Séminaire – Empirisme (Locke, Medicine and Empiricism)

Université de Paris I – Université de Paris IV – ANR Anthropos 

Séminaire « Empirisme 

Première année : la science

Séminaire organisé par André Charrak, Claire Crignon et Laurent Jaffro

Prochaine séance : 

24 avril, 18h30-20h30

Jonathan Craig Walmsley : sur les manuscrits médicaux de John Locke : : « Locke, Medicine and Empiricism ».

Les séances se tiennent le mercredi, de 18h30 à 20h30

au centre Michelet, salle 101

3, rue Michelet, 75006 ; RER Port-Royal

Contacts : charrak@mac.comclaire.crignon@paris-sorbonne.fr jaffro@univ-paris1.fr

Journée d’étude – Écrire l’histoire du pénis à l’époque moderne et contemporaine

« Écrire l’histoire du pénis à l’époque moderne et contemporaine » – journée d’étude sous la direction de Christelle Taraud & Régis Revenin.

 

24 mai 2013

10 heures-18 heures

New York University in France

56 rue de Passy

Paris 16e

 

Cette journée est organisée par Régis Revenin (Université Paris 1) et Christelle Taraud (NYU in France) dans le cadre du séminaire « Approches historiques des sexualités », soutenu en 2012-2013 par le Centre d’histoire du 19e siècle (Paris 1-Paris 4), le Centre d’histoire sociale du 20e siècle (Paris 1-CNRS), le laboratoire Framespa (Toulouse 2-CNRS) et par New York University in France.

 

** L’accès à la journée est libre et gratuit, mais les places étant limitées, il est nécessaire de s’inscrire auprès de Christelle Taraud : christelle.taraud@wanadoo.fr

Les recherches historiques sur la masculinité et la virilité (françaises) se sont certes développées ces dernières années , mais les hommes restent encore un impensé, le point aveugle des discours et des travaux sur le genre et la sexualité. Bien que le pénis symbolise ou soit souvent associé à l’homme, les sciences humaines et sociales ne s’y sont, pour l’heure, pas vraiment intéressés de manière spécifique. Souvent écrits par des urologues, des sexologues ou des psychiatres, les essais consacrés aux organes génitaux masculins en méconnaissent souvent la dimension historique, politique, sociale. De leur côté, dans une perspective de genre, les historien.ne.s se sont surtout penché.e.s sur la sexualité et son contrôle social, mais le corps sexué, tout comme la réalité des pratiques sexuelles, restent peu explorés. Pourtant les organes génitaux masculins sont des territoires essentiels de la production des normes de genre et des normes sexuelles.

C’est pourquoi, lors de cette journée d’étude parisienne, nous désirerions dresser un premier bilan des réflexions et des travaux sur cette question – terminés ou en cours –, produits dans le champ historique, sans toutefois en exclure les autres approches en sciences humaines et sociales.

 

** Programme **

 

10h-10h05 : ouverture par Christelle Taraud, professeure d’histoire à New York University en France.

 

10h05-10h15 : introduction par Régis Revenin, docteur en histoire de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

 

10h15-10h45 : Didier Foucault, « Le pénis en littérature, des fabliaux aux romans libertins des Lumières : représentations, fantasmes, substituts ».

Didier Foucault est professeur d’histoire à l’Université Toulouse 2.

 

10h45-11h15 : Stanis Perez, « Du phallus conquérant au phallus défaillant : relecture(s) de l’absolutisme louis-quatorzien ».

Stanis Perez est coordonnateur de recherche MSH-Paris Nord « Corps et politique » et chargé de cours à l’Université Paris 13.

 

11h15-11h35 : discussion avec la salle.

 

11h35-12h05 : Guillaume Garnier, « La masculinité à l’épreuve du sommeil et des rêves : le pénis inhibé et réprimé (18e-19e siècles) ».

Guillaume Garnier est docteur en histoire et ATER à l’Université d’Angers.

 

12h05-12h35 : Anne Carol, « Le crime de castration : glissement, évolution et tentative de typologie (France, 19e siècle) ».

Anne Carol est professeure d’histoire à l’Université d’Aix-Marseille.

 

12h35-12h55 : discussion avec la salle.

 

** Pause.

 

14h30-15h : Brice Chamouleau, « La dangerosité sociale et le pénis : mutation du genre masculin dans l’Espagne postfranquiste ».

Brice Chamouleau est membre scientifique de l’École des hautes études hispaniques et ibériques de la Casa de Velázquez et doctorant à l’Université Bordeaux 3.

 

15h-15h30 : Claudine Le Pallec-Marand, « Quand des Nouvelles Vagues regardent en face leur pénis (1975-1976) ».

Claudine Le Pallec Marand est docteure en cinéma et chargée de cours en esthétique à l’Université Paris 8.

 

15h30-15h50 : discussion avec la salle.

 

16h : pause.

 

16h15-16h45 : Sabrina Bouarour, « Dire le sexe et ses pratiques de 12 ans à 87 ans, d’après Journal d’un corps de Daniel Pennac ».

Sabrina Bouarour est étudiante en littérature et cinéma à l’ENS Ulm et journaliste au Monde Académie.

