Appel à communication – Médias / Santé Publique

Appel à communication – Médias / Santé Publique

Bordeaux – 18 et 19 octobre 2012

A côté d’un traitement plus ordinaire des questions médicales, scientifiques ou techniques, les épisodes du SRAS en 2003, de la grippe A (H1N1) en 2009 ou très récemment de la bactérie ECEHont montré comment des questions de santé publique pouvaient devenir des problèmes politiques dont les médias s’emparaient dans leur immédiateté, comme des scoops, contribuant ainsi à les ériger en événements.

En traitant alors ces « événements » sous différents angles (scientifique, médical, technique, politique, économique, industriel, social, environnemental,…), les médias mettent en scène des acteurs relevant de sphères discursives distinctes : scientifiques, responsables politiques, citoyens malades avérés ou potentiels, professionnels de la santé. Une polyphonie de discours publics se laisse alors saisir, pouvant parfois donner l’impression d’une cacophonie, parfois d’une orchestration vite vue comme manipulatrice.

Au delà d’une information classiquement relayée et commentée par la presse (généraliste ou plus spécialisée), la télévision, la radio ou internet, des campagnes de communication sont alors mises en place pour faire connaître des moyens de prévention, ou pour inciter à la vaccination par exemple. On peut aussi voir émerger des reprises ironiques, sous forme de clips sur internet, faux journaux, créations théâtrales…

Le colloque qui sera organisé à Bordeaux les 18 et 19 octobre 2012 vise à réunir des chercheurs d’horizons différents (en Sciences de l’Information et de la Communication, Philosophie, Linguistique, Sciences du Langage, Sociologie,…) ainsi que des professionnels de la santé, de la politique et des médias, afin de croiser leurs réflexions sur le mode de traitement par les médias des questions de santé publique.

Les problématiques suivantes pourront être abordées, sans exclusive :

  • En matière de santé publique, comment le discours de la science est-il diffusé ? Comment les paroles des experts scientifiques sont-elles rapportées ? Quelle texture énonciative se dessine ?
  • Lorsque le journaliste endosse le rôle de médiateur, quel dialogisme interactionnel se met en place ? Quelles en sont les marques linguistiques et sémiotiques (reformulations, vulgarisation, désignations qualifiantes, infographies, encadrés et illustrations à vocation didactique, etc.) ?
  • En contexte de santé publique, quelles sont les stratégies rhétoriques que les médias mettent en acte ?
  • Comment les médias ventilent-ils les raisons (scientifique, politique, économique…) dans les différents discours à propos de la santé publique ?
  • Plus largement, quelle importance les médias accordent-ils aux questions de santé publique ? Comment mettent-ils en scène les questions ou les problèmes de santé publique ? A partir de quand peut-on parler d’« événement médiatique » ? Et à quel moment passe-t-on de « question » à « problème politique » de santé publique ?
  • Comment les médias interviennent-ils dans la mise en place d’une alerte sanitaire ? Observateurs, acteurs, révélateurs, amplificateurs ?
  • Comment les différents publics réagissent-ils au traitement médiatique des problèmes de santé publique ?
  • Quelles sont les stratégies rhétoriques que les médias mettent en oeuvre en contexte de santé publique?
  • Comment, dans un contexte d’abondance de l’information et de possibilité de bruitage, les médias permettent-ils de distinguer le vrai du faux ? Quelle désinformation peut se mettre en place ?
  • Comment se redéfinit l’expertise en matière de santé publique et qui peut être considéré comme expert ?

Les propositions de communication (un titre et un résumé de 450 mots maximum, en français ou en anglais) seront à déposer avant le 17 mars 2012 à l’adresse suivante :

www.conference-universite.org/MedSante2012

Calendrier :
– Date limite de dépôt des propositions, via le site du colloque : 17 mars 2012
– Notification d’acceptation : fin mai 2012
– Pré-inscriptions : avant le 15 juin 2012
– Dates du colloque : 18 et 19 octobre 2012

Contact : medsante2012@conference-universite.orgAppelMedsante

Composition du comité scientifique :

BENKIMOUN Paul Journaliste en charge des questions de santé – Le Monde
BOUTET Josiane, Professeur des Universités en Sciences du Langage, Université Paris IV-La Sorbonne et Université Paris VII-Denis Diderot
BRUN Cédric, Maître de conférences en Philosophie, Université Bordeaux, SPH (EA4574)
DOURY Marianne, Chargée de recherche, Laboratoire Communication et politique.
DUTEIL-MOUGEL Carine, Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, ENSIL-Université de Limoges, CeReS (EA 3648)
GONON François, Directeur de recherche, Institute of Neurodegenerative Diseases, CNRS, UMR 5227
KRIEG-PLANQUE Alice, Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paris-Est Créteil (UPEC), Céditec.
LAÜGT Olivier, Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Bordeaux, SPH (EA4574)
LEDEGEN Gudrun, Maître de conférences en Sciences du Langage, Université de Rennes 2, Préfics
LONDEI Danielle, Professore Ordinario di Lingua francese auprès de la Scuola Superioredi Lingue Moderne per Interpreti e Traduttori (Forli)- Università di Bologna
MOIRAND Sophie, Professeur des universités en Sciences du Langage, Université Sorbonne nouvelle et Paris 3, CEDISCOR-SYLED
RASTIER François, Directeur de recherche CNRS, ERTIM
REBOUL-TOURE Sandrine, Maître de conférences en Sciences du Langage, Université Sorbonne nouvelle et Paris 3, CEDISCOR-SYLED
SANTONE Laura, Université Roma Tre, Faculté de Lettres et Philosophie – Département de Langues et cultures étrangères, Rome
VENTURINI Tommaso, Maître de conférences à Sciences Po Paris
VERGELY Pascale Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Bordeaux, SPH (EA4574)

