Journée d’étude – L’évaluation dans le champ de la santé

 

L’évaluation dans le champ de la santé

EHESS – 96, Bd Raspail – 75006 Paris

M° Notre-Dame-Des-Champs (Ligne 12) –  Bus 89 et 63

Salle Lombard

 

Le 25 octobre 2012 se tiendra à l’EHESS une journée d’étude consacrée à « L’évaluation dans le champ de la santé ». En s’intéressant tout d’abord à l’évaluation en tant que dispositif institutionnel, puis en s’interrogeant sur la dimension réflexive qui peut exister dans les pratiques d’évaluation, pour enfin aborder les usages stratégiques de l’évaluation, cette journée d’étude aura pour objectif d’alimenter la réflexion sur les logiques, les enjeux, et les effets de cette pratique, tout en se questionnant sur les spécificités dont elle se pare lorsqu’elle se déploie dans le champ de la santé.

PROGRAMME :

 

Accueil des participant-e-s (9h30)

 

Introduction (9h45-10h)

 Luc Berlivet (Chargé de recherche au CNRS – Cermes3)

 

1er Panel (10h – 12h30) :

« l’évaluation comme dispositif institutionnel »

Discutant : Nicolas Dodier (Dir. de recherche INSERM, Dir. d’études à l’EHESS – GSPM)

Modérateur : Gaëtan Thomas (Cermes3-Ehess)

Jean-Sébastien Alix  (Doctorant, Univ. Lille 3/CADIS-Ehess) : « L’évaluation dans les établissements sociaux et médicaux-sociaux (ESMS)  comme indicateur d’une transformation des modes de subjectivation »

Hugo Bertillot (Doctorant, Sciences Po-CSO) : « Indicateurs qualité, couplage organisationnel et auditabilité dans les hôpitaux. Gouverner à mi-distance ? »

Camille Boubal (Doctorant, Sciences Po-CSO) : « L’évaluation en prévention en santé publique, enjeux et tensions »

 

Discussion et débat avec la salle


 

12h30 -13h30 Déjeuner

2ème Panel (13h30 – 15h15) :

« Pratiques  de l’évaluation et réflexivité »

Discutante : Vololona  Rabeharisoa (Maître–assistante au CSI, Mines ParisTech)

Modérateur : Alessandro Manna (Iris-Ehess)

Frédéric Balard (Post-doctorant, Epsylon, Univ. de Montpellier–Inserm « Démographie et santé ») : « Évaluer une expérimentation de case management : l’exemple du projet Prisma-France »

Cécile Fournier (Doctorante, Paris XI-Cermes3): « Usages de l’évaluation autour d’un projet local de santé en soins primaires : des pratiques à la fois révélatrices d’enjeux et porteuses de transformations »

 

Discussion et débat avec la salle

15h15 Pause

3ème Panel  (15h30 – 17h15) : 

« Usages stratégiques de l’évaluation »

Discutant : Samuel Lézé (Maître de Conférence à l’ENS Lyon, C2so)

Modérateur : Victor Royer (Iris – Ehess)

Fanny Parent (Doctorante, Sciences Po Toulouse-LaSSP) : « Réflexions autour du rôle de l’évaluation dans le cadre de l’institutionnalisation d’une médecine non-conventionnelle en France : l’acupuncture ».

Audrey Petit (Doctorante, Sciences Po- CSO-CNRS) : « Évaluation et dynamiques professionnelles. Le cas de la médecine de la douleur »

David Sauzé (Doctorant, Ehess-CSE) : « L’évaluation des (psycho-) thérapies en psychiatrie : le cas de la psychanalyse »

 

Discussion et débat avec la salle

Fin: 18h15

 