 

16h45-17h15 : Yannick Le Hénaff, « L’agrandissement de pénis : sociologie d’une controverse médicale ».

Yannick Le Hénaff est maître de conférences en sociologie à l’Université de Rouen.

 

17h15-17h35: discussion avec la salle.

 

17h35-18h : conclusion de la journée par Sylvie Chaperon, professeure d’histoire à l’Université Toulouse 2.

Colloque – La fabrique du soignant

Colloque – La fabrique du soignant

Colloque du Centre Georges Chevrier

L’objet de ce colloque est de renouveler le questionnement sur la fabrication des soignants, d’après l’expression de E. C. Hughes. Si ce dernier a bien montré comment l’activité et la culture façonnent le médecin, en est-il de même pour toutes les professions soignantes ? Ainsi on peut se demander pourquoi certains décident de devenir kinésithérapeutes quand d’autres préfèreront devenir aides soignants. Pourquoi ce choix et qu’est-ce qui le détermine ? De même, à profession identique, qu’est-ce qui préside au choix de tel ou tel segment ? En bref, comment se transmet ce « être soignant » ?

Jeudi 13 juin 2013

9h00 – Accueil des participants

9h15 – Mot du Président de l’Université de Bourgogne, Alain Bonnin & mot du directeur du Centre Georges Chevrier, Bertrand Tillie

09h30 – Emmanuelle Zolesio, Post doc en sociologie, GRESCO, Lyon – La socialisation chirurgicale, un apprentissage par claques
10h00 – Sophie Divay, MCF en sociologie, CEREP, Reims – La fabrication en situation de travail du petit personnel soignant

10h15 – Pause

10h45 – Michel Castra, MCF en sociologie, Clersé, Lille – Devenir soignant en soins palliatifs. Logiques d’engagement et identités professionnelles
11h15 – Ivan Sainsaulieu, Professeur de sociologie, Clersé, Lille – La fabrication du collectif soignant : des conditions particulières de la mobilisation collective à l’hôpital

11 h 45 – Discussion

14h00 – Lucile Girard, Doctorante en sociologie, CGC, uB – Instituts de Formation en Soins Infirmiers : l’influence de la formation sur le devenir des professionnels
14h30 – Géraldine Bloy, MCF en sociologie, LEG, uB – A quoi bon former des médecins généralistes ?

15h00 – Pause

15h15 – Anne-Marie Arborio, MCF en sociologie, LEST, Université de Provence – Titre ou formation : les usages socio-historiques du diplôme d’aide-soignante
15h45 – Anne Vega, Chercheur en anthropologie, Université Paris Ouest, Sophiapol, Lasco – L’incidence des motivations à devenir médecin sur la prescription de médicaments en médecine générale

16h15 – Discussion

Vendredi 14 juin 2013

09h30 – Régine Bercot, Professeur de sociologie, GTM, Paris 8 – Se socialiser à la chirurgie, savoirs et inscription sociale des futurs chirurgiens
10h00 – Florent Schepens, MCF en sociologie, CGC, uB – Travailler avec la mort : Devenir médecin de soins palliatifs

10h45 – Nicolas Meunier Beillard, Doctorant en sociologie, CGC, uB – Savoir douter pour tenir : Limitation et arrêt des traitements en réanimation
11h15 – Anne Chantal Hardy-Dubernet, sociologue, CR CNRS, Germes, Nantes – La formation de l’objet du travail médical

11h45 Discussion

12h15  Clôture du colloque

Entrée Libre. La mainifestation se déroulera à l’université de
Bourgogne, Amphithéâtre Eicher – Pôle AAFE – Esplanade Erasme

CONTACTS

  • Florent Schepens
    courriel : florent [dot] schepens [at] u-bourgogne [dot] fr

 

Parution – Toxicants, Health and Regulation since 1945

Parution – Toxicants, Health and Regulation since 1945

 

710 SSHM9 Toxicants_FrontNathalie Jas et Soraya Boudia (dir.), Toxicants, Health and Regulation since 1945, Pickering & Chatto, 2012, 208 p.

Vous trouverez les informations sur le livre à la page suivante:

http://www.pickeringchatto.com/titles/1525-9781848934030-toxicants-health-and-regulation-since-1945

 

 

L’introduction, intitulée « Science and Politics in a Toxic World », est accessible à la page suivante:

http://fr.scribd.com/doc/120627547/Introduction-from-Toxicants-Health-and-Regulation-since-1

 

Sommaire

IntroductionSoraya Boudia and Nathalie Jas

1 The Cold War Over the Worker’s Body: Cross-National Clashes over Maximum Allowable Concentrations in the Post-World War II Era Christopher Sellers

2 Adapting to ‘Reality’: The Emergence of an International Expertise on Food Additives and Contaminants in the 1950s and early 1960s – Nathalie Jas

3 From Threshold to Risk: Exposure to Low Doses of Radiation and its Effects on Toxicants Regulation – Soraya Boudia

4 ‘License to Expose?’ Occupational Exposure Limits, Scientific Expertise and State in Contemporary France – Emmanuel Henry

