Appel à contributions – Corps médicalisés, corps autonomes, corps sexuels ? Handicap et sexualité dans une perspective militante, féministe et LGBTQI

Appel à contributions – Corps médicalisés, corps autonomes, corps sexuels ? Handicap et sexualité dans une perspective militante, féministe et LGBTQI

 

Colloque organisé dans le cadre des Universités d’Eté Euroméditérranéennes des Homosexualités – UEEH

19 Juillet 2012, BMVR L’Alcazar, 58 Cours Belsunce – 13001 Marseille

Nous recherchons des intervenantEs provenant du tissu associatif, personnel soignant, chercheurEs mais aussi militantEs, artistEs et personnes concernéEs (y compris et surtout des personnes handi).

Présentation :

En France, la sécurité sociale ne rembourse un lit dou- ble médicalisé que pour des personnes handicapées qui peuvent attester qu’elles vivent en couple. Comment une personne handicapée célibataire peut-elle déjà commencer à faire des rencontres ?

Le handicap n’est pas uniquement un fait biologique. L’organisation des institutions, l’accessibilité de l’archi- tecture, de l’espace public tout comme grand nombre de représentations sociales contribuent partout à ex- clure et laisser les personnes handicapés dans l’oubli. La question de la sexualité des personnes handicapées est souvent abandonnée au corps médical — ou aban- donnée tout court. Le corps handi semble un « corps à aider », un corps qu’on réduit souvent à quelque chose qui doit être lavé, soigné, entretenu et réparé, un corps asexuel et asexué, réduit aux obligations médicales, à la dépendance qui l’entoure, le borde et le définit. Peut- on penser des personnes dans ces corps ?

L’accès à la sexualité dans les structures d’accueil et d’hébergement est loin d’être un acquis, autant pour des raisons de règlement, par exemple l’interdic- tion de recevoir des personnes dans sa chambre, ou uniquement « du même sexe » (sic. . . ), ou simplement pragmatico-économiques : un lit médicalisé coûte cher, un lit double encore plus. . . Le milieu associatif hand- icapé [est] toujours fermé aux problématiques d’orien- tation sexuelle, et face à cela, en raison d’un culte de la beauté physique et d’un corps normé, mais aussi du fait de la non accessibilité des lieux sociaux et convivi- aux, le milieu LGBTQIF discrimine les personnes hand- icapées.

Les outils des mouvements de libération des femmes, des gays et des lesbiennes, la reprise de l’injure, la sub- version volontaire des codes de genre, la pensée de l’empowerment, etc, sont-ils pertinents ou réutilisables dans notre cadre ? Comment vivre son orientation sexuelle et/ou ses pra- tiques de genres tant que toute sexualité reste tabou, toute pratique sexuelle refusée ? Comment aborder la question du désir amoureux et/ou sexuel ?

Peut-on imaginer une culture du corps invalide, incom- plet, des modes de vies, sexuels et affectifs subversifs, positifs et nouveaux ?

Comment, pour un valide, passer les différentes bar- rières physiques et symboliques qui limitent a priori la capacité à établir du lien ?

Quels espaces de rencontres et/ou de cohabitations sont possibles ? Qu’est ce qui existe, qu’est ce qui reste à inventer ? Quelle part peuvent jouer, jouent ou ne jouent pas, les politiques d’accessibilité des villes et des bâtiment quant à cette question ?

Cette liste de questions n’est qu’indicative, n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez proposer d’autres sujets.

Informations pratiques

Les communications dureront de 15 à 30 minutes. Les propositions doivent être envoyées par mail à colloque2012@ueeh.net avant le 30 Mars 2012, les au- teurSEs des propositions retenues seront informéEs au plus tard le 16 Avril. Les textes des communi- cations retenues devront être envoyés avant le 18 Juin 2012, afin de permettre la mise en place de la tra- duction (Traduction simultanée au casque ou par sur- titrage vers l’anglais et l’espagnol, interface LSF sous réserve). Les actes feront l’objet d’une publication sur le site des UEEH.

Infos et contact :

http://www.ueeh.net/

 

Appel à contributions – Bodies – systems – structures. Masculinities in the UK and the US, 1945 to the present

Appel à contributions – Bodies – systems – structures. Masculinities in the UK and the US, 1945 to the present

 

Avant le 15 février 2012 – Dresde (Allemagne)

International Conference, TU Dresden, Germany, 13-15/06/2012 Organizers : Prof. Dr. Stefan Horlacher (TU Dresden), Prof. Kevin Floyd (Kent State University)

Masculinities are routinely studied in one of two potentially incompatible ways : as exemplifying abstract systems such as patriarchy or kinship ; or as concrete, corporeal phenomena. The very term masculinity has hitherto been examined in such a broad range of contexts that it can sometimes appear as a pure abstract form, some kind of configuration or ‘relation‘ practically devoid of any concrete, defining content. We might say the same thing about crisis, a term that seems as persistent as it is exhausted. And even concepts that have become staples of masculinity studies, like hegemony or performativity, seem to be wavering between concrete specificity and theoretical abstraction. This conference will explore masculinity as an idea or a concept that operates across, or at least in relation to, a distance/difference that may or may not be bridgeable : between the systemic and the corporeal, the abstract and the concrete. Thus, this conference will not only encourage scholarly movement in a direction that both builds on re- cent work in the field of masculinity studies and moves past it toward more comparative kinds of analysis, but it will also explore the relations between different abstract and corporeal, metaphorical and metony- mical manifestations of masculinity. With these dilemmas in mind, we invite theoretical, cultural, or literary analyses of masculinities in the US and/or the UK since World War II – a period in which differentiated masculinities proliferate for specifically national and transnational reasons, including global waves of decolonization, changing patterns of migration, the emergence of ‘new‘ subaltern subjects demanding social, cultural, and political recognition, as well as conservative reactions against these developments.

We especially encourage papers with comparative and/or transnational emphases. Possible topics might involve (but need not be limited to) any of the following :

. Masculinities and/as Systems (which systems – military, symbolic, technological, post- or neo- colonial, liberal or neoliberal, political or bio-political – can masculinity embody, exemplify, or perform ?)

. Masculinities as Bodies – Bodies as Systems – Systems as Bodies • Masculinities and/as Structures (structures of feeling, experience, possibility)

. Masculinities and/as Concepts (textual/narrative/discursive, historical/temporal, ethnic/social)

. Masculinities and/as Power (hegemony/kinship/relation to the symbolic order)

. Masculinities and/as ‘Crises‘ (an exhausted abstraction ?)

Please send an abstract of no more than 500 words by February 15th, 2012 to both Prof. Dr. Stefan Horlacher (stefan.horlacher@mailbox.tu-dresden.de) and Prof. Kevin Floyd (kfloyd@kent.edu).

 

Appel à contributions – Women, Health and Welfare

Appel à contributions – Women, Health and Welfare

 

Avant le 16 janvier 2012 – Londres

 

WHN Southern Branch Spring MeetingSaturday 17th March 2012 At Kingston University.

Kingston University’ Centre for the Historical Record (CHR) will host the Spring 2012 one-day conference organised by the Women’s History Network, Southern Branch. The topic is deliberately broad to encourage a wide range of papers and participants interested in the history of women’s health and welfare. In resonance with the CHR’s remit to promote public history, the conference seeks to identify themes from history which resonate with women’s experiences of health and welfare today, and can inform policy makers. Proposals for papers are invited that relate to women either as receivers or providers of health and welfare, in any time period. We are particularly interested in papers which discuss these twin themes in women’s history in the context of public history, which may include a discussion of available archival sources and records.

Conference themes might include those listed below, but we would be interested to receive papers on any theme which falls within the broad remit of the conference, as described above :

Women and HealthPhysical health – different understandings of ‘illness’ and the medicalisation of women’s bodies.

Mental health – changing ideas about treatment and perceptions of women’s relationship with their inner selves.

