Petition regarding dismissal of Prof. Dr. Iris Ritzmann

Dear colleagues,
We have just heard of the dismissal of professor Iris Ritzmann by the University of Zurich.
Ritzmann was employed at the Institute of the History of medicine which includes the Museum of Medical History. The museum had been under the direction of Christoph Mörgeli, a member of the Swiss National Council. Almost a year ago Iris Ritzmann and her husband, the ethnologist and associate lecturer Eberhard Wolff, were arrested in front of their children when their house had been searched. Both spent 30 hours in custody. The prosecutor’s investigations were prompted by the suspicion that Iris Ritzmann and Eberhard Wolff had passed on the annual report of the MHIZ (!) and an expert report about the museum’s collection to the media, enabling a journalist to write a critical article about the scientific and museographic activities of Christoph Mörgeli and to have informed another journalist about the then imminent dismissal of Christoph Mörgeli. Almost eleven months have passed and the prosecutor is still investigating.

The entirely disproportionate legal investigations against Iris Ritzmann have not confirmed the substantial suspicions raised against her.

The University of Zurich nevertheless dismisses an eminent scientist after trying for more than a year to prevent her from carrying out her scientific work and to isolate her from the academy: Ritzmann had to obtain written permission from the Institute’s acting director and the legal department before she could accept invitations to lecture and to publications. Several international conferences had to be held without her contributions as a specialist in the field. The University seems unable, however, to withstand the political pressure it has experienced since Mörgeli’s dismissal.

 

A letter addressed to the University principal in which 60 scientists from Switzerland and abroad asked about the future of the two colleagues at the University of Zurich remained unanswered. The dismissal has now been justified by the alleged disclosure of confidential data and passwords. This is absolutely ridiculous as  Ritzman simply allowed access to the University’s learning platform which is used by 25,000 students (see the attached press release of Ritzmann).

 

We therefore ask you to support the attached petition. You can give your agreement by answering to 

hubert.steinke@img.unibe.ch

and adding a statement. 

Please sign with name, title and institution. And please feel free to distribute and collect signatures.

Press release will be published within a weeks time. 

 

Press Release

 

We, the undersigned scientists, are deeply disturbed to hear of the dismissal of Professor Dr Iris Ritzmann by the University of Zurich. We find it entirely incomprehensible that the University of Zurich could dismiss such a highly esteemed and renowned scientist.

 

For fifteen years (up until the appointment of a new director in 2011) Iris Ritzmann maintained the scientific work and standards at the Institute of the History of Medicine in Zurich (MHIZ) almost singlehandedly and under the most adverse conditions.  In doing so she gained the recognition of the scientific community as a notable scientist and medical historian, a fact that has found reflection in the many invitations she received as a lecturer, keynote speaker and author of original publications in peer-review journals and edited volumes.

 

The outstanding quality of Ritzmann’s work became also apparent recently when the University of Zurich commissioned an expert committee to examine the dissertations supervised at the MHIZ. While the supervisory activities of the former head of the Institute and of the curator were found to be largely very poor, a number of other dissertations from the Zurich Institute were considered excellent. Nobody who knows anything about the situation at Zurich would have the slightest doubt that the latter dissertations were supervised by Iris Ritzmann. The fact that the University omitted to mention this speaks volumes.

 

Eleven months ago, the University of Zurich suspended Iris Ritzmann pending the results of a legal investigation into the possible disclosure of the MHIZ annual report and an expert report about the collection at her Institute. In all this time the prosecutor has not released any information or evidence. The University has nevertheless maintained the suspension and massively obstructed Iris Ritzmann’s scientific work. Ritzmann was, for instance, prevented from accepting invitations to lecture without the written consent of the Institute’s acting director and the legal department and, as a result of clearly arbitrary decisions, she was unable to attend a number of international conferences.

 

Over and above that, the University has apparently given the public prosecutor of the Canton of Zurich access to the metadata of the email correspondence and telephone calls of University staff and journalists. Such steps are not only hugely out of proportion, they constitute an unacceptable violation of the personal rights of all scientists and faculty members of the University. We object to this violation in the strongest terms.

 

Whatever the charge brought against Iris Ritzmann in connection with press contacts and the passing on of information about the Institute of the History of Medicine to the press, it must be stated clearly that the university, which is funded by the taxpayer, is subject to the principle of freedom of information. As scientists who are constantly in the public eye and in communication with the press we all have regular “contact with the press.” This contact often involves a degree of disclosure of background information to journalists; how else could a press that is worthy of the name function? We don’t see it as our task to obstruct the work of the press. A university in a liberal society with a free press that is afraid of this kind of normal contact between the scientific community and the media has a fundamental problem: it is dreaming of a surveillance state.

 

The charges that led to Iris Ritzmann’s dismissal in no way justify the dismissal of this professor who, for many years, has done excellent work in research and teaching and has represented her subject with great personal commitment at home and abroad. It is difficult not to suspect that the University thinks it has to bow to political pressure by sacrificing a pawn. But the sacrifice is much greater than the University assumes: it not only dismisses a renowned professor but sacrifices science to politics.

 

In the year since this situation at the MHIZ began, the University has neglected to actively promote the standards of research and teaching. It was, however, the neglecting of these standards over many years that caused the conflict at the MHIZ, which escalated a year ago, in the first place. It is high time the University looked into this development and made it public. As long as the University tries to find easy ways out by blaming administration and staff members and glossing over past mistakes, it will not be possible to undo the damage it has caused to Medical History as a discipline and to the Swiss universities.

 

We strongly encourage the University of Zurich

–          To reinstitute Professor Dr Iris Ritzmann as a scientist at the University of Zurich in a position that will allow her to fully pursue her scientific work.

–          To investigate the deeply rooted problems of the MHIZ and make them public, including all relevant documents.

–          To disclose whether the public prosecutor was in fact given access to the metadata of the email correspondence and telephone calls of university staff and to explain the legitimacy of such steps.

 

We all appreciate the University of Zurich and many of us have worked closely with the University and its associates. We therefore hope that the University of Zurich will consider our urgent recommendations as recommendations of friends.

 

——-
Im Zusammenhang mit der Entlassung von Iris Ritzmann und der Sammlung von Unterschriften möchte ich Sie auf beiliegenden Beitrag in der heutigen NZZ hinweisen, der weitere Hintergrundinformationen liefert.

