Journées d’études – Cachez ce corps que je ne saurais voir. Les sciences sociales face à la question du « biologique »

Journées d’études – Cachez ce corps que je ne saurais voir. Les sciences sociales face à la question du « biologique »

dans le cadre du cycle « dimension sexuée de la vie sociale » (resp: I. Théry et A. Martial)

ouvertes au public
à l’EHESS
salle de réunion
La Vieille Charité
2 rue de la charité
MARSEILLE

jeudi 10 mai 2012 de 11h30 à 17h 30 :  Le corps sexué dans l’Assistance Médicale à la Procréation, nouvelles données de terrain
vendredi 11 mai 2012 de 9h30 à 17h30 : Renouveler l’approche du corps contemporain, cinq auteurs pour un débat

« Cachez ce sein… » On pourrait penser que la célèbre formule de Tartuffe n’est plus d’actualité.. Et pourtant, les débats de ces dernières années ont montré que la place faite au corps dans les études de genre est loin d ‘être évidente et que refuser de voir le corps peut être une vraie tentation, et parfois même une véritable revendication.
D’un côté, on a vu se développer comme jamais une sociologie, une anthropologie, une histoire du corps, et en particulier du corps sexué. Les approches relationnelles centrées sur les modalités sexuées/genrées des pratiques sociales du corps  se sont beaucoup développées. Elles renouvellent la compréhension des institutions, rites et cérémonies qui, aujourd’hui comme autrefois, mais  de façon très différente et avec des valeurs de référence radicalement différentes « produisent » socialement les identités sexuées masculines, féminines et transgenres.
De l’autre côté, il existe dans les études de genre comme dans le débat public, une nouvelle tendance à dé-socialiser le corps et à le faire disparaître de la pensée en le qualifiant de « biologique » : pensons aux expressions comme  sexe biologique, parentbiologique,  enfant biologique .
Analyser la dimension éminemment sociale de la filiation obligerait-il à dénier le corps et à ne pas reconnaître la socialité éminente de pratiques aussi évidemment corporelles que celle de « faire » un enfant? Quelle conception implicite de la personne doit on apercevoir dans les approches qui tendent à disqualifier (et naturaliser) le corps  en l’assimilant a un simple substrat biologique ? Comment l’égalité de sexes modifie-telle nos visions des corps sexués et quels dilemmes peut on percevoir aujourd’hui ?
Pour approfondir ces questions,
le JEUDI 10 MAI  de 11h30 à 17h30 nous présenterons les premiers résultats de l’ enquête « LES ASYMETRIES MASCULIN/FEMININ DANS L’ASSISTANCE MEDICALE  LA PROCREATION » que l’EHESS mène dans les services hospitaliers de Marseille depuis deux ans.
Interventions de Anne Sophie GIRAUD, Manon VIALLE, Luis SAGAON TEYSSIER et Irène THERY et une comparaison avec l’AMP au Quebec par Marie Blanche TAHON.
Le VENDREDI 11 MAI de 9h à 18h, en association avec le séminaire du Centre Norbert Elias,  nous recevrons cinq auteurs dont les travaux portent sur l’ici et maintenant de nos sociétés contemporaines, et renouvellent les analyses  du corps sexué/genré en sciences sociales  en liant très étroitement enquête empirique et réflexion théorique;
A chacun, nous avons demandé de nous présenter ses travaux les plus récents en les reprenant sous cet angle : qu’apportent-ils à une réflexion critique sur les usages du mot « biologique »  dans la société et en sciences sociales ?
Dominique MEMMI,  directrice d’études au CNRS, vient de publier : La seconde vie des bébés morts, editions de l’EHESS, 2011.
Martine GROSS , ingénieure d’études au CNRS, qui vient de publier  Choisir la paternité gay, ed. Eres, 2012.
Baptiste COULMONT, maitre de conférences à l’université Paris8, ,  qui vient de  publier Sociologie des prénoms , ed.  La découverte, 2011, et rédige actuellement un rapport sur les changements de prénom
Laurence HERAULT, maitresse de conférence  à l’Université d’Aix-Marseille, qui a publié de nombreux articles sur les processus  transgenres et l’expérience transgenre de la parenté
Marie-Blanche TAHON, professeure à l’université d’Ottawa,  auteur deSociologie des rapports de sexe, Presses universitaires d’Ottawa, 2005.
Leurs interventions seront suivies d’un débat avec Agnès MARTIAL, chargée de recherches au CNRS, et Irène THERY , directrice d’études à l’EHESS, sur le thème : « Y a t-il un sens à parler d’une « biologisation » de la filiation ? « 

Appel à communication – Sélection, tri et triage en médecine. Logiques, pratiques et valeurs

Université Paris Diderot

SPHERE – Sciences, philosophie, histoire – UMR 7219

Centre Georges Canguilhem

Centre d’Etudes du Vivant

Institut des Humanités de Paris

Fondation Maison des sciences de l’homme

Collège d’Etudes Mondiales – Chaire Anthropologie et santé mondiale

Institut Universitaire de France

 

Appel à propositions

 

Colloque International

« Sélection, tri et triage en médecine. Logiques, pratiques et valeurs »

19-20 novembre 2012

Amphithéâtre Buffon, Université Paris Diderot

 

La notion de triage provient de la médecine de guerre et de la médecine des catastrophes, où les médecins, dans des situations où le nombre de blessés dépassait largement les capacités de prise en charge, durent déterminer quels patients traiter en premier. Ordonner les patients par ordre de priorité est aussi une routine quotidienne de la médecine d’urgence, où elle tient lieu de nécessité. Plus généralement, le triage est devenu central dans la médecine contemporaine : de nombreuses situations et décisions médicales conduisent à distinguer et à sélectionner les « bons » et les « mauvais » sujets, susceptibles d’être soignés, hospitalisés ou inclus dans des protocoles de recherche, ou non.

Ce colloque se donne pour objectif d’étudier les logiques et les pratiques de tri et de sélection des sujets dans le soin et dans la recherche. Il s’agira en particulier de décrire les raisonnements épistémologiques, politiques et éthiques qui sous-tendent, explicitent ou légitiment ces pratiques. Il s’agira aussi de rapporter les opérations et les logiques de tri à leurs contextes politiques, sociaux et économiques en tentant de comprendre comment le triage procède – tout en les produisant – de principes, de valeurs et de choix autant que de contraintes matérielles et de nécessités économiques.

De telles analyses permettraient de construire une réflexion éthique critique, attentive aux inégalités de traitement et aux effets de violence et de « négligence » structurelle en médecine. En opérant le choix des corps dignes d’attention, le triage constitue – c’est notre hypothèse – un « envers » du soin, mais aussi un fondement de la pratique médicale et des biopolitiques contemporaines.

Le colloque réunira des spécialistes de l’histoire, de la philosophie et de l’anthropologie de la médecine, ainsi que des spécialistes de l’éthique médicale et des praticiens, cliniciens et humanitaires. Les propositions concernant les questions suivantes seront les bienvenues : l’assistance médicale à la procréation ; la médecine d’urgence ; la médecine militaire ; la réanimation ; les soins de suite et les soins palliatifs ; les greffes ; l’éducation thérapeutique des patients ; la médecine génétique et prédictive (incluant les problématiques de dépistage, de tri embryonnaire et d’IMG) ; les essais cliniques ; la médecine personnalisée ; les recherches et politiques de santé dans les pays du Sud ; les politiques de santé publique, à l’échelle nationale et internationale.

 

Les propositions de communications (titre et résumé de 300 mots pour une communication de 30 minutes) sont à envoyer avant le 15 mai 2012 à lachenal@univ-paris-diderot.fr ou celine.lefeve@gmail.com

Les communications pourront être données en français ou en anglais.