Sexuality and medical discourse.
Women and Welfare
The impact of welfare policy on women.
The impact of women on welfare policy.
Women as consumers of welfare.
Public History

How can women’s history direct or inform modern media debates in matters relating to women’s health and welfare ? How can women’s history help inform current policy on women’s health and welfare ? How well is women’s health represented in archives ; and discussions on accessibility to relevant records ?

Please send a proposal of 250 words and a short biographical note to Sue Hawkins (s.e.hawkins@kingston.ac.uk) or Nicola Phillips (n.phillips@kingston.ac.uk).

The deadline for the submission of proposals is 16 January, 2012.

 

Appel à contribution – La santé à l’épreuve des reconfigurations organisationnelles et communicationnelles : enjeux, défis et perspectives

Appel à contribution – La santé à l’épreuve des reconfigurations organisationnelles et communicationnelles : enjeux, défis et perspectives

 

Vendredi 27 janvier 2012  |  Montréal (Québec, Canada)

80e congrès international de l’ACFAS

 

Le système de santé est une organisation qui s’ouvre de manière exponentielle à son environnement. Quelles frontières, aussi bien professionnelles que politiques, s’en trouvent redessinées ? Quel visage de la santé en résulte-t-il ? Plus précisément, nous nous intéressons dans ce colloque aux reconfigurations organisationnelles et communicationnels qui travaillent actuellement le domaine de la santé. Par reconfiguration nous voulons faire appel aux multiples figures que prennent les organisations face aux enjeux et défis associés aux services de soins et à la promotion de la santé.

ANNONCE
  • Date : du 7 au 11 mai 2012
  • Lieu : Palais des Congrès – Montréal – Canada
  • Congrès organisé par : ACFAS Association francophone pour le savoir
  • Colloque organisé par : ComSanté, UQAM – Canada / CERTOP UMR5044 CNRS, Toulouse France / CRESPPA UMR7217, Paris France

La santé s’organise dans des institutions ou des réseaux que l’on considèrera comme des organisations. Par organisations de santé nous référons tant aux organisations médicales (les hôpitaux, les cliniques, etc.), qu’aux organisations de promotion et de prévention, voire de gestion de la santé, quelles soient privés ou publiques, internationales, nationales ou locales, à but lucratif ou non lucratif. En plus d’inclure une variété d’organisations formelles dans la notion d’ « organisations » de santé, nous proposons, en suivant en cela Zoller (2010)[1], d’ouvrir la réflexion sur l’organisation en tant que processus de réagencement du social, c’est-à-dire questionner, par la clé d’entrée des processus communicationnels, les formes de constitution et transformation des systèmes de santé. Plus précisément, nous nous intéressons dans ce colloque aux reconfigurations organisationnelles et communicationnels qui travaillent actuellement le domaine de la santé. Par reconfiguration nous voulons faire appel aux multiples figures que prennent les organisations face aux enjeux et défis associés aux services de soins et à la promotion de la santé.

Les organisations subissent des reconfigurations qui posent la question de leurs frontières organisationnelles au regard de l’intégration de plus en plus prononcée d’acteurs de la société civile (les associations de patients, les citoyens auxquels est offert la possibilité de consulter les rapports sur les hôpitaux, par exemple) et d’un Etat préconisant des principes de responsabilisation. Ceci interroge les nouvelles missions des organisations de santé prises entre une mission fondamentale de soin, mais également une mission économique au sens où les contraintes du système de santé poussent à leur gestion maîtrisée ; s’ajoute une mission civique selon laquelle les organisations de santé exercent une responsabilité sociale.

Qu’il s’agisse de nouvelles démarches de gestion, de nouvelles formes de normalisation, de nouveaux standards, de nouveaux acteurs, de nouvelles maladies, ces transformations amènent les organisations à se renouveler, à se reconfigurer. Ces reconfigurations passent par de nouvelles formes de communication, qui visent à assurer aussi bien l’interopérabilité des systèmes – le partage de l’information et des savoirs – que la coordination et la redéfinition des soins. Le besoin de coordination et ses modalités ne s’expriment pas de la même manière selon les contextes sociaux et les contextes organisationnels. Or ces reconfigurations organisationnelles interrogent les transformations associées des activités de communication. Si la notion de « configuration » nous enjoint à saisir les formes, les structures, les « patterns » associés à ces mutations, notons que le préfixe ‘re’ de « reconfiguration » nous en rappelle le mouvement continu – le caractère dynamique des transformations du système de santé – ainsi que son caractère itératif : s’agit-il de configurer afin d’assurer une certaine continuité, de concilier changement et permanence ?

Trois types de reconfigurations sont ici différenciés: (1) les reconfigurations des systèmes de santé nationaux ou internationaux, touchant la viabilité et la mise en cohérence des réseaux de santé, (2) les reconfigurations institutionnelles, touchant les missions des organisations de santé et leurs modes opératoires, (3) les reconfigurations professionnelles, touchant les territoires et les formes de coordination des individus et groupes participant aux service de soins et à la promotion de la santé. Ces trois formes de reconfiguration soulignent l’importance de la mise en cohérence des multiples figures de l’organisation de la santé, figures associées à des impératifs tantôt sociaux ou économiques, tantôt technologiques ou relatifs aux pratiques professionnelles, tantôt administratifs ou éthiques.

Le système de santé est une organisation qui s’ouvre de manière exponentielle à son environnement. Quelles frontières, aussi bien professionnelles que politiques, s’en trouvent redessinées ? Quel visage de la santé en résulte-t-il ? Les axes suivants proposent différentes avenues pour en dresser le portrait.

Axe 1 – Développement des réseaux, reconfigurations territoriales, politiques des soins et relations inter-organisationnelles

Dans les évolutions des systèmes de santé on peut constater des transformations liées aux politiques de santé. Les politiques de gestion des territoires (par exemple, politique de regroupement des hôpitaux en France) ne sont pas sans effet sur la manière de communiquer ensemble et à distance. Il existe des interventions règlementaires ou incitatives qui peuvent changer la donne : le partage des informations en temps réel au travers de réseaux informatisés, le développement du dossier patient, sont autant de dimensions qui interfèrent sur les manières de travailler ensemble, sur un même site et à distance.

La répartition des actes ou des populations à prendre en charge s’appuie également sur un partage renouvelé entre secteur public et secteur privé. On constate par exemple en France un clivage entre les interventions courantes, à faibles risques et bien remboursées, prises en charge par le privé, et celles plus complexes et à risque laissées au secteur public. Qu’en est‐il des autres pays ? Comment se fait le partage entre institutions ? Existe‐t‐il une spécialisation en fonction de critères financiers, sociaux, ou en fonction des types de spécialisation ? La séparation s’accompagne t‐elle de formes de coopérations et lesquelles ?

Les réseaux de soin constituent une forme particulière de relations entre institutions. Les établissements doivent progressivement obtenir des autorisations de prise en charge sur certains types et niveaux de pathologie, selon un dispositif qui dessine différents territoires du soin en même temps que des formes de parcours préconisés. Comment peut‐on caractériser les modalités de la coopération dans ces configurations ? Il sera intéressant de montrer comment se construit le fonctionnement des réseaux de soins dans différents pays, comment les différents acteurs s’organisent entre eux. Peut‐on rapporter la forme d’organisation observée à une prise en charge spécifique liée à une pathologie, ou bien ces prises en charges sont‐elles liées à la composition des réseaux et à la diversité professionnelle de leurs membres?

Axe  2- Formalisation et standardisation, reconfigurations des pratiques professionnelles

On constate un développement des certifications qualité, des règles de sécurité, des dispositifs gestionnaires au plus près de l’activité. Ainsi les politiques publiques de ces dernières décennies ont cherché à introduire progressivement la dimension économique dans la décision de soin. Les transformations des modalités de coordination tiennent également à la formalisation et la standardisation des méthodes et procédures, à travers la protocolisation, les prescriptions de ‘bonne pratique’, et autres recommandations associées à l’évaluation des pratiques professionnelles. Au‐delà des méthodes elles‐mêmes, ce sont aussi les valeurs, les normes professionnelles qui sont travaillées par des référentiels issus du secteur marchand et qui font l’objet de formes diverses d’appropriation (gestion de la qualité, gestion des risques, démarche processus…).

