Allocation doctorale – La tuberculose comme enjeu de la santé globale et l’histoire du dispositif DOTS

Appel à candidatures pour une thèse de sciences sociales portant sur la tuberculose comme enjeu de la santé globale et l’histoire du dispositif DOTS

 

Financement : projet ERC GLOBHEALTH

 

à réaliser au

CERMES3 (UMR CNRS, Inserm, EHESS, UPD), Villejuif/Paris

 

Le CERMES3 lance un appel à candidatures pour une thèse  de sciences

sociales portant sur la mondialisation de la tuberculose et les origines

du dispositif de traitement DOTS,  à réaliser à l’EHESS et financée par un

contrat de recherche de trois ans dans le cadre du projet ERC « From

international to global. Knowledge, diseases and the postwar government of

health ».

 

Le projet de thèse portera sur l’histoire du dispositif de thérapie sous

observation directe (DOTS) qui est actuellement la référence utilisée par

la plupart des acteurs de la santé mondiale impliqués dans la lutte contre

la tuberculose. DOTS a pris forme dans les années 90 comme principal outil

de contrôle d’une maladie considérée comme fléau global, négligée pendant

de nombreuses années, associée à l’épidémie de Sida et comme moyen de

lutter contre les résistances aux antibiotiques chez les patients pris en

charge selon d’autres modalités. L’histoire du dispositif DOTS est celle

d’une tentative pour mettre fin à une longue période de désinvestissement

dans la recherche et l’accès aux traitements tant de la part de

l’industrie que des organisations sanitaires internationales. Adoptée par

l’OMS en 1995, la généralisation de la stratégie DOTS mobilise depuis

vingt ans un réseau complexe incluant aussi bien l’Union Internationale

pour la Lutte contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires que la

Banque Mondiale, la Fondation Bill et Melinda Gates ou l’OMS.  La

recherche devra donc s’intéresser aux acteurs impliqués, aux formes de

savoir qu’ils mobilisent, aux outils qu’ils ont construits et utilisent.

 

Le/la candidat/e devra être titulaire, au moment de son inscription en

thèse, d’un master recherche (ou équivalent) et avoir une formation dans

l’une ou plusieurs de ces disciplines : sociologie, histoire,

anthropologie, sciences politiques. Elle/il devra faire preuve

d’expérience dans la réalisation de travail de terrain impliquant le

recours aux archives, aux entretiens et/ou aux observations

ethnographiques. Elle/il être familiarisé/e avec la littérature en

sciences sociales de la santé et/ou en études sociales des sciences et des

techniques. Une excellente maîtrise de l’anglais, oral comme écrit, est

indispensable.

 

Les candidats/tes feront parvenir par courrier électronique, avant le 15

juillet 2014, un dossier comportant les pièces suivantes :

 

· un curriculum vitae

 

· une lettre de motivation

 

· un projet de thèse de 5 à 10 pages, en précisant notamment le contexte,

la problématique, les objectifs, l’intérêt, la méthodologie et la

faisabilité de la recherche

 

· un ou plusieurs textes de leur production (articles, mémoire…)

 

Le dossier complet devra être transmis par email à l’adresse

gaudilli@vjf.cnrs.fr ou Christoph.gradmann@medisin.uio.no en mentionnant «

APPEL DOTS GLOBHEALTH » dans l’intitulé du message.

 

Les candidats/tes seront informés/ées à la fin juillet 2014 des résultats

de la sélection, qui se fera sur dossier.

 

Une description du centre et des projets de recherche en cours est

disponible sur http://www.cermes3.fr. La présentation du projet ERC est

accessible sur http://www.globhealth.vjf.cnrs.fr

 

