Appel à contributions – Hybride, trans-humain, post-humain

Appel à contributions – Hybride, trans-humain, post-humain

Appel – CHIMERES N°75

hybride, transhumain, cyber.machin
2011
Trans-humain, post-humain, cyber.machin : bien des rengaines, les unes catastrophistes, les autres exaltant la venue d’un surhomme technologique, au lieu de réfléchir sur les transformations réelles et sociales de nos affects, de notre clinique politique. La technologie ambiante fait partie intégrante de nos paysages sociaux, et il n’existe pas « une » subjectivité humaine indépendante des dispositifs techniques dans lesquels nous vivons. Ces processus industriels agissent sur nos modes de perception, d’agir, de communiquer, entretiennent également notre fascination, mêlant la techno-science à de nouvelles formes de biopouvoir.
Les lobbys transhumanistes sont en plein essor, des laboratoires prospèrent et reçoivent des fonds colossaux pour développer des dispositifs inédits (la gérontechnologie, surveillance à distance des personnes âgées) ou des technologies à la pointe de l’armement (exosquelettes, robots militaires, auto-réparation du soldat, etc.).
En parallèle, la cybernétique, la PNL, la psychologie cognitive, prennent de plus en plus d’ascendant et redéfinissent la psyche contemporaine à partir des mêmes paradigmes techno-scientifiques. Les sectes, scientologues, Raël, etc, misent également sur cet avenir et recrutent en jouant de ce fond de commerce post-humain.
Si le post-humain ou le trans-humain servent à réintroduire le progrès par la fenêtre, nous nous inscrivons dans une autre perspective, celle de l’hybridation. Elle pose le problème du mixte nature-technique, et de ses enjeux politiques, moins une perfectibilité technique qu’une immersion dans un corps-réseau. Cette connexion de la subjectivité ne place pas le sujet dans la machine (Ipod, portables, twitter, facebook) ni la machine dans le corps (nanorobot, implants, prothèses, puces, Wii Fit) mais inaugure une insertion du sujet dans un mouvement de subjectivation sous la forme de variations multiples du soi. La multitechnicité du corps contemporain définit une pluripotentialité (cellules souches, recalibration des images du corps, modification du schéma corporel) en faisant découvrir au sujet de nouveaux modes de performativités. Le queer, les technotesto, le dopage, le métissage, la mixité sexuelle, l’interdisciplinarité numérique créent de nouvelles aptitudes dont le sujet s’ignorait capable tant le déterminisme idéologique des habitus limite chacune(e) dans des techniques du corps contenantes plutôt qu’émergentes.

Le prochain numéro de Chimères tentera de dresser une cartographie critique et clinique de ces différentes voies, entre post-humains, trans-humain, et hybridations proposant de mélanger biologie et technologie, cybernétique et corporéité.

Quelques recommandations pour les auteurs :

DATE LIMITE : fin février

Longueur : en moyenne, entre 30 000 et 35 000 signes espaces compris, ou plus courts, mais exceptionnellement seulement plus longs, en fonction du nombre de textes retenus.
Style accessible et pas trop de notes, ce n’est pas une revue d’érudition universitaire.
Eviter les appels de notes et préférer des numéros intégrés dans le corps du texte renvoyant à des notes en fin d’article (cela facilite les choses à la composition).

Adresse d’envoi : chimeres75@yahoo.fr

Journée d'étude – Psychiatrie et prison. La question du soin aux personnes détenues

Journée d’étude – Psychiatrie et prison. La question du soin aux personnes détenues

Jeudi 03 et vendredi 04 février 2011  |  Lyon (69007)

L’ouverture à Lyon en 2010 de la première unité d’hospitalisation spécialement aménagée (UHSA) de France s’accompagne d’une couverture médiatique importante. Le dispositif national semble nouveau et pose question : ce lieu de soins psychiatriques pour personnes détenues relève-t-il de l’hôpital ou de la prison ? Comment rester médecin et soignant au service de l’individu au sein d’un dispositif contraignant qui va dans le sens d’une régulation de l’ordre social ? Pour le moins se dessine un conflit des normes, produisant un sujet hybride, mi-patient mi-détenu, et un reste probable : sa souffrance et la parole de sa souffrance.