Organisation : Benjamin Derbez (EHESS-IRIS/INCa) – Aurélien Féron (EHESS-CERMES3) – Elodie Janicaud (EHESS-IRIS) – Alessandro Manna (EHESS-IRIS) – Victor Royer  (EHESS-IRIS) – Oumy Thiongane (EHESS- Centre Norbert Elias) – Gaëtan Thomas (EHESS-CRH/CERMES3) – Frédéric Vagneron (EHESS/CRH) – Juliana Veras  (EHESS –CERMES3) – Aude Wyart (EHESS-IRIS)

 

Contact et informations: doctorantspps2012@gmail.com

Journée doctorale – Corps en défaut

« Corps en défaut »
Journée doctorale de l’Ecole Doctorale « Recherches en psychanalyse », Université Paris 7
Le Vendredi 19 Octobre
Université Paris Diderot, Salle des thèses –
Halle aux farines 10-16 rue Françoise Dolto,
9-15 esplanade Pierre Vidal-Nacquet

Paris, France (75013)

Entrée Libre
Présentation

Les premières doctorales de l’UFR d’Études psychanalytiques entendent mobiliser l’effort de recherche sur une tâche précise : déplier l’ensemble des figures par lesquelles le corps, en tant que lieu de manque, questionne tous les niveaux auxquels contribue le discours psychanalytique (psycho- pathologie, psychologie développementale, anthropologie, politique, etc.).

C’est que le corps dans sa relation au symptôme ne s’introduit pas dans la psychanalyse seulement comme destin (du conflit), mais aussi comme source (de la pulsion). De là découle la nécessité, pour la psychanalyse comme pour la psyché, de tenir l’articulation problématique entre structure fantasmatique et nature réelle du corps.

C’est ce qu’attestent, par exemple, certaines manifestations psychotiques, quand le corps se fait le lieu d’un déchainement de la jouissance, d’une faille où il s’exprimerait sans n’être aucunement assujetti à l’ordre du langage.

Corps qui questionne également la clinique traditionnelle des névroses, où il pointe pour le sujet le décalage, que Freud nomma castration, entre des potentialités physiologiquement finies (rapport déterminé à l’espace, au temps, à la naissance et la mort, à la partition sexuée du genre humain…) et la « toute puissance des pensées ».

Nous proposerons donc d’interroger la façon dont le corps donne à voir ou à entendre ses défauts (phénomènes psychotiques, pathologies s’exprimant sur le terrain somatique, défaillances corporelles), révélant, selon la voie qui va du pathologique au normal, qu’avoir un corps ne va pas de soi.

Programme


Ouverture

Modérateur : François Villa

9h  — Sophie de Mijolla, Christian HoffmannSara Piazza — Accueil et introduction

9h10 — Conférence d’ouverture

  • Simone Korff Sausse
    Corps en défaut ou corps alternatif ?

9h40 — Discussion

 

Corps et langage

Modératrice : Françoise Neau

  • 9h50 — Thomas Lepoutre
    Pour (ré)introduire le corps dans la psychanalyse
  • 10h10 — Yulia Popova
    Quand le verbe devient chair
  • 10h30 — Adèle Assous
    Un corps engagé dans une parole qui fait défaut

10h50 — Discussion

11h00 — Pause

 

Corps et psychose

Modérateur : Alain Vanier

  • 11h10 — Sarah Troubé
    Le corps de l’expérience psychotique
  • 11h30 — Laure Westphal
    La perversion comme mode de résolution de la dissociation
  • 11h50 — Alice Lebailly
    David Nebreda, autoportraits de l’informe

12h10 — Discussion

12h30  — Pause déjeuner

 

Corps et  trauma

Modératrice : Catherine Desprat­‐Péquignot

14h —  Conférence invitée

  • Marie Gaille
    Le corps : un objet « absent » des sciences humaines et sociales ?

14h30 — Discussion

  • 14h40 — Marco Araneda
    Le corps  comme  refuge,  le  refuge  comme  témoin : une figure  du corps dans l’œuvre d’Aharon  Appelfeld
  • 15h — Raphaëlle Bigex
    Du traumatisme au passage à l’acte : le corps pour seul témoin ?

