Lettre d'information – Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique

Lettre d’information – Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (Lausanne)

Lettre d’information, N° 34
Février – Septembre 2011
Semestre de printemps : séminaires, colloques, conférences, journées d’études, appels d’offres et nouvelles parutions.

Télécharger la lettre (pdf)

Séminaire IUHMSP – Clinique, neurosciences, sciences humaines et sociales

Séminaire IUHMSP – Clinique, neurosciences, sciences humaines et sociales
Semestre de printemps 2011

IUHMSP, bibliothèque, 1 ch. Falaises, CH-1005 Lausanne

Le séminaire « Clinique, neurosciences, sciences humaines et sociales » est destiné aux chercheuses et chercheurs de la communauté hospitalo-universitaire, et est également ouvert à toute personne intéressée. Y sont présentées sous une forme ouverte les différentes recherches et réflexions menées par les acteurs du débat qui anime aujourd’hui la scène de la psychiatrie, de la psychologie, de la médecine et des sciences du vivant, des sciences humaines et sociales, autour des bouleversements technologiques et épistémologiques induits par les neurosciences contemporaines.
Ce séminaire souhaite instaurer un dialogue ouvert et critique, insistant sur les aspects cliniques dans la pratique des professionnels (de la psychiatrie, neurologie, neurochirurgie, psychologie, …), en associant systématiquement cette réflexion aux perspectives de sciences humaines et sociales. Les séances de l’année 2010-2011 déclineront la thématique générale « Identités, socialités et subjectivités », sous les angles du genre et des neurosciences, des associations de patients, de la vulnérabilité, des relations humain-animal dans la recherche en neurosciences, des identités dans le champ de l’autisme et de la schizophrénie…

Jeudi 17 février 2011
10h30-12h30 Alexia Stantzos (HECV Santé), Gilles Bangerter (HES-SO La Source)
La rencontre avec la souffrance psychique


Jeudi 17 mars 2011

10h30-12h30 Anelies Kaiser (Université Technique de Berlin), Isabelle Dussauge (Université de Linköping (S))
Genre et neurosciences
Cette séance est organisée conjointement avec l’Ecole doctorale romande en Etudes Genre (www.unil.ch/liege/ecoledoctorale)
Jeudi 21 avril 2011
10h30-12h30 Delphine Preissmann (Faculté de biologie et médecine et Faculté des SSP, UNIL), Nicholas Stücklin (Faculté des SSP, UNIL)
Modèles animaux et recherche translationnelle en psychiatrie
Jeudi 19 mai 2011
10h30-12h30 Krzystof Skuza (Faculté des SSP, UNIL), Alain Kaufmann (Interface Sciences-Société, UNIL)
Les empêcheurs de chercher en rond ? Associations de patients et biosocialités
Jeudi 9 juin 2011
10h30-12h30 Isabelle Robert, Marie-Jo Martel, Agnès Banyangiliki (GRAAP, Lausanne)
Retrouver ses compétences sociales et professionnelles quand on souffre de troubles psychiques, l’exemple du GRAAP

Organisation : Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique, CHUV-FBM

Groupe de recherche : M. Arminjon (EPFL), V. Barras (IUHMSP), L. Benaroyo (Unité d’éthique CHUV et IUHMSP), E. Bovet (IUHMSP), M. Demurger (CHUV), M. Droz Mendelzweig (HES Santé La Source), M. Gkotsi (ETHOS, UNIL et IUHMSP), A. Kaufmann (Interface, UNIL), C. Kraus (SSP), P. Magistretti (EPFL et FBM), F. Panese (IUHMSP et SSP), V. Pidoux (IUHMSP et SSP), D. Preissmann (SSP et FBM), M. Saraga (DP), K. Skuza (SSP), N. Stücklin (SSP)

Les séminaires sont ouverts à toute personne intéressée. Renseignements : hist.med@chuv.ch,  021 314 70 50

Séminaire IUHMSP – Histoire, sociologie et épistémologie de la santé publique

Séminaire IUHMSP – Histoire, sociologie et épistémologie de la santé publique


Semestre de printemps 2011
IUHMSP, bibliothèque, 1 ch. Falaises, CH-1005 Lausanne

