Colloque – Traitements et contraintes. Approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle

Appel à contribution – Traitements et contraintes. Approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle

Jeudi 14 juin 2012  |  Bobigny (93010)

Nous avons le plaisir de vous inviter à participer à notre colloque Traitements et Contraintes : approches empiriques des dispositifs de prise en charge institutionnelle, qui aura lieu les 14 et 15 juin, à l’Université Paris 13 à Bobigny.

Ce colloque vise à proposer une nouvelle approche des dispositifs institutionnels à travers les thématiques croisées du traitement et de la contrainte. Alors que les recherches de Goffman sur les institutions totales, et les théories de Foucault sur les techniques de pouvoir continuent d’inspirer de nombreux travaux rapprochant la prison, l’hôpital psychiatrique et les centres de rétention administrative, cet appel à contribution entend élargir le champ de ces investigations sous l’angle des pratiques, prises en tension entre des enjeux de traitement (médical, social, juridique) et des enjeux de contrainte (enfermement, confinement, discipline, normalisation). Le cadre juridique qui définit l’institution contraignante par la notion de privation de liberté et qui sert d’appui conceptuel pour un certain nombre de recherches, se trouve ainsi éclaté, permettant d’analyser de manière plus large les différentes formes de pratiques de prise en charge dans des dispositifs institutionnels. Ce colloque vise à faire dialoguer des
analyses de scènes sociales hétérogènes, qui seront mises en parallèle sans pour autant être amalgamées.

Tout en s’inscrivant dans un mouvement plus large de recherches sur les institutions contraignantes, ce colloque souhaite marquer son originalité tant sur le plan thématique que sur le plan méthodologique.

Sur le plan thématique, le choix des termes “traitement” et “contrainte” invite à une exploration de la polysémie de ces notions et de la diversité des dispositifs institutionnels. Ainsi seront étudiés non pas seulement les dispositifs étatiques “souverains” (type prison), mais également des dispositifs aux frontières plus floues, soit qu’ils ne s’inscrivent pas dans une unité de lieu (par exemple, des dispositifs de suivi éclatés sur plusieurs sites), ou bien qu’ils soient délégués au secteur associatif ou privé.

Au niveau des méthodes, nous souhaitons résolument promouvoir l’enquête empirique, qu’elle soit quantitative ou qualitative, menée avec les diverses techniques des sciences sociales (ethnographie, statistiques, archives). L’enquête empirique doit être un moyen de développer une réflexion ancrée dans l’étude des faits, plutôt que dans le développement d’une théorie par trop spéculative. L’attention fine à ces dispositifs permettra d’approfondir la connaissance des différentes formes de traitements et de contraintes mises en oeuvre. Dans cette optique, nous souhaitons susciter un autre regard sur les
politiques publiques dans le champ de la santé, du social et du pénal en interrogeant la manière dont elles sont mises en oeuvre en pratique.
Une telle approche permettra également d’élargir la notion de contrainte pour prendre en compte non seulement le continuum existant entre force physique et assignation normative (usages de contention physique et chimique, discipline, etc.) mais également les contraintes organisationnelles, structurelles et réglementaires pesant sur la pratique. Cette autre dimension de la contrainte est encore trop rarement mise en regard de la première, quoi que des travaux s’intéressant aux professions aient souligné son
importance. Comment le manque de moyens et de personnels influe sur les pratiques de prise en charge ? Quelles sont les contraintes managériales et légales ? Comment l’évolution de ces contraintes se traduit-elle dans l’évolution des rôles et des déontologies professionnelles ? Ainsi on pourra envisager d’approfondir une réflexion sur le care, considéré non pas seulement dans sa dimension éthique, mais également dans une dimension sociologique, qui tienne compte des ambiguïtés de la pratique et de la diversité des rapports de pouvoir et de domination traversant les relations des professionnels et personnes prises en charge.

Enfin l’angle thématique du traitement et de la contrainte doit permettre de prendre en compte aussi les points de vues et pratiques des personnes prises en charge. Plusieurs études ont souligné l’importance, dans les dispositifs institutionnels étatiques, des perspectives managériales de gestion des populations, catégorisées « à risque ». Pourtant, à ces formes de standardisation s’articulent des dispositions procédurales (droits des patients, droits des détenus etc.) qui peuvent constituer des ressources pour les individus. Comment rendre compte de la diversité des expressions de la vulnérabilité, de l’adaptation ou de la résistance qui peuvent être formulées dans ces dispositifs institutionnels ?

Jeudi 14 Juin

9h Accueil des participants

9h15-9h30 Mot de bienvenue : Marc Bessin (CNRS/IRIS)

9h30 – 10h Allocution d’ouverture : Lorna Rhodes (University of Washington, Seattle)

Institutions de contrainte / institutions sous contrainte

Président de séance : Arthur Vuattoux (Université Paris 13/IRIS)

10h00 – 11h Gestion des populations : entre traitement pénal et psychiatrique

  • Alexia Venouil(Institut d’Etudes Politiques de Grenoble/PACTE), Guérir et responsabiliser: les injonctions contradictoires du système correctionnel canadien
  • Natacha Filippi(Université d’Oxford), Enfermement carcéral et psychiatrique en Afrique du Sud pendant l’apartheid. Région du Cap-Ouest (1964-1994)

Discutant : Olivier Razac (ENAP/CIRAP)

11h00 – 11h15 Pause

11h15 – 12h45 Le traitement et ses publics : quelles contraintes ?