15h20 — Discussion

15h30 — Pause

 

Corps et sexuation

Modératrice : Laurie Laufer

  • 15h50 — Jean Chambry
    De l’anorexie mentale au body building : l’identité masculine en question 
  • 16h10 — Manoel Madeira
    Le cas Raimundo

16h30 —Discussion

 

Corps, organes et  procréation

Modérateur : Drina Candilis

  • 16h40 — Vassiliki Simoglou
    Échecs de la FIV par don d’ovocytes ou l’enfant “but de la vie”
  • 17h — Diane Garnault
    Ectogenèse : objectif zéro défaut
  • 17h20 — Vincent Bourseul
    Le premier homme enceint

17h40 — Discussion

 

Conclusions de la journée

18h — Christian Hoffmann

 

Affiche corps en de_faut-1

Séminaire – La psychiatrie : des pratiques plurielles

Le Pôle 93 G06 de l’Établissement Public de Santé de Ville-Évrard et le CIRPHLES
(USR 3308, CNRS/ENS) sont heureux de vous inviter à
un séminaire animé par Saïd Chebili (psychiatre, secteur 93 G6) et Mireille Delbraccio (CNRS, CAPHÉS, USR CIRPHLES), intitulé
« La psychiatrie : des pratiques plurielles »
le 2e mardi de chaque mois
de 9h30 à 12h.


EPS Ville-Évrard

15-17 rue du Clos Bénard
93300 Aubervilliers
Salle de réunion

La prochaine séance aura lieu le mardi 9 octobre, avec une intervention de Saïd Chebili, intitulée : « Malaise dans la psychiatrie« .

 

séminaire_ 2012_2013_psychiatrie_1

Soutenance – Le frisson et le baume. Souffrantes et soignantes au siècle des Lumières

Nahema Hanafi a l’honneur et le grand plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse le samedi 17 novembre 2012 à 14h.

Le frisson et le baume. Souffrantes et soignantes au siècle des Lumières (France, Suisse)

Thèse en cotutelle internationale dirigée par Sylvie Mouysset (Université Toulouse II-le Mirail) et Vincent Barras (IUHMSP, Université de Lausanne)

Devant un jury composé de Mesdames et Messieurs les professeurs

Vincent Barras (IUHMSP, Université de Lausanne)

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie (Université de Picardie)

Sylvie Chaperon (Université Toulouse II-le Mirail)

Colin Jones (Queen Mary University, Londres)

Sylvie Mouysset (Université Toulouse II-le Mirail)

Danièle Tosato-Rigo (Université de Lausanne)

 

Bibliothèque d’Etudes Méridionales

56 rue du Taur

31 000 Toulouse

 

La soutenance sera suivie d’un pot de thèse.

Merci de me faire part de votre présence (nahema.hanafi@gmail.com)

Journées d’étude – Les territoires corporels des techniques – Socio-anthropologie de l’imagerie médicale et du diagnostic

Le groupe de travail Corps, techniques et société (Cetcopra  – AFS), organisera les 22 et 23 octobre 2012 deux journées d’étude transdisciplinaires et internationales sur le thème : Les territoires corporels des techniques – Socio-anthropologie de l’imagerie médicale et du diagnostic. Ces journées sont organisées dans le cadre du programme Les territoires corporels des techniques, financé par la politique scientifique de Paris1, et par Marina Maestrutti (marina.maestrutti@univ-paris1.fr), Caroline Moricot (caroline.moricot@univ-paris1.fr) et Valérie Souffron (valerie.souffron@univ-paris1.fr) (Maîtres de Conférences au Service Général des Sciences Sociales, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et  membres du CETCOPRA).

Trois questionnements seront abordés au cours de ces deux journées.