La santé publique, devenue l’un des objectifs politiques majeurs des démocraties occidentales,  n’a cessé de prendre de l’importance dès son émergence au XVIIIe siècle. Préserver et élever le niveau de santé des populations fut l’une des grandes quêtes des siècles écoulés, marqués par des succès certains, particulièrement au XXe siècle.  Aujourd’hui, grâce à des programmes ciblés, chacun a en tête un slogan lui indiquant le « bon comportement » à adopter pour les décisions les plus banales de la vie quotidienne (prendre l’escalier – manger fruits et légumes …). La santé de chacun est une affaire publique. La New Public Health du XXIe siècle se veut plus ambitieuse. Elle vise la santé globale, objectif nécessitant une politique active et efficace sur tous les plans : organisation du système de soins, pratique médicale, industrie, économie, emploi, assurances sociales, environnement physique et social, tout concerne la nouvelle santé publique.
Comment la santé est-elle devenue une préoccupation non seulement omniprésente, mais aussi invasive ? Comment cette préoccupation se traduit-elle dans les pratiques sanitaires et médicales, tout particulièrement dans ce qu’il est convenu d’appeler la « médecine communautaire » ?
L’objectif de ce séminaire est de réfléchir à ces questions dans une perspective à la fois historique, épistémologique et socio-anthropologique. Nous nous focaliserons sur trois aspects :
• l’évolution des systèmes de santé (à l’échelon national ou international) ;
• l’organisation d’un savoir fondé sur une méthodologie expérimentale quantitative (épidémiologie, statistique) ;
• la mise en place de programmes d’intervention (en particulier ceux liés à la nutrition), analysés dans une perspective socio-anthropologique.

Mardi 22 février 2011
17h00-18h30 Salvatore Bevilacqua (IUHMSP)
Epistémologie sociale de la gestion des comportements alimentaires

Mardi 22 mars 2011
17h00-18h30 Gérard Jorland (EHESS, Paris)
Une société à soigner. Hygiène et salubrité publique en France au XIXe siècle

Mardi 5 avril 2011
17h00-18h30 Patrick Zylberman (École des Hautes Études en Santé Publique, Rennes & Paris.)
Hygiène des contours : les transformations de la frontière sanitaire en Europe, XIXe-XXe siècles

Mardi 17 mai 2011
17h00-18h30
Véronique Mottier (Faculté des SSP, UNIL)
L’Etat et la sexualité : l’exemple des pratiques eugénistes en Suisse (1920-1960)

Mardi 7 juin 2011
17h00-18h30

Christiane Ruffieux (IUMSP et IUHMSP)
La construction d’un fait général : une évidence ?  L’exemple des recherches sur le croup à Genève au début du XIXe siècle

Organisation : Groupe de recherche « Histoire, sociologie et épistémologie de la santé publique » (IUMSP- IUHMSP) : Christiane Ruffieux, Vincent Barras, Salvatore Bevilacqua, Thierry Delessert

Les séminaires sont ouverts à toute personne intéressée. Renseignements : hist.med@chuv.ch,  021 314 70 50

Séminaire IUHMSP – Ethique et philosophie de la médecine

Séminaire IUHMSP – Ethique et philosophie de la médecine

Semestre de printemps 2011
IUHMSP, bibliothèque, 1 ch. des Falaises, CH-1005 Lausanne

Ce séminaire de recherche est destiné aux doctorant-e-s travaillant de manière interdisciplinaire dans les domaines de l’éthique et de la philosophie de la médecine, de la santé et des sciences du vivant, aux chercheurs rattachés à l’institut, ainsi qu’à toute personne intéressée.  Ce séminaire permet aux doctorant-e-s du département de présenter leur recherche en insistant sur les  enjeux éthiques, philosophiques et interdisciplinaires de leurs travaux et sur les problèmes qu’ils/elles rencontrent (méthode, etc.).   La modalité de présentation choisie pour ce deuxième semestre est celle de la conférence-débat. Un débat impliquant toutes les personnes présentes suivra les présentations.

Lundi 11 avril 2011,
18h00 – 21h00, à la Fondation Claude Verdan, Rue du Bugnon 21
Francesca Bosisio (Ethos, UNIL et IUHMSP) et Mélanie Mader, (Université McGill, Montréal) :
La médecine de transplantation au carrefour des logiques du don, du marché et de l’Etat-providence.

Mardi 24 mai 2011,
17h15-19h00, à la Bibliothèque de l’IUHMSP
Georgia Martha Gkotsi et Vincent Pidoux (IUHMSP)
La neuro-imagerie en tant que preuve juridique

Annonce : Séminaire de recherche en éthique et philosophie de la médecine et des sciences du vivant, année 2011-2012 :

Dans l’espace public, l’éthique est parfois perçue comme une instance de régulation et de légitimation des pratiques cliniques et de recherche, notamment dans le cadre du fonctionnement des commissions d’éthique. Cependant, l’éthique occupe également une place importante en tant que démarche réflexive faisant appel à des compétences interdisciplinaires permettant de mettre en perspective cette fonction régulatrice. Ces divers registres de l’éthique seront explorés et analysés de manière critique dans le
séminaire de recherche au cours de l’année académique 2011-2012.