Organisation : Céline Lefève, Centre G. Canguilhem/SPHERE/Paris Diderot & Guillaume Lachenal, SPHERE/Paris Diderot/IUF

Comité scientifique : Jean-Claude Ameisen, Centre d’Etudes du Vivant/Paris Diderot ; Claude–Olivier Doron, Médecins du Monde ; Marie Gaille, CERSES/CNRS/Paris Descartes ; Dominique Lecourt, Centre G. Canguilhem/Paris Diderot ; Anne – Marie Moulin, SPHERE/Paris Diderot ; Vinh–Kim Nguyen, Université de Montréal/Collège d’Etudes Mondiales


 

 

Université Paris Diderot

SPHERE – Sciences, philosophie, histoire – UMR 7219

Centre Georges Canguilhem

Centre d’Etudes du Vivant

Institut des Humanités de Paris

Fondation Maison des sciences de l’homme

Collège d’Etudes Mondiales – Chaire Anthropologie et santé mondiale

Institut Universitaire de France

 

Call for papers

 

International conference

« Triage, sorting and selection in medicine. Logics, practices, values »

19-20 november 2012

Amphithéâtre Buffon, Université Paris Diderot

 

Triage originated when doctors went to war, or confronted disasters. When the number of casualties overwhelmed the capacity to care for them it was necessary to determine the order and priority of patients to be treated. Today triage is central to emergency medicine: even when resources are adequate to treat all patients, they must still be sorted in order of priority. Triage has in fact become integral to contemporary medicine, occurring whenever situations demand decisions be made to prioritise treatment, or determine which subjects should receive care, be admitted to hospital, or be enrolled in clinical trials.

This conference will study the logics and practices of the triage: the sorting and the selection of subjects in medical care and research. It will addresss the epistemological, political and ethical rationalizations which underpin, enact and legitimate triage. It will examine triage operations in their political, social and economic contexts. It seeks to understand how triage proceeds from, and at the same time produces, principles, values and choices as well as material constraints and necessities.

The analytic focus on triage renews the critical and ethical reflection on medicine, by bringing to fore inequalities in access to treatment, structural violence and structural neglect. As triage operates choices among the bodies deserving attention, it constitutes – this is our hypothesis – the other side of care, and the very foundation of contemporary medical practices and biopolitics.

The conference will bring together historians, philosophers and anthropologists, as well as specialists in medical ethics and practitioners of clinical medicine and humanitarian aid. Contributions will cover assisted reproductive technology, emergency medicine, military medicine, reanimation, palliative care, therapeutic education, genetic and predictive medicine (including issues of embryo screening), clinical trials, personalized medicine, medical research and medicine in the global south, and national and global public health.

 

Proposals (including a title and a 300 words abstract for a 30 minutes presentation) should be sent before 15 May 2012 to lachenal@univ-paris-diderot.fr or celine.lefeve@gmail.com

We will consider submissions in English and French.


Organisation : Céline Lefève, Centre G. Canguilhem/SPHERE/Paris Diderot et Guillaume Lachenal, SPHERE/Paris Diderot/IUF

Comité scientifique : Jean-Claude Ameisen, Centre d’Etudes du Vivant/Paris Diderot ; Claude–Olivier Doron, Médecins du Monde ; Marie Gaille, CERSES/CNRS/Paris Descartes ; Dominique Lecourt, Centre G. Canguilhem/Paris Diderot ; Anne – Marie Moulin, SPHERE/Paris Diderot ; Vinh–Kim Nguyen, Université de Montréal/Collège d’Etudes Mondiales

Emploi – Assistant/e diplômé/e à 50% en “Médecine et Société”

Le Département de médecine de la Faculté des sciences de l’Université de Fribourg met au concours un poste d’ Assistant/e diplômé/e (AI) à 50% en “Médecine et Société”, dans le domaine littérature et médecine

Profil du poste :

Le poste d’assistant/e à 50% est rattaché à la chaire professorale de “Médecine et société”, qui comprend notamment l’enseignement et la recherche dans le domaine littérature et médecine. L’assistant-e doit être intéressé-e par l’interdisciplinarité entre la littérature (ou l’histoire littéraire) et la médecine (ou l’histoire médicale). Dans le cadre de son mandat, il/elle effectuera une thèse de doctorat en littérature. La thèse sera rédigée en français, sur une problématique de littérature et médecine. Le poste mis au concours relève du Département de médecine de la Faculté des sciences, mais la thèse sera inscrite en Faculté des lettres.

Exigences :

· être en possession d’un master ès lettres ;

· avoir un projet de recherche en vue d’une thèse de doctorat;

· maîtrise des outils informatiques usuels ;

· capacité à travailler de façon autonome ;

· langues demandées : français (excellente maîtrise orale et écrite), allemand, anglais.

Domaine d’activités :

· effectuer une thèse de doctorat sous la direction du prof. A. Wenger (CV :

http://www.unifr.ch/mh/de/contact/chair/cv) ;

· correction de travaux ;

· participation aux tâches administratives ;

· participation ponctuelle aux enseignements liés à la chaire “Médecine et société”.

Entrée en fonction: 1er juillet 2012 (ou à convenir).

Documents requis pour le dépôt de candidature :

· lettre de candidature ;

· curriculum vitae ;

· copie des diplômes et certificats ;

· bref descriptif du projet de recherche.

· lettre de recommandation.

Délai de postulation : lundi 28 mai 2012.

Adresse d’envoi des candidatures : Université de Fribourg

Faculté des sciences

Département de médecine humaine 3

Prof. Alexandre Wenger

Route Albert-Gockel 1

CH – 1700 Fribourg

Pour toute demande de renseignement, contacter le prof. Alexandre Wenger par email

(alexandre.wenger@unifr.ch) ou téléphone (026 300 81 71 du lundi au mercredi ; 022 379 46

02 du jeudi au vendredi).

Emploi – Assistant/e docteur à 50% en “Médecine et Société”

Le Département de médecine de la Faculté des sciences de l’Université de Fribourg met au concours un poste d’Assistant/e docteur (AO) à 50% en “Médecine et Société”

Profil du poste :

Le poste d’assistant/e à 50% est rattaché à la chaire de “Médecine et société”, qui comprend l’enseignement et la recherche dans le domaine innovant des Medical Humanities. L’assistant-e docteur doit être intéressé-e par l’interdisciplinarité entre les sciences humaines et sociales et la médecine (littérature et médecine, histoire de la médecine, sociologie de la médecine, arts visuels et médecine, santé publique, ou autre domaine similaire).

Exigences :

· être en possession d’un doctorat de lettres, de sciences humaines et sociales, ou de

médecine ;

· avoir un projet de recherche dans le domaine médical, ou plus largement dans le domaine

de la santé, faisant appel aux sciences humaines et sociales, en vue d’une thèse

d’habilitation ;

· maîtrise des outils informatiques usuels ;

· capacité à travailler de façon autonome ;

· intérêt pour les questions de médecine et société ;

· langues : allemand (excellent niveau oral et écrit), français, anglais.

Domaine d’activités :

· effectuer une recherche en vue d’une thèse d’habilitation ;

· participation aux enseignements liés à la chaire “Médecine et société” (1H hebdomadaire

minimum, 2H hebdomadaires maximum, selon le taux d’activité)

· correction de travaux, encadrement des étudiant-e-s ;

· contacts suivis avec le professeur de “Médecine et Société” ;

· participation aux tâches administratives ;

· collaboration au dépôt de demandes de subsides.

Entrée en fonction: 1er juillet 2012 (ou à convenir).

Documents requis et délai pour le dépôt des candidatures:

· lettre de candidature ;

· curriculum vitae ;

· copie des diplômes et certificats ;

· bref descriptif du projet de recherche ;

· 1 ou 2 lettres de recommandation.

Délai de postulation : lundi 28 mai 2012.

Adresse d’envoi des candidatures : Université de Fribourg

Faculté des sciences

Département de médecine humaine 3

Prof. Alexandre Wenger

Rte Albert-Gockel 1

CH – 1700 Fribourg

Pour toute demande de renseignement, contacter le prof. Alexandre Wenger par email

(alexandre.wenger@unifr.ch) ou téléphone (026 300 81 71 du lundi au mercredi ; 022 379 46 02

du jeudi au vendredi).

Colloque – Montrez ce sexe que je ne saurais voir !

Colloque – Montrez ce sexe que je ne saurais voir !
Perspectives historiques sur les organes sexuels : représentations, régulations sociales et résistances (18e – 20e siècles)

Organisé par l’Unité de recherche transversale SAGES : Savoirs, Genre et Sociétés (http://sages.ulb.ac.be/).

 Jeudi 3 et vendredi 4 mai 2012 à l’Université Libre de Bruxelles sur le campus du Solbosch (Avenue Franklin D. Roosevelt 50, B-1050 Bruxelles), bâtiment AY, niveau 2, salles 114 (le jeudi 3 mai) et 107 (le vendredi 4 mai).

Entrée libre.

En collaboration avec les Femmes Prévoyantes Socialistes (http://www.femmesprevoyantes.be/) et la Cinémathèque royale de Belgique  (http://www.cinematek.be/).

Veuillez trouver ci dessous ainsi qu’en version .pdf en pièce jointe le programme complet de ce colloque.