  • Alexia Jonckheere, (Institut National de Criminalistique et de Criminologie, Bruxelles), Les mises en tension de l’accompagnement socio-judiciaire par l’informatisation managériale
  • Anne-Sophie Vozari(EHESS/IRIS), Le « soutien à la parentalité » en pratiques. Règles institutionnelles, contraintes organisationnelles et travail de care en Protection Maternelle et Infantile
  • Stéphanie Boujut (Université de Rouen) et Isabelle Frechon (CNRS-Ined/Printemps), Traitement institutionnel et prise en charge sociale de mineurs protégés : des principes implicites et des organisations pratiques

Discutante : Delphine Serre (Université Paris 1/CSE) 

12h45 – 14h Déjeuner (salle 1141)

Justifier la contrainte

Présidente de séance : Lucie Lechevalier Hurard (Université Paris 13/IRIS/UBO/ARS)

14h – 15h30  Soigner, protéger

  • Camille Lancelevée (EHESS/IRIS/Centre March Bloch), De la violence dans une prison pour femmes : s’adapter aux contraintes institutionnelles pour mieux contenir le trouble ?
  • Yannis Gansel (EHESS/IRIS), Contenir les adolescents en grande difficulté: circulation de la sollicitude et du contrôle entre travail social, justice et psychiatrie
  • Guillaume Fernandez (Université de Bretagne Occidentale/ARS), Entre contrainte et consentement, les dilemmes des médecins généralistes dans la gestion des parcours de vie des patients atteints de la maladie d’Alzheimer

Discutante : Livia Velpry (Université Paris 8/CERMES3)

15H30 – 15h45 Pause

15h45 – 17h15 Responsabiliser, autonomiser

  • Line K. Pedersen (Université de Franche-Comté/LASA), La subjectivité des toxicomanes en soin dans les CSAPA : attribut identitaire ou attribution identificatoire ?
  • Charlotte Pezeril(Facultés universitaires Saint-Louis,Bruxelles/Observatoire du sida et des sexualités), L’injonction à la responsabilité à travers les traitements médicaux et légaux: une nouvelle gestion politique du VIH?
  • Valentine Baléato (Université Paris I/CESSP-CRPS), Accéder au statut de « victime » : la prise en charge institutionnelle des femmes victimes de violence conjugale en France, entre aide et contraintes

Discutant : Philippe Combessie (Université Paris 10/Lasco-Sophiapol)

17h15 – 18h Synthèse de la journée

Delphine Moreau (EHESS/GSPM-IMM) et Fabrice Fernandez (EHESS/IRIS)

18h-18h15 Pause

18h15-19h30 Projection du film de Fatima Kedar : « Le secret de naissance » (2009, 29 minutes)

Présentation: Camille Lancelevée (EHESS/IRIS/Centre Marc Bloch)

Discussion : Marc Bessin (CNRS/IRIS)

Vendredi 15 JUIN

9h – 9h30 café

Formes et paradoxes des prises en charge

Présidente de séance : Elodie Janicaud (EHESS/IRIS)

9h30 – 11h Sanctionner, éduquer

  • Aude Ventéjoux et Astrid Hirschelmann (GIS CrimSo/Institut de Criminologie et de Sciences Humaines/Université Européenne de Bretagne-Rennes 2), Les soins pénalement ordonnés, pratiques au carrefour de la Santé et de la Justice
  • Muriel Darmon (CNRS/ENS de Lyon/Centre Max Weber), Une institution «enveloppante » : traitement scolaire des élèves et contraintes institutionnelles dans les classes préparatoires aux grandes écoles
  • Jean-Noël Rétière et Virginie Gautron (Université de Nantes/CENS), Les sanctions de « stages » : une nouvelle articulation entre contrainte et traitement ?

Discutant : Gilles Chantraine (CNRS/CLERSE)

11h – 11h15 Pause

11h15 – 12h45  La contrainte diffuse et ses acteurs : pour quels traitements ?

  • Sylvain Bordiec (Université Paris 8/CRESPPA/CSU), Des institutions qui n’en ont pas l’air. Les associations ouvertes aux jeunes animées par des bénévoles
  • Frédéric Dugué et Jean-Christophe Mino (Université Paris 6/EHESS), Prise en charge de la fin de la vie en hospitalisation à domicile : comment mettre en œuvre les soins palliatifs ?
  • Corinne Fortier (CNRS/LAS), Contraintes et normalisation du parcours transsexuel en France

Discutant : Coline Cardi (Université Paris 8/CRESPPA-CSU)

12h45 – 14h Déjeuner (salle 1141)

Sujets sous contrainte ?

