Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

L’homme augmenté?  Corps et techniques

Cycle de 6 conférences, Formation continue HEP Vaud – UNIL 

Si les arts médicaux ont toujours cherché à réparer les déficiences corporelles de l’homme, de nombreuses innovations scientifiques actuelles ambitionnent une «amélioration» de l’humain, une maximisation de ses performances que ce soit à travers les systèmes de communication, la nanotechnologie, les prothèses ou la biologie moléculaire. Serions-nous sur le point d’assister à l’avènement d’un homme nouveau, d’un homme augmenté? Sommes-nous, déjà, des cyborgs qui s’ignorent? Quel statut a le corps dans nos sociétés? Un corps à améliorer, à éliminer, à standardiser, à dématérialiser? A partir de quelles valeurs et quelles règles éthiques? Cette formation abordera plusieurs domaines: celui de l’interface homme-machine en lien notamment avec le cerveau, celui des identités numériques développées dans les jeux et les systèmes de réseautage sur Internet, celui du transhumanisme et de ses aspirations à repousser les limites de la condition humaine, celui des corps virtuels dans des récits contemporains et anciens et, enfin celui de la performance sportive. Avec ces deux questions qui nous servirons de fil conducteur: en quoi ces innovations et ces façons de faire influencent-elles notre vie quotidienne? Que disent-elles de nous?

Objectifs:
— évaluer les impacts de la technologie sur nos vies quotidiennes,
— développer une réflexion sur le rapport que nous entretenons avec notre/nos corps réels et virtuels,
— s’interroger sur les rapports homme-machine dans une perspective éthique, sociale et anthropologique.

Public concerné
Enseignants, éducateurs, journalistes, philosophes, anthropologues, sociologues,
théologiens et toute personne intéressée par la thématique.

 

PROGRAMME:

Jeudi 6 mars 2014
Le cerveau : entre homme et machine
18h30 à 20h30
Richard Walker (EPFL, Human Brain Project) et Daniela Cerqui (UNIL, SSP)

 

Jeudi 13 mars 2014
Booster le corps !
18h30 à 20h30
Fabien Ohl (UNIL, SSP) et Martin Preisig (CHUV, projet CoLaus)

Jeudi 20 mars 2014
Identités digitales : séduction et immersion
18h30 à 20h30
Olivier Glassey (UNIL, SSP et LaDHUL) et Olivier Voirol (UNIL, SSP)

Jeudi 27 mars 2014
Origines et évolutions des idées transhumanistes
20h30 à 22h30
Rémi Sussan (InternetActu.net) journaliste
Gabriel Dorthe (UNIL, FGSE et LaDHUL) discutant
En partenariat avec le Groupe Vaudois de Philosophie

Jeudi 3 avril 2014
Sciences-(fiction) et virtualités
18h30 à 20h30
Etienne Honoré (HEP VD), Claire Clivaz (UNIL, FTSR et LaDHUL) et Marc Atallah (UNIL, Lettres)

Jeudi 10 avril 2014
Table-ronde : corps sacré, sacré corps…
18h30 à 20h30
Bernard Andrieu (Université de Nancy-Metz)
Philippe Bornet (UNIL, Lettres), Nicole Durisch Gauthier (HEP VD) et François Félix (CNRS/UMR 7268 – ADES) discutants.

———————————————————————–

Du 6 mars au 10 avril 2014
de 18h30 à 20h30, HEP Vaud, avenue de
Cour 33, Lausanne
Jeudi 27 mars 2014
de 20h30 à 22h30, Maison de Quartier
Sous-Gare, avenue Dapples 50, Lausanne

Rencontres – Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales

Rencontres – Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales

Comment les corps habitent-ils, investissent-ils les villes ? De quelles expériences politiques sont-ils les porteurs et les témoins ? Que ce soient l’occupation de la place Tahrir en 2011, les passages clandestins de migrants en escale à Athènes ou les nuits des travailleurs itinérants des chantiers de Bangalore, les documentaires projetés dans le cadre de ces rencontres se saisissent de ces questions en dialogue avec les sciences sociales.

Ils invitent à réfléchir à notre actualité politique à travers une attention aux corps, à leur circulation, à leur investissement sensible de l’espace urbain, aux émotions qui y sont liées et aux formes de collectif qui s’y produisent. Quelles subjectivités politiques se négocient autour des pratiques de résistances explicites ou implicites aux formes contemporaines de domination ? Quels dispositifs d’écriture cinématographique permettent de saisir ces enjeux ?

Programme

Projections en présence des réalisateurs, suivies d’un débat

6 novembre  2013 – 18 h

  • Presence, 2012, 17 min. 51 sec.
  • Distance, 2013, 37 min. de Ekta Mittal & Yashaswini B.R.

Débat avec Jacques Rancière, professeur émérite à l’université Paris 8
Interventions en anglais

4 février 2014 – 18 h

  • Les Chebabs de Yarmouk, 2013, 78 min. d’Axel Salvatori-Sinz

Les Chebabs sont un petit groupe de garçons et de filles qui se connaissent depuis l’adolescence. Aujourd’hui au seuil de l’âge adulte, ils ont une véritable soif de vivre et d’absolu, mais sont tous confrontés à des réalités complexes. Entre le besoin de liberté et l’appartenance au groupe, le désir de révolte et la perspective d’un vie bien rangée, les choix sont difficiles ; mais tout l’est plus encore quand on est réfugié palestinien dans le camp de Yarmouk, en Syrie.

29 avril 2014 – 18 h

  • L’Escale, 2013, 100 min. de Kaveh Bakhtiari

Sélectionné à La Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2013, L’ESCALE est l’histoire d’une rencontre. Celle de son réalisateur, Kaveh Bakhtiari, cinéaste Irano Suisse, avec son cousin et ses compagnons de route. Des clandestins confinés à Athènes où ils ont échoués après que leurs passeurs les aient laissés en plan, ils se terrent dans un sous-sol en cherchant fébrilement le moyen de poursuivre leur odyssée vers d’autres pays Occidentaux.

L’escale est une immersion dans l’univers de la clandestinité où s’entremêlent l’espoir, la solidarité, la peur, les rires, le courage et la dure confrontation à la réalité d’un monde toujours plus hérissé de murs.

3 juin 2014 – 18 h

  • The Uprising, 2013, 78 min. de Peter Snowdon (Université d’Hasselt)

Organisation

  • Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – Axe 2. Etats – Circulations – Mémoires
  • EHESS

Contacts

Ateliers Varan
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

LIEUX

  • 6 Impasse Mont-Louis
    Paris, France (75011)

CONTACTS

  • Nicolas Jaoul
    courriel : jaoul [dot] nicolas [at] gmail [dot] com

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Nicolas Jaoul
    courriel : jaoul [dot] nicolas [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales », Séminaire,Calenda, Publié le jeudi 20 février 2014, http://calenda.org/276033

Journée d’étude – Lieux d’hygiène et lieux d’aisance au Moyen Âge en terre d’Islam

La thématique choisie, « lieux d’hygiène et lieux d’aisance au Moyen âge en terre d’Islam », permet d’aborder un sujet souvent soigneusement évité dans l’historiographie récente. Il offre pourtant, en croisant les disciplines, la possibilité de percevoir des aspects très variés de la vie privée, difficilement accessibles par d’autres approches (hygiène, pratiques alimentaires, etc.), mais aussi des questions plus générales comme la gestion des espaces urbains, les normes et les interdits religieux, les différenciations sociales. Cette journée d’étude s’inscrit dans le prolongement de celles organisées en 2012 et 2013 respectivement sur « la céramique comme objet historique » et « les jeux et les jouets en terre d’Islam au Moyen Âge » et visant déjà à présenter dans une perspective archéologique, à un public d’étudiants et de chercheurs, des champs de recherche trop souvent considérés comme marginaux ou d’intérêt mineur.

