Parution – Manual of Lunacy

Parution – Manual of Lunacy : A Handbook Relating to the Legal Care and Treatment of the Insane in the Public and Private Asylums of Great Britain, Ireland,…

imgresLyttleton Stewart Forbes Winslow (Author) Forbes Winslow (Preface), Manual of Lunacy : A Handbook Relating to the Legal Care and Treatment of the Insane in the Public and Private Asylums of Great Britain, Ireland,…, Cambridge University Press, 2014, 472 p.
A controversial psychiatrist, Lyttleton Stewart Forbes Winslow (1844-1913) grew up around the lunatic asylums run by his father, Forbes B. Winslow, who was a specialist in the treatment of mental illness, establishing also medical grounds for the plea of insanity in criminal defence. Lyttleton spent much of his own medical career attempting to show the courts that crime and alcoholism were linked to mental illness, though he later gained notoriety for his amateur detective work: he claimed to know the identity of Jack the Ripper. Published in 1874, this book examines, often through case descriptions, the legal framework within which the mentally ill were managed, and comparisons are made with the status quo elsewhere in the world. It is an enlightening but often disturbing insight into the institutional treatment of mental illness in the late nineteenth century.

Parution – Medical Empiricism and Philosophy of Human Nature in the 17th and 18th Century

Parution – Medical Empiricism and Philosophy of Human Nature in the 17th and 18th Century

imgresClaire Crignon, Carsten Zelle, Nunzio Allocca (ed.), Medical Empiricism and Philosophy of Human Nature in the 17th and 18th Century, Brill Academic Pub, 2014, 158 p.

The contributions gathered in this volume endeavour to evaluate the role played by medical empiricism in the emergence of a philosophy of human nature in the 17th century and the role played by philosophical anthropology in the 18th century. Divided into three parts, “1. The Dispute between Metaphysics and Empiricism”, “2. Arts of Empirical Research,” and “3. Relevance of Case Studies,” the volume questions the position of medicine within so-called “natural philosophy”, which encompasses physiology and anatomy, as well as physics, astronomy and chemistry. One of its aims is to understand the tension between the goals pursued by the “natural philosopher” and the objectives set by the « physician ». Within natural philosophy, the primary goal is to know nature, the body and the living, and this knowledge implies an effort to understand the causes of natural phenomena. For the physician, on the other hand, the primary goal is to cure the patients’ bodies that are presented to him.

Contributors include: Claire Crignon, Claire Etchegaray, Guido Giglioni, Domenico Berto Meli, Anne-Lise Rey, Yvonne Wübben, and Carsten Zelle.

Appel à contribution – Bodies Beyond Borders. The Circulation of Anatomical Knowledge, 1750-1950

Call for Papers – Bodies Beyond Borders. The Circulation of Anatomical Knowledge, 1750-1950 

Leuven, 7-9 January 2015
How does anatomical knowledge move from one site to another? Between 1750 and 1950 the study of anatomy underwent great changes, as a part of the development of scientific medicine, through public anatomies, as well as in the interplay between the two. How did these changes spread geographically? How did knowledge about newly discovered lesions travel from one hospital to another? What was the role of anatomical models in the spread of the public consciousness of syphilis, for example? Was the spread of this knowledge hindered by national borders, or did anatomical knowledge cross those borders easily? These questions are concerned with what James Secord terms ‘knowledge in transit’. To seek an answer to these questions, a conference focusing on the circulation of anatomical knowledge between 1750 and 1950 will be organized in Leuven from 7-9 January 2015. Confirmed speakers are Sam Alberti, Sven Dupré, Rina Knoeff, Helen MacDonald, Anna Maerker, Chloé Pirson, Natasha Ruiz-Gómez and Michael Sappol.
Knowledge does not move by itself – it has to be carried. To better understand how anatomical knowledge moves from place to place, we will seek to trace the trajectories of its bearers. Some of those bearers were tied very specifically to the discipline of anatomy: wax models, preserved bodies (or parts of them) or anatomical atlases, for example. These objects are polysemic in nature, tending to have different meanings in different contexts and for different audiences. It makes the question of how anatomical knowledge travelled all the more pertinent if, for example, wax models that went from a Florentine museum to a Viennese medical training institution underwent a shift in meaning en route. But bearers of knowledge less specifically tied to anatomy were equally important: articles, books and individual persons to name but a few examples.
For our conference we welcome contributions regarding the geographical movement of anatomical knowledge between 1750 and 1950. We are equally interested in ‘scientific’ and ‘public’ anatomy – as well as in exchanges between the two domains. Therefore, we encourage contributions about bearers of anatomical knowledge as wide-ranging as persons (scientists, students, freaks), objects (models, preparations, bodies or body parts), visual representations (films, atlases, wall maps) and practices (dissections, travelling exhibitions), as well as their (transnational and intranational) trajectories.

Paper proposals must be submitted by 1 June 2014.
Please send a 300-word abstract to pieter.huistra@arts.kuleuven.be
Notification of acceptance: early July, 2014.

Journée d’étude – Dans les pas du passé. Marche et marcheurs XVIIIe-XIXe siècles

Journée d’étude – Dans les pas du passé. Marche et marcheurs XVIIIe-XIXe siècles

La marche a longtemps constitué, par défaut, le mode de déplacement du plus grand nombre. Entre le XVIIIe et le XIXe siècle, cette fonction utilitaire s’est progressivement enrichie de significations hédonistes, hygiénistes, en même temps qu’un abondant discours se construisait autour de ses bienfaits, des techniques et des normes à lui appliquer. Cette journée se propose d’explorer le renouvellement des savoirs et des pratiques autour de cette « technique du corps » (M. Mauss).

