Parution – Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe

Parution – Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe 

 

419MQ9VYrxLFrank Huisman, Harry Oosterhuis (Editors), Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe, Pickering & Chatto Ltd, Studies for the Society for the Social History of Medicine,  2013, 256 pages.

Following the Second World War, health was defined by a number of international organizations as a universal human right. It was this fundamental principle that led to the development of modern-day systems of collective funding, and health is now at the top of the global political agenda. The essays in this collection contain a wealth of empirical and analytical information. Contributors look at issues of health and citizenship in Europe across two centuries, and examine the extent to which the state can interfere with the private lives of its citizens, the role of individual responsibility and if any boundary occurs in terms of what the state can realistically provide. It will appeal to those interested in the history of medicine, in political science and the burgeoning field of health policy.

Journée d’étude – La santé des familles monoparentales au Royaume-Uni

Journée d’étude – La santé des familles monoparentales au Royaume-Uni. Du Black Report au rapport Marmot (1990-2010)

The Health of One-Parent Families in the UK. From the Black Report (1980) to the Marmot Review (2010)

La durée de vie des Anglais a augmenté mais les disparités sanitaires se sont accentuées dans le même temps (Marmot, 2010). Si la dépression des mères qui élèvent leur enfant seule fait l’objet de publications (Bebbington et al, 2003 ; Atkins, 2010), d’autres déterminants de la santé liés au style de vie – le tabagisme, la consommation d’alcool, la fatigue, les problèmes de sommeil, l’obésité, la nutrition, la diététique, les maladies cardiovasculaires, respiratoires, les cancers, la mortalité, le manque d’activités physiques et de loisirs – sont peu évoqués, voire peu documentés ou passés sous silence. Or, la santé des mères qui élèvent leurs enfants seules, qu’elles soient divorcées, séparées ou veuves, est plus fragile que celle des femmes mariées ou vivant en couple (Beatson-Hird et al, 1989).

Au Royaume-Uni en 2011, deux millions (1,96 m) de familles sur les 18 millions (17,9 m) que compte ce pays étaient des familles monoparentales (ONS 2012)) avec enfants à charge. Les mères représentent près de 92 % d’entre elles et ces taux ont peu évolué depuis 2001.

L’objectif de la journée d’études permettra de lever le voile sur ces phénomènes et de les analyser au regard d’enquêtes qualitatives et quantitatives par exemple. Il s’agira d’étudier les réalités de la vie quotidienne de ces parents, les inégalités sociales et géographiques en matière de santé, de comprendre les mécanismes et d’envisager les enjeux sanitaires sur les futures générations tout en sachant que la responsabilité de la santé publique est transférée du National Health Service aux collectivités locales, selon les propositions du gouvernement de coalition.

Organisée par Monde anglophone : politiques et sociétés (MAPS)

Programme

9 h – 9 h 15 : accueil et mot de Madame Martinet  directrice de l’unité de recherche Histoire et dynamique des espaces anglophones : du réel au virtuel (HDEA).

Présidente de séance/Chair: Professor Elizabeth Dowler

  • 9 h 15 – 10 h : keynote speaker: Professor Ann Berrington, University of Southampton & ESRC Centre for Population Changeet questions. The Changing Demography of Lone Parenthood in the UK
  • 10 h – 10 h 30 : Professor Sarah Payne, University of Bristol. Lone parents and mental health in the UK: findings from the 2011 Poverty and Social Exclusion Survey
  • 10 h 30 – 11 h : Dr Susan Harkness,  University of Bath. The Influence of Employment on Depression among British Lone and Partnered Mothers under an Era of Welfare Reform

11 h – 11 h 15 : pause/break

Présidente de séance/Chair: Dr Nadia Mantovani

  • 11 h 15 – 11 h 45 : Judy Corlyon, Principal Researcher at the Tavistock Institute of Human Relations. Causes and consequences of poor mental health following divorce and separation
  • 11 h 45 – 12 h 15 : Professor Elizabeth Dowler, University of Warwick. Surviving not thriving:  eating and health in lone parent families in the UK

12 h 15 – 12 h 45 : questions

13 h – 14 h : déjeuner/ lunch

  • 14 h 15 – 14 h 45 : Dr Tamsim Hinton Smith, University of Sussex. UK lone parent university students – exploring health-related issues in an atypical research group.’

Présidente de séance/Chair: Dr Fabienne Portier-Le Cocq

  • 14 h 45 -15 h 15 : Dr Denise Hawkes, The Institute of Education, University of London. Inequality in Health and Development of Children in the UK: Evidence from the Millennium Cohort Study.