Organisation : L. Benaroyo (IUHMSP- CHUV/FBM – Ethos)

Les séminaires sont ouverts à toute personne intéressée. Renseignements : hist.med@chuv.ch,  021 314 70 50

Séminaire IUHMSP – Séminaire de recherche en histoire et études sociales de la médecine, de la santé, et des sciences du vivant

Séminaire IUHMSP – Séminaire de recherche en histoire et études sociales de la médecine, de la santé, et des sciences du vivant

Séminaire de recherche en histoire et études sociales de la médecine, de la santé, et des sciences du vivant
Semestre de printemps 2011
IUHMSP, bibliothèque, 1 ch. des Falaises, CH-1005 Lausanne

Le séminaire de recherche de l’IUHMSP est destiné aux doctorant-e-s travaillant dans les disciplines de l’histoire, des études sociales, de la philosophie et éthique de la médecine, de la santé et des sciences du vivant, aux chercheurs-euses rattaché-e-s à l’Institut, mais aussi à toute personne intéressée. Y sont présentées les différentes recherches menées par les participant-e-s. Ces présentations, insistant sur les problématiques, problèmes, méthodes, enjeux de la recherche en histoire et études sociales de la médecine et des sciences du vivant, font l’objet d’une discussion approfondie par les participant-e-s, éventuellement favorisée par la lecture préalable de documents en rapport avec la présentation.  Le séminaire comprend également l’exposé d’un-e chercheur-euse invité-e, présentant une thématique spécifique d’histoire ou d’études sociales de la médecine.

Jeudi 24 février 2011
15h00-18h00 Anne-Christine Voeffray (Faculté des SSP, UNIL),
De la gestion des risques à celle de l’incertitude: Reconfigurations en terme de production du savoir médical sous l’influence du paradigme de l’EBM
Discutante: Daniela Cerqui (Faculté des SSP, UNIL).

Jeudi 24 mars 2011
15h00-18h00
Sylvie Chaperon (Université de Toulouse-Le Mirail)  Pour une histoire scientifique du clitoris
Marilène Vuille (IUHMSP) Les récits de la douleur en obstétrique (XXe siècle)

Jeudi 14 avril 2011
15h00-18h00 Piergiuseppe Esposito (Faculté des Lettres, UNIL)  Le développement du tourisme médical en Suisse romande : acteurs, lieux et enjeux (1815-1914)
Pierre-Yves Donzé (Université d’Osaka, Graduate School of Economics) Innovations technologiques et globalisation des systèmes de soins: réflexions sur l’histoire économique de la médecine contemporaine (1800-2000)

Jeudi 12 mai 2011
15h00-18h00 Florence Choquard (IUHMSP) Comment écrire une histoire des écrits asilaires au XXe siècle
Hervé Guillemain (Université du Maine) Comment peut-on écrire l’histoire de la méthode Coué ?

Jeudi 9 juin 2011
15h00-18h00 Emilie Bovet (IUHMSP) L’hypothèse diencéphalique des pathologies mentales : un territoire de convergences
Vincent Pidoux (IUHMSP et Faculté des SSP, UNIL) Fonctions épistémologiques et sociales de l’imagerie des fonctions cérébrales

Les séminaires sont ouverts à toute personne intéressée. On est prié toutefois de s’annoncer par avance auprès de « hist.med@chuv.ch » ou par téléphone au 021 314 70 50

Séminaire – Genre, personne, interlocution : l'approche relationnelle

Séminaire – Genre, personne, interlocution : l’approche relationnelle

EHESS, 105 boulevard Raspail

1er février  2011, 15h-17h, salle 7 :

Séance exceptionnelle du séminaire « Genre, personne, interlocution : l’approche relationnelle » :

« Personnes nées du don de gamètes, on vous écoute à l’EHESS »

en présence et avec la participation de :

Audrey, Arthur, Clément, Raphaël et les autres…

Pauline Tiberghien, présidente de l’Association Procréation médicalement anonyme

On a tout dit sur eux  : qu’ils étaient une poignée, qu’ils ne représentaient rien, qu’ils avaient « des problèmes », besoin « d’une bonne psychanalyse », On leur a prêté toutes les intentions : adorer « se médiatiser », vouloir régler leurs comptes avec leurs parents, rêver d’aller sonner à la porte de leur donneur pour lui dire,  « bonjour papa »,  être des fanatiques de la biologie, des obsédés de la génétique, vouloir « biologiser la filiation », On a beaucoup parlé à leur place. Et beaucoup tenté de les faire taire.Notre séminaire se propose de recevoir certains d’entre eux, de les écouter parler de leur expérience,   de leur sentiment d’injustice, et de leur combat pour la levée de l’anonymat. Puis de leur poser des questions « en direct », sans le filtre que tentent d’imposer ceux qui ont jugé d’avance qu’ils sont de trop sur la scène politique et sociale française.

