Allocation doctorale – La tuberculose comme enjeu de la santé globale et l’histoire du dispositif DOTS

Appel à candidatures pour une thèse de sciences sociales portant sur la tuberculose comme enjeu de la santé globale et l’histoire du dispositif DOTS

 

Financement : projet ERC GLOBHEALTH

 

à réaliser au

CERMES3 (UMR CNRS, Inserm, EHESS, UPD), Villejuif/Paris

 

Le CERMES3 lance un appel à candidatures pour une thèse  de sciences

sociales portant sur la mondialisation de la tuberculose et les origines

du dispositif de traitement DOTS,  à réaliser à l’EHESS et financée par un

contrat de recherche de trois ans dans le cadre du projet ERC « From

international to global. Knowledge, diseases and the postwar government of

health ».

 

Le projet de thèse portera sur l’histoire du dispositif de thérapie sous

observation directe (DOTS) qui est actuellement la référence utilisée par

la plupart des acteurs de la santé mondiale impliqués dans la lutte contre

la tuberculose. DOTS a pris forme dans les années 90 comme principal outil

de contrôle d’une maladie considérée comme fléau global, négligée pendant

de nombreuses années, associée à l’épidémie de Sida et comme moyen de

lutter contre les résistances aux antibiotiques chez les patients pris en

charge selon d’autres modalités. L’histoire du dispositif DOTS est celle

d’une tentative pour mettre fin à une longue période de désinvestissement

dans la recherche et l’accès aux traitements tant de la part de

l’industrie que des organisations sanitaires internationales. Adoptée par

l’OMS en 1995, la généralisation de la stratégie DOTS mobilise depuis

vingt ans un réseau complexe incluant aussi bien l’Union Internationale

pour la Lutte contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires que la

Banque Mondiale, la Fondation Bill et Melinda Gates ou l’OMS.  La

recherche devra donc s’intéresser aux acteurs impliqués, aux formes de

savoir qu’ils mobilisent, aux outils qu’ils ont construits et utilisent.

 

Le/la candidat/e devra être titulaire, au moment de son inscription en

thèse, d’un master recherche (ou équivalent) et avoir une formation dans

l’une ou plusieurs de ces disciplines : sociologie, histoire,

anthropologie, sciences politiques. Elle/il devra faire preuve

d’expérience dans la réalisation de travail de terrain impliquant le

recours aux archives, aux entretiens et/ou aux observations

ethnographiques. Elle/il être familiarisé/e avec la littérature en

sciences sociales de la santé et/ou en études sociales des sciences et des

techniques. Une excellente maîtrise de l’anglais, oral comme écrit, est

indispensable.

 

Les candidats/tes feront parvenir par courrier électronique, avant le 15

juillet 2014, un dossier comportant les pièces suivantes :

 

· un curriculum vitae

 

· une lettre de motivation

 

· un projet de thèse de 5 à 10 pages, en précisant notamment le contexte,

la problématique, les objectifs, l’intérêt, la méthodologie et la

faisabilité de la recherche

 

· un ou plusieurs textes de leur production (articles, mémoire…)

 

Le dossier complet devra être transmis par email à l’adresse

gaudilli@vjf.cnrs.fr ou Christoph.gradmann@medisin.uio.no en mentionnant «

APPEL DOTS GLOBHEALTH » dans l’intitulé du message.

 

Les candidats/tes seront informés/ées à la fin juillet 2014 des résultats

de la sélection, qui se fera sur dossier.

 

Une description du centre et des projets de recherche en cours est

disponible sur http://www.cermes3.fr. La présentation du projet ERC est

accessible sur http://www.globhealth.vjf.cnrs.fr

 

Allocation doctorale – projet ERC GLOBHEALTH

Allocation doctorale – projet ERC GLOBHEALTH
à réaliser au
CERMES3 (UMR CNRS, Inserm, EHESS, UPD), Villejuif/Paris
Le CERMES3 lance un appel à candidatures pour une thèse  de sciences sociales portant sur la mondialisation de la génétique médicale,  à réaliser à l’EHESS et financée par un contrat de recherche de trois ans dans le cadre du projet ERC « From international to global. Knowledge, diseases and the postwar government of health ».
Le projet de thèse devra porter sur les processus qui ont amené l’inscription de la génétique médicale — que ce soit du point de vue de la recherche, de l’intervention clinique ou des choix politiques — à l’agenda de la santé publique internationale, et en particulier de l’Organisation Mondiale de la Santé. Le projet pourra être de nature historique, sociologique ou anthropologique.  Il devra s’inscrire dans la problématique de l’ERC, en particulier ce qui se rapporte aux processus et outils de l’expertise ainsi qu’aux liens entre santé et développement. On accordera un intérêt particulier aux propositions liant analyse locales et exploration des réseaux et acteurs internationaux et s’appuyant sur une enquête de terrain.
Le/la candidat/e devra être titulaire, au moment de son inscription en thèse, d’un master recherche (ou équivalent) et avoir une formation dans l’une ou plusieurs de ces disciplines : sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques. Elle/il devra faire preuve d’expérience dans la réalisation de travail de terrain impliquant le recours aux archives, aux entretiens et/ou aux observations ethnographiques. Elle/il être familiarisé/e avec la littérature en sciences sociales de la santé et/ou en études sociales des sciences et des techniques. Une excellente maîtrise de l’anglais, oral comme écrit, est indispensable.
Les candidats/tes feront parvenir par courrier électronique, avant le 15 juillet 2014 , un dossier comportant les pièces suivantes :
· un curriculum vitae
· une lettre de motivation
· un projet de thèse de 5 à 10 pages, en précisant notamment le contexte, la problématique, les objectifs, l’intérêt, la méthodologie et la faisabilité de la recherche
· un ou plusieurs textes de leur production (articles, mémoire…)
Le dossier complet devra être transmis par email à l’adresse gaudilli@vjf.cnrs.fr en mentionnant « Génétique Médicale ERC GLOBHEALTH » dans l’intitulé du message.
Les candidats/tes seront informés/ées à la fin juillet 2014 des résultats de la sélection, qui se fera sur dossier.
Une description du centre, et des projets de recherche en cours, sont disponibles surhttp://www.cermes3.fr. La présentation du projet ERC est accessible surhttp://www.globhealth.vjf.cnrs.fr

Projection et exposition – Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

Projection et exposition – Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

Voici une invitation à une projection et une exposition science-et-art autour des collections anatomiques. La projection du court-métrage aura lieu le lundi 23 juin 2014 à 16h à l’université Toulouse – Jean Jaurès (La Fabrique) et sera suivie du vernissage de l’exposition.

Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

L’avenir des collections anatomiques préoccupe aujourd’hui conservateurs comme professionnels de la médecine, tout autant que chercheurs ou artistes travaillant sur ces collections. Qu’il s’agisse de modèles anatomiques artificiels ou naturels, de préparations, d’illustrations ou de photographies, ces collections font partie intégrante de l’histoire de la médecine occidentale, comme de l’histoire des universités et des institutions dans lesquelles les musées d’anatomie sont apparus et se sont développés. Or, avec l’avènement des techniques modernes et les progrès de l’imagerie médicale, ces collections ont été peu à peu reléguées dans l’oubli. Souffrant de conditions de stockage et de conservation inadaptées, de manque d’espace, de financements insuffisants ou encore d’un désintérêt général, les patients oubliés et les modèles anatomiques qui furent, pourtant, le fleuron des musées de médecine des siècles précédents, semblent aujourd’hui condamnés.

Ce projet vise à sensibiliser professionnels de la santé comme grand public à l’avenir incertain de certaines collections scientifiques. En prenant l’exemple du musée d’anatomie de la faculté de médecine de Toulouse-Rangueil (Université Toulouse III – Paul Sabatier), le projet science-et-art  Liminality, qui comprend un court-métrage (coproduit par Valentina Lari & Laurence Talairach-Vielmas et réalisé par Valentina Lari) et une exposition photographique (Valentina Lari), met en lumière comment ces collections demeurent des collections patrimoniales importantes qu’il est crucial aujourd’hui de sauvegarder.

Ce projet a été réalisé avec le soutien du laboratoire d’anatomie de la faculté de médecine Toulouse-Rangueil (Université Toulouse III Paul Sabatier), de la DTICE (Direction des Technologies de l’Information et de la Communication Educative) de l’Université Toulouse II – Jean Jaurès, du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560 – CNRS – EHESS – MNHN ) et de l’association EXPLORA.

Appel à contribution – Traumatextualities: Trauma in the clinical, arts and humanities contexts

Appel à contribution – Traumatextualities: Trauma in the clinical, arts and humanities contexts 

Following the huge success of the 2010 and 2012 IHHN conferences in Nottingham and New Jersey (USA), Nottingham Health Humanities and the ICSPCRR (International Consortium for the Study of Post-Conflict Reconstruction and Reconciliation) are pleased to announce the 3rd IHHN conference, to be held in Nottingham.
With the centenary of WW1, the occasion to reflect on the broader realities of conflicts and their traumas is of paramount importance. We are looking for papers that will engage with the topics of war, conflict, trauma, PTSD, among others, in a diverse array of contexts, past or present, military and non-military. Papers should have an interdisciplinary approach and serve as the interface between Health and Humanities contexts.

We seek submission of abstracts for 20-30 minutes presentations on, but not limited to:

-Trauma in Literature and the arts

– PTSD

– History of Conflict and War

– Individual experiences of trauma in arts, texts and humanities

– General Health Humanities themed papers.

Please submit proposals to :
charlotte.l.baker@nottingham.ac.uk

BY 30th JUNE 2014

Journée d’études – L’accès aux droits à la santé des migrants vieillissants

Journée d’études – L’accès aux droits à la santé des migrants vieillissants

Les étudiantes de l’IUT Paris Descartes en carrières sociales, option assistance sociale, organisent le 16 juin 2014, une journée thématique dans le cadre de leur stage ISIC(intervention sociale d’intérêt collectif) ;en partenariat avec COALLIA(accompagnement et alliance) et le Grdr migration-développement-citoyenneté(groupement de recherche et de réalisation pour le développement rural)Cette journée s’intéresse à la question du vieillissement et de l’accompagnement des populations âgées immigrées. Elle réunira les professionnels institutionnels et associatifs, pour faire un état des lieux de la situation des immigrés âgés sur le plan socio-sanitaire. Le groupe COALLIA présentera au cours de cette conférence le résultat d’une étude réalisée dans ses foyers.

Matinée : Faire un état des lieux de la situation des migrants vieillissants

9h00 à 9h30 : Accueil par les étudiantes

9h30 à 10h00 : Ouverture de la séance par un mot d’accueil de Monsieur Thierry BLANDIN (en charge des personnes âgées) et Madame Lamia EL ARRAJE (en charge de la santé) de la mairie de XXème Arrondissement.

10h00 à 12h30 :

Conférence : l’état des lieux

  • Alexis BACHELAY, député SRC de la 1ère circonscription des Hauts-de-Seine : présentation des constats et des préconisations de la mission d’information parlementaire sur les immigrés âgés.
  • Mbaye DIOUF, anthropologue, responsable de la permanence l’Arbre à palabre de l’association Agir pour la Diversité et contre la discrimination : parcours migratoire et état des lieux de la situation des immigrés vieillissants.
  • Gérald BRENON, coordinateur santé/vieillissement de COALLIA : analyse d’une étude réalisée dans les foyers COALLIA.
  • Maya PIQUION, chargée de mission au GRDR : expertise sur l’accompagnement des immigrés vieillissants dans les foyers de travailleurs migrants.
  • Patrick SALOMON, accueillant social de l’association Ayyem Zamen : expertise sur l’accompagnement des immigrés vieillissants.
  • Anne GUILBERTEAU, coordinatrice Atelier Santé Ville Paris 20 : état des lieux en rapport avec la santé et les activités proposées par la mairie de Paris.
  • Marina PETRALLA de l’association Union des Retraités et des personnes âgées, antenne Paris 20 : expertise sur l’accompagnement des immigrés vieillissants.
  • Rachid FERHAN, responsable du PIMM’S Paris 12ème et 20ème : expertise sur l’accompagnement des immigrés vieillissants.

12h30 à 13h00 : Débat, échange avec la salle

13h00 à 14h30 : Pause déjeuner

Après-midi : Proposer des solutions pour favoriser l’accès aux droits et à la santé des migrants vieillissants

13h30 à 16h00 :

Atelier : comment favoriser l’accès aux droits et aux soins des immigrés vieillissants ?

Deux groupes de travail :

Le premier sera animé par Aline HAMBY, travailleur social à COALLIA et par les étudiantes Oumou SISSOKO et Elise BOULANGER.

