Séminaire – Santé et Société (Framespa)

Programme du séminaire transversal de la thématique Santé et Société  (Toulouse II).


Jeudi 6 décembre 2012, Fonction de la thérapie religieuse dans la gestion des maladies psychiatriques et des troubles psychiques en Inde du Sud. Autour du film « Les rondes de saint Antoine à Puliyampatti » (en collaboration avec le LISST)

Jeudi 10 janvier 2013, Entre soignants et souffrants : espaces incertains (XVIIIe-XXIe siècle) (en collaboration avec le LISST)

Lundi 4 février 2013, Medical museums and anatomical collections (en collaboration avec le CAS et le Museum d’histoire naturelle de Toulouse)

Jeudi 21 février 2013, L’école médicale d’Edimbourg au XVIIIe siècle

Jeudi 21 mars 2013, La santé en chiffres (XXe siècle)

Jeudi 4 avril 2013, Médecine et sexualité masculine (en collaboration avec Arpege et la New York University of Paris)

Jeudi 18 avril 2013, Itinéraires exploratoires de la médecine du sport

Jeudi 23 mai 2013, Santé et société – Atelier jeunes chercheurs

 

Parution – Anthropologie & Santé

Parution – Anthropologie & Santé |  n°5, novembre 2012

 

Numéro coordonné par Sandrine Musso, Juliette Sakoyan et Stéphanie Mulot
La santé et la maladie font bouger, quelquefois voyager. Après avoir abordé les circulations des médecines, dans le numéro 3 de la revueAnthropologie & Santé, le dossier de ce numéro 5 est dédié plus spécifiquement à celles des professionnels de santé et des demandeurs de soins. Dans des espaces globalisés, les thérapeutes et les malades se mettent en quête de soins, à donner ou à recevoir, ce qui les pousse à se déplacer, à migrer selon les contraintes des cadres politiques et institutionnels des pays d’origine et d’accueil. Les contributions de ce dossier, qui abordent les cas des Comores, de la Guyane et du Québec, analysent ces circulations dans le cadre des relations néo-coloniales et des reconfigurations des rapports géopolitiques à l’échelle planétaire. Aussi, délaissant une vision idéaliste des compétences individuelles à la mobilité, elles privilégient une interrogation sur les inégalités qu’elles révèlent, et sur la place que la loi et le droit occupent désormais dans les projets d’émigration comme dans les conditions d’existence – de travail pour les professionnels, de prise en charge pour les malades – dans les sociétés d’installation.

SOMMAIRE

Parution – Early Science and Medicine

Parution – Early Science and Medicine

 

Early Science and Medicine, vol 17.4, 2012.
Alain Touwaide, “Introduction – Printing Greek Medicine in the Renaissance : Scholars, Collections, Opportunities, and Challenges,” pp. 371-377.

Donald F. Jackson, “Greek Medicine in the Fifteenth Century,” pp. 378-390.

Stefania Fortuna, “The Latin Editions of Galen’s Opera omnia (1490–1625) and Their Prefaces,” pp. 391-412.

Christina Savino, “Giovanni Battista Rasario and the 1562–1563 Edition of Galen: Research, Exchanges and Forgeries,” pp. 413-455.

Lorenzo Perilli, “A Risky Enterprise: The Aldine Edition of Galen, the Failures of the Editors, and the Shadow of Erasmus of Rotterdam,” pp. 446-466.

Parution – Female Patients in Early Modern Britain : Gender, Diagnosis, and Treatment

Parution – Female Patients in Early Modern Britain : Gender, Diagnosis, and Treatment

 

Wendy D. Churchill, Female Patients in Early Modern Britain : Gender, Diagnosis, and Treatment, Ashgate Pub Co, 2012.

 Wendy D. Churchill is Associate Professor in the Department of History, University of New Brunswick, Frederiction, Canada. Her research and publications in the social history of medicine have focussed on the themes of gender, race, and class in the context of early modern Britain and its empire.

This investigation contributes to the existing scholarship on women and medicine in early modern Britain by examining the diagnosis and treatment of female patients by male professional medical practitioners from 1590 to 1740. In order to obtain a clearer understanding of female illness and medicine during this period, this study examines ailments that were specific and unique to female patients as well as illnesses and conditions that afflicted both female and male patients. Through a qualitative and quantitative analysis of practitioners’ records and patients’ writings – such as casebooks, diaries and letters – an emphasis is placed on medical practice. Despite the prevalence of females amongst many physicians’ casebooks and the existence of sex-based differences in the consultations, diagnoses and treatments of patients, there is no evidence to indicate that either the health or the medical care of females was distinctly disadvantaged by the actions of male practitioners. Instead, the diagnoses and treatments of women were premised on a much deeper and more nuanced understanding of the female body than has previously been implied within the historiography. In turn, their awareness and appreciation of the unique features of female anatomy and physiology meant that male practitioners were sympathetic and accommodating to the needs of individual female patients during this pivotal period in British medicine.