 

Argumentaire du colloque

Si le sexe est et a toujours été systématiquement pointé du doigt, s’il charrie un lot de discours féconds, il est également et peut-être paradoxalement caché, dénigré voire hypocritement oublié. Or il s’agit là d’un organe essentiel à toute vie. Sa nécessité mais aussi les mystères qui l’entourent lui donnent un caractère mystérieux empli de force et de fragilité, de plaisirs multiples et de douleurs. Le rôle symbolique des organes sexuels est particulièrement bien révélé par les tabous qui les entourent. Le tabou de la nudité exige le voilage des parties dites sexuelles (avec la feuille de vigne d’Adam et Eve par exemple). La désignation des zones sexuelles ou érotiques, à cacher ou à montrer selon les circonstances, a évolué selon les périodes historiques et les espaces. La grossesse de la Vierge Marie est célébrée dès le XIIIème siècle. Elle reste l’objet de fêtes populaires jusqu’au XVIème siècle en Europe du Nord avant d’être contestée et réprimée dans le cadre de la Contre Réforme catholique. Cette réforme des représentations mariales est un signe de l’imposition progressive d’une vision dichotomique de la sexualité féminine dans laquelle le sexuel est clairement distingué du maternel. A ce nouvel interdit succéda une nouvelle valorisation, politique cette fois, du corps féminin et de ses fonctions sexuelles. Le contrat social proposé par Rousseau en 1762 préconise la représentation publique de l’allaitement pour symboliser la « seconde nature » fondant ainsi l’intérêt commun de la nation, ce qui continue d’avoir un impact sur la gestion de sociale de la maternité.

L’attribution de caractères et de fonctions sexuelles à certains organes ou zones corporelles n’est donc jamais anodine. L’esprit a-t-il un sexe ? La question posée par François Poullain de La Barre au XVIIème siècle ressurgit aujourd’hui à propos du cerveau. Il est décrit actuellement par la biologie et la neuroscience comme l’un des agents principaux de la sexualisation du corps notamment par sa régulation des productions hormonales.

L’histoire s’est penchée depuis une vingtaine d’années sur la sexualité et son contrôle social. La perspective de genre a permis d’éclairer les dynamiques de production de normes (prescriptions médicales et juridiques) et de représentations (mentalités, littérature, arts plastiques ou cinéma). Mais le corps sexué en lui-même reste peu interrogé. Or, les organes sexuels apparaissent comme des « lieux » d’étude stratégiques. L’historiographie montre en effet qu’ils sont à la fois des enjeux et des armes dans de nombreuses politiques de contrôle social qui mobilisent et, partant, transforment les modèles et les représentations de la sexualité et du genre. Les organes sexuels sont des lieux de négociation entre une multiplicité d’acteurs et d’actrices. Se placer sur ce « terrain » permet de faire le lien entre les normes et les représentations d’une part (corps objet de discours), et entre les mentalités et les comportements d’autre part (corps vécu par les acteurs et actrices). Il s’agit de comprendre comment les normes sociales passent par le corps pour réguler les comportements et, à l’inverse, comment le corps est mobilisé et impliqué dans les résistances opposées aux multiples injonctions et exploitations dont il est l’objet. S’attarder sur les organes sexuels permet ainsi d’accéder à l’expérience qu’en firent les acteurs et actrices et aux subjectivités que ces corps incarnent.

Le rôle attribué aux organes sexuels dans les modèles psychologiques est tributaire de l’histoire de la compréhension des relations entre le corps et l’esprit, de la conception du féminin et du masculin et d’une distribution spécifique des rôles sociaux selon le genre. En effet, les organes sexuels servent fréquemment de référent organique à la détermination des phases de développement de la subjectivité et pour fonder l’attribution de droits aux personnes : distinction entre embryon et fœtus, distinction entre « transsexualité » et « intersexualité », la puberté comme fondement organique de l’adolescence, rapports entre psychanalyse et biologie, etc.

Différents organes ont reçu le pouvoir d’incarner la sexualité et le genre des individus au cours de l’histoire : seins, utérus, ovaires, clitoris, pénis ou testicules par exemple. De même, certains individus incarneraient mieux que d’autres la sexualité dans les sociétés à un moment donné (les femmes, les homosexuels, les personnes dites « de couleur »). Leur « différence » les sexualiserait bien plus que tout autre individu, ici le modèle de l’hétérosexuel blanc. Il s’agit donc de s’interroger sur les rapports entre, d’une part, les modèles de sexuation et de fonctionnement de la sexualité et, d’autre part, la régulation sociale des rapports humains. L’asymétrie existante entre les différentes personnes chargé-e-s d’incarner la sexualité pose question. Le statut de neutralité attribué au masculin explique-t-il l’absence de débats à propos de l’incarnation de la masculinité chez les hommes ? Ou bien est-ce une reproduction acritique de l’historiographie qui n’a pas encore remis en question le rôle attribué au pénis ? L’historiographie étudie encore majoritairement la sexualité à travers le corps des femmes. Dès lors, quels sont les enjeux et les combats au sujet des organes sexuels des hommes ?

Ces quelques exemples montrent l’imbrication des différentes fonctions, symboliques, sociales et reproductives attribuées aux organes sexuels. C’est pourquoi les représentations, les usages ainsi que les interventions sur les organes sexuels ont toujours des « effets collatéraux ». L’étude des organes sexuels, des modèles de sexuation et de sexualisation de l’humain permettent donc aux chercheurs de diverses disciplines d’interroger de multiples aspects des sociétés passées et d’en faire l’histoire au sens large, en incluant les dimensions politiques, sociales et culturelles.

 

Trois axes seront privilégiés :

–         Les représentations et leur circulation

Du texte médical au cinéma en passant par les pièces anatomique et les dessins reproduits dans les ouvrages de conseils aux femmes enceintes, quels modèles de la sexuation et de la sexualité ces représentations soutiennent-elles ? Comment ces représentations sont-elles utilisées, dans quels contextes et dans quel but ? A côté des représentations concrètes, les représentations abstraites, théoriques, seront aussi être traitées à partir de l’histoire des modèles de sexuation et de sexualisation de l’être humain.

–         Les régulations sociales et les résistances

Les régulations des usages des organes sexuels et les résistances qui s’y opposent. A l’inverse, l’usage des organes sexuels et des modèles de sexuation et de sexualisation de l’humain à des fins de régulation sociale. Les catégories, les identités et les rôles sociaux institués ou promus par ces régulations ou ces résistances. La régulation et les résistances via l’intervention ou l’expertise médicale, le droit (administratif et judiciaire), pédagogies et systèmes scolaires, le sport, etc.

–         Heuristique

Comment étudier les organes sexuels et faire le lien entre la production des normes, les pratiques corporelles et les représentations ? La diversité des sources potentielles est à l’image de l’importance que possèdent la sexualité et les organes sexuels dans la société. Dès lors, quelle stratégie heuristique adopter afin de comprendre l’imbrication des différentes dimensions à étudier (symbolique, sociale et reproductive) ?


Jeudi 3 mai 2012 (AY. 2. 114)

9h00-12h15 :

Matinée d’introduction au colloque organisée en collaboration avec les Femmes Prévoyantes socialistes avec deux conférences confrontant la perspective historique à l’actualité sur les normes appliquées aux organes génitaux féminins dans la société occidentale. Une mise en perspective socio-historique pour mieux questionner nos schémas de pensée et notre manière d’appréhender les organes sexuels à l’époque contemporaine.

 

9h00 – 9h15

Accueil des participant-e-s et du public

9h15 – 9h45

Introduction au colloque et à la matinée

9h45 – 10h45

Conférence de Sylvie Chaperon

Sylvie Chaperon est Maître de Conférences (HDR) à l’Université Toulouse Le Mirail. Elle est membre de nombreux comités de rédaction et de comités scientifiques. Auteure de « La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au XIXe siècle » (La Musardine, 2008) et des « Origines de la sexologie, 1850-1900 » (La Martinière, 2007).

Réflexions sur l’histoire scientifique du clitoris, de l’Antiquité au XXème siècle

Quels sont les grands traits des étapes historiques qui ont marqué la conception médicale du clitoris ainsi que ses représentations dans les planches anatomiques, et quels sont les facteurs qui peuvent expliquer cette périodisation ?

10h45 – 11h00 :

Pause café

 

11h00 – 12h00

Conférence de Damien Mascret

Damien Mascret est journaliste, sexologue et co-auteur de « La revanche du clitoris » (La Musardine, 2008) et de « Peut-on être romantique en levrette » (La Musardine, 2009).