Appel à communications – Les représentations troublées du corps au cinéma

Appel à communications – Les représentations troublées du corps au cinéma

Ce colloque invite les artistes et les chercheurs en études cinématographiques et audiovisuelles à réfléchir sur les représentations troublées du corps humain à l’écran. Les propositions de communication pourront ainsi porter sur l’analyse de corps qui, de quelque manière que ce soit, sortent des normes : corps meurtris ou mutilés (séquences guerrières, horrifiques, hospitalières…), robotisés (fusion du mécanique et du biologique, exosquelettes…), hybrides, reconstruits ou en transformation (chirurgie, mutation, transsexualité, vieillissement, maladie…), difformes, défigurés ou monstrueux, etc. Les communicants pourront également examiner les techniques et stratégies filmiques qui peuvent perturber la représentation des corps à l’écran (cadrage, montage, lumière, mise au point, etc.).

Les mises en scène de figures atypiques voire monstrueuses – qui contrastent fortement avec les images dominantes, lisses et normalisées du corps humain – soulèvent de nombreuses problématiques telles que la marginalité, la transgression, l’hybridité, les mutations et l’évolution de la figure humaine, la plasticité du corps, la frontière entre le normal et le pathologique, entre l’humain et l’inhumain, etc. Les auteurs sont donc encouragés à explorer ces diverses thématiques et/ou à examiner les effets produits par la représentation de tels corps sur les spectateurs (fascination morbide ou répulsion, plaisir ou dégoût, détachement ou engagement viscéral…).

Pistes de réflexion

Voici une liste non-exhaustive de problématiques, de thèmes et de pistes d’analyse que ce colloque pourra aborder :

Approches philosophiques possibles :

  • Pourquoi certains réalisateurs cherchent-ils à bouleverser les représentations traditionnelles du corps ?
  • Quelles ressources esthétiques emploient-ils pour façonner à l’écran des corps qui s’écartent des normes ?
  • Ces représentations singulières, parfois inquiétantes de la corporéité humaine sont-elles nécessairement rattachées à des genres cinématographiques ou télévisuels spécifiques, tels que l’horreur ou la science-fiction ?
  • De quelles conceptions théoriques et philosophiques du corps ces représentations sont-elles solidaires ?
  • Quelles (re)définitions de la notion de corps suggèrent-elles ?
  • Quelles visions de l’homme proposent-elles ?
  • Quelles implications sociales, culturelles ou politiques renferment-elles ?
  • Quels discours critiques ces corps peuvent-ils incarner ?

Approches thématiques possibles :

  • Le monstrueux
  • Post-humains et trans-humains
  • L’humain et l’inhumain
  • Animalités du corps humain
  • Nouvelle époque, nouveaux corps
  • Déviances sexuelles
  • Transgression des normes de genres (sexuels ou cinématographiques)
  • Homosexualité, transsexualité, hermaphrodisme…
  • Le corps comme allégorie des évolutions ou des crises sociales, culturelles, politiques, économiques…
  • Etats et formes extrêmes du corps (exemples : obésité, anorexie/boulimie, maladies, crise de manque, etc.)
  • Débordements hyperesthésiques à l’écran, sensations viscérales et/ou anxiogènes : la corporéité troublée des spectateurs
  • Mutations, transformations, métamorphoses et “devenirs”

Techniques et stratégies filmiques de perturbation des corps à l’écran :

  • Effets spéciaux, prothèses, maquillages et costumes sont bien sûr des outils majeurs de façonnement, de transformation et, en définitive, d’invention des corps à l’écran.
  • Le travail de mise en scène peut aussi opérer toutes sortes de défigurations du corps humain, notamment à travers le choix des cadrages, l’utilisation de différentes focales, du flou ou de la surimpression qui peuvent fragmenter, troubler ou dédoubler les corps.
  • L’utilisation de la lumière et de ses réflexions sur les corps (ombres, striures) peuvent aussi découper, redessiner voire déformer leurs contours.
  • C’est aussi en post-production, par la scission d’un raccord, par le découpage du montage que les corps peuvent être “agressés”, perdre leur unité, leur cohérence ou leur densité.
  • De même, le travail sur les effets et textures sonores peuvent dématérialiser les corps ou, au contraire, leur conférer une dimension pesante qui peut devenir inquiétante voire monstrueuse.

À titre d’exemples…

  • Ces représentations inhabituelles du corps convoquent bien sûr le cinéma d’horreur ainsi que les films de zombies, de vampires ou de fantômes qui déclinent tout un éventail de corps anormaux, défigurés, morcelés, désincarnés, monstrueux…
  • Une tendance cinématographique récente, souvent nommée extreme cinema, combine des éléments du cinéma d’auteur ou d’art avec des formes de violence extrême et de sexualité morbide qui perturbent les représentations conventionnelles du corps humain. Cette tendance regroupe des réalisateurs comme Gaspar Noé, Claire Denis, Bruno Dumont, Michael Haneke, Lars Von Trier ou encore Nicolas Winding Refn dont les films mettent en scène des corps marginaux, bestiaux, agressifs et/ou agressés en les inscrivant dans des problématiques sociales, culturelles ou philosophiques plus larges.
  • C’est aussi le cas du genre du body horror ou biological horror qu’ont illustrés, entre autres, des réalisateurs comme David Cronenberg, Brian Yuzna, Lloyd Kaufman ou Clive Barker. Dans ces films de fiction, l’horreur dérive essentiellement de la dégénération, de la destruction ou de la transformation monstrueuse des corps : des maladies, des pathologies psychosomatiques ou encore divers phénomènes de mutation y déforment les traits de la figure humaine à l’écran au point, parfois, de la rendre méconnaissable.
  • Certaines productions (films d’action, séries…) mettent en scène des surhommes voire des super-héros dont les corps ne sont pas soumis aux limites habituelles des capacités physiques des êtres humains.
  • D’autres films ré-interrogent le corps humain à la lumière des études de genre et des théories queer, proposant une vision du corps beaucoup plus plastique, instable que nombre de films classiques qui reproduisent une vision essentialiste de la corporéité et de l’identité.
  • Certains films expérimentaux travaillent à remodeler la figure humaine à travers un éventail de techniques et de stratégies filmiques qui offrent de nouvelles variations dans la gamme des représentations du corps humain.

Informations pratiques

Candidature et inscription

Les candidats devront transmettre un résumé de leur projet de communication d’environ 500 mots ainsi qu’un court CV à BodyInFilm.ENS@gmail.com

avant le 15 janvier 2014.

Ils recevront une réponse du comité d’organisation fin février au plus tard et devront s’acquitter, en cas d’acceptation, de frais d’inscription d’un montant de 20 €.

Les trajets et l’hébergement seront à la charge du participant.

Langues acceptées pour les communications

Français et Anglais

Dates et lieu de l’événement

Le colloque aura lieu à L’Ecole Normale Supérieure de Paris (Amphithéâtre Dussane), les 27 et 28 juin 2014.