 

 

Parution – Gérontologie et société

Parution – Gérontologie et société

 

Gérontologie et société. Vieillissement et migrations, n°139, 2011/4

 

VIEILLISSEMENT ET NOUVELLES MIGRATIONS SUD-NORD

Laurent Bornia – Système migratoire et métiers du care : comment les évolutions démographiques produisent de nouvelles migrations

Cinzia Castagnaro – Vieillissement et dévieillissement : un débat européen

Christophe Bertossi – Identités professionnelles, ethnicité et racisme à l’hôpital : l’exemple de services de gériatrie

VIEILLIR ENTRE PAYS D’ACCUEIL ET PAYS D’ORIGINE : UN ENTRE-DEUX

Omar Samaoli – Vieillesse des immigrés : quelques interrogations d’actualité

Libres propos. Prendre soin des migrants âgés : le réseau de santé intermed en Rhône-alpes . Entretien avec Fabienne Diebold & Mickaël Soussan

Libres propos. Prendre soin et accompagner les femmes migrantes âgées. Le café social Ayyem Zamen . Entretien avec Moncef Labidi

Chantal Crenn  – « vieillir » dans deux pays : une situation alimentaire « combinée » pour les migrants retraités « Sénégalais » de Bordeaux

Rémi Gallou – Vieillir et mourir en Afrique ou en France ? Regards croisés de deux générations d’immigrés subsahariens

Georges Dorion – Les antillais retraités en métropole : trajets de vie

Aníbal de Almeida – Les Portugais en France à l’heure de la retraite cinquante ans après leur arrivée en france, les portugais parviennent à l’âge de la retraite

S’INSTALLER AU SUD ?

Libres propos. Vivre sa retraite au soleil : représentations idéales, pratiques réelles . Entretien avec Rémy Knafou

Séminaire – Maladies industrielles et mobilisations collectives

Séminaire – Maladies industrielles et mobilisations collectives

Le séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives » aura deux séances à une semaine d’intervalle, les 5 et 12 mars, à Paris (centre Pouchet). Il est ouvert à toutes et tous.

Lundi 5 mars 2012 de 10h à 13h :

Emilie Counil (EHESP/GISCOP 93) et Gérard Voide (Collectif des riverains et victimes du CMMP d’Aulnay-sous-Bois) – « Enjeux de santé publique autour d’une ancienne usine de broyage d’amiante : le Comptoir des minéraux et matières premières à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) »

La discussion sera introduite par Pascal Marichalar (CMH, GSPE).

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Lundi 12 mars 2012 de 10h à 13h :

Thomas Le Roux (Maison française d’Oxford) – « Plaintes, oppositions et actions contre les nuisances industrielles, France, 1750-1850 ».

La discussion sera introduite par Gwenola Le Naour (Triangle).
– – –

Lieu : Centre Pouchet du CNRS, 59/61 rue Pouchet Paris 17e (Métro : ligne 13, station Brochant ou Guy Môquet). Salle affichée à l’entrée.

Programme des séances ultérieures :

Lundi 2 avril 2012
Sylvain Laurens (Université de Limoges, CURAPP, GSPE) « La construction d’une protection au travail « raisonnable » du côté patronal : ethnographie au sein d’une fédération professionnelle européenne ».

Lundi 21 mai 2012
Sonia Granaux (Université de Toulouse, IRIS-Paris 13).
« Les CHSCT dans les établissements de fabrication de produits chimiques : trois décennies de confiscation du pouvoir des représentants du personnel et d’influence des réseaux d’alerte en santé au travail (1974-2006) ».

Lundi 11 juin 2012
Pascal Marichalar (CMH, GSPE) et Laure Pitti (Université Paris 8, Cresppa-CSU)
« Recourir à la médecine contre la médecine : les circulations des savoirs médicaux entre ouvriers et médecins dans les années 1970 ».

Plus d’informations sur le séminaire :
http://calenda.revues.org/nouvelle22245.html

Appel à contribution – Les corps dans les violences de masse et les génocides (1). Corps détruits : destructions, disparitions, profanations, expositions.

Appel à contribution – Les corps dans les violences de masse et les génocides (1). Corps détruits : destructions, disparitions, profanations, expositions

 

Vendredi 05 avril 2002

Les violences de masse ont représenté un phénomène structurant du 20e siècle. Du génocide arménien au Rwanda, de la Grande Terreur stalinienne à la Shoah, des dictatures d’Amérique latine au génocide cambodgien, des millions d’êtres humains ont été assassinés en dehors des champs de bataille. Les sciences sociales se sont emparées à l’issue de la seconde guerre mondiale des questions inédites posées par le phénomène génocidaire et l’assassinat en masse de civils, auxquelles elles ont apportés différents éclairages. Le thème du corps représente pour sa part, depuis plusieurs décennies, une thématique transversale des sciences sociales, notamment marquée par les apports de l’histoire, de l’anthropologie ou de la sociologie mais aussi des sciences politiques.