Colloque – The body and seduction. From charm to manipulation

International Symposium – The body and seduction. From charm to manipulation

UVSQ, 8-9 décembre 2011

Call for Papers

To arrive before April 9, 2011

Presentation :

Seduction, which appeared for the first time in a 1979 conference in Brussels, is today a real subject of study. The conference led by Cécile Dauphin and Arlette Farge in 2001 illustrates this development. It dealt with the history of seduction, from the 17th to the 20th century, highlighting the impact of that subject in light of gender studies. Combining sedition and domination, seduction involves the rhetoric of bodies as much as the lying verb. However, though numerous projects have been led on the subject, seduction has always been considered in terms of the corrupting word. The challenge of this new conference is to abandon verbal seduction to focus on the image of seduction and the body’s rhetoric, “first support of this gigantic undertaking of seduction”, according to Baudrillard. Televisual, cinematic or pictural, the production of seductive pictures influenced by advertising, the media and art is pervading our society more and more. What are the aesthetic codes that govern these representations? Does a real politics exist, artistic and in advertising, or are these
fields linked together?  We will be interested in the modi operandi of seduction and its registers, but also in its impact on various publics. The approach of the international conference is cultural and interdisciplinary.

Possible topics (not exhaustive):
 The body’s seductive language (play with gaze, dance and voice, mirror and veil symbols)
 Cinematic and televisual idols
 Correspondence games between music, literature and the visual arts
 Representations of hetero/homo-sexuality
 Corporal aesthetics in the service of persuasion
 Seduction play (make-up, disguise, and retouching)

The conference will bring together specialists and researchers selected from attribution calls. We encourage proposals from the fields of history, cinema, semiology, literature and the performing arts.

Organization Committee :

Christian Delporte, CHCSC, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Audrey Hermel, CHCSC, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

The Proposals :

Submissions for individual papers may be in French or English and should be in the form of an abstract of approximately 350 words, complete with bibliography, address and telephone number and affiliation, and should be sent by e-mail to Audrey Hermel (colloque.seduction@hotmail.com) or Christian Delporte (christian.delporte@uvsq.fr) before April 9th, 2011.
A scientic committee will examine each proposal and will respond in June.
There are no registration fees. However, travel, subsistence and accommodation expenses must be paid for by the participant.

Séminaire – Savoirs et techniques d'anticipation, 18e-19e siècles

Séminaire – Savoirs et techniques d’anticipation, 18e-19e siècles


Le séminaire « Savoirs et techniques d’anticipation, 18e-19e siècles »a le plaisir de vous convier à sa prochaine séance
le jeudi 10 février 2011, de 11 à 13 heures
Emma Spary (University College London) : « Future diets : Scientific and medical advisors to French government on the question of dietary reform, 1778-1817 »
Le séminaire aura lieu à l’EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 4 (2e étage).

Séminaire – Philmed

Séminaire – Philmed

La première séance du séminaire Philmed, philosophie et médecine, aura lieu le :

Jeudi 10 février, de 17h30 à 19h.

petite salle de l’IHPST, 11 rue de Four, 75006 Paris, métro Mabillon ou Saint-Germain.

Nous écouterons :

Steeves Demazeux « Le DSM-III: quelques problèmes d’ontologie médicale posés par la standardisation clinique »

Commentaire: Jean Gayon

Nous consacrerons 30 min de cette première séance à la présentation et l’organisation de notre groupe de travail, dont la qualité reposera sur notre investissement commun.

Le séminaire vise à faire se rencontrer tous les doctorants spécialisés en épistémologie de la médecine. Notre souhait est de pouvoir échanger sur nos travaux, tout en contribuant à chaque intervention à une réflexion plus générale sur les objets et les méthodes propre à l’histoire et la philosophie de la médecine.

http://www-ihpst.univ-paris1.fr/s/29,philmed.html

Séminaire – Corps, Techniques et Société

Séminaire – Corps, Techniques et Société
Mardi 8 février 2011 : Regards
Horaire : 16h00-18h30
Lieu : CETCOPRA – Université Paris 1, 17, rue de Tolbiac. 75013 Paris. 5ème étage
(RER C ou Métro ligne 14, bus 62 ou 89)
La prochaine séance du séminaire « Corps, Techniques et Société » (GT41/AFS) aura lieu mardi 8 février sur le thème des « regards ». Monique Sicard et Ermelinde Malcotte présenteront leurs travaux.
Vous trouverez ci-dessous l’annonce du séminaire et toutes les informations pratiques.