Responsabilité scientifique

  • Jérôme Bloch
  • Benjamin Flores
  • Sophie Walon

(ARIAS, ENS, Paris III).

Publication des actes envisagée (à confirmer).

 

« Les représentations troublées du corps au cinéma », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 29 octobre 2013, http://calenda.or

Colloque – L’évolution des politiques d’assistance sanitaire en France, en Italie et au Portugal, XVIe-XXIe siècle

Colloque – L’évolution des politiques d’assistance sanitaire en France, en Italie et au Portugal, XVIe-XXIe siècle

 

Le colloque se propose de réaliser une synthèse comparative des travaux menés depuis une dizaine d’années sur l’évolution des systèmes d’assistance sanitaire publique, au domicile et à l’hôpital, du XVIe au XXIe siècle, en France et dans deux pays de l’Europe méridionale, l’Italie et  le Portugal. Ces trois pays bénéficient en effet aujourd’hui de systèmes d’assistance sanitaire proches, dont l’édification progressive a commencé dès le XVIIe siècle, voire au XVIe siècle pour le Portugal. Les thèmes principaux que le colloque se propose d’aborder porteront sur les enjeux politiques, idéologiques, scientifiques et culturels de l’assistance sanitaire du XVIe au XXIe siècle ; la législation, les institutions sanitaires et les réseaux sanitaires ; les acteurs de la médiation-professions médicales et fonctionnaires d’État. Ces différents thèmes seront abordés dans une perspective pluridisciplinaire, associant historiens, médecins, juristes, sociologues, anthropologues, et spécialistes de sciences politiques, confrontant aussi pour l’occasion les travaux de chercheurs et de praticiens.

ANNONCE

« Il n’y a de richesse que d’hommes » écrivait au XVIe siècle le jurisconsulte français Jean Bodin. Préserver les populations de la maladie, favoriser leur « crue » ont constitué l’un des devoirs des souverains de l’Europe moderne et l’un de leurs plus gros soucis. L’assistance sanitaire confiée, durant le Moyen Age, à l’Eglise qui avait multiplié les hôpitaux et les fondations charitables, passe progressivement aux mains des pouvoirs politiques, avec le retour de la peste en Europe à partir de 1348-1352, en un mouvement qui n’a cessé de s’affirmer jusqu’à nos jours.

Programme détaillé du colloque

28 novembre: Université Paris 13

UFR LSHS, salle B 203

9h: Accueil

9h30-9h45: ouverture: Pierre Colonna (Directeur du Siège de l’AP-HP), Elisabeth Belmas (Université Paris 13,  MSH Paris-Nord) et Serenella Nonnis-Vigilante  (Université Paris 13, EHESS-Paris)

Formes et réseaux d’assistance sanitaire dans l’Europe moderne

Présidencede séance:  Patrice Guérin (Conservateur des Archives de l’AP-HP)

  • 9h45- 10h15: Elisabeth Belmas (Université Paris 13, CRESC, MSH Paris-Nord): L’émergence d’un réseau sanitaire: les hôpitaux militaires en Roussillon au XVIIIe siècle
  • 10h15-10h45: Rute Pardal (Université d’Evora, CIDEHUS): Does the poor relief have impact in the demographic indicators? (Évora, 1700-1750)
  • 10h45-11h15: Elena Della Piana (Politecnico di Torino, Dipartimento Architettura & Design) : Aux origines de  l’hôpital contemporain : le projet architectural en Italie à l’époque napoléonienne
  • 11h15-11h45: Laurinda Abreu (Université d’Evora, CIDEHUS) : The international influence on the Portuguese public health policy during the  late eighteenth century

11h45-12h15: discussion

12h15-14h: Déjeuner

Construction et circulation des modèles européens  d’assistance sanitaire au XIXe siècle

Présidence de séance:Laurinda Abreu (Université d’Evora, CIDEHUS)

  • 14h-14h30: Mathilde Rossigneux-Méheust (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle) :  Paris au XIXe siècle, laboratoire institutionnel d’assistance à la vieillesse
  • 14h-30-15h: Antoine Ermakoff  (CNRS/Université Paris Diderot, Sphere) :   Utiles à la société, lieux d’instruction : les hospices civils de Paris (1801-1848)

15h-15h15: Discussion

15h15-15h30:  Pause

  • 15h30-16h: Nancy Salazar Gonzales (EHESS, CRH) :  Circulation des savoirs et de pratiques médicales : l’influence française dans la lutte contre les maladies pestilentielles et exotiques dans le Rio de la Plata au 19ème siècle.
  • 16h-1630: Emmanuel Hirsch (Professeur des universités, directeur de l’Espace éthique de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, de l’Espace national de réflexion éthique sur la maladie d’Alzheimer) : Une approche de l »éthique hospitalière et de son évolution

16h-30-17h: Discussion

29 novembre : Espace Scipion, AP-HP

9h15: Accueil

L’Etat,  la santé publique et l’assistance sanitaire

Présidence de séance:Régis Bertrand (Université de Provence, TELEME)

  • 9h45-10h15: Serenella Nonnis-Vigilante (Université Paris 13, CRESC, EHESS-Paris) :   Du pauvre malade au malade pauvre : aux origines de l’Etat providence en Italie. XIXe-XXe  siècle
  • 10h15-10h45: Ana Isabel Aranzazu (Université Paris 13, CRESC, EHESS):La production du vaccin contre la grippe à l’Institut Pasteur : de l’industrie à la santé publique,  1957-1980

10h45-11h: Pause

  • 11h-11h30: Jeremy Geraart (Université Paris 13, IRIS  – UMR 8156 – Paris 13 – Inserm – EHESS – CNRS): Le visage moderne de l’assistance sanitaire institutionnalisée  – Conflits et enjeux autour des Permanences d’accès aux soins de santé à l’hôpital public.

11h30-12h: Discussion

12h-14h: Déjeuner

L’hôpital public aujourd’hui et demain

Présidence de séance : Pierre Colonna (Directeur du Siège de l’AP-HP)

  • 14h-14h30 : Sophie Albert (Directrice du projet Hôtel-Dieu): L’Hôtel Dieu demain: un concept d’hôpital interuniversitaire innovant
  • 14h30-15h : Hubert Joseph-Antoine (Directeur du Service aux Patients et de la Communication de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) :  L’hôpital face aux nouvelles attentes des patients
  • 15h-15h30 : Marc Dupont (Adjoint à la Directrice des Affaires juridiques  de l’AP-HP) :  Gestion publique, gestion privée de l’hôpital. Distinctions et convergences dans le système hospitalier français depuis la seconde guerre mondiale.