Appel à contribution – Symposium on Reading and Health in Early Modern Europe, 1500-1800

Appel à contribution – Symposium on Reading and Health in Early Modern Europe, 1500-1800

Medieval and Early Modern Research Group, Newcastle University, United Kingdom 05-06 July 2013

This symposium will explore how early modern texts engage with the regulation of the body and mind through reading. It will investigate the connections between reading and health and consider how reading was understood as an embodied practice in the period with profound implications for both personal well being and conception of the healthy body politic.

We invite proposals that address the relationship between health and reading in any genre in print or manuscript in any European language. The genres might include medical, scientific, literary, religious, or pedagogical and rhetorical writings. We encourage proposals that recover diverse reading communities and practices and readers/hearers. We also welcome papers that consider problems of evidence: e.g. manuscript marginalia; print paratexts (and directions to readers); visual representations; non-material evidence (voice; gesture; touch).

Topics might include, but are not restricted to:

• Reading as therapeutic (devotional; recreational etc.)
• Reading medical writing
• The physiology of reading
• Reading and well-being
• Reading and disability
• Health and the senses
• Health as a literary theme
• Reading and the healthy body politic (censorship; free speech;
reading communities etc.)

300-word abstracts for 20-minute papers from individuals and panels (3 speakers) to be sent to the conference organisers – Jennifer Richards (jennifer.richards@ncl.ac.uk) and Louise Wilson (elw5@st-andrews.ac.uk).

http://www.ncl.ac.uk/niassh/readingandhealth.htm

The deadline for abstracts is Thursday, January 31st, 2013.

Journée d’études – Electricity and imagination

Journée d’études – Electricity and imagination 

5 December 2012, 9:00 a.m. – 5:00 p.m. 

Laboratoire SPHERE (University Paris Diderot 7 / CNRS)
Bâtiment Condorcet, 4 rue Elsa Morante, 75013 Paris
Room Mondrian 646A (6th floor)

organization: Pierre Cassou-Nogues, Viktoria Tkaczyk, Koen Vermeir
guest organizer: Christian Carletti

09:00 – 9:30
Koen Vermeir (SPHERE), Christian Carletti (SPHERE)
Electrical machines and imagination 

09:30 – 11:00
Paolo Brenni (National Research Council – CNR, Florence)
Fairies, Lightnings and Dynamos: Symbols and Allegories in the History of Electricity 

Ulf Otto (Stiftung Universität Hildesheim)
‘Pandora oder Götter-Funken’. Electricity as Pantomime 

11:00 – 11:30 break

11:30 – 1:00

Christine Blondel (Centre Koyré, Paris)
Which Representations for Electrical « Healing Machines » in Late 19th Century France: Between Scientific Precision, Consecration and Nightmare. 

Baptiste Brun (Paris Ouest Nanterre La Défense)
Art brut and electricity : an anti-modern iconography ? 

1:00 – 2:30 lunch

2:30 – 4:00

Remko Scha (University of Amsterdam)
Electric Power and the Human Body 

Sam Halliday (Queen Mary, University of London)
Bipolarity and Sexuality 

4:00 – 4:15 break

4:15 – 5:00

Laura Ludtke (University of Oxford)
Electric Lights, New Mesmerism, and the Spectacle of Science in Richard Marsh’s The Beetle’ (1897)

Parution – Les cliniques privées. Deux siècles de succès

Parution – Les cliniques privées. Deux siècles de succès

 

FAURE Olivier et DESSERTINE Dominique, Les cliniques privées. Deux siècles de succès, PUR, 2012.


 Décrire les cliniques amène à évoquer l’histoire des politiques hospitalières, celle de la mutualité et des congrégations religieuses, l’histoire politique et parlementaire des IVe et Ve Républiques. Dès la Révolution, des établissements privés variés répondent aux besoins croissants d’hospitalisation que l’hôpital public ne peut, ne veut ou ne sait satisfaire. Devenues concurrentes des hôpitaux publics, les cliniques accélèrent leur développement, en particulier grâce à une organisation syndicale efficace qui sait se faire entendre des pouvoirs publics. De ce dialogue émerge le compromis original actuel en France.