Pour répondre à ces questions, il faudra certainement interroger le projet UHSA lui-même, dans son actualité mais aussi par des mises en perspective historiques et philosophiques. Les réponses que l’on peut apporter à ces questions relayées par les médias sont si complexes qu’il y a tout intérêt à les donner à travers une rencontre interdisciplinaire et un croisement de regards, dans une approche qui convoque à la fois les acteurs directement impliqués, des équipes de recherche universitaire, des créateurs artistiques et des interprètes, pour un dialogue à multiples facettes.

Il s’agit moins au terme de ce dialogue de juger un fait de société ou de lui proposer une réponse unique que de juxtaposer et de confronter des points de vue pour mieux faire percevoir l’implicite des enjeux et des discours relatifs à la création de l’UHSA.

Journées d’étude organisées par la Bibliothèque interuniversitaire de recherche en lettres et sciences humaines de Lyon (BIU Lsh)
en partenariat avec le laboratoire Triangle, CNRS, UMR 5206, rattaché à l’École normale supérieure de Lyon avec la collaboration du pôle de Santé mentale des détenus et de psychiatrie légale du Centre Hospitalier Le Vinatier (Lyon-Bron)
et du Barreau de Lyon
et avec la participation de l’ANR Sciencepeine


Jeudi 3 février.
Les relations entre l’individu et l’institution.

La communauté scientifique lyonnaise a inscrit au cœur de ses priorités une réflexion sur les thématiques croisées de la santé, de la société et des territoires, avec leurs incidences sur les relations entre les individus et les institutions. En interrogeant ce nouveau dispositif de soin aux personnes détenues que représente l’UHSA et l’histoire de la régulation sociale, la BIU Lsh accompagne la réflexion institutionnelle et académique en lui offrant son interface de documentation, de valorisation et d’échanges.

Matin. Regards sur les institutions.

Présidence : Myriam Picot, Bâtonnier du Barreau de Lyon.
9h00-10h. Ouverture.

Olivier Faron, Directeur général de l’École normale supérieure de Lyon
Hubert Meunier, Directeur du Centre Hospitalier Le Vinatier (Lyon-Bron)
Jean-Charles Toulouze, Directeur interrégional des services pénitentiaires de Lyon – Rhône-Alpes (sous réserve)
Jean-Claude Zancarini, Directeur de l’UMR Triangle, Directeur du pôle Diffusion des savoirs de l’ENS de Lyon
Charles Micol, Directeur de la BIU Lsh de Lyon
10h-10h30. Présentation de la structure UHSA et des questions qu’elle suscite : actualité, nouveauté. Dr Eve Bécache, psychiatre, responsable de l’UHSA Simone Veil (SMDPL-CHV)

10h30-11h. Rappel des questionnements suscités jadis et naguère par des structures dont l’UHSA d’aujourd’hui nous semblait hier si proche. Dr Evry Archer, psychiatre, psychologue clinicien
11h-11h30. PAUSE
11h30-12h. Le projet politique et le cadre administratif. Jean-Olivier Viout, Procureur général de la Cour d’appel de Lyon
12h-12h30. Lectures, questions.
Après-midi. Dialectique soin / contraintes en milieu carcéral.

Présidence : Dr Pierre Lamothe, psychiatre et responsable du pôle de Santé mentale des détenus et psychiatrie légale (SMDPL-CHV).
14h30-15h. Le droit à l’intime. Dr Pierre Lamothe
15h-15h30. Le soin et la prison. Dr Frédéric Meunier, psychiatre, responsable du Service médico-psychologique régional (SMPR, SMDPL-CHV)
15h30-16h. Pratiques du soin en prison : entre histoire et mémoire. Hélène Bellanger, chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po Paris, membre du comité de rédaction de Criminocorpus et de l’ANR Sciencepeine et Marc Renneville, maître de conférences en histoire contemporaine, Direction de l’administration pénitentiaire – bureau PMJ5, fondateur du site Criminocorpus, membre de l’ANR Sciencepeine
16h-16h30. Le poids du quotidien. Agnès Rauber, Directrice adjointe du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) du Rhône
16h30-17h. Lectures, questions.

17H-17h30 : PAUSE
17h30-19h. Carte blanche au Dr Claude Balier, psychiatre, psychanalyste avec André Grépillat, psychologue clinicien, Centre Ressource pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (CRIAVS) Rhône-Alpes (Centre ressource Claude Balier)

Vendredi 4 février 2011.L’expression de la personne détenue dans l’histoire et dans la littérature.