Or, de façon assez paradoxale, et malgré l’importance des travaux menés sur le corps d’une part et les violences de masse d’autre part, la question du corps dans les violences de masse demeure encore un thème largement inexploré. Pourtant, le sort fait au corps, et singulièrement au corps mort, semble véritablement constituer une clé pour la compréhension de l’impact des violences de masse et des génocides sur les sociétés contemporaines.

Prenant appui sur une réflexion engagée conjointement dès 2010, l’historien Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester, UK) et l’anthropologue Elisabeth Anstett (CNRS-Iris, France) ont donc souhaité placer la question du corps mort au centre d’un projet de recherche consacré à la postérité des violences de masse du 20e siècle. Ce vaste projet de recherche (CORPSES OF MASS VIOLENCE AND GENOCIDE), lauréat d’une bourse du Conseil européen de la recherche (ERC) en 2011, se déploiera durant quatre années jusqu’en janvier 2016. Il sera divisé en trois grandes phases, chacune ciblant un aspect différent du traitement des corps en masse dans la violence paroxystique : la phase de destruction ; la phase de l’identification; et la phase de (ré)conciliation.

La conférence qui aura lieu à Paris en septembre 2012 s’inscrit dans la première phase du projet – Corps et destructions- dont elle constituera le moment fort. Car dans le contexte des violences de masse, la mort ne constitue pas la fin du travail des bourreaux. Les exactions sont accompagnées d’un traitement et d’une manipulation complexes, parfois d’une véritable ingénierie technique et sociale sur les cadavres, une phase qui est étonnement peu documentée par la recherche. C’est précisément cette phase que la conférence se propose d’explorer, dans la multiplicité des situations extrêmes.

Les communications interrogeront donc le traitement des corps dans les massacres. Ceux-ci ont pu être détruits dans un processus systématique, administratif et industriel : l’exemple le plus achevé étant fourni par les chambres à gaz et les crématoires d’Auschwitz-Birkenau. Les cadavres ont pu être enterrés anonymisés dans des fosses communes, comme durant la Grande Terreur stalinienne et pour les morts du goulag. Certains corps ont été incinérés dans des crématoires d’Etat comme en Union Soviétique ou en Argentine. Souvent, les fosses ont été rouvertes, afin de perfectionner le camouflage des cadavres : ceux-ci étant morcelés et éparpillés au sein de fosses secondaires ou tertiaires, comme lors des massacres en Bosnie dans la guerre qui a suivi l’éclatement de la Yougoslavie ou encore ré-inhumés comme dans le cas de l’opération carotte en Uruguay. Cette intervention technique sur les corps, qui a demandé le déploiement de ressources importantes, avait pour objectif d’empêcher toute identification future. Les corps furent aussi parfois brûlés après avoir été exhumés, afin de dissimuler les traces du crime, comme lors de « l’opération 1005 » de la Shoah. Les corps ont pu être exhibés, par exemple lors de la grande famine chinoise du Grand Bond en avant. Ils ont parfois été systématiquement profanés. Le traitement des morceaux de corps – membres, tête, cheveux – mais aussi des restes humains – chair, ossements, sang – devra à cet égard également être considéré de façon spécifique.

Le colloque qui portera sur le XXe siècle privilégiera les approches pluridisciplinaires et novatrices, sans exclusion d’aucune zone géographique mais sans non plus volonté d’exhaustivité. Il s’agira de reconsidérer les motivations, les cadres idéologiques et politiques, et les aspects techniques que révèle la destruction des corps, dans une perspective instrumentale qui devra ouvrir de nouveaux axes de recherche. L’apport des études sur la médecine légale sera particulièrement apprécié.

Parmi de très nombreux questionnements, le colloque accueillera particulièrement des communications sur les aspects suivants :

  • les bourreaux, structures de mise à mort et de traitement des corps.
  • l’idéologie mise en oeuvre dans le traitement spécifique des cadavres
  • les technologies de traitement des corps, innovation et standardisation
  • traces et témoignages : la question des témoins, des organisations humanitaires restées sur le lieu des massacres, des observateurs internationaux
  • le problème de la comptabilité des cadavres
  • la question du genre dans le traitement des corps.
  • les aspects économiques de la destruction
  • le statut symbolique des corps dans ces violences de masse, leur valeur (les corps comme otage ou comme monnaie d’échange)
  • le statut juridique des cadavres dans les violences de masse
  • les approches anthropologiques de l’inscription de la destruction des corps dans l’idéologie des sociétés génocidaires
  • les approches anthropologiques des restes humains : ossements, cendres, cheveux, fluides corporels

Modalités :

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 5 avril 2012 à l’adresse électronique suivante : info@corpsesofmassviolence.eu

Elles devront comporter un maximum de 4000 signes et être accompagnées d’un curriculum vitae de deux pages maximum.

La réponse aux propositions sera communiquée le 30 avril 2012.

Les organisateurs du colloque prendront en charge les frais de transport et d’hébergement des intervenants. La conférence se déroulera en français et en anglais, avec traduction simultanée.

Organisateurs : Elisabeth Anstett (CNRS, IRIS, Paris, France) et Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester, Grande-Bretagne)

Comité scientifique : Michel Signoli (CNRS, France), Caroline Fournet (Université de Groningen, Pays-Bas), Sévane Garibian (Universités de Neufchâtel et Genève, Suisse), Jon Shute (Université de Manchester).