Mercredi 26 mars 2014

Matin (9 h 30 – 12 h 30)

(présidence Odile Roynette, Université de Franche Comté)

 

Anne Carol (AMU, Telemme) : Introduction

Aurélien Gras (Université d’Avignon): Marcher en musique dans la Provence et le Comtat Venaissin du XVIIIe siècle

Laurent Turcot (Université de Québec) : Quand la ville devient une vaste promenade : l’émergence d’une culture urbaine des loisirs au XVIIIe siècle

Christophe Loir (Université Libre de Bruxelles) : Sur les pas des premiers trottoirs : marcher à Londres, Paris et Bruxelles aux XVIIIe et XIXe siècles

 

Après-midi (14 h – 17 h)

(présidence Isabelle Renaudet, AMU Telemme)

 

Julien Edrom (Institut d’histoire de la Révolution française, Paris I): L’Ecole de Mars, ou la Révolution en marche

Olivier JustafrÉ (Archives Départementales des Côtes d’Armor): De l’art du bien marcher : Lutterbach (1799 – 1859)

Vincent Barras (Institut d’histoire de la médecine, Lausanne) : Marcher en montagne : la physiologie du marcheur au XIXe siècle

Andreas Mayer (Centre Alexandre Koyré, Paris) : L’homme qui marche. Les savants sur les traces d’une figure fugitive

Programme (pdf)

Appel à contribution – La bêtise des yeux. Illusions des sens et épistémologie visuelle au XVIIIe siècle

Appel à contribution – La bêtise des yeux. Illusions des sens et épistémologie visuelle au XVIIIe siècle

Appel à contribution pour un colloque interdisciplinaire et plurilingue organisé par la Maison des littératures de l’université de Neuchâtel (Suisse). Il se consacre aux illusions des sens (surtout du sens visuel) dans la littérature et les textes scientifiques du XVIIIème siècle (1690-1830). Des contributions d’historiens et d’historiennes de l’art sont également les bienvenues.

La perception visuelle est omniprésente dans les écrits littéraires et scientifiques européens du 18ème siècle que ce soit en tant qu’image littéraire, métaphore épistémologique ou faisant objet de nombreuses études. Elle est comprise la plupart du temps comme un symbole représentant l’approche rationaliste du monde ; « l’idéologie de la lumière et de l’œil » (Mergenthaler 2002) qui marque, avant tout, l’auto-perception des auteurs des Lumières. Christoph Martin Wieland, par exemple, part en 1789 du fait que celui « qui a appris à reconnaître – par l’intermédiaire de deux yeux qui voient – en quoi consiste la différence entre clair et obscur, lumière et ténèbres » sait ce que veut dire ‘Aufklärung’ (voir : Bahr (éd.) 1974, p. 23). Le sens de la vue – en tant que sens paradigmatique – permet de réunir toutes les tendances fondamentales des Lumières : la nouvelle importance accordée aux sciences naturelles (en tant que savoir acquis et vérifiable par les yeux), la sécularisation (renonçant à l’omnipuissance de modèles d’explication invisibles), l’émancipation de la raison (en tant que capacité à se faire sa propre idée) et l’éducation de l’homme (en tant qu’instruction pour regarder de manière rationaliste).

Il serait pourtant réducteur de vouloir définir, de manière générale, le 18ème siècle et même le courant des Lumières – au sens restreint du terme – comme le siècle de l’‘idéologie de la lumière et de l’œil’. La complexité de la manière dont les auteurs et les chercheurs contemporains traitent du sens de la vue mérite d’être étudiée de manière plus nuancée. Elle nous procure une connaissance précieuse de l’auto-perception et de l’autoréflexion d’un siècle à l’aube des bouleversements modernes.

(1)   L’œil – objet d’étude

Au 18ème siècle, l’œil et la perception humaine font partie des objets de recherche les plus étudiés. Les écrits d’optique du 17ème siècle (Kepler, Descartes, Scheiner, Mariotte, Newton) sont lus avec beaucoup d’attention et questionnés quant à leurs conséquences pour la perception et la cognition humaines. L’homme rationaliste parvient à la connaissance sur son environnement par et à travers ses sens. L’étude des capacités et du fonctionnement de ces derniers sert donc de base à l’épistémologie des Lumières. L’œil est – au moins dans un premier temps – un objet de recherche et de discussions approfondies et publiques et non pas un symbole ‘idéologique’. Le fait que ces études mettent en lumière également les limites, les insuffisances et les contraintes de la perception visuelle témoigne de la nouvelle attitude face au savoir. Ces insuffisances peuvent être classées en trois parties : physiologiques, individuelles et sociales. Elles ne se restreignent pas au domaine des altérations maladives comme le montrent les études au sujet du point aveugle (Mariotte), des illusions d’optique ou des images rémanentes (Goethe). Cette nouvelle connaissance sur les insuffisances de la perception visuelle oblige les chercheurs à remettre en question l’ancienne conception de la vue considérée comme une transmission mimétique et linéaire. L’origine de cette conception remonte à l’idée antique d’un rayon de lumière émanant de l’œil. La priorité accordée au sens de la vue, d’une part, et la méfiance de l’église face à ce sens, de l’autre, témoignent de la portée de cette représentation antique. C’est seulement au 17ème siècle que les études d’optique commencent à la mettre en question. Les processus de la perception visuelle transformant l’objet vu se trouvent ainsi au centre de l’attention. Cette nouvelle attention que l’on porte aux transformations coïncide avec l’élargissement, sans précédent, du champ du visible par l’invention et l’amélioration du télescope et du microscope.

(2)   L’individualité de la vision

L’individualité et le conditionnement social de la vision humaine (Diderot) constituent un autre aspect sur lequel, pour la première fois au 18ème siècle, se focalise l’attention. La comparaison entre l’œil et la chambre noire commence à être mise en question. Le point de vue et l’horizon de chaque individu prennent de l’importance, même si les auteurs du 18ème siècle ne renoncent pas encore à l’idée d’une identité des procédés physiologiques de la vue. Ce n’est qu’avec la conception de l’individu comme ‘sujet’ que la vision est perçue de plus en plus comme un processus subjectif de traitement et d’interprétation, conceptualisé seulement au début du 19ème siècle (Purkinje 1819 et 1825). On peut, en revanche, postuler que l’intérêt scientifique – et de plus en plus esthétique – pour les zones ‘obscures’ de la mémoire, de l’imagination et de la fantaisie représente un premier pas en direction de la subjectivation de la perception et de la connaissance. Malgré le fait que ces parties restent (encore) visuellement inaccessibles, le vocabulaire visuel demeure étonnamment présent. Jean Paul écrit, par exemple, dans sa préface aux Amusements biographiques : « Le lecteur peut rencontrer dans ce livre soit des souvenirs, soit des espoirs afin de se dédommager (comme le fait l’auteur) des uns par les autres, et vice versa. – Car nous tous ne tirons notre jouissance que des deux et telles des chouettes de nuit, nous ne voyons et ne volons et ne chassons et n’attrapons que dans les deux crépuscules. » (Jean Paul 1962, p. 265/266) Une des questions de ce colloque est de savoir comment et à quel point sont liées la connaissance sur les insuffisances du sens de la vue et sa conception en tant que sens individuel, et plus tard subjectif.