15h30-16h: Discussion

  • 16h-16h30 : conclusions : Régis Bertrand  (Université de Provence, TELEME)
  • 16h30-16h45 : clôture Pierre Colonna (Directeur du Siège de l’AP-HP), Elisabeth Belmas (Université Paris 13,  MSH Paris-Nord) et Serenella Nonnis-Vigilante  (Université Paris 13, EHESS-Paris)

Parution – De l’hospice au domicile collectif : la vieillesse et ses prises en charges de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Parution – De l’hospice au domicile collectif : la vieillesse et ses prises en charges de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

27000100489010L Yannick Marec et Daniel Réguer, De l’hospice au domicile collectif : la vieillesse et ses prises en charges de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013, 568 p.
 « Près de trois siècles de vieillesse observée, analysée, située. Trois siècles qui ont vu émerger les grands parents, au XVIIIe avec Greuze qui les peint, et au XIXe, avec Hugo qui les magnifie, pour, de nos jours, les faire osciller entre ceux qui aident et ceux qui sont aidés. Trois siècles qui ont regardé la pauvreté des vieux devenus incapables de travailler et tombés à charge de leurs proches et, à défaut, de la charité publique puis de l’assistance et en fin de la solidarité. Trois siècles qui ont vu la naissance des seniors, retraités actifs et, dit l’année 2012, solidaires des autres générations : l’entraide équitable et symétrique va-t-elle supplanter la relation nécessaire mais asymétrique de l’aide ? [. . .]
Le très grand intérêt et l’originalité [de ce volume] consistent à savoir osciller harmonieusement entre le local et le global, entre l’enracinement régional et la vision nationale, voire internationale. Ces travaux viennent de disciplines, de spécialités diverses, comme est diverse la société elle-même. L’accent est mis sur l’apport de la société à l’accompagnement de la vieillesse, grâce à des politiques sociales qui traversent les républiques et les gouvernements. De la généralisation des pensions de retraite qui fait reculer la pauvreté des vieillards, au développement de la gériatrie qui apprend à les soigner, à la modernisation de la gérontologie qui permet de mieux accueillir et accompagner, l’ouvrage met en valeur ce que la société fait pour ses anciens, même si, encore et toujours il y a plus et mieux à faire. »

 

Appel à communications – Dans les pas du passé. Marche et marcheurs aux XVIIIe et XIXe siècles

Appel à communications – Dans les pas du passé. Marche et marcheurs aux XVIIIe et XIXe siècles

Le présent appel à communication concerne une journée d’études qui se tiendra le mercredi 26 mars 2014 au musée d’histoire de Marseille mais aussi, au delà, dans un second temps, une publication collective plus large dans la collection Corps et âmes des PUP.

La marche a été longtemps le mode de déplacement le plus accessible pour le plus grand nombre. Cette fonction utilitaire s’est progressivement enrichie de significations hédonistes, hygiénistes, en même temps qu’un abondant discours se construisait autour de ses bienfaits, des normes à appliquer dans sa pratique.

Des travaux récents ont été consacrés à la promenade, notamment urbaine, au XVIIIe siècle, et à sa fonction sociale et culturelle (L. Turcot). Nous voudrions déplacer un peu le regard en partant du corps et de ses relations avec la marche : la marche comme activité mettant en jeu le corps, mais aussi les effets supposés de la marche sur le corps et sur l’esprit, le « physique et le moral ».

Quelques pistes non exhaustives :

  • La marche comme moyen de déplacement du plus grand nombre
  • Le pas, les façons de marcher : aspects sociaux
  • Physiologie, psychologie et hygiène du marcheur
  • La marche thérapeutique
  • La manie ambulatoire, le chemineau
  • Marches ritualisées et mises en scène : convois funèbres, marches nuptiales, manifestations
  • Marche et introspection, découverte de soi
  • Marche et genre
  • La marche comme discipline sportive ou comme danse
  • La marche militaire, les pas du soldat, les techniques de marche
  • La marche empêchée, le handicap, la paralysie, ses thérapeutiques
Modalités de soumission
Cette dimension corporelle devra impérativement être mise en avant dans les communications proposées et leur résumé (autour de 10 lignes).
Titres et résumés à envoyer avant le 31 décembre 2013

à carol@mmsh.univ-aix.fr ou anne.carol@neuf.fr

Les communications proposées seront examinées par un comité scientifique (A. Carol, I. Renaudet, O. Roynette, L. Turcot, F. Zanetti).

Il choisira parmi les propositions et établira les communications présentées le 26 mars et celles qui s’intégreront à la publication.

Appel à contribution – Les représentations du corps humain

Appel à contribution – Les représentations du corps humain. Expressions littéraires, manifestations artistiques, témoignages historiques et enjeux idéologiques

L’Université du Havre organise une journée d’études interdisciplinaire qui, cette année 2014, sera consacrée aux diverses représentations du corps humain, au cours des siècles et selon les différentes cultures. Les études porteront aussi bien sur les expressions littéraires, les manifestations artistiques, les témoignages historiques et les enjeux idéologiques.

Les domaines de recherche sont donc ouverts. La diversité des champs d’études aura pour objectif de montrer la richesse du sujet, son importance et son impact au cours des siècles, tout en essayant de trouver des points communs dans les diverses visions et représentations dont il a fait l’objet. Le corps pourra être vu en tant qu’objet culturel, le langage du corps dans le contexte quotidien et rituel étant suffisamment riche et développé pour pouvoir produire du sens.

Autrement dit, le corps peut être représenté comme un système de signes, ce qui permet d’aborder le sujet sous angles différents  et de proposer des sujets variés et enrichissants.

Sa représentation a été plus au moins acceptée aux cours des âges et dans les diverses cultures, et les valeurs qui s’y attachent vont de la simple image anonyme ou personnifiée, où les hommes se regardent comme dans un miroir rassurant, jusqu’aux représentations religieuses, mythologiques ou allégoriques.

Modalités de soumission

Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir un titre et un résumé de l’intervention proposée.

Date limite de dépôt : 1 décembre 2013.

Les interventions ont vocation à être publiées dans EOLLE, la revue en ligne et à comité de lecture du GRIC.

  • Stépahne Valter
    courriel : stephane [dot] valter [at] gmail [dot] com

 

Séminaire – Sociohistoire du handicap. Catégories, traitement social et expériences

Séminaire – Sociohistoire du handicap. Catégories, traitement social et expériences

 

Le séminaire retrace la constitution du champ du handicap à partir d’une analyse des catégories, des dispositifs institutionnels et des expériences singulières et collectives qui y ont contribué et qui ont façonné différentes significations de cet objet depuis un siècle. L’attention sera portée sur les conditions de leur production et les paradigmes dans lesquels elles s’enracinent : assistance morale puis légale, réparation/réadaptation, non-discrimination,  inclusion, activation, prévention… Les relations entre handicap et travail, éducation, identités, droits, classifications, prévention à la naissance, seront abordées dans une démarche diachronique qui s’intéresse aux jeux des acteurs impliqués dans un espace-temps cadré par des configurations structurelles, cognitives et morales particulières.