 

  • 9h30-10h00 – Patrice CRESSIERSophie GILOTTE (CNRS, CIHAM – UMR 5648, Lyon), Marie-Odile ROUSSET (CNRS, GREMMO – UMR 5291, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon) : « Présentation »
  • 10h00-10h45 – Yassir BENHIMA (Université de Paris 3) : « La gestion des vidanges des latrines en milieu urbain »
  • 10h45-11h30 – Laurence MOULINIER (Université Lumière-Lyon 2) : « Jeux de dupes et tromperies autour de l’examen des urines en Orient et en Occident »
  • 11h30-12h15 – Ieva REKLAITYTE (URBS, Saragosse) : « The Latrine in Al-Andalus: its Main Characteristics and the Urban Hygienic Conditions »
  • 14h30-15h15 – Claire DELERY (Musée du Louvre, Paris) : « Piletas et bacines : des vases pour les ablutions ? »
  • 15h15-15h45 – Marie-Odile ROUSSET (GREMMO – UMR 5291, CNRS, Lyon) : « Latrines et salles d’ablution de mosquées au Proche-Orient »
  • 15h45-16h30 – Antonio VALLEJO TRIANO (Museo de Bellas Artes, Cordoue) : « Las letrinas califales de Madînat al-Zahrâ’: aspectos técnicos y de jerarquía social »
  • 16h30-17h15 – Denis GENEQUAND (Université de Genève) : « Latrines des résidences Omeyades de Syrie-Palestine : questions d’archéologie »
  • 17h15-18h00 – Marie-Pierre RUAS (Museum d’Histoire Naturelle – UMR 7209) et Jean-Pierre VAN STAËVEL (Université de Paris Sorbonne) : « Les restes végétaux conservés dans les latrines : l’exemple d’Igilliz (Anti-Atlas, Maroc) et comparaisons »

Coordination

  • Patrice CRESSIER
  • Sophie GILOTTE (CNRS, CIHAM – UMR 5648, Lyon)
  • Marie-Odile ROUSSET (CNRS, GREMMO – UMR 5291, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon)

Journée d’étude organisée par le CIHAM-UMR 5648 et le GREMMO-UMR 5291.

LIEUX

  • ISH, espace Marc Bloch – 14, av. Berthelot
    Lyon, France (69007)

DATES

  • mardi 18 mars 2014

MOTS-CLÉS

  • Islam, Moyen Âge, latrines, réseau d’assainissement, hygiène

CONTACTS

  • Sophie Gilotte
    courriel : sgilotte [at] gmail [dot] com

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Sophie Gilotte
    courriel : sgilotte [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Lieux d’hygiène et lieux d’aisance au Moyen Âge en terre d’Islam », Journée d’étude,Calenda, Publié le jeudi 13 février 2014, http://calenda.org/276400

Séminaire – Les épreuves de la fin de vie

3ème séminaire d’étude transdisciplinaire – Les épreuves de la fin de vie

Lors des deux premières journées d’étude transdisciplinaire sur « L’épreuve de la fin de vie » qui se sont tenues en juin 2012 et en mai 2013 au sein de l’université de Toulouse 2 – Le Mirail, les discussions ont permis de mettre en lumière des questions inscrites dans l’activité clinique : la bientraitance versus l’acharnement relationnel, la clause de conscience des soignants, l’éthique du care, etc. autant de réflexions issues de la difficile question de la relation soignant/soigné que nous poursuivrons dans cette dernière rencontre.

Lundi 24 février 2014

18H/18H40

  • De l’accompagnement à la bientraitance : réflexion sur une posture professionnelle, Michèle Saint-Jean, Maître de Conférences en Sciences de l’Education, Université Toulouse 2 – Le Mirail.

18H40/19H20

  • Les représentations sociales des soins palliatifs, Lionel Dany, Maître de Conférences en Psychologie Sociale, Université Aix Marseille.

19H20/20H

  • « La mort saisit le vif », Yannis Constantinidès, Professeur de Philosophie.

Organisation

Journée d’étude du SIREL (Société Internationale de Recherche Emmanuel Levinas)

  • Flora Bastiani
  • Nadia Péoc’h
  • Michèle Saint-Jean

Entrée libre sur inscription à : colloque.philo.toulouse@gmail.com

LIEUX

  • Espace Duranti, salle Osète – 6, Rue du Lieutenant Colonnel Pélissier
    Toulouse, France (31000)

DATES

  • lundi 24 février 2014

MOTS-CLÉS

  • soins palliatifs, care, éthique, accompagnement, bientraitance, soignant

CONTACTS

  • Bastiani Flora
    courriel : colloque [dot] philo [dot] toulouse [at] gmail [dot] com

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Bastiani Flora
    courriel : colloque [dot] philo [dot] toulouse [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« L’épreuve de la fin de vie », Journée d’étude, Calenda, Publié le mardi 18 février 2014, http://calenda.org/277477

Séminaire – Race et médecine

Séminaire – Race et médecine

Centre Georges Canguilhem (Institut des Humanités de Paris)/SPHERE, Université Paris Diderot, en 5 séances : Jeudis 13 mars, 20 mars, 03 avril et 15 mai 2014 de 17h à 19h30,
(La date de la 5ème séance sera précisée ultérieurement)Salle 888C – 8ème étage du Bâtiment C des Grands Moulins – 5, rue Thomas Mann – Paris 13°
http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf
Organisé par Claude-Olivier Doron (MCF, histoire et philosophie des sciences, Université Paris Diderot) et Jean-Paul Lallemand (ATER, Université Paris Diderot/Centre d’Etudes Nord Américaines (EHESS))
Depuis son introduction en histoire naturelle au XVIIIe siècle et la constitution d’un ensemble de savoirs sur les “races” humaines, la notion de “race” s’est trouvée intimement liée à la pensée médicale. Qu’il s’agisse, au XVIIIe siècle, de mobiliser l’analogie avec des « constitutions » plus ou moins maladives ou celle des maladies héréditaires pour penser les « races » humaines, ou qu’il s’agisse d’élaborer des traités spécifiques sur les maladies caractéristiques des différentes variétés humaines. Ces relations étroites ont perduré tout au long des XIXe et XXe siècles, au point de vue conceptuel comme institutionnel : nombreux furent les médecins qui contribuèrent à l’élaboration et à la transformation des savoirs sur les « races » humaines. C’est à l’intersection de la médecine et de la génétique que le concept de « race » trouva l’occasion de se reformuler au début du XXe siècle, à travers l’hémotypologie, l’analyse des polymorphismes du métabolisme et l’étude des réactions différenciées aux médicaments, puis l’analyse des polymorphismes génétiques et la pharmacogénétique. Les récents débats qui portent, en particulier dans le monde anglo-saxon, sur l’opportunité d’utiliser la « race » dans la recherche et la pratique biomédicales sont donc chargés d’une histoire longue et complexe, qui mérite d’être étudiée.
L’objectif de ce séminaire est d’interroger, sur la longue durée, ces liens entre « race » et médecine, à la fois dans leurs aspects conceptuels, institutionnels et pratiques. Il alternera entre des séances consacrées à des questions théoriques et conceptuelles, et des séances portant sur des terrains et des pratiques localisées. Il s’agira de repérer à la fois ce qui fait la singulière continuité de ces rapports entre « race » et « médecine » et de situer où, néanmoins, se sont produites des ruptures radicales, tant au point de vue des concepts que dans la manière dont la notion de « race » a pu être mobilisée par des acteurs divers, dans des stratégies extrêmement disparates.