Le second sera animé par Halimata SO de maison « programme femmes immigrées vieillissantes » et les étudiantes Audrey CHASSAING et Valentine PIAULT

16h00 à 16h30 : Restitution des ateliers par les étudiantes

16h30 à 17h00 : Mot de la fin autour d’un petit café

LIEUX

  • Salle des fêtes de la mairie du XXème Arrondissement – 6 place gambetta
    Paris 20 Ménilmontant, France (75020)

DATES

  • lundi 16 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • migrants vieillissants

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Valentine Piault
    courriel : journee [dot] isic [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« L’accès aux droits à la santé des migrants vieillissants », Journée d’étude, Calenda, Publié le lundi 16 juin 2014, http://calenda.org/289689

Colloque – Corps marin. Immersion et modification du corps marin : Une anthropologie écologique

Colloque – Corps marin. Immersion et modification du corps marin : Une anthropologie écologique

Alors qu’un fort sentiment de maritimité se développe dans notre société depuis le XXesiècle, le rapport entre corps et mer semble relativement absent dans les débats. C’est pourquoi ce colloque désire mettre en lumière les connaissances interdisciplinaires sur le corps immergé et modifié par l’élément marin. Il s’agira de questionner l’imaginaire de la mer dans ses usages thérapeutiques ou symboliques, qui oscillent entre méfaits et vertus. Connaître le corps et le travail en mer à travers la transmission des savoir-faire corporels et sensibles des marins-pêcheurs notamment fera parti d’un des enjeux de ce colloque, tout comme la compréhension des profondeurs marines et la création s’inspirant de cet élément marin, à travers notamment la diffusion du film documentaire Léviathan réalisé par Véréna Paravel et Lucien Castaing-Taylor.

  • Anne Sophie Sayeux (Anthropologue – MCF en délégation CNRS – Université Blaise Pascal, ADES UMR 7268 – ACTÉ EA 4281)
  • Bernard Andrieu (Philosophe, Pr à la faculté du sport de Nancy, Université de lorraine EA 4360 APEMAC -ADES UMR 7268)

PROGRAMME

(sous réserve de modification)

Jeudi 19 juin 2014

  • 9 h 30 : Accueil des participants
  • 10 h : Séance introductive : Bernard Andrieu – Anne-Sophie Sayeux
  • 10 h 30 -12 h 30 : Séance 1 : Imaginaires de la mer, entre  méfaits  et vertus, modérateur Bernard Andrieu.
    • 10 h 30 : Olivia Correira (doctorante – Université de Nice Sophia-Antipolis, LIRCES EA 3159) : Traditions maritimes et identifications nouvelles : l’exemple d’une fête méditerranéenne au Brésil.
    • 11 h 00 : Olivier Sirost (sociologue – Professeur à l’Université de Rouen, directeur du CETAPS EA 3832) : Le corps salin : éléments anthropo-historiques d’une sensibilité marine.
    • 11 h 30 : Anne-Sophie Sayeux (anthropologue – MCF en délégation CNRS – Université Blaise Pascal, ADES UMR 7268 – ACTÉ EA 4281) : De l’oreille du surfeur aux représentations du corps marin.

12 h 00 : Débats

12 h 30 – 14 h 00 : Pause déjeuner

  • 14 h 00 – 16 h 00 : Séance 2 : Carte blanche à Jacques Rougerie et débats, discutant Bernard Andrieu.

16 h 00 – 16 h 30 : Pause

16 h 30 – 18 h 30 : Diffusion du film documentaire Léviathan de Véréna Paravel etLucien Castaing-Taylor suivit d’un débat.

Vendredi 20 juin 2014

  • 9 h : Accueil des participants
  • 9 h 30 – 12 h : Séance 3 : Corps et travail en mer, modératrice Anne-Sophie Sayeux.
    • 9 h 30 : Alliette-Marianne Geistdoerfer (ethnologue – Museum d’Histoire Naturelle, Directrice de recherche honoraire CNRS, Centre de Documentation en Anthropologie Maritime, dpt. « Homme – Nature – Société ») : Apprendre la mer. Une technique du corps et de l’esprit pour entrer dans la quatrième dimension.
    • 10 h 00 : Natassia Reyes (doctorante – Eco-anthropologie et ethnobiologie UMR CNRS 7206 – IRD UMR 212) : Vigilance du travail en mer. Pour une analyse de la gestuelle du pêcheur comme système de langage.
    • 10 h 30 : Guillaume Mariani (sociologue – GEPECS EA 3625, équipe TEC) : La formation et la transmission du « sens marin » dans les pratiques de surf  : le cas de la construction de l’expertise du kitesurfeur.
    • 11 h 00 : Gilles Lazuech (sociologue – MCF Hdr Université de Nantes, Centre Nantais de Sociologie EA 3260), Pascal Guibert ( Sociologue – Centre de Recherches en Éducation de Nantes EA 2661) : Corps-amers : les marins-pêcheurs face à l’océan.
  • 11 h 30 : Débats
  • 12 h – 13 h 30 : Pause déjeuner
  • 13 h 30 – 16 h 30 : Séance 4 : Mer, ivresse et création, modérateur Bernard Andrieu
    • 13 h 30 : Gilles Raveneau (ethnologue – MCF Université de Paris ouest Nanterre La Défense., Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, UMR CNRS 7535) : L’expérience des profondeurs en plongée sous-marine.
    • 14 h 00 : Mary Schirrer (STAPS – MCF Université de Lorraine, UFR STAPS Nancy LISEC EA 2310) : S’immerger en apnée : une mise en veille du corps… et de l’esprit ? L’expérience subjective des états d’hypoxie sévère et de la syncope en apnée.
    • 14 h 30 : Simon Serna (Master ethnologie – Paris Ouest Nanterre la Défense) : La Damassa nocturne et son cinéma : entre création et fantasme.
    • 15 h 00 : Boris Nordmann (artiste plasticien – Marseille) : Projet Echo
    • 15 h 30 : Bernard Andrieu (philosophe – Professeur Université Nancy APEMAC EA 4360 – ADES UMR 7268) : L’immersion de Bill Viola dans l’eau.
  • 15 h 30 – 16 h 30 : Débats et clôture du colloque Anne-Sophie Sayeux – Bernard Andrieu.