La question du temps et des effectifs est aussi un élément important à prendre en compte. On peut s’interroger sur la manière dont s’accroit l’intensité du travail dans un contexte marqué par la pénurie. Comment évoluent les collectifs de travail ? Y a‐t‐il une montée en puissance des fonctions d’encadrement et une transformation de ses missions, des manières de les conduire ? L’accès à ces fonctions est‐ elle liée à la trajectoire de soin ou constate‐t‐on une diversité dans la manière de pourvoir ces fonctions ?

Axe 3 : Déploiement et reconfigurations associés à la mise en œuvre des technologies dans les systèmes de santé

Au regard des évolutions observables dans les services de santé, il est possible d’identifier deux logiques fortes dans les formes de mobilisation des TIC :

  1. Une logique d’intégration des systèmes d’information des établissements incluant l’extension de cette informatisation aux activités de soins. Les TIC constituent de plus en plus la trame des activités opérationnelles et de gestion, en les imbriquant, en lien avec des objectifs de meilleure efficience,,de maîtrise budgétaire, et de traçabilité requise par les exigences médico légales ;
  2. Une logique de développement de formes d’interopérabilité entre systèmes d’information des établissements et autres opérateurs des réseaux de santé (notamment, médecine de ville), pour assurer le suivi des patients, dans un contexte de parcours de soins marqués par des épisodes de plus en plus spécialisés, mis en oeuvre par une offre de services régionalisée, organisée en termes de complémentarité et privilégiant les soins ambulatoires.

L’offre de solutions informatiques apparaît en bonne part limitée, peu stabilisée, parfois technologiquement dépassée. Comment caractériser cette offre selon les pays, et comment expliquer cette situation ? Comment les établissements opèrent‐ils le choix de déploiement de ces systèmes, quel rôle est attribué aux professionnels de santé ? En quoi ces nouveaux systèmes participent‐ils d’une évolution des activités, de leur coordination, et de la relation au patient ? Les changements dans les modalités de la coordination peuvent être liés aux évolutions des objets techniques (dossier du patient papier ou informatisé, fiches de reporting ou d’enregistrement de l’activité), ainsi qu’aux nouvelles taches qui incombent aux personnels soignants.

L’instauration d’un système d’information de santé n’a pas seulement une finalité comptable et statistique ; elle tend à évaluer l’efficacité des activités thérapeutiques et soumettre l’activité médicale au contrôle de la représentation nationale et des services de l’administration. Ces transformations ne sont certainement pas sans effet sur les charges de travail, la répartition des activités et l’échange des informations, notamment parce qu’elles introduisent de nouvelles dépendances entre services. Ce travail d’organisation est d’autant plus complexe que différentes réformes se succèdent et sédimentent des pratiques, des règles, des habitudes qui se superposent sans toujours permettre le fonctionnement souple et réactif nécessaire aux professionnels.

Axe 4: Les figures du patient en tant que citoyen, partenaire, usager, consommateur….les figures de l’organisation sociétale, partenaire, de service, productrice…

Une autre dimension importante des transformations en cours a trait aux patients et à la façon dont ils s’inscrivent dans la relation de service qui les lie aux professionnels des établissements de soin. Ces évolutions mettent notamment en jeu les transformations du droit des patients, de leur approche des pratiques de soins et leurs rapports aux professionnels de santé en lien avec des évolutions sociales plus globales. La relation de soin est de plus en plus vue comme une coproduction entre les professionnels et les malades. Les patients cherchent dans les médias et via l’internet des informations sur les pathologies et les thérapies, au risque de s’égarer dans cette profusion de discours. Cette nouvelle posture des patients et de leur environnement familial interroge sur l’évolution des rapports aux soignants, au plan notamment de la nécessaire construction de la confiance qui combine diversement connaissances et croyances (Karpik, 2007)[2].

Par ailleurs, le développement des associations de patients, et l’obligation de représentation des usagers au sein de divers conseils et commissions de l’hôpital posent la question de l’effectivité de ce que certains experts appellent la ‘démocratie sanitaire’. En quoi et à quelles conditions cette participation renouvelée des patients contribue‐t‐elle aux transformations des organisations hospitalières ?

Enfin, la montée en puissance du rôle des établissements du secteur privé au sein des réseaux de santé interroge sur les conditions de cet accès au soin, sur l’information dont disposent les patients, et plus largement sur les formes renouvelées des inégalités de l’accès aux soins.

Axe 5 : Le rapport entre établissements de santé, système de santé et société civile : une mission reconfigurée ?

Les établissements de santé sont de plus en plus interpelés dans les média au plan de leur responsabilité dans les maladies nosocomiales, et plus largement du point de vue de la qualité des soins prodigués aux patients. La médiatisation des risques de pandémies interroge également sur le rôle des différents types d’acteurs au sein des systèmes de santé du point de vue de leur prise en charge et de leurs territoires d’intervention. Les formes de rationalisation de l’offre de soins, qui tendent fréquemment à concentrer l’offre sur des pôles régionaux suscitent des réactions au sein de la population, qui manifeste son inquiétude au regard de l’éloignement des établissements de santé. Comment les établissements de santé tentent‐ils d’instaurer de nouvelles relations avec la population ? Peut‐on parler du développement d’un débat public autour des enjeux de santé, sur quelles questions, et quelles formes prend‐il ?

Dans ce contexte, les établissements de santé se voient assignés de nouvelles missions qui dépassent leur rôle premier de soin. Il s’agit de promouvoir et d’accompagner la société dans sa prise en main de la santé. Les Hôpitaux Promoteurs de Santé, par exemple, se doivent d’éduquer – et non plus soigner – non seulement le patient mais aussi le citoyen. La maîtrise de la santé ne relève plus de compétences curatives seules mais d’un transfert de compétences habilitantes pour l’individu dans la prise en charge autonome de sa santé.

Axe 6 : La santé comme domaine d’étude, reconfigurations interdisciplinaires

La santé n’est-elle qu’un domaine d’études parmi d’autres utiles aux chercheurs dans la connaissance de mouvements plus généraux ? Sa spécificité nécessite-t-elle de l’appréhender selon des méthodes, des croisements disciplinaires inédits ? Cet axe insiste sur une dernière figure de la santé – la santé en tant qu’objet d’étude – et encourage à une réflexion questionnant les défis que cette figure soulève afin d’en délimiter les traits.

Conditions de participation

Les auteurs enverront une proposition de communication de 3 000 signes (espaces compris) et un résumé de 10 lignes, en format Times New Roman, caractère 12 et interligne simple,

au plus tard le 27 Janvier 2012.

Cette proposition doit être adressée à : vasquez.consuelo@uqam.ca ; jolivet.alexia@courrier.uqam.ca

Les propositions de communication ainsi que les articles feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par les membres du comité scientifique. Les communications sélectionnées seront réparties en ateliers (voir les thématiques). Il conviendra donc pour les auteurs de rendre leurs propositions d’articles anonymes, en envoyant deux types de documents :

  1. Une fiche en format A4 comprenant le titre de la proposition d’article, le nom de l’auteur, son rattachement institutionnel, sa fonction, ses adresses électronique et postale, son numéro de téléphone : merci de bien compléter ces informations, elles sont requises dès soumission pour que nous puissions vous faire figurer sur le programme de l’ACFAS ;
  2. En format A4, le titre de la proposition d’article et le texte de l’article.
  • Décision du comité scientifique : 15 Février 2012
  • Remise des contributions (20 000 à 30 000 signes) : 6 Avril 2012

Publication des actes

Les actes  seront publiés sur le site du Centre institutionnel de recherche sur la communication et la santé de l’UQAM – ComSanté.

Tout participant-contributeur au colloque doit s’inscrire au congrès de l’ACFAS (http://www.acfas.ca/congres/). L’inscription (1) donne accès à toutes les séances du congrès et (2) donne droit à l’abonnement à la revue Découvrir.

Compte tenu des règles de l’ACFAS, les communications seront mises en ligne après inscription au congrès.