Entre commerce et Charité (1800-milieu XXe siècle)

  • Des maisons de santé aux cliniques chirurgicales
  • L’archipel confessionnel
  • Le grand essor des cliniques (1900-1949)

Entre liberté et surveillance (1945-milieu des années 1960)

  • Un contexte favorable (1945-1958)
  • Des contraintes limitées et stimulantes : agréments et conventions
  • Une longue décennie dynamique (1949-1963)

Entre politique hospitalière et stratégies d’entreprises (1958-1975)

  • Coordination et consolidation (1958-1970)
  • Hôpitaux et cliniques entre guerre et paix
  • Un nouveau contexte politique et économique (1970-1975)

Journée d’étude – Sans et passion au Moyen-Age

Journée d’étude – Sans et passion au Moyen-Age

Le sang occupe une place centrale dans la culture médiévale. Symbole de mort lorsqu’il s’échappe du corps en trop grande quantité, il peut être signe de péché et d’horreur, mais également d’alliance, de purification et de rédemption comme en témoignent la force de l’analogie entre le Sang du Christ comme symbole de sa Passion et la place dévolue au sang dans l’anthropologie médiévale des passions humaines. La journée d’étude voudrait envisager sous plusieurs angles ce rapport étroit entre le Sang et la Passion, le sang et les passions en recoupant l’aspect politico-social de la violence, celui religieux de la spiritualité et des représentations mentales, sans oublier la part essentielle des émotions.

9h00-12h30

Présidence : Christine Orobitg AMU, TELEMME

  • Jean-Hervé Foulon AMU, TELEMME, « La vision du sang entre violence et rédemption dans quelques sources narratives de l’an mil au milieu du XIIe siècle»
  • Elisabeth Lusset Paris X – Nanterre, « Cum sanguinis effusione. De l’importance du sang dans les violences commises par les clercs réguliers au bas Moyen Âge »
  • Laurent Smagghe Paris IV – Sorbonne, Des « veines grosses et pleines de sang » : convocation du fluide sanguin dans la représentation et l’expression des émotions princières à la fin du Moyen Âge
  • Franck Collard Paris X – Nanterre, « Rex abhorret a sanguine? Passions politiques et effusion de sang sous le règne de Charles VII »

14h00-17h00

Présidence : Jacques Dalarun IRHT

  • Serge-Thomas Bonino Institut catholique de Toulouse, « Rachetés par son sang. La Rédemption selon Thomas d’Aquin »
  • Benoît-Michel Tock Université de Strasbourg, « La mouche et le sang: l’importance de la pureté du sang dans les miracles eucharistiques »
  • Damien Boquet AMU, TELEMME, « Sang et passions des saintes femmes au XIIIesiècle »

Parution – Migration et système de santé vaudois du 19e siècle à nos jours

Parution – Migration et système de santé vaudois du 19e siècle à nos jours
Taline Garibian & Vincent Barras, Migration et système de santé vaudois du 19e siècle à nos jours, Lausanne, BHMS, 2012, 72 p.


Dans l’histoire sanitaire et médicale de ces cent vingt-cinq dernières années, la question de la migration concerne tout d’abord les médecins étrangers venus se former ou trouver refuge en Suisse, puis les maladies dont on craignait qu’elles ne mettent en péril l’état sanitaire des populations autochtones, enfin les immigrés et les réfugiés. Ces trois moments, conjugués sous la catégorie de l’Autre, se révèlent aujourd’hui fondamentaux pour la médecine contemporaine, reliant les trois éléments du triangle soignant-patient-maladie : l’Autre, source non seulement d’inquiétudes sanitaires et de mesures préventives, mais aussi, et surtout, de richesse culturelle et de réflexion formatrice.

 

Vous pouvez commander ce volume:

Colloque – Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires : concepts, méthodes et interventions

Colloque – Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires : concepts, méthodes et interventions

Le colloque international sur le thème « Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires : concepts, méthodes et interventions » a pour objectif de promouvoir le rapprochement entre chercheurs de sciences sociales et de sciences de la santé, élus locaux et acteurs des collectivités locales intervenant dans les champs de la santé.