5 Chemical Infrastructures of the St Clair River – Michelle Murphy

6 Managing an Everlastingly Polluted World: Food Policies and Community Health Actions in the French West Indies – Didier Torny

7 Chernobyl Empowerment? Exporting ‘Participatory Governance’ to Contaminated Territories – Sezin Topçu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Appel à contributions – Réprimer et soigner. Logiques et pratiques des soins pénalement ordonnés

Le Laboratoire Droit et changement social lance, dans le cadre des activités du groupe de recherches « maladies et sociétés » (Germes), un Appel à communications

Réprimer et soigner

Logiques et pratiques des soins pénalement ordonnés

 

Journée d’étude pluridisciplinaire

 

12 octobre 2013

Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin – Nantes

 

 

 

Résumé de l’appel à communication : 

Les liens entre justice et psychiatrie sont anciens, mais ils prennent aujourd’hui des formes nouvelles et variées. Cette journée d’étude propose d’étudier la situation particulière des soins pénalement ordonnés, qu’il s’agisse des obligations et des injonctions de soins ou encore des injonctions thérapeutiques. Trois axes sont privilégiés : le premier interroge les pratiques et les relations entre les acteurs impliqués par ces dispositifs ; le second porte un regard historique et épistémologique sur les soins pénalement ordonnés ; le troisième questionne les temps de ces soins particuliers. Chercheurs et professionnels du droit, de la santé et de l’administration pénitentiaire, sont invités à partager leurs expériences et leurs analyses de ces dispositifs.

 

Cette journée d’étude est organisée par le programme transversal Germes (Groupe d’études et de recherches : maladies et sociétés) du Laboratoire Droit et changement social – UMR CNRS 6297- Université de Nantes. Ce programme est financé par la Région Pays de la Loire et est agréé par le conseil scientifique de la Maison des sciences de l’homme Ange-Guépin.

 

Appel à communication – Naissance et petite enfance à la cour de France (Moyen Âge – XIXe siècle)

 

Naissance et petite enfance à la cour de France

(Moyen Âge – XIXe siècle)

Appel à communication

Journée d’étude internationale organisée par Cour de France.fr en collaboration avec la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord et le programme interuniversitaire « Formes du savoir de 1400 à 1750 » (Maison des Sciences de l’Homme Aquitaine).

 

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

Date : 27-28 février 2014

Direction scientifique :

Jacques Gélis (université Paris VIII)

Pascale Mormiche (université de Cergy Pontoise)

Stanis Perez (université Paris 13/CRESC, MSH Paris Nord)

Jacqueline Vons (université François Rabelais, Tours)

Responsables : Stanis Perez (MSH Paris Nord), Caroline zum Kolk (Cour de France.fr)

Délai de réponse à cet appel :

Adressez votre proposition par mail avant le 1er septembre 2013 à : event@cour-de-france.fr

 

Présentation

Cette journée d’étude interdisciplinaire est consacrée au thème de la naissance et à la petite enfance à la cour de France, du Moyen Âge au XIXe siècle. Elle est l’occasion de s’interroger sur la portée symbolique et réelle de la naissance dans le monde curial ainsi que sur les pratiques et le personnel qui l’entourent.

Les stratégies dynastiques et familiales occidentales reposent sur la présence d’enfants, seuls garants de la transmission de l’héritage familial (composé de biens, de titres et de privilèges) et de la formation d’alliances grâce aux mariages.

La fécondité, la grossesse, l’accouchement et les premières années des enfants suscitent ainsi un vif intérêt non seulement de la part des membres de la famille royale, mais aussi de la part des courtisans, du peuple et des familles princières européennes qui suivent avec attention les nouvelles relatives à ces sujets. Tous les aspects de la procréation sont chargés d’une signification symbolique et politique. On retrouve cette spécificité dans le cérémonial et les pratiques concernant la grossesse, l’accouchement et les relevailles. La publicité donnée à l’accouchement et les annonces et les festivités qui le suivent invitent à une lecture politique de cet événement et de sa représentation. La diversité des formes de communication (correspondances, journaux, récits, compliments de courtisans, rapports médicaux, etc.) et leur réception constituent une autre facette de cette question.

Les règles observées par les femmes enceintes à la cour et par leur entourage ainsi que les pratiques religieuses et populaires qui visent à combattre l’infécondité ou à minimiser la mortalité enfantine et maternelle constituent un autre volet de la thématique. La question du corps sacré de la reine, confronté à son humanité et à la fragilité de l’existence, apparaît en filigrane et permet de questionner la théorie des deux corps du roi et sa possible ou impossible application à l’épouse royale. Reines et princesses, sont-elles d’un statut qui les différencie sur ce point des autres parturientes ?

De l’histoire du genre viennent d’autres approches et interrogations. L’infécondité, la mortalité maternelle, la question du sexe de l’enfant et les jugements et réactions des contemporains confrontés aux problèmes qui peuvent apparaître dans ces domaines, apportent des éclairages précieux à propos de la place des hommes et des femmes dans la procréation et la fonction de celle-ci pour leur statut social.