Cette journée apportera un éclairage historique, littéraire, artistique, philosophique sur quelques présupposés liés à l’intériorité de la personne détenue, présente à travers ses silences, ses paroles et ses écrits. Parole réelle ou fictive, spontanée ou reconstruite, confisquée ou déployée ? Ultime contrainte ou lieu possible de construction du sujet ?
Matin. La parole confisquée.

Présidence : Laurent Dartigues, chercheur CNRS, UMR Triangle.

9h00-9h45. Le soin ambigu : l’hybridation du soin et de la peine. Claude-Olivier Doron, Université Paris Diderot – Paris 7, REHSEIS, Centre Georges Canguilhem
9h45-10h30. Dispositifs d’écriture en détention. Philippe Artières, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (iiAC) – Anthropologie de l’écriture (CNRS/EHESS), Président du Centre Michel Foucault
10h30-10h45. Lectures, questions.

10h45-11h : PAUSE
11h-11h45. Récidive ou répétition ? Pathologie du passage à l’acte. Pr Jean-Marc Elchardus, professeur de médecine légale psychiatrique à l’Université Claude Bernard Lyon 1
11h45-12h15. Intervention de Julien Morel d’Arleux, Directeur de la Maison d’arrêt de Lyon Corbas
12h15-12h30. Lectures, questions.
Après-midi. La parole déployée.

Présidence : Delphine Gleizes, maître de conférences en littérature française du XIXe siècle à l’Université Lumière Lyon 2, Directrice de l’équipe Lyon 19e de l’UMR LIRE (CNRS/Lyon 2).
14h-14h30. Perte des sens et souffrance psychique. Prise en compte de la déprivation sensorielle dans un dispositif thérapeutique auprès de détenus. Herminie Leca, psychologue clinicienne au SMPR (SMDPL-CHV), doctorante à l’Université Lumière Lyon 2
14h30-15h. Études sur les frontières du littéraire, à partir du fonds Lacassagne et des écrits de Pierre-François Lacenaire, criminel de droit commun au XIXe siècle (Lyon 1803 – Paris 1836). Marion Crétien, Université Lumière Lyon 2
15h-15h30. Lectures, questions.
15h30- 16h : PAUSE
16h-16h30. Paroles et écrits de détention dans l’histoire et la littérature du XIXe siècle. Véronique Fau-Vincenti, responsable des activités scientifiques du Musée de l’histoire vivante de Montreuil, chercheur associée de l’UMR LIRE (CNRS/Lyon 2), membre de l’ANR Sciencepeine

16h30-17h. Écrire dans les journaux publiés en détention, 1980-2010. Jean-Claude Vimont, maître de conférences en histoire contemporaine, Directeur du département d’histoire de l’Université de Rouen, membre du comité de rédaction de Criminocorpus et de l’ANR Sciencepeine

17h-17h30. Une proposition artistique fondée sur les ambigüités : dialogues par les interstices. Chantal Dugave, artiste, créatrice de l’œuvre réalisée sur l’UHSA Simone Veil (SMDPL-CHV), enseignante à l’École d’Architecture de Lyon

17h30-17h45. Lectures, questions.
17h45-18h. Le mot de la bibliothèque. Charles Micol, Directeur de la BIU Lsh de Lyon, Marianne Pernoo, responsable des collections et de la valorisation à la BIU Lsh de Lyon
18h00-18h30. PAUSE
18h30-20h. Clôture du colloque. Troubles mentaux, sécurité et société.

Projection du documentaire « Un monde sans fous ? » et regards croisés avec Claude-Olivier Doron et Philippe Borrel, auteur du documentaire « Un monde sans fous ? » (sous réserve)

Accès
Amphithéâtre de l’ENS de Lyon, site Descartes
15 parvis René Descartes, Lyon 7e
Métro Debourg (ligne B)
entrée libre dans la limite des places disponibles

Contact
Bibliothèque interuniversitaire de recherche en lettres et sciences humaines
5 parvis René Descartes, BP 7000, 69342 Lyon cedex 07
04 37 37 65 00
inscription possible à l’adresse biu-communication@ens-lyon.fr

Colloque – Sciences et Arts : Corps en image

Colloque – Sciences et Arts : Corps en image


21 et 22 janvier 2011

Nantes

Organisateurs : Evelyne Barbin et Dominique Le Nen / Centre François Viète – Université de Nantes ; Amphithéâtre du Museum d’histoire naturelle
Thèmes : Corps anatomiques / Corps et arts visuels / Corps célestes / Corps physiques