Date limite
  • vendredi 05 avril 2002
Contact
  • Jean-Marc Dreyfus
    courriel : info (at) corpsesofmassviolence [point] eu

Parution – Sport et VIH. Un corps sous contrainte médicale

Parution – Sport et VIH. Un corps sous contrainte médicale


Sylvain Ferez & Julie Thomas (dir.), Sport et VIHUn corps sous contrainte médicale, Téraèdre, 2012.

 

 

« Séropositif ». Quand le diagnostic tombe, c’est tout le rapport à soi, et au corps, qui est ébranlé. Les questions fusent, des tensions sont mises en jeu. Et notamment pour ce qui concerne des activités physiques et des pratiques sportives. Tensions existentielles, d’abord : « Vais-je pouvoir continuer à bouger et à vivre? Vais-je pouvoir continuer à exercer mon sport? » Tensions relationnelles, aussi : « Mon nouveau statut sérologique va-t-il être accepté par les autres ? Puis-je en parler à mes partenaires de pratique? »La vision de l’activité physique sous le seul prisme de ses « bienfaits » est très largement partagée par les acteurs du monde du vih. Cherchant à se défaire de cette vision uniquement positive, l’enquête nationale ici présentée porte sur les enjeux de cette définition, ainsi que son influence sur les pratiques effectives. Une manière de respecter le regard des acteurs et de mieux appréhender les processus d’élaboration du sens de leurs activités, et des aspects susceptibles de les orienter ou de les influencer. L’enquête conduit finalement à la mise au jour de tensions qui traversent l’expérience des personnes vivant avec le vih, et à une remise en question des « communautés » classiquement manipulées par l’épidémiologie.

 

 

Parution – Social history of medicine

Parution – Social history of medicine


Social history of medicine, Volume 25 Issue 1, February 2012

Jennifer Evans – ‘Gentle Purges corrected with hot Spices, whether they work or not, do vehemently provoke Venery’: Menstrual Provocation and Procreation in Early Modern England
Patrick Wallis – Exotic Drugs and English Medicine: England’s Drug Trade, c. 1550–c. 1800
Yvonne Petry – ‘Many Things Surpass our Knowledge’: An Early Modern Surgeon on Magic, Witchcraft and Demonic Possession
Geertje Mak – Hermaphrodites on Show. The case of Katharina/Karl Hohmann and its Use in Nineteenth-century Medical Science
Esyllt Jones – Nothing Too Good for the People: Local Labour and London’s Interwar Health Centre Movement
Jacob Mikanowski – Dr Hirszfeld’s War: Tropical Medicine and the Invention of Sero-Anthropology on the Macedonian Front
Ondine Godtschalk – A Picture of Health? New Zealand-made Health Education Films 1952–1962
Greta Jones – ‘A Mysterious Discrimination’: Irish Medical Emigration to the United States in the 1950s
Carsten Timmermann – Appropriating Risk Factors: The Reception of an American Approach to Chronic Disease in the two German States, c. 1950–1990
John Welshman – Time, Money and Social Science: The British Birth Cohort Surveys of 1946 and 1958
Duncan Wilson – Who Guards the Guardians? Ian Kennedy, Bioethics and the ‘Ideology of Accountability’ in British Medicine
Helen King – History without Historians? Medical History and the Internet
Don Shelton – The Internet and ‘New’ Historians
Helen King – Response to Shelton

Enseignement – La (re) production du genre : sciences, médecine, sociétés

Enseignement – La (re) production du genre : sciences, médecine, sociétés


Programme du séminaire de master EHESS (responsable : Ilana Löwy) pour le deuxième semestre 2011-2012.

Les séances auront lieu le lundi de 13 h à 16 h dans la salle 3, RdC, bât.
Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 13 février 2012 au 2 avril 2012 . Le seminaire est ouvert aux étudiants de master et aux doctorants, ainsi qu’à toute personne intéressée par le thème.

Présentation :

Ce cours étudiera le rôle de la biologie et de la médecine dans la production du masculin et du féminin et leur présentations comme des catégories « naturelles », hors histoire et hors société. Il va se focaliser sur les intersections entre l’histoire des sciences et histoire de genre, le rôle de la science dans la conceptualisation des différences entre les sexes, les redéfinitions du « normal » dans un contexte de biomédicalisation des corps, et sur la place occupés par la « reproduction  » – entendue dans un sens large – dans la production des hiérarchies de genre.

La question du genre sera ainsi abordée à travers l’histoire de la perception scientifique de la dichotomie sexuelle au XIXe et au XXe siècle laquelle a été marquée par le développement de la gynécologie et de l’obstétrique, de la sexologie et la psychiatrie, par celui des recherches sur la physiologie de la reproduction et les hormones sexuelles, ainsi que par les études sur le comportement sexuel « normal » et « déviant ». Parmi les sujets abordés dans cette perspective : l’histoire des perceptions et représentations des différences entre les corps des hommes et femmes ; l’avènement de la gynécologie et de l’obstétrique ; la contraception et la maîtrise de la fécondité en relation avec les politiques de gestion des populations ; l’histoire de la santé maternelle et infantile ; l’eugénisme et la lutte pour produire des bébés de « bonne qualité » ; le « péril vénérien » ; le contrôle et le traitement des stérilités féminines et masculines et le développement des techniques d’assistance médicale à la procréation.