La contraception et le refus de procréer (avant ou après avoir donné la vie) constituent un sujet annexe à cette thématique. Il implique autant les hommes que les femmes (Louis XIII, Marie Leszczynska…) et mérite de faire l’objet de recherches, autant en ce qui concerne sa réalité historique que les réactions que suscite un tel refus de la procréation.

Peu étudiées et peu documentées sont aussi les premières années des enfants royaux et princiers qui grandissent souvent séparés de la cour, entourés d’un personnel féminin et masculin nombreux. Au cours des siècles, la lente professionnalisation des métiers de la médecine et du personnel curial transforme cette « Maison des enfants » et son quotidien. Son fonctionnement, les soins apportés aux jeunes enfants ainsi que le personnel masculin et féminin qui entoure la femme enceinte, l’accouchée et le nouveau-né constituent un autre volet de la thématique que nous proposons d’étudier. La place des différents médecins, sages-femmes, accoucheurs et autres intervenants, à titre de témoins ou d’acteurs directs, mérite d’être précisée.

La grossesse est souvent assimilée à une maladie. La médecine curiale se mobilise-t-elle autant que lors d’une maladie grave du souverain ? À quel type de discours médical fait-on appel pour délivrer les femmes éminentes de la cour ?  Quelle stratification sociale peut-on lire dans les différences de protocoles d’assistance à l’accouchement en fonction des rangs ?

Au-delà de ces questions, on pourra aussi s’interroger sur le statut du regard porté sur le corps féminin par les instances médicales, mais aussi sur l’imaginaire médical entourant les naissances, le corps du nouveau-né faisant l’objet d’un examen méticuleux sur ses aptitudes à régner.

Enfin, il serait intéressant de se pencher sur la question de la réception des progrès de l’obstétrique dans le milieu curial et les précautions particulières qui entourent la naissance des enfants royaux.

Volets thématiques proposés

La procréation : enjeux et problématiques

La place de la procréation dans la vie quotidienne à la cour

Le problème de la stérilité masculine ou féminine

Le refus de la procréation

Les pratiques de contraception

Le déroulement de la grossesse et de l’accouchement

La détection de la grossesse et son annonce

Le quotidien des femmes enceintes à la cour

L’accouchement : déroulement, descriptions, personnel (médecin, chirurgien-accoucheur, sage-femme…)

Les relevailles : représentations

Du corps sacré au corps humain

Les accidents lors de la grossesse et des accouchements

Les naissances prématurées

Les enfants malformés et mort-nés

Les reines et princesses mortes en couches

Conjurer le sort : pratiques religieuses et populaires

La prise en charge du nourrisson et de l’enfant

La maison des enfants : une structure curiale (formation, évolution)

Le personnel féminin : gouvernantes, nourrices, remueuses…

Le personnel masculin : médecins, domestiques, gardes…

La mortalité enfantine et les stratégies la concernant

La représentation de la naissance et sa fonction dans les stratégies dynastiques

La naissance d’un enfant royal : stratégies d’information et enjeux dynastiques

Le genre de l’enfant et les réactions des contemporains face à cette question

Festivités et réjouissances données à la cour, à la ville et à la campagne

Les formes de témoignages et leurs caractéristiques

Appel à contribution – Mères, épouses, filles de médecins ou de chirurgiens (XVIIIe siècle – début XXe siècle)

Appel à contribution – Mères, épouses, filles de médecins ou de chirurgiens (XVIIIe siècle – début XXe siècle)

16 janvier 2014, Université Toulouse II le Mirail

Appel à communications pour la journée d’étude « Mères, épouses, filles de médecins ou de chirurgiens (XVIIIe siècle – début XXe siècle) » organisée par la thématique Santé et Société (Framespa, Univ. Toulouse II). Les intervenant-e-s étudieront l’évolution de la place et de l’influence des mères, épouses et filles de médecins ou de chirurgiens à une époque charnière au cours de laquelle s’affirme le pouvoir social, économique et politique des thérapeutes, tandis que les femmes restent à l’écart de ces métiers. Elle se déroulera le jeudi 16 janvier 2014 à l’Université Toulouse II le Mirail.

 

Argumentaire

 

Cette journée d’étude entend revenir sur l’évolution de la place et de l’influence des mères, épouses et filles de médecins ou de chirurgiens à une période charnière au cours de laquelle s’affirme le pouvoir social, économique et politique des thérapeutes, tandis que les femmes restent à l’écart de ces métiers (Madeleine Brès, la première femme médecin française, obtient son diplôme en 1875). Il s’agit de proposer un autre regard sur la médicalisation de la société, centré sur des actrices méconnues, restées dans l’ombre de leurs fils, époux ou pères. Les études incluant les rapports de genre seront privilégiées. Si ce thème s’inscrit dans une dimension clairement historique, les approches littéraires, sociologiques ou anthropologiques sont également les bienvenues.