Responsables scientifiques de la manifestation

  • Anne Mayère, Professeure en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulouse, CERTOP, UMR 5044, Centre d’Etude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir
  • Consuelo Vasquez, Professeur adjointe au département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal, ComSanté: Centre de recherche sur la communication et la santé
  • Régine Bercot, Professeure de sociologie, Université Paris 8, Laboratoire CRESPPA, UMR 7217, équipe Genre Travail Mobilité
  • Alexia Jolivet, Stagiaire postdoctorale au Laboratoire ComSanté, Centre de recherche sur la communication et la santé, Université du Québec à Montréal, et chercheure au CERTOP, Centre d’Etude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir, UMR CNRS 5044 Université de Toulouse.

Calendrier :

  • Date limite de réception des propositions de communication : 27 janvier 2012
  • Evaluation par le comité scientifique : du 27 janvier au 15 Février 2012
  • Retour vers les auteurs : 17 février
  • Envoi par les auteurs de leur communication : 6 avril 2012

Renseignements: vasquez.consuelo@uqam.ca ;  jolivet.alexia@courrier.uqam.ca ;  anne.mayere@iut-tlse3.fr ; regine.bercot@gtm.cnrs.fr

Notes

[1] Heather M. Zoller (2010). What Are Health Organizations? Public Health and Organizational Communication. Management Communication Quarterly. 24(3) 482–490

[2] Karpik L., (2007), L’économie des singularités, éd. Gallimard.

Contact
  • Anne Mayere
    courriel : anne [point] mayere (at) iut-tlse3 [point] fr

Journée d'étude – Ce corps qui nous est chair. Le sens du toucher

Journée d’étude – Ce corps qui nous est chair. Le sens du toucher

 

Vendredi 10 février 2012  |  Saint-Denis (93200)

 

Le processus de construction du sujet dans l’espace social, à la jonction entre les déterminations et prescriptions sociales et la singularité des biographies individuelles, traverse également le corps. Cette problématique fait aujourd’hui incursion dans le champ de la recherche biographique et fait émerger les dimensions multiples à travers lesquelles l’expérience singulière du corps peut s’articuler à une configuration identitaire et au rapport à l’autre.

La polysémie de l’expérience du corps s’inscrit dans un espace de pensée complexe où le corps constitue un vecteur biographique au même titre que le langage. L’histoire de chacun peut se lire à travers ce qu’en disent (en écrivent) le corps et les traces qu’y laisse l’existence.  Notre corps nous raconte à travers ce qui nous est chair, selon des langages qui, pas plus que d’autres interprétants symboliques, n’échappent aux variations historiques, sociales et culturelles. Dans le livre d’histoire qu’écrit notre corps, le vêtement, la parure, le travestissement, le tatouage, la danse sont des formes d’expression où le corps se met en scène et se donne à voir. La transversalité de ces formes de présence du corps à soi-même et à l’autre se retrouve dans le sens du toucher.

Nous essayerons lors de cette journée d’études d’aborder l’expérience du corps dans cette configuration complexe entre corps, chair et toucher, qui fait du corps le lieu d’une expérience de soi et de l’autre. Mémoire vivante de la personne et de son histoire, le corps est l’objet d’un travail biographique exercé tout au long de l’existence. Chair ouverte au toucher, il entre dans un réseau de relations et de proximités avec l’autre le plus intime comme avec l’autre social. Ce sont ces deux directions complémentaires qu’exploreront les interventions de cette journée.

  • 9h30-9h45 : Christine Delory-Momberger (professeur en sciences de l’éducation. Paris 13/Nord. EXPERICE), Présentation de l’Axe A/EXPERICE (Paris 13/Nord-Paris 8)
  • 9h45-10h : Marie-Willie Attely (docteur en sciences de l’éducation. Paris 13/Nord. EXPERICE) & Catarina Santos(doctorante en sciences de l’éducation Paris 13/Nord), Présentation de la journée d’études
  • 10h – 10h45 : Jean-Jacques Schaller (MCF en sciences de l’éducation. Paris 13/Nord. EXPERICE), La place du toucher dans une humanité de la rencontre
  • 10h45 – 11h30 : Eve Berger (docteur en sciences de l’éducation, co-fondatrice de l’Ecole supérieure de somato-psychopédagagie), Chair, Sensible et advenir : à la croisées des temporalités biographiques

11h30-11h45 : Pause

  • 11h45 – 12h30: Marie-Willye Attely (docteur en sciences de l’éducation. Paris 13/Nord. EXPERICE), Corps pensé, corps perçu : un héritage ?

12h30-14h : Pause déjeuner

  • 14h – 14h45 : Sandrine Chenivesse (docteur en anthropologie, psychosociologue. Chercheur associée au Laboratoire de Changement social Paris VII), Chairs incarcérées, corps palimpsestes : un sursis d’être entre désubjectivation et déliaison
  • 14h45 – 15h30 : Estelle Lagarde (photographe et architecte), La maladie, les autres et moi: le journal photographique comme démarche créative de reconstruction de soi

15h30 – 16h : Débat et clôture

Contact
  • Letitia Trifanescu
    courriel : letitia [point] trifanescu (at) hotmail [point] com 

    Université Paris-XIII Nord
    Ecole doctorale EXPERICE AXE A
    99, avenue Jean-Baptiste Clément
    93430 Villetaneuse
  • Mme Cristine DELORY-MOMBERGER
    courriel : christine [point] delory (at) lesujetdanslacite [point] comUniversité Paris-XIII Nord

    Ecole doctorale EXPERICE AXE A
    99, avenue Jean-Baptiste Clément
    93430 Villetaneuse

Journée d'étude – Déontologie et identité professionnelle

Journée d’étude – Déontologie et identité professionnelle

Le Vendredi 10 février 2012 de 9h à 17h

On voit fleurir dans de nombreux milieux professionnels des codes de déontologie, des normes, des chartes, des recueils de bonnes pratiques. Dans cette prolifération de normes portant sur les comportements professionnels, il est difficile de comprendre ce qui est en jeu. Cette journée permettra de préciser le lien entre déontologie et élaboration de l’identité d’une profession, de mieux comprendre à quels besoins répondent ces élaborations pour le meilleur, parfois, mais aussi pour servir des stratégies de communication ou de différenciation.

 

Intervenants

 

  • Joël Moret-Bailly (Université J. Monnet, Saint-Étienne)
    Élaboration déontologique et identité professionnelle.
  • Marc Ollivier (Faculté de droit, UCLy)
    Sources de l’élaboration déontologique, modalités de mise en œuvre.
  • De la déontologie à la défense de la profession : le conseil de l’ordre des médecins.
    (Sous réserve)
  • Isabelle Dujet (ESTRI, UCLy)
    Le besoin d’une déontologie commune chez les traducteurs.
  • Fabien Revol (CIE, UCLy)
    Dans la recherche scientifique, une éthique sans déontologie.
  • Patrick Gilormini (ESDES, UCLy)
    Les ambiguïtés possibles d’une mise en avant de la déontologie.
  • G. Xavier-Collomb (cadre de santé, hôpital du Vinatier)
    Laïcité, droit des patients, prise en charge de la douleur : les affiches dans un couloir d’hôpital.
  • Jean-Marie Gueullette (CIE, UCLy)
    Éthique, déontologie, droit national et international, coutumes : quelles relations entre ces différentes formes de normes ?

Contact :

Secrétariat du CIE : 04 72 32 50 22

Site : www.cie-lyon.fr

 

 

Journée d'étude – L’essentiel dans le presque rien, avec Albert Piette

Journée d’étude – L’essentiel dans le presque rien, avec Albert Piette

Le Jeudi 2 février 2012 de 9h30 à 18h

Tout entier tourné vers les grands événements de notre vie, notre regard habitué délaisse les petits riens de l’existence, cette expérience de tous les jours qui semble trop manquer d’épaisseur. Associée à la banalité, la vie ordinaire dévoile des réalités qui, à force d’évidence, ne sont plus perçues, et encore moins pensées. Cette journée se propose de porter l’attention sur ces détails qui traduisent les manières dont nous habitons ce quotidien et comment, au fil des ces petits riens de l’existence, se dessine notre façon d’être au monde et aux autres. Ces gestes ou paroles habitués, sans enjeu, gratuits, en-deçà de toute nécessité, forment ce « surplus » de notre humaine façon d’habiter le monde. L’acte d’exister devient alors une question de détails.