Présidente de séance : Meoin Hagège (EHESS/IRIS)

14h – 15h Adhérer, consentir à la contrainte

  • Guillaume Brie (Université Paris 10/Lasco-Sophiapol), Analyse sociologique de la prise en charge médicale du condamné pédophile: une soumission librement consentie ?
  • Julien Grard (EHESS/IRIS), Le soin à long terme en psychiatrie : un consentement librement contraint

Discutant : Benoît Eyraud (Université Lyon 2/Centre Max Weber)

15h – 15h15 Pause

15h15 – 16h45 Résister, s’adapter, détourner

  • Ludovic Gaussot (Université de Poitiers/GRESCO/CRESPPA-CSU) et Nicolas Palierne (EHESS/CADIS/Université de Poitiers), La contrainte comme traitement : à propos de l’abstinence comme thérapeutique de l’alcoolisme
  • Audrey Parron (Université de Toulouse Le Mirail/LISST-CERS), Les représentations médicales dans le travail biographique des jeunes usagers/patients des dispositifs psychiatriques.
  • Claire Ganne (Université Paris 10/CREF), Suivi socio-éducatif en situation d’hébergement : le point de vue de femmes accueillies en centre maternel

Discutante : Sônia Weidner Maluf (Universidade Federal de Santa Catarina, Brésil/IRIS)

16h45– 17h00 Pause

17h – 18h Conclusions du colloque

Discussion avec Lorna Rhodes (University of Washington, Seattle) animée par Yasmine Bouagga (EHESS/IRIS)


Appel à contribution – Disease, Disability and Medicine in Medieval Europe

Appel à contribution – Disease, Disability & Medicine in Medieval Europe

Sixth Annual Interdisciplinary Workshop 2012

Generation and reproduction in medieval Europe

Conception, pregnancy, childbirth, and the raising of healthy children (or animals) were high-risk endeavours in the Middle Ages, the focus of many hopes and anxieties. These emotions found expression in prayers and charms, in private letters, in hagiography and miracle accounts, in records of ecclesiastical and secular courts, as well as in advice literature and medical writings. Themes to do with generation and reproduction were also at the centre of imaginative writings, notably romance and fable, and of medieval art. The range of evidence available for historical investigation is thus very wide, though the private experiences of those involved are as always hard to plumb.

This meeting will explore the beliefs and practices that surrounded generation and reproduction and the frames of understanding that underlay these. One focus of interest is the tension between normative discourse, texts that tell people how they should believe and act, and other discourses that are resistant to or circumvent the injunctions of law, dogma and discipline. Another is the extent to which the development of scholastic methods of analysis in the medieval universities, as applied to philosophical issues in generation and reproduction, produced new interpretations of gender roles in conception, of ensoulment in the developing child, and of the responsibilities of church and state in promoting robust children and population numbers.  A third area of interest is the extent to which generation and reproduction came to be thought of as health issues at all in the Middle Ages. How far did concepts of disease and disability seem to apply to mothers, fathers and children?

This day workshop will address these themes, but will also seek to identify other questions concerning generation and reproduction with reference to medieval Europe between 800 and 1500. Proposals are invited for contributions to this theme which may include the following topics, as well as the areas of interest described above:

–        concepts of generation

–        diseases or disability associated with generation

–        failures of generation (infertility, impotence)

–        contraception,  menstrual regulation and abortion

–        rituals of prognosis and protection

–        management of birth

–        monstrous and normal births

–        embryonic development and ensoulment

–        care and nourishment of infants and children

This workshop will be held in collaboration with the Generation to Reproduction project based at the Department of History and Philosophy of Science in Cambridge. The meeting will be held at King’s College, Cambridge, on 8 December 2012. Two invited speakers, Marianne Elsakkers and Gabriella Zuccolin, have already accepted.

If you are interested in offering a paper for this meeting please contact Debby Banham (db116@cam.ac.uk) or Peter Jones (pmj10@cam.ac.uk)

Appel à projet – Education thérapeutique du patient (ETP)

L’Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP) lance un appel à projets de recherche sur l’éducation thérapeutique du patient (ETP) en collaboration avec la Direction Générale de la Santé. Cet appel à projet de recherches vise à promouvoir la recherche sur l’ETP afin de développer les connaissances à la fois sur les questions fondamentales et opérationnelles qu’elle soulève .
Les projets sont attendus pour le 6 novembre 2012 (texte ci-joint et disponible sur le site de l’IReSP).

Afin de préparer cet appel à projets, l’IReSP et la DGS organisent un séminaire le 13 juin 2012 après-midi au ministère de la santé. Ce séminaire, ouvert aux responsables de programmes d’ETP, aux équipes de recherche, aux responsables d’associations de malades ou de regroupements de professionnels de santé intéressés par le développement de partenariats de recherche dans ce domaine, a pour but principal de faire émerger des projets collaboratifs entre des programmes d’éducation thérapeutique et des équipes de recherche (pré-programme ci-joint).

Pour s’inscrire à ce séminaire, merci de cliquer ici.

Merci de diffuser largement cette information dans vos laboratoires et dans vos réseaux.