Allocation doctorale – projet ERC GLOBHEALTH

Allocation doctorale – projet ERC GLOBHEALTH
à réaliser au
CERMES3 (UMR CNRS, Inserm, EHESS, UPD), Villejuif/Paris
Le CERMES3 lance un appel à candidatures pour une thèse  de sciences sociales portant sur la mondialisation de la génétique médicale,  à réaliser à l’EHESS et financée par un contrat de recherche de trois ans dans le cadre du projet ERC « From international to global. Knowledge, diseases and the postwar government of health ».
Le projet de thèse devra porter sur les processus qui ont amené l’inscription de la génétique médicale — que ce soit du point de vue de la recherche, de l’intervention clinique ou des choix politiques — à l’agenda de la santé publique internationale, et en particulier de l’Organisation Mondiale de la Santé. Le projet pourra être de nature historique, sociologique ou anthropologique.  Il devra s’inscrire dans la problématique de l’ERC, en particulier ce qui se rapporte aux processus et outils de l’expertise ainsi qu’aux liens entre santé et développement. On accordera un intérêt particulier aux propositions liant analyse locales et exploration des réseaux et acteurs internationaux et s’appuyant sur une enquête de terrain.
Le/la candidat/e devra être titulaire, au moment de son inscription en thèse, d’un master recherche (ou équivalent) et avoir une formation dans l’une ou plusieurs de ces disciplines : sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques. Elle/il devra faire preuve d’expérience dans la réalisation de travail de terrain impliquant le recours aux archives, aux entretiens et/ou aux observations ethnographiques. Elle/il être familiarisé/e avec la littérature en sciences sociales de la santé et/ou en études sociales des sciences et des techniques. Une excellente maîtrise de l’anglais, oral comme écrit, est indispensable.
Les candidats/tes feront parvenir par courrier électronique, avant le 15 juillet 2014 , un dossier comportant les pièces suivantes :
· un curriculum vitae
· une lettre de motivation
· un projet de thèse de 5 à 10 pages, en précisant notamment le contexte, la problématique, les objectifs, l’intérêt, la méthodologie et la faisabilité de la recherche
· un ou plusieurs textes de leur production (articles, mémoire…)
Le dossier complet devra être transmis par email à l’adresse gaudilli@vjf.cnrs.fr en mentionnant « Génétique Médicale ERC GLOBHEALTH » dans l’intitulé du message.
Les candidats/tes seront informés/ées à la fin juillet 2014 des résultats de la sélection, qui se fera sur dossier.
Une description du centre, et des projets de recherche en cours, sont disponibles surhttp://www.cermes3.fr. La présentation du projet ERC est accessible surhttp://www.globhealth.vjf.cnrs.fr

Projection et exposition – Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

Projection et exposition – Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

Voici une invitation à une projection et une exposition science-et-art autour des collections anatomiques. La projection du court-métrage aura lieu le lundi 23 juin 2014 à 16h à l’université Toulouse – Jean Jaurès (La Fabrique) et sera suivie du vernissage de l’exposition.

Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

L’avenir des collections anatomiques préoccupe aujourd’hui conservateurs comme professionnels de la médecine, tout autant que chercheurs ou artistes travaillant sur ces collections. Qu’il s’agisse de modèles anatomiques artificiels ou naturels, de préparations, d’illustrations ou de photographies, ces collections font partie intégrante de l’histoire de la médecine occidentale, comme de l’histoire des universités et des institutions dans lesquelles les musées d’anatomie sont apparus et se sont développés. Or, avec l’avènement des techniques modernes et les progrès de l’imagerie médicale, ces collections ont été peu à peu reléguées dans l’oubli. Souffrant de conditions de stockage et de conservation inadaptées, de manque d’espace, de financements insuffisants ou encore d’un désintérêt général, les patients oubliés et les modèles anatomiques qui furent, pourtant, le fleuron des musées de médecine des siècles précédents, semblent aujourd’hui condamnés.

Ce projet vise à sensibiliser professionnels de la santé comme grand public à l’avenir incertain de certaines collections scientifiques. En prenant l’exemple du musée d’anatomie de la faculté de médecine de Toulouse-Rangueil (Université Toulouse III – Paul Sabatier), le projet science-et-art  Liminality, qui comprend un court-métrage (coproduit par Valentina Lari & Laurence Talairach-Vielmas et réalisé par Valentina Lari) et une exposition photographique (Valentina Lari), met en lumière comment ces collections demeurent des collections patrimoniales importantes qu’il est crucial aujourd’hui de sauvegarder.

Ce projet a été réalisé avec le soutien du laboratoire d’anatomie de la faculté de médecine Toulouse-Rangueil (Université Toulouse III Paul Sabatier), de la DTICE (Direction des Technologies de l’Information et de la Communication Educative) de l’Université Toulouse II – Jean Jaurès, du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560 – CNRS – EHESS – MNHN ) et de l’association EXPLORA.

Journée d’étude – Alcool et santé : entre permanence et changements

Journée d’étude – Alcool et santé : entre permanence et changements

La consommation excessive d’alcool, qui contribue largement au développement des « maladies de société », est un facteur de risque majeur pour la santé des adultes. Dans le monde, il existe actuellement une grande diversité d’attitudes vis-à-vis de l’alcool. Qu’elle soit prohibée, contrôlée, prévenue ou totalement libre, cette consommation reste universelle. Cependant, les modalités sont différentes d’un pays à l’autre et d’une époque à l’autre. En France, la baisse de consommation dans la population générale en réponse aux politiques de santé publique fait émerger de nouveaux groupes à risque, notamment les jeunes. Dans d’autres pays, comme ceux d’Europe de l’Est, l’alcool est depuis plusieurs décennies un problème majeur aux conséquences dramatiques sur la mortalité en particulier des hommes. Dans les pays du Sud, la situation est moins bien connue. Avec le développement et la mondialisation, de nouveaux modes de consommation apparaissent à côté d’habitudes anciennes liées à la fabrication artisanale de boissons alcoolisées. Lors de cette journée, nous nous intéresserons à l’évolution des comportements individuels et des normes sociales relatives à la consommation d’alcool. Nous explorerons également les conséquences de ces comportements sur la santé et leur rôle dans l’apparition des maladies chroniques, des accidents et des violences. Nous chercherons à adopter une perspective temporelle pour questionner le lien entre alcool et santé, entre la permanence de la consommation à travers les époques et les cultures et les changements plus récents des comportements.