Programme

1ère séance (13/03) : La race et le regard médical (fin XVIIIe-XIXe s.)

Claude-Olivier Doron (MCF, Univ. Paris Diderot/SPHERE-Centre Canguilhem) : « Race et médecine : une vieille histoire ? Les modèles médicaux pour penser la formation des races (fin XVIIIe s.-déb. XIXe s.) »Delphine Peiretti-Courtis (ATER, Univ. Aix-Marseille/ Telemme) : « Regards sur la chevelure et la pilosité des Africain(e)s dans la littérature médicale française (fin XVIIIe siècle-milieu XXe siècle) »

2e séance (20/03) : La race et le sang : maladies du sang et transfusion (XXe s.)
Jean-Paul Lallemand (ATER, Univ. Paris Diderot/ CENA): « Du préjugé au laboratoire : Racialiser la transfusion sanguine aux Etats-Unis (1937-1972) »Agnès Lainé (Chercheure consultante, CEMAf) : « La parangon hémoglobine »
3e séance (03/04) : Races et populations. Médecine et génétique des populations humaines (XXe s.)
Luc Berlivet (CR, CNRS/CERMES 3): « Per rigenerare la stirpe': Le jeu de l’hérédité et du milieu dans la science des populations italienne (1890-1980) »Claude-Olivier Doron : « Le concept de “race” et son évolution dans l’hémotypologie et la géographie médicale française: Valois, Ruffié et Bernard »
4e séance (15/05) : De la race en Amérique
Thomas Grillot (CR, CNRS/CENA-EHESS) : « Contrôle de la consommation d’alcool des Amérindiens et création du système des réserves aux États-Unis: le concept de ‘race’ comme instrument de contrôle spatial pour l’État colonial »Nicolas Martin (Post-doctorant, CNRS/CENA-EHESS) : « Corps, race et perfectionnisme. Sur la morale corporelle des luttes politiques africaines-américaines contre l’oppression raciale (fin XIXe-fin XXe siècles)»
5e séance (date à préciser ultérieurement)
Guillaume Lachenal (MCF, Univ. Paris Diderot/SPHERE) : “Race et médicament en contexte colonial : l’exemple de la pentamidine”.

Parution – Social History of Medicine

Parution – Social History of Medicine
Social History of MedicineVolume 27 Issue 1 February 2014
Fiona Clark
Appealing to the Republic of Letters: An Autopsy of Anti-venereal Trials in Eighteenth-century Mexico
Kathryn Yeniyurt
When it Hurts to Look: Interpreting the Interior of the Victorian Woman
Matthew M. Heaton
Contingencies of Colonial Psychiatry: Migration, Mental Illness, and the Repatriation of Nigerian ‘Lunatics’
Alistair Ritch
English Poor Law Institutional Care for Older People: Identifying the ‘Aged and Infirm’ and the ‘Sick’ in Birmingham Workhouse, 1852–1912
Jock McCulloch and  Geoffrey Tweedale
Anthony J. Lanza, Silicosis and the Gauley Bridge ‘Nine’
Lucas Richert
Therapy Means Political Change, Not Peanut Butter’: American Radical Psychiatry, 1968–1975
Bradley Matthys MooreRoy Porter Student Prize Essay For the People’s Health:
Ideology, Medical Authority and Hygienic Science in Communist Czechoslovakia
Heli Leppälä
Duty to Entitlement: Work and Citizenship in the Finnish Post-War Disability Policy, early 1940s to 1970

 

Appel à communications – Vision, observation, autopsie : le regard scientifique et ses mots à la Renaissance

Appel à communications – Vision, observation, autopsie : le regard scientifique et ses mots à la Renaissance

Brest, 20 mai 2014

La seconde journée se propose d’étudier le lexique scientifique attaché au regard dans les sciences : vision, observation, autopsie, et de mesurer quel est le sens précis que chacun (savant, homme de cabinet ou voyageur, médecin, naturaliste ou astronome…) donne aux mots qui décrivent le regard ou le rôle qu’ils lui confèrent dans la recherche. La perspective adoptée est toujours résolument interdisciplinaire, afin de comprendre quelle charge sémantique ces mots peuvent prendre selon qu’ils sont prononcés ou écrits dans un cadre scientifique ou philosophique, voire réinvestis dans des formes littéraires dont l’enjeu reste la divulgation de la science (poésie philosophique, astronomique, par exemple). Le naturaliste Pierre Belon est catégorique :combien que les aveugles puissent philosopher et contempler les choses, les pensant en leur esprit, si est-ce qu’il y a des choses en nature qu’il faut necessairement avoir veues pour en avoir la science. Ce faisant, il distingue deux voies de la connaissance : par l’esprit – c’est-à-dire par le raisonnement et l’intellect – et « par ce qui s’offre tout manifeste à noz sens ». Ces deux aspects complémentaires, par la pensée et l’usage de la raison d’une part, et par l’observation du réel d’autre part, semblent indissociables pour accéder à une saisie scientifique des objets que l’on étudie (« pour en avoir la science »). Il oppose ainsi deux figures majeures, Démocrite et Aristote : Démocrite, modèle dont il se détourne parce qu’il « se priva volontairement de la lumiere de ses yeulx, sans avoir aucune autre occasion évidente de ce faire, sinon que, se voulant delivrer des empeschemens qui adviennent à ceulx qui voyent clair, pensa que les discours qu’il pretendoit faire à son plaisir en seroyent plus hautains et exquis, et auroit son esprit plus à delivre, s’estant osté l’empeschement qui provient par la lumière des yeux » ; Aristote, au contraire, constitue une référence pour Belon, en ce que le philosophe grec parvient au plus haut degré de science en privilégiant la connaissance des faits de nature, ce qu’« il n’eust sçeu faire sans l’observation oculaire du naturel des animaux ».
À une époque où l’on ne se contente plus, dans les disciplines savantes, de la lecture des sources antiques, mais où celles-ci sont souvent passées au crible de l’observation personnelle in situ jugée toujours plus fiable qu’une connaissance reçue par « ouï-dire » , et où l’on n’hésite pas à effectuer de longs voyages pour se rendre compte « par soi-même » et « au vif » des réalités que l’on souhaite étudier ou que l’on est chargé d’observer pour le compte d’un roi ou des premières institutions et collections, les mots qui définissent le regard du savant ou du curieux sont amenés à jouer un rôle crucial, non seulement pour « dire » mais pour permettre à celui qui n’a pas vu de partager ce savoir et de l’acquérir par les mots (innutrire disait Montaigne).
On s’attachera donc à en comprendre le ou les sens des différents mots liés au regard selon leur contexte d’apparition, que ce soit dans les récits de voyages, les ouvrages de médecine, les traités d’astronomie, de botanique, de zoologie et plus généralement tout ouvrage lié à l’exposé textuel de la science. Il importera également de s’interroger sur la manière dont ces termes, qui impliquent des méthodes nouvelles, bousculent les hiérarchies existantes dans les techniques des savants autant que dans la révérence due aux catégories antiques, et prennent une valeur opératoire pour remettre en question la notion même de vérité, d’une manière dont nous sommes aujourd’hui sans doute les héritiers. Elles engagent en effet de nouvelles pratiques savantes, et engendrent de nouveaux lieux pour l’exercice des savoirs (amphithéâtre, laboratoires, cabinets…), dans lesquels le rôle du regard est essentiel, ainsi que de nouveaux publics. On devra vérifier si l’évolution de ces mots a en outre des conséquences sur la conception du livre, si d’une part, le statut de l’illustration, ses techniques et sa valeur de représentation du réel vont en être modifiés, et d’autre part, sur quelles bases réelles de l’observation, des genres que la critique a longtemps présentés comme nouveaux, tel le genre des Observationes en médecine, sont fondés. Apprendre, savoir, ainsi, ne vont pas sans voir, aussi vrai que Pantagruel, qui manifeste un « appétit strident » de savoir, est dit « desyrant tous jours veoir et tous jours apprendre ». Les découvertes et les évolutions scientifiques de la Renaissance semblent particulièrement liées à la question de l’observation, et de la diffusion des images qui en sont issues.
Les propositions de communication pourront donc porter sur des questions attachées au texte aussi bien qu’à l’image, quand cette dernière entre dans le cadre précis d’une controverse savante liée à l’observation ou pour définir l’organe et le mécanisme (traités d’optique) de la vision. L’étude du lexique de la vision chez un auteur précis peut être envisagée, afin de faire ressortir la variété et la complémentarité des mots et de leurs développements sémantiques, comme on pourra évoquer des contextes lexicologiques plus larges, en diachronie par exemple, pour mesurer les évolutions perceptibles de la langue latine à la langue et aux usages vernaculaires, ou en comparant l’usage d’un même mot chez plusieurs auteurs, dans plusieurs disciplines ou dans des dictionnaires. Il sera bon de s’interroger sur les conceptions du regard qu’impliquent la charge notionnelle des mots qui le désignent, en particulier les différentes manières selon lesquelles la vision est considérée comme voie d’accès aux savoirs, ainsi que dans son articulation avec la notion de représentation (« portrait », « arrangement », « description », « au naturel », « au vif »…), ces quelques suggestions n’ayant rien d’exhaustif.
Les propositions de communication, accompagnées d’un bref résumé, doivent être renvoyées à Myriam Marrache-Gouraud (myriam.marrache-gouraud@univ-brest.fr) et à Violaine Giacomotto-Charra (violaine.giacomotto@u-bordeaux3.fr) avant le 15 mars 2014.

