Parution – Nouvelle revue Histoire, médecine et santé (numéro spécial Pudeurs, XVIe-XXe)

 Parution – Nouvelle revue Histoire, médecine et santé (numéro spécial Pudeurs, XVIe-XXe)

 

 Les membres du comité éditorial de la revue Histoire, médecine et santé, ont le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 1 de cette nouvelle revue d’histoire, dédiée aux recherches sur le corps, la santé et à la médecine (histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine / toutes aires culturelles).

Cette revue semestrielle (printemps-automne), éditée par Méridiennes (Framespa, Toulouse II), souhaite devenir un lieu d’échanges et de débats féconds ; nous vous invitons donc à nous contacter et à nous envoyer vos articles, propositions de dossiers thématiques et recensions.

Chaque numéro est constitué d’un dossier thématique contenant plusieurs articles de fond (5 à 6 articles), ainsi que des varia (2 à 3 articles). Une troisième rubrique « Sources et documents » propose des bilans historiographiques et méthodologiques sur des sources sollicitées par les historien-ne-s et laisse une large place à leur édition. Des comptes rendus d’ouvrages sont également proposés.

 

Pour plus de renseignements sur cette revue, veuillez vous reporter à l’adresse suivante :

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/publications/histoire-medecine-et-sante/

 

Ou contacter le secrétariat de rédaction à cette adresse : nahema.hanafi@gmail.com

 

Et enfin, pour vous abonner :

http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/boutique/spip/spip.php?article343

 

 

Le premier numéro propose un dossier thématique sur l’histoire de la pudeur (XVIe-XXe siècle).

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/sante-et-societe/histoire-medecine-et-sante-n-1-pudeurs-159089.kjsp?RH=1333370507443

 

SOMMAIRE (N°1 – Printemps 2012)

Editorial Pierre C. LILE

Dossier thématique : PUDEURS

Nahema HANAFI, Introduction. Pudeurs des souffrants et pudeurs médicales

Dominique BRANCHER, Splendeurs et misères des figures de style. Pudeurs du discours médical aux XVIe et XVIIe siècles

Elsa NICOL, Face aux cancers féminins : dévoiler et porter le fer (XIXe siècle)

Claire BARILLE, Les vaines pudeurs à l’hôpital (XIXe siècle)

Anne CAROL, Pudeurs et manipulations médicales du cadavre (France, XIXe siècle)

Cécile ESTIVAL, Incidences de l’imagerie médicale sur la pudeur dans la relation patients-soignants

VARIA

Jean-Christophe SANCHEZ, Observations des météores et médecine aux Temps Modernes

Alexandre KLEIN, Contribution à l’histoire du « patient » contemporain. L’autonomie en santé : du self-care au biohacking

SOURCES ET DOCUMENTS

Séverine PILLOUD, Récit du corps et de la maladie dans les lettres de consultation adressées au médecin suisse Samuel Auguste Tissot (1728-1797)

COMPTES RENDUS

Alexandre KLEIN – RIEDER Philip, La Figure du patient au XVIIIe siècle

Olivier MUNOZ – CHAMAK Brigitte, Cent ans de recherches en cancérologie : le rôle d’Antoine Lacassagne (1884-1971)

Laurence TALAIRACH-VIELMAS – ALBERTI Samuel J. M., Morbid Curiosities : Medical Museums in Nineteenth-Century Britain

Jean-Yves BOUSIGUE – DRULHE Marcel et SICOT François (dir.), La santé à cœur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin

Anaïs LEWEZYK – LE DOZE Camille, La puce. De la vermine aux démangeaisons érotiques

Editeur

Méridiennes (Framespa UMR 5136), meridiennes@univ-tlse2.fr

 

Fondateur et président d’honneur

Pierre C. Lile (CEHM/Framespa, Toulouse II)

 

Directeur de publication 

Didier Foucault (Framespa, Toulouse II)

 

Secrétaire de rédaction  

Nahema Hanafi (Framespa, Toulouse II / IUHMSP, Unil)

 

Comité de rédaction 

 

Claire Barillé (IDHE, Paris X)

Jean-Yves Bousigue (Framespa, Toulouse II)

Sylvie Chaperon (Framespa, Toulouse II)

Jean-Christophe Courtil (PLH, Toulouse II)

Anaïs Lewezyk (Framespa, Toulouse II)

Yves Lignereux (Framespa, Toulouse II)

Andrew Mendelsohn (Imperial College, Londres)