Programme

9h10-9h20. Accueil autour d’un petit-déjeuner / Welcome and breakfast

9h20-9h30. Introduction

9h30-10h50. Alcool et mortalité : impact et tendance / Alcohol and mortality: impact and trends

  • Mortalité attribuable à l’alcool en France / Alcohol-attributable mortality in France
    Catherine Hill (Institut Gustave Roussy, Service de Biostatistique et d’Épidémiologie)
  • Drinking habits and alcohol-related mortality in Moldova, Ukraine and Russia / Habitudes de consommation et mortalité attribuable à l’alcool en Moldavie, Ukraine et Russie
    Olga Penina (Academy of Sciences of Moldova, Centre for Demographic Research)

10h50-11h10. Pause / Break

11h10-12h30. Drinking patterns / Habitudes de consommation

  • Drinking patterns and hazardous drinking in Russia / Habitudes de consommation d’alcool et pratiques dangereuses en Russie
    Sarah Cook (London school of Hygiene and Tropical medicine, Department of Non-Communicable Disease Epidemiology)
  • Diverse alcohol drinking patterns in Africa / Diversité des pratiques de consommation d’alcool en Afrique
    Thomas Clausen (University of Oslo, Institute of Psychiatry & Norwegian Centre for Addiction Research)

12h30-14h. Déjeuner / Lunch

14h-15h20. African case studies / Études de cas en Afrique

  • Silence, on boit… L’expérience d’un malade alcoolique malien / Silence, we drink… The experience of a Malian alcoholic patient
    Joseph Tanden Diarra (Université catholique de l’Afrique de l’ouest, Unité de Bobo-Dioulasso)
  • Consommation d’alcool à Ouagadougou (Burkina Faso) : description et facteurs de risque / Alcohol consumption in Ouagadougou (Burkina Faso): descriptive findings and risk factors
    Géraldine DuthéClémentine Rossier (Institut national d’études démographiques), Bruno Lankoandé et Abdramane Soura (Institut supérieur des sciences de la population de l’université de Ouagadougou)

15h20-15h40. Pause / Break

15h40-17h. Nouvelles préoccupations / New concerns

  • Consommation d’alcool chez les migrants subsahariens vivant en Île-de-France et lien avec le VIH et les hépatites / Alcohol consumption in sub-Saharan African migrants living in Île-de-France and link with HIV and hepatitis
    Annabel Desgrées du Loû et Abdul Dosso pour le groupe Parcours (Institut de recherche pour le développement, UMR 196 CEPED)
  • Comportements d’alcoolisation chez les adolescents de 16 ans en France : évolution depuis dix ans et comparaison européenne / Alcohol behaviour in adolescents aged of 16 years in France: trends over the last decade and European comparison
    Olivier Le Nézet (Observatoire français des drogues et des toxicomanies)

17h00-17h15. Conclusions

 

LIEUX

  • INED – 133 boulevard Davout
    Paris, France (75020)

DATES

  • mardi 17 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • alcool, santé, consommation, risque

CONTACTS

  • Murielle Darblade
    courriel : polesuds_contact [at] listes [dot] ined [dot] fr

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Géraldine Duthé
    courriel : geraldine [dot] duthe [at] ined [dot] fr

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Alcool et santé : entre permanence et changements », Journée d’étude, Calenda, Publié le lundi 16 juin 2014, http://calenda.org/288531

Propositions sur l’emploi scientifique du Comité National de la recherche scientifique

Propositions sur l’emploi scientifique du Comité National de la recherche scientifique

« Je tiens à rassurer les chercheurs : les campagnes de recrutements vont se poursuivre, même si les recrutements

seront moins nombreux que précédemment. » G. Fioraso

En contradiction avec les ambitions affichées et les affirmations du gouvernement, la politique poursuivie

depuis des années dans l’enseignement supérieur et la recherche a amoindri nos capacités de recherche et

d’innovation. Elle a aussi abaissé la position de la France au niveau international. Les décisions concernant

l’emploi scientifique, tant public que privé, entravent notre capacité de recherche et affaiblissent nos

universités. En généralisant la précarité, elles génèrent un véritable gâchis humain et aggravent les

inégalités, entre les hommes et les femmes en particulier. Elles conduisent les jeunes à délaisser la

recherche et découragent l’ensemble de la communauté scientifique.