Cette conférence a pour ambition d’interroger les relations entre dynamiques intra-urbaines et dynamiques sanitaires dans des contextes variés (France, Europe, pays du Sud/pays du Nord, pays émergents, pays en développement, etc.). Les objectifs sont de :

  • construire des ponts entre les disciplines scientifiques, des sciences de la santé aux sciences sociales, notamment l’urbanisme et la planification urbaine
  • engager un processus de collaboration entre acteurs, décideurs, collectivités locales, société civile et communauté scientifique
  • promouvoir des recherches scientifiques qui puissent aider et accompagner la décision politique

Le colloque comprendra 4 séances plénières et des sessions parallèles abordant 6 thèmes principaux :

  • 1. Disparités intra-urbaines et santé : quels sont les liens entre processus d’urbanisation et états de santé de la population? Dynamiques urbaines et dynamiques sanitaires ? Construction des villes et inégalités de santé? Peut-on parler de santé urbaine au travers de spécificités sanitaires des villes ? Quels sont les processus d’émergence ou de disparitions de maladies (transmissible ou non transmissible). d’offre, d’accès et de recours aux soins ?
  • 2. Urbanisation et système de soins : quels liens entre urbanisation et système de soins ? Quelles inégalités d’offre, de couverture et d’accès aux soins ? Quels sont les déterminants de l’accessibilité aux soins ? Quelle organisation spécifique des systèmes de soins en milieu urbain (soins primaires, démographie médicale, réseaux de soins, transports, financements, etc.) ?
  • 3. Urbanisation et système de santé : Comment favoriser les approches inter-sectorielles (habitat, école, mixité sociale, etc) pour améliorer la santé dans les villes ? Comment décider et orienter des politiques de santé dans la ville? Comment construire l’animation de cette politique ? Qui intervient ? Qui informe ? Quel contrôle et quelle évaluation des politiques locales de santé? Quelle démocratie sanitaire ?
  • 4. Veille et observation de la santé et de ses déterminants : quels systèmes d’information et d’évaluation ? Comment développer des approches systémiques des liens entre urbanisation et santé ? Pour quelles modélisations ?
  • 5. Les nouveaux enjeux et nouveaux défis en matière de santé : les systèmes de santé, face à la crise et aux politiques d’austérité : quels sont les risques de marginalisation et de creusement des inégalités ? Quels en seront les coûts sociaux et territoriaux ? Comment financer la santé aujourd’hui et demain ?
  • 6. Formation et compétences : Comment adapter la formation supérieure des professionnels de santé et des décideurs aux nouveaux enjeux de santé dans la ville ? Comment promouvoir l’éducation pour la santé et le renforcement des capacités professionnelles ? Comment favoriser la transmission des connaissances entre chercheurs et décideurs ?

Cet appel à contribution est ouvert aux chercheurs des sciences sociales et de la santé, aux élus locaux et à leurs collaborateurs, aux acteurs de santé publique, investis dans le champ de la santé dans les villes.

Modalités

  • Les propositions de communications ou de poster, seront proposés en 500 mots (Français ou Anglais).
  • Seront présentés la question traitée (parmi une ou  plusieurs thématiques proposées), la méthodologie utilisée, les résultats et les mots-clés.  La proposition sera accompagnée de la fiche de renseignements

Date limite de soumission : avant le 15 janvier 2013.

Soumission des résumés et demande de renseignements :Cities.health@yahoo.fr,

  • Les communications et seront sélectionnées par le comité scientifique dans la seconde quinzaine de janvier.

Les frais de participation au colloque sont de 350 euros par personne, incluant la participation aux séances, les déjeuners. En cas de difficultés pour vous acquitter de ces frais, merci d’en informer  les organisateurs à l’adresse suivante :coordination@espt.asso.fr

