/2011 / Corps et sciences sociales

RECHERCHE LECTEURS POUR L’ANNÉE 2010/2011 / CORPS ET SCIENCES SOCIALES

Chers collègues, chers amis, chers tous,

Notre séminaire de lectures d’ouvrages récents sur le corps et les sciences sociales se poursuit l’année prochaine (voir programme ci-joint) et nous sommes à la recherche de lecteurs. Je vous rappelle que la “lecture” consiste à parler environ 20 mn sur l’ouvrage de votre choix en vous adressant à un public qui ne l’a pas forcément lu. Il s’agit donc essentiellement de rendre compte de ce qui figure dans l’ouvrage puis de poser deux ou trois questions à l’auteur qui, en règle générale, est présent. D’expérience, il s’agit d’un travail très utile pour celui qui le fait et de séances qui sont riches d’enseignements, tant pour le lecteur que pour l’auteur.

A l’heure actuelle, les livres suivants sont réservés (mais il y a une marge de manoeuvre s’agissant des choix de Lucia Candelise puisqu’elle ne va pas en présenter trois)

-Florence Ollivier sur Penser l’accompagnement

-Florence Bellivier sur la Transplantation d’organes

-Lucia Candelise sur D.Memmi, D.Guillo et O.Martin, La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales, Paris, Ed.EHESS, 2009. OU Daniel Couturier, Georges David et al., La mort de la clinique, Paris, Puf, (coll.Quadrige), 2009. OU Stéphanie Hennette, Le droit de la bioéthique, Paris, La Découverte (Collection: Repères Sciences politiques), 2009.

-Pierre-Yves Baudot sur le « manuel » « sociologie de la mort » de Gaelle Clavandier, et de celui de Julien Bernard, « Croque mort ».

Si l’un de ces ouvrages vous intéresse, vous pouvez me contacter par mail ; vous pouvez aussi faire passer l’information autour de vous. Je vous remercie, bien à vous, florence bellivier <florence.bellivier@wanadoo.fr>

Colloque – Littérature et thérapeutique des passions : la catharsis en question

Littérature et thérapeutique des passions : la catharsis en question

Vendredi 04 juin 2010  |  Paris (75005)

Il s’agira dans cette enquête collective, de revenir sur les débats et les enjeux associés à la notion de catharsis depuis Aristote; plus largement, on voudrait analyser dans la longue durée les indéterminations sémantiques et axiologiques qui n’ont cessé d’accompagner la réflexion sur les pouvoirs « thérapeutiques » de la tragédie et de la littérature dans son ensemble, au confluent de plusieurs paradigmes (médicaux, poétiques, moraux, politiques…). en suivant les déplacements les plus significatifs de cette problématique d’un siècle à l’autre, et d’un genre à l’autre.
Colloque organisé par Jean-Charles Darmon et le Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale de l’Ecole normale supérieure de Paris (USR 8803, ENS-CNRS),
en partenariat avec l’équipe Etats, Sociétés Religions (Versailles-Saint-Quentin), le Centre d’Etudes de la Langue et de la Littérature françaises des XVIIème et XVIIIème siècles (Paris Sorbonne-CNRS UMR 8955), l’Institut de recherche en études théâtrales (Paris III, IRET), le et le Centre Représentation – Recherches théâtrales et cinématographiques (Paris Ouest)
ENTRÉE LIBRE (dans la limite des places disponibles)
Vendredi 4 juin

(ENS, 45 rue d’Ulm, Amphithéâtre Evariste Gallois)

9h 15 Accueil des participants.

9h 30 Jean-Charles Darmon (CRRLPM – USR 8803 )

Présentation du colloque

9h 45 Pierre Destrée (FNRS/Louvain) : « catharsis tragique chez Aristote : enjeux et problèmes »

10h 30 Martin Rueff (Paris VII) : « La catharsis selon Olympiodore »

11h 15 Pause

11h 30 Virginie Leroux (Reims, IUF) : « L’émergence d’une quaestio : la catharsis aristotélicienne chez les poéticiens de la Renaissance »

12h 30 Déjeuner

Présidence Jean-Charles Darmon (CRRLPM – USR 8803)

14h Patrick Dandrey (Paris IV): « La catharsis aristotélicienne : processus ou procédé ? D’un problème récurrent et des conditions de sa résolution »

14h 45 Table ronde Critiques de la catharsis au XVIIème siècle :