1. La question de la production des images :

Le développement de l’imagerie médicale et moléculaire passe par la possibilité de voir et de marquer les molécules : l’optique et la microscopie (microscopes con-focaux, vidéo-microscopes, mais aussi microscopes en champ proche, comme le microscope à force atomique), les logiciels de traitement des images, les techniques de marquage, peuvent entrer dans une catégorie de convergence instrumentale. L’utilisation de nano-objets, de l’informatique et de la physique permettent une observation « fine » des molécules in vitro et in vivo à l’échelle du nanomètre.

La démarche induite par le développement des autopsies par imagerie médicale, dites « virtuelles » autorise des interventions manuelles limitées sur les corps autopsiés, et un retour quasi indéfini sur les expertises produites.

Si les potentialités de visualisation fournies par les instruments et les nanodispositifs sont désormais susceptibles d’introduire une «téléréalité dans les cellules», que sait-on réellement de la fabrication des images, des processus par lesquels les différents acteurs (médecins, industriels, chercheurs…) élaborent les dispositifs qu’il faudrait mettre au point ? Quels imaginaires les animent : un désir de transparence, de conquête de terres inconnues…? Quels enjeux soulèvent ces nouveaux outils d’investigation du corps humain, en termes de territoires professionnels et d’orientations épistémologiques? Sous quelles formes représenter ce qu’on ne «voit» pas ? Quels sont les enjeux du dévoilement du fonctionnement corporel, du franchissement de l’intériorité du corps, jusqu’à la cellule? Comment représenter, mais aussi organiser et classer, ces nouvelles transparences du corps?

 

2. La question de la construction d’un regard :

 

La fabrication des images ne peut être dissociée de « la fabrique du regard » qui lit et interprète ces images. Comment donner du sens à l’image ? Jusqu’à quel point peut-on voir sans toucher : dans le cas de la chirurgie robotisée par exemple, ou dans celui des autopsies? Plus largement, quels sont les liens entre la vue et le toucher ? Qu’est ce que « voir » à travers les yeux d’une machine ? Par quels types d’apprentissage faut-il en passer : dans le cas des anatomopathologistes confrontés à la biopsie optique par exemple, dans celui des médecins légistes qui substituent le scanner au scalpel et à la scie? Quels sont les processus qui permettent de connaître, puis de reconnaître ce qui dans une image doit être identifié pour permettre le diagnostic? Jusqu’à quel point peut-on se « libérer de la matière » ? Autrement dit : comment les médecins passent-ils d’un travail sur l’image (à partir d’images construites, «manipulées» selon leurs propres termes) à un travail sur la « matière » que constitue le corps du patient? Et inversement ? Enfin, comment ces visions parcellaires transforment-elles les représentations du corps comme « tout » ? Les questions du changement d’échelle, mais aussi du rapport entre le visible immédiat et le visible reconstruit, entre les savoirs profanes et les savoirs experts, sont à poser, y compris du point de vue du patient, des familles, des jurés d’une cours d’assise.  La complexité technique ne supprime pas la médiation essentielle du regard.

 

2. La question du diagnostic :

 

Les techniques d’imagerie médicale ont profondément transformé le processus de diagnostic. Jusqu’à quel point l’image est-elle une preuve ? Comment de nouveaux standards du corps humain sont ils élaborés et partagés ? Est-ce que voir, c’est savoir, y compris pour des communautés d’experts?

Un corps rendu disponible à l’investigation « totale » pose aussi la question de sa normativité : les pratiques scientifiques et technologiques biomédicales, par exemple, reposent sur la notion d’anomalie, de pathologie, de standards, de moyenne, de mesure. Comment ces techniques médicales peuvent-elles fabriquer de nouvelles normes corporelles, voire d’autres rapports sociaux? Quelles nouvelles configurations du rapport entre médecin, patient, système de santé et système judiciaire se profilent-elles ?