(3)   Critique des sens et perception romantique

La fin du 18ème siècle est tout particulièrement marquée par une mise en question de plus en plus insistante de la pensée rationaliste. Les auteurs jettent également un regard critique sur ‘l’idéologie de la lumière et de l’œil’ véhiculée par les Lumières. Les faiblesses de la perception humaine deviennent un sujet fascinant mis en scène de manière polémique ou ironique notamment par la littérature. Gotthold Ephraim Lessing s’intéresse, par exemple, dans ses Collections sous le mot-clé ‘vision’ aux « multiples phénomènes bizarres de cette dernière » (comme, entre autres, la capacité à voir dans l’obscurité ou celle d’utiliser son nez comme sens de la vue). Dans les Remarquesconcernant les Dialogues philosophiques de Joachim Heinrich Campe, Lessing réfléchit (vers 1778) à la possibilité de développer un sixième sens permettant de percevoir, par exemple, l’électricité ou le magnétisme (Lessing 1979, p. 408 et pp. 557-560). Novalis allie, de son côté, l’intérêt scientifique pour les sens aux réflexions sur la ‘perception magique’ et le merveilleux. La base de l’‘activité romantique’ est, selon lui, une transformation active de la perception qui prête « un air mystérieux aux choses ordinaires » et il définit la magie comme « l’art d’utiliser librement les sens. » (Novalis 1981, p. 385) La critique des sens peut, vers la fin du 18ème siècle, prendre la forme d’une plus grande attention accordée aux autres sens (le toucher chez Herder, l’ouïe chez les Romantiques) ou d’une mise en scène d’une vision troublée comme elle se manifeste dans les illusions des sens et les hallucinations.

Le colloque souhaite se focaliser sur les trois aspects développés ci-dessus (l’étude des insuffisances du sens de la vue, son individualité et la fascination pour des expériences différentes et déroutantes de la vision) en étudiant la représentation des illusions des sens et leur discussion dans les écrits littéraires et théoriques du 18ème siècle.

Le terme allemand ‘Trugwahrnehmung’ désigne une illusion des sens qui « ne correspond pas – ou du moins en partie – aux données extérieures auxquelles elle se rapporte (les illusions d’optique, par exemple) ou qui n’a aucune cause extérieure (les hallucinations, par exemple). » (Brockhaus. Wahrig 1983, p. 776) Les illusions du sensvisuel et le lien entre ce type d’expériences et les problèmes épistémologiques seront tout particulièrement au centre de notre attention. Les questions suivantes peuvent servir de points de départ :

  • Comment définir la spécificité et la nouveauté de la conception du sens de la vue au 18ème siècle ?
  • La représentation d’illusions des sens dans les textes littéraires peut-elle être interprétée comme une mise en question du savoir et de la connaissance ? Quelles en sont les conséquences philosophiques, épistémologiques ou esthétiques ?
  • Existe-t-il un lien entre la connaissance sur les insuffisances du sens de la vue et l’intérêt pour les pratiques occultes ?
  • Y a-t-il, par ailleurs, un lien avec le nouvel intérêt que l’on porte aux zones ‘obscures’ de l’âme (fantasmes, rêves) ?
  • La représentation d’illusions d’optique connaît-elle une poétologie propre ou apporte-t-elle un certain dynamisme aux textes littéraires ?
  • Existe-t-il déjà au 18ème siècle une fascination pour ce qui est flou ou invisible au-delà des pratiques occultes jusque dans la pensée rationaliste ?

La Maison des Littératures de l’Université de Neuchâtel accorde une grande importance à la recherche interdisciplinaire et plurilingue. Le colloque cherche donc à promouvoir l’échange entre les disciplines (Lettres, Histoire des savoirs, Histoire de l’art) et les traditions universitaires. Un deuxième volet de ce colloque se focalisant sur les sciences naturelles et les récits de voyage est prévu à l’horizon 2015.

Modalités d’envoi des propositions

Des propositions pour des conférences d’environ 20 minutes (1 à 2 pages contenant également une brève biographie)

peuvent être envoyées en français, allemand ou anglais

jusqu’au 30 avril 2014

à l’adresse suivante : evelyn.dueck@unine.ch

La confirmation de la participation sera envoyée jusqu’au 15 mai. La publication des actes du colloque est prévue.

Conseil scientifique et chargé de l’évaluation des propositions: Evelyn Dueck, Nathalie Vuillemin

LIEUX

  • Espace Louis Agassiz 1
    Neuchâtel, Confédération Suisse (2000)

DATES

  • mercredi 30 avril 2014

MOTS-CLÉS

  • perception visuelle, illusion des sens, hallucination, littérature, histoire des sciences, optique, études visuelles

CONTACTS

  • Evelyn Dueck
    courriel : evelyn [dot] dueck [at] unine [dot] ch

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Evelyn Dueck
    courriel : evelyn [dot] dueck [at] unine [dot] ch

POUR CITER CETTE ANNONCE

« La bêtise des yeux », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 24 février 2014,http://calenda.org/277101

Sigerist Prize for the History of Medicine and Science 2014

Sigerist Prize for the History of Medicine and Science 2014

 

The Swiss Society for the History of Medicine and Science invites applications for the

 

Henry-E.-Sigerist-Prize for the promotion of young scholars in the history of medicine and science.