  • Christian Biet (Paris Ouest),
  • Jean-Charles Darmon (Versailles-ENS)

15h 15 Pause

15h 30 Pierre Frantz (Paris IV): « Théâtre et catharsis au XVIIIème siècle »

16h 15 Xavier Papaïs (CIRPHLES-EHESS) : «Un modèle humien : les conversions passionnelles »

17h Conférence de Michel Deguy : « De Kertesz à Marivaux » (suivie d’un entretien) Samedi 5 juin (45 rue d’Ulm, salle des Actes)
Samedi 5 juin

Présidence Emmanuel Bury (Versailles-Saint-Quentin-Equipe Etats-Sociétés-Religions/IUF)

10h Florence Naugrette (Rouen) : « Morales de l’émotion forte dans le mélodrame et le drame romantique »

10h 45 Jacques Le Rider (EPHE) : « De Bernays à Gomperz : les références philologiques à la catharsis selon Freud »

11h 30 Pause

11h 45 Catherine Coquio (Poitiers) : « La catharsis sous condition : représentation et témoignage de la violence extrême »

Déjeuner

Présidence Gilles Declercq (Directeur du Centre de Recherche sur la théorie et l’histoire du théâtre, Paris III)

14h 15 Catherine Naugrette (Paris III- Directrice de l’ED Arts & Médias) : « Du cathartique dans le théâtre contemporain »

15h Gisèle Berkman (C.I. Ph., Paris) : « La catharsis dans les récits de Maurice Blanchot »

15h 45 Carole Talon-Hugon (Université de Nice) : « L’épreuve singulière de l’affect dans l’expérience de la lecture »

16h30 Pause

16h45 François Regnault (Paris VIII) : « La catharsis selon Lacan : ‘le désir visible’ »

17h 30 Entretien avec Brigitte Jaques-Wajeman

Fichiers attachés

The database Bibliografía Histórica sobre la Ciencia y la Técnica en España has been updated

The database Bibliografía Histórica sobre la Ciencia y la Técnica en España has been updated

The Bibliografía Histórica sobre la Ciencia y la Técnica en España (Historical Bibliography on Science and Technology in Spain) has been updated under the direction of María Luz López Terrada and Julia Osca Lluch. The update of this database, developed by the Instituto de Historia de la Medicina y de la Ciencia López Piñero (López Piñero Institute for the History of Medicine and Science), has been funded by the Spanish Ministry of Science and Innovation.

The database brings together the largest number of works in the history of science and technology published in Spain or by Spanish authors all over the world. One of its main aims is to facilitate access to the information produced in Spain on the history of science and technology, as most of this research is local or regional and, therefore, it is not always present in national and international bibliographical databases.

Access to the new database is provided on-line for free (http://www.ihmc.uv-csic.es/buscador.php). The new version includes significant improvements, such as a wider coverage, more fields for every bibliographic record, different search options, and new possibilities to export and download data in a personalized way and in different formats (TXT, Word, Pdf or Excel).


Parution – Philosophie du soin. Ethique, médecine et société

Parution – Philosophie du soin. Ethique, médecine et société

Le Centre Georges Canguilhem (Université Paris Diderot) signale la parution de l’ouvrage :

La philosophie du soin. Ethique, médecine et société

sous la direction de Lazare Benaroyo, Céline Lefève, Jean-Christophe Mino et Frédéric Worms

Le soin ne désigne pas seulement un domaine particulier de l’activité médicale, au sens où l’on parle par exemple des soins infirmiers ou des soins palliatifs. Il ne correspond pas non plus à un « supplément d’âme » de la médecine, mais il en constitue une, sinon la finalité essentielle. Car le soin est aujourd’hui le point où s’articulent la médecine, l’éthique et la société dans leur ensemble, à la fois dans les expériences, les pratiques et les institutions. Partout, le soin est une référence, un souci et une valeur, parfois un prétexte et un leurre, toujours un problème. Le but de cet ouvrage est de décrire et d’interroger le soin sous tous ses aspects et à partir de disciplines et d’approches différentes dans les champs de la médecine, de la philosophie et des sciences sociales. Destiné aux philosophes, médecins, citoyens, soignants mais aussi soignés que nous sommes ou serons tous un jour, il fait apparaître combien le soin nous aide à penser au plus près le moment actuel.