Monique Sicard (ITEM – CNRS)
« Photo-graphies » : corps et appareils / XIX-XX-XXIème siècles
Nous proposons une analyse critique et mise en débat du dépassement du regard porté sur les corps sous l’emprise des technologies de la vision.  Le point de départ paradigmatique sera fourni par l’usage de la chambre photo-graphique chez les physiologistes du XIXe siècle. A partir de là, nous nous autoriserons toute plongée dans le passé, mais également toute projection dans l’avenir d’une médecine et d’un corps devenus 2.0. Nous décrirons les modalités et évaluerons les conséquences de ces dépassements du regard : rematiérisation, déplacement (effets travelling) des objets, des méthodes et des appareils, mises à distance et rapprochements (effets zoom) des corps eux-mêmes. Ces réflexions théoriques prennent appui sur des exemples précisément décrits. Ainsi, Duchenne, Marey seront les porte-paroles d’une valorisation extrême de l’objectivité (élimination de l’observateur, effet de surface). L’imagerie du XXe siècle (radiographie, IRM, échographie), celui de la nouvelle intimité d’un corps devenu appareil. En rappels du passé, sera évoqué le paradoxe d’une mise à distance par une physiologie du contact chez Descartes et les physiologistes des XVIIe – XVIIIe siècle, sous l’emprise de la mécanique et de l’optique. Enfin, dans un monde contemporain devenu « many to many », le « Google pour tous » sera le modèle de l’émergence d’un corps collectif. Chaque fois, ces déplacements du regard sont le symptôme d’une rupture radicale sans abandon jamais de ce qui précède. ?Nous soulèverons pour conclure le paradoxe d’un corps désormais connu dans ses profondeurs mais fondamentalement devenu image, évoquant la question politique de l’effet de surface né de l’emprise photo-graphique ; celle, contradictoire mais simultanée, d’une parole-image conférée aux sans-voix.

Ermelinde Malcotte (Université Paris X Nanterre)
Enjeux de l’invisible : nanotoxicologie et biopolitique
L’anthropologie n’a cessé d’interroger la normativité humaine et le fait que l’homme, ce vivant particulier, ait une plasticité, une labilité qui lui est propre. La question du dépassement, ou plutôt du déplacement, se trouve au cœur des problèmes soulevés par l’analyse des effets sanitaires et environnementaux des nanomatériaux. Nous proposerons de tracer l’histoire de la nanotoxicologie. Cette nouvelle discipline, qui étudie les risque associés à l’exposition de l’environnement et des populations humaines aux nanomatériaux, met en évidence la manière singulière qu’a le vivant humain de se rapporter à son milieu. Qui se traduit notamment par une incidence croissante du nombre de personnes souffrant d’une hypersensibilité bronchique. Nous discuterons de la pertinence du cadre conceptuel qu’ouvre la notion foucaldienne de biopolitique, et de l’intérêt de revenir à la philosophie de Canguilhem, qui permet d’opérer un déplacement par rapport à la gestion traditionnelle des risques et au principe de précaution. L’histoire de la nanotoxicologie fait en effet apparaître que le point névralgique des risques n’est pas tant une affaire de protection que de savoir quels types de relations nous sommes capables de nouer avec les nanomatériaux, et quelle redéfinition de la santé se trouve impliquée dans les politiques sanitaires qui accompagnent ces interactions.

Colloque – Hybridations, Immersions et Sensations dans l’activité physique et les pratiques corporelles

Colloque – Hybridations, Immersions et Sensations dans l’activité physique et les pratiques corporelles


A la faculté du Sport, Université Henri Poincaré – Nancy Université,

16 – 17 juin 2011.

Organisation : Anne Sophie Sayeux (PAEDI, Université Blaise Pascal, Clermont 2), Olivier Sirost (CETAPS, Université Rouen), Bernard Andrieu (Faculté du sport, LHSP UMR 7117 CNRS Université Henri Poincaré, Nancy Université).

bernard.andrieu@staps.uhp-nancy.fr

A-sophie.SAYEUX@univ-bpclermont.fr

olivier.sirost@univ-rouen.fr

Argumentaire

Les usages sociaux du corps participent pleinement à la construction des savoirs, des techniques et des milieux dans lesquels ils se déploient. Pourtant, ils ont peu fait l’objet d’analyses à partir du point de vue du corps.

