Appel à contribution – Les technologies de la procréation au Sud. Dispositifs, savoirs, expériences

Appel à contribution – Les technologies de la procréation au Sud. Dispositifs, savoirs, expériences

L’AMP est un dispositif biomédical qui nécessite un environnement social, culturel et technique pour fonctionner, tout en étant lui-même producteur de savoirs, de compétences techniques et de formes organisationnelles spécifiques. Le développement de l’AMP en Afrique subsaharienne à partir des années 1980 est largement méconnu dans le monde scientifique et médiatique. Son histoire mérite d’être présentée pour mieux évaluer les conditions de diffusion et d’appropriation de cette innovation technologique et sociale par les acteurs sociaux (médecins de la reproduction, biologistes, patients, acteurs politiques et religieux).

Par ailleurs, le recours aux biotechnologies de la procréation est révélateur d’un modèle de reproduction, basé sur la notion de désir d’enfant, modèle défendu par les classes moyennes africaines contemporaines, dans le contexte plus vaste de la santé de la reproduction et du droit des femmes (accès à la maitrise du corps, à la contraception et à l’avortement non clandestin et à des services de santé prenant en charge l’infécondité des couples). Ceci étant, l’AMP est porteuse de profondes inégalités de classes, de genre et de « race » (en Afrique du sud), et également d’accès à l’information.

À cette date, les technologies de la reproduction se situent dans des cliniques privées, même si des médecins hospitaliers tentent de réaliser des structures à « low cost ». Les clients de ces institutions incarnent une classe moyenne émergente à la recherche de soins de qualité nécessitant une introduction dans des réseaux internationaux où se mettent en place de nouveaux espaces de santé. Le recours à l’AMP modifie, de fait, leur rapport à la santé et à l’information médicale d’une manière plus générale. Dans ce contexte, ils n’hésitent pas à se déplacer à travers le continent africain ou même en Europe, s’adressant notamment en Ile de France aux services de médecine de la reproduction, avec un cadre médico-légal français jugé pour nombre de femmes migrantes nées en Afrique subsaharienne et résidant en France comme beaucoup trop contraignant (limite d’âge, don d’ovocyte anonyme).

La notion de biosocialité est, ici, pertinente non plus pour désigner les espaces de mobilisation fondés sur l’expérience commune d’une pathologie (comme dans l’exemple des associations de malades) mais pour saisir l’expérience d’individus se retrouvant dans une expérience commune de relation à l’enfantement médiatisée par la science et dépendante du politique. Les travaux présentés au cours de ce colloque visent également à faire état de l’évolution des  « représentations populaires » de la procréation.

L’AMP modifie-t-elle la dimension symbolique de la procréation et de la naissance (rôle des ancêtres et  des esprits de brousse) ? Sommes nous ou non dans une situation de rupture ou observe-t-on des « articulations » avec les savoirs traditionnels locaux, en particulier ceux relatifs à la sorcellerie qui occupe une place si singulière dans l’interprétation de l’infécondité au sein des relations familiales ? Dans ce contexte socio-culturel, la femme est toujours mise en accusation et son conjoint, s’il est infécond, est protégé par l’ensemble des acteurs sociaux, et même par son épouse dans certains cas. La difficulté des hommes à reconnaitre leur infécondité est-elle surmontée par le recours à l’AMP et l’annonce médicale qu’elle nécessite ? Les hommes sont-ils prêts à s’émanciper d’une représentation lignagère de la fécondité (et donc de la transmission), pour accepter  une  « réorganisation » du schéma de transmission au niveau social et au niveau des rapports entre les sexes ?

Modalités de soumission

Ce colloque souhaite dresser l’état des connaissances sur le sujet pour l’Afrique sub-saharienne et en situation migratoire, à partir de données recueillies sur les arènes et forums publics consultés par les personnes infécondes et auprès de patients consultant dans des services de fertilité (Afrique du sud, Cameroun, Ile de France).

Les travaux réalisés par les membres d’un projet de recherche financé depuis trois ans par l’ANR Les Suds 2 y seront développés.

Nous attendons un résumé de 10 lignes sur l’infertilité en Afrique subsaharienne dans le contexte de l’AMP (anthropologie, sociologie, histoire, sciences de l’information et communication, droit, etc.).

Liste (non exhaustive) des sujets :

  • La reconnaissance de l’infertilité en Afrique
  • Histoire et développement de l’AMP sur le continent
  • Expérience de l’AMP et de l’infertilité
  • Technologies et sujet : négociations et liens entre savoirs et pratiques (AMP)
  • AMP, une expérience biosociale ?