Table des matières

Avant-propos, par Dominique Lecourt
Introduction, par Lazare Benaroyo, Céline Lefève, Jean-Christophe Mino, Frédéric Worms

Première partie. — Éthique
Vers un moment du soin ? Entre diversité et unité, par Frédéric Worms
Éthique et herméneutique du soin, par Lazare Benaroyo
Narration et accompagnement : accéder au monde de l’autre, par Catherine Draperi
Aux sources de l’éthique : les enjeux psychiques de la relation de soin, par Simone Korff-Sausse
L’éthique du care : entre sollicitude et soin, dispositions etpratiques, par Fabienne Brugère
Quelle tâche pour une éthique du soin aujourd’hui ? Assurer l’articulation du sémantique et du pragmatique, par Jean-Philippe Cobbaut

Deuxième partie. — Médecine
La relation de soin doit-elle être une relation d’amitié ?, par Céline Lefève
« Who cares? » Quelle attention au malade dans la relation thérapeutique ?, par Claire Marin
Prendre soin dans « la relation endeuillée », par Catherine Dekeuwer
Le soin comme accompagnement et facilitation de l’individuation avec la maladie chronique,par Philippe Barrier
Vécu de la parole en réanimation : complexité et ambiguïtés de la relation soignants-soigné/famille, par Nancy Kentish-Barnes
« L’humanité », enjeu majeur de la relation médecin/patient. Y a-t-il une violence intrinsèque à la situation de soin ?, par Marie Gaille et Nicolas Foureur
Médecine contemporaine et disposition au soin, par Alain-Charles Masquelet

Troisième partie. — Société
Dire ou ne pas dire… Quand informer c’est aussi soigner, par Jean-Christophe Mino
Du sens unique au sens interdit. Les malades et l’épreuve de la maladie, par Sylvie Fainzang
Care et institutions : quels regards sur le style organisationnel et le soin aux personnes ?, par Nathalie Zaccaï-Reyners
Une médecine active : comment le travail prend valeur thérapeutique, par Marie-Odile Frattini
La volonté de soigner. D’un singulier désir de soin dans les politiques pénales, par Claude-Olivier Doron
L’expérience vécue de la maladie, par Guillaume Le Blanc

Actes du colloque de juin 2009 « La philosophie du soin. Éthique, médecine et société » (Centre Georges Canguilhem/CIEPFC ENS/Plateforme éthique de l’Université de Lausanne/ Centre de ressources national Soins palliatifs Fondation de la Croix-Saint-Simon)

Appel à contributions – Travail – Corps – Efficacité

Travail – Corps – Efficacité

Nouvelles perspectives dans les études des lieux du travail

Work – Bodies – Efficiency

New perspectives in historical workplace studies

Lundi 18 octobre 2010  |  Bochum (Allemagne)

The process of industrialization caused a deep transformation of workplace configurations, which is characterized by increasing mechanization and the rationalization of workflow. At the same time the sociality of work fundamentally changed as workers` interactions with their industrial environment were being redefined: formal and informal work practices were constantly adjusted to new technical and organizational innovations of the workplace. This workshop will focus on industrial workplace environment, analyzing its spatial, ecological and technical order. The workshop will explore in what way changes in workplace environment influenced the social control of workers and their bodies.
ANNONCE
The process of industrialization caused a deep transformation of workplace configurations, which is characterized by increasing mechanization and the rationalization of workflow. At the same time the sociality of work fundamentally changed as workers` interactions with their industrial environment were being redefined: formal and informal work practices were constantly adjusted to new technical and organizational innovations of the workplace. This workshop will focus on industrial workplace environment, analyzing its spatial, ecological and technical order. The workshop will explore in what way changes in workplace environment influenced the social control of workers and their bodies.Participants will discuss the formation of a biopolitical dispositive in the industrial workplace, which manifested itself in specific relations of body concepts, institutions, and infrastructures as well as social, medical and economic practices and discourses.

The workshop would also like to give space for methodical and conceptual considerations dealing with new approaches in social and cultural history like gender history, discourse analysis, actor network theory (ANT), history of mentalities and environmental history as well as history of science, medicine and technology. By no means, this listing should not exclude other methodical approaches.

Subject fields:

    control and regulation of the working body and the limits of social discipline

  • body perception and body practices of industrial work
  • gender relations and gender constructions at the workplace
  • industrial hygiene, occupational health and safety at work
  • scientification of of industrial work and human resource management
  • adaptation of the body to the workplace and vice versa
  • media representations of industrial work

The workshop will consist of approx. 12 papers (each of 20 minutes plus discussion). At the end of the workshop a discussion panel is planned.The conference owns workshop character, thus the presentation of current research projects and the discussion of open questions is pivotal. We are planning to publish the papers in an edited volume. Accommodation will be provided. In addition participants will receive an honorarium of 100 €.