Journée d’étude – L’Anatomiste et son Cadavre : Corps, Médecine et Ethique, XVIe-XXIe siècle

Journée d’étude « L’Anatomiste et son Cadavre : Corps, Médecine et Ethique, XVIe-XXIe siècle »(5 juin 2012)

 

En partenariat avec le laboratoire FRAMESPA – UMR 5136, Thématique Emergente Santé et Société (Atelier 3 Corps, Santé, Représentations)

Salle C26, Maison de la Recherche (Université Toulouse 2 – Le Mirail)

(5 juin 2012)

PROGRAMME

 

10.00–11.30 : Rafael Mandressi (CNRS, Centre Alexandre-Koyré), ‘Les Limites du cadavre : La tentation de la vivisection humaine, XVIe–XIXe siècle’

11.30–12.30 : Philippe Solal (INSA, Toulouse), ‘Philosophie de l’anatomie : L’anatomie, entre sacralisation et profanation’

 

12.30–14.00 : Pause déjeuner

 

14.00–14.45 : Colette Bitsch (CNRS, UPS), ‘Le Théâtre d’Anatomie de Rembrandt : Les regards et les mains jouent le drame’

 

14.45–15.30 : Modesta Suarez (FRAMESPA/UTM), ‘Exercices matériels autour d’une leçon d’anatomie’

 

15.30–16.15 : Laurence Talairach-Vielmas (CAS/UTM) : ‘Le Marché aux cadavres : Portraits de résurrectionistes dans la littérature britannique au XIXesiècle’

 

16.15–16.45 : Pause café

 

16.45–17.30 : Jean-Yves Bousigue, ‘De la douleur à la souffrance, et retour’

 

 

 

 

RÉSUMÉS DES COMMUNICATIONS

 

Les Limites du cadavre : La tentation de la vivisection humaine, XVIe–XIXe siècle

Rafael Mandressi (CNRS, Centre Alexandre-Koyré)

La question des vivisections appartient à l’histoire de l’anatomie comme une ombre presque toujours silencieuse, qui signale un des plus délicats points de tension entre les exigences épistémologiques et les limites éthiques. Cette appartenance se réfère-t-elle moins aux épisodes de vivisections humaines dont on ait connaissance – peu nombreux et en général de confirmation difficile ou impossible – qu’à l’interrogation sur la portée et les limites du savoir émané de l’examen de cadavres. C’est ainsi en creux, plutôt que de façon explicite, que le spectre des vivisections humaines traverse le discours savant – médical, philosophique, littéraire aussi – tout au long de l’époque moderne. Les prises de position explicites, articulées et raisonnées prônant cette pratique sont encore plus rares, quoique non inexistantes ni dépourvues de signification. On examinera les multiples enjeux que la vivisection humaine permet d’identifier, dans la longue durée, au sein du savoir anatomique. Il s’agit d’une ‘tentation’ régulièrement évoquée, partant aucunement d’un impensable, qui concentre à la fois les craintes sociales, la conscience aiguë des limites qu’impose à la connaissance savante du corps l’inspection d’objets morts, la transgression que l’on caresse parfois comme projet politique, la dimension anthropologique, enfin, des choix épistémologiques que la médecine moderne a faits depuis la Renaissance.

 

 

Philosophie de l’anatomie : L’anatomie, entre sacralisation et profanation

Philippe Solal (INSA, Toulouse)

Il est habituel aujourd’hui d’insister sur la merveilleuse machinerie que constitue le corps humain. Pourtant, la connaissance des lois qui régissent le corps s’est heurtée, dans le passé, à de multiples difficultés, qui donnent à penser. Celles-ci sont liées aux systèmes doctrinaux, philosophiques ou religieux, qui ont imprégné la culture d’une nation, sa mentalité et sa manière de concevoir son propre rapport au corps. Ainsi, le savoir anatomique qui s’est développé vers 3500 av. J-C, en Mésopotamie, avait-il une fonction exclusivement religieuse, au seul service de l’art divinatoire : l’analyse des viscères avait une valeur prédictive, chez les humains comme chez les animaux, et le corps humain lui-même était  divisé en « territoire » où l’on mêlait des fonctions biologiques et des fonctions religieuses. Le cœur était considéré comme le siège de l’intelligence, le sang, comme la source et le symbole de la vie, tandis que les lobes hépatiques permettaient au médecin-prêtre de prédire l’avenir fixé par les dieux. La vraie rupture se produisit avec l’essor du christianisme, qui, au Moyen Age, « désacralisa » cette pratique, en interdisant les dissections. L’édit de 1241, promulgué par Frédéric II, empereur du Saint Empire, qui autorisa la dissection des cadavres masculins, fut ainsi rapidement révoqué après la mort de celui-ci par l’Église.

La science anatomique est donc tributaire d’une longue histoire semée d’embûches, car la connaissance du corps humain, à travers l’étude du cadavre,  a dû s’opposer à la fois à l’idée de sacralisation et à celle de profanation. C’est cette histoire et ce qu’elle engage comme investissement de sens sur le plan philosophique, que cette intervention se propose de retracer jusqu’à ses plus récents développements.