Sociohistoire du handicap : catégories, traitement social et expériences

Isabelle Villedirectrice d’études à l’EHESS, directrice de recherche à l’INSERM

5 novembre

Contextualisation : Concepts, définitions et leurs transformations.

19 novembre

Les catégories du handicap : essai de généalogie.

3 décembre

La réadaptation et l’unification d’un champ.

17 décembre

Expériences du handicap : ce que les dispositifs font aux personnes.

7 janvier

Le handicap pris dans la réforme de l’administration en France – 2005-2013.

Pierre-Yves Baudot, Politologue, Maitre de conférence à l’Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines.

21 janvier

Education inclusive en Suède. Dispositifs, pratiques et transformations.

Anders Gustavsson, sociologue, Professeur à l’Université de Stockholm, Suède.

4 février

Analyse sociohistorique de la médicalisation des échecs scolaires: réflexions actuelles sur une ancienne recherche.

Patrice Pinell, historien, Directeur de recherche Inserm – CSE-EHESS

18 février

Difficultés d’apprentissage de la lecture et dyslexie : l’édification de frontières par les médecins.

Sandrine Garcia, sociologue, Maitresse de conférence à l’Université Paris Dauphine – IRISSO.

4 mars

La place de la ‘reconnaissance de la qualité de de travailleur handicapé’ dans le travail des magistratures sociales.

Jean-Sébastien Eidelimann, sociologue, Maitre de conférence à l’Université de Lille3 – CERIES et Louis Bertrand, sociologue, chercheur au CERIES

1 avril

Qu’eut pensé Charles Darwin de la prise en charge des personnes handicapées dans la préhistoire ?

David Doat, Philosophe, Centre d’Ethique Médicale de Lille et Centre d’Etudes Sciences et Philosophie de l’Université de Namur, Belgique

6 mai

Quand le handicap interroge la naissance. Eugénisme, prévention et périnatalité.

Isabelle Ville

15 mai

Les ressorts imaginaires de l’adaptation parentale à l’altérité de l’enfant-autre. La figure de l’enfant, personne au cœur d’or.

Miches Desjardins, anthropologue, professeur à l’Université de de Saskatoon, Canada.

Séminaire ouvert aux auditeurs libres.

Inscription : isabelle.ville@ehess.fr

 

 

  • Salle 8, 2ème étage – 105, bd Raspail
    Paris, France (75006)

 

 

Appel à contribution – Agir pour chercher, chercher pour agir : recherches interventionnelles en SHS sur le cancer

Appel à contribution – Agir pour chercher, chercher pour agir : recherches interventionnelles en SHS sur le cancer

 

Dans des travaux de recherche en cours dans le champ des sciences sociales du cancer, les pratiques de recherche-interventionnelle semblent aujourd’hui prendre une importance croissante. Cependant, cette évolution ne semble pas infléchir les représentations du champ académique français qui tendent à déconsidérer ces pratiques par rapport aux recherches dites fondamentales. Pour autant, il semble que de nombreuses recherches en sciences sociales ont pour but ultime de générer des recherches pour l’action. En sciences sociales, notamment, étudier les inégalités sociales, n’est-ce pas, au-delà de la description et de l’analyse, chercher à les combattre ?

Le contexte actuel de mise en lumière de la recherche-interventionnelle notamment dans le cadre des appels d’offres actuels ne doit pas faire oublier que cette dynamique est assez ancienne. Par ailleurs, ces pratiques de recherche sont fréquemment mises en œuvre dans d’autres champs que celui des sciences sociales du cancer, comme la médecine, la santé publique, encore le travail social.

La polysémie du terme nécessite à la fois de réfléchir sur sa/ses définitions mais aussi de situer ces pratiques d’un point de vue historique et géographique. Qu’entend-on concrètement par recherche-action, recherche-interventionnelle, recherche translationnelle ? En quoi et comment ces pratiques se distinguent-elles de la recherche dite fondamentale ? Quels sont les lieux de production de ce type de recherche ? Comment ces lieux, s’ils sont différents s’articulent aux lieux de production de la recherche fondamentale ? Qu’est-ce qui motive le chercheur à s’engager dans ce type de recherche ? Quelles richesses et quelles limites ? Parce qu’elles mettent en jeu plusieurs catégories d’acteurs, ces recherches interrogent avec acuité la position de chercheur en SHS qui doit composer avec d’autres acteurs (professionnels, malades,…), voire d’autres disciplines dans la construction de son objet. Comment s’articulent les différentes disciplines entre elles ? Comment les chercheurs et les autres acteurs prennent position les uns par rapport aux autres ? Il sera aussi question de s’interroger sur la position du chercheur confronté à de nouvelles demandes ainsi que la nécessité sur des terrains dits « sensibles » de s’engager dans une démarche de recherche où l’implication du chercheur est sinon plus forte du moins questionnée.

Organisation de la journée

Cette journée s’organisera en deux temps. La matinée sera consacrée à la présentation de résultats et retour d’expériences de recherches-interventionnelles finalisées ou en cours. L’après-midi sera organisée autour de présentations d’outils de recherche et de méthodologie innovants dans le champ de la recherche-interventionnelle. Les communications seront sélectionnées suite à un appel à communication. Cette journée fera la part belle aux acteurs de la société civile engagés ou intéressés par les pratiques de recherche interventionnelle encancérologie, c’est-à-dire à la fois les professionnels du travail relationnel en tout genre (professionnels de santé quels qu’ils soient (médecins, infirmières, aides-soignantes, professions paramédicales, accompagnateurs en santé), professionnels de l’éducation ou encore du travail social), mais aussi les acteurs associatifs et les chercheurs (jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés).

Axe 1 : Résultats de recherches interventionnelles en sciences sociales sur le cancer

La matinée sera consacrée à la présentation de recherches en cours ou achevées. Sont attendues des communications présentant à la fois le contexte de la recherche (cadre institutionnel, financements, composition de l’équipe, autres caractéristiques spécifiques…) que les principaux résultats de la recherche (que produit la recherche ?). Seront mis en discussion les apports de ces travaux au regard de travaux plus classiques en SHS, tant du point de vue du contenu des recherches que del’expérience des chercheurs qui s’y sont engagés.