Comité scientifique

  • Bayad Viviane Centre National de la Fonction Publique Territoriale, France
  • Bacqué Marie Hélène Université Paris Ouest Nanterre la Défense, France
  • Barten Barten International Society for Urban Health (ISUH), Holland
  • Capon Tony Université Canberra, Australia
  • César Christine Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé, France
  • Charbit Yves Université Paris Descartes
  • Corburn Jason Université de Californie, Berkeley, USA
  • Corrado Pauli Libera Università IULM, Milano, Italy
  • Debionne François-Paul Communauté Urbaine de Strasbourg, France
  • Diez Roux Anna Université du Michigan, Conseil International pour la Science, USA
  • Dumas Agnès Institut Gustave Roussy, France
  • El Ghozi Laurent Association Elus, Santé Publique & Territoires, France
  • Fantini Bernadino Université de Genève
  • Fournet Florence Institut de Recherche pour le Développement, Burkina Faso
  • Haines Andy London School of Hygiene and Tropical Medicine, U.K
  • Handschumacher Pascal Institut de Recherche pour le Développement, France
  • Krafft Thomas Université de Maastricht, Union Géographique Internationale, Holland
  • Laabi Belkacem Université Mentouri, Constantine, Algérie
  • Lang Thierry Université de Toulouse, Haut Comité de Santé Publique, France
  • Laval  Christian Université Lyon II, France
  • Leroy Eric CIRMF, Gabon
  • Le Torrec Virginie Mairie de Saint-Denis, France
  • Levin Iliana European Academic Global Health Alliance, Germany
  • Michel Joubert Université Paris VIII, France
  • Moon Graham Université de Southampton, U.K
  • Nath Indira Institut National des pathologies, ICSU, Inde
  • Nguendo Yongsi Blaise Université de Yaoundé, Cameroun
  • Niang-Diene Aminata Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal
  • Ompad Daniele International Society for Urban Health, New York University, USA
  • Parnell Sue  Université Cape Town, ICSUH, Afrique du Sud
  • Perrey Christophe Institut National de Veille Sanitaire, France
  • Pilot Eva Université de Maastricht, UGI, Holland
  • Potvin Louise Université de Montréal, Canada
  • Rovere Olivier Plateforme nationale de ressources des ASV, France
  • Salem Gérard Université Paris Ouest Nanterre la Défense- IRD- ICSU, France-Sénégal
  • Waleska Caiaffa Université Fédérale du Minas Gerais, ISUH, Brésil

Atelier – Intégration corporelle de la technique

Atelier – Intégration corporelle de la technique

Partants d’une réflexion sur les prothèses robotiques du membre supérieur et les problèmes de non-utilisation de ces dispositifs encore imparfaits, souvent développés et pensés en tant qu’objets techniques seuls, nous avons entrepris d’engager un débat transdisciplinaire sur l’intégration corporelle de la technique. De nombreuses questions se posent à propos de l’intégration corporelle d’outils  prothétiques complexes et automatisés, interagissant de manière plus  ou moins intime avec notre corps pour compenser des déficiences. Comment sont ils appris, utilisés ? comment affectent ils le corps et le schéma corporel ?

ANNONCE

Workshop « Intégration corporelle de la technique », Paris, Université Pierre et Marie Curie, Jussieu (Salle 211: Tour 55,   2ème étage, couloir 55-65).

  • Date : Jeudi 29 et Vendredi 30 Novembre 2012
  • Organisé par : N. Jarrassé (ISIR, UPMC), M. Maestrutti, (CETCOPRA,  Univ. Paris Panthéon Sorbonne) et A. Roby-Brami, (ISIR, UPMC)
  • en collaboration avec V. Donzeau Gouges (CEDRIC/ISCC) et E. Kleinpeter (ISCC-CNRS), B. Brémont (INSHS-CNRS) .
  • Dans le cadre de Défi SENS (mission pour l’interdisciplinarité du  CNRS) et de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS avec le soutien du GDR Stic Santé.

Présentation

Partants d’une réflexion sur les prothèses robotiques du membre supérieur et les problèmes de non-utilisation de ces dispositifs encore imparfaits, souvent développés et pensés en tant qu’objets
techniques seuls, nous avons entrepris d’engager un débat  transdisciplinaire sur l’intégration corporelle de la technique. Les  prothèses sont un cas particulier d’outils qui permettent de  développer des interactions fonctionnelles avec son environnement et  donc l’usage quotidien parait intuitif. Toutefois de nombreuses questions se posent à propos de l’intégration corporelle d’outils  prothétiques complexes et automatisés, interagissant de manière plus ou moins intime avec notre corps pour compenser des déficiences.

Comment sont ils appris, utilisés ? comment affectent ils le corps et le schéma corporel ? L’ambition du workshop est de « confronter » les visions des différents domaines (robotique, sciences de la vie, clinique, sciences humaines et sociales) afin de susciter une réflexion élargie multi-disciplinaire. La réflexion portera sur les questions d’intégration aussi bien des prothèses robotiques que de tous les dispositifs techniques embarqués, même simples (outils mécaniques). Nous tenterons d’interroger les similarités entre les phénomènes d’intégration corporelle d’un dispositif technique et de « réintégration » corporelle à la suite d’une déficience . Nous nous focaliserons sur les dispositifs prothétiques touchant en particulier la manipulation, plutôt que ceux potentiellement destinés à une augmentation des capacités de sujets valides.