Please submit abstracts (1 page) with a short CV by 18 October 2010 to the following email address:

lars.bluma@rub.de

Deadline for final discussion drafts (approx. 3-4 pages) which will be distributed to all participants: 30 January 2011.

Conference languages will be German and English

Appel à contributions – L’événement et ses politiques dans le domaine de la santé

Appel à contributions – L’événement et ses politiques dans le domaine de la santé

Mercredi 01 septembre 2010  |  Saint-Denis (93210 )

Cette journée d’étude, co-organisée par la Formation doctorale « santé, populations, politiques sociales » de l’EHESS et le Réseau de doctorants Santé et Sociétés, s’inscrit dans la dynamique d’un intérêt renouvelé des sciences sociales pour la catégorie d’« événement ». Nous souhaitons suivre les pistes de travail ouvertes par ces recherches récentes en portant l’attention sur le domaine de la santé. L’objectif de cette journée est, à travers une restitution documentée des modalités empiriques de l’évènement et un abord transdisciplinaire, d’explorer deux axes de réflexion autour de l’événement de santé : le premier est centré sur la multiplicité des formes de l’événement de santé ; le second sur les politiques de l’événement de santé, c’est-à-dire sur leurs modes de gestion.

ANNONCE
Cette journée d’étude s’inscrit dans la dynamique d’un intérêt renouvelé des sciences sociales pour la catégorie d’« événement » (Fassin & Bensa, 2002 ; Bessin & al., 2010), visant à la construire comme objet de recherche pertinent, par-delà la profusion événementielle de l’actualité médiatique et la relative indifférence des approches structuralistes et historiques à son égard par le passé. Nous souhaitons donc suivre les pistes de travail générales ouvertes par ces recherches récentes en focalisant l’attention sur le domaine de la santé. L’objectif de cette journée d’étude est, à travers une restitution documentée des modalités empiriques de l’évènement et un abord transdisciplinaire, d’explorer deux axes de réflexion autour de l’événement de santé. Le premier est centré sur la multiplicité des formes de l’événement de santé, et le second sur les politiques de l’événement de santé, c’est-à-dire sur leurs modes de gestion.L’évènement est en effet non seulement une « rupture d’intelligibilité » (Fassin & Bensa), mais aussi une rupture qui engage à la fois les individus (ruptures biographiques) et les organisations sociales (crises sanitaires, catastrophes humanitaires…). Entre le structurel et l’accidentel, l’éphémère et le durable, l’événement est difficile à appréhender. Cette complexité caractérise particulièrement l’événement de santé, dans la mesure où il se situe à l’articulation de la nature et de la culture. À un niveau individuel, il concerne des épisodes « naturels » : la mort, la maladie, l’accident, la naissance ou encore la guérison. Dans les sociétés les plus développées, l’amélioration des conditions de soins et de vie a conduit à un recul dans le temps ou à une diminution de la fréquence des évènements « négatifs » de santé, qui sont davantage individualisés et médicalisés. Il importe de prendre en considération les modalités de mise en forme de l’expérience individuelle lorsque sa continuité se trouve interrompue par un événement  touchant la santé. Quelles ressources (profanes ou expertes, privées ou publiques) sont mobilisées par les personnes pour gérer des « vies brisées » (Gay Becker, 1997)  ou pour faire face aux dangers et incertitudes menaçant la stabilité de leur existence (Kleinman, 2006) ? Les évènements de santé collectifs, quant à eux, se présentent de façon sensiblement différentes dans les pays dits développés et dans les pays dits sous-développés. Tandis que dans les premiers il s’agit principalement d’évènements qu’il convient d’anticiper et de contenir, dans les seconds il s’agit d’épidémies ou d’affections caractérisées par un taux de mortalité élevé. On le voit, la notion même d’évènement de santé recouvre un ensemble de réalités très disparates. Un des possibles angles d’attaque pour l’appréhender est l’analyse de la construction d’un fait sanitaire en événement. Quels acteurs et quelles procédures sont mises en jeu ? Repérage statistique, défense d’une cause commune par un groupe d’individus, mobilisation de « donneurs d’alerte » ? Une autre modalité pour rendre compte de l’évènement consiste à analyser sa mise en récit. Comment différents acteurs se mobilisent pour construire un récit et donner un sens à l’évènement ? Quels arguments sont mobilisés, et quels sont les ressorts émotionnels ou moraux mis en jeu ? Au delà ces deux pistes, quelles autres problématisations de l’évènement s’avèreraient pertinentes ?