Les résumés sont attendus pour le 10 Septembre 2013.

Envoyer le résumé à l’adresse : amp.afrique@gmail.com

Les réponses seront communiquées le 10 Octobre 2013.

Site du projet : http://amp.hypotheses.org/

Inscriptions : amp.afrique@gmail.com

Le colloque aura lieu les 12 et 13 décembre 2013 à la Faculté de Médecine de Paris-Descartes.

Comité scientifique

  • Doris Bonnet, Directrice de Recherches en anthropologie à l’IRD.
  • Michel Cot , Médecin épidémiologiste  à l’IRD.
  • Véronique Duchesne, Maître de Conférences en anthropologie à Paris-Descartes.
  • Viola Hörbst , Anthropologue, Coordinatrice de Recherches at the Institute for Social Anthropology and African Studies at University of Munich (Germany).
  • Odile Journet, Directrice de Recherches en anthropologie, CNRS.
  • Frédéric Le Marcis, Professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.
  • Madjid Ihadjadene , Professeur en Sciences de l’information et de la communication, U. Paris 8, Haute Autorité de Santé
  • Luc Massou,  Maître de Conférences en Sciences de l’information et communication à l’Université de Lorraine.
  • E. Porqueres , Directeur d’études en anthropologie de la parenté, EHESS.
  • Emmanuelle Simon, Anthropologue, Ingénieure de Recherche au Centre de recherches sur les Médiations, Université de Lorraine
  • Brigitte Simonnot, Professeur en Sciences de l’information et communication à l’Université de Lorraine.
  • Irène Théry, Directrice de Recherches en sociologie du droit et de la famille, EHESS.

 

« Les technologies de la procréation au Sud », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 11 juillet 2013, http://calenda.org/255202

Journée d’étude – Réprimer et soigner. Logiques et pratiques des soins pénalement ordonnés

Journée d’étude – Réprimer et soigner. Logiques et pratiques des soins pénalement ordonnés

 

Cette journée d’étude propose d’étudier la situation particulière des soins pénalement ordonnés, qu’il s’agisse des obligations et des injonctions de soins ou encore des injonctions thérapeutiques. Trois thématiques sont privilégiées : la première interroge l’injonction de soin, dernière née des soins pénalement ordonnés et a priori la plus aboutie, la deuxième l’articulation entre la peine et le soin et la troisième les pratiques de cette articulation entre acteurs du judiciaire et du sanitaire. Chercheurs et professionnels du droit, de la santé et de l’administration pénitentiaire, sont invités à partager leurs expériences et leurs analyses de ces dispositifs.

 

  • 9h : Accueil des participants
  • 9h30 : Mot d’introduction (Anne-Chantal Hardy, Cédric Le Bodic)
  • 9h45 : Conférence d’ouverture : Amphithéâtre Simone Weil

GÉNÉALOGIE DES SOINS PÉNALEMENT ORDONNÉS : LE CADRE LEGAL ET SES POLÉMIQUES

Caroline Mandy, Cédric Le Bodic

10h15 – Amphithéâtre Simone Weil

L’INJONCTION DE SOIN : DE L’INDICATION À  L’ÉVALUATION

Président de séance : Laurent Desblancs

  • L’indication d’injonction de soin repose-t-elle sur un diagnostic médical ? (Hélène Spriet, Psychiatre)
  • La question du secret professionnel au regard des rapports santé justice : normes juridiques, normes professionnelles (Tristan Renard, Doctorant en sociologie)
  • L’injonction de soin : évaluation, intérêts, limites (Walter Albardier, Psychiatre ;Sophie Baron Laforêt, Psychiatre; Marie Chollier, Psychologue clinicienne ; Cyril Manzanera, Psychiatre ; Aurélie Maquigneau, Psychologue clinicienne, Tristan Renard, Doctorant en sociologie ; Marc Touiller, Doctorant en droit pénal)