Salle 1, Galerie Soufflot Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 12 Place du Panthéon, Paris (5e)

 

Journées d’étude internationales et transdisciplinaires

Les territoires corporels des techniques

Socio-anthropologie de l’imagerie médicale et du diagnostic

 

Lundi 22 octobre 2012

9h00-12h30 : IMAGES DU CORPS. UNE PERSPECTIVE SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE

(Modératrice : Marie-Christine Pouchelle)

– Marina Maestrutti, Caroline Moricot, Valérie Souffron, Cetcopra, Paris1

« Penser le concret par les images. Le projet « Territoires corporels des techniques »

– Séverine Rey, Haute Ecole de Santé Vaud (Lausanne), anthropologue, (Daniela Cerqui, Université de Lausanne,

anthropologue)

« Retour sur la Journée d’études « Regards croisés sur l’imagerie médicale », Université de Lausanne/Haute école de santé Vaud (Lausanne, 21 mars 2012) »

– Anne-Marie Moulin, CNRS, historienne de la médecine,

« L’imagerie et la nouvelle « fabrique du corps ». Représentations et pratiques dans la production et la

lecture en imagerie médicale »

14H00-18H00 : QUESTIONS D’IMAGE : PRODUCTION, INTERPRETATION, OBJECTIVITE

(Modératrice : Marie-Christine Pouchelle)

– Dr Pierre Validire, Département d’Anatomie Pathologique de l’Institut Mutualiste Montsouris, anatomopathologiste

« Production, construction, attribution de valeur et objectivité des images médicales dans le diagnostic »

– Dr Fabrice Dédouit, CHU Rangueil (Toulouse), AMIS, médecin légiste

« Les traumatismes balistiques vus par le radiologue médico-légal »

– Alexandre Dominguez, Haute Ecole de Santé Vaud-HES-SO (Lausanne), enseignant et manipulateur radio et

Audrey Rinaldi, Haute Ecole de Santé Vaud-HES-SO (Lausanne), manipulatrice radio

« Imagerie post mortem et implication du manipulateur: quid de la formation ? »

Barbara Pentimalli, Université de Roma Sapienza, sociologue, “Voir” les indices et les traces de l’erreur

médicale: radiologues et médecins légistes interprètent les images médicales

 

Mardi 23 octobre 2012

9h00-12h30 : NOUVEAUX TERRITOIRES DU CORPS

(Modératrice : Barbara Pentimalli)

– Guido Nicolosi, Université de Catane, sociologue

« Signe virtuel, perception réelle, action socio-technique incarnée(une lecture pragmatiste) »

– Stefano Crabu, Université de Padoue, sociologue

« De la molécule au patient: la nanomédecine, un nouveau ‘style de pratique’ en oncologie ? »

– Alessandro Mongili, Université de Padoue, sociologue et Mauro Turrini, Université de Padoue, sociologue

« Chromosomes virtuels et foetus réels. Une controverse clinique actuelle sur le diagnostic prénatal »

14H00-17H00 : SENS ET PRATIQUES AVEC LES IMAGES MEDICALES

(Modérateur : Guido Nicolosi)

– Séverine Rey, Haute Ecole de Santé Vaud-HES-SO (Lausanne), anthropologue et José Jorge, Haute Ecole de

Santé Vaud-HES-SO (Lausanne), technicien en radiologie médicale et professeur HES S2

« Voir, penser et faire par des images : la médiation technique à l’œuvre dans la pratique professionnelle des

technicien·ne·s en radiologie médicale (TRM) »

– Marina Maestrutti, Caroline Moricot, Valérie Souffron, Cetcopra, Paris1

« Conclusions et perspectives »

Discussion conclusive


Colloque pour le bicentenaire de Claude Bernard

Colloque pour le bicentenaire de Claude Bernard  22/01/2013 (9H-18H),  Ens, Salle Dussane, 45 rue d'Ulm