La gestion sociale et individuelle dont les événements de santé font l’objet constituera le second axe de réflexion de notre journée d’étude. En amont de l’événement sanitaire, les politiques de santé publique de prévention et de prévision des risques constituent des tentatives d’anticipation institutionnalisées de son irruption, source de tensions sociales. On pourra ainsi s’interroger sur les enjeux de la multiplication de ces instruments dans le cadre de nos « sociétés du risque » (Beck, 1986), de leur diffusion et de leur globalisation. De quelles évolutions historiques cela témoigne-t-il ? En aval, la gestion de l’urgence sanitaire, des événements indésirables dans les structures de soins, et la mise en place de dispositifs idoines en cas de chronicisation du problème sanitaire constituent d’autres cas de figure de cette politique de l’événement de santé, qui ouvrent également la question du contrôle des vies biologiques et des dispositifs sociaux mis en œuvre au nom de la santé. Comment peut-on alors rendre compte de ces formes d’encadrement ? En somme, il s’agirait ici de voir comment rendre compte des divers modes de gestion de l’événement de santé dans ses dimensions collectives et individuelles.

Comité d’organisation

  • Julie Castro, médecin, doctorante en anthropologie, EHESS-IRIS/IRD-UR Constructions Identitaires et Mondialisation
  • Benjamin Derbez, doctorant en anthropologie, EHESS-IRIS
  • Alessandro Manna, doctorant en anthropologie, EHESS-IRIS
  • Giacomo Mantovan, doctorant en anthropologie, EHESS-CRH
  • Frédéric Vagneron, doctorant en histoire, EHESS-CRH

Formation doctorale « santé, populations, politiques sociales » (SPPS), EHESS, Paris.

Réseau de doctorants Santé et Sociétés

Contact et organisation

Les propositions à faire parvenir aux organisateurs comprendront entre 3 000 et 4 000 signes, et devront être envoyées par courriel, en pièce jointe, à l’adresse suivante : evenementsante2010@gmail.com, avant le 1er septembre 2010.

Les auteurs des propositions retenues en seront informés le 10 septembre 2010, ainsi que des modalités pratiques de la Journée d’étude.

Date prévisionnelle de la Journée d’étude : 10 novembre 2010

  • Comité d’organisation
    courriel : evenementsante2010 (at) gmail [point] com

Appel à contribution – Les personnes âgées : repenser la vieillesse, renouveller les pratiques

Appel à contribution – Les personnes âgées : repenser la vieillesse, renouveller les pratiques

Lundi 15 novembre 2010  |  Montréal (Canada)

La revue Nouvelles pratiques sociales vous invite à contribuer à un dossier coordonné par Mmes. Michèle Charpentier et Anne Quéniart : « Les personnes âgées : repenser la vieillesse, renouveler les pratiques ». La société vieillit. On l’entend partout, telle une menace. Pourtant, ces années de plus en plus nombreuses que constitue « la vieillesse » se vivent en meilleure santé et donnent lieu à multiples formes, parcours et expériences de vieillissement. À l’encontre des discours dominants réducteurs et négatifs, mais sans nier la persistance des inégalités et des exclusions sociales, il y a lieu de poser un regard renouvelé sur la vieillesse.

ANNONCE

VOL. 24, NO 1 (AUTOMNE 2011)

Responsables : Michèle Charpentier et Anne Quéniart

Ce numéro veut ainsi s’interroger sur nos conceptions de la vieillesse et de la participation citoyenne des personnes âgées, à la lumière des réalités plurielles et actuelles : allongement de la vie, mutations de la retraite, autre rapport au temps et à autrui, transmission intergénérationnelle, nouvelles formes d’engagement social et de militance grise. Aussi, nombreux enjeux et problèmes sociaux restent éminemment présents et marquent les trajectoires de vieillissement, pensons à l’isolement et l’effritement des réseaux sociaux, surtout au grand âge, à la précarité financière qui frappe particulièrement les femmes âgées vivant seules, à la privatisation accrue et la difficulté d’accès aux soins et services. Nous cherchons ainsi à savoir : qui sont les citoyennes et citoyens âgés d’aujourd’hui, ces vieux et vieilles du xxie siècle, et surtout quelle place leur accorde-t-on?