Le sexe féminin dans tous ses états : épilation intime, nymphoplastie, revalorisation du clitoris

La pression socioculturelle qui s’exerce sur le corps érotique ne se limite pas au visible évident. Elle concerne désormais le sexe féminin lui-même. De l’épilation intime au « lifting de la vulve », de nouvelles normes s’imposent insidieusement. Mais qu’est-ce qu’un sexe « normal » ?

12h00 – 12h15

Discussions

 

12h15 – 13h30 :

Pause déjeuner

 

 

13h30 – 16h00 :

Représentations des organes sexuels

 

13h30 – 13h50 Thierry Hoquet (Maître de Conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Mâles avides, femelles rétives ? La question des rôles sexuels

 

13h50 – 14h10 Nathalie Grandjean (Doctorante, FUNDP)

Histoire de la pensée médicale occidentale sur les seins dans une perspective de genre

14h10 – 14h30 Discussions

 

14h30 – 14h45 :

Pause café

 

14h45 – 15h05 Didier Foucault (Professeur, Toulouse Le Mirail)

Les organes sexuels masculins dans les traités d’anatomie du XVIIe siècle

15h05 – 15h25 Katrin Pilz (Doctorante, ULB-UniWien)

Female Sex in Motion – The Display of Sexual Organs in Medical Collections and Cinematography in the early 20th Century Visual Medical Culture

15h25 – 15h45 Discussions
15h45 – 16h00 Conclusion de la journée

 

 

Vendredi 4 mai 2012 (AY. 2. 107)

 

9h00 – 10h30 :

Régulations sociales et résistances n° 1 : « détournements »

 

9h00  – 9h15 Accueil des participant-e-s et du public
9h15  – 9h30 Mot d’introduction
9h30  – 9h50 Vanessa Gemis (Post-doctorante, ULB)

À l’origine de tous les plaisirs. Élisa Brune ou comment étudier, écrire et dessiner le sexe et la sexualité

 

9h50  – 10h10 Vanessa D’Hooghe (Doctorante, ULB)

Le « Self Help » ou la démédicalisation du corps et de ses pratiques exploratoires

10h10 – 10h30 Discussions

10h30 – 10h45 :

Pause café

 

10h45 – 12h15 :

Régulations sociales et résistances  n° 2 : « corps maternel, psychisme et transmission »

 

10h45 – 11h05 Francesca Arena (Doctorante, Université de Provence)

Un cerveau dans le ventre ou un utérus dans la tête ? Représentations et pratiques médicales autour du corps maternel entre époques moderne et contemporaine

11h05 – 11h25 Vlasta Paulic (Doctorante, Université Ludwig-Maximilians)

Is there a future for the Oedipus Complex ? Mothers and Psychoanalysis

11h25 – 11h45 Jérôme Janicki (Docteur en histoire, ULB)

La couvade célèbre la place de l’homme auprès du nouveau-né.

11h45 – 12h15 Discussions

 

12h15 – 13h30 :

Pause déjeuner

 

13h30 – 14h30 :

Régulations sociales et résistances  n° 3 : « sexe en contexte colonial »

 

13h30 – 13h50 Delphine Peiretti (Doctorante, Université de Provence)

De la race au genre : l’étude des organes sexuels des Africain(e)s dans le discours médical français du début du XIXe siècle au début du XXe siècle

 

13h50 – 14h10 Amandine Lauro (Professeure invitée  aux FUSL, Collaboratrice scientifique à l’ULB)

De la puberté féminine dans les ‘zones torrides’. Expertise et régulations du corps des jeunes filles au Congo Belge

 

14h10 – 14h30 Discussions


14h30 – 14h45 :

Pause café

 

14h45 – 16h15 :

Heuristique des organes sexuels

 

14h45 – 15h05 Valérie Piette (Professeure, ULB)  et Vanessa D’Hooghe (Doctorante, ULB)

Le Fonds Berthe de la Réserve Précieuse : un collectionneur à la recherche de représentations d’organes et/ou d’orgasmes ?

15h05 – 15h25 Laura Di Spurio (Maîtresse en histoire, ULB) et Julie De Ganck (Doctorante, ULB)

Les organes sexuels en droit et en médecine. Lecture croisée du recours aux expertises médico-sociales en Belgique contemporaine.

15h25 – 15h45 Discussions
15h45 – 16h15 Conclusion, discussion générale et mot de la fin

 

19h30 – 20h45 :

 

Projection du film Documentaire « The Moon Inside You » à la Cinematek (3 euros / 1 euros)
 

Mise en ligne des observations météorologiques de la Société royale de médecine

Dès sa création, la Société royale de médecine s’est prononcée en faveur de la création d’un réseau national d’observations météorologiques, pris en charge notamment par le Père Cotte.

« L’influence des saisons sur toutes les maladies, & principalement sur les épidémies, exige que ce travail soit fait sur le même plan à Paris & dans les provinces. » (Histoire et mémoire de la Société royale de médecine, Tome 1, Préface, p. XI)

J’ai le plaisir d’annoncer la mise en ligne des observations météorologiques de la Société royale de médecine, sur une base dédiée :

http://meteo.academie-medecine.fr

L’adresse, autonome, peut être enregistrée en marque-page. En une base de données constituée de quelques 14000 vues, vous pourrez interroger par fourchette chronologique, par localité (ville, département, pays), voire pour les connaisseurs du fonds par carton. Chaque résultat vous donne la cote et accès à la table météorologique numérisée.

Jérôme van Wijland
Conservateur
Directeur de la Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine
16, rue Bonaparte
75272 Paris Cedex 06

Journée d’étude – Les usages sociaux des sciences du cerveau

Journée d’étude – Les usages sociaux des sciences du cerveau

15 mai 2012

 coorganisée par la MSH Paris Nord et New York University in Paris, qui se tiendra le 15 mai prochain dans les locaux de New York University, 56 rue de Passy, Paris 16e arrdt (métro La Muette ou Passy).

Présentation / introduction

9.00 – 9.15

Usages sociaux des savoirs « pré-neuroscientifiques »

9.15 – 9.45 : Rafael Mandressi (CAK, CNRS) : « Usages sociaux et politiques des savoirs « pré-neuroscientifiques » sur le cerveau »

9.45 –  10.15 : Yves Cartuyvels (Fac. St Louis, Bruxelles), « Usages  sociaux d’une lecture biologique du crime à la fin du XIXe »

Discutant : Marc Renneville

10.15 – 11.00 : Discussion

Le genre des neurosciences

11.15 – 11.50 : Rebecca Jordan-Young (Barnard College, New York), « Hardwired for Sexism »

11.50 – 12.20 : Catherine Vidal (Institut Pasteur), « Ordre social et ordre neuronal »

Discutant :

12.20 – 13.00 : Discussion

Usages sociaux des neurosciences (1) : le marketing14.00 – 14.30 : Didier Courbet (Univ. Aix-Marseille 1) : « Neuromarketing et neurosciences au service des publicitaires : questionnements éthiques »

Discutant : Sébastien Lemerle

14.30 – 15.00 : Discussion

 Usages sociaux des neurosciences (2) : l’école

15.00 – 15.30 : Stanislas Morel (Univ. St Etienne), « Neurosciences cognitives et pédagogie »

15.30 – 16.00 : Marianne Woollven (ENS Lyon/Centre Max Weber), « Que se passe-t-il dans le cerveau dyslexique ? Les difficultés en lecture au prisme des sciences du cerveau »

16.00 – 16.30 : Grégoire Molinatti (Univ. Montpellier), « Neurosciences et éducation : quelles épistémologies, quelle théorie du sujet, quelles normativités ? »

Discutant : Samuel Lézé

 16.30 – 17.30 : Discussion et conclusion

Discutante : Dominique Memmi

 


Parution – Substances minérales et corps animés (1100-1500)

Parution - Substances minérales et corps animés (1100-1500) 

Danielle Jacquart et Nicolas Weill-Parot (dir.),Substances minérales et corps animés (1100-1500), Montreuil, Omniscience, 2012.