Différents volets, non exhaustifs, peuvent être explorés ou se croiser :

– le rôle tenu par les femmes dans la pratique professionnelle de leurs fils, époux ou père : influence sur leur carrière, l’agrandissement et la qualité de leur patientèle, leur réseau professionnel…

– leurs réticences ou leurs engagements pour la promotion des préceptes de santé : rôle de soignantes, d’intermédiaires culturelles, type de soins dispensés, pratiques charitables…

– l’incidence de la profession de leurs époux sur leur vie privée : conseils médicaux dispensés par les époux, impact des contraintes professionnelles sur leur existence…

Proposition de communications

Les propositions de communications doivent être soumises sous la forme d’un résumé de 3 000 signes maximum (contenant notamment une présentation des sources sollicitées et des principaux axes de recherche) et parvenir avant le 31 mai 2013, par voie électronique, à l’adresse suivante : nahema.hanafi@gmail.com

Les auteur-e-s seront informé-e-s de la décision du comité scientifique avant le 31 juin 2013.

 

 

Comité scientifique

 

Sylvie CHAPERON, professeure d’histoire contemporaine, Univ. Toulouse II, Framespa

Didier FOUCAULT, professeur d’histoire moderne, Univ. Toulouse II, Framespa

Nahema HANAFI, docteure en histoire moderne, Univ. Toulouse II, Framespa

Appel à contribution – Humanitaire et Médecine II. À l’épreuve du feu, 1870 – 1914

Appel à contribution – Humanitaire et Médecine II. À l’épreuve du feu, 1870 – 1914

 

Jeudi 24 et vendredi 25 octobre 2013

 

A l’occasion du 150e anniversaire de la fondation du Comité international de la Croix-Rouge et du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, l’Institut d’histoire de la médecine et de la santé, Faculté de médecine de l’Université de Genève et Genève humanitaire, centre de recherches historiques, organisent une série d’activités de recherche et de colloques en 2013 et 2014.

 

Le thème choisi est le rôle de la médecine et des médecins dans la création  du CICR, du Droit international humanitaire et du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

 

Vu l’ampleur du sujet, cette étude est organisée en quatre phases :

 

La première phase a eu lieu les jeudi 14 et vendredi 15 février 2013 sur la période de la fondation du CICR et du Droit international humanitaire  (1863 – 1870).

 

La deuxième phase porte sur le rôle des médecins et des soignants, ainsi que sur l’impact des transformations de la médecine et de la santé publique au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, de la guerre franco-allemande de 1870 à la veille de la Première Guerre mondiale. Elle s’intitule À l’épreuve du feu, 1870 – 1914, et aura lieu les jeudi 24 et vendredi 25 octobre 2013.

 

Les troisième et quatrième phases auront lieu en 2014, la troisième sur la période 1914 – 1945 et la quatrième de 1945 à nos jours.

 

La deuxième phase s’articulera autour des sujets suivants :

 

Aspects institutionnels et contexte socio-politique

·           Le concept de neutralisation du personnel soignant et des blessés de guerre

·           Les changements dans les professions de la santé (publique et militaire)

·           La formation humanitaire du personnel de santé

·           La santé militaire dans les expositions internationales, les conférences et les concours (Bruxelles 1876, Paris 1878, etc.)

·           Le rôle de la médecine dans les réunions et les conférences internationales de la Croix-Rouge

·           Les relations entre le CICR et les Sociétés nationales

·           L’extension de la Convention de Genève à la guerre navale (1866 – 1907)

 

Aspects scientifiques

·           L’hygiène et la médecine pastoriennes. Les techniques de désinfection

·           Le développement de la technologie sanitaire dans les armées

·           Les efforts pour réduire le nombre des amputations

·           La statistique sanitaire

·           Les transfusions sanguines

 

Les conflits paradigmatiques

·           La guerre franco-allemande (1870 – 1871)

·           Les guerres de conquête coloniale

·           La troisième guerre carliste (1872 – 1876)

·           La guerre du Monténégro, de la Serbie et de la  Russie contre l’Empire ottoman (1876 – 1878)

·           La guerre entre la Serbie et la Bulgarie (1885)

·           Les guerres balkaniques (1912 – 1913) et les missions de Carle de Marval.

 

Les interventions de la Croix-Rouge en temps de paix

·           Le tremblement de terre de Messine (1908)

·           Les « ambulances antipaludéennes » en Italie

·           Les soins à domicile

·           Les tremblements de terre de Meiji-Sanriku, Japon (1896)

·           La lutte contre la tuberculose

 

Quelques personnalités marquantes

·           Louis Appia

·           Clara Barton

·           Fréderic Ferrière

 

Étant donné l’ampleur de la période considérée et la richesse des sources disponibles, nous nous permettons d’insister sur deux données :

·           Chaque communication apportera une approche ou des éléments nouveaux

·           Les relations entre l’humanitaire Croix-Rouge et la médecine seront le fil conducteur de chaque communication

 

Si vous êtes intéressé par une participation à ce deuxième événement, veuillez envoyer votre proposition (titre, court résumée et bref CV) à l’un des membres du Conseil scientifique.

Date limite pour la soumission: 15 avril 2013

Langues du colloque : français et anglais.