La recherche est indispensable au développement des connaissances, au dynamisme économique ainsi

qu’à l’entretien de l’esprit critique et démocratique. Or la pérennité des emplois scientifiques est

indispensable à la liberté et la fécondité de la recherche. Le Comité national de la recherche scientifique

rassemble tous les personnels de la recherche publique (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et

techniciens). Ses membres, réunis en session plénière extraordinaire, demandent de toute urgence un

plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi scientifique. Ils affirment que la réduction continue de l’emploi

scientifique est le résultat de choix politiques et non une conséquence de la conjoncture économique.

L’emploi scientifique est l’investissement d’avenir par excellence

Conserver en l’état le budget de l’ESR revient à prolonger son déclin. Stabiliser les effectifs ne suffirait pas

non plus à redynamiser la recherche : il faut envoyer un signe fort aux jeunes qui intègrent aujourd’hui

l’enseignement supérieur en leur donnant les moyens et l’envie de faire de la recherche. On ne peut pas

sacrifier les milliers de jeunes sans statut qui font la recherche d’aujourd’hui. Il faut de toute urgence

résorber la précarité. Cela suppose la création, sur plusieurs années, de plusieurs milliers de postes

supplémentaires dans le service public ainsi qu’une vraie politique d’incitation à l’emploi des docteurs

dans le secteur privé, notamment industriel.

Or les moyens existent. On peut dégager des ressources importantes :

– En simplifiant l’organisation actuelle de l’enseignement supérieur et de la recherche, inefficace,

illisible et coûteuse. Pour commencer, il faut éviter de relancer un nouveau programme

d’investissement d’avenir ;

– En réorientant les budgets consacrés au financement de la recherche sur projet, principal moteur

de la précarité et source d’un gaspillage insupportable en temps mais aussi en moyens, vers le

financement de postes permanents ;

– En réformant profondément le crédit impôt-recherche : notamment en conditionnant son

obtention à l’emploi de docteurs et à l’évaluation scientifique de son utilisation. Chaque pourcent

du CIR représente la création de 1000 nouveaux postes de chercheurs, enseignants-chercheurs,

ingénieurs et techniciens.

Un plan pluriannuel de création de plusieurs milliers d’emplois titulaires de la fonction publique, sur

plusieurs années, apparaît comme la condition indispensable pour empêcher le sacrifice d’une

génération et avec elle, les besoins et la contribution de la France en matière de recherche. Il est de

notre responsabilité que ce plan soit décidé et mis en œuvre au plus vite. Nous n’aurons de cesse, par

différentes formes de lutte, que le gouvernement réponde à cette demande.

Appel à contribution – Genre et santé

Appel à contribution – Genre et santé

 

Université Paris Diderot, amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e)

Colloque de l’Institut Emilie du Châtelet, en partenariat avec l’Inserm

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier: les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies. L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers «féminins», stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers «masculins», alcoolisme, tabagisme etc.).

Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de constater que les recherches  se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine.  De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.

Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.
Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.

Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment  les rôles sociaux liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.
On analysera en particulier la façon dont le genre  participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.

Pour déposer une proposition de communication: ACCÉDER AU FORMULAIRE

http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=245

 Comité d’organisation : 
Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos (sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).

Comité scientifique : 
Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain  Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse, Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Coordination : 

Lucette Aussel (Inserm) – Sylvie Blumenkrantz (IEC)

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

16 et 17 octobre 2014

Strasbourg

Le délai de réception des propositions est fixé au 1er avril, cf.l’appel.

Parution – Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe

Parution – Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe 

 

419MQ9VYrxLFrank Huisman, Harry Oosterhuis (Editors), Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe, Pickering & Chatto Ltd, Studies for the Society for the Social History of Medicine,  2013, 256 pages.

Following the Second World War, health was defined by a number of international organizations as a universal human right. It was this fundamental principle that led to the development of modern-day systems of collective funding, and health is now at the top of the global political agenda. The essays in this collection contain a wealth of empirical and analytical information. Contributors look at issues of health and citizenship in Europe across two centuries, and examine the extent to which the state can interfere with the private lives of its citizens, the role of individual responsibility and if any boundary occurs in terms of what the state can realistically provide. It will appeal to those interested in the history of medicine, in political science and the burgeoning field of health policy.

Carnet Hypotheses – Corps et mots

Parution – Carnet Hypotheses. Corps et mots

Ce carnet de recherche vise à présenter des hypothèses de travail sur le rapport entre sexes et langage. Participant à la préparation d’une thèse en Sciences du Langage sur les discours concernant les variations du développement du sexe, ce carnet s’intéresse à la manière dont les discours construisent les représentations du corps, des sexes, des genres et des sexualités. Ces recherches s’inscrivent à la fois dans les études de genre et l’analyse du discours.

Noémie Marignier, créatrice de ce carnet, est doctorante en Sciences du Langage depuis 2012 (Université Paris 13 et Université Paris 3) et allocataire de l’Institut Émilie du Châtelet.