 

Deadline for application: March 31st 2014

 

The prize was founded in 1967 by Mr. and Mss. Guggenheim-Schnurr from Basel in order to award outstanding young scholars in the field of history of medicine and science.

Applicants should submit studies completed within the last two years, i.e.

 

– articles published in journals

– dissertations

– printed books

– works of another kind which have been selected by the jury or proposed to it.

 

The texts must be written either in German, French, Italian or English and related to Switzerland by content, authorship, institution or topic. Work which has previously been awarded a prize is not eligible. Authors should not be older than 36 years of age. Dissertations and books have to be accompanied by a summary of no more than five pages. The detailed regulations can be found at www.sggmn.ch/sigerist-preis-e.html.

 

The prize amounts to CHF 2000.- (approx. EUR 1300)

 

Applications (in electronic form or in two paper copies, including a short CV) and enquiries should be sent to the president of the jury:

 

 

Dr Philip Rieder

Institut éthique histoire humanités

Centre Médical Universitaire

Case postale

1211 Genève 4

Tél: 021 379 46 03

Philip.rieder@unige.ch

 

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

16 et 17 octobre 2014

Strasbourg

Le délai de réception des propositions est fixé au 1er avril, cf.l’appel.

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

L’homme augmenté?  Corps et techniques

Cycle de 6 conférences, Formation continue HEP Vaud – UNIL 

Si les arts médicaux ont toujours cherché à réparer les déficiences corporelles de l’homme, de nombreuses innovations scientifiques actuelles ambitionnent une «amélioration» de l’humain, une maximisation de ses performances que ce soit à travers les systèmes de communication, la nanotechnologie, les prothèses ou la biologie moléculaire. Serions-nous sur le point d’assister à l’avènement d’un homme nouveau, d’un homme augmenté? Sommes-nous, déjà, des cyborgs qui s’ignorent? Quel statut a le corps dans nos sociétés? Un corps à améliorer, à éliminer, à standardiser, à dématérialiser? A partir de quelles valeurs et quelles règles éthiques? Cette formation abordera plusieurs domaines: celui de l’interface homme-machine en lien notamment avec le cerveau, celui des identités numériques développées dans les jeux et les systèmes de réseautage sur Internet, celui du transhumanisme et de ses aspirations à repousser les limites de la condition humaine, celui des corps virtuels dans des récits contemporains et anciens et, enfin celui de la performance sportive. Avec ces deux questions qui nous servirons de fil conducteur: en quoi ces innovations et ces façons de faire influencent-elles notre vie quotidienne? Que disent-elles de nous?

Objectifs:
— évaluer les impacts de la technologie sur nos vies quotidiennes,
— développer une réflexion sur le rapport que nous entretenons avec notre/nos corps réels et virtuels,
— s’interroger sur les rapports homme-machine dans une perspective éthique, sociale et anthropologique.

Public concerné
Enseignants, éducateurs, journalistes, philosophes, anthropologues, sociologues,
théologiens et toute personne intéressée par la thématique.

 

PROGRAMME:

Jeudi 6 mars 2014
Le cerveau : entre homme et machine
18h30 à 20h30
Richard Walker (EPFL, Human Brain Project) et Daniela Cerqui (UNIL, SSP)

 

Jeudi 13 mars 2014
Booster le corps !
18h30 à 20h30
Fabien Ohl (UNIL, SSP) et Martin Preisig (CHUV, projet CoLaus)

Jeudi 20 mars 2014
Identités digitales : séduction et immersion
18h30 à 20h30
Olivier Glassey (UNIL, SSP et LaDHUL) et Olivier Voirol (UNIL, SSP)

Jeudi 27 mars 2014
Origines et évolutions des idées transhumanistes
20h30 à 22h30
Rémi Sussan (InternetActu.net) journaliste
Gabriel Dorthe (UNIL, FGSE et LaDHUL) discutant
En partenariat avec le Groupe Vaudois de Philosophie

Jeudi 3 avril 2014
Sciences-(fiction) et virtualités
18h30 à 20h30
Etienne Honoré (HEP VD), Claire Clivaz (UNIL, FTSR et LaDHUL) et Marc Atallah (UNIL, Lettres)

Jeudi 10 avril 2014
Table-ronde : corps sacré, sacré corps…
18h30 à 20h30
Bernard Andrieu (Université de Nancy-Metz)
Philippe Bornet (UNIL, Lettres), Nicole Durisch Gauthier (HEP VD) et François Félix (CNRS/UMR 7268 – ADES) discutants.

———————————————————————–

Du 6 mars au 10 avril 2014
de 18h30 à 20h30, HEP Vaud, avenue de
Cour 33, Lausanne
Jeudi 27 mars 2014
de 20h30 à 22h30, Maison de Quartier
Sous-Gare, avenue Dapples 50, Lausanne

Rencontres – Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales

Rencontres – Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales

Comment les corps habitent-ils, investissent-ils les villes ? De quelles expériences politiques sont-ils les porteurs et les témoins ? Que ce soient l’occupation de la place Tahrir en 2011, les passages clandestins de migrants en escale à Athènes ou les nuits des travailleurs itinérants des chantiers de Bangalore, les documentaires projetés dans le cadre de ces rencontres se saisissent de ces questions en dialogue avec les sciences sociales.

Ils invitent à réfléchir à notre actualité politique à travers une attention aux corps, à leur circulation, à leur investissement sensible de l’espace urbain, aux émotions qui y sont liées et aux formes de collectif qui s’y produisent. Quelles subjectivités politiques se négocient autour des pratiques de résistances explicites ou implicites aux formes contemporaines de domination ? Quels dispositifs d’écriture cinématographique permettent de saisir ces enjeux ?

Programme

Projections en présence des réalisateurs, suivies d’un débat

6 novembre  2013 – 18 h

  • Presence, 2012, 17 min. 51 sec.
  • Distance, 2013, 37 min. de Ekta Mittal & Yashaswini B.R.