De la philosophie de la matière aux pratiques médicales

 Quelle frontière existe-t-il entre la matière minérale et la matière animée ? Quels sont les effets de leur rencontre ? Comment le Moyen Âge a-t-il conçu ces questions cruciales qui mettent en jeu la place au sein du monde de l'homme comme être vivant ? Plutôt que de partir des sources attendues (Aristote et ses plus célèbres interprètes), le présent ouvrage invite le lecteur à suivre un
chemin menant des doctrines philosophiques à la pratique médicale. L'enquête
commence avec de délicates questions ontologiques : celles qui affrontent la
difficile saisie du concept même de matière aux XIIe et XIIIe siècles. Puis
l'attention se porte vers la philosophie naturelle, où l'on s'interroge sur le
statut de l'aimant, et vers l'alchimie, où la mention d'êtres vivants peut se
révéler trompeuse. Le regard se tourne enfin vers la pratique thérapeutique, où
est cernée la manière dont les médecins ont organisé concrètement la rencontre
entre le corps humain et les substances minérales qu'il s'agisse de les ingérer
(les médicaments minéraux) ou de s'y plonger (le thermalisme).

Table des matières:
Introduction: L'unité de la matière et du vivant (Danielle Jacquart)

I - Matière première et hylémorphisme
- Urso of Salerno on Prime Matter between Plato and Aristotle (Irene Caiazzo)
- Métaphysiques de la matière au XIIIe siècle : Albert le Grand, Bonaventure de
Bagnoregio, Thomas d'Aquin et Henri de Gand (Anna Rodolfi)

II - Frontières et métaphores
- Magnetic Attraction as a Challenge to the Inanimate Bodies: The Example of
Walter Burley (Nicolas Weill-Parot)
- Basilisks, Lettuce, and the Stone which is not a Stone: On the Relationship
between Living Things and Inert Substances in Medieval Alchemy (Jean-Marc
Mandosio)

III - Mises en contact du minéral et du vivant
- Le minéral au secours du corps dans la pharmacopée médiévale occidentale
(XIIe-XVe siècle) (Mireille Ausécache)
- Medieval Medical Literature on Thermal Baths: Intellectual Debate and
Practical Information (Marilyn Nicoud)

Parution – Dementia

Parution – Dementia

 

Dementia, mai 2012, vol. 11, n°3

Friendships and the social environments of people with dementia: Introduction to the Special Issue – Kate de Medeiros, Pamela A. Saunders, and Steven R. Sabat

Supporting the friendships of people with dementia – Richard Ward, Mike Howorth, Heather Wilkinson, Sarah Campbell, and John Keady

Maintaining friendships in early stage dementia: Factors to consider – Phyllis Braudy Harris 

Relatedness among people diagnosed with dementia: Social cognition and the possibility of friendship – Steven R. Sabat and Joanna M. Lee 

Rethinking sociability in long-term care: An embodied dimension of selfhood – Pia C. Kontos 

The discourse of friendship: Mediators of communication among dementia residents in long-term care – Pamela A. Saunders, Kate de Medeiros, Patrick Doyle, and Amanda Mosby  
Friendships among people with dementia in long-term care – Kate de Medeiros, Pamela A. Saunders, Patrick J. Doyle, Amanda Mosby, and Kimberly Van Haitsma 

Nested social groups within the social environment of a dementia care assisted living setting – Patrick J. Doyle, Kate de Medeiros, and Pamela A. Saunders 

Informal social interaction among residents with dementia in special care units: Exploring the role of the physical and social environments – Michael Campo and Habib Chaudhury

Appel à contribution – Revue Genre, sexualité et société

Appel à contribution – Revue Genre, sexualité et société
Genre, sexualité & société, revue électronique, à comité de lecture, pluridisciplinaire et internationale, de langue française, entièrement dédiée aux recherches sur le genre et la sexualité, lance un appel à articles pour les prochains numéros à paraître (rubrique « VARIA »).
Tout type de contribution inédite sera étudiée, qu’elle provienne de jeunes chercheur-e-s ou de chercheur-e-s confirmé-e-s.
La revue Genre, sexualité & société souscrit pleinement aux principes de l’évaluation par les pair-e-s. Tous les articles proposés sont soumis de façon anonyme.
Pour soumettre un article, suivre les instructions en ligne: http://gss.revues.org
Les cartes, tableaux, illustrations, photos devront aussi être envoyés dans un fichier séparé. Les auteur-e-s veilleront en outre à ce que les légendes et les titres des figures soient clairement indiqués sur celles-ci.
Vous êtes invité-e-s à nous faire parvenir vos articles à l’adresse e-mail suivante : gss@revues.org

Numéros parus :

1 / Printemps 2009 – Lesbiennes
2 / Automne 2009 – Actualité des échanges économico-sexuels
3 / Printemps 2010 – Révolution/Libération
4 / Automne 2010 – Egologies
5 / Printemps 2011 – Ailleurs
6 / Automne 2011 – Vieillir
Hors-série 1 / 2011

Numéros à paraître

7 / Printemps 2012 – Périphériques
8 / Automne 2012 – Rituels

Appel à communication – Les mobilisations dans le domaine de la santé


Appel à communication – 
Les mobilisations dans le domaine de la santé 
  • Date prévisionnelle: 13 novembre 2012
  • Lieu: EHESS
  • Date limite d’envoi des propositions de communication : 29 juin 2012
  • Contact et organisation :
Les propositions à faire parvenir aux organisateurs comprendront entre 3000 et 4000 signes, et devront être envoyées par courriel, en pièce jointe, à l’adresse suivante :
mouvementsante2012ehess@gmail.com au plus tard le 29 juin 2012
Les auteurs des propositions retenues en seront informés au plus tard en septembre.
Merci de contacter les organisateurs pour toute autre information concernant cet appel à communication et la journée d’étude à la même adresse mail.
  • Résumé :
Les processus de  sanitarisation de problèmes sociaux, les luttes pour la légitimité de l’expertise (et de la contre-expertise) et pour la conquête de droits des malades et usagers témoignent de la complexité des rapports entre santé et politique Dès lors, quelles approches sont en mesure de rendre compte de la réalité des mobilisations d’acteurs sociaux divers, de leurs expériences militantes et des revendications qu’ils formulent au sein de ce contexte général ? Quels éléments d’analyse la sociologie de l’action collective et des mouvements sociaux peut-elle offrir à des recherches où s’articulent « santé » et « mobilisations » ?
Organisée par de jeunes chercheur-e-s, avec le soutien du Réseau Santé & Société, cette journée d’étude, questionnera les choix et les implications des options méthodologiques à l’œuvre aujourd’hui, dans les recherches sur les mobilisations collectives impliquant des enjeux de santé.
  • Argumentaire :
Si les mobilisations dans le domaine de la santé ont fait l’objet de nombreux travaux en sociologie, elles ont moins souvent été étudiées par l’histoire et la science politique, et n’ont que rarement été abordées dans une perspective de mouvement social, bien qu’elles s’inscrivent dans la définition minimale des mouvements sociaux comme « formes d’action collective concertée en faveur d’une cause »1. Les auteurs d’une monographie parue en 2005, qui constatent cette relative étanchéité entre champs de recherche, définissent les mouvements sociaux de santé comme « des formes d’actions collectives contestant les politiques de santé, les politiques de santé publique et leurs pratiques, systèmes de croyance, et modalités de recherche »2.
Les travaux comparatifs manquent : ils permettraient de déterminer les conditions de développement, d’échec ou de succès des mobilisations sociales de santé selon les contextes nationaux et historiques. Pourquoi, par exemple, y a-t-il un mouvement puissant contre le cancer du sein aux Etats-Unis et pas en France ? Peut-on identifier un lien causal entre l’affaiblissement du mouvement syndical et l’émergence d’un mouvement de lutte pour la santé au travail ? Pour rendre compte de la marginalité de certaines mobilisations dans le champ des recherches sur les mouvements sociaux et le militantisme, certains auteurs, travaillant notamment sur les mouvements de femmes3, avancent plusieurs raisons : ces mobilisations sont difficiles à placer sur l’axe politique gauche/droite ; il est délicat de situer leurs militants selon une distinction outsiders/insiders puisque des contestations dans ce champ ont été observées à l’intérieur d’institutions dominantes. Cette journée d’étude s’interrogera sur la pertinence des cadres d’analyse classiques des mouvements sociaux (mobilisation des ressources, structure des opportunités politiques, analyse des cadres de l’action collective) pour les mobilisations dans le domaine de la santé. Il s’agira de rendre compte d’une éventuelle spécificité de ces mobilisations dans l’espace des mouvements sociaux.
Par ailleurs, nous réfléchirons sur le rôle des mobilisations en santé dans la « construction des problèmes publics »4 en analysant le rapport entre la production de problèmes publics, ou « niches écologiques »5 dans le domaine de la santé d’une part, et les opportunités politiques liées aux enjeux de santé d’autre part. La dimension de transnationalisation sera également abordée. Cette dimension interroge notamment la reproduction des inégalités dans la mise en œuvre de mobilisations et l’éventuelle dépolitisation qu’ils sont en mesure de provoquer.
Sans chercher à définir a priori un ou des mouvements sociaux de santé, nous considérons que l’absence de définition des limites du mouvement social fait partie de sa définition6 et prendrons pour objet toute mobilisation portant sur des questions de santé, afin de décrire les enjeux, les pratiques des acteurs et les rapports de coopération/concurrence entre divers types de mobilisations entre elles et avec le champ médical et le monde politique.
Il s’agira entre autres de décliner, dans le champ de la santé, la question des rapports entre les institutions et leur critique, et plus généralement de déterminer les formes de critique portées par les mobilisations sociales de santé et la manière dont elles sont susceptibles de s’inscrire dans le paysage des mouvements sociaux.
Ces problématiques se construisent autour de deux axes qui constitueront la trame de cette journée d’étude :
Axe 1 : Ce que les mouvements sociaux font à la santé :
Comment modifient-ils les politiques publiques de santé ? Contribuent-ils à la médicalisation de problèmes sociaux ou la contestent-ils ?
Quels rapports entretiennent-ils avec l’autorité professionnelle ? Comment conjuguent-ils la dépendance à l’expertise médicale et sa critique ? Comment se situent-ils dans la tendance plus large d’implication du public dans la production de connaissances scientifiques ? Est-ce qu’ils contribuent à l’impulser ou est-ce que leur existence est l’un des effets de cette tendance ?
Comment modifient-ils les identités individuelles et collectives des malades ?
Axe 2 : Ce que la santé fait aux mouvements sociaux :
Comment les questions humanitaires et les politiques du traumatisme modifient la mise en récit des revendications politiques et les stratégies d’action des mouvements sociaux ? La tendance actuelle à la redéfinition de certaines questions sociales en problèmes de santé représente-t-elle un affaiblissement des droits civils, ou est-elle un moyen de consolidation des droits formels en droits réels ?
Y a-t-il des répertoires d’action propres aux mouvements de malades ? Comment les mouvements de santé usent-ils de répertoires culturels excédant la notion de santé pour atteindre leurs buts ?
Comment se situent les mobilisations en santé, entre entreprise morale (ligues philanthropiques, action humanitaire), construction d’une contre-culture de santé (self-help, santé communautaire), actions de « développement » au Sud et différentes formes de critique sociale ?
Comment les mouvements sociaux de santé choisissent-ils leurs dépendances (subventions étatiques pour des prestations de services aux malades ou campagnes préventives, financement par des laboratoires pharmaceutiques, alliance avec d’autres secteurs du mouvement social, bailleurs ou partenaires du Nord, etc.) ?
Mots-Clés : Santé – Mouvements sociaux – Sociologie du militantisme – Logiques humanitaires – Politiques sociales.
  • Organisateurs :
Julie Castro, médecin, doctorante en anthropologie, EHESS-IRIS/ URMIS-IRD