12h15 – Déjeuner

13h45 : Atelier 1 – Amphithéâtre Simone Weil

PRATIQUES DE L’ARTICULATION SANTE – JUSTICE : QUELQUES EXEMPLES DE DISPOSITIFS

Présidente de séance : Armelle Grenouilloux

  • Le Groupe thérapeutique structuré (GTS) destiné aux auteurs d’infraction à caractère sexuel (AICS) au centre pénitentiaire de Lorient Ploemeur (Pascal Le Bas, Psychologue clinicien, Docteur en psychologie ; Thierry Bonvalot, Psychiatre ; Franck Keromnes, Infirmier ; Julien Gallas, Infirmier ; Ronan Palaric, Psychologue clinicien)
  • Un modèle pour penser la relation thérapeutique dans le cadre de l’obligation/injonction de soin (Lionel Chudzik, Psychologue clinicien ; Filippo Aschieri, Assistant professor of psychology)
  • L’articulation santé justice dans le cadre des soins pénalement ordonnés, une nécessité clinique (Mario Jean, Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation ;Alain Harrault, Psychologue clinicien)
  • De l’articulation soin – justice à la rencontre des auteurs de violences sexuelles dans le cadre des soins sous contrainte (Marie Réveillaud, Psychiatre ; Barbara Smaniotto, Psychologue clinicienne ; Audrey Schillinger, Psychologue clinicienne)

13h45 : Atelier 2 – Salle de conférences A

ARTICULATION ENTRE PEINE ET SOIN

Présidente de séance : Anne-Chantal Hardy

  • Crime et folie au XIXe siècle : le traitement des aliénés – criminels dans les prisons (Aurore Paboeuf, Doctorante en histoire du droit)
  • Logiques d’une articulation santé – Justice : saisissements professionnels des soins pénalement ordonnés (Aude Ventéjoux, Psychologue clinicienne ; Astrid Hirschelmann, Maître de conférences-HDR en psychologie)
  • Du paradoxe dans le traitement socio-judiciaire du « pédophile » : des juges qui soignent et des thérapeutes qui répriment (Guillaume Brie, Docteur en sociologie)
  • La prise en charge sanitaire des PPSMJ par les services d’insertion et de probation dans le cadre des obligations de soin (Emilie Dubourg, Doctorante en droit pénal et sciences criminelles)

15h45 – Pause

16h00 : Conférence de clôture – Amphithéâtre Simone Weil

LES SOINS A L’EPREUVE DES RATIONALITES ET DES PRATIQUES PENALES CONTEMPORAINES : UN MODELE THERAPEUTIQUE EN CRISE ?

  • Virginie Gautron

16h45 : Clôture de la journée

  • Cédric Le Bodic

Frais d’inscription

  • 20 euros
  • gratuit pour les étudiants et demandeurs d’emploi sur présentation d’un justificatif

Comité scientifique

  • o Laurent DESBLANCS (PH, CH Daumezon, psychiatrie, médecin coordonnateur) ;
  • o Virginie GAUTRON (MCF, droit, DCS, Université de Nantes) ;
  • o Armelle GRENOUILLOUX (PH, CReHPsy Pays de la Loire, psychiatrie, docteure en philosophie) ;
  • o Anne-Chantal HARDY (DR CNRS, sociologie, DCS, Université de Nantes) ;
  • o Cédric LE BODIC (Docteur en psychologie, post-doctorant, DCS, Centre François-Viète, Université de Nantes, psychologue clinicien, EPSM Morbihan) ;
  • o Caroline MANDY (Docteure en droit, post-doctorante, DCS, Université de Nantes).

 

 

« Réprimer et soigner », Journée d’étude, Calenda, Publié le lundi 22 juillet 2013,http://calenda.org/255982

Journée d’étude – Politiques publiques du handicap

Journée d’étude – Politiques publiques du handicap

Le groupe de travail « Handicaps et Sociétés » organise une journée d’étude sur la thématique des politiques publiques du handicap le 1er octobre 2013 à Paris. Les communications effectuées par les jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) porteront à la fois sur les jeux de pouvoirs au sein des politiques publiques du handicap, et sur les modalités d’application des lois sur le handicap.

Inscription souhaitée par email avant le 5 septembre 2013 à l’adressegthandicaps@gmail.com

Pour cela, veuillez nous renvoyer les informations suivantes : Nom, Prénom, Statut, Affiliation, Adresse e-mail, Téléphone, Déjeuner (oui/non), Interprétation LSF – français (oui/non).