Forme : Workshop sur 2 jours ; 14 conférenciers invités présenteront leur vision durant 30 minutes (+ 15 minutes de question/débat). Le programme fera une large part aux discussions en particulier dans le cadre du Défi-Sens (Pascal Sommer). Les débats seront également articulés avec le colloque l’homme augmenté programmé le 14 décembre (V. Donzeau Gouges (CEDRIC/ISCC) et E. Kleinpeter (ISCC-CNRS), B. Brémont (INSHS-CNRS)).

Contact et information ict2012 [at] isir.upmc.fr

Le site pour les journées est en ligne à l’adresse : http://ict2012.isir.upmc.fr

Programme

JEUDI 29 NOVEMBRE

SESSION 1 : OUTILS ET TECHNIQUE

  • Blandine Bril (GRAC, EHESS), « Pour une approche fonctionnelle de l’utilisation d’outil. »
  • Alessandro Farne (Centre des neurosciences de Lyon), « Hand a tool and go beyond your body.»
  • Thierry Pillon (Univ. de Rouen), « Représentation du mouvement dans la conception des prothèses de la main au début du XXe siècle. »
  • Pr Jean Paysant, (Institut Régional de Réadaptation, Nancy) « Niveau d’utilisation et de performances chez les amputés de membres appareillés : constats d’expérience clinique.»

12h45-14h00 : Buffet / Session Poster

SESSION 2: CONTRÔLE MOTEUR, PROTHÈSES ET IMPLANTATION

  • Aymar de Rugy (Centre de Neuroscience Sensorimotrice, Univ. du Queensland, Australie)« Optimisation du contrôle des muscles pour les neuroprothèses. »
  • Christine Azevedo Coste (LIRMM Montpellier), « Neuroprothèses pour la suppléance et la rééducation fonctionnelle : une cohabitation entre vivant et artificiel »
  • Jozina de Graaf, (Institut des Sciences du Mouvement, Marseille), « Pouvons-nous améliorer le contrôle des prothèses myoélectriques en prenant en compte les réorganisation neuromusculaires après une amputation ?»
  • Pascal Giraux (Laboratoire de physiologie de l’exercice, Univ. Jean Monnet, St Etienne), « La motricité du membre fantôme: la perception réelle d’un corps absent »

17h15-18h15 : Discussion

VENDREDI 30 NOVEMBRE

SESSION 3 : RÉAPPROPRIATION DU CORPS HANDICAPÉ

  • Eve Gardien, (Centre Max Weber, Univ. Lyon 2), « Hominisation, extériorisation technique et chute hors de la condition humaine – De l’exemple du lève-personne »
  • Damien Issanchou, (Santesih, Univ. Montpellier 1), « Définition des frontières entre compensation du handicap et amélioration de l’humain: analyse des débats autour du cas d’Oscar Pistorius. »
  • Axel Guioux (CREA, Univ. Lyon 2.), Evelyne Lasserre (S2HEP, Univ. Lyon 1), « Des mondes par procuration : Corps, handicap et jeux vidéo »

12h45-14h00 : Buffet / Session Poster

SESSION 4: ACTION, PERCEPTION, ÉNACTION

  • Vincent Hayward (ISIR Univ. Pierre et Marie Curie), « Illusions perceptuelles reliées au toucher et leurs applications »
  • Charles Lenay (Costech, UTC), « Appropriation individuelle et adoption sociale des techniques : proposition méthodologique »

15h30-16h00: Intervention sur les défiSENS, par Pascal Sommer et Brigitte Mourot(coordinateur et manager défi-SENS)

Parution – Social history of medicine

Parution – Social history of medicine

Volume 25 Issue 4 October 2012

    • John C. Burnham, The Death of the Sick Role
    • Victoria Sparey, Identity-Formation and the Breastfeeding Mother in Renaissance Generative Discourses and Shakespeare’s Coriolanus
    • Hilary Powell, The ‘Miracle of Childbirth’: The Portrayal of Parturient Women in Medieval Miracle Narratives
    • Arthur McIvor, Germs at Work: Establishing Tuberculosis as an Occupational Disease in Britain,c.1900–1951
    • Mónica García, Producing Knowledge about Tropical Fevers in the Andes: Preventive Inoculations and Yellow Fever in Colombia, 1880–1890
    • Tom Feeney, Church, State and Family: The Advent of Child Guidance Clinics in Independent Ireland
    • Clare Parker, From Immorality to Public Health: Thalidomide and the Debate for Legal Abortion in Australia