Benjamin Derbez, doctorant en sociologie, EHESS- IRIS/INCa


Maud Gelly, médecin, doctorante en sociologie, UP8/ CSU


Gabriel Girard, doctorant en sociologie, EHESS-CERMES3

Caroline Izambert, doctorante en histoire, EHESS-CRH


Giacomo Mantovan, doctorant en anthropologie, EHESS-CRH/CEIAS


Alice Romerio, masterante en science politique, UP8-LabTop


Victor Royer, doctorant en anthropologie, EHESS-IRIS

Frédéric Vagneron, doctorant en histoire, EHESS-CRH

Arthur Vuattoux, doctorant en sociologie, UP13 –IRIS
Neveu, E. (1996), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La découverte, p. 11.
2 Phil Brown et Stephen Zavestoski, « Social Movements in Health: An Introduction », Sociology of Health & Illness 26, no 6 (septembre 1, 2004): 679–694.
Bereni, L. et al. (2010), « Quand les mouvements féministes font (avec) la loi », Nouvelles questions féministes, vol.29, n°1.
Cefaï, D. (1996). « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, vol.14, n°75, p.43-66.
Hacking, I. (2002), Les fous voyageurs. Paris, Les empêcheurs de penser en rond. (F. Bouillot, Trad.)
Mauger, G. (2003), « Pour une politique réflexive du mouvement social », in Cours-Salies P, Vakaloulis M. (dir.), Les mobilisations collectives : une controverse sociologique, Paris, PUF, p. 33.

Colloque – Hippocrate et les hippocratismes : médecine, religion, société

 Colloque –  Hippocrate et les hippocratismes : médecine, religion, société

 

XIVe colloque international hippocratique. 

Organisé conjointement par l’Académie des Inscriptions et Belles‐Lettres, l’Université de Paris‐Sorbonne (Paris IV), le CNRS (UMR 8167 « Orient et Méditerranée », laboratoire « Médecine grecque »), le LABEX

« Religions et Sociétés dans le Monde Méditerranéen »,

et la Bibliothèque Interuniversitaire de santé.

8, 9 et 10 novembre 2012 

PROGRAMME PROVISOIRE 

8 novembre 

Maison de la Recherche 

9h00 ouverture 

Président de séance Klaus‐Dietrich Fischer (Johannes Gutenberg‐Universität Mainz)

9h30 – 10h00 Amneris Roselli (Università degli Studi di Napoli l’Orientale), Die Epidemien und das Corpus Hippocraticum: stato della ricerca 70 anni dopo Deichgräber.

10h00 – 10h30 Elisabeth Craik (University of St. Andrews), The Hippocratic Law. The techne of medicine and rituals of knowledge.

10h30 – 11h00 Ignacio Rodríguez Alfageme (Universidad Complutense de Madrid), Médecine hippocratique et médecine populaire.

11h00 – 11h15 pause café 

Présidente de séance Armelle Debru (Université Paris‐Descartes)

11h15 – 11h45 Paul Potter (London, University of Western Ontario), Nosology and organization in the Hippocratic treatise Barrenness.

11h45 – 12h15 Florence Bourbon (Université Paris‐Sorbonne), Imaginaire et technique dans la thérapeutique des traités gynécologiques hippocratiques.

Buffet‐Repas 

Présidente de séance Elsa García Novo (Universidad Complutense de Madrid)

14h00 – 14h30 Lesley Dean‐Jones (Austin, University of Texas), Running in circles: Hippocratic theories in athletic training.

14h30 – 15h00 Laurence Totelin (Cardiff University), L’odeur des autres: femmes et odeurs à l’intersection de la pratique hippocratique et de la pratique religieuse.

15h00 – 15h30 Mathias Witt (Technische Universität München), ‘Der egoistische Arzt’ ‐ Reste aristokratischer Ethik im Verhaltenskodex der Hippokratiker?

15h30 – 16h00 pause café 

Présidente de séance Danielle Gourevitch (Paris, École Pratique des Hautes Études)

16h00 – 16h30 Brooke Holmes (Princeton University), La sympathie dans la Collection hippocratique.

16h30 – 17h00 Franco Giorgianni (Università degli Studi di Palermo), Numerologia ippocratica: considerazioni sul valore scientifico ed extra‐scientifico dei numeri 3 e 4, 7 e 8 negli scritti del Corpus ippocratico.

17h00 – 17h30 Nathalie Rousseau (Université Paris‐Sorbonne), La Collection hippocratique, témoin de l’émergence d’un vocabulaire médical rationnel.

17h30 – 18h00 Elsa Ferracci (Paris, Bibliothèque Sainte‐Barbe), Imaginaire et rationalité dans le Corpus hippocratique : du rôle des images et des analogies.

Dîner 

9 novembre 

Académie des Inscriptions et Belles‐Lettres 

Président de séance Vivian Nutton (University College London)

9h00 – 9h30 Bronwen L. Wickkiser (Nashville, Vanderbilt University), Music, Healing, and Sacred Space at the Sanctuary of Asklepios at Epidauros.

9h30 – 10h00 Isabella Andorlini (Università degli Studi di Parma), Ippocratismo e medicina ellenistica in un trattato inedito su papiro.

10h00 – 10h30 Daniela Manetti (Università degli Studi di Firenze), Asclepiade di Bitinia e la tradizione ippocratica: il fattore ambientale.

10h30 – 11h00 pause café 

Président de séance Simon Byl (Université libre de Bruxelles)

11h00 – 11h30 Véronique Boudon‐Millot (CNRS — Université Paris‐Sorbonne), Le divin Hippocrate chez Galien.

11h30 – 12h00 R.J. Hankinson (Austin, University of Texas), The Hippocratism of Galen.