Séances :

. 14 février – Sexe et genre
textes : Delphine Gardey, « Les sciences et la construction des identités sexuelles », Annales HSS, 2006, 61 : 649-673.
Nancy Krieger, Genders, sexes and health : what are the connections – and why its matters ?  » International Journal of Epidemiology, 2003, 32 : 652-657.

. 20 février – Anatomie
Textes : Londa Schiebinger, « Skeletons in the closet : The first illustrations of the female skeleton in eighteen-century anatomy », Representations, 1986, 14 : 42-82.
Sadiah Qureshi, « Displaying Sara Bartman, the ‘Hotentote Venus’, History of Sience, 2004, 42 : 233-254.

. 27 février – Physiologie.
Textes : Elsa Dorlin et Grégoire Chamayou, « L’objet =X : Nymphomanes et masturbateurs XVIIIe – XIXe siècle », Nouvelles questions féministes, 2005, 24(1) : 53-66.
Thomas Laqueur, « Orgasm, generation and the politics of reproductive biology », Representations, 1986, 14:1-41.

. 5 mars – Maternité.
Textes : Irvine Loudun, « Maternal mortality 1880-1950 : Some regional and international comparaisons », Social History of Medicine, 1988, 1(2) : 183-228.
Ornella Moscucci, « Men –midwives and medicine : The origins of a profession », in O. Moscucci, The Science of Women, Cambridge University Press, 1990, pp. 42-74.

. 12 mars – Contraception (non hormonale). textes : Vern L. Bullough,  » A brief note on rubber technology and contraception : The diaphragm and the condom », Technology and Culture, 1981, 22 (1) : 104-111.
Andrea Tone, « Violence by design : Contraceptive technology and the invasion of the female body », in Michael Bellesiles, ed., Lethal Imagination : Violence and Brutality in American History ,New York University Press, 1999, pp. 373-391.

. 19 mars – Hormones.
Textes : Nelly Oudshoorn, Hormones, technique et corps. L’archéologie des hormones sexuelles (1923-1940) », Annales HSS, 1998, . 53 : 775-793.
Margaret Lock, « Anomalous ageing, Managing the menopausal body », Body and Society, 1998, 4(1) : 35-61.

. 26 mars – Diagnostique prenatal. Textes : Silja Samerski , ’Genetic counseling and the fiction of choice : Taught self-determination as a new technique of social engineering », Signs, 2009, 34(4) : 735-761.
Carine Vassy,  » From a genetic innovation to mass health programmes : The diffusion of Down’s Syndrome prenatal screening and diagnostic techniques in France », Social Sciences and Medecine, 2006, 63 : 2041-2051.

. 2 avril – Inter/ transsexe.
textes : Alice Domurat Dreger,  » “Ambiguous sex“ : Or ambivalent medicine ? Ethical issues in the treatment of intersexuality » , The Hastings Center Report, 1998, 28 (3) : 24-35.
Berenice Hausman,  » Demanding Subjectivity : Transsexualism, Medicine, and the Technologies of Gender « , Journal of the History of Sexuality, 1992, 3 (2) : 270-302

 

Appel à contribution – Le corps et ses représentations à l'époque romane

Appel à contribution – Le corps et ses représentations à l’époque romane

Vingt-troisième colloque d’Issoire (19-21 octobre 2012)

Mardi 15 mai 2012  |  Issoire (63500)

Le vingt-troisième colloque d’Issoire consacré à la période romane aura lieu à Issoire les 19, 20 et 21 octobre 2012. Le thème retenu cette année par le comité scientifique est « Le corps et ses représentations à l’époque romane ». Si l’histoire du corps a fait l’objet de nombreuses publications ces dernières années, un petit nombre d’entre elles sont consacrées au Moyen Âge, essentiellement pour ses derniers siècles qui auraient vu les prémices de la « découverte » du corps. Ce colloque sera donc l’occasion d’évaluer l’appréhension du corps pour les périodes plus anciennes, de réfléchir aux pratiques liées au corps, mais aussi de revenir sur les caractéristiques et les motivations de sa représentation.

La tribune du colloque d’Issoire a, depuis plus de vingt ans, vu se succéder de nombreux chercheurs français et étrangers comme Xavier Barral i Altet, Christian Davy, Alain Erlande-Brandenburg, Yves Esquieu, Pierre Garrigou-Granchamp, Andreas Hartmann-Virnich, Miljenko Jurkovic, Jacek Kowalski, Victor Lassalle, Jacqueline Leclercq-Marx, Jean-Michel Leniaud, Guy Lobrichon, Anne Prache, Nicolas Reveyron, Daniel Russo, Alain Salamagne, Éliane Vergnolle, Pierre Vaisse, Giovanna Valenzano, Jean Wirth…

Les Actes des colloques font l’objet de publications régulières dans la Revue d’Auvergne, organe de l’Alliance Universitaire d’Auvergne, diffusant les recherches des deux universités de Clermont-Ferrand.

L’histoire du corps a fait l’objet de nombreuses publications ces dernières années. Toutefois un petit nombre d’entre elles sont consacrées au Moyen Âge, et le plus souvent c’est la fin du Moyen Âge qui est abordée, qui aurait vu les prémices de la « découverte » du corps. Cela voudrait-il dire que pour les périodes plus anciennes l’appréhension du corps était bannie, qu’elle serait hors sujet ? Pourtant les œuvres figurées représentent à foison des hommes, des femmes, dont la corporéité est la base même de la représentation. Ce colloque devrait donc nous permettre de nous interroger sur cette question du corps et de ses représentations à l’époque romane.