 "Claude Bernard : la méthode de la physiologie" (Organisateurs: Francois Duchesneau, Jean-Jacques Kupiec, et Michel Morange)
 François Pépin : "Claude Bernard : Le déterminisme biologique et le milieu intérieur" 
Stéphane Tirard : Claude Bernard et "les trois formes de vie" 
Laurent Loison : "Claude Bernard : Controverses sur la méthode dans les sciences du vivant. Physiologie, zoologie, botanique (1872-1931)." 
Jean-Gael Barbara : "Claude Bernard et ses élèves : continuités et évolutions dans la pratique de la physiologie" 
Denis Noble : "Claude Bernard et la biologie des systèmes" 
Jean Gayon : "Claude Bernard et l'héredite" 
Raphaèle Andrault : "Enjeux du vitalisme. La position de Claude Bernard" 
François Duchesneau : "Claude Bernard : théorie cellulaire et synthèse morphologique"


Soutenance de thèse – Médecine, sexualité et excision

Michela Villani soutiendra sa thèse intitulée « Médecine, sexualité et excision. Sociologie de la réparation clitoridienne chez des femmes issues des migrations d’Afrique subsaharienne » le 20 octobre à l’EHESS à 9h, salles 7 et 8, 105 bd Raspail, Paris

Jury :

Armelle Andro, maîtresse de conférence, Université Paris 1
Marc Bessin, chargé de recherche, CNRS Iris
Michel Bozon, directeur de recherche, INED (directeur de thèse)
Didier Fassin, professeur, Institute for Advanced Study de Princeton et directeur d’études, EHESS Iris
Delphine Gardey, professeure, Université de Genève (rapporteure)
Laurence Tain, maîtresse de conférence HDR, Université Lyon 2 (rapporteure)

Résumé :

Les « mutilations génitales féminines » sont une invention contemporaine. Elles deviennent un objet de débat politique à partir de la fin des années 1970. Le discours juridique et les formulations médicales s’imposent sur la scène internationale, suivis par le discours féministe. Ils tracent ensemble les contours d’un crime reconnu au niveau mondial. Originellement défini comme un problème de santé publique, l’excision du clitoris devient à partir de l’année 2000, l’objet d’une politique de réparation de la sexualité. En cela, la France est un cas unique, puisqu’elle reconnaît aux femmes excisées vivant en France le droit de voir leur clitoris réparé chirurgicalement. Cette chirurgie prise en charge et remboursée par l’Assurance maladie dès 2004 permet un accès égalitaire à cette innovation médicale et inscrit le droit à la réparation à l’intérieur des politiques sociales.
Sur la base d’un matériel empirique unique, centré sur l’observation ethnographique de deux services hospitaliers de la région parisienne, sur une analyse quantitative de l’ensemble des dossiers médicaux des patientes passées dans l’un des services hospitaliers depuis sa création et sur des entretiens approfondis avec 30 femmes qui se sont adressées à ce service, cette thèse restitue les logiques des deux acteurs impliqués dans la réparation : le corps médical et les patientes. Pour ces femmes issues de la migration d’Afrique subsaharienne, qui constituent un groupe très sélectionné parmi les femmes vivant en France ayant connu une excision, la réparation traduit une véritable recherche d’égalité dans la sexualité avec les femmes européennes non excisées. Du côté médical, les acteurs accèdent aux demandes de réparation des femmes capables de dénoncer une atteinte et de revendiquer un droit (« je veux qu’on me remette ce qu’on m’a pris »). La réparation clitoridienne constitue un exemple inédit de politique de réparation de la sexualité, au sein de laquelle la médecine, la sexualité, l’excision, les rapports entre un pays et les femmes de son ancien empire colonial, sont questionnés.

Contact :

michela.villani@ehess.fr

Séminaires – Corps vulnérables. Normes éthiques et politiques de l’intégrité corporelle et de la sexualité

Séminaire pluridisciplinaire organisé par
Sandra Boehringer (UMR 7044) et Estelle Ferrarese (UMR 7236)

Projet scientifique soutenu par le Conseil scientifique de l’Université de Strasbourg, l’UMR 7236 et le CNRS – GIS « Institut du genre »

Programme 2012-2013 :

. Lundi 1er octobre, 18-20h, salle blanche, Librairie Kléber
Rencontre avec Nancy Fraser (philosophe, New School for Social Research, New York), autour de : Le féminisme en mouvements, traduit de l’anglais par Estelle Ferrarese (La Découverte, 2012), discussion animée par Estelle Ferrarese et Sandra Boehringer.