INFORMATIONS ET INSCRIPTION GRATUITES EN LIGNE SUR LE SITE :

www.colloque-corpsmarin.com

LIEUX

  • Amphi 1, Faculté de Médecine de la Timone – 27 Boulevard Jean Moulin
    Marseille, France (13005)

DATES

  • jeudi 19 juin 2014
  • vendredi 20 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • corps, mer, anthropologie, sociologie, immersion, modification corporelle, représentation, nature, pêcheur, surf, plongée, création

CONTACTS

  • Anne-Sophie Sayeux
    courriel : sayeux [dot] annesophie [at] gmail [dot] com

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Anne-Sophie Sayeux
    courriel : sayeux [dot] annesophie [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Corps marin », Colloque, Calenda, Publié le lundi 16 juin 2014,http://calenda.org/288751

Journée d’étude – Alcool et santé : entre permanence et changements

Journée d’étude – Alcool et santé : entre permanence et changements

La consommation excessive d’alcool, qui contribue largement au développement des « maladies de société », est un facteur de risque majeur pour la santé des adultes. Dans le monde, il existe actuellement une grande diversité d’attitudes vis-à-vis de l’alcool. Qu’elle soit prohibée, contrôlée, prévenue ou totalement libre, cette consommation reste universelle. Cependant, les modalités sont différentes d’un pays à l’autre et d’une époque à l’autre. En France, la baisse de consommation dans la population générale en réponse aux politiques de santé publique fait émerger de nouveaux groupes à risque, notamment les jeunes. Dans d’autres pays, comme ceux d’Europe de l’Est, l’alcool est depuis plusieurs décennies un problème majeur aux conséquences dramatiques sur la mortalité en particulier des hommes. Dans les pays du Sud, la situation est moins bien connue. Avec le développement et la mondialisation, de nouveaux modes de consommation apparaissent à côté d’habitudes anciennes liées à la fabrication artisanale de boissons alcoolisées. Lors de cette journée, nous nous intéresserons à l’évolution des comportements individuels et des normes sociales relatives à la consommation d’alcool. Nous explorerons également les conséquences de ces comportements sur la santé et leur rôle dans l’apparition des maladies chroniques, des accidents et des violences. Nous chercherons à adopter une perspective temporelle pour questionner le lien entre alcool et santé, entre la permanence de la consommation à travers les époques et les cultures et les changements plus récents des comportements.

Programme

9h10-9h20. Accueil autour d’un petit-déjeuner / Welcome and breakfast

9h20-9h30. Introduction

9h30-10h50. Alcool et mortalité : impact et tendance / Alcohol and mortality: impact and trends

  • Mortalité attribuable à l’alcool en France / Alcohol-attributable mortality in France
    Catherine Hill (Institut Gustave Roussy, Service de Biostatistique et d’Épidémiologie)
  • Drinking habits and alcohol-related mortality in Moldova, Ukraine and Russia / Habitudes de consommation et mortalité attribuable à l’alcool en Moldavie, Ukraine et Russie
    Olga Penina (Academy of Sciences of Moldova, Centre for Demographic Research)

10h50-11h10. Pause / Break

11h10-12h30. Drinking patterns / Habitudes de consommation

  • Drinking patterns and hazardous drinking in Russia / Habitudes de consommation d’alcool et pratiques dangereuses en Russie
    Sarah Cook (London school of Hygiene and Tropical medicine, Department of Non-Communicable Disease Epidemiology)
  • Diverse alcohol drinking patterns in Africa / Diversité des pratiques de consommation d’alcool en Afrique
    Thomas Clausen (University of Oslo, Institute of Psychiatry & Norwegian Centre for Addiction Research)

12h30-14h. Déjeuner / Lunch

14h-15h20. African case studies / Études de cas en Afrique

  • Silence, on boit… L’expérience d’un malade alcoolique malien / Silence, we drink… The experience of a Malian alcoholic patient
    Joseph Tanden Diarra (Université catholique de l’Afrique de l’ouest, Unité de Bobo-Dioulasso)
  • Consommation d’alcool à Ouagadougou (Burkina Faso) : description et facteurs de risque / Alcohol consumption in Ouagadougou (Burkina Faso): descriptive findings and risk factors
    Géraldine DuthéClémentine Rossier (Institut national d’études démographiques), Bruno Lankoandé et Abdramane Soura (Institut supérieur des sciences de la population de l’université de Ouagadougou)

15h20-15h40. Pause / Break

15h40-17h. Nouvelles préoccupations / New concerns

  • Consommation d’alcool chez les migrants subsahariens vivant en Île-de-France et lien avec le VIH et les hépatites / Alcohol consumption in sub-Saharan African migrants living in Île-de-France and link with HIV and hepatitis
    Annabel Desgrées du Loû et Abdul Dosso pour le groupe Parcours (Institut de recherche pour le développement, UMR 196 CEPED)
  • Comportements d’alcoolisation chez les adolescents de 16 ans en France : évolution depuis dix ans et comparaison européenne / Alcohol behaviour in adolescents aged of 16 years in France: trends over the last decade and European comparison
    Olivier Le Nézet (Observatoire français des drogues et des toxicomanies)

17h00-17h15. Conclusions

 

LIEUX

  • INED – 133 boulevard Davout
    Paris, France (75020)

DATES

  • mardi 17 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • alcool, santé, consommation, risque

CONTACTS

  • Murielle Darblade
    courriel : polesuds_contact [at] listes [dot] ined [dot] fr

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Géraldine Duthé
    courriel : geraldine [dot] duthe [at] ined [dot] fr

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Alcool et santé : entre permanence et changements », Journée d’étude, Calenda, Publié le lundi 16 juin 2014, http://calenda.org/288531

Parution – Patients contemporains

Parution – Patients contemporains

Anthropologie & Santé | n°8, mai 2013

Patients contemporains

Dossier coordonné par Eve Bureau et Judith Hermann-Mesfen

La biomédecine est marquée depuis plusieurs décennies par un ensemble d’innovations scientifiques, techniques et professionnelles qui tend à placer le patient au centre du système de soins. Elle s’est progressivement décloisonnée pour adopter un mode de gestion plus démocratique et impliquer les patients à différents niveaux du système de santé. Cette nouvelle figure du malade qualifiée ici de « patient contemporain » est envisagée par les institutions biomédicales à tous les niveaux (prévention, prise en charge, recherche) et se concrétise dans des formes multiples et variées. Ce dossier d’Anthropologie & Santé (dont une première partie est présentée dans le présent numéro 8 et dont la seconde partie figurera dans le numéro 9) propose de mettre en lumière les ambiguïtés, les contradictions et les obstacles de cette tendance de fond.

SOMMAIRE

·         Dossier

Coordonné par Eve Bureau et Judith Hermann-Mesfen

  • ·         Eve Bureau et Judith Hermann-Mesfen

Introduction au dossier

  • ·         Elisabeth Fauquert
  • ·         Erwan Autès
  • ·         Philippe Longchamp

Les infirmières scolaires face à la parole enfantine

·         Hors thème

  • ·         Josiane Mbarga

Nous vous en souhaitons une bonne lecture,
Le comité de rédaction


Première revue francophone consacrée aux travaux récents dans ce champ, Anthropologie & Santé publie des articles issus de recherches empiriques, de réflexions méthodologiques et épistémologiques, d’élaborations théoriques, et des essais critiques de l’œuvre d’un auteur, rédigés en langue française. Elle accueille les contributions de chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs français ou étrangers.
Anthropologie & Santé est une revue semestrielle, exclusivement électronique et en libre accès, publiée sur le portail électronique de revues en sciences humaines et sociales Revues.org.