Il convient de rappeler que les cures de nature, tout comme la découverte des cœnesthésies s’accompagne de la montée des paradigmes empiristes et sensualistes. Les correspondances de Rousseau et Condillac, tout comme la relation de Burke à la compagnie des Indes orientales ou les travaux de Diderot et Berkeley sur les sens, ne sont pas étrangères à une mise en forme de la pratique. Les immersions dans la nature (aérothérapie, balnéothérapie, …) vont de pair avec une philosophie introspective du corps et de l’écoute de soi que l’on retrouve très tôt chez Burton ou Maine de Biran.

C’est aussi la saisie du vertige, du monstre ou du sauvage tapis au fond de soi qui guide la saisie de l’expérience sensible. L’esthétique du sublime à l’heure romantique favorise l’apprivoisement de la vacuité et le jeu avec les peurs. L’importance accordée à l’ambiance, au langage sensoriel, à l’impression esthétique témoigne ici également d’une tentative de saisie de la dimension sensible dans les usages du corps. Les thématiques de la mer ou de la montagne dans les œuvres romantiques, du désert chez les orientalistes ou du déjeuner sur l’herbe chez les impressionnistes mettent en image un faisceau d’expériences vécues et sensuelles.

Cette effervescence est tout aussi vivace dans les milieux éducatifs où la formation par l’expérience ou par le milieu devient progressivement un thème prisé des pédagogies nouvelles. De ce point de vue, il convient également de resituer des pédagogues tels que Dewey dans les perspectives adoptées par le pragmatisme. Le statut de l’expérience corporelle est alors directement injecté dans l’édification du connaître. Ces quelques rappels – non exhaustifs – situent l’objectif de ce colloque : appréhender les pratiques corporelles dans leurs évolutions et leurs actualités par le prisme des approches sensibles.

Il s’agit de regrouper autour de ces questions tant les avancées augurées par les historiens (de la nouvelle histoire à l’anthropologie sensorielle), les anthropologues (de l’anthropologie biologique à l’anthropologie sociale et culturelle), les sociologues (du pragmatisme aux phénoménologies) ou les philosophes.

Le colloque s’articulera autour de trois questions :

  1. 1-            Nouvelles technologies et corporéité

Comment l’intégration de la matière transforme les corps et nos sensibilités – L’interaction est incorporée par l’hybridation au point de transformer le vécu corporel, amélioré objectivement ou subjectivement par l’objet et la technique biotechnologique. Comment, par exemple, l’insertion de prothèse du genou ou de la hanche prend-elle la place de l’organe défaillant en restaurant la fonction articulatoire ?

  1. 1. 2-           Ecologie corporelle et pratiques immersives

Quels milieux d’immersion des corps sont privilégiés et que disent-ils sur notre présence au monde – S’il est d’usage de se « sentir bien dans son élément », en quoi, comment et pourquoi se sent-on bien dans les éléments naturels ? On peut s’interroger sur les sens mobilisés par les pratiques immersives, mais aussi sur les plaisirs des sens qu’elles procurent. Que recherchent donc les individus dans cette nature sensuelle ?

  1. 3-            Expériences vécues et formation corporelle

Comment se transmet l’expérience vécue – De quelle manière, une sensation pouvant être perçue d’un premier abord comme négative peut-elle être apprise et transmise comme étant positive ?  Il s’agit de comprendre en quoi l’apprentissage d’une activité corporelle peut transformer la « perception des effets ».

Continuer la lecture de Colloque – Hybridations, Immersions et Sensations dans l’activité physique et les pratiques corporelles