Lien vers le carnet : http://corpsmots.hypotheses.org/

 

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Du 05 octobre 2013 au 21 avril 2014

Domaine du château de Seneffe
Rue Lucien Plasman 7-9
B-7180 Seneffe
BELGIQUE

L’exposition « Le XVIIIe et la Médecine » sort des sentiers battus par son contenu et son approche scientifique. Elle présente le thème de la médecine non pas uniquement du point de vue purement médical mais bien dans le contexte de la vie de l’époque.

En tant que témoins privilégiés- et avec l’apport des instruments scientifiques, d’objets mis en relation avec les thématiques abordées, d’extraits littéraires,…-nous racontons l’existence d’une société en pleine évolution sociologique.

Découvrir ce que signifie la médecine au XVIIIe siècle c’est lever le voile sur différentes pratiques peu conventionnelles, c’est aborder le corps et l’esprit sous différents angles, c’est observer les avancées en la matière qui vont bousculer les tabous et révolutionner les façons de penser et de voir d’une façon plus rationnelle. C’est comme un kaléidoscope de découvertes inattendues et surprenantes.

Le XVIIIe avait à cœur de replacer l’homme, en tant qu’être humain, au centre de la société. Les individus sont alors en quête de bien être, comme aujourd’hui. Et depuis, tout continue.

Infos et renseignements
0032 (0)64 55 69 13

Tarifs
Adultes: 5 €
Seniors: 4 €
Gratuit :enfants de moins de 12 ans et personnes à mobilité réduite

Le premier dimanche du mois, l’exposition « Le XVIIIe et La Médecine » reste payante

Ouvert tous les jours sauf les lundis non fériés, de 10 à 18h (Accès payant).
Dernière admission à 17h30.

Fermé le 1er janvier et les 24, 25 et 31 décembre.

Séminaire – Formes de surveillance en médecine et santé publique

Séminaire – Formes de surveillance en médecine et santé publique

 

La médecine de surveillance a pour mots-clés : ciblage, prédiction, anticipation et individualisation. Elle concerne la population générale, des groupes spécifiques ou les individus. Elle s’appuie sur les technologies comme le séquençage génétique, le ciblage thérapeutique, les biocapteurs, les grandes bases de données, etc. Notre séminaire interdisciplinaire (médecine , biologie, philosophie, sciences sociales) vise à interroger la pertinence du concept de surveillance pour comprendre et questionner le devenir de la médecine et de la santé publique. Les séances auront lieu à Lyon les vendredi après-midi de 13h30 à 16h30 au rythme d’une séance par mois, de janvier à juin 2014.

La surveillance, dans son sens général, consiste à recueillir et à analyser des informations concernant des populations dans le but de les gouverner et de maintenir leur sécurité. Dans le domaine de la santé, la médecine dite de surveillance privilégie les registres de l’enquête, du dépistage, de la prévention et de la prédiction. Prenant pour cible la population générale, des groupes spécifiquesou les individus eux-mêmes, la médecine de surveillance a cessé de se concevoir comme une réponse directe à la demande de soin du malade et se distingue donc de l’approche clinique classique.

L’essor actuel de certaines technologies donne une ampleur nouvelle à cette médecine de surveillance. Parmi celles-ci, on peut considérer les techniques de séquençage des génomes, la cartographie à grande échelle de l’ensemble des composants moléculaires des cellules, les biocapteurs implantables, la fouille des grandes bases de données ou encore le dépistage de masse. Toutes ces technologies,aussi hétérogènes dans leur nature et fonctions soient-elles, ont à voir, directement ou indirectement, avec des dispositifs de surveillance et semblent converger pour produire et faire exister un nouveau type de médecine et donc aussi de rapport à la santé.

Différentes questions se posent alors :

  • En quoi la médecine de surveillance dépend-elle d’une reconfiguration des  interactions entre sociétés pharmaceutiques, monde médical, établissements publics, organismes caritatifs et malades ?
  • En quoi met-elle à l’épreuve les libertés individuelles et publiques ?
  • Jusqu’où implique-t-elle de nouvelles formes d’identité personnelle et de modes de subjectivation ?
  • Contribue-t-elle vraiment à modifier le partage du normal et du pathologique ?

Ce séminaire, en interrogeant les trajectoires de ces technologies, en questionnant la transformation de la médecine, entend mettre à l’épreuve la pertinence du concept de surveillance dans le champ de la santé et préparer des recherches transversales dans ce domaine.

