Projection et exposition – Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

Projection et exposition – Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

Voici une invitation à une projection et une exposition science-et-art autour des collections anatomiques. La projection du court-métrage aura lieu le lundi 23 juin 2014 à 16h à l’université Toulouse – Jean Jaurès (La Fabrique) et sera suivie du vernissage de l’exposition.

Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

L’avenir des collections anatomiques préoccupe aujourd’hui conservateurs comme professionnels de la médecine, tout autant que chercheurs ou artistes travaillant sur ces collections. Qu’il s’agisse de modèles anatomiques artificiels ou naturels, de préparations, d’illustrations ou de photographies, ces collections font partie intégrante de l’histoire de la médecine occidentale, comme de l’histoire des universités et des institutions dans lesquelles les musées d’anatomie sont apparus et se sont développés. Or, avec l’avènement des techniques modernes et les progrès de l’imagerie médicale, ces collections ont été peu à peu reléguées dans l’oubli. Souffrant de conditions de stockage et de conservation inadaptées, de manque d’espace, de financements insuffisants ou encore d’un désintérêt général, les patients oubliés et les modèles anatomiques qui furent, pourtant, le fleuron des musées de médecine des siècles précédents, semblent aujourd’hui condamnés.

Ce projet vise à sensibiliser professionnels de la santé comme grand public à l’avenir incertain de certaines collections scientifiques. En prenant l’exemple du musée d’anatomie de la faculté de médecine de Toulouse-Rangueil (Université Toulouse III – Paul Sabatier), le projet science-et-art  Liminality, qui comprend un court-métrage (coproduit par Valentina Lari & Laurence Talairach-Vielmas et réalisé par Valentina Lari) et une exposition photographique (Valentina Lari), met en lumière comment ces collections demeurent des collections patrimoniales importantes qu’il est crucial aujourd’hui de sauvegarder.

Ce projet a été réalisé avec le soutien du laboratoire d’anatomie de la faculté de médecine Toulouse-Rangueil (Université Toulouse III Paul Sabatier), de la DTICE (Direction des Technologies de l’Information et de la Communication Educative) de l’Université Toulouse II – Jean Jaurès, du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560 – CNRS – EHESS – MNHN ) et de l’association EXPLORA.

Propositions sur l’emploi scientifique du Comité National de la recherche scientifique

Propositions sur l’emploi scientifique du Comité National de la recherche scientifique

« Je tiens à rassurer les chercheurs : les campagnes de recrutements vont se poursuivre, même si les recrutements

seront moins nombreux que précédemment. » G. Fioraso

En contradiction avec les ambitions affichées et les affirmations du gouvernement, la politique poursuivie

depuis des années dans l’enseignement supérieur et la recherche a amoindri nos capacités de recherche et

d’innovation. Elle a aussi abaissé la position de la France au niveau international. Les décisions concernant

l’emploi scientifique, tant public que privé, entravent notre capacité de recherche et affaiblissent nos

universités. En généralisant la précarité, elles génèrent un véritable gâchis humain et aggravent les

inégalités, entre les hommes et les femmes en particulier. Elles conduisent les jeunes à délaisser la

recherche et découragent l’ensemble de la communauté scientifique.

La recherche est indispensable au développement des connaissances, au dynamisme économique ainsi

qu’à l’entretien de l’esprit critique et démocratique. Or la pérennité des emplois scientifiques est

indispensable à la liberté et la fécondité de la recherche. Le Comité national de la recherche scientifique

rassemble tous les personnels de la recherche publique (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et

techniciens). Ses membres, réunis en session plénière extraordinaire, demandent de toute urgence un

plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi scientifique. Ils affirment que la réduction continue de l’emploi

scientifique est le résultat de choix politiques et non une conséquence de la conjoncture économique.