Programme :

Vendredi 21 janvier 2011
« Le maniérisme : un art de la crise et de l’invenzione au XVIe siècle en Italie » /Catherine Boyer Le Treut (Musée des Beaux-Arts, Nantes)
« Dissections et images du cerveau chez Vésale » /Jacqueline Vons et Stéphane Velut (CESR et Faculté de médecine, Université de Tours)« Des moyens concrets au service du sensible, la représentation du corps dans une pratique contemporaine de la peinture » / Hubert de Chalvron (École supérieure d’arts de Brest)
« De la transgression à la transparence : évolution de l’image du corps ». / Dominique Le Nen (CFV Nantes et CHU Brest)
« L’art biotechnologique : un cabinet de corps fantômes »/ Catherine Voison (Paris I et laboratoire LETA)
« Les mains dans la peinture du Caravage » / Fabrice Rabarin (Angers)
« Le corps en cire, objet d’art ou objet pédagogique »/ Michel Rongières (CHU PURPAN, Toulouse)
« La mélancolie dans l’Art »./ Alain Fabre (Saintes)

Samedi 22 janvier
« La représentation du corps dans la cinétographie de Rudolf Laban »/ Evelyne Barbin (CFV, Nantes)
« L’oeil, au carrefour de la pratique scientifique et de l’image »/ Florence Riou (CFV, Nantes)
« La résection du poignet vue par Clémot, chirurgien de la marine sous le Premier Empire »/ Philippe Liverneaux (CHRU Strasbourg).
« Les infrastructures portuaires dans l’Ouest de la France entre représentations graphiques et représentations figurées (XIXe s – début XXe.s) »/ Françoise Sioc’han (CFV, Nantes)
« La matière vue comme un corps vivant dans l’imagerie alchimique »/ Antony Vinciguerra (CRHIA, Nantes)
« Images de l’invisible. Corps et rayons X dans La Nature (1896 – 1914) »/ Manuel Chemineau, (Universitât Wien) et Sylvain Laubé (PaHST, Brest).
« Un poète sous influences ? Paul Valéry, l’image du corps entre arts et sciences » / Stéphane Le Gars (CFV, Nantes)
« Blocs erratiques et transformation de la peinture glaciaire occidentale des années 1770 à 1850 »/ Alexis Drahos (Université Paris IV).

Séminaire – Ce que les normes de genre font au corps trans / Ce que les corps trans font aux normes de genre

Prochaine séance du séminaire Ce que les normes de genre font au corps trans / Ce que les corps trans font aux normes de genre


Jeudi 20 Janvier
de 17H à 19h
à l’université Bordeaux2 (victoire)

bâtiment i, salle des professeurs

Laurence Hérault, MCF en anthropologie, Université de Provence

Différences de contextes culturels et devenirs trans

Séminaire – La presse magazine. Source et objet d'histoire. Regards sur le corps

Séminaire – La presse magazine. Source et objet d’histoire. Regards sur le corps


La presse magazine. Source et objet d’histoire. Regards sur le corps

Groupe de travail coordonné par Claire Blandin et Jamil Dakhlia

avec Bibia Pavard, François Provenzano, Emilie Roche et Claire Sécail


14 janvier 2011

56, rue Jacob 75006 Paris, 1er étage

15 h – 17 h 30

« Corps politiques en presse magazine »

Virginie JULLIARD, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de technologie de Compiègne.

Les représentations du corps (des) politique(s) dans la presse magazine à l’heure de la parité

La médiatisation de la parité dans l’espace public national, depuis les législatives de 1997 qui sont l’occasion, pour les femmes, de progresser au Parlement, jusqu’aux municipales de 2001 qui sont l’occasion, pour les femmes de progresser dans les conseils municipaux, s’accompagne-t-elle d’une inflexion des représentations visuelles du corps politique ? L’analyse des Unes et des articles appelés à la Une parus entre 1997 et 2001 dans L’Express, Marianne, Le Nouvel Observateur et Le Point, d’une part, et Marie-Claire, d’autre part, témoigne d’une certaine inventivité en matière de représentation du corps politique, qu’il s’agisse d’une recomposition des stéréotypes du genre en politique ou d’une véritable nouveauté, sur cette période.