« Le principe de l’humain résiderait dans ce qui est périphérique, secondaire, dans ce qui est autour, à côté, en décalage : les choses qui ne sont pas vraiment importantes. Bref, les détails. En situation, dans son corps, avec les autres êtres humains, les objets, les animaux ou les divinités, l’homme produit seulement une fine lamelle de sens, de nécessité, d’obligation, de raison, de contrôle, d’enjeu. Le reste, très dense, c’est le mode mineur de la vie. » (Albert Piette)

 

Intervenants :

  • Albert Piette (anthropologue, Université Paris X) :
    Le mode mineur de la réalité.
  • Jean-Marie Gueullette (médecin et théologien, UCLy) :
    L’amitié, une expérience discrète.
  • Laure Marmilloud (infirmière et philosophe, UCLy):
    Le presque rien dans l’ultime de la vie.
  • Jean-Dominique Abrell (musicien, directeur artistique de l’ensemble Energeia) : L’infime variation dans l’interprétation musicale.
  • Anne Lacombe (ergothérapeute) :
    Quand l’extra-ordinaire joue avec l’ordinaire.

Contact :

Secrétariat du CIE : 04 72 32 50 22

Site : www.cie-lyon.fr

 


Journée d'étude – Ecrire la maladie

Journée d’étude – Ecrire la maladie

Le Jeudi 26 janvier 2012 de 9h30 à 17h30

en collaboration avec la Faculté des Lettres, UCLy

 

La maladie instaure une rupture dans le cours ordinaire de la vie et introduit l’homme dans une dimension inédite de son existence : celle du périssable, de l’éphémère. Ainsi, la maladie nous parle toujours de la finitude, de notre mort.

S’intéresser aux représentations de la maladie dans la littérature, bien loin de l’impératif de nommer, c’est porter l’attention sur ce que la maladie représente de la condition humaine.

Comment écrire la maladie ? Si l’écriture apparaît souvent comme un moyen de juguler la crise, d’où le recours fréquent à des ateliers d’écriture dans les hôpitaux, elle n’est cependant pas seulement de l’ordre de l’exercice de distanciation. Car la littérature nous montre qu’il n’est pas nécessaire d’être malade pour comprendre la maladie.

Au-delà de l’approche descriptive de l’expérience du malade, l’écriture de ce véritable dépaysement de l’existence devient un lieu de mise en sens et de partage possible de notre condition.

Les intervenants de cette journée exploreront, à travers différents textes littéraires, ces enjeux existentiels de l’écriture de la maladie.

 

Intervenants :

Marie-Hélène Robert (Docteur en théologie, agrégée de Lettres modernes, Université catholique de Lyon) : Une mort très douce de Simone de Beauvoir.

Xavier Rockenstrocly (Docteur et agrégé de Lettres modernes, Université catholique de Lyon) : La Vie Sauve de Lydie Violet et Marie Desplechin

Christian Uwe (sémioticien, doctorant Université Lumière Lyon 2) : La Case du commandeur d’Edouard Glissant.

Dominique Vinay (Docteur ès lettres, Université catholique de Lyon) : La mort d’Ivan Illitch de Tolstoï.

Aude Volpilhac (Docteur et agrégée de Lettres modernes, Université catholique de Lyon) : Les Essais de Michel de Montaigne.

Jean-Marie Gueullette (Docteur en théologie et en médecine, Université catholique de Lyon) : La maladie de Sachs de Martin Winckler

Débats animés par Laurent Denizeau (Docteur en anthropologie, Université catholique de Lyon).

 

Contact :

Secrétariat du CIE : 04 72 32 50 22

Site : www.cie-lyon.fr

 

 

Journée d'étude – Archives des sciences : médecine et psychiatrie

Journée d’étude – Archives des sciences : médecine et psychiatrie


Mercredi 14 décembre 2011, Salle Info 2 Bât Rataud, 45 rue d’Ulm 75005 ParisJournée d’étude organisée par le Centre de documentation-Bibliothèque du CAPHES
USR 3308 – CIRPHLES (CNRS-ENS)
sous la responsabilité d’Elisabetta Basso et de Mireille Delbraccio

Archives des sciences : médecine et psychiatrie. Un regard épistémologique

Matinée présidée par Michel Blay, Responsable du CAPHES
9h-9h45
Ouverture par Michel Blay et Claude Debru, Directeur de l’USR 3308-CIRPHLES
Présentation des Fonds d’archives du CAPHES par Nathalie Queyroux, Responsable du Centre de documentation-Bibliothèque du CAPHES
Présentation de la Journée par Elisabetta Basso, Postdoctorante, CAPHES/USR 3308 CIRPHLES

9h45-10h45
Rafael Mandressi
Médecine, philosophie et « maladies d’esprit » dans la première modernité

10h45-11h45
Egidio Priani
Les archives de l’ancien asile psychiatrique de San Servolo (Venise), 1840-1904 : trames, classifications, sujets

12h-12h30 : Discussion

Après-midi présidée par Mireille Delbraccio, Ingénieur de recherche CNRS (CAPHES-USR CIRPHLES)

14h-15h
Michele Cammelli
Les inédits et le problème de l’ « archive » chez Canguilhem

15h-16h
Chantal Marazia
Ludwig Binswanger ou la philosophie et le mal d’archive

16h : Pause

16h15-17h15
Andrea Cavazzini
Archives interminables et histoires impossibles. Remarques sur l’histoire de la psychanalyse et de la psychiatrie

17h15-17h30 Clôture

 

Colloque – Corps abîmés

Colloque – Corps abîmés

Vendredi 27 janvier 2012  |  Strasbourg (67000)

Questionner le statut du corps abîmé ou du corps en abîme constitue une problématique riche pour le domaine des sciences humaines et sociales. Dans un souci d’ouvrir un dialogue interdisciplinaire, cette thématique permet de concevoir de nouveaux rapports entre le sujet et le monde et entre les représentations qui créent et qui répondent à notre engagement avec l’autrui. Quels sont les limites et les moments dans lesquels les « corps abîmés » se laissent saisir ? Comment provoquent-ils et forcent-ils à repositionner le rapport sujet-autrui ? Jusqu’où cette corporéité impose un remaniement des modèles de connaissance, d’analyse et des modèles disciplinaires qui la traitent ? Le but de ce colloque est d’ouvrir un dialogue interdisciplinaire autour des « corps abîmés » pour mieux affiner les implications de cette thématique.

Corps abîmés, Colloque international interdisciplinaire (anthropologie, philosophie, psychologie, sociologie), Organisé par le Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe (CNRS-LCSE / Université de Strasbourg)

Comité d’organisation :

  • David Le Breton, Professeur à l’Université de Strasbourg, LCSE, CNRS/Université de Strasbourg
  • Dr. Denisa Butnaru, Chercheuse associée LCSE, CNRS/Université de Strasbourg

Comité scientifique :

  • Bernard Andrieu, Professeur, Université de Lorraine
  • Dr. Denisa Butnaru, Chercheuse associée, LCSE, CNRS/Université de Strasbourg
  • Dr. Dr. Lisa Folkmarson Käll, Chercheuse, Université d’Uppsala, Suède
  • Simone Korff-Sausse, Maître de conférences, Université Paris VII
  • David Le Breton, Professeur à l’Université de Strasbourg, LCSE, CNRS/Université de Strasbourg

Comité d’accueil:

  • Valentine Gourinat et Elise Pape
  • Date : le 27 et le 28 janvier 2012
  • Lieu : Salle des conférences, MISHA, 5 Allée du Général Rouvillois, 67000 Strasbourg