Organisateurs

Marc BILLAUD, Directeur de Recherche CNRS, Institut Albert Bonniot, CRI INSERM UJF/U823, Grenoble

Nicolas LECHOPIER, Maître de Conférences, Université Lyon1 Institut Français de l’Education (ENSL), EA4148 S2HEP, Lyon

Pour s’inscrire et accéder aux détails de ce séminaire veuillez suivre ce lien :bit.ly/1cwrhmQ

Programme

Les vendredi de 13h30 à 16h30

La médecine de surveillance : histoire et évolution d’une pratique

17 JANVIER

  • David Armstrong (King’s College, Londres, Royaume-Uni). La dimension temporelle dans la médecine de surveillance
  • Susanne BAUER (Goethe Universität, Francfort, Allemagne). La matérialité de la médecine de surveillance : technologies, temporalité, organisation des données

Prédire et surveiller les cancers

28 FEVRIER

  • Patrice PINELL (Centre Européen de Sociologie et de Science Politique, CNRS, Paris). Le diagnostic précoce du cancer et l’utopie de l’homo medicus : une contribution à l’histoire de la médecine de surveillance
  • Gert MATTHIJS (Center for Human Genetics, Université de Louvain, Belgique). Comment ne pas dépenser tout le budget de la génétique moléculaire dans le dépistage des cancers familiaux ?

Médecine personnalisée, avancées et limites

21 MARS

  • Xavier GUCHET (Université de Paris 1). La médecine personnalisée : un nouveau concept de la «personne» ?
  • Thomas TURSZ (Institut Gustave Roussy, Villejuif). Espoirs et réalité de la médecine personnalisée en cancérologie : problèmes médicaux, économiques et sociaux

Big data, fouille de données et bioinformatique en santé

18 AVRIL

  • Anne CAMBON-THOMSEN (Université Paul Sabatier/ INSERM, Toulouse). L’anonymisation des données en génétique humaine: question d’actualité ou fiction à l’ère des big data ?
  • Antoinette ROUVROY (Université de Namur, Belgique). Gouvernementalité algorithmique et comportementalisme numérique: la santé de l’homme sans intérieur

La surveillance médicale en continu : nouveaux dispositifs

23 MAI

  • Anne-Sylvie PHARABOD (Orange Labs, Paris). La mise en chiffres de soi : une approche compréhensive des mesures personnelles
  • Gérard RAYMOND (Association Française des Diabétiques). La surveillance médicale : une autonomie réelle ou illusoire du patient

La surveillance des populations : dépistage de masse et épidémiologie

20 JUIN

  • Frédéric KECK (Ecole des hautes études en science sociales, Paris). La surveillance des animaux et la définition de populations sentinelles
  • Patrick PERETTI-WATEL (INSERM, Marseille). La prévention en santé publique, entre auto- et hétéro-surveillance

LIEUX

  • École Normale Supérieure – Bâtiment Buisson (salle 2), Métro Debourg – 15 parvis René Descartes
    Lyon, France (69007)

 

CONTACTS

  • Nicolas Lechopier
    courriel : nicolas [dot] lechopier [at] univ-lyon1 [dot] fr

« Formes de surveillance en médecine et santé publique », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 07 janvier 2014, http://calenda.org/273169

Carnet Hypothèses – Genre et santé mentale. Histoire, savoirs, société

Carnet Hypothèses – Genre et santé mentale. Histoire, savoirs, société

http://genrepsy.hypotheses.org/

Ce carnet suit le projet « Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique » soutenu par le Défi Genre 2013-Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Il vise à diffuser les connaissances, les actualités et les événements scientifiques concernant la place du genre dans les domaines de la santé mentale, en promouvant le dialogue entre les différentes disciplines, les professions et les acteurs.

Si vous souhaitez publier une annonce relative à ces questions, vous pouvez envoyer un mail à : gendpsy@gmail.com

Les participants du projet « Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique » (soutenu par le Défi Genre 2013 – Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS) :

– Francesca Arena (TELEMME – AMU)

– Silvia Chiletti (Centre Alexandre Koyré – UMR 8560)

– Jean-Christophe Coffin (Université Paris Descartes – Centre Alexandre Koyré)

Parution – Histoire, médecine et santé, n°4 : Santé en chiffres

Histoire, médecine et santé, n°4 : dossier thématique Santé en chiffres

 

HMS4.jpg
SOMMAIRE (N°4 – Automne 2013)

Dossier thématique : SANTÉ EN CHIFFRES

 

Bruno VALAT, Introduction. Les enjeux de la quantification sanitaire au XXe siècle

 

Bruno VALAT, La « croissance des dépenses de santé », entre enjeux intellectuels et politiques (France, 1920-années 60)

 

Daniel BENAMOUZIG, Les médecins à la découverte de l’économie (1950-1990)

 

Jean-Paul DOMIN, Le PMSI : de l’indicateur de compatibilité hospitalière au mode de tarification (1982-2012)

 

VARIA

 

Elodie SERNA, Médecine clandestine et vasectomie volontaire dans l’Europe de l’entre-deux-guerres

 

Dolorès MARTIN MORUNO, Ressentiment, médecine et société dans la biographie biologique de Gregorio Marañón

 

COMPTES RENDUS

 

Philippe BOURMAUD

CHIFFOLEAU Sylvia, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS

 