12h00 – 12h30 Ivan Garofalo (Università degli Studi di Siena), Ippocratismo nei sommari e epitomi alessandrine di Galeno, in particolare di Ali ibn Ridwan.

12h30 – 13h00 Marie‐Hélène Marganne (Liège, Centre de Documentation de Papyrologie Littéraire), Hippocrate dans un monde de chrétiens: la réception des traités hippocratiques dans la chôra égyptienne à la période byzantine (284‐641).

Buffet‐Repas 

Président de séance Jean‐Pierre Mahé (Paris, Académie des Inscriptions et Belles‐Lettres)

15h30 – 16h00 Jacques Jouanna (Paris, Académie des Inscriptions et Belles‐Lettres), Le glossaire d’Érotien et le Pronostic d’Hippocrate. Découvertes et problèmes: du grain au divin.

16h00 – 16h30 Heinrich von Staden (Princeton, Institute for Advanced Study), « Raison », « preuve » et leurs contraires dans le Corpus hippocratique.

17h00 – 17h30 Philip van der Eijk (Humboldt‐Universität zu Berlin), Hippocrate aristotélicien.

10 novembre 

Bibliothèque Interuniversitaire de Santé 

Président de séance Laurence Villard (Université de Rouen)

9h00 – 9h30 Alessia Guardasole (CNRS — Université Paris‐Sorbonne), L’image de l' »autre » Hippocrate dans le milieu chrétien.

9h30 – 10h00 Brigitte Mondrain (Paris, École Pratique des Hautes Études), Le rôle de la Collection hippocratique dans la société byzantine d’après les manuscrits.

10h00 – 10h30 Anna Maria Ieraci Bio (Università degli Studi di Napoli Federico II), Nuovi apporti sull’ippocratismo a Bisanzio.

10h30 – 11h00 pause café 

Présidente de séance Françoise Skoda (Université Paris‐Sorbonne)

11h00 – 11h30 Oliver Overwien (Humboldt‐Universität zu Berlin), Syriac and Arabic translators of Hippocratic texts.

11h30 – 12h00 Vincent Déroche (Paris, CNRS — Centre d’Histoire et Civilisation de Byzance), L’hippocratisme dans la littérature hagiographique.

12h00 – 12h30 Roberto Lo Presti (Humboldt‐Universität zu Berlin), La place d’Hippocrate dans les grands débats médicaux du XVIe et XVIIe siècle (Aristotélisme vs. Galénisme, Anciens vs. Modernes).

12h30 – 13h00 Assemblée générale 

Appel à contribution – Penser le corps

Appel à contribution – Penser le corps

Date limite : 30 juin 2012

 

UNIVERSITE DE GAFSA

INSTITUT SUPERIEUR DES ETUDES APPLIQUEES EN HUMANITES DE GAFSA

DEPARTMENT D’ANGLAIS

Colloque International

PENSER LE CORPS

dans la pensée, l’art et la langue

22-23-24 Novembre 2012

Argumentaire

Si le corps dans ses simples manifestations, est la forme de notre présence dans ce monde, toutes les questions qui s’y posent et toutes les problématiques qu’il  relève, constituent un point d’intersection entre plusieurs disciplines  comme la philosophie, l’anthropologie, la psychologie, la sociologie, la religion, la médecine, la linguistique, l’intelligence artificielle, la science de l’informatique.

En effet, même si le degré de l’attention accordée par ces disciplines se différencie de l’une à l’autre et se distingue même d’une culture à l’autre, le corps demeure tout de même un sujet singulièrement interverti. Certes, leurs réponses à la question du corps, peuvent être une « géographie culturelle » en retenant les diverses significations que pourrait prendre le terme « géographie ».

Ainsi, nos conceptions et nos perceptions émanent de nos corps et constituent, en conséquence, le fondement de cette notion dite « géographie culturelle ». Les dualités comme le sacré et le profane, le désir et le mal, le bon et le mauvais, le centre et la marge, le pur et l’impur, et même la féminité et la masculinité, ne sont que des dualités versatiles d’une société à une autre, même si elles entretiennent une parenté biologique. Ceci désigne que nous ne pouvons ni vivre ni penser hors de nos corps parce qu’il est, non seulement l’objet de pensée, mais aussi la pensée elle-même. C’est avec nos corps que nous existons et  que nous pouvons concevoir l’existence aussi bien pour nous-mêmes que pour les autres. Il s’agit de percevoir cette existence et de la faire apercevoir aux autres. Mieux encore, nous apercevons, d’une part, des signes sémiotiques ayant des significations variables et nous concevons de l’autre, l’existence et nos corps sous forme de percepts, de concepts et de métaphores qui sont utiles à notre survie.

Le corps a, donc, ses propres questions, voire tout ce qui  inquiète et incite toute culture àréagir ou à être déstabilisée. Des questions qui l’embrouillent et l’obligent à briser son silence. D’ailleurs, l’histoire culturelle témoigne, en Occident comme en Orient, d’une relation qui oscille entre la marginalisation et l’apprivoisement, entre l’esclavagisme et la reconnaissance, ce qui signifie, en somme, que cette relation représente en soi une problématique.

Ainsi, « le corps pense » et « penser le corps » posent conjointement plusieurs questionnements qui émergent avec le développement de plusieurs champs de réflexion. Ce colloque tente d’aborder des différentes problématiques se rapportant au corps selon les idées réparties à travers cet argumentaire. Parallèlement, bien qu’il ne soit pas de nature à remplir toutes les promesses qui ont été énoncées, il compte, essentiellement, participer à l’élaboration d’une lecture illuminative d’une partie de la problématique du corps selon les axes suivants sans exclure d’autres pistes de réflexions :

 

Ecrire le corps et le corps écrit-Le corps dans le poème

-Le corps narrateur et le corps narré

-Le corps dans le théâtre

Le corps et la question de la divergence-Le corps dans le langage

-Le corps et la métaphore

– Le corps et la publicité

-Le corps et l’idée de l’ordre

******************

Ce colloque est organisé par le département Anglais a  l’Institut supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa (ISEAHG – Tunisie).

Les propositions de communication sont à envoyer, avant le 30 Juin 2012, en fichier joint (format WORD) aux adresses suivantes : zitzit@excite.com. Les communications peuvent être en Français ou en Anglais ou en Arabe Les participants seront informés de leur participation avant le 31 Juillet 2012.

Elles comporteront un titre et un résumé de 200 mots, qui précisera le sujet, le corpus d’étude et l’approche proposée. Elles comporteront aussi des informations pratiques (nom, prénom, institution, adresse postale, téléphone et adresse électronique).

Responsable : Institut supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa

Adresse : Institut Supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa, Cité des Jeunes, 2100 Gafsa

 

 

Responsable : Zitouni Hatem

 

Adresse : Cité des Jeunes 2133 Gafsa- Tunisie

Appel à contribution – Patients et traitements psychiatriques à l’écran : pratiques militantes, soins et processus de subjectivation

Appel à contribution – Patients et traitements psychiatriques à l’écran : pratiques militantes, soins et processus de subjectivation

5-6 décembre 2012, EHESS Paris.

Organisateurs: Jean-Christophe Coffin (Université Paris Descartes / CAK), Nausica Zaballos (CAK / IRIS), Alessandro Manna (IRIS).

Argumentaire.

La mise en scène de l’univers asilaire

A partir des années 1960, plusieurs films mettant en scène l’internement psychiatrique reçoivent un excellent accueil de la critique et du public. De nombreux réalisateurs, s’inscrivant dans la mouvance du Nouvel Hollywood, se risquent à traiter le thème de la folie à travers une démarche visuelle et artistique non-consensuelle. Qu’ils adoptent une posture d’ethnographe, tel Frederick Wiseman pour son documentaire Titicut Follies (1967), ou optent, à l’instar de Milos Forman avec Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975), pour l’adaptation cinématographique d’un roman, ces cinéastes s’attachent à montrer et dénoncer la violence inique des traitements imposés aux patients : le lieu de soin est dépeint, dans ces œuvres, comme une institution malade. Cette production cinématographique s’inscrit dans une tradition remontant aux années 1940 qui, avec des productions appartenant à des genres différents – du fantastique de Bedlam (inspiré de l’œuvre picturale A Rake’s Progress de William Hogarth) au drame réaliste de The Snake Pit (Anatole Litvak, 1948) – retranscrivent l’expérience de l’internement à travers le regard de personnes présentées comme victimes des contraintes normatives imposées par l’institution psychiatrique et des soignants peu avenants. La portée dénonciatrice primant sur la retranscription de l’expérience individuelle subjective de la pathologie mentale, le héros principal est bien souvent un non-malade : un écrivain rêvant de gagner le prix Pulitzer en « s’infiltrant dans l’univers asilaire » pour en livrer un récit qui fera date dans Shock Corridor de Samuel Fuller (1963) ; ou bien un marginal qui pense, en se faisant interner, échapper à la prison (Vol au-dessus d’un nid de coucou).