 

Le Théâtre d’Anatomie de Rembrandt : Les regards et les mains jouent le drame

Colette Bitsch (CNRS, UPS)

 

 

La Leçon d’anatomie du docteur Tulp, un célèbre portrait de groupe de Rembrandt daté de 1632, est étudiée dans sa composition très singulière, basée sur un clair-obscur dramatisant le dévoilement de réalités stupéfiantes quand l’objectivité des regards rencontre la rigueur d’une démonstration magistrale. Toute l’émotion méditative contenue dans cette scénographie organisant le combat de l’ombre et de la lumière peut se résumer par une sentence souvent rappelée dans les décors des théâtres d’anatomie de l’époque : ‘Connais-toi toi même’.

 

Exercices matériels autour d’une leçon d’anatomie

Modesta Suárez

On aura reconnu dans le titre, l’allusion ironique à l’un des principaux ouvrages de méditation du christianisme : les Exercices spirituels de Loyola. L’ironie est à son plus haut degré chez Blanca Varela (Lima, 1926-2008), poète latino-américaine contemporaine, lorsqu’elle publie, en 1993, Ejercicios materiales. Le recueil s’ouvre tout entier à l’interrogation des liens existant entre présence charnelle et transcendance, et ce, sous le signe de l’inquiétude et de la quête. Ces liens, définisseurs de l’écriture poétique moderne, trouvent une portée nouvelle lorsqu’on les confronte avec les représentations qu’en donnent les peintres, ceux de la Renaissance, comme Rembrandt, autant que ceux du XXe siècle, et l’on pense alors à un peintre comme Bacon. Arc tendu entre ces deux moments, entre ces deux discours, l’écriture poétique de la péruvienne joue du tranchant des mots et des images pour créer un imaginaire de lutte incessante avec une divinité qui tient davantage du boucher que de l’ange.

Nous considérerons ici le franchissement incessant de la limite entre espace intérieur et espace extérieur des corps et des esprits, ce qu’expriment ces vers dont le sens devient programmatique : convertir lo interior en exterior sin usar el / cuchillo (convertir l’intérieur en extérieur sans faire usage du / couteau).

 

De la douleur à la souffrance, et retour

Jean-Yves Bousigue

Dans Jacques le Fataliste, prenant prétexte d’un dialogue, en apparence anodin, entre Jacques et son Maître, Diderot aborde la question de la douleur. Un mot qui, pour Jacques, serait ‘sans idée’. Deux siècles plus tard, Paul Ricoeur propose une distinction entre douleur et souffrance. Le terme de douleur serait réservé à des ‘affects ressentis comme localisés dans des organes particuliers du corps ou dans le corps tout entier, et le terme de souffrance à des affects ouverts sur la réflexivité, le langage, le rapport à soi, le rapport à autrui, le rapport au sens, au questionnement…’. Au-delà des connaissances acquises, des représentations et des transformations des systèmes médicaux intervenues au cours des deux derniers siècles, la confrontation entre philosophie – cette ‘métaphysique très subtile et peut-être très vraie’ (Diderot) et biologie reste un enjeu central et crucial des neurosciences, selon la terminologie la plus récente. Le croisement de ces problématiques avec l’expérience clinique pourrait contribuer à nourrir les débats en cours, quant à la diversité des modèles et des paradigmes avancés dans un champ scientifique aussi dynamique que mouvant.

Appel à contribution – Cartographies of the Body Workshop

Cartographies of the Body Workshop -///

Madrid, October 22-24, 2012

 

 STS department, Philosophy Institute, Spanish National Scientific Research Council.

 

There are many ways to talk about the body. Yet, there are also many ways to practice and visualize bodies. In this conference we aim to have an input selection of versions and repertoires of bodies in the analyses offered by STS and social science approaches. The body is the primary environment in which we live, the physical boundary that identifies us, as “unique individuals”, and the other, other bodies. Science and technology have focused on the task of knowing, opening, modifying, slicing, describing and prescribing notions on bodies. For this conference, we do not wish to start with a predetermined idea of what a body is and what are its borders but we seek to analyze, however, the many bodies that can be  enacted by different practices and the connections between them. Thus we invite contributions to the conference that seek to offer a version of the body, topographically or analytically, empirically or theoretically.

What other repertoires could be mobilized to talk, practice, and visualize bodies? What are the networks that can be made visible to talk about them? (The destruction of the public and the erosion of the commons and its effects on bodies, the fluidity of notions of the “patient” and “illness”, the metabolic and gastric functions of eating for which without no bodies will survive, etc.)

 

Confirmed key note speakers are Thomas W. Laqueur (Department of History, University of California Berkeley), Sebastian Abrahamsson(Department of Sociology and Anthropology, University of Amsterdam) and Sandra Eder (Institute and Museum for the History of Medicine,University of Zurich).

 

///-Contributions

To be considered, please send a talk title and short abstract (250 words max) along with your name, institution, and email to cartographiesofthebody@gmail.com.

Deadline for submission is  JUNE 15, 2012. We will have the final program by JULY 15, 2012.

 

///-Place and Date

The Workshop will take place in Madrid, at the Center for Social Science Research (CCHS), Spanish National ResearchCouncil (CSIC). From Monday OCTOBER  22nd to Wednesday  24th, 2012.