Evelyne Samama (IEC, Versailles Saint-Quentin)

Laurence Talairac-Vielmas (CAS, Toulouse II)

Bruno Valat (Framespa, Toulouse II)

Sophie Vasset (LARCA, Paris VII)

François Zanetti (CHISCO, Paris X)

 

Comité scientifique

Vincent Barras (IUHMSP, Unil)

Lawrence Brockliss (Magdalen College, Oxford)

Giulia Calvi (IUE, Florence)

David Cantor (NIH, Maryland)

Anne Carol (Telemme, Aix-Marseille I)

Hélène Cazes (University of Victoria)

Claire Crignon (CERSES, Paris IV)

Véronique Dasen (Université de Fribourg)

Paul Dutton (Northern Arizona University)

Claire Fredj (IDHE, Paris X)

Charles Hayter (University of Toronto)

Ilana Lowy (Cermes3, Inserm)

Rafael Mandressi (CNRS, Alexandre Koyré)

Karen Nolte (Institut für Geschichte der Medizin, Würzburg)

Concetta Pennuto (CESR, Tours)

John Pickstone (CHSTM, Manchester)

Séverine Pilloud-Savovic (HEdS-La Source, Lausanne)

Philip Rieder (Institut d’éthique biomédicale, UNIGE)

Jonathan Simon (S2HEP, Univ. Lyon I)

Georges Vigarello (EHESS, Centre Edgar Morin)

 

 

 

Appel à contribution – L’évaluation dans le champ de la santé

Appel à contribution – L’évaluation dans le champ de la santé

Journées doctorales de la formation SPPS

Santé Populations et Politiques Sociales

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Lieu : EHESS, 96, bd Raspail – Salle Lombard

Date prévisionnelle : 25 et 26 octobre 2012

Date limite d’envoi des propositions de communication : 10 juillet 2012

 

Dans le champ de la santé, l’évaluation est aujourd’hui aussi omniprésente que protéiforme : on évalue les politiques, les traitements, les outils et les établissements, mais aussi les pratiques des professionnels. Au-delà d’une dénomination commune, on peut légitimement se demander ce que partagent des pratiques aussi diverses que l’évaluation interne de la qualité des prestations d’un établissement médico-social à l’aune des recommandations de bonnes pratiques, l’évaluation coût-efficacité d’un traitement hospitalier, ou encore celle d’une campagne vaccinale. Et si l’on cherche des similitudes entre ces pratiques, on risque de les trouver avant tout dans les résistances qu’elles soulèvent, dans un champ où ce qui est visé en dernier ressort par l’évaluation, la santé, est souvent présentée comme incommensurable.

 

Les critiques et dénonciations de l’évaluation la tiennent souvent pour un dispositif «libéral» dont l’objectif exclusif serait l’amélioration d’un rendement. C’est oublier que de nombreux programmes d’action publique « réformistes », « progressistes », etc., y ont également eu recours, et continuent d’y recourir, dans le but affiché d’améliorer l’efficience et la qualité du service rendu aux usagers.

 

Dans tous les cas, puisque la pratique de l’évaluation implique de porter un jugement sur les effets d’une action – que ce soit l’action d’une molécule, d’une réforme hospitalière, ou encore d’une intervention sociale – elle recouvre nécessairement une dimension normative, même lorsque la norme en question n’apparaît pas explicitement, ou que ce caractère normatif est dissimulé derrière une apparence d’objectivité. L’un des ressorts de l’attraction qu’exercent dans le champ de la santé le modèle de l’essai contrôlé randomisé, ou les calculs coût-efficacité (et coût-efficience) vient de ce qu’ils organisent la délégation du jugement à des dispositifs dont on attend qu’ils apportent des preuves scientifiques d’où toute espèce de subjectivité semble avoir été consciencieusement exclue.

 

L’une des questions que nous souhaitons aborder au cours de ces journées d’études tient précisément au rôle que joue cette économie de l’objectivité, au delà même du recours effectif aux procédures d’évaluation expérimentales, dans la prolifération de l’évaluation en santé. Dans quelle mesure le champ de la santé diffère-t-il, sous ce rapport, d’autres champs plus ou moins intensément évalués ?