Jeux de pouvoirs à l’échelle internationale, nationale et locale

  • 9h30 – 10h00 : Présentation introductive de Pierre-Yves BAUDOT – UVSQ – CESDIP

10h00 – 11h15 : Handicap et géopolitique : regards internationaux

  • Gildas BREGAIN (Doctorant en Histoire, Université de Rennes II).
    « La construction du programme international de réadaptation totale coordonné par les Nations Unies (années 1950) »
  • Charles-Eric ADAM (Doctorant en sociologie, Université de Nanterre).
    « La politique du handicap au Qatar. Emergence d’un enjeu diplomatique »

11h30 – 13h15 : Négociation et jeux de pouvoirs

  • Jingyue XING (Doctorante en anthropologie, ENS).
    « La tarification des foyers d’accueil médicalisé : étude ethnographique sur les modes de résistance dans le fonctionnement d’un instrument de régulation politique ».
  • Tristan SALORD (Doctorant en sociologie, Toulouse le Mirail).
    « Les modalités de la décision collective au sein des CDAPH »
  • Louis BERTRAND (Post-Doctorant, Université de Lille III).
    « Réformer la loi de 1975 » : retour sur l’émergence de la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées »

13h15 – 14h30 : déjeuner

Analyser les modalités d’application des lois

  • 14h30-15h00 : Présentation introductive d’Isabelle VILLE – Inserm- EHESS- CERMES 3

15h00-16h15 : Appliquer les lois : défis, enjeux et difficultés

  • Suzy BOSSARD (Doctorant en sociologie, Université de Lille 1).
    « Scolarisation et accompagnement : l’application d’une politique publique du handicap par le biais de politiques publiques de l’emploi »
  • Mélanie LOPEZ (Université d’Artois)
    « La citoyenneté des personnes en situation de handicap : de la difficulté d’exercer le droit de suffrage»

16h30 – 17h45 : De la théorie à la pratique : quels écarts ?

  • Mathieu LAVILLE (Doctorant en science de l’éducation, Université de Caen).
    « Enseignant référent. Une fonction à l’articulation des différents mondes sociaux du handicap »
  • Jérôme BAS (Doctorant en  science politique, Université Paris 8) :
    « L’accueil du handicap à l’université : une observation « par le bas » de la mise en œuvre d’une politique publique et de ses usages différentiés »

17h45-18h30 : Clôture de la journée et réunion ouverte du GT Handicap(s) et Sociétés

Comité d’organisation

  • Gildas Brégain, historien, Université de Rennes 2 – CERHIO
  • Seak-Hy Lo, sociologue, Université Paris-Sud – CERMES 3 – MSSH
  • Mathilde Mus, géographe, UMR IDEES 6266 et AURH
  • Gwenaëlle Perrier, politiste, Université de Paris 13 – CERAL
  • Noémie Rapegno, géographe, EHESS – CERMES 3 – Lab’urba – MSSH

« Politiques publiques du handicap », Journée d’étude, Calenda, Publié le mardi 23 juillet 2013, http://calenda.org/256304

Parution – Expertise psychiatrique et genre (revue Histoire, médecine et santé)

Histoire, médecine et santé, n°3 : Expertise psychiatrique et Genre

couv3-1SOMMAIRE (N°3 – Printemps 2013)
Dossier thématique : EXPERTISE PSYCHIATRIQUE et GENRE
Sylvie CHAPERON, Genre et expertise psychiatrique, une source peu utilisée
Fabienne GIULIANI, L’expertise psychiatrique des incestueux au XIXe siècle : un exercice insignifiant ?
Anne-Claude AMBROISE-RENDU, L’expertise psychiatrique et l’évaluation sociale du crime sexuel sur enfant (XIXe-XXe siècles) 
Nicole EDELMAN, Médecine, expertise et genre : l’« affaire Castellan » (XIXe siècle)
Caroline PROTAIS, Le malade mental criminel, dangerosité et victime : pour une socio-histoire du mouvement de responsabilisation du malade mental 
Sébastien SAETTA, Le discours des experts psychiatres dans des affaires de « fémicide » 
VARIA
Natalie PIGEARD, « Nature féminine » et doctoresses (1868-1930)
Francesca ARENA, La maternité : entre santé et pathologie. L’histoire des délires puerpéraux entre époque moderne et contemporaine
COMPTES RENDUS
Helena DA SILVA
Joan SHERWOOD, Infection of the Innocents: Wet Nurses, Infants and Syphilis in France, 1780-1900
Grégory QUIN
BOHUON Anaïs Le test de féminité dans les compétitions sportives. Une histoire classée X ?
Laurence TALAIRACH-VIELMAS
CAROL Anne, Physiologie de la veuve : une histoire médicale de la guillotine