L’emploi scientifique est l’investissement d’avenir par excellence

Conserver en l’état le budget de l’ESR revient à prolonger son déclin. Stabiliser les effectifs ne suffirait pas

non plus à redynamiser la recherche : il faut envoyer un signe fort aux jeunes qui intègrent aujourd’hui

l’enseignement supérieur en leur donnant les moyens et l’envie de faire de la recherche. On ne peut pas

sacrifier les milliers de jeunes sans statut qui font la recherche d’aujourd’hui. Il faut de toute urgence

résorber la précarité. Cela suppose la création, sur plusieurs années, de plusieurs milliers de postes

supplémentaires dans le service public ainsi qu’une vraie politique d’incitation à l’emploi des docteurs

dans le secteur privé, notamment industriel.

Or les moyens existent. On peut dégager des ressources importantes :

– En simplifiant l’organisation actuelle de l’enseignement supérieur et de la recherche, inefficace,

illisible et coûteuse. Pour commencer, il faut éviter de relancer un nouveau programme

d’investissement d’avenir ;

– En réorientant les budgets consacrés au financement de la recherche sur projet, principal moteur

de la précarité et source d’un gaspillage insupportable en temps mais aussi en moyens, vers le

financement de postes permanents ;

– En réformant profondément le crédit impôt-recherche : notamment en conditionnant son

obtention à l’emploi de docteurs et à l’évaluation scientifique de son utilisation. Chaque pourcent

du CIR représente la création de 1000 nouveaux postes de chercheurs, enseignants-chercheurs,

ingénieurs et techniciens.

Un plan pluriannuel de création de plusieurs milliers d’emplois titulaires de la fonction publique, sur

plusieurs années, apparaît comme la condition indispensable pour empêcher le sacrifice d’une

génération et avec elle, les besoins et la contribution de la France en matière de recherche. Il est de

notre responsabilité que ce plan soit décidé et mis en œuvre au plus vite. Nous n’aurons de cesse, par

différentes formes de lutte, que le gouvernement réponde à cette demande.

Appel à contribution – Genre et santé

Appel à contribution – Genre et santé

 

Université Paris Diderot, amphi Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e)

Colloque de l’Institut Emilie du Châtelet, en partenariat avec l’Inserm

Comparées aux autres domaines de la vie sociale, sphères politique, professionnelle et familiale, les inégalités en matière de santé frappent d’emblée par un trait particulier: les femmes semblent avoir une position plus favorable, leur espérance de vie étant plus élevée que celle des hommes. Toutefois, si elles vivent plus longtemps que les hommes, elles passent aussi plus d’années qu’eux en mauvaise santé et présentent des taux de morbidité bien différents de ceux des hommes, aux différents âges et pour nombre de pathologies. L’histoire de leurs corps peut être marquée par leur appartenance de sexe (maladies liées à la grossesse et à l’accouchement, cancer des organes reproductifs) mais aussi par leur appartenance de genre (effets des métiers «féminins», stress liés aux cumuls des tâches familiales et professionnelles, violences physiques et psychiques, etc.). L’histoire des corps masculins renvoie aussi aux poids de la biologie (cancers des organes sexuels masculins) et des rapports de genre (effets des métiers «masculins», alcoolisme, tabagisme etc.).

Si les différences selon le sexe sont bien établies dans les enquêtes de santé publique, force est de constater que les recherches  se donnant pour objet de comprendre de tels écarts dans une perspective de genre restent encore rares, notamment en France. Une pensée naturalisante des stéréotypes de genre, encore prégnante même dans les revues scientifiques prestigieuses, tend à réifier l’idée d’une constitution féminine différente d’une constitution masculine.  De fait, les disparités de santé entre les sexes sont encore bien souvent interprétées à l’aune des constitutions physiques des femmes et des hommes sans s’interroger sur le poids des représentations du masculin et du féminin et des pratiques sociales genrées, et sur l’articulation entre différentes formes d’inégalités et de relations de pouvoir.

Cette faible prise en compte de la dimension de genre dans le champ de la santé est à mettre en lien avec le recours tardif en France à ce cadre d’analyse, et notamment à l’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux. Mais c’est aussi parce que le genre est rarement pensé comme un rapport social producteur d’inégalités de santé.
Ce colloque interrogera les modalités d’incorporation des différences de sexe/genre dans notre compréhension du normal et du pathologique, sur les effets de la biologie sur le genre, et du genre sur la biologie. Il s’agira également de questionner la systématicité de la bipartition de la population selon le sexe pour rendre compte des inégalités sociales de santé tandis que la distinction entre sexe et genre devient l’objet d’une interrogation de plus en plus complexe.