Propositions sur l’emploi scientifique du Comité National de la recherche scientifique

Propositions sur l’emploi scientifique du Comité National de la recherche scientifique

« Je tiens à rassurer les chercheurs : les campagnes de recrutements vont se poursuivre, même si les recrutements

seront moins nombreux que précédemment. » G. Fioraso

En contradiction avec les ambitions affichées et les affirmations du gouvernement, la politique poursuivie

depuis des années dans l’enseignement supérieur et la recherche a amoindri nos capacités de recherche et

d’innovation. Elle a aussi abaissé la position de la France au niveau international. Les décisions concernant

l’emploi scientifique, tant public que privé, entravent notre capacité de recherche et affaiblissent nos

universités. En généralisant la précarité, elles génèrent un véritable gâchis humain et aggravent les

inégalités, entre les hommes et les femmes en particulier. Elles conduisent les jeunes à délaisser la

recherche et découragent l’ensemble de la communauté scientifique.

La recherche est indispensable au développement des connaissances, au dynamisme économique ainsi

qu’à l’entretien de l’esprit critique et démocratique. Or la pérennité des emplois scientifiques est

indispensable à la liberté et la fécondité de la recherche. Le Comité national de la recherche scientifique

rassemble tous les personnels de la recherche publique (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et

techniciens). Ses membres, réunis en session plénière extraordinaire, demandent de toute urgence un

plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi scientifique. Ils affirment que la réduction continue de l’emploi

scientifique est le résultat de choix politiques et non une conséquence de la conjoncture économique.

L’emploi scientifique est l’investissement d’avenir par excellence

Conserver en l’état le budget de l’ESR revient à prolonger son déclin. Stabiliser les effectifs ne suffirait pas

non plus à redynamiser la recherche : il faut envoyer un signe fort aux jeunes qui intègrent aujourd’hui

l’enseignement supérieur en leur donnant les moyens et l’envie de faire de la recherche. On ne peut pas

sacrifier les milliers de jeunes sans statut qui font la recherche d’aujourd’hui. Il faut de toute urgence

résorber la précarité. Cela suppose la création, sur plusieurs années, de plusieurs milliers de postes

supplémentaires dans le service public ainsi qu’une vraie politique d’incitation à l’emploi des docteurs

dans le secteur privé, notamment industriel.

Or les moyens existent. On peut dégager des ressources importantes :

– En simplifiant l’organisation actuelle de l’enseignement supérieur et de la recherche, inefficace,

illisible et coûteuse. Pour commencer, il faut éviter de relancer un nouveau programme

d’investissement d’avenir ;

– En réorientant les budgets consacrés au financement de la recherche sur projet, principal moteur

de la précarité et source d’un gaspillage insupportable en temps mais aussi en moyens, vers le

financement de postes permanents ;

– En réformant profondément le crédit impôt-recherche : notamment en conditionnant son

obtention à l’emploi de docteurs et à l’évaluation scientifique de son utilisation. Chaque pourcent

du CIR représente la création de 1000 nouveaux postes de chercheurs, enseignants-chercheurs,

ingénieurs et techniciens.

Un plan pluriannuel de création de plusieurs milliers d’emplois titulaires de la fonction publique, sur

plusieurs années, apparaît comme la condition indispensable pour empêcher le sacrifice d’une

génération et avec elle, les besoins et la contribution de la France en matière de recherche. Il est de

notre responsabilité que ce plan soit décidé et mis en œuvre au plus vite. Nous n’aurons de cesse, par

différentes formes de lutte, que le gouvernement réponde à cette demande.

Appel à contribution – Genre et santé

Appel à contribution – Genre et santé

 

Université Paris Diderot, amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e)

Colloque de l’Institut Emilie du Châtelet, en partenariat avec l’Inserm

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier: les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies. L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers «féminins», stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers «masculins», alcoolisme, tabagisme etc.).

Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de constater que les recherches  se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine.  De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.

Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.
Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.

Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment  les rôles sociaux liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.
On analysera en particulier la façon dont le genre  participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.

Pour déposer une proposition de communication: ACCÉDER AU FORMULAIRE

http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=245

 Comité d’organisation : 
Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos (sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).

Comité scientifique : 
Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain  Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse, Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Coordination : 

Lucette Aussel (Inserm) – Sylvie Blumenkrantz (IEC)

Femmes et santé – Université d’hiver (université de Liège-Belgique)

Femmes et santé – Université d’hiver (université de Liège-Belgique)

L’université d’hiver « Femmes et Santé » est organisée par le groupe FER ULg (Femmes, Enseignement, Recherche à l’université de Liège). Depuis quelques années, les conférences, journées d’étude et autres colloques prolifèrent, ciblant tantôt le thème du harcèlement, de la violence, voire du viol, tantôt celui de la prostitution, des Eros centers, ou encore ceux de la contraception, de l’avortement, de la procréation assistée, etc. Les mentalités et droits acquis se modifient, les manifestations se succèdent, etc. Ce colloque souhaite analyser les lignes de force qui se dégagent de ces événements et de leurs enjeux, tant du côté des patientes que de ceux des praticien(ne)s : profils historique et sociologique, approche éthique, données techniques, recherches récentes…

ANNONCE

Organisation

Femmes Enseignement Recherche / Université de Liège (Belgique)

  • Date : lundi 26 janvier-samedi 31 janvier 2015
  • Lieu : Embarcadère du savoir, Institut de Zoologie, quai Edouard Van Beneden, 22, 4020- Liège

Comité scientifique

Juliette Dor, Danielle Bajomée, Malou Carels, Claire Gavray, Rose-Marie François, Marie-Elisabeth Henneau, Martine Jaminon, Brigitte Liebecq, Geneviève Van Cauwenberge, Rachel Brahy

DÉROULEMENT:

Chaque journée comportera des séances plénières avec conférences d’experts invités (voir ci-dessous), suivies de débats, des sessions avec présentations decommunications, des tables rondes, des ateliers d’écriture, des projections defilms. Les projets de recherche pourront également être présentés sous forme deposters. Une visite à l’ancien hôpital Notre-Dame à la Rose de Lessines est prévue dans le courant de la semaine.