La société vieillit. On l’entend partout, telle une menace. Pourtant, ces années de plus en plus nombreuses que constitue « la vieillesse » se vivent en meilleure santé et donnent lieu à multiples formes, parcours et expériences de vieillissement. À l’encontre des discours dominants réducteurs et négatifs, mais sans nier la persistance des inégalités et des exclusions sociales, il y a lieu de poser un regard renouvelé sur la vieillesse. Ce numéro veut ainsis’interroger sur nos conceptions de la vieillesse et de la participation citoyenne des personnes âgées, à la lumière des réalités plurielles et actuelles : allongement de la vie, mutations de la retraite, autre rapport au temps et à autrui, transmission intergénérationnelle, nouvelles formes d’engagement social et de militance grise. Aussi, nombreux enjeux et problèmes sociaux restent éminemment présents et marquent les trajectoires de vieillissement, pensons à l’isolement et l’effritement des réseaux sociaux, surtout au grand âge, à la précarité financière qui frappe particulièrement les femmes âgées vivant seules, à la privatisation accrue et la difficulté d’accès aux soins et services. Nous cherchons ainsi à savoir : qui sont les citoyennes et citoyens âgés d’aujourd’hui, ces vieux et vieilles du xxie siècle, et surtout quelle place leur accorde-t-on?

Cette dernière question renvoie à la reconnaissance sociale et à la prise en compte des réalités et des besoins des personnes âgées. Il apparaît important d’examiner les réponses données/amenées pour et par les personnes âgées. Le présent dossier veut ainsi, dans la tradition de Nouvelles pratiques sociales, repenser le discours social à l’endroit des vieux, des seniors, mais reconsidérer aussi les pratiques sociales et les interventions qui les concernent au sein de nos organisations publiques, privées et communautaires. C’est à cet exercice réflexif que sont conviés les auteurs et auteures.

Les textes attendus peuvent provenir d’horizons disciplinaires variés (travail social, sociologie, anthropologie, etc.), présenter des résultats de recherches menées au Québec, mais également sur des terrains étrangers, proposer des réflexions théoriques ou des analyses critiques sur les pratiques actuelles et émergentes. L’appel de communications s’ouvre donc sur une perspective internationale. Plus précisément, les contributions doivent s’articuler autour d’un des trois axes thématiques suivants. Le premier thème porte sur les parcours de vieillissement et de retraite pluriels, le second s’intéresse aux pratiques citoyennes des personnes aînées et leurs formes d’engagement social et, enfin, le troisième analyse les pratiques d’intervention auprès des personnes âgées fragilisées ou vulnérables, souvent celles du grand âge.

Des personnes âgées aux multiples visages

Cette section veut mettre en lumière la diversité du vieillissement et les multiples réalités qui l’accompagnent. Car il n’y a pas un vieillissement, mais bien des vieillissements. Les parcours de vie et les expériences reliées à l’avancement en âge se conjuguent au pluriel et se déclinent différemment selon de multiples facteurs personnels et sociaux 1 : le genre, l’origine ethnique et culturelle, l’orientation sexuelle, le statut socio-économique, les compétences citoyennes, les capacités et les incapacités, etc. D’ailleurs, on ne vieillit plus aujourd’hui comme hier et de nouvelles figures apparaissent : pensons aux baby-boomers vieillissants, aux premières générations de femmes salariées qui arrivent à la retraite, aux personnes âgées immigrantes et issues de diverses communautés ou minorités culturelles, aux gais et lesbiennes âgés, aux centenaires et supercenternaires, etc. Voilà autant de vieillesses à découvrir et mieux connaître.
Les pratiques (citoyennes) des personnes âgées