Axe 2 : Postures de chercheurs et méthodologies innovantes

L’après-midi sera consacrée à une réflexion méthodologique sur des travaux en cours ou achevés. Sont attendues des communications présentant des dispositifs méthodologiques originaux mis en place dans le cadre de recherches dites interventionnelles. Seront mis en discussions différents aspects soulevés par ces recherches : Qu’est ce que l’intervention fait à la production de connaissances et inversement ? Quelle temporalité entre production de connaissances et intervention ? Quelles relations entre les sociologues et les chercheurs d’autres disciplines ? Entre les chercheurs et les autres acteurs de la recherche (commanditaires/financeurs, public visé,…) ?

Remarque générale

Bien que la journée distingue le matin, la présentation du contenu des recherches, et l’après midi les dispositifs méthodologiques mis en place, il sera certainement difficile d’aborder les deux axes de façon totalement séparée, puisqu’un aspect des plus importants des recherches interventionnelles est lié à leurs innovations méthodologiques. Cependant, nous nous attacherons à consacrer autant de temps (le matin) au contenu des productions des travaux présentées qu’à leurs aspects méthodologiques (l’après-midi) et invitons tant les communicants que les participants à rester vigilants sur cet aspect.

Pré-Programme indicatif de la journée

  • 9h-9h30 : Accueil des participants
  • 9h30-10h : Introduction de la journée par Annie Thébaud-Mony (sociologue, directrice de recherche honoraire Inserm)
  • 10h-10h30 : Discussion
  • Axe 1 : Résultats de recherches interventionnelles en sciences sociales sur le cancer 10h30-11h : Communication sélectionnée 1
  • 11h-11h30 : Communication sélectionnée 2
  • 11h30-11h45 : Pause
  • 11h45 – 12h15 : Communication sélectionnée 3
  • 12h15-13h : Discussion générale
  • 13h-14h : Déjeuner offert (sous réserve d’être inscrit)
  • Axe 2 : Postures de chercheurs et méthodologies innovantes
  • 14h00-14h30: Communication sélectionnée 1
  • 14h30-15h00 : Communication sélectionnée 2
  • 15h00-15h30 : Communication sélectionnée 3
  • 15h30 – 15h45 : Pause
  • 15h45 – 16h45 : Discussion
  • 16h45 – 17h30 : Vie du groupe « jeunes chercheur-e-s en sciences sociales sur le cancer » (réservé aux membres du Groupe, inscription sur demande)

Instructions aux auteurs

Un résumé de la communication (1500 signes) est attendu

pour le 28 octobre 2013

et doit être envoyé aux adresses suivantes : bourgeois.socio.orga@free.fr,anne.chand@wanadoo.fr , learestivo@gmail.com, zoe.rollin@gmail.com).

Vous serez informés le 8 novembre des communications sélectionnées.

En amont de la journée, et pour mieux discuter vos travaux, nous demanderons aux communicants sélectionnés de nous faire parvenir un texte. Ces textes sont attendus pour le 2 décembre au plus tard.
Pour tout ou partie, une publication ultérieure sera envisagée.

N’hésitez pas à revenir vers nous pour davantage de précisions.

 

Poste de doctorant-e en histoire de la médecine

Poste de doctorant-e en histoire de la médecine

Université de Berne

L’Institut d’histoire de la médecine de l’Université de Berne met au concours un poste de doctorant(e) en histoire de la médecine. Une allocation de thèse d’une durée de 3 ans de CHF 42 000 à 48 000 par an est attribuée par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (FNS) dans le cadre du projet de recherche : « Medical practice and international networks. Albert Schweitzer’s Hospital in Lambarene, 1913-1965 ». Le but est de produire un « biographie analytique » de l’hôpital Albert Schweitzer de Lambarene en s’appuyant sur des sources d’archives disponibles en langues allemande et française. On visera à comprendre la pratique médicale à l’hôpital et le réseau international de Schweitzer.

L’Institut d’histoire de la médecine de l’Université de Berne met au concours un poste de doctorant (e) en histoire de la médecine (PhD Student).

  • Nature : Allocation de thèse du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (FNS
  • Entrée en fonction : 01.01.2014 ou à convenir
  • Durée du contrat : 3 ans (36 mois)
  • Taux d’activité : 100%
  • Rémunération : CHF 42’000 à 48’000 par an
  • Lieu de travail : Université de Berne, Institut für Medizingeschichte der Universität Bern
  • Annonce du: 08.10.2013
  • Offre parue en: Allemand, Français
  • Candidatures jusqu’au 8.11.2013

Description des tâches

Le but est de produire un « biographie analytique » de l’hôpital Albert Schweitzer de Lambaréné en s’appuyant sur des sources d’archives disponibles en langues allemande et française. On visera à comprendre la pratique médicale à l’hôpital et le réseau international de Schweitzer. Pour plus de détails consultez le lien ci-dessous:

http://www.img.unibe.ch/content/forschung/lambarene_hospital_1913_1965/index_ger.html

Nom du projet

« Medical practice and international Networks.Albert Schweitzer’s Hospital in Lambarene, 1913-1965 ».

Profil souhaité

  • Master en science humaines, de préférence en histoire.
  • Très bonnes connaissances de l’allemand et du français.
  • Des travaux antérieurs en histoire de la médecine, histoire culturelle ou sociale seraient un atout.

Dossier de candidature

Joindre les documents de candidature usuels (inclure éventuellement un pdf de votre mémoire de master) par courriel à: hubert.steinke@img.unibe.ch

Pour tout renseignement complémentaire, merci de contacter Hubert Steinke:hubert.steinke@img.unibe.ch

Remarques

Soucieuse de promouvoir une représentation équitable des femmes et des hommes parmi son personnel, l’Institut d’histoire de la médecine de l’Université de Berne encourage des candidatures féminines.

 

CONTACTS

  • Hubert Steinke
    courriel : hubert [dot] steinke [at] img [dot] unibe [dot] ch

 

Parution – Journal of the History of Medicine and Allied Sciences

Parution – Journal of the History of Medicine and Allied Sciences
jalsci_68-4_Cover_jalsci_68_4_cover

Volume 68, Number 4, October 2013

 

Parution – Enceinte. Une histoire de la grossesse entre art, histoire et société

Parution – Enceinte. Une histoire de la grossesse entre art, histoire et société

 

Enceinte-flyer-page-001 Emmanuelle Berthiaud, Enceinte. Une histoire de la grossesse entre art, histoire et société, Paris, Editions de la Martinière, 2013, 248 p.