Filmer la folie, entre fiction et documentaire

La folie à l’écran : un motif récurrent auprès de cinéastes « engagés » ? Certainement, si l’on songe à Family Life de Ken Loach (1971), violente chronique de la descente aux enfers d’une jeune schizophrène qui montre que des facteurs familiaux couplés au manque d’empathie des praticiens peuvent aggraver voire provoquer des troubles mentaux. Si la fiction cinématographique pointe directement du doigt l’institution, se faisant l’écho des écrits des représentants les plus virulents du mouvement antipsychiatrique anglo-saxon (Laing, Cooper), le documentaire vise à faire apparaître les expériences menées par des psychiatres ou éducateurs désireux d’améliorer le sort de leurs patients en leur offrant plus de liberté et d’autonomie. On pensera ainsi à Ce gamin-là de Renaud Victor (1975), qui retrace l’expérience de Fernand Deligny avec des enfants autistes, ou à Fous à délier de Marco Bellochio (1975), qui enquête sur le parcours de trois ex-patients employés à l’usine dans l’Italie de Franco Basaglia. Au cours des années 1990 d’autres réalisateurs, tels que Benoît Dervaux, Jean-Michel Carré et Nicolas Philibert, se proposent de faire le bilan de l’antipsychiatrie ou de la psychothérapie institutionnelle. La clinique de la Borde et le Coral, lieu de vie qui accueille indifféremment psychotiques et jeunes délinquants, ouvrent ainsi leurs portes aux cinéastes qui, à travers des films à la croisée du documentaire et de la fiction (comme par exemple Visiblement je vous aime, 1995), donnent la parole aux soignants et patients.

Cadrage :

La folie à l’écran : trois axes de recherche

Il s’agira en premier lieu d’étudier les relations entre l’histoire de la folie mise à l’écran – qu’il s’agisse de la fiction cinématographique ou bien du documentaire ethnographique ou journalistique – et l’histoire des changements survenus au sein du monde psychiatrique tout au long du dernier demi-siècle. On s’interrogera à la fois sur le film et l’enquête filmée en tant que moyens « engagés » de réhabiliter une pratique ou une éthique des soins en psychiatrie (La moindre des choses, La devinière, Visiblement je vous aime, Valvert, la série italienne Il était une fois la cité des fous de Marco Turco), et sur le rôle qu’ils ont pu éventuellement jouer dans l’univers du militantisme en psychiatrie.

Le deuxième axe s’interrogera sur les usages sociaux et politiques de la folie mise à l’écran, et notamment sur les films produits par les acteurs (psychiatres, usagers, familles) du champ psychiatrique. De quelles manières les images de la folie peuvent-elles participer à la construction des controverses morales et politiques propres au monde psy (on songera à la polémique autour du documentaire sur l’autisme, Le Mur) ? Comment sont-elles mobilisées dans une cause et ainsi appropriées par de différents acteurs, qu’il s’agisse de militer contre la « dérive » sécuritaire de la psychiatrie contemporaine, comme l’a récemment fait en France le documentaire Un monde sans fous, ou bien au contraire de dénoncer les politiques de désinstitutionalisation et de plaidoyer pour l’usage de l’électro convulsivothérapie en montrant la souffrance des familles, comme le très discuté reportage brésilien Omission de prêter secours : des patients psychiatriques prennent la parole ?

Le troisième axe portera enfin sur la question des processus de subjectivation. La valeur de preuve attenante aux témoignages rassemblés contribue-t-elle à produire de nouvelles subjectivités qui doivent composer avec les contingences des productions cinématographiques et audiovisuelles ? Comment les éléments autobiographiques personnels sont-ils mobilisés pour traiter, non plus de la folie, mais du handicap psychique, concept porté en France par l’adoption de la nouvelle législation sur le handicap de 2005 ? Et dans quelle mesure l’appropriation des moyens visuels par les associations d’usagers ne reflète-t-elle pas un retour du politique dans la sphère du privé, privant parfois ceux qui font l’expérience de la maladie mentale et des soins en psychiatrie, de la possibilité de produire des objets cinématographiques relevant réellement de l’intime ? Dans ce contexte, un intérêt particulier sera également accordé à toute contribution portant sur les dispositifs narratifs et les moyens techniques (split screen, musique, ellipses…) par lesquels l’expérience du trouble mental peut être traduite à l’écran.

Liste de films indicative: The Snake Pit, Anatole Litvak, 1948 ; Titicut Follies, Frederick Wiseman, 1967 ; Family Life, Ken Loach, 1971 ; Fous à délier, Marco Bellochio, 1975 ; Vol au-dessus d’un nid de coucou, Milos Forman, 1975 ;  La moindre des choses, Nicolas Philibert, 1996 ; La devinière, Benoît Dervaux, 1999 ; Julien Donkey Boy, Harmony Korine, 1999 ; The White Sound (Das Weisse Rauschen), Hans Weingartner, 2001 ; Clean, Shaven, Lodge Kerrigan, 1995 ; Visiblement je vous aime, Jean-Michel Carré, 1995 ; Valvert, Valérie Mréjen, 2009 ; La Pecora Nera, Ascanio Celestini, 2010 ; C’Era Una Volta La Citta Dei Matti, Marco Turco, 2010 ; Les Voix de ma sœur, Cécile Philippin, 2010 ; Un monde sans fous, Philippe Borrel, 2010 ; Le Mur, Sophie Robert, 2011…

Vos propositions de communications doivent nous parvenir sous la forme d’un résumé de 450 mots maximum avant le 18 mai 2012 envoyé en pièce-jointe aux adresses suivantes: nausica.zaballos@ehess.fr , manna@ehess.fr

 

 

 

 

 

Parution – Le médecin, les institutions, le roi. Médecine et politique aux XVIe-XVIIe siècles

Parution - Le médecin, les institutions, le roi. Médecine et politique aux XVIe-XVIIe siècles

Jacqueline Vons, Le médecin, les institutions, le roi. Médecine et politique aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, Cour de France.fr, 2012.
Ouvrage numérisé inédit mis en ligne le 1er avril 2012 dans le cadre du projet de recherche "La médecine à la cour de France (XVIe-XVIIe siècles)",
 http://cour-de-france.fr/article234....
L’ouvrage résulte de recherches menées dans le cadre du projet La médecine et la Cour de France, soutenu par le Centre d’études supérieures de la Renaissance (projet de recherche quadriennal 2006-2010) de l’Université François Rabelais de Tours et par Cour de France.fr. Le milieu sur lequel a porté cette étude est celui des médecins issus majoritairement de la Faculté de Médecine de Paris aux XVIe et XVIIe siècles, dans un contexte qui voit naître les premières tentatives du pouvoir royal pour coopérer avec les médecins dans l’intérêt public, mais aussi pour obliger la Faculté de Paris à accepter des changements de doctrine et de thérapeutique. Des données épistémologiques encore peu étudiées, par exemple l’existence d’un courant hippocratique fort – et de ses dérivés modernes - à l’intérieur d’une faculté généralement présentée comme un bloc galénique ont pu être ainsi dégagées. Cette étude est couplée avec la base de données Le Monde médical à la Cour de France, régulièrement mise à jour : http://cour-de-france.fr/article655.html

SOMMAIRE
Introduction
La médecine universitaire à Paris
Organisation des études de médecine

Première partie : Docteurs et lecteurs royaux en médecine
1.    Les premiers lecteurs royaux en médecine
2.	La période des affrontements
3.	Les modalités de transmission du titre
4.	La constitution de réseaux

Deuxième partie : L’époque des dissensions
1.	Consultations et expertises
2.	Des érudits curieux de nouveautés
3.	L’anatomie au cœur des querelles entre médecins et chirurgiens
4.	Une figure d’exception : Jean Riolan

Troisième partie : Des choix thérapeutiques aux changements épistémologiques
1.	Les partisans de la tradition
2.	La guerre contre les antimoniaux
3.	Les eaux métalliques, le médecin et le plaisir du roi
4.	Le Jardin Royal et la nouvelle anatomie des plantes et des hommes

      Épilogue

      Bibliographie