Appel à articles – Santé globale et globalisation de la santé

Santé globale et globalisation de la santé

Pour une anthropologie des politiques globales de santé

Le concept de santé globale, sur un plan historique, recoupe l’histoire des chocs épidémiologiques et de leur circulation. Pourtant, la formalisation de cette notion est plus récente, entrant dans le cadre d’une stratégie de l’OMS visant à assurer une position de leadership dans le domaine de la santé. Alors qu’un des enjeux majeurs du monde contemporain tourne autour des notions de risque et sécurité, la résistance aux menaces est un questionnement qui ne se règle plus au niveau de l’État-nation. Ainsi, la santé globale est un exemple frappant de cette nouvelle donne touchant à l’environnement et à la santé humaine. Le concept de « Global health » dans les institutions internationales renvoie également à une forme de légitimation politique des actions menées au nom « de la planète », de l’humanité toute entière.

Le Journal des anthropologues souhaite revenir sur le rôle des organisations internationales dans l’organisation planétaire de la santé, mais aussi sur celui des grands fonds philanthropiques (Global Fund, Ford, Gates ou historiquement la fondation Rockefeller), comme acteurs centraux des politiques. De même, une véritable anthropologie des acteurs à buts lucratifs de la santé, les grandes firmes pharmaceutiques et les milliers de prestataires privés (cliniques, pharmacies, échoppes africaines), reste à produire pour comprendre les mutations qui touchent les différentes sociétés face à la globalisation des normes et pratiques de santé. Moins qu’une anthropologie des organisations internationales qui est déjà en train de se faire, le journal des anthropologues souhaite privilégier une analyse des conséquences politiques de l’évolution des politiques mondiales de santé, corrélée aux idéologies qui les soutiennent.

Un exemple du renouveau de l’anthropologie de la santé peut se trouver dans les travaux sur les essais cliniques dans des pays du Sud et leur interaction avec les groupes militants, lesquels étudient non seulement les nouveaux opérateurs économiques de la santé, mais également les stratégies des malades dans le but d’avoir accès aux traitements. Les innovations conceptuelles récentes traitent des questions de citoyenneté thérapeutique, de délocalisation / exportations des risques des essais, de gestion globale des pandémies à travers les programmes mondiaux (PEPFAR, Global Fund) mais aussi de la question du « triage » des malades dans l’accès aux programmes mondiaux. Ces analyses peuvent-elles être généralisées à d’autres contextes ? Comment produire des concepts opératoires au niveau mondial ? Les politiques globales produisent paradoxalement une balkanisation des malades et des maladies, traitées selon une échelle de priorités propres aux objectifs des fonds internationaux sélectionnant des maladies, au détriment d’autres. Comment rendre compte de ces éclatements des statuts et « citoyennetés » des différents malades au sein des mêmes sociétés ? Quels sont le statut, la place et le développement des normes éthiques dans cet édifice clinique et comment se situe l’anthropologie dans la construction d’une éthique de la clinique ?

Enfin, comment les dynamiques de la santé globale trouvent-elles des répercussions dans le domaine de l’image du corps, de la conception, de la place et de la recherche du bien-être ainsi que de l’idéal de bonne santé ? Par quels mécanismes la santé intègre-t-elle le marché mondial, avec ses contraintes de prix et de coût ? Quelle lecture peut-on en faire dans les disciplines spécialisées telles que la psychiatrie ou la santé sexuelle et reproductive ? L’appel à contribution est ouvert aux communications relatives aux politiques d’« empowerment » du patient dans le domaine sanitaire, aux développements des normes, essais, protocoles thérapeutiques et de leurs conséquences. La montée en puissance des TICE et des réseaux sociaux de santé, le développement de clubs de patients dessinent enfin une nouvelle donne du champ mondial de la santé et favorisent la diffusion des connaissances et les possibilités d’autogestion de la maladie. S’agit-il ici de contre-pouvoirs ? D’effets d’autonomisation du patient ? Ou de prolongations d’une nouvelle idéologie thérapeutique au plus près des patients ?

Modalités de soumission

Les résumés des propositions (5 000 signes) sont à adresser par mail en format word

avant le 1er décembre 2013

aux coordinateurs et les articles complets, d’une longueur maximum de 40 000 signes, avant le 1er mars 2014, avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues (afa@msh-paris.fr).

Publication : deuxième semestre 2014

Responsables scientifiques du numéro

« Santé globale et globalisation de la santé », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 27 juin 2013, http://calenda.org/254245