La littérature en gérontologie s’est beaucoup intéressée aux problèmes vécus par les personnes âgées (perte d’autonomie, isolement social, pauvreté), au point où elle a occulté les aspects positifs de leur vie. Pourtant, les données récentes sont probantes : les personnes aînées d’aujourd’hui sont plus instruites, possèdent plus de ressources et sont aussi dotées d’une espérance de vie accrue et d’une meilleure santé 2. C’est pourquoi, le nouvel âge de la vie qu’est « la retraite », loin de représenter une mort sociale 3, s’avère aussi une étape privilégiée pour s’engager, que ce soit auprès de ses proches, dans des associations, aux études, au travail ou dans la vie politique et démocratique 4. Cet axe thématique appelle des contributions qui s’intéressent aux actions et pratiques citoyennes des personnes âgées, dans de multiples secteurs de la vie sociale et associative, en plus du rôle qu’elles jouent dans les soins familiaux et le bénévolat 5. Le regard porte sur les personnes âgées en tant qu’acteurs sociaux et agents de changement et pose la question du pouvoir gris : qu’en est-il? Où, comment et par qui se manifeste-t-il?
Les pratiques (d’intervention) auprès des personnes âgées

La dernière section porte sur les partiques d’intervention auprès des personnes âgées vulnérables et nécessitant de l’aide, de l’accompagnement et des soins. Vieillir, être âgé, surtout très âgé, c’est aussi devoir affronter au quotidien, à domicile ou dans des milieux de vie substitut (en résidence), des limitations physiques et de santé plus ou moins importantes, et parfois aussi des fragilités en ce qui a trait à sa santé mentale et à ses capacités cognitives. Or, à la lumière des transformations en cours dans les familles et l’organisation des services de santé et des services sociaux, ces défis révèlent des enjeux sur lesquels il y a lieu de s’interroger : accès aux services, désinstitutionnalisation et fermeture de lits, recours accru au secteur privé et communautaire, etc. Parallèlement, des pratiques sociales émergent et s’avèrent inspirantes. Qu’en est-il des pratiques auprès des personnes âgées, sont-elles source d’exclusions ou de solidarités sociales?

Les manuscrits doivent être soumis avant le 15 novembre 2010 par courrier électronique à Nouvelles pratiques sociales.

Fichiers attachés
Lieu
  • Montréal (Canada) (Revue Nouvelles pratiques sociales, CP 8888, succ. Centre-ville, Montréal (Québec), Canada, H3C 3P8)
Contact
  • Etienne Legault (secrétaire de rédaction)
    courriel : nps (at) uqam [point] ca

    Revue Nouvelles pratiques sociales
    CP 8888, succ. Centre-ville
    Montréal (Québec), Canada
    H3C 3P8
  • Michèle Charpentier (coresponsable du dossier thématique)
    courriel : charpentier [point] michele (at) uqam [point] ca

    École de travail social
    Université du Québec à Montréal
    Case postale 8888, succursale Centre-ville
    Montréal (Québec), Canada
    H3C 3P8
  • Anne Quéniart (coresponsable du dossier thématique)
    courriel : queniart [point] anne (at) uqam [point] ca

    Département de sociologie
    Université du Québec à Montréal
    Case postale 8888, succursale Centre-ville
    Montréal (Québec), Canada
    H3C 3P8
Url de référence

Symposium – Céréales et pains, sources de plaisir et de santé

Céréales et pains, sources de plaisir et de santé

Vendredi 04 juin 2010  |  Ecully (69130)

Chaque année, le Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse organise un Symposium de Recherche. Il rassemble chercheurs, professionnels et industriels venus du monde entier. L’objectif de cette rencontre est le partage des dernières connaissances de la communauté scientifique et du savoir-faire des professionnels autour d’une même préoccupation. Pour sa troisième édition, le 4 juin prochain, le Centre de Recherche étudiera les problématiques liées à la place des céréales dans l’alimentation d’aujourd’hui et leurs relations aux plaisirs, à la santé, et à l’économie.

La journée s’ouvrira sur le témoignage professionnel de Jean-Luc Poujauran, artisan boulanger à Paris. D’autres expériences viendront ensuite ponctuer cette journée dont :

  • Chantal Simon, Professeur à l’Université Lyon 1 Claude Bernard et membre du Comité Exécutif du CRNH (Centre de Recherche en Nutrition Humaine) évaluera les relations entre les comportements alimentaires, l’activité physique et l’environnement de chacun.
  • Inger Bjorck de l’Université de Lund (Suède) observera la manière dont la mémoire physiologique et cognitive intervient dans le comportement alimentaire.
  • Marie-Christine Marcuz et Elisabeth Rioux, du groupe Krafts Biscuits Europe, montreront comment la marque adapte ses produits aux demandes des consommateurs.
  • Pour conclure, Steven Kaplan, Professeur à Cornell University, ainsi qu’à l’Institut d’Etudes Politiques et à l’Ecole Normale de Paris, proposera une approche historique du pain en France, soulignant ainsi l’aspect fondamental du pain et des céréales dans notre culture.