 

///-Organizers

This will be the final workshop of a  4 year investigation devoted to the technologies of the body, and the #4 workshop of the Cartographies of the Body research team (FF12009-07138-FISO). In 2009 we celebrated the Science, Technology, and Gender: Bodies and Differences, in 2010 the Cartographies of the Body: bio-politics  of Science and Technology, and in 2011 the Cartographies of Science and Technology: Ethnographies, Images, and Epistemologies .

 

Contact: cartographiesofthebody@gmail.com

 

Journée d’étude – Expériences de santé et dispositifs de soins

VENDREDI 25 MAI DE 14H A 17H

MSHS-T Toulouse

EXPÉRIENCES DE SANTÉ ET DISPOSITIFS DE SOINS

Coordonné par François SICOT, professeur à l’UTM

Intervenantes :

Jessica HACKETT, doctorante à l’EHESS : Du ‘care’ au quotidien:
l’importance du religieux dans le maintien de la santé en milieu rural maharashtrien (Inde)

Cécile GUILLAUME, docteure de l’EHESS : Du rite de cure à la médecine allopathique,
étiologies de la maladie et parcours de soins chez les Sora (groupe tribal du centre-est de l’Inde)

[Maison de la Recherche – Rez de chaussée – Salle C26]

Parution – Journal of Medicine and Philosophy

Parution – Journal of Medicine and Philosophy
ISSUES IN SUBJECTIVE EXPERIENCE AND MEDICAL PRACTICE
Journal of Medicine and Philosophy, vol. 37, issue 2, avril 2012.
Jeffrey P. Bishop, Subjective Experience and Medical Practice
Havi Carel, Phenomenology as a Resource for Patients
Matthew Ratcliffe, Varieties of Temporal Experience in Depression
Fredrik Svenaeus, Organ Transplantation and Personal Identity: How Does Loss and Change of Organs Affect the Self ?
Laura W. Ekstrom, Liars, Medicine, and Compassion
Megan-Jane Johnstone, Bioethics, Cultural Differences and the Problem of Moral Disagreements in End-Of-Life Care: A Terror Management Theory

Parution – Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine

A. Carol, Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine, Paris, Champ Vallon, 2012.

 

Conçue par un médecin et par un chirurgien, la guillotine succède aux supplices d’Ancien régime  et invente la mort pénale idéale : prompte et douce. Mais des doutes surgissent très vite sur son instantanéité. Comment concevoir qu’une tête séparée en une fraction de seconde du corps soit immédiatement et totalement privée de vie, de conscience, de sensation ? Et si la mort infligée n’est pas immédiate, quelle souffrance le décapité n’endure-t-il pas !
Cette possibilité physiologique, discutée très tôt par les médecins, envahit l’art, l’imaginaire et les débats autour de la peine de mort tout au long du XIXe siècle. Elle alimente un dialogue entre la société et ces experts autour de l’humanité de la guillotine et ses alternatives possibles. Mais elle offre aussi aux médecins partagés entre le désir de rassurer leurs contemporains et celui d’assouvir leur curiosité de physiologistes des conditions d’expérimentation proches de la vivisection, qu’il s’agisse de vérifier la survie éventuelle au pied de l’échafaud ou de tenter de transfuser les têtes exsangues au laboratoire. Se pose alors la question du corps du condamné, de ses usages, de sa dignité au regard de la médecine et de la société, et des pouvoirs qui s’exercent sur lui ; un corps dont les condamnés n’affirmeront que tardivement le droit à disposer post mortem, à la fin du XIXe siècle.

Journée d’études – Les usages sociaux des sciences du cerveau



Journée d’études Les usages sociaux des sciences du cerveau
 université de New York à Paris
56 rue de Passy, 75016
mardi 15 mai 2012 de 9H à 17H


Depuis le milieu des années 2000, la recherche en sciences sociales s’interroge avec de plus en plus d’insistance sur ses rapports avec les sciences cognitives et les neurosciences. Les livraisons et les manifestations se multiplient autour de ces questions, comme en témoignent les numéros récents de la Revue d’Histoire des Sciences Humaines (décembre 2011) sur « les sciences de l’homme à l’âge du neurone » et de la Revue française de sociologie (décembre 2010) autour du « tournant cognitif » des sciences sociales.

Force est de constater cependant que la plupart des discussions portent sur des aspects théoriques et disciplinaires. À de rares exceptions, comme celle du Cermes3 centré sur le domaine des sciences médicales, peu de travaux traitent encore des usages pratiques de ces approches, Mais qu’en est-il du point de vue des pratiques sociales en dehors du champ de la santé mentale ? Tel est le propos de cette journée organisée par la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, en collaboration avec la New York University in Paris.

Son ambition est de participer à un début de cartographie de ces usages, en favorisant le croisement des perspectives et des disciplines. Y seront représentées les études historiques (R. Mandressi, Y. Cartuvyels), sociologiques (S. Morel, M. Woolven), émanant des sciences de l’information et de la communication (D. Courbet), des sciences de la communication et didactique des sciences (G. Molinatti) ainsi des neurosciences (C. Vidal, R. Jordan-Young). Les communications présenteront des travaux ayant pris pour objets l’éducation, la justice, le marketing, ainsi que les sphères idéologiques et politiques.