Débat avec Jacques Rancière, professeur émérite à l’université Paris 8
Interventions en anglais

4 février 2014 – 18 h

  • Les Chebabs de Yarmouk, 2013, 78 min. d’Axel Salvatori-Sinz

Les Chebabs sont un petit groupe de garçons et de filles qui se connaissent depuis l’adolescence. Aujourd’hui au seuil de l’âge adulte, ils ont une véritable soif de vivre et d’absolu, mais sont tous confrontés à des réalités complexes. Entre le besoin de liberté et l’appartenance au groupe, le désir de révolte et la perspective d’un vie bien rangée, les choix sont difficiles ; mais tout l’est plus encore quand on est réfugié palestinien dans le camp de Yarmouk, en Syrie.

29 avril 2014 – 18 h

  • L’Escale, 2013, 100 min. de Kaveh Bakhtiari

Sélectionné à La Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2013, L’ESCALE est l’histoire d’une rencontre. Celle de son réalisateur, Kaveh Bakhtiari, cinéaste Irano Suisse, avec son cousin et ses compagnons de route. Des clandestins confinés à Athènes où ils ont échoués après que leurs passeurs les aient laissés en plan, ils se terrent dans un sous-sol en cherchant fébrilement le moyen de poursuivre leur odyssée vers d’autres pays Occidentaux.

L’escale est une immersion dans l’univers de la clandestinité où s’entremêlent l’espoir, la solidarité, la peur, les rires, le courage et la dure confrontation à la réalité d’un monde toujours plus hérissé de murs.

3 juin 2014 – 18 h

  • The Uprising, 2013, 78 min. de Peter Snowdon (Université d’Hasselt)

Organisation

  • Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – Axe 2. Etats – Circulations – Mémoires
  • EHESS

Contacts

Ateliers Varan
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

LIEUX

  • 6 Impasse Mont-Louis
    Paris, France (75011)

CONTACTS

  • Nicolas Jaoul
    courriel : jaoul [dot] nicolas [at] gmail [dot] com

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Nicolas Jaoul
    courriel : jaoul [dot] nicolas [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales », Séminaire,Calenda, Publié le jeudi 20 février 2014, http://calenda.org/276033

Journée d’étude – Lieux d’hygiène et lieux d’aisance au Moyen Âge en terre d’Islam

La thématique choisie, « lieux d’hygiène et lieux d’aisance au Moyen âge en terre d’Islam », permet d’aborder un sujet souvent soigneusement évité dans l’historiographie récente. Il offre pourtant, en croisant les disciplines, la possibilité de percevoir des aspects très variés de la vie privée, difficilement accessibles par d’autres approches (hygiène, pratiques alimentaires, etc.), mais aussi des questions plus générales comme la gestion des espaces urbains, les normes et les interdits religieux, les différenciations sociales. Cette journée d’étude s’inscrit dans le prolongement de celles organisées en 2012 et 2013 respectivement sur « la céramique comme objet historique » et « les jeux et les jouets en terre d’Islam au Moyen Âge » et visant déjà à présenter dans une perspective archéologique, à un public d’étudiants et de chercheurs, des champs de recherche trop souvent considérés comme marginaux ou d’intérêt mineur.

 

  • 9h30-10h00 – Patrice CRESSIERSophie GILOTTE (CNRS, CIHAM – UMR 5648, Lyon), Marie-Odile ROUSSET (CNRS, GREMMO – UMR 5291, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon) : « Présentation »
  • 10h00-10h45 – Yassir BENHIMA (Université de Paris 3) : « La gestion des vidanges des latrines en milieu urbain »
  • 10h45-11h30 – Laurence MOULINIER (Université Lumière-Lyon 2) : « Jeux de dupes et tromperies autour de l’examen des urines en Orient et en Occident »
  • 11h30-12h15 – Ieva REKLAITYTE (URBS, Saragosse) : « The Latrine in Al-Andalus: its Main Characteristics and the Urban Hygienic Conditions »
  • 14h30-15h15 – Claire DELERY (Musée du Louvre, Paris) : « Piletas et bacines : des vases pour les ablutions ? »
  • 15h15-15h45 – Marie-Odile ROUSSET (GREMMO – UMR 5291, CNRS, Lyon) : « Latrines et salles d’ablution de mosquées au Proche-Orient »
  • 15h45-16h30 – Antonio VALLEJO TRIANO (Museo de Bellas Artes, Cordoue) : « Las letrinas califales de Madînat al-Zahrâ’: aspectos técnicos y de jerarquía social »
  • 16h30-17h15 – Denis GENEQUAND (Université de Genève) : « Latrines des résidences Omeyades de Syrie-Palestine : questions d’archéologie »
  • 17h15-18h00 – Marie-Pierre RUAS (Museum d’Histoire Naturelle – UMR 7209) et Jean-Pierre VAN STAËVEL (Université de Paris Sorbonne) : « Les restes végétaux conservés dans les latrines : l’exemple d’Igilliz (Anti-Atlas, Maroc) et comparaisons »

Coordination

  • Patrice CRESSIER
  • Sophie GILOTTE (CNRS, CIHAM – UMR 5648, Lyon)
  • Marie-Odile ROUSSET (CNRS, GREMMO – UMR 5291, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon)

Journée d’étude organisée par le CIHAM-UMR 5648 et le GREMMO-UMR 5291.

LIEUX

  • ISH, espace Marc Bloch – 14, av. Berthelot
    Lyon, France (69007)

DATES

  • mardi 18 mars 2014

MOTS-CLÉS

  • Islam, Moyen Âge, latrines, réseau d’assainissement, hygiène

CONTACTS

  • Sophie Gilotte
    courriel : sgilotte [at] gmail [dot] com

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Sophie Gilotte
    courriel : sgilotte [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Lieux d’hygiène et lieux d’aisance au Moyen Âge en terre d’Islam », Journée d’étude,Calenda, Publié le jeudi 13 février 2014, http://calenda.org/276400

Séminaire – Les épreuves de la fin de vie

3ème séminaire d’étude transdisciplinaire – Les épreuves de la fin de vie

Lors des deux premières journées d’étude transdisciplinaire sur « L’épreuve de la fin de vie » qui se sont tenues en juin 2012 et en mai 2013 au sein de l’université de Toulouse 2 – Le Mirail, les discussions ont permis de mettre en lumière des questions inscrites dans l’activité clinique : la bientraitance versus l’acharnement relationnel, la clause de conscience des soignants, l’éthique du care, etc. autant de réflexions issues de la difficile question de la relation soignant/soigné que nous poursuivrons dans cette dernière rencontre.