 Aujourd’hui valorisée et volontiers exhibée, la grossesse a longtemps été peu visible en Occident. Assez nombreuses dans l’art religieux du Moyen Âge, les femmes enceintes ne sont ensuite plus guère représentées par les artistes jusqu’au début du XXe siècle en raison de tabous multiples. Seules les images médicales et certains genres artistiques montrent sans pudeur, mais non sans clichés, le corps de la future mère. Il faut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour que les femmes enceintes reviennent dans l’art et les médias. Éclairant un aspect essentiel de la culture visuelle européenne, ce parcours iconographique permet aussi de retracer un moment important de la vie des femmes d’autrefois et de comprendre l’évolution des représentations sociales de la grossesse.

Post-doctorat – Lactation in history : a crosscultural research on suckling practices, representations of breastfeeding and politics of maternity in a European context

 Post-doctorat – Lactation in history : a crosscultural research on suckling practices, representations of breastfeeding and politics of maternity in a European context 

 

Dans le cadre d’un projet de recherche Sinergia financé par le FNS et portant sur l’histoire de l’allaitement maternel (« Lactation in history : a crosscultural research on suckling practices, representations of breastfeeding and politics of maternity in a European context »), nous mettons au concours

 

Un poste de postdoc à 80%

 

Descriptif du poste:

Le/la titulaire du poste sera un(e) spécialiste de l’histoire européenne de l’époque moderne. Il/elle sera appelé(e) à travailler sur des problématiques propres à l’histoire sociale et à la culture médicale dans le cadre du projet collectif sur l’histoire de l’allaitement maternel. Le champ d’étude spécifique comprendra l’étude de sources manuscrites (ego-documents, correspondances) et de textes médicaux européens, notamment francophones, pour les 17e et 18e siècles. Une sensibilité démontrée pour des approches genre sera un atout.

 

Le/la candidat(e) souhaité(e) devra être capable de travailler de façon indépendante et être à l’aise dans la collaboration avec une petite équipe. Il/Elle devra prendre part aux activités du groupe de recherche « Lactation in History », et publier ses résultats dans des revues internationales et en participant à un des projets de publication collective du groupe de recherche.

 

Qualifications demandées:

  • Doctorat en histoire (époque moderne, siècles XVIIe-XVIIIe) ou titre jugé équivalent ;
  • expérience de la recherche en archives ;
  • compétences linguistiques requises : français (langue de travail), anglais et allemand ; la connaissance du latin est souhaitée.

 

Entrée en fonction: 1er janvier 2014

 

Institution de rattachement : Université de Genève, Institut d’Histoire de la Médecine et de la Santé.

 

Durée du contrat: Une année, renouvelable pour une période de deux ans (1+2).

 

Rémunération: la classe de rémunération dépend de l’expérience du candidat. Le montant maximum disponible pour ce poste est de 60’500 francs/ans (1ère année)  à  66’300 francs/ans (3e année).

 

Délai de candidature: 30 novembre 2013

 

Documents requis :

  • lettre de motivation
  • C.V.
  • copies des diplômes
  • résumé de la dissertation de doctorat (max 2 pages)
  • un projet personnel (en cours ou à réaliser) en rapport avec la thématique du projet (1-2 pages)
  • 2 lettres de recommandation envoyées directement par les signataires (document PDF avec signature).

 

Les candidatures contenant les documents et les lettres de recommandation sont à envoyer par courriel aux adresses suivantes:

Daniela.Solfaroli@unige.ch; Andrea.Carlino@unige.ch; Philip.Rieder@unige.ch.

 

Désirant associer tant des femmes que des hommes à l’enseignement et à la recherche, l’Université souhaite recevoir davantage de candidatures féminines.

 

Renseignements: pour de plus amples informations, contacter les responsables du projet.

Journée d’étude – La Croix-Rouge à l’épreuve du feu 1870 – 1914

Journée d’étude – Humanitaire Médecine 2 : La Croix-Rouge à l’épreuve du feu 1870 – 1914

Organisées par Genève Humanitaire, Centre de recherches historiques et par l’Institut d’histoire de la médecine et de la santé, Faculté de médecine Université de Genève, à l’occasion du 150e anniversaire du CICR et du Mouvement de la Croix-Rouge.

Organized by Genève Humanitaire, Centre de recherches historiques and by the Institute for the History of Medicine and Health, Faculty of Medicine, Geneva University, at the occasion of the 150th anniversary of the ICRC and the Red-Cross Movement.

24-26 octobre 2013 – Genève

Auditoire de la Fondation Louis-Jeantet
Centre Médical Universitaire
Palais de l’Athénée

PROGRAMME

Jeudi 24 octobre

 
9 heures : Guerre franco-allemande 1870-1871Auditoire de la Fondation Louis-Jeantet
Président de séance : Jean-Luc Blondel

1. Pierre Maudet Message du Conseil d’Etat.

2. Roger Durand Louis Appia 1818-1898, médecin fondateur du CICR et franc-tireur de la charité internationale.

3. Valérie Lathion Frédéric Ferrière, 1848-1920. Un étudiant au chevet des blessés d’une ambulance badoise lors de la guerre de 1870-1871.

4. Peter van den Dungen John Furley, 1836-1919, fondateur de la Croix-Rouge britannique, sa mission lors de la Commune de Paris.

5. François Bugnion L’accueil des Bourbaki en Suisse.

14 heures : Activités et développements en Europe

Auditoire de la Fondation Louis-Jeantet
Présidente de séance : Dolores Martín-Moruno

6. Jon Arrizabalaga  et Guillermo Sánchez Martínez How did humanitarianism transform the meaning of war medicine and public health : the Red Cross and the civil wars in Spain 1870-1876.
7. Luc De Munck Le docteur Henry Van Holsbeek, la Société nationale belge de la Croix-Rouge et l’Alliance universelle, 1873-1879.8. Véronique Harouel L’évolution du statut des médecins militaires français entre 1870 et 1914.

9. François Bugnion La mission du docteur Frédéric Ferrière au Montenegro, en 1875-1876.

Conférence publique, 18 heures 30
Centre médical universitaire, salle A250

Présentation du conférencier par le professeur Henri Bounameaux doyen de la Faculté de médecine

Bruce Eshaya-Chauvin, conseiller médical du projet HCiD, CICR Les soins de santé en danger. Un défi pour le XXIe siècle.

Vendredi 25 octobre
9 heures : Guerres colonialesAuditoire de la Fondation Louis-Jeantet
Présidente de séance : Françoise Dubosson

10. Francisco Javier Martínez American versus international ? Red Cross hegemony : and the question of prisoners in the Cuban and Filipino wars of independence 1895-1898.

11. Juan Carlos García Reyes Spanish Red Cross, 1876-1898 from Alfonso XII’s Bourbonic Restoration to the 1898 Colonial Disaster.