Claire FREDJ

ESCANDE Laurent (éd.), Avec les pèlerins de La Mecque. Le voyage du docteur Carbonell en 1908

 

Alexandre KLEIN

KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés

 

Helena DA SILVA

DIEBOLT Évelyne et FOUCHÉ Nicole, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938)

 

Jacqueline VONS

BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire

 

Florence CATHERINE

NICOLI Miriam, Des savants et des livres. Autour d’Albrecht von Haller et Samuel-Auguste Tissot

 

Pour commander ce numéro ou s’abonner

Appel à contribution – Construction et définition du corps

Appel à contribution – Construction et définition du corps

 

Le comité de la Maison du Japon organise chaque année des réunions scientifiques dans le cadre du Centre d’Etudes Multiculturelles (CEM). Le premier CEM, qui aura lieu le dimanche 8 février 2014, portera sur le thème de Construction et définition du corps.

Le corps humain est un thème déjà abordé par les sciences naturelles et les sciences humaines et sociales. Le corps est ainsi défini comme une construction issue de conditions politiques et sociales précises et différentes dans le temps. Il est également en rapport étroit avec les connaissances scientifiques, et plus particulièrement les évolutions de la médecine et de la biologie contemporaines. Ce processus de constitution de la vision du corps devient ainsi un objet de recherche également abordé par les sciences esthétiques et philosophiques. A la suite des volumes Histoire du corps publiés sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, qui ont permis de reconstituer les évolutions des conceptions relatives au corps de points de vues historiques, artistiques et biologiques de la Renaissance à nos jours, de nombreux schémas expliquant ces constructions du corps humains sont mis en place par des spécialistes variés. Ainsi, ces recherches ainsi que les débats qui en découlent se sont intensifiés. Nous souhaiterions également soulever ces problématiques transversales à nos champs de recherches.

A l’occasion de cette première session de CEM, nous espérons, à travers des exposés de recherches croisant les sciences naturelles, humaines et sociales, soulever des interrogations sur les méthodes mises en place par ces sciences pour approcher le corps. A travers ces débats, nous souhaitons organiser un colloque interdisciplinaire permettant de dépasser les frontières de chaque domaine de recherche.

Pour cette première session du CEM aucune discipline précise et unique n’est appelée. Nous souhaitons au contraire rassembler des interventions et des spécialistes de disciplines différentes pouvant aborder la question de la définition du corps humain tant du point de vue de sa construction au sein des sciences naturelles que de son expression, de son rapport à l’éducation, à la politique et la sociologie, à la littérature, à l’architecture, à l’hygiène, la médecine et la santé, ainsi que de la bioéthique, des études de genre et du folklore.

Chaque intervention de 20 minutes sera l’occasion pour les chercheurs de présenter tant les dernières découvertes de leurs champs d’activité que d’exposer leurs points de vue originaux sur ces sujets. Nous souhaitons ainsi, et afin de pouvoir palper des horizons théoriques divers dépassant les champs disciplinaires, des exposés concis, accessibles et méthodologiquement construits.

Nous précisons que chaque intervenant du CEM a la possibilité de présenter un article de leur exposé dans notre publication annuelle, le Cahier Multiculturel de la Maison du Japon. Ce cahier est une publication régulière à laquelle est attribué un numéro ISSN (International Standard Serial Number) et sera à ce titre déposé à la bibliothèque de la Maison du Japon et à la Bibliothèque Nationale de France.

Des professeurs d’université sélectionneront les interventions jugées les plus pertinentes.

Modalités de soumission

  • Sessions : le dimanche 8 février 2014
  • Place : la grande salle de la Maison du Japon
  • Domaines : tous
  • Soumission : Ceux qui souhaitent faire un exposé au CEM doivent présenter un résumé de l’exposé d’environs 300 mots, ainsi qu’une brève présentation de son parcours à Hiromi MATSUI (cem.maisondujapon [a] gmail.com),

avant le vendredi 29 novembre 2013.

  • Langue : Français ou Anglais
  • Durée d’exposé prévu : 20 minutes de l’exposé et 10 minutes de débat

Pour un exposé, il est possible d’utiliser PowerPoint et des diapositives.

Le comité d’organisation de la première session de CEM 2014, Construction et définition du corps

  • Matsui Hiromi (chargée de CEM, Comité de Maison du Japon ; Université Paris X-Nanterre ; University of Tokyo)
  • Delphine Mulard (Inalco, Chercheur associée à la Bibliothèque nationale de France)
  • Daimaru Ken (Université Paris X-Nanterre ; Birkbeck College, University of London, Inalco)

LIEUX

  • Maison du Japon, cité universitaire (RER B) – 7c Bd. Jourdan
    Paris, France (75014)

DATES

  • vendredi 29 novembre 2013

CONTACTS

  • Hiromi Matsui
    courriel : cem [dot] maisondujapon [at] gmail [dot] com

 

« Construction et définition du corps », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 novembre 2013, http://calenda.org/266330

Colloque – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ?