15 h 15 -15h 30 : pause/break

  • 15 h 30 -16h 00 : Alison Hadley OBE, UK’s Director of Teenage Pregnancy Knowledge Exchange, University of Bedfordshire. The Teenage Pregnancy Strategy for England: lessons learned but more to do
  • 16 h 00 -16 h 30 : Dr Nadia Mantovani, St George’s University of London. Early Motherhood and Social Capital: Exploring the impact of social organisation on the health of Black teenage mothers ‘looked after’ by the State.
  • 16 h 30 -17 h 00 : Dr Lisa Arai, University of Teeside. Public health, social anxieties: the example of the English lone teenage mother

17 h – 17 h 30 : questions

17 h 30 : clôture de la journée d’études/ end of the conference.

  • Fabienne Portier-Le Cocq
    courriel : fabienne [dot] portier [at] univ-paris13 [dot] fr

« La santé des familles monoparentales au Royaume-Uni », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 17 janvier 2014, http://calenda.org/274278

Appel à articles – Corps suisse (s), corps en Suisse

Appel à articles – Corps suisse (s), corps en Suisse

En vue d’une publication, nous sollicitons la participation d’auteur.e.s intéressé.e.s à collaborer à un projet éditorial intitulé Corps suisse (s), corps en Suisse. Cet ouvrage s’inscrit dans une perspective de connaissance visant à documenter le thème du corps en mouvement, dans la diversité de leurs manifestations et en relation avec les sphères du travail, des loisirs, de l’art et la culture, de l’hygiène et la santé, etc. Décrire ces corps mobiles appelle à éclaircir les liens qui les relient à des lieux et à des espace de production de normes, ainsi qu’à identifier et à comprendre le rôle des institutions qui, selon les époques, ont travaillé les corps en fonction d’enjeux socio-politiques, culturels, économiques.

Une série de questions structurant la problématique générale a été retenue, sur lesquelles les éditeurs attendent des connaissances en particulier.

Sous l’angle principalement historique et sociologique, est-il possible de mettre en exergue des repères chronologiques dans l’histoire nationale, en mesure de circonscrire différents âges des corps en mouvement ; et ceci tant du point de vue des techniques corporelles que des représentations, des éducations, des traitements ou des gouvernements des corps en action?
Dans quelle mesure le cas suisse aide à repérer les influences, les courants de personnes et d’idées – hygiéniques, pédagogiques, touristiques, sportifs, artistiques – qui ont nourri des échanges et conduit à des hybridations dans les cultures corporelles ?
Du point de vue de la thématique générale du corpus mobilis, la Suisse constitue-t-elle un espace de spécificités, dont on peut identifier les causalités socio-historiques ; mais aussi les domaines expressifs sous l’angle des usages, des pratiques et des représentations ?

Axes de propositions possibles

En rapport avec la problématique générale, quatre axes ont été définis, en mesure d’orienter les contributions :

  • Fabriquer les corps
  • Entretenir les corps
  • Montrer les corps
  • Mobiliser les corps

Langues

Les contributions peuvent être rédigées en français ou en allemand. Leur taille doit impérativement se situer entre 45’000 et 50’000 signes.

Conditions de soumission

Un projet d’une page environ contenant un titre et précisant la perspective disciplinaire et la méthodologie utilisée est à adresser aux coordinateurs de l’ouvrage.

En raison du thème privilégié, les éditeurs rendent attentifs les contributrices et les contributeurs au fait que les ressources iconographiques seront valorisées.

Calendrier

Les propositions d’articles sont à remettre pour le 1er mai 2014

Les réponses définitives aux auteurs interviendront à la date du 15 juillet 2014

La version finale des articles acceptés sera à remettre pour le 15 décembre 2014

Coordinateurs de l’ouvrage

Les propositions d’articles devront être envoyées aux trois adresses suivantes : Monica Aceti, (monica.aceti@unifr.ch); Laurent Tissot (laurent.tissot@unine.ch); Christophe Jaccoud (christophe.jaccoud@unine.ch);

 

 

 

« Corps suisse (s), corps en Suisse », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 17 janvier 2014, http://calenda.org/274267

Journée d’étude – Politiques du handicap

Journée d’étude – Politiques du handicap

À l’occasion de la parution du numéro de la revue Terrains & Travaux consacré aux politiques du handicap (n°23, 2013), le LIEPP organise une journée d’étude autour des problématiques actuelles traversant ce champ de recherche et d’action publique.