. Lundi 22 octobre, 17-19h, Le Portique, salle 409
Conférence de Claude Calame (spécialiste de l’anthropologie historique de l’Antiquité, EHESS) : « Relations de sexe et identités de genre dans la poésie mélique grecque : la beauté érotique d’Hélène entre mythe et performance poétique » (invitation L. Quattrocelli, EA 3094)

. Lundi 5 novembre, 18-20h, salle Fustel, Palais Universitaire :
Conférence de Patricia Paperman (sociologue, Université Paris 8) : « Stigmates et genre : à propos du handicap »

. Jeudi 15 novembre, 11-13h, salle Afrique, Misha
Conférence de Charles Delattre (helléniste, spécialiste des mythes et de la mythologie, Université Paris Ouest-Nanterre) : « Corps récitant, corps chantant au Symposion »

. Lundi 26 novembre, 18-20h30, salle de conférences, Misha
Conférence de Thomas K. Hubbard (spécialiste de l’anthropologie historique de l’Antiquité, Université du Texas) : « Homosexualité grecque : la pédérastie et son évolution à Athènes »

. Lundi 3 décembre, 18-20h, salle de la table ronde, Misha
Conférence de Nathalie Zaccaï-Reyners (sociologue, Université Libre de Bruxelles) : « Travail sur / avec les corps : l’oubli de l’imagination morale dans la réflexion éthique et politique »

. Lundi et mardi 10-11 décembre, 9-17h, Misha
Séminaire de recherche en résidence : « Sexualité et vulnérabilité dans l’Antiquité »
avec Florence Bourbon (helléniste, Université Paris Sorbonne), Charles Delattre (spécialiste des mythes et de la mythologie, Université Paris Ouest Nanterre), Stavroula Kefallonitis (helléniste, Université de Saint-Étienne), Marine Chabrol (latiniste, Université de Lyon III), Peggy Lecaudé (latiniste, Université Paris Sorbonne), Luana Quatrocelli (helléniste, Université de Strasbourg), Sandra Boehringer (historienne, Université de Strasbourg), Estelle Ferrarese (sociologue, Université de Strasbourg)

. Mercredi 6 février 2013, 18-20h, salle de la table ronde, Misha
Conférence de Rainer Forst (philosophe et politologue, Université de Francfort) : « A Critical Theory of Vulnerability »

. Mercredi 20 février, 17-19h30, salle de conférences, Misha
Présentation du film La Tunique (Henry Koster, 1953) par Jacques Gaillard (écrivain et spécialiste de l’Antiquité) : « Le corps du héros, entre vulnérabilité et immortalité »

. Vendredi 22 février 2013, 14h-17h, salle 119, Palais Universitaire
NB. La date est susceptible d’être modifiée en fonction des dates de tournages de Claire Simon.
Séance autour du Planning familial : projection du film Les Bureaux de Dieu, en présence de la réalisatrice.
Table ronde avec la réalisatrice Claire Simon et Bibia Pavard, coauteure de Les lois Veil (Armand Colin, 2012) et auteure de Si je veux, quand je veux (PUR, 2012)

. Mercredi 20 mars 2013, 10-12h, salle 120, Palais Universitaire
Conférence de Florence Dupont (spécialiste de l’anthropologie historique de l’Antiquité, Université Paris 7 Denis Diderot) : « Le corps dans la tragédie grecque »

. Vendredi 31 mai 2013, 18-20h, salle blanche, Librairie Kléber :
« Corps, sujet, identité : qu’est-ce que l’individu ? », table ronde avec Claude Calame (spécialiste de l’anthropologie historique de l’Antiquité) et Jean Allouch (psychanalyste) animée par Sandra Boehringer

Contact :

sandra.boehringer@wanadoo.fr