 

Par ailleurs, comme toute pratique dont les modalités sont susceptibles d’évoluer tout au long d’un processus mobilisant différents types d’acteurs, l’évaluation soulève des questions relatives à sa définition, à ses usages et à son appropriation. De l’interrogation initiale formulée par son « commanditaire » jusqu’à l’élaboration éventuelle de règles de bonnes pratiques – elles mêmes susceptibles d’être évaluées à leur tour, ponctuellement ou de manière récurrente – toute évaluation se charge d’enjeux divers et souvent contradictoires, qu’il convient d’analyser en fonction des positions respectives occupées par les multiples acteurs impliqués. Ces points ne sont évidemment pas exhaustifs. Des propositions de communication sont attendues sur les différents aspects relatifs aux logiques et méthodes de l’évaluation, autant que sur ses multiples enjeux pour les acteurs du champ de la santé.

 

 

Comité d’organisation :

Luc Berlivet, chargé de recherche au CNRS, CERMES3

Benjamin Derbez, doctorant en sociologie, EHESS-IRIS/INCa

Aurélien Féron, doctorant en histoire, EHESS-CERMES3

Jean-Paul Gaudillière, directeur de recherche INSERM/directeur d’étude EHESS, CERMES3

Elodie Janicaud, doctorante en sociologie, EHESS-IRIS

Alessandro Manna, doctorant en anthropologie, EHESS-IRIS

Victor Royer, doctorant en anthropologie, EHESS-IRIS

Oumy Thiongane, doctorante en anthropologie, EHESS-CNE

Gaëtan Thomas, doctorant en histoire, EHESS-CRH/CERMES3

Frédéric Vagneron, doctorant en histoire, EHESS-CRH

Juliana Veras, doctorante en sociologie, EHESS-CERMES3

Aude Wyart, doctorante en anthropologie, EHESS-IRIS

 

 

 

Contact et organisation :

Les propositions comprendront entre 3000 et 4000 signes.

v Elles préciseront :

§ le type de matériau mobilisé,

§ l’approche envisagée.

v Elles doivent être envoyées par courriel à l’adresse suivante : doctorantspps2012@gmail.com, au plus tard le 10 juillet 2012.

 

Les auteurs des propositions retenues en seront informés le 25 juillet 2012, ainsi que des modalités pratiques de la journée d’études. Ils auront jusqu’au 25 septembre 2012 pour envoyer le texte de leur présentation.

 

Pour toute autre information concernant cet appel à communication et les journées d’études, vous pouvez contacter les organisateurs à l’adresse suivante : doctorantspps2012@gmail.com.

Appel à communications – L’histoire des sciences de l’homme « par en bas »

Appel à communications – L’histoire des sciences de l’homme « par en bas »

 

Colloque – Université du Maine – Le Mans (France)

5-7 juin 2013

Depuis les années 1960, s’est développé en Grande Bretagne le projet d’une histoire « par en bas ». À une histoire traditionnelle focalisée sur les institutions et les grands hommes s’est substituée une histoire des pratiques et des résistances populaires auxquelles, par ce biais, une légitimité a été conférée. L’un des apports les plus précieux de cette démarche réside dans la manière de prendre au sérieux des comportements et des savoirs considérés comme marginaux ou irrationnels. Centrée sur des acteurs « modestes » ou « profanes » dont il s’agit de repenser l’action dans l’histoire, ce courant historiographique a contribué à renouveler l’histoire sociale et politique.

 

L’histoire des sciences n’est pas restée étrangère à ces nouvelles perspectives, particulièrement l’histoire de la médecine. En 1985, dans un article de référence, Roy Porter proposait de rompre avec une histoire monolithique centrée sur les découvertes techniques ou les gloires médicales et qui faisait peu de cas de pratiques populaires toujours repoussées hors du champ de la cure. Olivier Faure montrait par la suite à quel point l’initiative et la demande des patients s’avérait cruciale dans l’évolution du soin. Dans le même temps, des enquêtes portant sur une histoire des savoirs et des pratiques du point de vue des patients, réalisées à partir de sources multiples, notamment des écrits du fort privé et des correspondances de malades conservées dans les archives de médecins, tel Samuel Tissot, ont favorisé une relecture de l’histoire de la médecine « par en bas ». Ces approches multiples permettent de relativiser l’image d’une médicalisation linéaire et univoque, professionnelle et académique, et de réévaluer la capacité stratégique autonome des sujets.