 

Programme

Lundi 27 janvier 2014

Session 1 : 14h00-14h45

Genèse et conception des politiques du handicap

  • Présentation générale du dossier « Politiques du handicap » (terrains & travaux n°23, 2013), par Pierre-Yves Baudot (CESDIP et CEE), Céline Borelle (PACTE) et Anne Revillard (OSC-LIEPP).
  • Présentation et discussion par Michel Chauvière (CERSA) de « Droits ou quotas ? L’American with disabilities act (ADA) comme modèle des droits des personnes handicapées », de Katharina Heyer (Université de Hawaï) (traduction  par Pierre-Yves Baudot, Céline Borelle et Anne Revillard).

Session 2 : 14h45-15h30

La reconnaissance du handicap : recours et administration

Présentation et discussion par Jean-Sébastien Eideliman (CeRIES) de :

  • « Handicapé ? C’est insulter ma descendance et aussi mes ancêtres ! » Négociations autour de l’inscription de l’enfant d’origine chinoise à la MDPH, parSimeng Wang (CMH).
  • « Mettre l’usager au cœur du dispositif » ? Regards croisés sur quatre maisons départementales des personnes handicapées, par Gwenaëlle Perrier (CERAL).

Réponses des auteures et discussion avec la salle.

Session 3 : 15h30-16h15

Les politiques du handicap par le bas : quelle traduction dans les entreprises et les institutions médico-sociales ?

Présentation par Léa Lima (LISE/CNAM) de :

  • Les mises en forme du handicap. Le travail politique d’une institution sur le handicap « lourd », par Olivier Quéré (Triangle).
  • L’invisibilité du « travail en plus » de salariés sourds, par Sophie Dalle-Nazébi(WebSourd)et Sylvain Kerbourc’h (CEE / CADIS-EHESS).

Réponses des auteurs et discussion avec la salle.

16h15-16h30 : Pause café

Table-ronde : 16h30-18h00

Politiques du handicap : regards croisés sur les enjeux actuels pour l’action publique et la recherche

Animation : Anne Revillard (OSC-LIEPP).

Intervenants :

  • Eric Blanchet, Directeur Général de l’ADAPT – Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées ;
  • Jérémie Boroy, Conseiller « Accessibilité et éducation » auprès de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion ;
  • Igor Dupin, Directeur de la MDPH des Ardennes, Président de l’Association des directeurs de Maisons départementales de personnes handicapées ;
  • Agnès-Marie Egyptienne, Secrétaire générale du Comité interministériel du handicap ;
  • Bernadette Moreau, Directrice de la compensation à la CNSA – Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

Inscription dans la limite des places disponibles: liepp@sciencespo.fr

Journée d’étude organisée par :
Anne Revillard, Pierre-Yves Baudot et Céline Borelle

 

  • Sciences Po, salle du conseil. La salle est accessible pour les personnes à mobilité réduite, et un sous-titrage en temps réel par vélotypie est prévu. – 13 rue de l’Université
    Paris, France (75007)

 

 

  • LIEPP
    courriel : liepp [at] sciencespo [dot] fr

« Politiques du handicap », Journée d’étude, Calenda, Publié le lundi 13 janvier 2014,http://calenda.org/273943

Carnet Hypotheses – Corps et mots

Parution – Carnet Hypotheses. Corps et mots

Ce carnet de recherche vise à présenter des hypothèses de travail sur le rapport entre sexes et langage. Participant à la préparation d’une thèse en Sciences du Langage sur les discours concernant les variations du développement du sexe, ce carnet s’intéresse à la manière dont les discours construisent les représentations du corps, des sexes, des genres et des sexualités. Ces recherches s’inscrivent à la fois dans les études de genre et l’analyse du discours.

Noémie Marignier, créatrice de ce carnet, est doctorante en Sciences du Langage depuis 2012 (Université Paris 13 et Université Paris 3) et allocataire de l’Institut Émilie du Châtelet.

Lien vers le carnet : http://corpsmots.hypotheses.org/

 

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Du 05 octobre 2013 au 21 avril 2014

Domaine du château de Seneffe
Rue Lucien Plasman 7-9
B-7180 Seneffe
BELGIQUE

L’exposition « Le XVIIIe et la Médecine » sort des sentiers battus par son contenu et son approche scientifique. Elle présente le thème de la médecine non pas uniquement du point de vue purement médical mais bien dans le contexte de la vie de l’époque.