Appel à contribution – L’exploration du corps dans les Arts

Appel à contribution – L’exploration du corps dans les Arts

Colloque 
du 
8
 et 
9
 décembre 
2011

Association
 Les Têtes
 Chercheuses

Déjà un sujet incontournable des représentations classiques, le corps reste un terrain d’exploration pour les différents médiums artistiques du XXIe siècle. Cette constance dans sa représentation fait du corps un thème fédérateur et riche en références. Ce colloque, organisé par l’association Les Têtes Chercheuses les 8 et 9 décembre 2011, cherchera à réfléchir, par le truchement de nos sujets de thèse, à l’exploration du corps dans les arts. L’originalité de cette manifestation réside dans son organisation. Mis en place par et pour des doctorants et des jeunes chercheurs en Lettres, Langues, Linguistique et Arts, il sera l’occasion de croiser les pratiques, de mêler les approches disciplinaires, en somme de déplier les possibilités qu’offre le corps dans un médium artistique. Nous souhaitons faire de ce colloque un espace de rencontres et d’échanges dynamiques nourri par la confrontation de recherches à la pointe de l’actualité avec la pratique artistique. Ainsi, des professionnels invités nous présenteront leurs créations autour du corps et une table ronde entre
praticiens et universitaires clôturera ces journées de rencontres. Doctorants et jeunes chercheurs (ayant soutenu leur thèse depuis 5 ans maximum) sont ici invités à se saisir de la thématique du corps, compris dans une acception très large. Les critères de sélection proposés ci-dessous sont ouverts afin de faire place à l’inattendu. Il s’agira moins de dresser un inventaire des différentes représentations du corps à travers les arts que de privilégier une analyse capable non seulement de mettre à jour l’inscription du corps dans le médium artistique, mais également de rendre compte des interactions qui s’opèrent entre le corps et le médium. Le corps est alors envisagé tout autant comme incarnation concrète que comme idéologie.

AXE 1 : CORPS SCIENTIFIQUE
En prenant le corps humain ou animal pour objet d’étude photographique à la fin du XIXe siècle, Edward Muybridge et Jules Marey ont non seulement participé aux progrès de l’exploration scientifique du corps, mais ont surtout initié un virage dans l’histoire des représentations. D’autre part, le corps, du point de vue médical, physiologique, se révèle être le truchement sans lequel la parole ne pourrait naître.  Que peuvent les arts pour la « norme » des corps ? Que peuvent les arts pour l’étude du corps ?
AXE 2 : CORPS PERSONNAGE
Parfois, le corps ne fait plus qu’un avec un personnage et devient, dans une sorte d’antonomase, un « Rambo », « un Marlon Brando ». Une posture (la Marianne), une corpulence (le Petit et le Gros dans le cinéma burlesque) transforment le corps en figure, en symbole. En outre, certaines pratiques artistiques amènent à penser l’autre comme une présence dématérialisée et l’incarnation ne passe plus nécessairement par le corps.  Que dire du corps qui se fait « signature » d’un personnage ? Quels sont les enjeux du corps pour la construction de la persona d’un acteur ? Comment l’art prend-il en charge cette disparition des corps ? Comment envisager, donner un visage à l’absence du corps ?

AXE 3 : CORPS DU PUBLIC
Pris en compte du point de vue social, le corps est aussi celui du récepteur de l’art. Au théâtre, le public est parti prenante du spectacle, intervenant plus ou moins selon le type de théâtre et de spectacle représenté. Si, comme le souligne Denis Guénoun, au cinéma, être seul dans la salle est une chance, cela n’est pas le cas au théâtre, moins encore à un concert. Le corps du spectateur s’envisage aussi dans la déambulation muséale. Que dire du corps du spectateur ? Statique ou mouvante comment la spectature s’inscrit-elle dans le lieu de représentation ou d’exposition ? Comment envisager la foule des corps, qu’est-ce que la « masse » ?
Axe 4 : CORPS PHYSIQUE
Nombre d’images aujourd’hui nous montrent un corps retravaillé, manipulé, objectivé. Jouant avec les codes du genre, sexe, race, religion, etc., les arts explorent la question de l’identité. Prenons pour exemple les photographies de Claude Cahun ou de David Lachapelle qui procèdent, chacun à leur manière, au brouillage des identités ; ou à l’inverse le film du coréen Chan-wook Park, I’m a Cyborg, But That’s OK, qui expose le corps vers un non-lieu physique. Aux antipodes de cette stylisation du corps, la représentation, chère à Bakhtine, de la déchéance dans les arts de la scène et de l’image serait aussi à explorer, notamment la réappropriation et la réinterprétation de la notion de « bas corporel » par un artiste contemporain tel que le photographe américain Andres Serrano.  Comment le physique participe-t-il de la construction de l’identité ? Y a-t-il un « excès » de corps ? Quels sont les enjeux d’un corps déconstruit par l’œuvre d’art ? Lorsque la chair se fait matière, que dire de l’effet d’haptique ?

Axe 5 : CORPS MÉDIUM

Les pratiques artistiques sont nombreuses à utiliser le corps comme outil de leur création. Les travaux de Pipo Delbono ou de Marina Abramovic montrent le corps comme élément de l’œuvre artistique et revendiquent un corps « réel ». La recherche d’une fusion entre l’image, l’écriture et le corps fait parfois de celui-ci un moyen direct d’expression, parfois le support de l’œuvre, comme dans la pratique du tatouage. De quoi le corps se fait-il le véhicule dans l’œuvre artistique ? Que dire du corps « support », du corps « écran » de l’oeuvre? Que dire du corps qui se fait espace du spectacle ?