Ce colloque pluridisciplinaire se donne ainsi pour objectif de comprendre comment  les rôles sociaux liés au genre tendent à orienter la façon dont les femmes et les hommes sont (i) exposé.e.s différemment à des problèmes de santé, (ii) comment elles et ils se représentent les affections qui les touchent et (iii) ont ou non recours au système de soins, (iv) et comment les réponses des professionnels de santé se construisent différemment selon le sexe de leurs patients.
On analysera en particulier la façon dont le genre  participe à construire les troubles de la vie psychique, les représentations des maladies comme le cancer et les affections cardio-vasculaires, les questions de santé sexuelle et reproductive, dans des contextes sociaux, professionnels et de soins eux-mêmes genrés.

Pour déposer une proposition de communication: ACCÉDER AU FORMULAIRE

http://www.institutemilieduchatelet.org/colloque-detail?id=245

 Comité d’organisation : 
Armelle Andro (sociologie-démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Nathalie Bajos (sociologie-démographie, INSERM), Laurie Laufer (psychopathologie, Université Paris Diderot), Ilana Löwy (histoire des sciences biomédicales, INSERM), Pascale Molinier (psychologie, Université Paris 13 Nord), Florence Rochefort (histoire, CNRS), Catherine Vidal (neurobiologie, Institut Pasteur).

Comité scientifique : 
Simone Bateman (sociologie, CNRS), Marc Bessin (sociologie, CNRS/EHESS), Mylène Botbol-Baum (philosophie, Université catholique de Louvain), Catherine Bourgain (génétique, épidémiologie, INSERM), Hélène Bretin (sociologie, Université Paris 13 Nord), Martine Bungener (économie, sociologie, CNRS), Emmanuelle Cambois (santé publique, INED), Hervé Chneiweiss (neuro-oncologie, CNRS), Emilie Counil (épidémiologie, EHESP), Daniel Delanoë (psychiatrie, INSERM), Christine Hamelin (sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin), Pierre Jouannet (biologie reproductive, professeur émérite, Université Paris-Descartes), Thierry Lang (épidémiologie sociale, INSERM), Anne Lowell (anthropologie, Université de Californie, Berkeley), Jennifer Merchant (science politique, Université Paris Panthéon-Assas), Patrick Peretti-Watel (sociologie, INSERM), Alain  Smagghe (médecine gériatrique), Alain Vannier (psychanalyse, Université Paris Diderot), Jean-Christophe Weber (médecine, Université de Strasbourg), Joëlle Wiels (biologie cellulaire, CNRS)

Coordination : 

Lucette Aussel (Inserm) – Sylvie Blumenkrantz (IEC)

Parution – Picturing Women’s Health

Parution – Picturing Women’s Health


imgresFrancesca Scott, Kate Scarth and Ji Won Chung (eds), Picturing Women’s Health, Warwick Series in the Humanities: 4c.224pp: 234x156mm: June 2014 HB 978 1 84893 424 5: £60/$99

Women’s lives changed considerably over the course of the long nineteenth century. As new roles and behaviours became available to them, the ways in which they were represented also increased. The essays in this collection examine women in diverse roles; mother, socialite, celebrity, medical practitioner and patient. The wide range of commentators allows a diverse picture of women’s health in this period. Findings are discussed within the historical, medical, sociological, literary and art historical contexts of the period to make a truly interdisciplinary study.

Introduction: Picturing Women’s Health – Francesca Scott, Kate Scarth and Ji Won Chung
Sensibility and Good Health in Charlotte Smith’s Ethelinde – Joseph Morrissey
Amazonian Fashions: Lady Delacour’s (Re)Dress in Maria Edgeworth’s Belinda – Andrew McInnes
Transforming the Body Politic: Food Reform and Feminism in Nineteenth-Century Britain – Sarah Richardson
Stagnation of Air and Mind: Picturing Trauma and Miasma in Charlotte Brontë’sVillette– Alexandra Lewis
The Iconography of Anorexia Nervosa in the Long Nineteenth Century – Susannah Wilson
Kate Marsden’s Leper Project: On Sledge and Horseback with an Outcast Missionary Nurse – Tabitha Sparks
Constructs of Female Insanity at the Fin de Siècle: The Lawn Hospital, Lincoln, 1882–1902 – Katherine Ford
The Fitness of the Female Medical Student, 1895–1910 – Claire Brock
Unstable Adolescence/Unstable Literature? Managing British Girls’ Health around 1900 – Hilary Marland