Parution – Body & Society

Parution – Body & Society
Body and society, December 2010, Vol. 16, No. 4
A History of Virulence: The Body and Computer Culture in the 1980s
Antonio A. Casilli


Toilets, Bodies, Selves: Enacting Composting as Counterculture in Hawai’i
Lucy Pickering
Imagining the Other in Cosmetic Surgery
Debra Gimlin


Reading Friedan: Toward a Feminist Articulation of Heart Disease
Anne Pollock

Colloque – « Les Risques Psychosociaux », une nouvelle catégorie sociale ?

Colloque – « Les Risques Psychosociaux », une nouvelle catégorie sociale ?

Samedi 5 février 2011, de 8h30 à 13h
ESCP EUROPE
79 avenue de la République, 75011 Paris (Métro Saint-Maur)

L’avènement d’une nouvelle catégorie de risques, les « risques psychosociaux » dans le champ de la santé et de la sécurité au travail et sa montée en puissance dans le débat social est manifeste tant sur les scènes, médiatique, politique, juridique qu’au sein même du monde du travail. Cette mobilisation déclarée autour de ce qui s’est érigé en un temps record comme « un problème de santé publique majeur » s’accompagne rarement d’une analyse des fondements et des présupposés de cette nouvelle catégorie. Pourtant, si les « RPS » semblent recouvrir une réalité lourdement vécue, leur conceptualisation au plan scientifique mérite d’être interrogée. Ce colloque a pour objectif de clarifier les enjeux théoriques mais aussi praxéologiques de cette nouvelle catégorie de risques.

8h30 ACCUEIL ET INSCRIPTIONS

9h00 INTRODUCTION : Gilles Amado et Jacqueline Barus Michel, rédacteurs en chef de la NRP
PRESENTATION DU COLLOQUE : Malika Litim, Maitre de conférences en psychologie, Université Paris 13
9h20 1ÈRE TABLE RONDE: Quel risque psychosocial? Enjeux de pouvoir, enjeux de santé

Animée par Florence Giust-Desprairies, Professeure à l’Université Paris 7

  • Vincent de Gaulejac, Professeur de Sociologie, Université Paris 7, Directeur du LCS. Entre autisme et nécessité d’agir: le pouvoir politique face aux risques psychosociaux
  • Pierre Roche, Chercheur au CEREQ. Plaisir, souffrance et puissance d’agir au travail
  • Pascale Molinier, Professeure de psychologie, Université Paris 13. La souffrance au risque de son instrumentalisation ?

11h00 PAUSE
11h30 2ÈME TABLE RONDE: «Risques Psychosociaux», quels possibles pour quelles actions?

Animée par Dominique Lhuilier ,Professeure Chaire de psychologie du travail du CNAM

  • Yves Clot, Titulaire de la Chaire de psychologie du travail du CNAM et directeur du CRTD, Conflit sur la qualité du travail, un risque à prendre
  • Philippe Douillet, Responsable du projet « Prévention des risques psychosociaux », ANACT « Risques psychosociaux », une opportunité pour négocier le travail?
  • Magali Manzano, Psychologue du travail, Santé au travail 72, La prévention des risques psychosociaux : retour d’expérience d’un psychologue du travail en service de santé au travail

13h FIN DE LA MATINÉE-DÉBAT

Parution – Le handicap au risque des cultures. Variations anthropologiques

Parution – Le handicap au risque des cultures. Variations anthropologiques


Charles Gardou (dir.), Le handicap au risque des cultures. Variations anthropologiques, Editons Erès, 2010, 440 p.


Partout et toujours, les hommes, façonnés par leur culture, ne cessent de chercher des explications au handicap. Cet ouvrage à plusieurs voix en explore les représentations collectives ; il déconstruit ce qui, au sein d’une société, finit par apparaître naturel et il rend intelligible ce qui advient au-delà des cultures.

Franchissant les frontières, il propose un voyage sur le continent océanien, en pays kanak et aux îles Marquises ; en Amérique du Nord, chez les Inuit du Grand Nord et au Canada ; en Amérique du Sud, au Brésil, en pays amérindien, au Surinam et en Guyane ; sur le continent asiatique, en Chine et au Liban ; en Afrique, au Sénégal, au Congo-Brazzaville, en Algérie et à La Réunion ; sur le continent européen, en Italie, en Norvège, en Allemagne, au Portugal, au Royaume-Uni et en France.

Parcourant cette fresque anthropologique, on réalise à quel point les personnes en situation de handicap restent, ici et là-bas, les proies d’un monde imaginaire alimenté par des croyances immémoriales. On mesure combien la chose la mieux partagée du monde est le désarroi angoissé des hommes face à leur vulnérabilité.