 

Continuer la lecture de Appel à contribution – Le corps et ses représentations à l'époque romane

Appel à contributions – Complaining about Medicine

Appel à contributions – Complaining about Medicine

Lundi 23 avril 2012  |  Birmingham (Royaume-Uni)
History of Medicine Unit, University of Birmingham, United Kingdom (Dr Jonathan Reinarz, Director), 2-3 November 2012

Keynote Speakers: Professor Andrew Scull (University of California, San Diego), Professor John Clarke (Open University), Dr Alex Mold (London School of Hygiene and Tropical Medicine)

In recent years, studies into experiences of health care have led historians to engage with the issue of the medical complaint. As expressions of dissatisfaction, disquiet and failings in service provision, the complaint is both a vital antidote to progressive histories of health care and, in generating contemporary investigation and debate, has also left a fertile seam for historical research.

Often it is only when things go wrong that we begin to understand the complexity at work in past events. This two-day international conference will explore what has happened historically when medicine generated complaints.

Amidst the opening salvos of the mechanism/animism debate at the start of the eighteenth century, medical men complained about each other and their theories, and those outside this professional circle denounced the pointless barbarity of medical experiments and techniques. As the Enlightenment blossomed, traditional treatments were challenged by empirical knowledge, by Western therapeutics and by patients’ complaints – at least until, in the nineteenth century, professional licensing and standards were formalised against a backdrop of mixed health care provision. Even then, complaining about medicine proliferated, with patient advocacy, consumerism and pressure groups directing the path of practice in the twentieth century, and into the twenty-first with the controversy surrounding, for example, the MMR vaccine.

This conference seeks to address how each of these aspects of the medical complaint – between sciences, professions, practitioners and sectors; within politics, ethics and regulatory bodies; across nations and cultures; from interested parties and patients – has manifested in modern medicine, c.1700-2000, how it has been dealt with and how it was resolved, if at all.

Papers are encouraged from all disciplines, including ethics and the medical humanities. Proposals are sought for physical, mental and emotional medicine and healing. It is anticipated that topics will encompass, but will not be restricted, to the following:

  • Grievances between medical practitioners
  • Criticism of medical innovation and pioneers, new techniques, syndromes or disease classifications
  • Conflict between humoral/herbal/complementary and modernising/mainstream/Western medicine
  • Objections to legislation and policy; its absence, drafting, application and workability
  • Complaints about public health conception and measure
  • Tensions within the mixed economy of health care
  • Whistleblowers and trade union intervention
  • Protests from, or on behalf of, patients, service users, their families and/or advocates
  • Objections to self-help and self-medication
  • The impact of professionalisation/professional bodies and the legal profession on medical and ethical standards
  • Complaint resolution in closed institutional/organisational settings
  • Complaints as agents of change
  • Conciliation practices in the public sphere or individual communities and institutions
  • Apologies, official and informal, and their reception

Submissions

  • Proposals are invited for individual papers of 20 minutes;
  • panel submissions of 3 papers will also be considered favourably.
  • Limited travel assistance may be available for unsupported post-graduate speakers and those on a low income.

Abstracts should be a maximum of 300 words in length and should be submitted to Dr Rebecca Wynter (r.i.wynter@bham.ac.uk)

no later than 23 April 2012.

Organizing and scientific commitee

  • Dr. Rebecca Winter
  • Dr. Jonathan Reinarz
  • Professor Jean McHale
  • Ms Frances Worrall
Contact
  • Rebecca Wynter
    courriel : r.i [point] wynter (at) bham.ac [point] uk

Colloque – Prévention du risque cancérogène. Relations de travail et sous-traitance Colloque – Prévention du risque cancérogène. Relations de travail et sous-traitance Colloque – Prévention du risque cancérogène. Relations de travail et sous-traitance

Colloque – Prévention du risque cancérogène. Relations de travail et sous-traitance

Mardi 20 mars 2012  |  Mont-Saint-Aignan 76130)

Il s’agit d’un colloque construit autour de la valorisation de la recherche effectuée entre 2008 et 2012 au sein du Groupe de recherche innovations et sociétés (GRIS), devenu le laboratoire DySoLa (Dynamiques sociales et langagières) le 1er janvier 2012, dans le cadre d’une convention de recherche avec l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Le colloque est organisé en partenariat avec la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). Au-delà du monde universitaire, ce colloque s’adresse à l’ensemble des acteurs de la région qui sont parties prenantes des démarches de prévention des risques professionnels dans les entreprises : représentants des salariés, syndicats, organisations d’employeurs, préventeurs, inspecteurs du travail, médecins du travail, contrôleurs de prévention de la Carsat, contrôleurs de la Dreal (ex-Drire).

Ce colloque traite d’enjeux régionaux importants. La Haute-Normandie se caractérise en effet par un tissu économique particulièrement exposés aux risques chimiques, et cancérogènes en particulier. Le scandale de l’amiante a été particulièrement important en Haute-Normandie. Les risques cancérogènes font aujourd’hui partie des priorités d’action au niveau régional. Ils sont ainsi au cœur du Plan régional santé environnement 2010-2013 et du Plan régional santé travail 2011-2014. Le soutien des services déconcentrés de l’État à cette manifestation atteste de l’importance prise par ces enjeux de prévention des risques cancérogènes au niveau régional.