Dans le champ des sciences expérimentales, les connaissances pratiques des artisans – que Robert Halleux nomme « le savoir de la main » dans un ouvrage de 2009 – constituent des formes d’essais, d’expérimentations sinon d’expériences. Botanique et zoologie se construisent aux XVIIIe-XXe siècles en regard des pratiques des jardiniers, horticulteurs ou agronomes, botanistes amateurs ou collectionneurs. Sociétés savantes, jardins botaniques, roseraies ou vergers sont autant de lieux où des acteurs non scientifiques observent les plantes et cherchent des moyens de maîtriser et d’expliquer leur développement ou leur hérédité. Leurs observations constituent souvent des arguments et des exemples mobilisés dans la construction des théories de l’évolution. Prendre en compte la manière dont des acteurs divers formalisent les savoirs implique ainsi de changer le regard qui voudrait faire de la pratique horticole une simple application de la science pour mettre l’accent sur les interactions fécondes qui s’établissent entre elles.

 

De nos jours, la question des « cultures savantes » dont peuvent disposer les acteurs non scientifiques et non institutionnels est devenue par ailleurs un enjeu social et politique, comme l’illustre le développement du rôle scientifique des associations de patients ou de parents de patients en médecine ou l’organisation de consultations citoyennes sur des questions relevant de choix techniques et scientifiques. C’est pourquoi il nous paraît intéressant d’étendre les perspectives de l’histoire « par en bas » aux sciences de l’homme et de la nature dans leur ensemble et d’ouvrir, à l’occasion de ce colloque, une réflexion collective sur ses implications méthodologiques et théoriques.

 

Perspectives privilégiées lors du colloque

 

La période chronologique considérée est celle de l’émergence des sciences de l’homme et de la nature dans leurs formes institutionnelles modernes (XVIIIe-XXe siècle). Les études portant sur le contemporain pourront être intégrées dans la mesure où elles comportent une dimension historienne.

 

Plusieurs pistes de recherche pourront être envisagées :

–       Une histoire des acteurs qui ne sont pas au cœur des institutions officielles de la recherche scientifique et une histoire des pratiques marginales (médecins généralistes, techniciens, artisans, amateurs, etc.).

–       Une histoire des médiateurs et des modes de circulation des savoirs (associations ou réseaux, médias généralistes et populaires, dictionnaires et encyclopédies, éditeurs, etc.).

–       Une histoire des « sujets » et des publics comme acteurs de la science et non comme simples « récepteurs » d’un savoir vulgarisé venu d’en haut.

–       Une histoire des modes d’appropriation des savoirs (résistances, transformations, etc.).

 

Ce colloque a également pour objectif de favoriser une réflexion collective d’ordre méthodologique qui pourra porter :

–       Sur les sources. Quelles archives sont mobilisables pour écrire une telle histoire (sources orales, correspondances, etc.) ?

–       Sur les problématiques classiques qu’une histoire des sciences « par en bas » contribue à renouveler et sur les perspectives neuves qu’elle ouvre.

–       Sur les frontières de cette « histoire par en bas ». Quels acteurs, quels groupes, quels types de savoirs peuvent être considérés comme relevant d’une histoire par en bas et, dans ce cas, selon quel point de vue les envisager ? Un cas limite intéressant est, par exemple, celui des médecins généralistes au sein de la médecine du XXe siècle. Quand et comment cessent-ils de relever d’une histoire de la médecine « par en haut », et selon quel point de vue les étudier dans la perspective d’une histoire « par en bas »?

–       Sur la meilleure échelle d’étude de ces acteurs et de ces pratiques. On pourra s’interroger notamment sur la relation entre histoire « par en bas » et microhistoire.

De telles réflexions méthodologiques n’ont pas été menées jusqu’à présent de manière collective. Ce colloque leur accordera une place importante.

 

Modalité de soumission des propositions

Les propositions de communication (2 500 caractères environ), présentant une dimension méthodologique et comportant une courte bio-bibliographie de l’auteur, devront parvenir aux organisateurs avant le 30 septembre 2012. L’acceptation des propositions sera notifiée par le comité scientifique en novembre 2012.

 

Lieu et organisation

Le colloque se déroulera à l’Université du Maine (Le Mans, France, http://www.univ-lemans.fr) les 5, 6 et 7 juin 2013.

Il est organisé par le Centre de recherches historiques de l’Ouest (CNRS UMR 6258, http://www.univ-rennes2.fr/cerhio).

 

Organisateurs et contacts

Cristiana Oghina-Pavie (CERHIO, Université d’Angers) cristiana.oghinapavie@gmail.com

Hervé Guillemain (CERHIO, Université du Maine) guiherv@club-internet.fr

Nathalie Richard ((CERHIO, Université du Maine) Nathalie.Richard@univ-lemans.fr