Vendredi 27 janvier

Accueil, café, viennoiseries

9.30-12.00 I. Corporéités adolescentes

Modérateur : Pascal Hintermeyer

  • Maria Helena Fernandes, Université de Sao Paulo, « La construction du corps dans l’anorexie »
  • David Le Breton, Université de Strasbourg, « Les blessures de soi »
  • « Sacrifice et sublimation du corps chez l’adolescent »

12.00- 13.30 Pause déjeuner

13.30-16.00 II. Re-faire le corps

Modérateur : Gabriele Profita

  • Bernard Andrieu, Université de Lorraine, « Les corps amputés des soldats dans les conflits récents en Irak et Afghanistan – conceptions actuelles de leur réhabilitation confrontés à leur vécu d’autosanté du corps abimé »
  • Erika Barreto, Université de Strasbourg, « Le corps infirme moteur et l´ autonomie comme allégorie de la interdépendance humaine »
  • Simone Korff-Sausse, Université Paris Diderot-Paris VII, « Le devenir psychique du corps abimé »

19.00 Repas au restaurant Le Gurtlerhoft

Samedi 28 janvier

9.00-09.30  Accueil, café, viennoiseries

III. Réintégrer le corps

Modérateur : Jérôme Beauchez

  • Denisa Butnaru, Université de Strasbourg, « Corps statiques, corps dynamiques – une réflexion phénoménologique sur le statut du sujet corporel »
  • Lisa Folkmarson Käll, Université d’Uppsala, « Ecart et exposition – déchirer ou partager la subjectivité corporelle »
  • Annamaria Fantauzzi, Université de Turin, « Greffes et don d’organes : un corps abîmé ou donné ? »

13.30-16.00 IV. Limites de la corporéité

Modérateur : David Le Breton

  • Jérôme Beauchez, Université Saint-Etienne, « Des corps (re)marqués: la boxe, l’épreuve du ring et ses hommes »
  • Pascal Hintermeyer, Université de Strasbourg, « Recyclages post mortem du corps humain »
  • Gabriele Profita, Université de Palerme, « Corps et traumatisme »

16. 00 -16.15 Conclusions

Contact

  • Denisa Butnaru
    courriel : denisa [point] butnaru (at) misha [point] fr 

    MISHA, 5 Allée du Général Rouvillois
    67000 Strasbourg

Journée d'étude – Handicap, dépendance et sciences sociales

Journée d’étude – Handicap, dépendance et sciences sociales

 

Lundi 12 décembre 2011  |  Paris (75013)

Handicap, dépendance et sciences sociales. Présentation et discussion de cinq thèses soutenues en 2011

La Maison des sciences sociales du handicap (MSSH), le programme Handicap et sciences sociales de l’EHESS, et l’Institut fédératif de recherche sur le handicap (IFRH) s’associent pour promouvoir les thèses de jeunes chercheurs dans le domaine du handicap et ainsi contribuer à la consolidation d’une communauté scientifique.

Lundi 12 décembre 2011, MAISON DES SCIENCES SOCIALES SUR LE HANDICAP, 236bis rue de Tolbiac, 75013 Paris

10h30-10h45 : Accueil et présentation de la journée.

  • Florence Weber (chaire CNSA ENS-EHESP)
  • et Jean-François Ravaud (chaire CNSA INSERM-EHESP)

Première session

  • Président de séance : Jean-François Ravaud (CERMES3-INSERM)
  • Modérateur : Emmanuelle Fillion (UBO, MSSH)

10h45-11h45 : Virginie Dejoux (IDUP, Paris I)
Situation de handicap lors des déplacements : caractéristiques individuelles, pratiques de mobilité et environnement physique et social.

11h45-12h45 : Martial Meziani (Paris Descartes)
Boxe en France et capoeira au Brésil pour les personnes handicapées. Intégrer, inclure,
adapter. Entremêlements entre fonction sociale et intérêt personnel

12h45- 14h00 – Déjeuner sur place

Deuxième session

  • Président de séance : Florence Weber (CMH-ENS)
  • Modérateur : Agnès Gramain (ISST, Paris I)

14h00-15h00 : Loïc Trabut (CEE, CMH)
Nouveaux salariés, nouveaux modèles. La prise en charge de la dépendance à domicile.

15h00-16h00 : Baptiste Brossard (CMH)
Les conditions sociales de l’automutilation juvénile. Une approche sociologique

16h00-16h15 : pause

Troisisème session

  • Président de séance : Yohann Aucante (CESPRA-EHESS)
  • Modérateur : Aurélie Damamme (Paris VIII)

16h15-17h15 : Benoît Eyraud (Univ Lyon)
Les protections de la personne à demi-capable. Suivis ethnographiques d’une autonomie
scindée

17h15-17h30 : Discussion générale

Informations et contacts

  • Inscription libre mais obligatoire : Emmanuelle Fillion fillion@vjf.cnrs.fr
  • Interprétation LSF/français – Sous-titrage en temps réel (système RISP)
  • Organisation : Isabelle Ville, Jean-François Ravaud, Florence Weber
Contact
  • Emmanuelle Fillion
    courriel : fillion (at) vjf.cnrs [point] fr

    Maison des sciences sociales du handicap
    236 bis rue de Tolbiac
    75013 Paris

Appel à contribution – Corps, éducations, mondialités

Appel à contribution – Corps, éducations, mondialités

 

Dimanche 15 janvier 2012  |  Strasbourg (67000)

Corps, éducations, mondialités. Approches comparatives dans l’espace francophone

Ce colloque inter et pluridisciplinaire vise à explorer les interactions qui existent dans l’espace francophone entre les modèles éducatifs, les pratiques et les usages sociaux des corps dans les arts, les sciences et les techniques. Dans une approche comparative il s’agira de voir comment les identités se constituent ou se reconfigurent à travers la corporéité et les pratiques éducatives liées au corps et comment se révèlent les mutations sociales et leurs ajustements, les ancrages « traditionnels » et leurs adaptations.

Colloque international : Corps, éducations, mondialités. Approches comparatives dans l’espace francophone, Du 20 au 26 mai 2012, Strasbourg, Maison des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), 5 Allée du Général Rouvillois, 67000 Strasbourg

organisé par L’Equipe d’accueil en sciences sociales du sport/ Université de Strasbourg

Prenant appui sur le corps en tant « qu’interface entre le social et l’individuel, la nature et la culture, le physiologique et le symbolique » (David Le Breton), ce colloque inter et pluridisciplinaire vise à explorer, au-delà des métamorphoses et des mutations, les interactions qui existent dans l’espace francophone entre les modèles éducatifs, les pratiques et les usages sociaux des corps dans les arts, les sciences et les techniques. Dans une approche comparative il s’agira de voir comment les identités se constituent ou se reconfigurent à travers la corporéité et les pratiques éducatives liées au corps. Comment se révèlent les mutations sociales et leurs ajustements, les ancrages « traditionnels » et leurs adaptations ?

Face à la globalisation, les diverses institutions de l’espace Francophone (AUF, AIMF, APF, CIJF, CONFEJES, OIF, etc.) proposent une vision du monde qui incite à résister aux hégémonies au bénéfice des patrimoines et des terroirs ; comment les différents peuples s’inscrivent-ils dans cette dynamique ? Des espaces culturels interpénétrés apparaissent alors que les positionnements idéologiques, éthiques, esthétiques de chaque pays peuvent reposer sur des choix socio-politiques et économiques sensiblement différents. Quels processus sont en jeu pour faire surgir des zones d’influence et des métissages ? Jusqu’où peut-on percevoir les contours d’une communauté de pensée francophone à l’épreuve des logiques identitaires ? Le partage de la langue française suffit-il ?

Trois pistes de réflexion sont proposées :

1. Education, approches institutionnelles et innovations dans l’espace francophone

L’Ecole demeure le lieu privilégié de l’instruction et de l’éducation des jeunes ; mais, hors des dispositifs d’Etat, d’autres alternatives existent, telles les « business school » d’enseignement supérieur au Sénégal ou d’autres modèles interactifs (« Bétonsalon » ou « Collège Invisible ») en France, etc. Comment la francophonie participe-t-elle à l’évolution des objectifs d’éducation et de développement  culturel et artistique? Dans quels lieux ? Pour quels enjeux ?