Femmes et santé – Université d’hiver (université de Liège-Belgique)

Femmes et santé – Université d’hiver (université de Liège-Belgique)

L’université d’hiver « Femmes et Santé » est organisée par le groupe FER ULg (Femmes, Enseignement, Recherche à l’université de Liège). Depuis quelques années, les conférences, journées d’étude et autres colloques prolifèrent, ciblant tantôt le thème du harcèlement, de la violence, voire du viol, tantôt celui de la prostitution, des Eros centers, ou encore ceux de la contraception, de l’avortement, de la procréation assistée, etc. Les mentalités et droits acquis se modifient, les manifestations se succèdent, etc. Ce colloque souhaite analyser les lignes de force qui se dégagent de ces événements et de leurs enjeux, tant du côté des patientes que de ceux des praticien(ne)s : profils historique et sociologique, approche éthique, données techniques, recherches récentes…

ANNONCE

Organisation

Femmes Enseignement Recherche / Université de Liège (Belgique)

  • Date : lundi 26 janvier-samedi 31 janvier 2015
  • Lieu : Embarcadère du savoir, Institut de Zoologie, quai Edouard Van Beneden, 22, 4020- Liège

Comité scientifique

Juliette Dor, Danielle Bajomée, Malou Carels, Claire Gavray, Rose-Marie François, Marie-Elisabeth Henneau, Martine Jaminon, Brigitte Liebecq, Geneviève Van Cauwenberge, Rachel Brahy

DÉROULEMENT:

Chaque journée comportera des séances plénières avec conférences d’experts invités (voir ci-dessous), suivies de débats, des sessions avec présentations decommunications, des tables rondes, des ateliers d’écriture, des projections defilms. Les projets de recherche pourront également être présentés sous forme deposters. Une visite à l’ancien hôpital Notre-Dame à la Rose de Lessines est prévue dans le courant de la semaine.

PROPOSER une communication ou un poster avant le 9 juin 2014:

Les personnes intéressées sont invitées à envoyer une proposition de communication (20 minutes) ou de poster, avec quelques indications bio-bibliographiques (1 page max.) à jdor@ulg.ac.be ou, directement sur le site http://femmes-sante.be/ 

  • Réponse du comité scientifique avant le 30 juin 2014

Programme provisoire

0. Conférence inaugurale

  • Martin Winckler  « Le chœur des femmes »

1. Accès aux professions liées à la santé physique ou psychique des femmes; leur féminisation.

Quels combats pour accéder aux professions « médicales » ?
Quel bilan aujourd’hui ?
Qu’entraîne la féminisation de ces professions ?

Conférencières confirmées

  • Natalie Pigeard (CNRS, Institut Curie) : Le cursus des femmes médecins depuis le 19e siècle.
  • Nathalie Lapeyre (Université Toulouse II- Le Mirail) : Enjeux de genre autour de la féminisation des métiers de la santé et notamment de la médecine.

2. Le corps féminin, discours et représentations

Quelles furent et sont encore les représentations que l’on se fait du corps des femmes ? selon les époques ? selon les cultures ?
Quels discours autour de la sexualité des séniors, des handicapés… ?
Quels enjeux de genre autour du développement des sites de rencontre ?
Quelles images, mythes et fantasmes autour du corps féminin dans les pratiques culturelles et artistiques ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Jacques Gélis (Université Paris-Diderot – Paris VII) : Histoire des discours et représentations, de la Renaissance à nos jours.
  • Nathalie Grandjean (Fac. univ. Namur) : Approches contemporaines des représentations du corps féminin.