 

Conseil scientifique :

 

Bernardino Fantini

Institut d’histoire de la médecine et de la santé, Université de Genève

Centre Médical Universitaire, Case Postale, CH – 1211 Genève 4, tél : 022 379 5790

Bernardino.fantini@unige.ch , http://histmed.unige.ch ,

(siège de l’Institut : 8 chemin Thury, 1206 Genève)

 

Roger Durand

Genève humanitaire, centre de recherches historiques

Ch. des Hutins 47, CH – 1232 Confignon, tél : 079 666 5823

president@shd.ch, http://geneve-humanitaire.ch

 

François Bugnion

Dr ès Sciences politiques, consultant indépendant en droit et en action humanitaires

11, Ch. Pré-Cornillons, CH – 1292 Chambésy, tél : 022 758 1966, 022 723 2205

f.bugnion@yahoo.fr

 

Dolores Martin Moruno

Institut d’histoire de la médecine et de la santé, Université de Genève

Dolores.martinmoruno@unige.ch , http://histmed.unige.ch

 

Valérie Lathion

Département d’histoire générale de la Faculté des lettres, Université de Genève

Rue Saint-Ours 5, CH – 1204 Genève, tél 022 379 7094

Valerie.lathion@unige.ch

Appel à contribution – Ventres et viscères

 Appel à contribution – VENTRES ET VISCÈRES. SYMBOLIQUE ET ESTHETIQUE DES ENTRAILLES ET DE LA DIGESTION AU XVIIIe SIECLE

 

Dans son récent ouvrage Versailles, l’ordre et le chaos, Michel Jeanneret évoque la représentation de Monsieur de Pourceaugnac de Molière, qu’il présente comme la pièce des bas-fonds par excellence. Les brigands parisiens y côtoient l’obscurantisme provincial dans une farce dont les emblèmes sont le clystère et « les zones ténébreuses et polluées des entrailles ». La catharsis de la farce passe par la purgation du corps faussement malade. Jeanneret rapproche cette pièce du Malade imaginaire, dans laquelle le bas-ventre et son évacuation sont au cœur de la farce scatologique. Cette dernière est représentée à Versailles devant le décor artificiel de la grotte de Thétis et, pour Jeanneret, le malade penché sur ses entrailles est reflété par la fausse caverne « qui ouvre sur des profondeurs marines, enfouie dans le ventre de la terre, mimant le labyrinthe des viscères ».

La représentation des entrailles, du ventre et des viscères dépasse largement le cadre anatomique qui influence les caricatures comme la façon de penser le corps au dix-huitième siècle (Mandressi, 2003). Les fonctions physiologiques associées au bas-ventre — la digestion et l’évacuation — ont une portée métaphorique qui évolue tout au long de la période. Elles sont aussi liées à des pratiques de santé qui font des entrailles l’un des lieux privilégiés du diagnostic et de la thérapie. L’examen des déjections, la prescription régulière de lavements et d’émétiques donnent une place familière aux entrailles dans la perception du corps. Loin de la métaphore, les récits de patients et les comptes rendus médicaux ancrent la digestion dans la matérialité.

Si la digestion a longtemps été associée à une forme d’assimilation lente et sélective du savoir, la mélancolie hypocondriaque, ce « mal anglais », envisage l’étude excessive comme une indigestion. Plus généralement, c’est à l’indigestion et au trop-plein que l’on associe le siècle : le débordement du savoir, l’impossibilité d’englober la connaissance et l’abondance d’imprimés affolent la République des Lettres, tandis que les médecins s’inquiètent de produits comme le thé, le café ou les épices et de leurs conséquences sur la digestion et l’économie corporelle en général (Burton, Mandeville, Cheyne, Tissot). L’indigestion et les privations alternent dans les traités sur la mélancolie hypocondriaque, dont l’objet et le propos se confondent avec les réflexions des philosophes sur le luxe (Forth, 2005).

Les vents, la défécation, la purge et la diarrhée sont également des éléments, des images et des métaphores récurrents dans la littérature satirique, la farce et le grotesque, dont Barbara Stafford a montré la dimension politique dans la culture des Lumières (Stafford, 2011).
Tandis que la machinerie du corps, interne et invisible, est exposée à la caricature, la satire montre le dessous des institutions et recourt aux entrailles pour souligner les dérèglements du corps politique et social. Dans ses descriptions de la fange putride des cuisines, des souterrains, des hôpitaux ou des égouts, Tobias Smollett montre par exemple la faillite des institutions — la face sombre des bains publics, des palais ou de la marine — et la violence qu’elles exercent sur les corps et sur les esprits (Vasset, 2009).

Ces déclinaisons des viscères et de la digestion sont nombreuses dans la littérature comme dans les écrits médicaux ; les correspondances, fictionnelles ou non, médicales ou autres, sont par exemple fort riches en descriptions, remarques et commentaires sur le fonctionnement du ventre. Ce thème, au carrefour des disciplines, mérite aussi d’être étudié dans d’autres domaines, et tout particulièrement ceux de la culture visuelle du dix-huitième siècle (la caricature et l’anatomie), de l’architecture et de l’urbanisme.

L’imaginaire souterrain sous-tend la représentation de la ville. Les systèmes d’égouts et d’évacuation se multiplient et se superposent, ainsi que les fameux « passages » réels ou imaginés, connectant les lieux de pouvoir et de résistance. Les souterrains de Paris en sont un exemple célèbre, entre l’héritage des caves communicantes et la création des catacombes dans les carrières de calcaire pour libérer le cimetière des Innocents vidé à la fin du siècle. Comment les villes souterraines se construisaient-elles ? Quelles structures étaient récupérées, et réagencées ? Des égouts, des caves et des cryptes aux premières fouilles urbaines, les études de cas sur les entrailles des villes françaises et britanniques seront particulièrement bienvenues.