Parution – Bulletin of the History of Medicine

Parution – Bulletin of the History of Medicine, vol. 87, no. 4

 

Positioning Paper
“On the Borderland of Medical and Disability History: A Survey of the Fields”Beth Linkerhttp://bit.ly/1alYe2m
CommentaryDaniel J. Wilsonhttp://bit.ly/KaytZb
CommentaryCatherine Kudlickhttp://bit.ly/1fFH9EZ
CommentaryJulie Livingstonhttp://bit.ly/1mh0Y69
Articles
“The Invention of Infertility in the Classical Greek World: Medicine, Divinity, and Gender”Rebecca Flemminghttp://bit.ly/1fFHoA7
“Dying to Get Out of the Asylum: Mortality and Madness in Four Mental Hospitals in Victorian Canada, c. 1841–1891″David Wright, Laurie Jacklin, and Tom Themeleshttp://bit.ly/1awlXge
“Benevolent Tyranny of Biostatistics: Public Administration and the Promotion of Biostatistics at the National Institutes of Health, 1946–1970″Sejal Patelhttp://bit.ly/1jbk4dU
“Plow, Town, and Gown: The Politics of Family Practice in 1960s America”Dominique Tobbellhttp://bit.ly/1dY8jAa
News and Events
Book Reviews
Anthony Cerulli. Somatic Lessons: Narrating Patienthood and Illness in Indian Medical LiteratureReviewer: Hartmut Scharfehttp://bit.ly/1b8gysM
Esther Cohen, Leona Toker, Manuela Consonni, and Otniel E. Dror, eds. Knowledge and PainReviewer: Joanna Bourkehttp://bit.ly/1dC1TMe
John Parascandola. King of Poisons: A History of ArsenicReviewer: P. W. J. Bartriphttp://bit.ly/1kGXRWO
Sylvia A. Pamboukian. Doctoring the Novel: Medicine and Quackery from Shelley to DoyleReviewer: Michael Brownhttp://bit.ly/1eXbM46
Nancy Cervetti. S. Weir Mitchell, 1829–1914: Philadelphia’s Literary PhysicianReviewer: Helen L. Horowitzhttp://bit.ly/19zR5gD
<http://bit.ly/19zR5gD>Guy R. Hasegawa. Mending Broken Soldiers: The Union and Confederate Programs to Supply Artificial Limbs
Reviewer: J. T. H. Connorhttp://bit.ly/19zRb7P
Pratik Chakrabarti. Bacteriology in British India: Laboratory Medicine and the TropicsReviewer: Christoph Gradmannhttp://bit.ly/1cBcFfB
Marian Moser Jones. The American Red Cross from Clara Barton to the New DealReviewer: Julia F. Irwinhttp://bit.ly/1deHXsJ
David S. Jones. Broken Hearts: The Tangled History of Cardiac CareReviewer: Allen B. Weissehttp://bit.ly/1dtCGkE
Paul Starr. Remedy and Reaction: The Peculiar American Struggle over Health Care ReformReviewer: Daniel M. Foxhttp://bit.ly/1dY9rE1
Guenter B. Risse. Plague, Fear, and Politics in San Francisco’s ChinatownReviewer: Myron Echenberghttp://bit.ly/Lqx2H3
<http://bit.ly/Lqx2H3>William C. Summers. The Great Manchurian Plague of 1910–1911: The Geopolitics of an Epidemic Disease
Reviewer: Carol A. Benedicthttp://bit.ly/1awnymd
Beth Linker. Warʼs Waste: Rehabilitation in World War I AmericaReviewer: Jeffrey S. Reznickhttp://bit.ly/1dC2zRP
Sarah G. Mars. The Politics of Addiction: Medical Conflict and Drug Dependence in England since the 1960sReviewer: Stephen Sneldershttp://bit.ly/1eH24T3
Kaushik Sunder Rajan, ed. Lively Capital: Biotechnologies, Ethics, and Governance in Global MarketsReviewer: Todd Meyershttp://bit.ly/1dCmCOq
Jonathan Kahn. Race in a Bottle: The Story of BiDil and Racialized Medicine in a Post-Genomic AgeReviewer: Anne Pollockhttp://bit.ly/1eQXCDj
Books ReceivedSubect and Author IndexIndex to Volume 97

Parution – Médecine et religion : compétitions, collaborations, conflits (XIIe-XXe siècles)

Parution – Médecine et religion : compétitions, collaborations, conflits (XIIe-XXe siècles)

L. Berlivet, S. Cabibbo, M.P. Donato et R. Michetti, et M. Nicoud, Médecine et religion : compétitions, collaborations, conflits (XIIe-XXe siècles), Rome,Ecole française de Rome, 2013.
Si les rapports qu’ont entretenus la médecine et la religion à travers le temps ont, depuis longtemps, attiré l’attention de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales, la vision qu’elles nous en proposent est souvent fragmentaire, voire contradictoire. L’objectif de ce livre est de croiser les points de vue de chercheurs travaillant dans des perspectives différentes (de l’histoire intellectuelle à la sociologie, en passant par l’histoire sociale) sur des périodes et des lieux variés de l’Occident chrétien, pour mieux éclairer les processus par lesquels la religion et la médecine ont cherché à informer et à réguler les pratiques sociales. Les contributions ici réunies explorent les effets des convergences, recouvrements et frictions qui, à travers les siècles, ont structuré les relations entre médecine et religion, envisagées sous l’angle de la construction des savoirs et des pratiques, aussi bien que de l’expérience vécue (individuelle et collective). Les thèmes abordés par les auteurs recouvrent ainsi les multiples enjeux des manifestations « miraculeuses » et, plus largement, « surnaturelles », le gouvernement de la vie et de la mort, ou encore le rapport entre le corps et l’âme/esprit, la place de la médecine dans les congrégations religieuses, la médecine comme terrain de rencontre et de conflit entre cultures…

Parution – Medicine and Colonialism: Historical Perspectives in India and South Africa

 

Poonam Bala (Editor), Medicine and Colonialism: Historical Perspectives in India and South Africa, Pickering & Chatto Ltd, 2014, 256 p.