Atelier Genre, normes procréatives et périnatalité

Atelier Genre, normes procréatives et périnatalité

Coordinatrices : Julie Ancian (IRIS/Cermes3, EHESS), Marie Mathieu (CSU-CRESPPA, Paris 8), Lucile Ruault (Ceraps, Lille 2), Anne-Sophie Vozari (IRIS, EHESS)

Présentation :

Ce nouvel atelier inséré dans le Réseau Santé Société s’adresse aux jeunes chercheur.e.s (masterant.e.s, doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s) désireux/ses de partager, dans un cadre bienveillant, leurs questions de recherche relatives au domaine de la procréation.
Nous vous proposons d’inaugurer nos échanges autour d’une réunion de lancement le jeudi 15 novembre de 10h30 à 12h en salle 587 (5ème étage, aile droite), 190 avenue de France – 75013. Cette réunion sera l’occasion de nous présenter et d’élaborer collectivement un programme de travail.

Visant à la constitution d’une dynamique collective de travail autour de recherches en cours approchant de près ou de loin la procréation, ce nouvel atelier de jeunes chercheur.e.s en sciences sociales (anthropologues, historien.ne.s, sociologues, politistes, …) propose de mutualiser pratiques de recherche et connaissances théoriques autour des questions relatives à la régulation des naissances, la (non) maternité/paternité, l’accès (ou non) à la parentalité et plus globalement leur encadrement normatif et institutionnel. Doctorantes en sociologie et science politique, convaincues du caractère heuristique de l’usage systématique des lunettes du genre pour étudier l’engendrement et l’enfantement, nous proposons de travailler ensemble les dimensions sexuées et hétéronormées de la procréation. Nombreux sont d’ailleurs aujourd’hui les travaux sur « la production des enfants » (NQF, Vol.30) allant dans ce sens et dont la multiplication récente semble témoigner d’un regain d’intérêt pour ces objets. Il nous semble qu’examiner les relations qu’entretiennent genre et normes procréatives ne peut faire l’économie d’une prise en compte des rapports sociaux de sexe mais aussi de leurs imbrications avec d’autres rapports sociaux (classe, race, âge, sexualité,…). Etre attentif.ve.s à la manière dont ces rapports sociaux s’articulent et se combinent, nous permettra de comprendre la façon dont les inégalités en matière de travail reproductif (relevant particulièrement de la production, l’élevage et l’éducation des enfants) sont reconduites.
Puisqu’elle ne produit pas nécessairement des enfants, la procréation est ici entendue au sens large et renvoie tout autant à la question de la gestion de la fécondité (contraception, avortement, accouchement sous X) qu’à celle des échecs de reproduction (fausse couche, IMG, etc) y compris médicalement assistée. En ce sens, nous inclurons dans notre réflexion les modalités de régulation des naissances et les normes qui les sous-tendent, notamment la norme contraceptive et la norme procréative qui définissent les « bonnes » conditions et la « bonne » temporalité pour avoir un enfant. Si la contraception permet aujourd’hui de dissocier sexualité et reproduction et d’envisager l’entrée en parentalité comme résultant d’un choix, celle-ci n’en demeure pas moins fortement normée : davantage planifiée voire programmée, la procréation n’est plus seulement pensée dans l’intérêt des femmes mais surtout des enfants (Garcia, 2011). Les normes procréatives sont liées à un ensemble d’injonctions – souvent contradictoires – qui prescrivent et proscrivent des règles de santé (suivi gynécologique, suivi de grossesse) et des conduites familiales (injonction à la parentalité, à la maternité, à l’hétérosexualité, à la conjugalité, à la « conciliation »). Néanmoins, nous gardons également à l’esprit que les processus de prise de décision relatifs aux questions de procréation n’ont pas seulement à voir avec les normes médicales et familiales. Il convient également de prendre en compte les contraintes et événements biographiques qui peuvent peser sur les individu.e.s.
Enfin, nous avons choisi d’ancrer nos réflexions dans l’espace de la périnatalité (de la conception jusqu’à la prime enfance) afin de ne pas négliger le poids des dispositifs institutionnels dans l’encadrement de la procréation, de la naissance (comme de son refus ou de son échec) et de l’accès à la parentalité. Ces expériences a priori privées mobilisent des dimensions éminemment politiques, tant elles sont encadrées (gouvernementalité et médicalisation des corps, mais également psychologisation de l’enfantement) par les instances publiques via leurs agents, et plus particulièrement les professionnel.le.s de santé ou du médico-social, exerçant, en outre, des métiers fortement sexués sur lesquels nous souhaitons porter notre intérêt (sages-femmes, auxiliaires puéricultrices, infirmières-puéricultrices, psychologues et psychiatres de maternité, pédiatres…). Il s’agira par ailleurs de nous intéresser aux réticences, résistances et stratégies d’évitement des femmes et hommes face à ces cadres et aux normes qu’ils véhiculent.
L’atelier se composera de demi-journées thématiques, pensées comme des tables rondes, qui auront lieu toutes les six semaines. Suite à deux ou trois présentations de jeunes chercheur.e.s d’une vingtaine de minutes, les communications seront discutées transversalement par l’un.e. d’entre nous ou un.e chercheur.e confirmé.e. Quel que soit l’état d’avancement de vos travaux sur ces questions, vous trouverez dans cet atelier un espace propice à la réflexion. Que vous souhaitiez présenter votre projet de master, de thèse ou de post-doc, un article en cours d’écriture ou simplement soumettre à la discussion un point problématique dans votre recherche, cet atelier vous est ouvert. Nous clôturerons chaque séance sur un temps d’échanges de « ficelles », savoirs et savoir-faire, et d’informations sur l’actualité de la recherche (séminaires, journées d’études, colloques, appels à contribution ou à communication, publications).