PROPOSER une communication ou un poster avant le 9 juin 2014:

Les personnes intéressées sont invitées à envoyer une proposition de communication (20 minutes) ou de poster, avec quelques indications bio-bibliographiques (1 page max.) à jdor@ulg.ac.be ou, directement sur le site http://femmes-sante.be/ 

  • Réponse du comité scientifique avant le 30 juin 2014

Programme provisoire

0. Conférence inaugurale

  • Martin Winckler  « Le chœur des femmes »

1. Accès aux professions liées à la santé physique ou psychique des femmes; leur féminisation.

Quels combats pour accéder aux professions « médicales » ?
Quel bilan aujourd’hui ?
Qu’entraîne la féminisation de ces professions ?

Conférencières confirmées

  • Natalie Pigeard (CNRS, Institut Curie) : Le cursus des femmes médecins depuis le 19e siècle.
  • Nathalie Lapeyre (Université Toulouse II- Le Mirail) : Enjeux de genre autour de la féminisation des métiers de la santé et notamment de la médecine.

2. Le corps féminin, discours et représentations

Quelles furent et sont encore les représentations que l’on se fait du corps des femmes ? selon les époques ? selon les cultures ?
Quels discours autour de la sexualité des séniors, des handicapés… ?
Quels enjeux de genre autour du développement des sites de rencontre ?
Quelles images, mythes et fantasmes autour du corps féminin dans les pratiques culturelles et artistiques ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Jacques Gélis (Université Paris-Diderot – Paris VII) : Histoire des discours et représentations, de la Renaissance à nos jours.
  • Nathalie Grandjean (Fac. univ. Namur) : Approches contemporaines des représentations du corps féminin.

3. Gynécologie et médecine préventive – droits sexuels et reproductifs

Quelles recherches pour une médecine spécifique des femmes ? 
Quelles luttes pour l’accès à la contraception ? 
Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Julie De Ganck (Université libre de Bruxelles) : Histoire de la contraception et de ses luttes
  • Véronique de Keyser (Université de Liège) : Regards sur les écarts législatifs en Europe. Focus sur les droits sexuels et reproductifs.
  • Dr Anne Firquet (CHR Liège) : Aujourd’hui, la contraception et la médecine préventive chez la femme.
  • Dorien Van Hede (Université de Liège) : Cancer du col de l’utérus – Diagnostic, prévention et thérapies

4. Obstétrique, procréation assistée, « non-maternité »

Quelles conceptions de l’allaitement et quelle prise en charge de la grossesse et de l’accouchement au cours des siècles ? 
La procréation assistée en débat ? 
Ne pas avoir d’enfant? Entre fictions, mythes et réalités.

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Mylène Botbol (Université catholique de Louvain) : Aspects éthiques de la procréation assistée
  • Brigitte Liébecq (Université de Liège) : La « non-maternité »
  • Edith Vallée (Clinicienne, Paris) : La bonne santé de celles qui tournent le dos à la maternité.

5. Blessures physiques et psychologiques

Quelles sont les blessures physiques et psychiques dont les femmes sont plus particulièrement les victimes ? 
Certains troubles du comportement sont-ils spécifiquement féminins (dépression, boulimie, etc.) ?
Le viol, une nouvelle arme de guerre ? 
Professionnaliser l’assistance aux victimes de viol ? 
Le harcèlement, où est la limite ? …

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dr. Jean-Pierre Bourguignon (CHU Liège, Université de Liège)
    et Fabienne Glowacz (Université de Liège) : L’anorexie chez l’adolescente.
  • Dr Antoine Masson (Université catholique de Louvain) : Quelques avatars de la dimension du « féminin » à l’adolescence.
  • Nicole Malinconi , écrivain : à propos de ses romans et de ses rencontres de femmes blessées – titre à préciser.
  • Alice Debauche (Université de Strasbourg) : Le viol : réflexions et possibles actions
  • Caroline Lamarche (écrivain) à propos de son dernier roman « La mémoire de l’air »
  • Philippe Hensmans (Directeur d’Amnesty International) : Le viol en République démocratique du Congo,
    avec projection du film de Marie-France CollardDe Bruxelles à Kigali

Table ronde « Le harcèlement, où est la limite ? »

  • avec projection du film de Sofie Peeters Femme de la rue et notamment,
    René Begon (Collectif contre les violences familiales et l’exclusion, Liège)

6. Prostitution

Comment évoluent les débats à propos de ce qu’on nomme
« le plus vieux métier du monde » ?

Existe-t-il un ou plusieurs types de prostitution ? 
Quelle est la place de l’état et des pouvoirs locaux dans la gestion de la prostitution
et des prostitué-e-s ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Christine Machiels (directrice du CARHOP) : Histoire des rapports entre féminisme et prostitution.
  • Jean-Michel Chaumont (Université catholique de Louvain) : Titre à préciser.
  • Avec projection du film de Griselidis Real (ancienne prostituée) « Prostitution ».

7. Femmes et dépendances (alcool, drogue,…)

Les femmes entretiennent-elles un rapport particulier aux dépendances et aux produits ? 
Faut-il un suivi particulier des femmes et des mères toxicomanes ? 
Comment changer les images que développent les professionnels de la santé à propos des femmes et mères toxicomanes ?…

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dr. Jean-Pierre Lebrun (Psychiatre) : Titre à préciser.

8. Santé positive, bien-être

Contrer l’action du genre dans le rapport des femmes au soin du corps, des sens et de l’esprit, dans la conquête de la santé et l’investissement dans les activités sportives.

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Marc Cloes, (Université de Liège): « Activités physiques, représentations et femmes », conférence interactive.
  • Dr Catherine Markstein (ASBL Femmes et Santé) : La plateforme « Femmes et Santé »

9. Enjeux régionaux et locaux

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dominique Dauby (FPS-Solidaris) et Christine Weckx (Vie féminine) : Quelle politique sociale développer en soutien aux femmes ?
  • Sylvie Godet (Coordinatrice du sous-groupe de Femmes et Ville sur la question de l’Eros Center) : Débat sur l’Eros Center
  • Magali Crollard (Psychologue et responsable du service « Parentalité » du Centre ALFA) : Des combats contre la drogue

LIEUX

  • Embarcadère du savoir, Institut de Zoologie, quai Edouard Van Beneden, 22, 4020- Liège
    Liège, Belgique (4020)

DATES

  • lundi 09 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • genre, femmes, santé, médecine

CONTACTS

  • Juliette Dor
    courriel : jdor [at] ulg [dot] ac [dot] be

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Marie-Elisabeth Henneau
    courriel : mehenneau [at] ulg [dot] ac [dot] be

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Femmes et santé », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 04 juin 2014,http://calenda.org/288266

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

16 et 17 octobre 2014

Strasbourg

Le délai de réception des propositions est fixé au 1er avril, cf.l’appel.