3. Gynécologie et médecine préventive – droits sexuels et reproductifs

Quelles recherches pour une médecine spécifique des femmes ? 
Quelles luttes pour l’accès à la contraception ? 
Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Julie De Ganck (Université libre de Bruxelles) : Histoire de la contraception et de ses luttes
  • Véronique de Keyser (Université de Liège) : Regards sur les écarts législatifs en Europe. Focus sur les droits sexuels et reproductifs.
  • Dr Anne Firquet (CHR Liège) : Aujourd’hui, la contraception et la médecine préventive chez la femme.
  • Dorien Van Hede (Université de Liège) : Cancer du col de l’utérus – Diagnostic, prévention et thérapies

4. Obstétrique, procréation assistée, « non-maternité »

Quelles conceptions de l’allaitement et quelle prise en charge de la grossesse et de l’accouchement au cours des siècles ? 
La procréation assistée en débat ? 
Ne pas avoir d’enfant? Entre fictions, mythes et réalités.

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Mylène Botbol (Université catholique de Louvain) : Aspects éthiques de la procréation assistée
  • Brigitte Liébecq (Université de Liège) : La « non-maternité »
  • Edith Vallée (Clinicienne, Paris) : La bonne santé de celles qui tournent le dos à la maternité.

5. Blessures physiques et psychologiques

Quelles sont les blessures physiques et psychiques dont les femmes sont plus particulièrement les victimes ? 
Certains troubles du comportement sont-ils spécifiquement féminins (dépression, boulimie, etc.) ?
Le viol, une nouvelle arme de guerre ? 
Professionnaliser l’assistance aux victimes de viol ? 
Le harcèlement, où est la limite ? …

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dr. Jean-Pierre Bourguignon (CHU Liège, Université de Liège)
    et Fabienne Glowacz (Université de Liège) : L’anorexie chez l’adolescente.
  • Dr Antoine Masson (Université catholique de Louvain) : Quelques avatars de la dimension du « féminin » à l’adolescence.
  • Nicole Malinconi , écrivain : à propos de ses romans et de ses rencontres de femmes blessées – titre à préciser.
  • Alice Debauche (Université de Strasbourg) : Le viol : réflexions et possibles actions
  • Caroline Lamarche (écrivain) à propos de son dernier roman « La mémoire de l’air »
  • Philippe Hensmans (Directeur d’Amnesty International) : Le viol en République démocratique du Congo,
    avec projection du film de Marie-France CollardDe Bruxelles à Kigali

Table ronde « Le harcèlement, où est la limite ? »

  • avec projection du film de Sofie Peeters Femme de la rue et notamment,
    René Begon (Collectif contre les violences familiales et l’exclusion, Liège)

6. Prostitution

Comment évoluent les débats à propos de ce qu’on nomme
« le plus vieux métier du monde » ?

Existe-t-il un ou plusieurs types de prostitution ? 
Quelle est la place de l’état et des pouvoirs locaux dans la gestion de la prostitution
et des prostitué-e-s ?

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Christine Machiels (directrice du CARHOP) : Histoire des rapports entre féminisme et prostitution.
  • Jean-Michel Chaumont (Université catholique de Louvain) : Titre à préciser.
  • Avec projection du film de Griselidis Real (ancienne prostituée) « Prostitution ».

7. Femmes et dépendances (alcool, drogue,…)

Les femmes entretiennent-elles un rapport particulier aux dépendances et aux produits ? 
Faut-il un suivi particulier des femmes et des mères toxicomanes ? 
Comment changer les images que développent les professionnels de la santé à propos des femmes et mères toxicomanes ?…

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dr. Jean-Pierre Lebrun (Psychiatre) : Titre à préciser.

8. Santé positive, bien-être

Contrer l’action du genre dans le rapport des femmes au soin du corps, des sens et de l’esprit, dans la conquête de la santé et l’investissement dans les activités sportives.