Focusing on India and South Africa during the nineteenth and twentieth centuries, the essays in this collection address power and enforced modernity as applied to medicine. Clashes between traditional methods of healing and the practices brought in by colonizers are explored across both territories. Chapters address issues of education, public health, autonomy and the transfer of knowledge, using case studies on birth-control, plague, human-animal diseases, AIDS, the legal system and the treatment of the mentally ill to compare and contrast these ex-British colonies.

Appel à contribution – 44th Congress of the International Society for the History of Medicine

Call for papers  – 44th Congress of the International Society for the History of Medicine (ISHM)


http://ishm-congress-tbilisi2014.org/

The Scientific Committee welcomes the submission of original contributions on the fields of the History of Medical Sciences and the Congress Topics. Accepted papers will be presented as Oral or Poster presentations. Poster Sessions will be organized to complement symposia and cover additional fields and topics. Abstracts must be submitted not later than May 31, 2014. Abstracts received later than May 31, 2014 will not be accepted. Should you need assistance or advice you may address to the Congress Secretariat via email: ishm2014@artion.ge.
Abstracts Guidelines: Deadline for abstract submission: May 31, 2014. An abstract template is available here.
Abstracts must be written in English or French in MS Word format and must include: title, authors, institutions and subtitles. More specifically: Font-spacingArial, letter size 10 cpi, justified alignment, single space, no space between the paragraphs of the text, no space in the beginning of each paragraph. Only, 1 blank line should be left between the institutions and the subtitles. TitleCapital letters, bold, left alignment (e.g. TITLE)AuthorsAll names should be written in Title Case, with the family name following the first name and the superscript at the end. The name of the presenting author must be underlined, but not the superscript. Names should be separated with commas. Please do not include degrees or professional titles (Dr, PhD, Prof,MD, etc.).e.g. Μ. Papadopoulou1, A. Papadopoulos2 Address of InstitutionAs regards the institution name, Each Word Should Be Capitalized. First the Department should be mentioned; afterwards the name of the Institution/University; finally the City and the Country. All separated by comma. Please note that in case the City is part of the Institution name, then it should not be repeated before the Country (e.g. Department of Orthopaedics, University of Utah, USA). When more than one institution is mentioned, the correspondence between authors and institutions should be done with the use of superscripts as per below.e.g. Μ. Papadopoulou1, Α. Papadopoulos2(1) Departmentof Neurosurgery,KlinikumOffenbach,AkademischesLehrkrankenhausderUniversität Frankfurt, Germany(2) Department of Neurology, Cliniques Universitaires Saint-Luc, Brussels, Belgium Abstract main text – Subtitles Maximum length 250 words.The Abstract main text should include a SUMMARY, whether according to the writer, subtitles cannot be used.Each one of the above mentioned subtitles should be written in bold, followed by a colon “:”, a space and then the description text. Each subtitle should start in a separate paragraph. No blank lines between the paragraphs.Each abstract should be divided into the above four sections, provided the content permits it. Each section must be analyzed in a separate paragraph, preceded by the relevant title. There should be no spaces between paragraphs. Abbreviations of terms can be used, provided their explanation is included in parentheses, when they are used in the text for the first time. Please so not identify author(s) or institution(s) in the text.Acceptance of papers for review Abstracts of papers will not be accepted for review, in any of the following cases: Deadline for submission of the abstract (May 15, 2014) is not strictly respected Missing data or forms An abstract exceeding 250 words

If instructions are not followed, abstracts will be returned to sender / writer to correct them, if the abstract deadline hasn’t expired. In case of the submitted abstract which does not respect the rules and there is not time for correction due the abstracts deadline, it will be disqualified automatically. We recommend that you do not let the presentation of your work for the last week, as the electronic system can be overloaded and may not be able eventually to submit your abstract.

Authors are responsible for the content since the abstracts will not be edited.Audiovisual Equipment Facilities for laptop use, power point presentation and Computer Assisted Presentation will be available. Posters Posters will be displayed in a special room adjacent to the main hall. Publication of accepted papers The abstracts of all papers presented will be published in the book of abstracts. Abstract Submission To Submit an Abstract you may follow this link. Should you need any further assistance you are welcome to contact ishm2014@artion.ge.

Appel à communication – Le cadavre préservé. Savoirs et pratiques autour de la conservation et l’exposition du corps mort (XVIe-XXe siècle)

Appel à communication – Le cadavre préservé. Savoirs et pratiques autour de la conservation et l’exposition du corps mort (XVIe-XXe siècle)

Colloque international
Lieu : Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne Dates : 19-20 septembre 2014Organisation : Diego Carnevale (Aix-Marseille Université, LabexMed) Vincent Denis (Université Paris 1, IUF, LabEx HASTEC)

Ce colloque est destiné au public des chercheurs intéressés par l’histoire du corps mort. L’objectif est de réunir des spécialistes reconnus et des jeunes chercheurs autour d’un problème spécifique : les savoirs et les pratiques concernant la conservation et l’exposition des cadavres. En raison des résultats de l’historiographie récente, nous avons choisi de fixer un cadre chronologique assez ample. En effet, la Renaissance et la seconde moitié du XIXe siècle sont désormais considérées comme deux étapes décisives dans le long processus de « médicalisation » du corps, c’est-à-dire du parcours qui a conduit le savoir médical à gagner une position prééminente par rapport aux autres savoirs, notamment religieux, qui interviennent dans la définition du statut du corps. Toutefois, la manipulation du corps mort reste une activité au carrefour entre les savoirs et les techniques scientifiques, religieux et sociaux. L’anthropologie historique nous présente le cadavre comme un pôle d’attraction affective mais aussi de répulsion, à cause du pouvoir de contamination qui lui est attribué par les sociétés européennes. Cette condition ambivalente, très ancienne, a dû se concilier avec la conception chrétienne du corps mort, voué à la résurrection à la fin des temps. A ce socle, les savoirs scientifiques, ainsi que ceux liés à l’artisanat et aux métiers, superposent leur conception du cadavre, en créant une tension permanente entre différentes pôles, que le colloque envisage d’analyser et de problématiser.