Les transformations actuelles des politiques éducatives impulsées dans les modèles scolaires (par exemple le processus de Bologne en Europe) tentent de palier les problèmes de tolérance liés aux questions de mixité, de genre, de race et de tempérer l’imposition de la performance comme principe premier de la formation et de la professionnalisation du citoyen. Nous questionnerons les choix éducatifs impulsés par les différentes instances locales, nationales ou internationales afin de discuter la cohérence et l’efficacité des dispositions globales au regard des problématiques de chaque pays et des objectifs de développement durable ?

Les enseignements littératures, scientifiques, culturels, artistiques, physiques et corporels, etc., constitueront des terrains privilégiés de l’analyse.

2. Systèmes de pensée, croyances et expériences corporelles

Le discours sur le corps n’est jamais loin du transcendantal, nourrit du divin ou de croyances profanes, d’imaginaires et de rationalisme. Les attentions portées au corps, les soins ou encore les marquages corporels questionnent les libertés des individus à disposer de leur corps, à le sublimer ou à rechercher son effacement, à recourir à des artefacts.Dans l’espace francophone, comment les traditions, les sciences et les nouvelles technologies forgent-elles les identités ? S’accordent-elles avec la mondialisation ? « L’occidentalisation du monde » influence-t-elle les expériences corporelles, les approches du « corps extrême », les rituels traditionnels et les nouveaux rites ? Quels sont les nouveaux modèles en œuvre dans les pratiques informelles, les cultures populaires, les cultures urbaines ; comment interagissent les arts visuels, la musique, la danse, etc. ? Quels sont les enjeux éthiques et philosophiques soulevés par les usages du corps ? Quels sont les actions menées par la francophonie et par les Etats pour accompagner la conservation et le renouvellement des modèles culturels induits par la mondialité ?

3. Le corps différent à l’épreuve du social : vers une « société ouverte » ?

Malgré un débat plus offensif contre les discriminations et la stigmatisation (voir notamment la « Convention relative aux droits des personnes handicapées », 2006), l’évolution des mentalités et des moyens reste lente et modeste. La prise en compte de l’Altérité et l’idéal de « société ouverte » porté par Karl Popper sont-ils des utopies ?

Dans les sociétés où le culte du corps et le corps performant sont mis en avant, dans celles qui apportent peu d’assistance et d’éducation aux personnes « différentes » – hors de la norme – et à leur famille, quelle place et quel rôle les individus vulnérables, déficients ou en situation de handicap occupent-ils ? Le traitement social du handicap et ses représentations attestent-ils d’une diversité dans l’espace francophone ? A partir de quels référentiels les pouvoirs publics structurent-ils leurs politiques sociales ? Comment sont reprises les législations internationales dans les textes nationaux (cf. l’Agenda 22) ? Quelle place occupent les questions liées à l’accessibilité, au Design For All et au développement durable dans les politiques d’aménagement des territoires ?

La thématique invite également à débattre des dimensions accordées à la discrimination positive, à l’intégration ou à l’inclusion, au genre et aux handicaps, etc. Quelles sont les incidences des activités physiques, culturelles, des loisirs et des innovations technologiques sur la qualité de vie des personnes en situation de handicap ?

Comité scientifique

William Gasparini (Université de Strasbourg, Sociologie), Fabrice Favret (Université de Strasbourg, Physiologie), Gary Tribou (Université de Strasbourg, Management), Denis Jallat (Université de Strasbourg, SHS), Aggée C. Lomo Myazhiom (Université de Strasbourg, SHS), Roger Somé (Université de Strasbourg, Philosophie, Ethnologie), Germain Roesz (Université de Strasbourg, Esthétique), Romuald Fonkoua (Université de Strasbourg, Littérature française et comparée), Nicolas Bancel (Université de Lausanne, Suisse, SHS), Gilles Bui-Xuan (Université du Littoral Côte d’Opale, SHS), Anne Marcellini (Université de Montpellier 1, SHS), Christine Roquet (Université de Paris VIII, Esthétique), Betty Lefèvre Mercier (Université de Rouen, Anthropologie), Georges Kpazaï (Université Laurentienne, Canada, Sciences de l’éducation), Sébastien Rufié (Université des Antilles et de la Guyane, Guadeloupe, SHS), Jean-Marie Fotsing (IRD, Guyane, Géographie), Véronique Lacarde, (Université de la Polynésie française, Histoire), Van Cong Tran (Université de Hanoi, Littérature française), Pierre Dansou (Université du Bénin, SVS, STAPS), Ramatoulaye Diagne-Mbengue (Université de Dakar, Philosophie), Jean Faye (Université de Dakar, SHS), Assane Fall (Université de Dakar, Physiologie)

Comité d’organisation :

Strasbourg : Christine Mons (mons@unistra.fr), Denis Jallat (jallat@unistra.fr), Thomas Riot (thomasriot@free.fr), Roger Somé (some@unistra.fr), Aggée Célestin Lomo Myazhiom (lomo@unistra.fr)

Dakar : Assane Fall (fallassane@yahoo.fr), Fatou Loum (fatou.loum@laposte.net)

Calendrier et modalités de soumission

  1. Confirmer votre participation au plus vite : auteur(s) et titre provisoire
  2. Envoi des résumés avant le 15 janvier 2012
  3. Réponse du comité scientifique le 30 janvier 2012 et envoi aux participants des renseignements utiles pour l’inscription
  4. Colloque du 22 au 25 mai 2012
  5. Envoi des articles pour les actes du colloque avant 5 juillet 2012 à l’adresse suivante : Denis Jallat, Faculté des sciences du sport, BP 80010, 67084, Strasbourg cedex. jallat@unistra.fr

Propositions de communication à envoyer avant le 15 janvier 2012 à :

  • Denis Jallat, jallat@unistra.fr ou
  • Aggée Célestin Lomo Myazhiom, lomo@unistra.fr

Format :

  • Une fiche communication : une page mentionnant le nom de l’ (ou les) auteur(s), le titre et le résumé (2 500 caractères maximum, police arial 12), trois mots clefs
  • Une fiche communicants : (une par auteur) mentionnant l’identité professionnelle, l’équipe de recherche, l’ (ou les) objet(s) principal (aux) de recherche, 3 publications majeures.

Une brochure du colloque sera éditée à partir de ces données.
Envoi des documents type sur simple demande.

Contact
  • Denis Jallat
    courriel : jallat (at) unistra [point] fr 

    Faculté des sciences du sport, BP 80010, 67084, Strasbourg cedex
  • Aggée Célestin Lomo Myazhiom
    courriel : lomo (at) unistra [point] fr 

    Faculté des sciences du sport, BP 80010, 67084, Strasbourg cedex

Parution – Anthropologie et santé

Parution – Anthropologie et santé

 

Anthropologie et santé, n°3, 2011.

Médecines, mobilités et globalisation

Numéro coordonné par StéphanieMulot, Sandrine Musso et JulietteSakoyan

Ce numéro 3 de la revue Anthropologie & Santé propose un dossier thématique consacré à la circulation et aux ajustements des médecines et systèmes thérapeutiques dans le contexte de la globalisation. Introduit par une mise en perspective du développement actuel des recherches en sciences sociales articulant santé, globalisation et mobilités, il analyse, à partir de quatre textes et quatre terrains (Internet, le Brésil, l’Inde, et le Sénégal), la façon dont la globalisation modifie les médecines, les cadres et pratiques de soins. Il propose aussi de considérer la circulation des médecines comme une perspective sur la globalisation. Il est ainsi le premier de deux numéros consacrés à cette thématique. Le second abordera les rapports entre globalisation et santé, en analysant cette fois-ci les circulations des acteurs (patients et professionnels) et leurs effets sur les pratiques de care et de santé. En clôture de ce numéro 3 et hors dossier, un article collectif analyse les perceptions québécoises du risque, dans le contexte de globalisation d’une épidémie [celle du A(H5N1)] et des normes de prévention.