Programme :

Usages sociaux des savoirs «pré-neuroscientifiques»

9.15 – 9.45 > Rafael Mandressi (Centre Alexandre-Koyré / CNRS, Paris)
Usages sociaux et politiques des savoirs « pré-neuroscientifiques »
sur le cerveau

9.45 – 10.15 > Yves Cartuyvels (Facultés universitaires Saint-Louis, Académie Louvain, Bruxelles)
Usages sociaux d’une lecture biologique du crime à la fin du XIXe
Discutant : Marc Renneville (maître de conférences, chargé d’études au ministère de la justice, chercheur associé au Centre A. Koyré)

10.15 – 11.00 > Discussion

Le genre des neurosciences
11.15 – 11.50 > Rebecca Jordan-Young (Barnard College, Columbia University, New York)
Hardwired for Sexism
11.50 – 12.20 > Catherine Vidal (Institut Pasteur, Paris)
Ordre social et ordre neuronal
Discutante : Dominique Memmi (Cresppa-CSU, CNRS)

12.20 – 13.00 > Discussion

Usages sociaux des neurosciences (1) : le marketing
14.00 – 14.30 > Didier Courbet (univ. Aix-Marseille 1 / IRSIC)
Neuro-marketing et neurosciences au service des publicitaires : questionnements éthiques
Discutant : Sébastien Lemerle (université Paris Ouest / Cresppa-CSU)

14.30 – 15.00 > Discussion

Usages sociaux des neurosciences (2) : l’école
15.00 – 15.30 > Stanislas Morel (université Saint-Étienne)
Neurosciences cognitives et pédagogie
15.30 – 16.00 > Marianne Woollven (ENS Lyon / Centre Max Weber)
Que se passe-t-il dans le cerveau dyslexique ?
Les difficultés en lecture au prisme des sciences du cerveau
16.00 – 16.30 > Grégoire Molinatti (université Montpellier)
Neurosciences et éducation : quelles épistémologies, quelle théorie du sujet, quelles normativités ?
Discutant : Samuel Lézé (Institut français de l’Éducation / ENS Lyon)

16.30 – 17.30 > Discussion et conclusion
Discutante : Dominique Memmi (Cresppa-CSU, CNRS)

Responsables scientifiques
Carole Reynaud Paligot, Sebastien Lemerle

>> télécharger le programme complet (pdf)
>> retrouver ces informations sur le site de la MSH Paris Nord

logos


Retrouvez toutes les actualités de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
sur son site web : cliquez ici.

Pour vous inscrire à la lettre d’information
de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, suivez ce lien :
https://listes.univ-paris13.fr/mailman/listinfo/mshpn-newsletter


Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
4 rue de la Croix Faron
93210 Saint-Denis la Plaine
mshpn-contact@mshparisnord.fr
tél. : 01 55 93 93 00 / fax. : 01 55 93 93 01
www.mshparisnord.fr



Rencontre – Corps, médecine et machines à l’âge classique

L’ANR-PHILOMED et le CERPHI (UMR 5037)

vous convient à cette rencontre autour de la venue de DOMENICO BERTOLONI MELI (Indiana University)

à l’ENS de Lyon, jeudi 14 juin, salle F 112

« CORPS, MEDECINE ET MACHINES A L’ AGE CLASSIQUE »

10h Domenico Bertoloni Meli (U. Indiana), « Machines of the body in the 17th century »
11h : François Duchesneau (U. Montréal),  « Machines de la nature et corps organiques » ou « Machines of nature and organic bodies »

12h Pause déjeuner

14 : Rafael Mandressi (Centre Alexandre Koyré/EHESS), “Avant les machines: architecture et anatomie à la Renaissance”
15h : Hiro Hirai (Radboud University, Nijmegen),  « Medical Humanism and Natural Philosophy in the Sixteenth Century ».

Fin des travaux 16h30.



Call for Papers for a Session on Medicine and Spirituality

Call for Papers for a Session on Medicine and Spirituality at the Medieval

Academy of America Annual Meeting, 2013

University of Tennessee, April 4-6, 2013

Organizers: Mary Dzon (University of Tennessee, Knoxville), Irven Resnick (University of Tennessee, Chattanooga) and Winston Black (University of Tennessee, Knoxville)

Recent studies have traced the many and complicated intersections of medicine and spirituality in the Middle Ages (e.g. those of C. W. Bynum, N. Caciola, K. Park, M. van der Lugt, P.L. Reynolds, and M. Green). This session invites further exploration of how medical learning and practice and religious beliefs and practice intersected, the one discourse supporting, redefining, or challenging the other. These intersections are revealed in spiritual interpretations of disease (leprosy, plague, insanity) and medical interpretations of religious figures and phenomena (e.g. healing relics and saints, stigmata, visions, Arma Christi, and the Immaculate Conception). Tensions and compatibilities between medicine and spirituality are likewise revealed in the relations between medical practitioners and church authorities, medical practice and religious orders, popular healers and university culture, and heresy or religious difference and disease. Certain later medieval literary genres also bear witness to the influence of scholastic medicine on theology and the reverse, such as devotional literature, pastoralia, confessional manuals, and canonization records.