Lundi 24 février 2014

18H/18H40

  • De l’accompagnement à la bientraitance : réflexion sur une posture professionnelle, Michèle Saint-Jean, Maître de Conférences en Sciences de l’Education, Université Toulouse 2 – Le Mirail.

18H40/19H20

  • Les représentations sociales des soins palliatifs, Lionel Dany, Maître de Conférences en Psychologie Sociale, Université Aix Marseille.

19H20/20H

  • « La mort saisit le vif », Yannis Constantinidès, Professeur de Philosophie.

Organisation

Journée d’étude du SIREL (Société Internationale de Recherche Emmanuel Levinas)

  • Flora Bastiani
  • Nadia Péoc’h
  • Michèle Saint-Jean

Entrée libre sur inscription à : colloque.philo.toulouse@gmail.com

LIEUX

  • Espace Duranti, salle Osète – 6, Rue du Lieutenant Colonnel Pélissier
    Toulouse, France (31000)

DATES

  • lundi 24 février 2014

MOTS-CLÉS

  • soins palliatifs, care, éthique, accompagnement, bientraitance, soignant

CONTACTS

  • Bastiani Flora
    courriel : colloque [dot] philo [dot] toulouse [at] gmail [dot] com

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Bastiani Flora
    courriel : colloque [dot] philo [dot] toulouse [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« L’épreuve de la fin de vie », Journée d’étude, Calenda, Publié le mardi 18 février 2014, http://calenda.org/277477

Séminaire – Race et médecine

Séminaire – Race et médecine

Centre Georges Canguilhem (Institut des Humanités de Paris)/SPHERE, Université Paris Diderot, en 5 séances : Jeudis 13 mars, 20 mars, 03 avril et 15 mai 2014 de 17h à 19h30,
(La date de la 5ème séance sera précisée ultérieurement)Salle 888C – 8ème étage du Bâtiment C des Grands Moulins – 5, rue Thomas Mann – Paris 13°
http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf
Organisé par Claude-Olivier Doron (MCF, histoire et philosophie des sciences, Université Paris Diderot) et Jean-Paul Lallemand (ATER, Université Paris Diderot/Centre d’Etudes Nord Américaines (EHESS))
Depuis son introduction en histoire naturelle au XVIIIe siècle et la constitution d’un ensemble de savoirs sur les “races” humaines, la notion de “race” s’est trouvée intimement liée à la pensée médicale. Qu’il s’agisse, au XVIIIe siècle, de mobiliser l’analogie avec des « constitutions » plus ou moins maladives ou celle des maladies héréditaires pour penser les « races » humaines, ou qu’il s’agisse d’élaborer des traités spécifiques sur les maladies caractéristiques des différentes variétés humaines. Ces relations étroites ont perduré tout au long des XIXe et XXe siècles, au point de vue conceptuel comme institutionnel : nombreux furent les médecins qui contribuèrent à l’élaboration et à la transformation des savoirs sur les « races » humaines. C’est à l’intersection de la médecine et de la génétique que le concept de « race » trouva l’occasion de se reformuler au début du XXe siècle, à travers l’hémotypologie, l’analyse des polymorphismes du métabolisme et l’étude des réactions différenciées aux médicaments, puis l’analyse des polymorphismes génétiques et la pharmacogénétique. Les récents débats qui portent, en particulier dans le monde anglo-saxon, sur l’opportunité d’utiliser la « race » dans la recherche et la pratique biomédicales sont donc chargés d’une histoire longue et complexe, qui mérite d’être étudiée.
L’objectif de ce séminaire est d’interroger, sur la longue durée, ces liens entre « race » et médecine, à la fois dans leurs aspects conceptuels, institutionnels et pratiques. Il alternera entre des séances consacrées à des questions théoriques et conceptuelles, et des séances portant sur des terrains et des pratiques localisées. Il s’agira de repérer à la fois ce qui fait la singulière continuité de ces rapports entre « race » et « médecine » et de situer où, néanmoins, se sont produites des ruptures radicales, tant au point de vue des concepts que dans la manière dont la notion de « race » a pu être mobilisée par des acteurs divers, dans des stratégies extrêmement disparates.

Programme

1ère séance (13/03) : La race et le regard médical (fin XVIIIe-XIXe s.)

Claude-Olivier Doron (MCF, Univ. Paris Diderot/SPHERE-Centre Canguilhem) : « Race et médecine : une vieille histoire ? Les modèles médicaux pour penser la formation des races (fin XVIIIe s.-déb. XIXe s.) »Delphine Peiretti-Courtis (ATER, Univ. Aix-Marseille/ Telemme) : « Regards sur la chevelure et la pilosité des Africain(e)s dans la littérature médicale française (fin XVIIIe siècle-milieu XXe siècle) »

2e séance (20/03) : La race et le sang : maladies du sang et transfusion (XXe s.)
Jean-Paul Lallemand (ATER, Univ. Paris Diderot/ CENA): « Du préjugé au laboratoire : Racialiser la transfusion sanguine aux Etats-Unis (1937-1972) »Agnès Lainé (Chercheure consultante, CEMAf) : « La parangon hémoglobine »
3e séance (03/04) : Races et populations. Médecine et génétique des populations humaines (XXe s.)
Luc Berlivet (CR, CNRS/CERMES 3): « Per rigenerare la stirpe’: Le jeu de l’hérédité et du milieu dans la science des populations italienne (1890-1980) »Claude-Olivier Doron : « Le concept de « race » et son évolution dans l’hémotypologie et la géographie médicale française: Valois, Ruffié et Bernard »
4e séance (15/05) : De la race en Amérique
Thomas Grillot (CR, CNRS/CENA-EHESS) : « Contrôle de la consommation d’alcool des Amérindiens et création du système des réserves aux États-Unis: le concept de ‘race’ comme instrument de contrôle spatial pour l’État colonial »Nicolas Martin (Post-doctorant, CNRS/CENA-EHESS) : « Corps, race et perfectionnisme. Sur la morale corporelle des luttes politiques africaines-américaines contre l’oppression raciale (fin XIXe-fin XXe siècles)»
5e séance (date à préciser ultérieurement)
Guillaume Lachenal (MCF, Univ. Paris Diderot/SPHERE) : « Race et médicament en contexte colonial : l’exemple de la pentamidine ».