Argumentaire

Le colloque est destiné à un public de chercheurs intéressé par l’histoire du corps, notamment des savoirs et des pratiques autour du cadavre. Depuis une dizaine d’années, en effet, l’histoire du corps mort est entrée dans l’historiographie européenne et anglo-américaine. Parmi les différents aspects examinés, les manipulations du cadavre pour des raisons scientifiques ont été certainement le sujet le plus considéré par les historiens, notamment les dissections anatomiques et les autopsies judiciaires à partir de la fin du Moyen-Âge. Il s’agit, dans les deux cas, des techniques découlant essentiellement de la science médicale et de la pratique chirurgicale, mais qui impliquent en même temps plusieurs formes de savoirs : religieuses, sociales, juridiques. Ces savoirs ne sont pas toujours en accord avec les exigences exprimées par la médecine. Par conséquent, les recherches les plus récentes ont vérifié au fil du temps les divers niveaux d’interaction entre ces différentes dimensions et leurs retombées sur les techniques de manipulation.
Les manipulations concernant la conservation et la préservation du corps mort ont, quant à elles, suscité une moindre attention. En effet, il est bien connu que les sociétés anciennes ont inventé des techniques pour préserver les cadavres de la décomposition. Cependant, les savoirs qui ont participé à ce développement, comme les techniques elles-mêmes constituent un angle mort de la recherche historique. Parfois, les raisons pour lesquelles le corps mort était conservé ont échappé au regard des historiens : si l’exigence d’exposer le cadavre du roi lors des cérémonies funèbres a fait l’objet de plusieurs enquêtes, on a en revanche consacré très peu d’attention à la conservation des corps pour l’identification judiciaire. Les techniques d’embaumement et leur retombées sociales demeurent très peu étudiées, notamment pour la période de leur apogée, au cours du XIXe siècle. Les méthodes d’analyse sur la conservation naturelle des corps morts, favorisées surtout par l’Église catholique pour vérifier la condition miraculeuse des cadavres réputés saints, ont également été négligées.
La manipulation du corps mort est une activité au carrefour entre les savoirs (et les techniques) scientifiques, religieux et sociaux. L’anthropologie historique nous a présenté le cadavre comme un pôle d’attraction affective mais aussi de répulsion, à cause du pouvoir de contamination qui lui est attribué par les sociétés européennes. Cette condition ambivalente, très ancienne, a dû se concilier avec la conception chrétienne du corps mort, destiné à la résurrection après la fin des temps. Sur ce socle, les savoirs scientifiques, ainsi que ceux liés à l’artisanat et aux métiers, superposent leur conception du cadavre, en créant une tension permanente entre les trois pôles.
L’objectif est donc de réunir, autour d’un problème spécifique de l’histoire du corps un groupe composé de spécialistes du domaine et de jeunes chercheurs qui s’y sont intéressés. Parmi les propositions possibles, on privilégiera particulièrement celles portant sur les sujets suivants :

 théorie et pratique de l’embaumement
 méthodes de conservation de parties de l’anatomie humaine  la médecine légale  les analyses médicales lors des procédures de canonisation  les croyances et les savoirs traditionnels autour de la manipulation du cadavre  les figures impliquées dans ces opérations et les espaces physiques où elles avaient lieu

Une dimension européenne du colloque s’impose pour apprécier la circulation des modèles et des pratiques dans l’espace continental. Il ne s’agit pas seulement de comprendre les liens entre un savoir produit dans un contexte spécifique et un savoir construit ailleurs selon d’autres modalités, mais aussi de comprendre s’il y a eu une réflexion commune à l’échelle européenne autour de la thématique considérée.

Le colloque se déroulera en français et en anglais. La date limite pour la présentation des propositions de communications (pas plus de 500 mots) est le 10 avril 2014.
Les propositions doivent être envoyées sous format électronique aux adresses suivantes : Diego Carnevale (diego.carnevale@hotmail.it)
Vincent Denis (vincent.denis@univ-paris1.fr)

Bourse – Histoire des femmes et médecine

Grant of the Foundation for the History of Women in Medicine

Call for applications

The FOUNDATION FOR THE HISTORY OF WOMEN IN MEDICINE [1] will provide one $5000 grant to support travel, lodging, and incidental expenses for a flexible research period between _JULY 1ST 2014 – JUNE 30TH2015_.
Foundation Fellowships are offered for research related to the history of women to be conducted at the CENTER FOR THE HISTORY OF MEDICINE [2] at the Francis A. Countway Library of Medicine, Boston, Massachusetts. Preference will be given to projects that deal specifically with women physicians or other health workers or medical scientists, but proposals dealing with the history of women’s health issues may also be considered.
Manuscript collections which may be of special interest include the recently-opened MARY ELLEN AVERY PAPERS [3], the LEONA BAUMGARTNER PAPERS [4], and the GRETE BIBRING PAPERS [5] (find out more about our collections atWWW.COUNTWAY.HARVARD.EDU/AWM[6]). Preference will be given to those who are using collections from the Center’s Archives for Women in Medicine (see the full list of collections HERE [7]), but research on the topic of women in medicine using other material from the Countway Library will be considered. Preference will also be given to applicants who live beyond commuting distance of the Countway, but all are encouraged to apply, including graduate students.
APPLICATION REQUIREMENTS
Applicants should submit a proposal (no more than two pages) outlining the subject and objectives of the research project, length of residence, historical materials to be used, and a project budget (including travel, lodging, and research expenses), along with a curriculum vitae and two letters of recommendation by MARCH 15TH, 2014. The fellowship proposal should demonstrate that the Countway Library has resources central to the research topic.
Applications should be sent to: Women in Medicine Fellowships, Archives for Women in Medicine, Francis A. Countway Library of Medicine, 10 Shattuck Street, Boston, MA02115. Electronic submissions of applications and supporting materials and any questions may be directed to CHM@HMS.HARVARD.EDU .
The fellowship appointment will be announced in April 2014

Décès de l’historien de la médecine John Pickstone

The University of Manchester is sorry to announce the death of Professor John Pickstone, aged 69, following a short illness.

Professor John Pickstone

Professor Pickstone was one of the nation’s most important historians of science, technology and medicine, and tireless champion of Manchester’s heritage.

He was the founding Director of the Centre of History of Science, Technology and Medicine (CHSTM) at the University of Manchester and was founder of the Manchester Histories Festival, the UK’s leading event of its kind.

Born and raised in Burnley, Lancashire, his education took him to Cambridge, London, Ontario and Minnesota.

He returned to the north west when he was appointed to the Department of History of Science and Technology, at the University of Manchester Institute of Science and Technology (UMIST) to work on the history of hospitals in the Manchester region.

In 1985, he moved to the Victoria University of Manchester and established CHSTM, which he directed until 2002 when he became a Research Professor.

His most recent work was on the history of modern medicine and medical technology, especially the recent history of the NHS. He also had a long-standing interest in the regional history of science and medicine.

Pétition – LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE

LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE

Pour signer la pétition

Des enseignantes et des enseignants de la maternelle à l’Université,
des chercheuses et des chercheurs, des étudiantes et des étudiants réagissent et appellent au soutien de toutes et tous.

Cette pétition est ouverte à toutes et à tous.

Depuis quelques jours, les élèves et les parents d’élèves sont harcelés de mails et de SMS provenant d’associations extrémistes qui propagent la rumeur selon laquelle, parce que « le genre » est introduit dans les programmes scolaires, leurs enfants seraient en danger à l’école. Non seulement cette manœuvre de déstabilisation des parents est révoltante (les enfants ont été privés d’école), mais, de plus, cette rumeur est totalement mensongère. Depuis plusieurs jours également, les propos les plus extrémistes circulent, dans les rues ou sur les réseaux sociaux, réveillant les haines envers les homosexuels, les juifs, les féministes, les professeurs des écoles appliquant l’ABCD de l’égalité, les chercheurs en études sur le genre, tous présentés comme des ennemis de la société.

Face à ces propos dangereux, face aux risques de dérives extrémistes, nous, enseignant-e-s, étudiant-e-s, chercheur-e-s, souhaitons prendre la parole, rappeler la réalité des pratiques éducatives et scientifiques d’aujourd’hui, et appeler au soutien de nos concitoyens et concitoyennes, de toutes les régions de France, de toutes les origines, de toutes les cultures.

NON, les enfants ne sont pas en danger. Non, il n’y aura pas de projection de films « sexuels » à l’école, et les garçons ne seront pas transformés en filles (ni inversement).