The deadline for submissions is May 15, 2012. Please send your abstract of 250 words, along with a cover sheet (described at http://www.medievalacademy.org/pdf/CFP2013.pdf) to Jay Rubenstein, preferably by e-mail to jrubens1@utk.edu, or two copies by mail to: Jay Rubenstein, University of Tennessee, Department of History, 6th Floor,Dunford Hall, Knoxville, TN, 37996.

Parution – Les enjeux et les transformations de l’éducation à la santé

Parution – Les enjeux et les transformations de l’éducation à la santé

 

Carrefours de l’éducation, dossier spécial : Les enjeux et les transformations de l’éducation à la santé, n° 32, 2011/2

Jeanne Guiet-Silvain   Dossier : Les enjeux et les transformations de l’éducation à la santé

Isabelle Queval   Éducation, santé, performance, à l’ère de la perfectibilité infinie du corps

Alexandre Klein   De l’éducation du corps à l’éducation au corps : genèse et critique de l’éducation en santé

Séverine Parayre   De l’hygiène à l’hygiène scolaire : les voies de la prévention à l’école (XVIIIe-XIXe siècles)

Denis Loizon et Maxime Gruet   L’enseignement de l’éducation à la santé en écoles élémentaires par des intervenants en EPS

Dominique Berger et al.   Éducation à la santé et à la sexualité : qu’en pensent les enseignants ? Étude comparative dans 15 pays

Jeanne Guiet-Silvain et al.   Éducation à la santé en milieu scolaire, mise en perspective historique et internationale

Georges Vigarello et Jeanne Guiet-Silvain   Obésité infantile : nouvelle épidémie, nouvelles interrogations

Valérie Huard   L’application de la didactique professionnelle dans la formation des enseignants

Thérèse Perez-Roux et Vincent Troger   Place des élèves et de leur réussite scolaire dans la construction de la professionnalité chez les futurs enseignants de lycée professionnel

Gilles Combaz et Olivier Hoibian   La pratique des activités physiques et sportives : les inégalités entre les filles et les garçons sont-elles plus réduites dans le cadre scolaire ?

Thierry Arnal   L’invention d’une pédagogie et ses usages politiques : réflexions autour de la fonction idéologique de la méthode de gymnastique mutuelle et libérale d’Amoros (1815-1837)

Paul-Fabien Groud et Charles Martin-Krumm   Impact des croyances des enseignants de maternelle sur les capacités scolaires des enfants porteurs de trisomie 21, quelle réalité ?

Sylvain Ayme et al.   Comportements déviants des élèves et émotion de colère des enseignants en EPS


Parution – Bien être/Etre bien ? Les techniques de conscience du corps entre Orient et Occident

Parution – Bien être/Etre bien ? Les techniques de conscience du corps entre Orient et Occident

 

GRISON Benoit, Bien être/Etre bien ? Les techniques de conscience du corps entre Orient et Occident, Paris, L’Harmattan, 2012.
Les techniques de méditation bouddhistes d’Extrême-Orient, font l’objet d’une appropriation culturelle de grande ampleur dans le monde occidental. Ces « techniques de soi » ont influencé indirectement diverses pratiques de « bien-être » développées en Occident : relaxation, automédication, expression corporelle et psychothérapies alternatives… Méditation, qi gong, tai ji ou judo constituent de véritables « techniques de conscience du corps » et viennent nourrir des valeurs de bien être et de bien vivre .

Depuis un quart de siècle, les techniques de méditation bouddhistes d’Extrême-Orient, le qi gong, ou
encore le tai ji quan, font l’objet d’une appropriation culturelle de grande ampleur dans le monde occidental.
Tout comme les arts de combat en provenance de Chine et du Japon et le yoga avant eux, ces « techniques de
soi » ont d’abord influencé indirectement diverses pratiques de « bien-être » développées en Occident dans le
sillage de la contre-culture des années soixante : relaxation, automédication, expression corporelle et
psychothérapies alternatives… Méditation, qi gong, tai ji ou judo constituent de véritables « techniques de
conscience du corps », se fondant sur une conception globale et dynamique du corps, et viennent nourrir des
valeurs du bien être et du bien vivre.
Ce livre s’adresse aussi bien aux chercheurs en sciences cognitives travaillant sur la « cognition incarnée »
qu’aux professeurs d’EPS ou aux éducateurs.

Docteur en sciences cognitives, biologiste et sociologue des sciences, Benoit GRISON est maître de
conférences à l’université d’Orléans. Il s’intéresse depuis plusieurs années à l’anthropologie cognitive des
techniques du corps.
Sous la direction de Benoit GRISON, avec des contributions de Bernard ANDRIEU, Eric CAULIER,
Marceau CHENAULT, Bich-Ngoc DOAN, Benoit GRISON, Albin HAMARD, Michaël HILPRON et
Alexandre KLEIN.