L’étude menée par Danièle Carricaburu, François Féliu, Ludovic Jamet, Émilie Legrand et moi-même sera présentée lors d’une conférence plénière l’après-midi. Elle sera suivie de deux ateliers dans lesquels deux chercheurs extérieurs seront amenés à présenter des recherches qui s’inscrivent dans une certaine proximité avec notre recherche (Éric Verdier, directeur de recherches au CNRS, LEST (UMR CNRS), Aix-en-Provence, sur les démarches de prévention dans les très petites entreprises et Bernard Dugué, chercheur au Certop (UMR CNRS) à Toulouse, sur le fonctionnement des CHSCT).

La matinée sera organisée de la même façon autour d’une conférence plénière et de deux ateliers. Annie Thébaud-Mony (directrice de recherche à l’Inserm, directrice du Giscop 93, IRIS, EHESS) présentera la recherche qu’elle a réalisée dans la région Haute-Normandie sur les relations de sous-traitance et la gestion des risques cancérogènes. En atelier, Michel Héry (chercheur chargé de mission à la direction scientifique de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles)) présentera ses travaux sur les relations de sous-traitance et les CHSCT élargis. Sonia Granaux (docteure en sociologie) présentera sa recherche sur les CHSCT dans le secteur de la chimie.

Chacun des quatre ateliers sera animé, à partir de la présentation faite par le chercheur invité, par un représentant syndical régional, un représentant d’une organisation patronale régionale et un représentant d’un service déconcentré de l’État.

Programme

9 h 00 à 9 h 30 Accueil

9 h 30 à 9 h 45 Ouverture par Patrice Cohen, Directeur adjoint de DySoLa, Université de Rouen

9 h 45 à 10 h 00 Présentation de la journée

  • Arnaud Mias, DySoLa, Université de Rouen
  • Patrick Le Moal, Direccte de Haute-Normandie

10 h 00 à 10 h 40 Conférence présentant le rapport  «Etude de la connaissance de l’exposition aux agents CMR des salariés des entreprises intervenant dans la chimie, la pétrochimie et l’automobile».  Annie Thebaut-Mony, Giscop 93, Inserm/Université Paris 13

10 h 40 à 11 h 00 Echange avec la salle

11 h 00 à 11 h 15 Pause

11 h 15 à 12 h 30 Deux ateliers

Atelier 1 : «Les conditions d’intervention des entreprises extérieures» ,

Animé par Michel Hery, Responsable veille et prospective de l’Inrs

  • Docteur Jean-Jacques Fuks, Raffinerie Total
  • Sébastien Mounier, Dreal
  • Modérateur Patrick Le Moal, Direccte de Haute-Normandie

Atelier 2 : «Les CHSCT aux prises avec l’évaluation des risques du travail dans un contexte d’individuation de la relation salariale et de déclin des représentations collectives»

Animé par Sonia Granaux, Docteur en sociologie, Université de Toulouse Iris, Paris 13

  • Philippe Saunier, Responsable des questions santé au travail à la CGT
  • Anne-Marie Frocaut, Carsat Normandie
  • Modérateur Arnaud Mias, DySoLa, Université de Rouen

12 h 30 à 14 h 00  Pause repas

14 h 00 à 14 h 40  Conférence présentant le rapport «Risque cancérogène et relations sociales en entreprise, le cas de la Haute-Normandie», Arnaud MiasDanièle CarricaburuFrançois FéliuLudovic Jamet(DySoLa, Université de Rouen) et Emilie Legrand, (Cirtai, Université du Havre)

14 h 40 à 15 h 00 Echange avec la salle

15 h 00 à 15 h 15 Pause

15 h 15 à 16 h 30 Deux ateliers

Atelier 1 «La prévention des risques professionnels dans les petites entreprises».

Animé par Eric Verdier, Directeur de recherches au Cnrs, Lest, Aix-en-Provence)

  • Katia Planquois, Secrétaire Générale de la CFDT Normandie
  • Patrick Raillard, Directeur Aract Haute-Normandie
  • Modérateur Françoise Plouviez-Diaz, Direccte de Haute-Normandie

Atelier 2 : «Outiller les CHSCT et les délégués du personnel»

Animé par  Bernard Dugué, Chercheur associé au Certop, Cnrs, Université de Toulouse

  • Un intervenant du Medef
  • Yasmina Taïeb, Responsable du pôle travail, Direccte de Haute-Normandie
  • Modérateur Emilie Legrand, Cirtai, Université du Havre

16 h 30 à 17 h 00 Conclusion

Contact
  • François Féliu
    courriel : francois [point] feliu (at) univ-rouen [point] fr 

    UFR SHS – Université de Rouen
    Rue Lavoisier
    76821 Mont Saint Aignan Cedex

Appel à contributions – Food and Hospitals. An Historical Perspective

Appel à contributions – Food and Hospitals. An Historical Perspective

Vendredi 26 avril 2013  |  Bruxelles (Belgique)

While contemporary grumblings about hospital food have become the quintessential hospital complaint, it is undeniable that a clean, warm bed, rest and the provision of food and drink, rather than medicines and therapies have always greatly increased hospital patients’ chances of recovery. Indeed diet has from the time of Galen been a central part of medical therapy. However, even if central to the day-to-day routine of hospitals, workhouses and asylums, food and drink continue to be overlooked in historical accounts of hospitalisation. This conference aims to foreground the role of food and drink in health care institutions in the past.