NON, la prétendue « théorie du genre » n’existe pas, mais, oui, les études de genre existent. Le genre est simplement un concept pour penser des réalités objectives. On n’est pas homme ou femme de la même manière au Moyen-Âge et aujourd’hui. On n’est pas homme ou femme de la même manière en Afrique, en Asie, dans le monde arabe, en Suède, en France ou en Italie. On n’est pas homme ou femme de la même manière selon qu’on est cadre ou ouvrier. Le genre est un outil que les scientifiques utilisent pour penser et analyser ces différences.

OUI, les programmes scolaires invitent à réfléchir sur les stéréotypes de sexe, car l’école, le collège, le lycée sont les lieux où les enseignants promeuvent l’égalité et la tolérance, où les enfants apprennent le respect des différences (culturelles, sexuelles, religieuses). « Vati liest die Zeitung im Wohnzimmer. Mutti ist in der Küche. » (Papa lit le journal au salon. Maman est à la cuisine). Voilà comment des élèves de collège apprenaient l’allemand, à travers les aventures de Rolf et Gisela, dans les années 1980. Réfléchir sur le genre, c’est réfléchir sur les effets de ce type de messages.

OUI, l’école est le lieu où l’on permet à chacun, par les cours de français, d’histoire, de SVT, d’éducation civique, d’éducation physique, de réfléchir sur les conséquences néfastes des idées reçues et d’interroger certains préjugés, ceux qui ont fait que pendant des siècles un protestant ne se mariait pas avec une catholique, ceux qui font que l’on insulte encore aujourd’hui une ministre à cause de sa couleur de peau, ceux qui font que des petits garçons sont malmenés au cri de « pédés » dans la cour de l’école, ceux qui font que Matteo n’osera jamais dire qu’il est élevé et aimé par deux mamans, ceux qui font qu’Alice veut mourir car on la traite de garçon manqué, ceux qui créent la haine et la discorde. Oui, l’école est le lieu où l’on permet aux élèves de se demander pourquoi les princesses ne pourraient pas aussi sauver les princes.

Les études de genre recouvrent un champ scientifique soutenu par le Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur et le CNRS, et elles ont des utilités nombreuses dans l’éducation et la lutte contre les discriminations : ces études et ces travaux existent à l’université depuis longtemps. Nombreuses sont les académies à organiser des journées de formation sur ces thèmes ; nombreuses sont les universités à offrir des cours intégrant le genre : en sociologie, en sciences de l’éducation, en anthropologie, en biologie, en sciences économiques, en philosophie, en histoire, en littérature, etc. Des séances de sensibilisation aux questions d’égalité entre les sexes font partie du parcours de formation des enseignants du primaire et du secondaire.

En permettant aux élèves de constater la diversité des familles actuelles, en montrant que, selon les lieux et les époques, les rôles des hommes et des femmes ont varié et que l’amour a des formes multiples, les chercheurs, les enseignants et les professeurs des écoles offrent aux enfants, citoyens et citoyennes de demain, la liberté de construire un monde plus égalitaire et plus harmonieux.

—————————————————————————–

La liste ci-dessous intègre les comités selon leur ordre d’arrivée, ceux-ci sont en cours d’évolution. Pour connaître l’ensemble des contacts, les premiers signataires, les associations, les universités impliquées et les comités locaux qui se sont constitués : http://genrerechercheeducationbonnerencontre.unblog.fr/les-comites-en-france/

Premiers signataires de l’Université de Strasbourg

Sandra BOEHRINGER, maîtresse de conférences, Faculté des Sciences historiques (contact : s.boehringer@unistra.fr)
Estelle FERRARESE, professeure, Faculté des Sciences Sociales
Jean-Pascal GAY, maître de conférences, Faculté des Sciences historiques
Sylvie MONCHATRE, maître de conférences, Faculté des Sciences sociales
Philippe CLERMONT, maître de conférences, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation
Céline PETROVIC, chargée d’enseignement, Faculté des Sciences de l’Éducation

Premiers signataires de l’Université de Paris 7 Denis Diderot

Laurie LAUFER, professeure, UFR Études psychanalytiques (contact : laurie.laufer@univ-paris-diderot.fr)
Gabrielle HOUBRE, maîtresse de conférences, UFR Géographie, Histoire, Sciences de la Société
Alain WARGNIER, médecin des Hôpitaux, maître de conférences
Fethi BENSLAMA, Professeur, UFR Études psychanalytiques, Directeur de l’Institut des Humanités
Florence DUPONT, Professeur émérite, UFR Lettres Arts Cinéma, Institut des humanités
Anne KUPIEC, professeur de sociologie, UFR de Sciences sociales, Laboratoire de changement social et politique

Comité de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Violaine SEBILLOTTE, professeure, histoire (contact : violaine.sebillotte@univ-paris1.fr)
Armelle ANDRO, maîtresse de conférences, démographie
Marianne BLIDON, maître de conférences géographie
Marie BUSCATTO, professeure, sociologie
Delphine DULONG, maîtresse de conférences, sciences politiques
Anne HUGON, maîtresse de conférences, histoire

Premiers signataires de Lyon

Cécile OTTOGALLI, maîtresse de conférences en Staps, Lyon1 (contact : cecile.ottogalli@univ-lyon1.fr)
Muriel SALLE, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, Lyon1 (contact : muriel.salle@univ-lyon1.fr)
Philippe LIOTARD, maître de conférences en Staps, Chargé de la mission égalité de Lyon1 (contact : philippe.liotard@univ-lyon1.fr)
Pascale BARTHÉLÉMY, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, ENS Lyon (contact : pascale.barthelemy@ens-lyon.fr)
Marianne THIVEND, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Lyon2 (contact : mthivend@mail.univ-lyon2.fr)
Eliane VIENNOT, professeure d’Université en littérature, Jean Monnet, Université de Saint Etienne (contact : eliane.viennot@gmail.com)

Comité et contact de l’Université Paris 5 Descartes

Vincent ESTELLON, maître de conférences, Institut de Psychologie (contact : vincent.estellon@parisdescartes.fr).
Françoise NEAU, professeure de psychopathologie clinique, Institut de Psychologie.

Premier-ère-s signataires l’Université de Nice Sophia Antipolis

Karine LAMBERT, maîtresse de conférences en histoire, Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) (contact : klambert@unice.fr)
Jean-Luc GAUTERO, maître de conférences, Philosophie et Histoire des Sciences
Lucie BARGEL, maîtresse de conférence en science politique
Eric CHAUDRON, professeur agrégé histoire, ESPE
Nicole BIAGOLI, professeure des universités en Lettres, ESPE
Sandra PLANTIER, professeure agrégée géographie, ESPE

Premiers signataires de l’Université de Picardie Jules Verne

Sylvie PERCEAU, maîtresse de conférences, UFR des Lettres (contact : sylvie.perceau@u-picardie.fr)
Coralie BOURNONVILLE, ATER, UFR des lettres
Catherine GRALL, maître de conférences, UFR des Lettres
Aurélie ADLER, maître de conférences, UFR des Lettres
Anne DUPRAT, professeure de Littérature Comparée
Carlo Umberto ARCURI, maître de conférences, UFR des Lettres

Premiers signataires de l’Université d’Angers

Nahema HANAFI, maîtresse de conférences, histoire moderne et contemporaine (contact : nahema.hanafi@univ-angers.fr)
Christine BARD, professeure, histoire contemporaine
Frédérique LE NAN, maîtresse de conférences, littérature médiévale
Emmanuel GRATTON, maître de conférences, psychosociologie