Nous vous invitons à proposer des articles sur ce sujet dans les domaines de

La littérature
L’histoire (notamment l’histoire de la santé)
L’histoire des idées
L’histoire culturelle
La culture matérielle et visuelle
L’architecture et l’urbanisme

Langues : français et anglais

Les propositions retenues feront l’objet d’un colloque qui se tiendra à Paris les 21 et 22 mars 2014. Les textes définitifs devront être rendus le 15 juillet 2014.
Merci d’envoyer vos propositions (300 mots), accompagnées d’un court CV détaillant vos publications les plus récentes, conjointement à Sophie Vasset (sophie.vasset@univ-paris-diderot.fr) et Sylvie Kleiman-Lafon (sylvie.kleiman-lafon@univ-paris8.fr) avant le 31 mai 2013.

 

Parution – Medicine and narration in the eighteenth century

Parution – Medicine and narration in the eighteenth century

 

Medicine and narration in the eighteenth century, Sophie Vasset (editor), SVEC 2013:04, April 2013

 

How did doctors argue in eighteenth-century medical pamphlet wars? How literary, or clinical, is Diderot’s depiction of mad nuns? What is at stake in the account of a cataract operation at the beginning of Jean-Paul’s novel Hesperus? In this pioneering volume, contributors extend current research at the intersection of medicine and literature by examining the overlapping narrative strategies in the writings of both novelists and doctors.

Focusing on a wide variety of sources, an interdisciplinary team of researchers explores the nature and function of narration as an underlying principle of such writing. From a reading of correspondence between doctors as a means of continuing professional education, to the use of inoculation as a plotting device, or an examination of Diderot’s physiological approach to mental illness in La Religieuse, contributors highlight:

• how doctors exploited rhetorical techniques in both clinical writing and correspondence with patients.

• how novelists incorporated medical knowledge into their narratives.

• how models such as case-histories or narrative poetry were adopted and transformed in both fictional and actual medical writing.

• how these narrative strategies shaped the way in which doctors, patients and illnesses were represented and perceived in the eighteenth century.

 

 

Sophie Vasset, Introduction: questions of narration in eighteenth-century medicine and literature

I. Medical storytelling: case studies and anecdotes

Alexandre Wenger, From medical case to narrative fiction: Diderot’s La Religieuse

Sophie Vasset, How to relate a medical case: the controversy about John Ranby’s Narrative of the last illness of the earl of Orford (1745)

II. The doctor’s letters: epistolary narration

Philip Rieder, Writing to fellow physicians: literary genres and medical questions in Louis Odier’s (1748-1817) correspondence

David Shuttleton, ‘Not the meanest part of my works and experience’: Dr George Cheyne’s correspondence with Samuel Richardson

Hélène Dachez and Sophie Vasset, Clementina’s disease and polyphonic narration in Samuel Richardson’s Sir Charles Grandison (1754)

III. Illness as narrative

Rudy Le Menthéour, Melancholy vaporised: self-narration and counter-diagnosis in Rousseau’s work

Catriona Seth, Textually transmitted diseases: smallpox inoculation in French literary and medical works

Gavin Budge, Smollett and the novel of irritability

IV. Medical strategies and narrative devices

Sylvie Kleiman-Lafon, The healing power of words: medicine and literature in Bernard Mandeville’s Treatise of the hypochondriack and hysterick diseases

Helge Jordheim, Oculist narratives in late-eighteenth-century Germany: from cataract surgery to political conspiracy in Jean Paul’s Hesperus

Hugues Marchal, ‘Le poète raconte et ne discute pas’: poetic and medical codes in Jean-François Sacombe’s obstetric epic, La Luciniade (1792-1815)

Summaries

Bibliography

Index

 

Collaborator list: Gavin Budge, University of Hertfordshire; Hélène Dachez, Université Toulouse Le Mirail; Helge Jordheim, University of Oslo; Sylvie Kleiman-Lafon, Université Paris 8; Rudy Le Menthéour, Bryn Mawr College; Hugues Marchal, Universität Basel; Catriona Seth, Université de Lorraine; David E. Shuttleton, University of Glasgow; Sophie Vasset, Université Paris-Diderot; Alexandre Wenger, Université de Fribourg.

Collaborator biographies: Sophie Vasset is a senior lecturer at the Université Paris-Diderot. Her current research focuses on the history of barrenness. She has previously published books on eighteenth-century British medicine and fiction in Décrire, Prescrire, Guérir (2011) and The Physics of language in Roderick Random (2009).