Food and drink were crucial to hospital and asylum expenditure from medieval to modern times, not unusually comprising one half of medical institutions’ annual budgets. Drink and diet naturally varied with country, region and locality. The organisers of this conference are interested in exploring broad geographical perspectives and associated fads, prejudices and phobias. The acquisition, preparation and use of foodstuffs were also managed by diverse groups, sometimes lay or clerical, as well as medical, including doctors, nurses and dieticians. Dietary needs and preferences of patients also varied with age, gender, race and religion, while meals were often augmented or restricted in line with diagnosis and discipline. Views concerning the role of food and drink in recovery also shifted significantly, both in earlier centuries, and more recently with the rise of the nutritional sciences.

We welcome abstracts on any of the following themes:

Treatment: Diet & Medecine:

  • Theory
    • The role of diet and medical theory
    • The psychology of food and food choice
    • Food as medicine; medicine as food
    • Food and religion: daily bread and the sin of gluttony
  • Practice
    • Dietary restrictions and punishments
    • Artificial and forced feeding
    • Alcohol and medical therapies
    • Water, wine and other dietary liquids
    • Nutrition and malnutrition
    • High diets, low diets and milk diets Infant feeding and nutrition
    • Meat eaters versus vegetarians
    • Food for convalescence, weight gain and obesity

Supply:

  • The procurement and purchase of food Waste, resistance and food smuggling
  • Hospital gardens, farms and work therapy
  • Food production and local economies
  • Theft of provisions and food crime
  • Food and philanthropy
  • Rationing, shortages and inequalities

Preparation:

  • In-house preparation and distribution
  • Food for patients versus food for staff
  • Wells, vineyards and hospital breweries
  • Hospital kitchens and their technologies
  • Spaces of food preparation and consumption
  • Investigating quality and improving food

Food and Disease:

  • Food-related disorders and diseases
  • Hospital nutritionists and the science of food
  • Hospital medicine and food metaphors
  • Toxins, poisoning and contamination
  • Allergies, additives and adulteration
  • Hunger, starvation and famine

The Advisory Board of the INHH, as organisers of this conference, wish to invite proposals for 25-30 minute papers on any aspect and era relating to the history of food, drink and institutional medicine.

Abstracts should be between 200-300 words in length and will be received until 30 April 2012.

A programme, featuring an address by Professor Peter Scholliers (VUB, Belgium), will be advertised in June 2012.

This two day (26-27 April 2013) event will be hosted by the University of Birmingham (Brussels campus)  and the Free University of Brussels (VUB),  Sponsored by the Society For Social History of Medicine

For more information, please contact: Dr Jonathan Reinarz, History of Medicine Unit, University of Birmingham, UK – j.reinarz@bham.ac.uk

Contact
  • Frances Worrall
    courriel : f.l [point] worrall (at) bham.ac [point] uk

    Room 130
    90 Vincent Drive
    University of Birmingham
    Birmingham
    B15 2TT

Colloque – Histoire des pratiques de santé XVIIIe-XXIe : nouveaux cadres,thèmes et approches

Colloque – Histoire des pratiques de santé XVIIIe-XXIe : nouveaux cadres, thèmes et approches

 

Montréal

8-9 mai 2012

Colloque au sein du 80éme congrès de l’ACFAS du 7-11 mai 2012

(palaisdes congrès de Montréal, Canada)

Organisé parSéverine Parayre (Lille 3/ ACTé EA 4281) et Alexandre Klein (UdL, UMR7117 CNRS)

Les recherches historiques concernant la santé et la maladie ont considérablement évoluédepuis quelques décennies. A la suite de travaux de référence des années 1980-1990, leshistoriens ont exhumé de nombreux objets de recherche jusque-là inexploités. Si bienqu’aujourd’hui on constate une pluralité de thèmes organisant l’histoire des pratiques de santéautour de l’hygiène, des addictions, de la vie saine et malsaine, des maux du corps, despratiques profanes ou des différents troubles de santé. La diversité des préoccupations et desobjets touchant à la santé et à la médecine a engendré le développement d’une recherchehistorique aussi dynamique que multiple qu’il convient de circonscrire pour mieux l’analyser.La transformation et la diversification des préoccupations et objets de recherches a fait évoluéla discipline historique par la mobilisation de nouveaux corpus et méthodes. L’objet de cecolloque sera de présenter et de confronter les différents matériaux et méthodologies en jeu,afin de cerner, par leur analyse croisée, l’impact de l’histoire des pratiques de santé sur lascience historienne, son développement social et ses modifications épistémologiques. Pour cefaire, ce colloque sollicitera les nouveaux travaux qui émergent dans ce domaine et quimettent à jour de nouvelles thématiques, des cadres et approches inédites. Il visera ainsi àressembler et à confronter les savoir-faire historiens qui se déploient aujourd’hui dans lemonde francophone et dont l’échange ne peut qu’enrichir un domaine de recherche en pleineexpansion. Nous engagerons cette réflexion à partir de deux séances plénières, la première consacrée à l’histoire des pratiques de santé en France et présentée par Didier Nourrisson et la seconde consacrée à l’histoire des pratiques de santé au Québec et présentée par François Guérard.

Télécharger le programme (pdf)