Colloque – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique

4-5 décembre 2013 

Faculté de médecine, Paris Descartes

Le nombre des places étant limitées, merci de vous inscrire -gratuitement- en envoyant un simple courriel à gendpsy@gmail.com

 

Mercredi 4 décembre 2013

 

8h30 Accueil des participants

9h00 Ouverture par Rebecca ROGERS – Paris Descartes – CERLIS

9h15 Introduction:
Jean-Christophe COFFIN – LEM EA 4569/ CAK, Francesca ARENA – AMU-TELEMME, Silvia CHILETTI – CAK
9h45 – 12h45

1. Genre et santé mentale : une histoire entre subjectivités et politique

Présidente de séance : Christine BARD – Université d’Angers –Cerhio

 

9h45-10h15 Catherine FUSSINGER – IUHMSP, Lausanne

La question de la dépression dans le champ « genre et santé mentale »

 

10h15-10h45 Nausica ZABALLOS – CAK / IRIS – EHESS

Le genre dans l’espace médiatique à la fin des années 1990 : le « cas » Guillaume Dustan

 

Pause

11h00-11h30 Gabrielle SCHNEE – Paris 13

La clinique des homosexualités, un renouveau avec le débat public ?

 

11h30-12h00 Arnaud ALESSANDRIN – Centre Émile Durkheim UMR 5116 / O.D.T.

Que reste-t-il du « transsexualisme » dans le nouveau DSM ?

 

12h00-12h30 Discussion

 

12h30-14h00 Pause déjeuner

 

14h00 – 17h15

2. Genre, sexe et sexualités : vers une épistémologie des identités ?

Président de séance : Pierre Henri CASTEL – Cermes3 CNRS

 

14h00-14h30 Nicole EDELMAN – Paris Ouest Nanterre

Pouvoir psychiatrique et folie hystérique (fin XIXe siècle, France)

 

14h30-15h00 Thibault POLGE – Paris 1

Le genre, émancipation ou parachèvement de la différence des sexes ? De l’inversion sexuelle au transsexualisme

 

15h00-15h30 Anne BOISSEUIL – Service de Pédopsychiatrie de Valvert, 13

Féminin/masculin, identité et sexuel chez l’enfant

Pause

 

15h45-16h15 Sebastien SAETTA – École de Santé Publique -Université de Lorraine, EA APEMAC

Analyse critique des discours « psy » autour des troubles psychiques de la grossesse et du post-partum

 

16h15 -16h45 Eric MACÉ – Centre Emile Durkheim UMR 5116

Des troubles de genre aux troubles dus au genre

 

16h45-17h15

Discussion

 

Jeudi 5 décembre 2013

 

9h30 – 12h15

3. Médecine, savoirs et institutions : questionner les pratiques cliniques

Président de séance : Michel DUGNAT – Pôle universitaire de psychiatrie de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille

 

9h30-10h00 Lucille GIRARD – LEM EA 4569

Le médecin face à la demande de soin des personne transsexuelles : les risques d’un jugement de valeur

 

10h00-10h30 Laurence HÉRAULT – AMU – IDEMEC

Le Trouble de l’identité de genre et son usage dans la pratique psychiatrique française

 

Pause

 

10h45-11h15 Stéphanie PACHE – IUHMSP, Lausanne/ IRIS -EHESS

Une brève histoire du mouvement féministe américain pour transformer les théories et les pratiques en santé mentale

 

11h15-11h45 Anne – Sophie VOZARI – IRIS – EHESS

Les dépressions périnatales : des troubles « normaux » ? Penser les coûts sociaux de la maternité

 

11h45-12h15 Discussion

 

12h15-13h45 Pause déjeuner
13h45 – 17h00

4. Le genre sous le regard des experts : science, normes et société

Présidente de séance : Irène FRANÇOIS – CHU de Dijon –

Université de Bourgogne/LEM EA 4569

 

13h45-14h15 François VIALLA – Université de Montpellier –CERDES

Transidentités : les troubles du droit

 

14h15-14h45 Alain GIAMI – Inserm – CESP

Les classifications de la sexualité : entre le DSM 5 et la CIM 10

 

14h45-15h15 Nicolas MOREL-JOURNEL – CHU Lyon

La place de la médecine dans la question du genre

 

Pause

 

15h30-16h00 Erik SCHNEIDER – Intersex & Transgender Luxembourg

Peur des psychiatres de prendre la mauvaise décision et influence

des normes de genre

 

16h00-16h30 Denise MÉDICO – Fondation Agnodice, Lausanne/Université de Genève

Subjectivités trans*, la psychologie confrontée au genre et au sexe

 

16h30-17h00 Discussion

 

Conclusions du colloque par Christian HERVÉ – LEM EA 4569