Date 
limite d’envoi
 de 
la
 proposition :
 La 
proposition
 de
 communication
 pour
 le
 colloque,
 d’une
 quinzaine
 de
 lignes
 maximum,
 accompagnée
 d’une
 notice
 biographique
 (Université
 d’attache
 et 
département, 
sujet 
de 
thèse 
et 
directeur 
de 
recherche), 
doit 
être 
envoyée 
au 
plus
 tard 
pour 
le 30 
avril

 2011, 
à
 groupe.doctoral@gmail.com

Rencontres d’Hippocrate

Rencontres d’Hippocrate

Le lundi 14 février 2011, à 18h
Faculté de médecine Paris descartes – amphithéâtre richet
15 rue de l’école de médecine – Paris 6è (M° odéon)

Le Pr. Patrick Berche, doyen de la faculté de médecine Paris Descartes et le Pr. christian hervé, chargé de la mission « relations médecins/patient/familles » ont le plaisir de vous convier à une nouvelle édition des « Rencontres d’Hippocrate » de la faculté de médecine Paris Descartes :

« Vivre Le don d’organes avec ses croyances »

Une table ronde avec :
grand rabbin haïm Korsia (aumônier général israélite des Armées) – imam saïd ali KoUssay (aumônier musulman – CHU Avicenne) – Mme doriane viLLordin (aumônerie catholique – GHU Cochin) – Mme Joséphine cossarT (coordination de prélèvements d’organes et de tissus – GHU Cochin) – Pr. sadek BeLoUciF (agence de la Biomédecine) – Pr. denis saFran (Hôpital Européen Georges-Pompidou) – Pr Laurent saLoMon (CHU
Henri Mondor) – des patients transplantés et des proches de donneurs.

renseignements :
christian.herve@parisdescartes.fr / www.medecine.parisdescartes.fr

Les dons et greffes d’organes sont régis par la loi de bioéthique de 1994, révisée en 2004 et actuellement réactualisée. Au delà des notions légales et réglementaires se posent les pratiques en termes d’humanité, d’annonce et d’écoute, voire de partage de sentiments. Ces situations sont difficiles et manquent souvent d’explications. Les référents culturels et religieux sont alors majeurs pour éclairer les personnes interpellées dans ces situations humainement très complexes. Cette table ronde a pour objectif de mettre en scène les acteurs qui sont impliqués et notamment ceux qui peuvent au mieux expliciter le sens des textes et rites souvent invoqués par les familles dans leurs réflexions.

Journée d'études – La somaesthétique : du pragmatisme philosophique aux arts transdisciplinaires

Journée d'études - La somaesthétique : du pragmatisme philosophique aux arts transdisciplinaires


Journée d'études autour de Richard Shusterman

DATE : 11 février 2011, 10h15-18h45.

LIEU : Salle Dussane, ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris


Mises à jour, détails:
http://philosophie.ens.fr/-Shusterman-11-02-2011-.html

PROGRAMME

10h15 : Accueil et présentation de la journée, Mathias Girel (ENS).

10h30-11h00. Jean-Pierre Cometti (Université de Provence) : "Le pragmatisme
et la question du corps"

11h00-11h20 : Questions

11h20-12h10 : Richard Shusterman (Florida Atlantic University) --- "Du Style
somatique".

12h10-12h30 : Questions

Pause déjeuner

13h45-14h15 : Mathias Girel (CIRPHLES, ENS) : "Le corps dans les lettres :
la ligne jamesienne chez Richard Shusterman"

14h15-14h35 : Questions

14h35-15h05 : Bernard Andrieu (UHP Nancy) : "Sentir son corps :
Proprioception ou immersion ?"

15h05-15h25 : Questions

15h25-15h55 : Marielle Macé (CNRS-EHESS) : "Vivre un style"

15h55-16h15 : Questions.

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h00 : Yann Toma (CERAP, Université Paris 1) : "Somaesthétique et
flux radiant"

17h00-17h20 : Questions.

17h20 Table ronde

17h20-18h45 : Table ronde, avec C. Hanna, D. Zerbib (LETA, Paris I), Th.
Mondémé (UVSQ),  M. Richez (ENS), O Quintyn, dialogue transdisciplinaire
avec Richard Shusterman.

18h45 : Fin de la journée