Contact :

GNP.santeetsociete@gmail.com

Parution – Corps en tous genres

Anne Fausto-Sterling, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l’épreuve de la science, La Découverte, 2012, 400 p.

 

« Il y a deux sexes ! » Ce serait un fait de nature. La biologiste Anne Fausto-Sterling défait cette fausse évidence du sens commun, fût-il scientifique. N’y en aurait-il pas cinq, voire plus ? Ironique, cette proposition n’en est pas moins sérieuse : pour les intersexes, ni tout à fait garçons ni vraiment filles, il en va de leur vie. Va-t-on les faire entrer de force, par la chirurgie, dans l’une ou l’autre catégorie ? Et, quand ils envoient des messages différents, qui, des chromosomes, des hormones, du cerveau ou du squelette, aura le dernier mot ?
L’enjeu, ce sont les exceptions mais aussi la règle, à savoir tout le monde ! Le partage entre deux sexes est toujours une opération sociale. C’est bien la société qui tranche dans les variations attestées pour donner un sexe au corps. Et quand le médecin ou le savant parlent sexe, ou sexualité, c’est encore la société que l’on entend. Loin d’être neutre, la science est donc toujours située : telle est l’une des leçons de cet ouvrage, devenu un classique depuis sa publication aux États-Unis en 2000.
La critique du biologisme par une scientifique du sérail trouble nos oppositions convenues – entre genre (social) et sexe (biologique), entre culture et nature. Ainsi ne pourra-t-on plus dire qu’il faut choisir entre féminisme et science.

Parution – Penser le corps au Maghreb

Mona Lachheb (dir.), Penser le corps au Maghreb, Khartala, 2012, 288 p.

 

Ce livre traite du corps socialisé, que l’on habite et qui vous habite. Le corps que l’on regarde, que l’on danse, que l’on promène, que l’on photographie, que l’on écrit, que l’on touche, que l’on domine. Le corps vécu y est décrit dans ses expressions quotidiennes : selon la doctrine musulmane et les proverbes ou dictons populaires, à travers le culte du Saint et la spiritualité du Cheikh, par la transe et la communication avec l’au-delà, dans la déambulation de l’espace public, au hammam comme lieu de parole et d’expression du plaisir corporel, sous le hijab et le corps voilé et stratégiquement protégé du regard de l’homme.
Le corps dominé est évoqué lors des illégitimes flâneries de femmes dans la rue. Mais c’est aussi le corps violenté. Violence symbolique par l’assignation d’une identité sociale au corps biologique. Violence physique du contrôle familial de la virginité, de l’excision et de l’amputation du désir, de la sexualité annexée et du corps féminin stigmatisé par le corps masculin.
Le corps représenté est traité au prisme des arts qui en proposent une lecture critique et sublimée, voire transgressive : la danse contemporaine comme rejet des codes identitaires nationaux, la photographie comme témoin des transformations du corps social colonisé et des patrimoines à réhabiliter, le cinéma comme mise en images du corps intériorisé, la littérature et la poésie comme expressions du corps transfiguré. Puisant ses exemples dans des sociétés du Maghreb (Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie), cet ouvrage s’interroge particulièrement sur la rencontre et sur la cohabitation souvent inégalitaires entre les corps masculin et féminin.