Parution – Social History of Medicine

Parution – Social History of Medicine
Social History of MedicineVolume 27 Issue 1 February 2014
Fiona Clark
Appealing to the Republic of Letters: An Autopsy of Anti-venereal Trials in Eighteenth-century Mexico
Kathryn Yeniyurt
When it Hurts to Look: Interpreting the Interior of the Victorian Woman
Matthew M. Heaton
Contingencies of Colonial Psychiatry: Migration, Mental Illness, and the Repatriation of Nigerian ‘Lunatics’
Alistair Ritch
English Poor Law Institutional Care for Older People: Identifying the ‘Aged and Infirm’ and the ‘Sick’ in Birmingham Workhouse, 1852–1912
Jock McCulloch and  Geoffrey Tweedale
Anthony J. Lanza, Silicosis and the Gauley Bridge ‘Nine’
Lucas Richert
Therapy Means Political Change, Not Peanut Butter’: American Radical Psychiatry, 1968–1975
Bradley Matthys MooreRoy Porter Student Prize Essay For the People’s Health:
Ideology, Medical Authority and Hygienic Science in Communist Czechoslovakia
Heli Leppälä
Duty to Entitlement: Work and Citizenship in the Finnish Post-War Disability Policy, early 1940s to 1970

 

Appel à communications – Vision, observation, autopsie : le regard scientifique et ses mots à la Renaissance

Appel à communications – Vision, observation, autopsie : le regard scientifique et ses mots à la Renaissance

Brest, 20 mai 2014

La seconde journée se propose d’étudier le lexique scientifique attaché au regard dans les sciences : vision, observation, autopsie, et de mesurer quel est le sens précis que chacun (savant, homme de cabinet ou voyageur, médecin, naturaliste ou astronome…) donne aux mots qui décrivent le regard ou le rôle qu’ils lui confèrent dans la recherche. La perspective adoptée est toujours résolument interdisciplinaire, afin de comprendre quelle charge sémantique ces mots peuvent prendre selon qu’ils sont prononcés ou écrits dans un cadre scientifique ou philosophique, voire réinvestis dans des formes littéraires dont l’enjeu reste la divulgation de la science (poésie philosophique, astronomique, par exemple). Le naturaliste Pierre Belon est catégorique :combien que les aveugles puissent philosopher et contempler les choses, les pensant en leur esprit, si est-ce qu’il y a des choses en nature qu’il faut necessairement avoir veues pour en avoir la science. Ce faisant, il distingue deux voies de la connaissance : par l’esprit – c’est-à-dire par le raisonnement et l’intellect – et « par ce qui s’offre tout manifeste à noz sens ». Ces deux aspects complémentaires, par la pensée et l’usage de la raison d’une part, et par l’observation du réel d’autre part, semblent indissociables pour accéder à une saisie scientifique des objets que l’on étudie (« pour en avoir la science »). Il oppose ainsi deux figures majeures, Démocrite et Aristote : Démocrite, modèle dont il se détourne parce qu’il « se priva volontairement de la lumiere de ses yeulx, sans avoir aucune autre occasion évidente de ce faire, sinon que, se voulant delivrer des empeschemens qui adviennent à ceulx qui voyent clair, pensa que les discours qu’il pretendoit faire à son plaisir en seroyent plus hautains et exquis, et auroit son esprit plus à delivre, s’estant osté l’empeschement qui provient par la lumière des yeux » ; Aristote, au contraire, constitue une référence pour Belon, en ce que le philosophe grec parvient au plus haut degré de science en privilégiant la connaissance des faits de nature, ce qu’« il n’eust sçeu faire sans l’observation oculaire du naturel des animaux ».
À une époque où l’on ne se contente plus, dans les disciplines savantes, de la lecture des sources antiques, mais où celles-ci sont souvent passées au crible de l’observation personnelle in situ jugée toujours plus fiable qu’une connaissance reçue par « ouï-dire » , et où l’on n’hésite pas à effectuer de longs voyages pour se rendre compte « par soi-même » et « au vif » des réalités que l’on souhaite étudier ou que l’on est chargé d’observer pour le compte d’un roi ou des premières institutions et collections, les mots qui définissent le regard du savant ou du curieux sont amenés à jouer un rôle crucial, non seulement pour « dire » mais pour permettre à celui qui n’a pas vu de partager ce savoir et de l’acquérir par les mots (innutrire disait Montaigne).
On s’attachera donc à en comprendre le ou les sens des différents mots liés au regard selon leur contexte d’apparition, que ce soit dans les récits de voyages, les ouvrages de médecine, les traités d’astronomie, de botanique, de zoologie et plus généralement tout ouvrage lié à l’exposé textuel de la science. Il importera également de s’interroger sur la manière dont ces termes, qui impliquent des méthodes nouvelles, bousculent les hiérarchies existantes dans les techniques des savants autant que dans la révérence due aux catégories antiques, et prennent une valeur opératoire pour remettre en question la notion même de vérité, d’une manière dont nous sommes aujourd’hui sans doute les héritiers. Elles engagent en effet de nouvelles pratiques savantes, et engendrent de nouveaux lieux pour l’exercice des savoirs (amphithéâtre, laboratoires, cabinets…), dans lesquels le rôle du regard est essentiel, ainsi que de nouveaux publics. On devra vérifier si l’évolution de ces mots a en outre des conséquences sur la conception du livre, si d’une part, le statut de l’illustration, ses techniques et sa valeur de représentation du réel vont en être modifiés, et d’autre part, sur quelles bases réelles de l’observation, des genres que la critique a longtemps présentés comme nouveaux, tel le genre des Observationes en médecine, sont fondés. Apprendre, savoir, ainsi, ne vont pas sans voir, aussi vrai que Pantagruel, qui manifeste un « appétit strident » de savoir, est dit « desyrant tous jours veoir et tous jours apprendre ». Les découvertes et les évolutions scientifiques de la Renaissance semblent particulièrement liées à la question de l’observation, et de la diffusion des images qui en sont issues.
Les propositions de communication pourront donc porter sur des questions attachées au texte aussi bien qu’à l’image, quand cette dernière entre dans le cadre précis d’une controverse savante liée à l’observation ou pour définir l’organe et le mécanisme (traités d’optique) de la vision. L’étude du lexique de la vision chez un auteur précis peut être envisagée, afin de faire ressortir la variété et la complémentarité des mots et de leurs développements sémantiques, comme on pourra évoquer des contextes lexicologiques plus larges, en diachronie par exemple, pour mesurer les évolutions perceptibles de la langue latine à la langue et aux usages vernaculaires, ou en comparant l’usage d’un même mot chez plusieurs auteurs, dans plusieurs disciplines ou dans des dictionnaires. Il sera bon de s’interroger sur les conceptions du regard qu’impliquent la charge notionnelle des mots qui le désignent, en particulier les différentes manières selon lesquelles la vision est considérée comme voie d’accès aux savoirs, ainsi que dans son articulation avec la notion de représentation (« portrait », « arrangement », « description », « au naturel », « au vif »…), ces quelques suggestions n’ayant rien d’exhaustif.
Les propositions de communication, accompagnées d’un bref résumé, doivent être renvoyées à Myriam Marrache-Gouraud (myriam.marrache-gouraud@univ-brest.fr) et à Violaine Giacomotto-Charra (violaine.giacomotto@u-bordeaux3.fr) avant le 15 mars 2014.