Charles Gardou, professeur à l’université Lumière Lyon 2, est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Fragments sur le handicap et la vulnérabilité et Pascal, Frida Kahlo et les autres… Ou quand la vulnérabilité devient force. À partir d’un itinéraire qui l’a confronté à la diversité humaine dans différents lieux du monde, il consacre ses recherches à la vulnérabilité et à ses multiples expressions.

Il a rassemblé autour de lui des chercheurs des 5 continents : Jacques Brandibas, Andrea Canevaro, Mezhoura Cheknoune-Amarouche, Sophie Dalle-Nazébi, Sieglind Luise Ellger-Rüttgardt, Eivind Engebretsen, Benoît Eyraud, Charles Gaucher, Patrice Godin, Alain Goussot, Isabelle Guinamard, Berit H. Johnsen, Birgit Kirkebæk, Frédéric Laugrand, François Lupu, Ingrid Markussen, Suely Marques, David Noël, Patrick Pelège, Francine Saillant, Isabel Sanches, Rose Sarraf, Aliou Sèye, Michèle Therrien, Diane Vernon, Pierre A. Vidal-Naquet, Zina Weygand.

Télécharger le sommaire (pdf)

Parution – Les risques professionnels. Peut-on soigner le travail ?


Mias Arnaud, Les risques professionnels. Peut-on soigner le travail ?, Editions Ellipses, La France de demain, 2010, 192 p.

Travailler plus pour souffrir plus ! Harcèlement moral, dépressions, troubles musculo-squelettiques, cancers… autant de maux liés au travail. Chômage de masse et mondialisation ont accentué la pression sur des salariés fragilisés et fatalistes. On ne doit pas s’y résoudre. L’urgence est réelle : les nouveaux risques exigent une réflexion renouvelée. Objet de rapports de force constants, le droit du travail évolue. Il s’agit maintenant de se donner collectivement les moyens de le faire vivre et de l’appliquer partout et pour tous.

Parution – Venus With Biceps: A Pictorial History of Muscular Women

Parution – Venus With Biceps: A Pictorial History of Muscular Women



David Chapman et Patricia Vertinsky, Venus With Biceps: A Pictorial History of Muscular Women, Arsenal Pulp Press, 2010, 256 p.


Venus with Biceps is the third collaboration with David L. Chapman, co-author of the previously published Comin’ at Ya! and American Hunks. David has a fantastic personal archive of historical photographs and memorabilia on muscular men and women; this archive has formed the basis of these three very distinctive books. (Comin’ at Ya! is notable for its 3-D photographs of the 1950s photographer Denny Denfield, and comes complete with 3-D glasses.) Venus with Biceps contains a myriad of colour and B&W photographs, drawings, and advertisements featuring muscular women over the past 100 years. It’s a fascinating concept, with surprisingly few antecedents. Unlike their male counterparts, whose musculature is often equated with physical beauty and sexual desire, muscular women and female bodybuilders have often been ostracized throughout history as “freaks” or worse. Venus with Biceps will go far in correcting this historical wrong, showing such women to be the strong, powerful individuals they are.

The book also features an essay by Patricia Vertinsky, a professor at the School of Human Kinetics at the University of British Columbia, specializing in the social and cultural history of the body.

Conférence – Imaginer la personne humaine : une vision éthique de la médecine

Conférence – Imaginer la personne humaine :  une vision éthique de la médecine


Le Pr. Patrick Berche, doyen de la faculté de médecine Paris Descartes et
le Pr. christian hervé, chargé de la mission « relations médecins/patient/familles »

ont le plaisir de vous convier à une nouvelle édition des «Rencontres d’Hippocrate» de la faculté de médecine Paris Descartes :

« Imaginer la personne humaine :  une vision éthique de la médecine »

Avec :
Pr. Laurent Lantieri, chef du service de chirurgie plastique et reconstructrice – hôpital Henri Mondor (Créteil), auteur de la première greffe totale de la face et M. Bernard Andrieu, anthropologue et philosophe du corps.