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

L’homme augmenté?  Corps et techniques

Cycle de 6 conférences, Formation continue HEP Vaud – UNIL 

Si les arts médicaux ont toujours cherché à réparer les déficiences corporelles de l’homme, de nombreuses innovations scientifiques actuelles ambitionnent une «amélioration» de l’humain, une maximisation de ses performances que ce soit à travers les systèmes de communication, la nanotechnologie, les prothèses ou la biologie moléculaire. Serions-nous sur le point d’assister à l’avènement d’un homme nouveau, d’un homme augmenté? Sommes-nous, déjà, des cyborgs qui s’ignorent? Quel statut a le corps dans nos sociétés? Un corps à améliorer, à éliminer, à standardiser, à dématérialiser? A partir de quelles valeurs et quelles règles éthiques? Cette formation abordera plusieurs domaines: celui de l’interface homme-machine en lien notamment avec le cerveau, celui des identités numériques développées dans les jeux et les systèmes de réseautage sur Internet, celui du transhumanisme et de ses aspirations à repousser les limites de la condition humaine, celui des corps virtuels dans des récits contemporains et anciens et, enfin celui de la performance sportive. Avec ces deux questions qui nous servirons de fil conducteur: en quoi ces innovations et ces façons de faire influencent-elles notre vie quotidienne? Que disent-elles de nous?

Objectifs:
— évaluer les impacts de la technologie sur nos vies quotidiennes,
— développer une réflexion sur le rapport que nous entretenons avec notre/nos corps réels et virtuels,
— s’interroger sur les rapports homme-machine dans une perspective éthique, sociale et anthropologique.

Public concerné
Enseignants, éducateurs, journalistes, philosophes, anthropologues, sociologues,
théologiens et toute personne intéressée par la thématique.

 

PROGRAMME:

Jeudi 6 mars 2014
Le cerveau : entre homme et machine
18h30 à 20h30
Richard Walker (EPFL, Human Brain Project) et Daniela Cerqui (UNIL, SSP)

 

Jeudi 13 mars 2014
Booster le corps !
18h30 à 20h30
Fabien Ohl (UNIL, SSP) et Martin Preisig (CHUV, projet CoLaus)

Jeudi 20 mars 2014
Identités digitales : séduction et immersion
18h30 à 20h30
Olivier Glassey (UNIL, SSP et LaDHUL) et Olivier Voirol (UNIL, SSP)

Jeudi 27 mars 2014
Origines et évolutions des idées transhumanistes
20h30 à 22h30
Rémi Sussan (InternetActu.net) journaliste
Gabriel Dorthe (UNIL, FGSE et LaDHUL) discutant
En partenariat avec le Groupe Vaudois de Philosophie

Jeudi 3 avril 2014
Sciences-(fiction) et virtualités
18h30 à 20h30
Etienne Honoré (HEP VD), Claire Clivaz (UNIL, FTSR et LaDHUL) et Marc Atallah (UNIL, Lettres)

Jeudi 10 avril 2014
Table-ronde : corps sacré, sacré corps…
18h30 à 20h30
Bernard Andrieu (Université de Nancy-Metz)
Philippe Bornet (UNIL, Lettres), Nicole Durisch Gauthier (HEP VD) et François Félix (CNRS/UMR 7268 – ADES) discutants.

———————————————————————–

Du 6 mars au 10 avril 2014
de 18h30 à 20h30, HEP Vaud, avenue de
Cour 33, Lausanne
Jeudi 27 mars 2014
de 20h30 à 22h30, Maison de Quartier
Sous-Gare, avenue Dapples 50, Lausanne

Rencontres – Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales

Rencontres – Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales

Comment les corps habitent-ils, investissent-ils les villes ? De quelles expériences politiques sont-ils les porteurs et les témoins ? Que ce soient l’occupation de la place Tahrir en 2011, les passages clandestins de migrants en escale à Athènes ou les nuits des travailleurs itinérants des chantiers de Bangalore, les documentaires projetés dans le cadre de ces rencontres se saisissent de ces questions en dialogue avec les sciences sociales.

Ils invitent à réfléchir à notre actualité politique à travers une attention aux corps, à leur circulation, à leur investissement sensible de l’espace urbain, aux émotions qui y sont liées et aux formes de collectif qui s’y produisent. Quelles subjectivités politiques se négocient autour des pratiques de résistances explicites ou implicites aux formes contemporaines de domination ? Quels dispositifs d’écriture cinématographique permettent de saisir ces enjeux ?

Programme

Projections en présence des réalisateurs, suivies d’un débat

6 novembre  2013 – 18 h

  • Presence, 2012, 17 min. 51 sec.
  • Distance, 2013, 37 min. de Ekta Mittal & Yashaswini B.R.

Débat avec Jacques Rancière, professeur émérite à l’université Paris 8
Interventions en anglais

4 février 2014 – 18 h

  • Les Chebabs de Yarmouk, 2013, 78 min. d’Axel Salvatori-Sinz

Les Chebabs sont un petit groupe de garçons et de filles qui se connaissent depuis l’adolescence. Aujourd’hui au seuil de l’âge adulte, ils ont une véritable soif de vivre et d’absolu, mais sont tous confrontés à des réalités complexes. Entre le besoin de liberté et l’appartenance au groupe, le désir de révolte et la perspective d’un vie bien rangée, les choix sont difficiles ; mais tout l’est plus encore quand on est réfugié palestinien dans le camp de Yarmouk, en Syrie.

29 avril 2014 – 18 h

  • L’Escale, 2013, 100 min. de Kaveh Bakhtiari

Sélectionné à La Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2013, L’ESCALE est l’histoire d’une rencontre. Celle de son réalisateur, Kaveh Bakhtiari, cinéaste Irano Suisse, avec son cousin et ses compagnons de route. Des clandestins confinés à Athènes où ils ont échoués après que leurs passeurs les aient laissés en plan, ils se terrent dans un sous-sol en cherchant fébrilement le moyen de poursuivre leur odyssée vers d’autres pays Occidentaux.

L’escale est une immersion dans l’univers de la clandestinité où s’entremêlent l’espoir, la solidarité, la peur, les rires, le courage et la dure confrontation à la réalité d’un monde toujours plus hérissé de murs.