12. Paolo Vanni et Maria Grazia Baccolo La mission de la Croix-Rouge italienne lors de la guerre coloniale d’Abyssinie la bataille d’Adua.

13. Philippe Bender La mission médicale de la Croix-Rouge suisse lors de la Guerre des Boers en 1900.14. Raimonda Ottaviani Bartolo Nigrisoli, chef de chirurgie pendant la première campagne balkanique.

14 heures : Activités et développements

Auditoire de la Fondation Louis-Jeantet
Présidente de séance : Malika Aït-Mohamed Parent

15. Philippe Bender Médecins et ambulances de la Croix-Rouge suisse lors des guerres balkaniques de 1912-1913.

16. Bernardino Fantini La Croix-Rouge italienne en ordre de marche dans la guerre à la malaria.

17. Stefan Schomann Un médecin et une infirmière allemands dans la guerre russo-japonaise de 1904-1905 : Walter et Elisabeth von Oettingen.

18. Andres Vera Traitement du PTSD (alors appelé shell shock)pendant la guerre russo-japonaise.

Samedi 26 octobre

9 heures : Les populations civilesPalais de l’Athénée
Président de séance : Bernardino Fantini

19. Jean-Marc Brachard Propos de bienvenue du président de la Société des arts.

20. Bernard Lescaze La Société des arts et le palais de l’Athénée à l’époque de la fondation de la Croix-Rouge.

21. Roger Durand Le rôle des médecins lors de la Conférence constitutive, 26-27-28 et 29 octobre 1863.

22. Enrico Valsangiacomo Walther Sahli, 1860-1916 secrétaire général de la Croix-Rouge suisse et pionnier de l’aide à la population civile.

23. Marian Moser Jones Clara Barton, 1821-1912 Transatlantic Transplant : How the American Red Cross Founder Changed the Purpose of the Red Cross and the Meaning of Neutrality.

24. François Bugnion Conclusion de la deuxième phase des Journées d’études internationales.

ACCÈS

Auditoire de la Fondation Louis-Jeantet
route de Florissant 77 – 1206 Genève

Centre Médical Universitaire
côté hôpital – rue Michel-Servet 1, 1205 Genève
côté Champel – avenue de Champel 9, 1206 Genève

Palais de l’Athénée
rue de l’Athénée 2 – 1205 Genève

La première phase “La Croix-Rouge à l’épreuve du feu, 1854-1870” a eu lieu les 14-15 février 2013, à la Fondation Louis-Jeantet les actes sortiront de presse en octobre 2013.

Les troisième et quatrième phases auront lieu en 2014 elles porteront respectivement sur 1914-1945 et 1945 à nos jours.

Contacts :
Roger Durand  president@shd.ch
Bernardino Fantini  bernardino.fantini@unige.ch

Parution – La douleur des bêtes : La polémique sur la vivisection au XIXe siècle en France

Parution – La douleur des bêtes : La polémique sur la vivisection au XIXe siècle en France 

image.html  Jean-Yves Bory, La douleur des bêtes : La polémique sur la vivisection au XIXe siècle en France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 334 p.

 Au XIXe siècle, la vivisection se constitue en pratique professionnelle et se développe jusqu’à son institutionnalisation en 1880. Dans cette même période, elle engendre des contestations de plus en plus nombreuses. L’histoire de cette polémique propose une réhabilitation des vaincus que furent les antivivisectionnistes et les animaux.

La période antérieure à 1880

  • Le paradigme de la vivisection
  • Les polémiques internes au monde scientifique
  • Les polémiques avec les protecteurs
  • L’institutionnalisation de la vivisection

Les années 1880-1914

  • Le mouvement antivivisectionniste
  • La polémique sur la rage
  • L’antivivisection à la Belle époque
  • Le paradigme de l’antivivisection

Journée d’étude – Écrire l’histoire de la médecine : temporalités, normes, concepts

Journée d’étude – Écrire l’histoire de la médecine : temporalités, normes, concepts

Manifestation à la MSH Paris Nord
 22 novembre 2013
9:30 à 17:00
  • Responsable(s) scientifique(s)
    Stanis Perez (CRESC/Pléiade-Université de Paris XIII-MSH Paris Nord)
  • Invité(s)
    Evelyne Samama (Université de Versailles-St Quentin en Yvelines-ESR-CRESC/Pléiade)
    Caroline Husquin (Université de Lille 3-Université de Fribourg)
    Marilyn Nicoud (Université d’Avignon-UMR 5648/CIHAM)
    Joël Coste (EPHE-Paris V)
    Elisabeth Belmas (CRESC/Pléiade-Université de Paris XIII-MSH Paris-Nord)
    Claudia Pancino (Université de Bologne)
    Naïs Virenque (Université de Tours)
    Isabelle Coquillard (Université de Paris-Ouest Nanterre)
    Christelle Rabier (EHESS, Wellcome Trust)
    Benoît Majerus (Université du Luxembourg)
    Johanna Tietje (Université du Luxembourg)

• Stanis Pérez (CRESC/Pléiade-Université de Paris XIII-MSH Paris Nord) et Elisabeth Belmas (CRESC/Pléiade-Université de Paris XIII-MSH Paris Nord) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord et du CRESC de l’université de Paris XIII – Villetaneuse, organisent une journée d’étude internationale « Écrire l’histoire de la médecine : temporalités, normes, concepts »  le vendredi 22 novembre 2013 de 9h30 à 16h20 à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.

• La journée d’étude est consacrée à l’historiographie médicale, au sens le plus large de la formule, et à ses outils. La période retenue va de l’Antiquité à nos jours. L’histoire de la médecine, des médecins ou, plus généralement, de la santé seront interrogées du point de vue méthodologique, en laissant de côté le contenu factuel des sources ou des études critiques relevant du thème choisi. Il ne s’agit pas d’établir un bilan historiographique mais de réfléchir sur les méthodes anciennes et modernes d’écrire et de penser l’histoire de la santé et de la médecine. Le programme couvre trois thématiques :
1) la critique des sources, de l’épigraphie grecque aux dossiers médicaux contemporains en passant par les correspondances,
2) les problèmes posés par les archives, du lexique au traitement statistique,
3) la manière de penser les temporalités (origines, ruptures, continuités) en histoire de la médecine, de Jean Bernier à Michel Foucault.
Lieu :
MSH Paris Nord

4, rue de la Croix Faron
93210 Saint-Denis La Plaine

En transports en commun:
Gare du nord :
RER B – arrêt « La Plaine – Stade de
France » puis bus 153 jusqu’à l’arrêt
« La Montjoie »

Métro ligne 12 :
arrêt « Place du Front Populaire », terminus de la ligne.

Renseignements complémentaires : stanis.perez@mshparisnord.fr