Premiers signataires de l’Université de Paris 8

Hélène MARQUIÉ maîtresse de conférences, Centre Études féminines, Études de genre, Art. Helene Marquié: h.marquie@free.fr
Anne E. BERGER, professeure, littérature et études de genre, Paris 8, directrice de l’Institut du Genre (CNRS)
Mercedes YUSTA RODRIGO, professeure d’Histoire de l’Espagne Contemporaine, UFR de Langues
Danièle ROSENFELD-KATZ, maîtresse de conférences, chargée de mission égalité femmes-hommes et parité
Nacira GUÉNIF, sociologue, anthropologue, professeure, Sciences de l’éducation
Béatrice FRACCHIOLLA, maîtresse de conférences, Sciences du langage

Premiers signataires de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail

Odile SAINT-RAYMOND, coordinatrice d’ARPEGE (réseau de recherches sur le genre)(arpege@univ-tlse2.fr)
Monique MEMBRADO, ingénieure CNRS, sociologue
Jacqueline MARTIN, maîtresse de conférences en Économie sociale
Isabelle LACOUE-LABARTHE, maîtresse de conférence, histoire, sciences po
Sylvie CHAPERON, professeure d’histoire contemporaine
Jérôme COURDURIES, docteur en anthropologie, maître de conférences

Comité de l’Université de Lille 3

Florence TAMAGNE, maîtresse de conférences, histoire contemporaine (contact : ftamagne@noos.fr)
Sylvie APRILE, professeur d’histoire contemporaine
Marie-Hélène BOURCIER, maîtresse de conférences, CECILLE
Mélanie TRAVERSIER, maîtresse de conférences en histoire moderne
Claire CHÂTELAIN, chargée de recherche, CNRS/IRHIS
Antoine RODRIGUEZ, maître de conférences, Amérique latine

Premiers signataires de l’Université de Paris 13

Pascale MOLINIER, professeure de psychologie sociale (contact : pascalemolinier@gmail.com)
Yoram MOUCHENIK, professeur de psychologie interculturelle
Aline COHEN DE LARA, professeure de psychologie clinique

Premiers signataires de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Emmanuel WALLON, professeur de sociologie politique (contact: Genrepl@listes.u-paris10.fr)
Carina BASUALDO, maîtresse de conférences en Psychopathologie
Silvia CONTARINI, professeur de littérature et civilisation de l’Italie contemporaine
Olivier RENAUT, maître de conférences en philosophie ancienne
LOUYS Gilles, maître de conférences en langue et littérature française, Département de français pour étudiants étrangers

Comité de l’Université de Savoie

Fabienne GILLONNIER, enseignante, Département STAPS (contact : fabienne.gillonnier@univ-savoie.fr)
Clémentine BRY, enseignante-chercheuse, Laboratoire Inter-universitaire de Psychologie, Département STAPS
Phanélie BERTHON, enseignante-chercheure, Laboratoire de Physiologie de l’exercice, Département STAPS
Sophie BOURGADE, enseignante d’Anglais
Geneviève PIGNARRE, professeure de droit privé

Comité de l’Université de Poitiers

Michel BRIAND, professeur de langue et littérature grecques (contact :
Lydie BODIOU, maître de conférences d’histoire grecque
Frédéric CHAUVAUD, professeur d’histoire contemporaine
Florence FILIPPI, maître de conférences en études théâtrales
Stéphane BIKIALO, maître de conférences en langue et littérature française XXe siècle
Anne-Cécile GUILBARD, maître de conférences en littérature française et esthétique de l’image
Alexandre JAUNAIT, maître de conférences, science politique

Comité de l’Université d’Aix-Marseille

Nolwenn LECUYER, maîtresse de Conférences, archéologie, Chargée de Mission Égalité femmes-hommes (contact : nolwenn.lecuyer@univ-amu.fr)
Damien BOQUET, maître de conférences en histoire du Moyen Âge
Julien DUBOULOZ, maître de conférences en histoire romaine
Anne CAROL, professeure en histoire contemporaine
Laurence HÉRAULT, maîtresse de conférences, anthropologie
Jean-Jacques RASSIAL, Professeur, psychopathologie clinique

Contact de l’Université de Clermont-Ferrand 2

Anne-Sophie SAYEUX, maîtresse de conférences en anthropologie (contact : sayeux.annesophie@gmail.com)

Université de Montpellier 3

Rajaa STITOU, maîtresse de conférences en psychopathologie clinique (contact : rajaa.stitou@univ-montp3.fr)
Solange CARTON, professeure de psychopathologie clinique
Jean-Luc BERNABE, maître de conférences associé en psychologie clinique
Aude MICHEL, professeure de psychologie clinique et psychopathologie
Isabelle BOULZE, maîtresse de conférences en psychopathologie clinique

Comité de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

Sébastien ROUX, Chercheur au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité (contact : sebastien.roux@cse.cnrs.fr)
Laure BERENI, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Rose-Marie LAGRAVE, Directrice d’études à l’EHESS, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Amélie LE RENARD, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Geneviève PRUVOST, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, politique et sexualité
Juliette RENNES, Maîtresse de conférences à l’EHESS, Sociologie, EHESS, master Genre, politique et sexualité

Université de Cergy-Pontoise

Karine BERGES, Maîtresse de conférences en civilisation hispanique, chargée de mission Egalité femmes-hommes (contact mail : karine.berges@u-cergy.fr)
Diana BURGOS-VIGNA, Maîtresse de conférences en civilisation latino-américaine
Sylvie BRODZIAK, Maîtresse de conférences-HDR en littérature
Alexandrine GUYARD-NEDELEC, Maîtresse de conférences en civilisation britannique
Violaine HOUDART-MEROT, Professeure de littérature française

Comité de l’Université Bordeaux-Montaigne

Dominique PICCO, maîtresse de conférences, histoire moderne (contact : Dominique.Picco@u-bordeaux3.fr)
Yves RAIBAUD, maître de conférences, géographie, chargé de mission à l’égalité femme/homme
Geneviève SELLIER, professeure, cinéma, responsable de l’atelier Genre Bordeaux-Montaigne
Guillaume LE BLANC, professeur de philosophie
Nicole OLLIER, professeure, Littérature américaine

Contact de Sciences Po

Alain POLICAR, Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) (contact : alain.policar@noos.fr)

Comité du Centre Marc Bloch

Mathilde DARLEY, chargée de recherche CNRS
Jérémie GAUTHIER, post-doctorant
Sarah MAZOUZ, post-doctorante (contact : mazouz@cmb.hu-berlin.de)

Comité de l’Université de Toulon

Natacha ORDIONI, maîtresse de conférences de sociologie (contact : ordioni@univ-tln.fr)
Martine SAGAERT, professeure de littérature du XXe siècle

Comité et contact pour l’Université de Bretagne Occidentale

Marie-Laure DÉROFF, maître de conférence, sociologie ?(contact : marie-laure.deroff@univ-brest.fr)?
Yvonne CLAUDIC-GUICHARD, maîtresse de conférences, sociologie?
Christèle FRAÏSSÉ, maître de conférences, psychologie sociale

Contact de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble

Anthony PECQUEUX, chargé de recherche, sociologue (contact : anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr)

Université de Reims Champagne Ardenne

Nassira HEDJERASSI, professeure, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (contact : Nassira.Hedjerassi@univ-reims.fr)
Sophie DIVAY, maîtresse de conférences, sociologie
Pascal LABORDERIE, maître de conférences, sciences de l’information et de la communication
Anne-Gabrièle WERSINGER, professeur, département de Philosophie
Stephan ETCHARRY, maître de conférences, Département de Musicologie
Sylvie MIKOWSKY, professeur, Linguistique anglaise

Pour connaître l’ensemble des contacts, les premiers signataires, les associations, les universités impliquées et les comités :
http://genrerechercheeducationbonnerencontre.unblog.fr/les-comites-en-france/
Les signataires