En tant que témoins privilégiés- et avec l’apport des instruments scientifiques, d’objets mis en relation avec les thématiques abordées, d’extraits littéraires,…-nous racontons l’existence d’une société en pleine évolution sociologique.

Découvrir ce que signifie la médecine au XVIIIe siècle c’est lever le voile sur différentes pratiques peu conventionnelles, c’est aborder le corps et l’esprit sous différents angles, c’est observer les avancées en la matière qui vont bousculer les tabous et révolutionner les façons de penser et de voir d’une façon plus rationnelle. C’est comme un kaléidoscope de découvertes inattendues et surprenantes.

Le XVIIIe avait à cœur de replacer l’homme, en tant qu’être humain, au centre de la société. Les individus sont alors en quête de bien être, comme aujourd’hui. Et depuis, tout continue.

Infos et renseignements
0032 (0)64 55 69 13

Tarifs
Adultes: 5 €
Seniors: 4 €
Gratuit :enfants de moins de 12 ans et personnes à mobilité réduite

Le premier dimanche du mois, l’exposition « Le XVIIIe et La Médecine » reste payante

Ouvert tous les jours sauf les lundis non fériés, de 10 à 18h (Accès payant).
Dernière admission à 17h30.

Fermé le 1er janvier et les 24, 25 et 31 décembre.

Parution – L’invention de l’hystérie au temps des Lumières (1670-1820)

Parution – L’invention de l’hystérie au temps des Lumières (1670-1820)

Sabine Arnaud, L’invention de l’hystérie au temps des Lumières (1670-1820), Paris, EHESS, 2014.
L’invention de l’hystérie nous porte au 18e siècle, lors de l’élaboration des maladies nerveuses frappant les gens du monde, hommes et femmes, et les lettrés en particulier. Qu’est ce qui se joue dans l’écriture de ce diagnostic ? À travers des textes de médecins, de patients, d’écrivains, Sabine Arnaud déchiffre toute une société.
L’hystérie au 18e siècle nous mène loin des mises en scène de Charcot et des cures de Freud. C’est le moment même de l’invention d’une catégorie pour identifier une maladie nerveuse frappant les gens du monde, hommes et femmes, et les lettrés en particulier. Mais comment établir une pathologie dont la caractérisation commence par le nombre infini de symptômes ? Des textes médicaux aux ouvrages littéraires, métaphores, citations, et anecdotes sont mises à contribution. De l’animal indocile emprunté au Timée, à un « je ne sais quoi », d’un protée à un caméléon, ou à une hydre, médecins et hommes de lettres rivalisent dans son écriture. Un jour courtisans, ils s’inventent le lendemain citoyens fervents d’une nation nouvelle ; leurs écrits déclinent l’hystérie au fur et à mesure des modes et des passions et cristallisent les craintes et les rêves d’un temps.
Découvrir ces conceptions nous porte à apprécier la médecine telle qu’elle s’écrivait au dix-huitième siècle. S’éloignant à grand pas des traités à systèmes, les médecins s’adressent alors à leurs patients au nom d’une sensibilité partagée, et publient dialogues, autobiographies et correspondances pour faciliter cet échange. Ils présentent ainsi une image de l’acte médical fondée dans la prévenance et le récit de soi. A nous de déceler les enjeux d’un diagnostic pour une médecine en pleine transformation

Journée d’étude – Épouses de médecins et de chirurgiens, XVIIIe-XXIe siècles

10Journée d’étude – Épouses de médecins et de chirurgiens, XVIIIe-XXIe siècles

 

Organisée par le laboratoire Framespa – UMR 5136

Thématique Santé et Société. Atelier 3 – Corps, santé, représentations

 

Jeudi 16 janvier 2014, 9h30-16h30

Université Toulouse II-Le Mirail

Maison de la Recherche, Salle A306

 

 

9h30

Introduction

Nahema HANAFI (Université d’Angers)

 

10h

Les veuves des chirurgiens de peste à Marseille : 1720-1722

Jamel EL HADJ (EHESS)

 

10h45-11h

Pause

 

11h

La pratique médicale, une activité de couple au cap du XIXe siècle ?