3 juin 2014 – 18 h

  • The Uprising, 2013, 78 min. de Peter Snowdon (Université d’Hasselt)

Organisation

  • Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – Axe 2. Etats – Circulations – Mémoires
  • EHESS

Contacts

Ateliers Varan
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

LIEUX

  • 6 Impasse Mont-Louis
    Paris, France (75011)

CONTACTS

  • Nicolas Jaoul
    courriel : jaoul [dot] nicolas [at] gmail [dot] com

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Nicolas Jaoul
    courriel : jaoul [dot] nicolas [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales », Séminaire,Calenda, Publié le jeudi 20 février 2014, http://calenda.org/276033

Appel à communications – Vision, observation, autopsie : le regard scientifique et ses mots à la Renaissance

Appel à communications – Vision, observation, autopsie : le regard scientifique et ses mots à la Renaissance

Brest, 20 mai 2014

La seconde journée se propose d’étudier le lexique scientifique attaché au regard dans les sciences : vision, observation, autopsie, et de mesurer quel est le sens précis que chacun (savant, homme de cabinet ou voyageur, médecin, naturaliste ou astronome…) donne aux mots qui décrivent le regard ou le rôle qu’ils lui confèrent dans la recherche. La perspective adoptée est toujours résolument interdisciplinaire, afin de comprendre quelle charge sémantique ces mots peuvent prendre selon qu’ils sont prononcés ou écrits dans un cadre scientifique ou philosophique, voire réinvestis dans des formes littéraires dont l’enjeu reste la divulgation de la science (poésie philosophique, astronomique, par exemple). Le naturaliste Pierre Belon est catégorique :combien que les aveugles puissent philosopher et contempler les choses, les pensant en leur esprit, si est-ce qu’il y a des choses en nature qu’il faut necessairement avoir veues pour en avoir la science. Ce faisant, il distingue deux voies de la connaissance : par l’esprit – c’est-à-dire par le raisonnement et l’intellect – et « par ce qui s’offre tout manifeste à noz sens ». Ces deux aspects complémentaires, par la pensée et l’usage de la raison d’une part, et par l’observation du réel d’autre part, semblent indissociables pour accéder à une saisie scientifique des objets que l’on étudie (« pour en avoir la science »). Il oppose ainsi deux figures majeures, Démocrite et Aristote : Démocrite, modèle dont il se détourne parce qu’il « se priva volontairement de la lumiere de ses yeulx, sans avoir aucune autre occasion évidente de ce faire, sinon que, se voulant delivrer des empeschemens qui adviennent à ceulx qui voyent clair, pensa que les discours qu’il pretendoit faire à son plaisir en seroyent plus hautains et exquis, et auroit son esprit plus à delivre, s’estant osté l’empeschement qui provient par la lumière des yeux » ; Aristote, au contraire, constitue une référence pour Belon, en ce que le philosophe grec parvient au plus haut degré de science en privilégiant la connaissance des faits de nature, ce qu’« il n’eust sçeu faire sans l’observation oculaire du naturel des animaux ».
À une époque où l’on ne se contente plus, dans les disciplines savantes, de la lecture des sources antiques, mais où celles-ci sont souvent passées au crible de l’observation personnelle in situ jugée toujours plus fiable qu’une connaissance reçue par « ouï-dire » , et où l’on n’hésite pas à effectuer de longs voyages pour se rendre compte « par soi-même » et « au vif » des réalités que l’on souhaite étudier ou que l’on est chargé d’observer pour le compte d’un roi ou des premières institutions et collections, les mots qui définissent le regard du savant ou du curieux sont amenés à jouer un rôle crucial, non seulement pour « dire » mais pour permettre à celui qui n’a pas vu de partager ce savoir et de l’acquérir par les mots (innutrire disait Montaigne).
On s’attachera donc à en comprendre le ou les sens des différents mots liés au regard selon leur contexte d’apparition, que ce soit dans les récits de voyages, les ouvrages de médecine, les traités d’astronomie, de botanique, de zoologie et plus généralement tout ouvrage lié à l’exposé textuel de la science. Il importera également de s’interroger sur la manière dont ces termes, qui impliquent des méthodes nouvelles, bousculent les hiérarchies existantes dans les techniques des savants autant que dans la révérence due aux catégories antiques, et prennent une valeur opératoire pour remettre en question la notion même de vérité, d’une manière dont nous sommes aujourd’hui sans doute les héritiers. Elles engagent en effet de nouvelles pratiques savantes, et engendrent de nouveaux lieux pour l’exercice des savoirs (amphithéâtre, laboratoires, cabinets…), dans lesquels le rôle du regard est essentiel, ainsi que de nouveaux publics. On devra vérifier si l’évolution de ces mots a en outre des conséquences sur la conception du livre, si d’une part, le statut de l’illustration, ses techniques et sa valeur de représentation du réel vont en être modifiés, et d’autre part, sur quelles bases réelles de l’observation, des genres que la critique a longtemps présentés comme nouveaux, tel le genre des Observationes en médecine, sont fondés. Apprendre, savoir, ainsi, ne vont pas sans voir, aussi vrai que Pantagruel, qui manifeste un « appétit strident » de savoir, est dit « desyrant tous jours veoir et tous jours apprendre ». Les découvertes et les évolutions scientifiques de la Renaissance semblent particulièrement liées à la question de l’observation, et de la diffusion des images qui en sont issues.
Les propositions de communication pourront donc porter sur des questions attachées au texte aussi bien qu’à l’image, quand cette dernière entre dans le cadre précis d’une controverse savante liée à l’observation ou pour définir l’organe et le mécanisme (traités d’optique) de la vision. L’étude du lexique de la vision chez un auteur précis peut être envisagée, afin de faire ressortir la variété et la complémentarité des mots et de leurs développements sémantiques, comme on pourra évoquer des contextes lexicologiques plus larges, en diachronie par exemple, pour mesurer les évolutions perceptibles de la langue latine à la langue et aux usages vernaculaires, ou en comparant l’usage d’un même mot chez plusieurs auteurs, dans plusieurs disciplines ou dans des dictionnaires. Il sera bon de s’interroger sur les conceptions du regard qu’impliquent la charge notionnelle des mots qui le désignent, en particulier les différentes manières selon lesquelles la vision est considérée comme voie d’accès aux savoirs, ainsi que dans son articulation avec la notion de représentation (« portrait », « arrangement », « description », « au naturel », « au vif »…), ces quelques suggestions n’ayant rien d’exhaustif.
Les propositions de communication, accompagnées d’un bref résumé, doivent être renvoyées à Myriam Marrache-Gouraud (myriam.marrache-gouraud@univ-brest.fr) et à Violaine Giacomotto-Charra (violaine.giacomotto@u-bordeaux3.fr) avant le 15 mars 2014.