 

 

Appel à communication – Ecrire l’histoire de la médecine et de la santé de l’Antiquité à nos jours : temporalités, normes, concepts

Appel à communication – Ecrire l’histoire de la médecine et de la santé de l’Antiquité à nos jours : temporalités, normes, concepts

Journée d’étude, MSH Paris-Nord, 29 novembre 2013

La journée d’étude sera consacrée à l’historiographie médicale, au sens le plus large de la formule. La période retenue va de l’Antiquité à nos jours. L’histoire de la médecine, des médecins ou, plus généralement, de la santé seront interrogées du point de vue méthodologique, en laissant de côté le contenu factuel des sources ou des études critiques relevant du thème choisi. Il ne s’agit pas d’établir un bilan historiographique mais de réfléchir sur les méthodes anciennes et modernes d’écrire l’histoire de la santé et de la médecine. L’objectif est aussi de proposer des outils méthodologiques pour Les communications devront être impérativement ciblées sur des études de cas mettant en lumière des problèmes méthodologiques précis. Les intervenants proposeront des problématiques relatives à des formes spécifiques d’analyse des pratiques de soin, des acteurs de la santé (médecins ou malades, décideurs ou penseurs, témoins ou victimes), des courants de pensée ou des sources d’histoire médicale.

Trois axes se dessinent :

1-     Les temporalités de l’histoire de la médecine et de la santé

Jusqu’à une date récente, il n’existait pas d’histoire médicale mais plutôt des histoires traitant des découvertes médicales, des grands médecins ou des épidémies remarquables. En l’occurrence, l’historiographie médicale classique construisait son récit à partir de la chronologie des découvertes, des médecins célèbres, des structures universitaires ou hospitalières et des maladies les plus meurtrières. Depuis un demi-siècle, l’apport des sciences humaines et d’une histoire critique des sciences a renouvelé les méthodes, les objets et les problèmes. Mais le temps de cette histoire sociale du corps malade est-il si différent ? Peut-on s’affranchir d’une histoire linéaire et souvent calquée sur une périodisation dictée par les grandes révolutions scientifiques ? Peut-on expérimenter une autre temporalité qui suive de près les scansions spécifiques au corps, à l’imaginaire de la maladie ou à la symbolique d’un état souvent résumé à l’opposition, rendue triviale par Canguilhem, entre normal et pathologique ? Le temps du médecin n’est pas celui du malade, ni celui de la maladie : cette distinction guide-t-elle vraiment les productions historiographiques relatives à la santé ?

2-     Une histoire des normes documentaires au-delà d’une histoire fondée sur les sources

Au-delà même de l’utilisation des sources (de quelle profession parle-t-on ? de quelle maladie s’agit-il ? de quel remède ?) et de leur confrontation avec le savoir médical contemporain, la question des normes se pose de façon évidente. Chaque trace, chaque document applique un protocole particulier et, en histoire médicale, la tentation a souvent été forte de proposer de nouveaux diagnostics ou d’appréhender chaque problème comme un cas clinique. Qu’elle émane d’une instance administrative ou savante, d’un professionnel ou d’un particulier, la documentation sur les maladies et leurs remèdes n’est jamais neutre. Elle répond à une mise en forme qui fabrique autant la maladie qu’elle permet de la représenter, d’en faire l’analyse ou de la combattre dans une stratégie ambivalente. L’étude des normes afférentes aux sources de l’histoire médicale (inscriptions, registres, traités, règlements, consilia, témoignages intimes, représentations, etc.) peut-elle redéfinir, à distance des contenus, le champ des possibles en matière d’investigation et surtout de discours historique savant ?

3-     Etudier la relation patient-malade : anthropologie, sociologie, histoire

L’anthropologie médicale, dans son application immédiate auprès des professionnels de la santé, a interrogé avec le recul nécessaire la façon dont les malades parlent de leur corps et de leurs maux mais aussi la façon dont les médecins entendent les soigner. Mais la confrontation avec le praticien, dépositaire patenté du savoir dans les sociétés modernes, peut tout aussi bien déboucher sur une remise en question du récit du malade. En somme, c’est le triangle hippocratique (médecin, malade, maladie) qui doit être sans cesse resitué et réactualisé dans la mesure où l’expérience de la maladie n’est jamais un fait simple. C’est souvent à l’échelle micro-historique que se révèlent les logiques les plus subtiles de ce passage quasi obligé devant un médecin, fort de sa fonction de confesseur, de guérisseur et d’expert. Le rapport de force entre le praticien et le malade est à la fois une constante et une variable sociologique (des phénomènes de résistance sont fréquemment observés) que l’historien peut toujours tenter de resituer et d’évaluer. Comment la méthode de l’anthropologue peut-elle s’appliquer au travail de l’historien qui interroge, à distance, les sociétés anciennes ? Comment reconstituer le rapport de force entre le médecin et le malade sans trahir les logiques de chaque société, de chaque groupe, de chaque individu particulier ?

L’objectif est de mettre en évidence, au travers de chaque étude de cas, des outils méthodologiques destinés à renouveler, de façon critique, la manière d’écrire une histoire qui cherche ses scansions, ses champs ou ses nouveaux objets à distance des études purement chronologiques, prosopographiques ou simplement linéaires dans leur description des concepts et des pratiques de la médecine, de l’Antiquité à nos jours.

Les propositions de communication (350 mots maximum) devront parvenir avant le 30 juin 2013.

Contact : stanis.perez@mshparisnord.fr