Philip RIEDER (Institut Ethique, Histoire, Humanités de Genève)

 

12h-14h

Pause Déjeuner

 

14h

Mart etbib, la figure de l’épouse du médecin colonial dans le protectorat tunisien (1881-1956)

Sofiane BOUHDIBA (Université de Tunis)

 

14h45

Madame Palmer et la main invisible : comment faire voir le corps des femmes sans être vue

Ramona BRAUN (University of Cambridge)

15h30-15h45

Pause

15h45

Les chirurgiennes épouses de chirurgiens : quels enjeux, tensions et relations ?

Emmanuelle ZOLESIO (ESPE Clermont-Auvergne)

 

Télécharger le programme (pdf)

 

Pour toute question nahema.hanafi@univ-angers.fr

Séminaire – Formes de surveillance en médecine et santé publique

Séminaire – Formes de surveillance en médecine et santé publique

 

La médecine de surveillance a pour mots-clés : ciblage, prédiction, anticipation et individualisation. Elle concerne la population générale, des groupes spécifiques ou les individus. Elle s’appuie sur les technologies comme le séquençage génétique, le ciblage thérapeutique, les biocapteurs, les grandes bases de données, etc. Notre séminaire interdisciplinaire (médecine , biologie, philosophie, sciences sociales) vise à interroger la pertinence du concept de surveillance pour comprendre et questionner le devenir de la médecine et de la santé publique. Les séances auront lieu à Lyon les vendredi après-midi de 13h30 à 16h30 au rythme d’une séance par mois, de janvier à juin 2014.

La surveillance, dans son sens général, consiste à recueillir et à analyser des informations concernant des populations dans le but de les gouverner et de maintenir leur sécurité. Dans le domaine de la santé, la médecine dite de surveillance privilégie les registres de l’enquête, du dépistage, de la prévention et de la prédiction. Prenant pour cible la population générale, des groupes spécifiquesou les individus eux-mêmes, la médecine de surveillance a cessé de se concevoir comme une réponse directe à la demande de soin du malade et se distingue donc de l’approche clinique classique.

L’essor actuel de certaines technologies donne une ampleur nouvelle à cette médecine de surveillance. Parmi celles-ci, on peut considérer les techniques de séquençage des génomes, la cartographie à grande échelle de l’ensemble des composants moléculaires des cellules, les biocapteurs implantables, la fouille des grandes bases de données ou encore le dépistage de masse. Toutes ces technologies,aussi hétérogènes dans leur nature et fonctions soient-elles, ont à voir, directement ou indirectement, avec des dispositifs de surveillance et semblent converger pour produire et faire exister un nouveau type de médecine et donc aussi de rapport à la santé.

Différentes questions se posent alors :

  • En quoi la médecine de surveillance dépend-elle d’une reconfiguration des  interactions entre sociétés pharmaceutiques, monde médical, établissements publics, organismes caritatifs et malades ?
  • En quoi met-elle à l’épreuve les libertés individuelles et publiques ?
  • Jusqu’où implique-t-elle de nouvelles formes d’identité personnelle et de modes de subjectivation ?
  • Contribue-t-elle vraiment à modifier le partage du normal et du pathologique ?

Ce séminaire, en interrogeant les trajectoires de ces technologies, en questionnant la transformation de la médecine, entend mettre à l’épreuve la pertinence du concept de surveillance dans le champ de la santé et préparer des recherches transversales dans ce domaine.

Organisateurs

Marc BILLAUD, Directeur de Recherche CNRS, Institut Albert Bonniot, CRI INSERM UJF/U823, Grenoble

Nicolas LECHOPIER, Maître de Conférences, Université Lyon1 Institut Français de l’Education (ENSL), EA4148 S2HEP, Lyon

Pour s’inscrire et accéder aux détails de ce séminaire veuillez suivre ce lien :bit.ly/1cwrhmQ

Programme

Les vendredi de 13h30 à 16h30

La médecine de surveillance : histoire et évolution d’une pratique

17 JANVIER

  • David Armstrong (King’s College, Londres, Royaume-Uni). La dimension temporelle dans la médecine de surveillance
  • Susanne BAUER (Goethe Universität, Francfort, Allemagne). La matérialité de la médecine de surveillance : technologies, temporalité, organisation des données

Prédire et surveiller les cancers

28 FEVRIER

  • Patrice PINELL (Centre Européen de Sociologie et de Science Politique, CNRS, Paris). Le diagnostic précoce du cancer et l’utopie de l’homo medicus : une contribution à l’histoire de la médecine de surveillance
  • Gert MATTHIJS (Center for Human Genetics, Université de Louvain, Belgique). Comment ne pas dépenser tout le budget de la génétique moléculaire dans le dépistage des cancers familiaux ?