Parution – Bulletin of the History of Medicine

Parution – Bulletin of the History of Medicine, vol. 87, no. 4

 

Positioning Paper
« On the Borderland of Medical and Disability History: A Survey of the Fields »Beth Linkerhttp://bit.ly/1alYe2m
CommentaryDaniel J. Wilsonhttp://bit.ly/KaytZb
CommentaryCatherine Kudlickhttp://bit.ly/1fFH9EZ
CommentaryJulie Livingstonhttp://bit.ly/1mh0Y69
Articles
« The Invention of Infertility in the Classical Greek World: Medicine, Divinity, and Gender »Rebecca Flemminghttp://bit.ly/1fFHoA7
« Dying to Get Out of the Asylum: Mortality and Madness in Four Mental Hospitals in Victorian Canada, c. 1841–1891″David Wright, Laurie Jacklin, and Tom Themeleshttp://bit.ly/1awlXge
« Benevolent Tyranny of Biostatistics: Public Administration and the Promotion of Biostatistics at the National Institutes of Health, 1946–1970″Sejal Patelhttp://bit.ly/1jbk4dU
« Plow, Town, and Gown: The Politics of Family Practice in 1960s America »Dominique Tobbellhttp://bit.ly/1dY8jAa
News and Events
Book Reviews
Anthony Cerulli. Somatic Lessons: Narrating Patienthood and Illness in Indian Medical LiteratureReviewer: Hartmut Scharfehttp://bit.ly/1b8gysM
Esther Cohen, Leona Toker, Manuela Consonni, and Otniel E. Dror, eds. Knowledge and PainReviewer: Joanna Bourkehttp://bit.ly/1dC1TMe
John Parascandola. King of Poisons: A History of ArsenicReviewer: P. W. J. Bartriphttp://bit.ly/1kGXRWO
Sylvia A. Pamboukian. Doctoring the Novel: Medicine and Quackery from Shelley to DoyleReviewer: Michael Brownhttp://bit.ly/1eXbM46
Nancy Cervetti. S. Weir Mitchell, 1829–1914: Philadelphia’s Literary PhysicianReviewer: Helen L. Horowitzhttp://bit.ly/19zR5gD
<http://bit.ly/19zR5gD>Guy R. Hasegawa. Mending Broken Soldiers: The Union and Confederate Programs to Supply Artificial Limbs
Reviewer: J. T. H. Connorhttp://bit.ly/19zRb7P
Pratik Chakrabarti. Bacteriology in British India: Laboratory Medicine and the TropicsReviewer: Christoph Gradmannhttp://bit.ly/1cBcFfB
Marian Moser Jones. The American Red Cross from Clara Barton to the New DealReviewer: Julia F. Irwinhttp://bit.ly/1deHXsJ
David S. Jones. Broken Hearts: The Tangled History of Cardiac CareReviewer: Allen B. Weissehttp://bit.ly/1dtCGkE
Paul Starr. Remedy and Reaction: The Peculiar American Struggle over Health Care ReformReviewer: Daniel M. Foxhttp://bit.ly/1dY9rE1
Guenter B. Risse. Plague, Fear, and Politics in San Francisco’s ChinatownReviewer: Myron Echenberghttp://bit.ly/Lqx2H3
<http://bit.ly/Lqx2H3>William C. Summers. The Great Manchurian Plague of 1910–1911: The Geopolitics of an Epidemic Disease
Reviewer: Carol A. Benedicthttp://bit.ly/1awnymd
Beth Linker. Warʼs Waste: Rehabilitation in World War I AmericaReviewer: Jeffrey S. Reznickhttp://bit.ly/1dC2zRP
Sarah G. Mars. The Politics of Addiction: Medical Conflict and Drug Dependence in England since the 1960sReviewer: Stephen Sneldershttp://bit.ly/1eH24T3
Kaushik Sunder Rajan, ed. Lively Capital: Biotechnologies, Ethics, and Governance in Global MarketsReviewer: Todd Meyershttp://bit.ly/1dCmCOq
Jonathan Kahn. Race in a Bottle: The Story of BiDil and Racialized Medicine in a Post-Genomic AgeReviewer: Anne Pollockhttp://bit.ly/1eQXCDj
Books ReceivedSubect and Author IndexIndex to Volume 97