Le lundi 17 janvier 2011, à 18h30
Faculté de médecine Paris Descartes – amphithéâtre Richet
15 rue de l’école de médecine – Paris 6è (M° Odéon)

renseignements :
christian.herve@parisdescartes.fr
www.medecine.parisdescartes.fr
Cette invitation est ouverte à tous, n’hésitez pas à la diffuser aux personnes susceptibles d’être intéressées.
Cette édition des «Rencontres d’Hippocrate» est également organisée dans le cadre de la conférence inaugurale du Master de recherche en éthique de l’université Paris Descartes.

Parution – En plein soleil. Vers l'énergie et Un goût de terre. Vers une cosmosensation

Parution – En plein soleil. Vers l’énergie et Un goût de terre. Vers une cosmosensation


A l’occasion de la sortie prochaine de deux nouveaux ouvrages (en plein soleil et un goût de terre) de Bernard Andrieu, les éditions Atlantica ouvrent une offre de souscription pour l’obtention du coffret de quatre volumes sur l’écologie corporelle.

Vous trouverez ci-joint toutes les précisions nécessaires.

Parution – Journal of medicine and philosophy

Parution – Journal of medicine and philosophy


Journal of medicine and philosophy, Bioethics and Transhumanism, December 2010, Volume 35, Issue 6

Fabrice Jotterand
At the Roots of Transhumanism: From the Enlightenment to a Post-Human Future

James Hughes
Contradictions from the Enlightenment Roots of Transhumanism

Michael Bess
Enhanced Humans versus “Normal People”: Elusive Definitions

Ingmar Persson and Julian Savulescu
Moral Transhumanism

Heather G. Bradshaw and Ruud Ter Meulen
A Transhumanist Fault Line Around Disability: Morphological Freedom and the Obligation to Enhance

Tom Koch
Enhancing Who? Enhancing What? Ethics, Bioethics, and Transhumanism

Jeffrey P. Bishop
Transhumanism, Metaphysics, and the Posthuman God

Rencontre sur le handicap – Dialogue entre Marcel NUSS et Pierre ANCET

Rencontre sur le handicap – Dialogue entre Marcel NUSS et Pierre ANCET

Le mardi 25 janvier 2011 – 18 h – 20 h
(arrivée du public souhaitée à 17 h 45) – entrée libre
A l’amphithéâtre Eicher, pôle AAFE
(bâtiment blanc derrière la faculté des lettres),
esplanade Erasme, Université de Bourgogne.

Rencontre organisée par le Centre Georges Chevrier UMR CNRS 5605, avec l’aide de la Région Bourgogne. Différents thèmes seront abordés comme l’autonomie (au sens courant et au sens de création de normes), la dépendance (physique et psychique), la séduction, la virilité, le rapport au temps, l’élan vital… tout en laissant une part importante aux questions au public.

Marcel Nuss présentera son dernier livre à la librairie Grangier le samedi 22 janvier 2011 à 17 h.

Exposition – Derniers regards

Exposition – Derniers regards

Exposition de Maxime Perrotin

Du samedi 7 janvier au samedi 12 février 2011 – Au Centre Culturel André Malraux à Vandoeuvre

« A la fin d’une vie les personnes âgées ont un dernier regard sur le monde, le monde a un dernier regard sur elles.

Qui sont ces personnes ?  Où vivent-elles ?

L’idée de développer une série de photographies sur les personnes âgées, est née de l’amour que j’ai pour ma grand-mère. A quatre vingt seize ans son œil encore vif, son beau visage, très expressif, me touchent. Bien qu’elle ait aujourd’hui le désir de quitter ce monde elle reste lumineuse, cette lumière m’inspire.

Son état tranquille, presque immobile, me permet d’accéder à des prises de vues très intenses.

Nous rions encore souvent. Les traits de son visage, l’expression, sculptent la beauté du temps vécu.

Je peux observer dans la multitude d’images produites : publicité, mode, affiche de cinéma, reportage, qu’un très petit pourcentage nous montre le visage de la vieillesse. Les quelques magazines spécialisés « seniors » sont toujours orientés vers la santé. Ils ont comme représentation « de beaux vieux » , bien conservés, donnant ainsi une image idyllique de cet âge avancé. Or la vie nous montre son vrai visage, nos grands-mères et grands-pères sont modelés par l’existence qu’ils ont eue. Leurs visages reflètent les chemins parcourus. Sans camouflage esthétique. Ils en sont d’autant plus beaux et dignes.

Souvent il y a un regard négatif sur les maisons de retraite.

Par ce travail, je veux montrer la beauté de la vieillesse et de sa demeure. »

http://derniersregards.com/index.html