Médecine personnalisée, avancées et limites

21 MARS

  • Xavier GUCHET (Université de Paris 1). La médecine personnalisée : un nouveau concept de la «personne» ?
  • Thomas TURSZ (Institut Gustave Roussy, Villejuif). Espoirs et réalité de la médecine personnalisée en cancérologie : problèmes médicaux, économiques et sociaux

Big data, fouille de données et bioinformatique en santé

18 AVRIL

  • Anne CAMBON-THOMSEN (Université Paul Sabatier/ INSERM, Toulouse). L’anonymisation des données en génétique humaine: question d’actualité ou fiction à l’ère des big data ?
  • Antoinette ROUVROY (Université de Namur, Belgique). Gouvernementalité algorithmique et comportementalisme numérique: la santé de l’homme sans intérieur

La surveillance médicale en continu : nouveaux dispositifs

23 MAI

  • Anne-Sylvie PHARABOD (Orange Labs, Paris). La mise en chiffres de soi : une approche compréhensive des mesures personnelles
  • Gérard RAYMOND (Association Française des Diabétiques). La surveillance médicale : une autonomie réelle ou illusoire du patient

La surveillance des populations : dépistage de masse et épidémiologie

20 JUIN

  • Frédéric KECK (Ecole des hautes études en science sociales, Paris). La surveillance des animaux et la définition de populations sentinelles
  • Patrick PERETTI-WATEL (INSERM, Marseille). La prévention en santé publique, entre auto- et hétéro-surveillance

LIEUX

  • École Normale Supérieure – Bâtiment Buisson (salle 2), Métro Debourg – 15 parvis René Descartes
    Lyon, France (69007)

 

CONTACTS

  • Nicolas Lechopier
    courriel : nicolas [dot] lechopier [at] univ-lyon1 [dot] fr

« Formes de surveillance en médecine et santé publique », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 07 janvier 2014, http://calenda.org/273169

Appel à contributions – Practicing Public Health: Europe, 1300-1700

Call for Papers – Practicing Public Health: Europe, 1300-1700

12 June 2014 Florence, Italy

A Conference organized by John Henderson and G. Geltner

Sponsored by the Medici Archive Project & Villa I Tatti – The Harvard University Center for Renaissance Studies

Against tenacious misconceptions, pre-modern cities in and beyond Italy are finally beginning to shed their reputation as demographic black holes. The revised view of earlier cities’ relative salubriousness, however, is mostly grounded in medical treatises and statutes, sometimes at the expense of documents and instruments of practice. The goal of this conference is to examine new kinds of evidence and demonstrate that the feasibility and popularity of health interventions can be gauged on the basis of additional sources and new methodologies. Criminal court documents, for instance, reveal the extent to which devised plans were ignored and pertinent regulations violated. City council protocols help to establish the scale of resources (human, financial, administrative) allocated to incentivize participation and to ensure a modicum of cooperation. Material culture, from archaeological remains to maps to figurative and symbolic art, as well as a wide range of descriptive and narrative sources, such as diaries, chronicles, and fiction, can also illuminate pre-modern approaches to perceived risks and possible solutions. Finally the conference will encourage participants to think beyond the traditional paradigm of exclusive concentration on the urban environment and seek to bridge the gap between urban and rural environments.

We invite scholars with pertinent interests in the history and culture of public health to submit a brief CV and a 250-word abstract of a projected paper, to last no longer than 25 minutes.

Deadline: All proposals to be sent to Dr Elena Brizio (ebrizio@medici.org) by 15 February 2014.

Carnet Hypothèses – Genre et santé mentale. Histoire, savoirs, société

Carnet Hypothèses – Genre et santé mentale. Histoire, savoirs, société

http://genrepsy.hypotheses.org/

Ce carnet suit le projet « Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique » soutenu par le Défi Genre 2013-Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Il vise à diffuser les connaissances, les actualités et les événements scientifiques concernant la place du genre dans les domaines de la santé mentale, en promouvant le dialogue entre les différentes disciplines, les professions et les acteurs.

Si vous souhaitez publier une annonce relative à ces questions, vous pouvez envoyer un mail à : gendpsy@gmail.com

Les participants du projet « Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique » (soutenu par le Défi Genre 2013 – Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS) :

– Francesca Arena (TELEMME – AMU)

– Silvia Chiletti (Centre Alexandre Koyré – UMR 8560)

– Jean-Christophe Coffin (Université Paris Descartes – Centre Alexandre Koyré)