Ce rendez-vous international est aussi l’occasion de découvrir les résultats d’études menées par de jeunes chercheurs et doctorants de l’Institut Paul Bocuse.

Renseignements et inscriptions avant le 31 mai sur  http://www.institutpaulbocuse.com

  • Centre de Recherche de l’Institut Paul Bocuse
    courriel : recherche (at) institutpaulbocuse [point] com

Colloque – Les implications anthropologiques et éthiques des maladies émergentes et du franchissement des barrières d'espèces

Le Laboratoire d’Ethique Médicale de l’Université  Paris V René Descartes,

L’UFR Sciences Humaines Cliniques de l’Université Paris VII Denis Diderot,

Le Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe (Université de Strasbourg-CNRS)

Annoncent un colloque international et interdisciplinaire sur le thème:

Les implications anthropologiques et éthiques des maladies émergentes et du franchissement des barrières d’espèces


Faculté  de Médecine, Salle du Conseil, 12, rue de l’Ecole de Médecine 75006  Paris

Le mardi 1er Juin 2010 de 9h à 18h

Matin

9h Allocutions d’ouverture de Messieurs Axel Kahn (Président de l’Université Paris V René Descartes), Alain Vanier (Président du Conseil Scientifique de l’UFR Sciences Humaines Cliniques de l’Université Paris VII Denis Diderot), Pascal Hintermeyer (Directeur du Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe de l’Université Strasbourg-CNRS)

Emergence, transgression des règnes et risques

Président de séance: Christian Hervé (Directeur du Laboratoire d’Ethique Médicale de l’Université Paris V René Descartes)

9.15 Jacques Rozenberg Université Paris VII Denis Diderot : La « transgression » des règnes comme bio-anthropologie de l’émergence

9.35 Jean Noël Missa, Université Libre de Bruxelles, Barrières d’espèces, posthumain et médecine d’amélioration: aspects éthiques et philosophiques

9.55 Patrick Berche, Université Paris V René Descartes, L’homme et le microbe : la guerre bactériologique comme risque d’émergence

10.15 Jacques Barnouin, INRA, Clermont-Fd-Theix-Lyon, L’homme, l’Animal, les crises épidémiologiques et l’objectivation des menaces via la mise en place de nouveaux concepts de surveillance

10.35 Débat

11.05  Pause

L’émergence des pandémies

Président de séance: Anne Marie Moulin  (Paris, CNRS)

11.20 Nicolas Kopp, CHU Lyon et Marie Pierre Rethy, CHU Lyon, Emergence, barrière d’espèce dans les maladies à prions: aspects biologiques, cliniques et sociétaux

11.40  Fréderic Keck, CNRS Paris, « Hong Kong sentinelle sanitaire contre les
pandémies grippales »

12h  Astrid Vabret, CHU Caen, « Plasticité virale et franchissement des  barrières d’espèces: les problèmes posés par le virus de la Grippe A(H1N1)« .

12.20  Vanessa Manceron, CNRS Paris, Les perceptions plurielles du virus H5N1 pendant la crise de  la Grippe aviaire en France

12.40-13.10  Débat

Après-midi

L’homme, l’animal et l’animalité

Président de séance, Jean-Noël Missa (ULB de Bruxelles)

14.30  Jean-François Mattéi, Nice, IUF, Les limites de l’humanité et de l’animalité

14.50  Georges Chapouthier, CNRS Paris, Espèces animales et éthique

15.10  Simone Korff Sausse, Université Paris VII Denis Diderot, Les fantasmes d’animalité et de contamination à partir des cliniques de l’extrême

15.30 Débat

16h Pause

Sida, Emergence et Santé

Président de séance: Jean-François Mattéi (Nice, IUF)

16h15 Pascal Hintermeyer, CNRS Strasbourg, Le sida, un observatoire social

16.35 Anne Marie Moulin, CNRS Paris, A propos du sida et des infections à papillomavirus : anthropologie historique de la sexualité

16.55  Jocelyn Raude, INRA Dijon, la dimension politique des représentations sociales des risques infectieux émergents

17.10 Yannick Jaffré, CNRS Marseille, UMI Dakar, Les professionnels de la santé face aux risques des nouvelles infections

17.30-18h Débat et conclusions