 

Exposition – Médecine et santé à l’époque romaine. Quoi de neuf, Docteur ?

Exposition – Médecine et santé à l’époque romaine. Quoi de neuf, Docteur ?

 

Présentée du 4 octobre 2011 au 22 avril 2012
au musée gallo-romain de Lyon – Fourvière

Sous le haut patronage d’Hippocrate, le musée gallo-romain de Lyon-Fourvière part sur les traces des médecins et de leurs patients à l’époque romaine…

Le caractère paradoxal de la civilisation romaine, à la fois proche et très éloignée de la nôtre, ressort particulièrement lorsqu’on s’intéresse à la médecine. Évoquer Rome et son empire, c’est faire revivre un monde où l’espérance de vie est limitée, la mortalité infantile élevée, où une banale infection peut être mortelle, où enfin religion et magie viennent souvent au secours de la science.
Mais c’est aussi une civilisation qui connaît les traités de médecine hérités des Grecs, où les praticiens nombreux, surtout en milieu urbain, sont souvent spécialisés et disposent d’instruments perfectionnés. Ils savent réduire les fractures, soigner les plaies et même opérer la cataracte. Un monde comparable au nôtre par le souci de l’hygiène du corps, de la salubrité des villes ou de la qualité de l’eau.

Cette exposition de 600 m2 présente les pratiques des hommes et des femmes médecins de l’Antiquité, les maladies et les remèdes ainsi que le recours à la religion et la magie. Un rassemblement inédit de pièces de collections (près de 400), pour certaines exceptionnelles, provenant de prestigieuses collections européennes.

A commencer par l’aryballe Peytel, du Musée du Louvre, un vase grec du début du 5e siècle avant J.-C., sur lequel figure la plus ancienne représentation d’une consultation médicale et qui rappelle tout ce que Rome doit à la Grèce.

L’identité du médecin romain ressort à la fois des reliefs et épitaphes des tombes, avec notamment la stèle funéraire d’un oculiste (Musée de Bar-le-Duc) et celle d’une femme médecin (Musée de Metz), mais aussi des instruments déposés dans leur sépulture. Quatre tombes de médecin, parmi les plus intéressantes découvertes en Gaule romaine, figurent dans l’exposition, provenant du Musée Crozatier (Le Puy), du Musée Carnavalet (Paris), du Musée d’Archéologie Nationale (Saint-Germain-en-Laye) et du Musée Vendéen (Fontenay-le-Comte).

Les instruments sont présentés par spécialité médicale (médecine générale, chirurgie, ophtalmologie…) à partir des collections de Suisse, d’Allemagne, de Belgique et mais aussi de Lyon. Plusieurs instruments provenant des fouilles de Pompéi et appartenant à la prestigieuse collection du Musée National de Naples sont également visibles. Le visiteur pourra aussi découvrir les remarquables aiguilles à cataractes trouvées dans la Saône (Musée de Tournus), ainsi que d’autres instruments qui servaient à préparer les médicaments. La médecine par les plantes apparaît au travers des livres anciens, complétés par quelques plantes des herbiers de l’Université Lyon 1.

Conçue à l’origine par le Musée romain de Nyon en Suisse, sous la direction de Véronique Rey-Vodoz, conservatrice du musée et de Véronique Dasen, commissaire, professeure d’archéologie classique à l’université de Fribourg (Suisse), le musée gallo-romain de Lyon-Fourvière a considérablement enrichi le projet par des emprunts exceptionnels.

Un ouvrage, de 48 pages qui s’adresse tant au grand public qu’aux spécialistes, édité par le Département du Rhône, accompagne l’exposition (en vente à la boutique du musée, 12 €).

En lien avec l’exposition
Également, un cycle de conférences inédit, des ateliers, des reconstitutions historiques ou encore des lectures.
L’ensemble de notre programmation à télécharger.

Museotouch, dispositif interactif innovant

Museotouch fut lauréat de l’Appel à projets 2010 du Ministère de la Culture sur les « Services numériques culturels innovants ».
L’explorateur Museotouch se présente sous la forme d’une table tactile multipoints (multitouch, sélection avec plusieurs doigts à la fois) qui permet au visiteur d’explorer à plusieurs un important corpus d’objets des collections du Musée et d’effectuer des recherches et des regroupements selon différents critères.
http://www.erasme.org/-Museotouch
Pour cette exposition, une nouvelle version relative aux maux et traitements médicaux est présentée.

Informations pratiques
Musée gallo-romain de Lyon – Fourvière
17 rue Cléberg – 69005 Lyon
Renseignements au 04 72 38 49 30
TARIFS : Plein tarif : 7 € ; Tarif réduit : 4,5 €
Gratuit : pour les moins de 18 ans et pour tous les jeudis

Téléchargements
L’affiche
Programmation en lien avec l’exposition
La galerie web
Guide d’aide à la visite
Livret enfant
Dossier ressource enseignant exposition « Médecine à l’époque romaine / Quoi de neuf, Docteur ? »

 

 

Parution – Social history of medicine

Parution – Social history of medicine

 

Social history of medicine, vol. 24, issue 3, december 2011


    • Angela Montford

    ‘Brothers who have Studied Medicine’: Dominican Friars in Thirteenth-Century Paris


    • Celeste Chamberland

    Partners and Practitioners: Women and the Management of Surgical Households in London, 1570–1640


    • Jane Stevens Crawshaw

    The Beasts of Burial: Pizzigamorti and Public Health for the Plague in Early Modern Venice


    • Barry Kennerk

    In Danger and Distress: Presentation of Gunshot Cases to Dublin Hospitals during the Height of Fenianism, 1866–1871


    • Claire Brock

    Surgical Controversy at the New Hospital for Women, 1872–1892


    • Katherine Foxhall

    Fever, Immigration and Quarantine in New South Wales, 1837–1840


    • Bernard Harris,
    • Martin Gorsky,
    • Aravinda Guntupalli,
    • and Andrew Hinde

    Ageing, Sickness and Health in England and Wales during the Mortality Transition


    • Suzannah Biernoff

    The Rhetoric of Disfigurement in First World War Britain


    • Stephen Snelders and
    • Toine Pieters

    Speed in the Third Reich: Metamphetamine (Pervitin) Use and a Drug History From Below


    • Leela Sami

    Starvation, Disease and Death: Explaining Famine Mortality in Madras 1876–1878


    • Projit Mukharji

    Lokman, Chholeman and Manik Pir: Multiple Frames of Institutionalising Islamic Medicine in Modern Bengal

    • Steve Sturdy

    Looking for Trouble: Medical Science and Clinical Practice in the Historiography of Modern Medicine


    • Morten Hammerborg

    The Laboratory and the Clinic Revisited: The Introduction of Laboratory Medicine into the Bergen General Hospital, Norway


    • Rosemary Wall

    Using Bacteriology in Elite Hospital Practice: London and Cambridge, 1880–1920


    • Mirjam Stuij

    Explaining Trends in Body Weight: Offer’s Rational and Myopic Choice vs Elias’ Theory of Civilizing Processes


    • Andrea Tanner

    The Voluntary Hospitals Database


    • Richard A. McKay

    Jennifer Brier, Infectious Ideas: U.S. Political Responses to the AIDS Crisis


    • Martin Gorsky

    David Serlin (ed.), Imagining Illness: Public Health and Visual Culture


    • Virginia Berridge

    David J. Hunter, Linda Marks and Katherine E. Smith, The Public Health System in England


    • Liping Bu

    Angela Ki Che Leung and Charlotte Furth (eds), Health and Hygiene in Chinese East Asia


    • Vanessa Heggie

    Ina Zweiniger-Bargielowska, Managing the Body: Beauty, Health and Fitness in Britain, 1880–1939


    • Laurie Jacklin

    Steven Palmer, Launching Global Health: The Caribbean Odyssey of the Rockefeller Foundation


    • Antje Kampf

    Susanne Hoffmann, Gesunder Alltag im 20. Jahrhundert? Geschlechterspezifische Diskurse und gesundheitsrelevante Verhaltensstile im deutschsprachigen Ländern