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Marc Cloes, (Université de Liège): « Activités physiques, représentations et femmes », conférence interactive.
  • Dr Catherine Markstein (ASBL Femmes et Santé) : La plateforme « Femmes et Santé »

9. Enjeux régionaux et locaux

Conférenciers/ères confirmé/es

  • Dominique Dauby (FPS-Solidaris) et Christine Weckx (Vie féminine) : Quelle politique sociale développer en soutien aux femmes ?
  • Sylvie Godet (Coordinatrice du sous-groupe de Femmes et Ville sur la question de l’Eros Center) : Débat sur l’Eros Center
  • Magali Crollard (Psychologue et responsable du service « Parentalité » du Centre ALFA) : Des combats contre la drogue

LIEUX

  • Embarcadère du savoir, Institut de Zoologie, quai Edouard Van Beneden, 22, 4020- Liège
    Liège, Belgique (4020)

DATES

  • lundi 09 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • genre, femmes, santé, médecine

CONTACTS

  • Juliette Dor
    courriel : jdor [at] ulg [dot] ac [dot] be

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Marie-Elisabeth Henneau
    courriel : mehenneau [at] ulg [dot] ac [dot] be

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Femmes et santé », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 04 juin 2014,http://calenda.org/288266

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

16 et 17 octobre 2014

Strasbourg

Le délai de réception des propositions est fixé au 1er avril, cf.l’appel.

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

L’homme augmenté?  Corps et techniques

Cycle de 6 conférences, Formation continue HEP Vaud – UNIL 

Si les arts médicaux ont toujours cherché à réparer les déficiences corporelles de l’homme, de nombreuses innovations scientifiques actuelles ambitionnent une «amélioration» de l’humain, une maximisation de ses performances que ce soit à travers les systèmes de communication, la nanotechnologie, les prothèses ou la biologie moléculaire. Serions-nous sur le point d’assister à l’avènement d’un homme nouveau, d’un homme augmenté? Sommes-nous, déjà, des cyborgs qui s’ignorent? Quel statut a le corps dans nos sociétés? Un corps à améliorer, à éliminer, à standardiser, à dématérialiser? A partir de quelles valeurs et quelles règles éthiques? Cette formation abordera plusieurs domaines: celui de l’interface homme-machine en lien notamment avec le cerveau, celui des identités numériques développées dans les jeux et les systèmes de réseautage sur Internet, celui du transhumanisme et de ses aspirations à repousser les limites de la condition humaine, celui des corps virtuels dans des récits contemporains et anciens et, enfin celui de la performance sportive. Avec ces deux questions qui nous servirons de fil conducteur: en quoi ces innovations et ces façons de faire influencent-elles notre vie quotidienne? Que disent-elles de nous?

Objectifs:
— évaluer les impacts de la technologie sur nos vies quotidiennes,
— développer une réflexion sur le rapport que nous entretenons avec notre/nos corps réels et virtuels,
— s’interroger sur les rapports homme-machine dans une perspective éthique, sociale et anthropologique.

Public concerné
Enseignants, éducateurs, journalistes, philosophes, anthropologues, sociologues,
théologiens et toute personne intéressée par la thématique.

 

PROGRAMME:

Jeudi 6 mars 2014
Le cerveau : entre homme et machine
18h30 à 20h30
Richard Walker (EPFL, Human Brain Project) et Daniela Cerqui (UNIL, SSP)

 

Jeudi 13 mars 2014
Booster le corps !
18h30 à 20h30
Fabien Ohl (UNIL, SSP) et Martin Preisig (CHUV, projet CoLaus)

Jeudi 20 mars 2014
Identités digitales : séduction et immersion
18h30 à 20h30
Olivier Glassey (UNIL, SSP et LaDHUL) et Olivier Voirol (UNIL, SSP)

Jeudi 27 mars 2014
Origines et évolutions des idées transhumanistes
20h30 à 22h30
Rémi Sussan (InternetActu.net) journaliste
Gabriel Dorthe (UNIL, FGSE et LaDHUL) discutant
En partenariat avec le Groupe Vaudois de Philosophie

Jeudi 3 avril 2014
Sciences-(fiction) et virtualités
18h30 à 20h30
Etienne Honoré (HEP VD), Claire Clivaz (UNIL, FTSR et LaDHUL) et Marc Atallah (UNIL, Lettres)

Jeudi 10 avril 2014
Table-ronde : corps sacré, sacré corps…
18h30 à 20h30
Bernard Andrieu (Université de Nancy-Metz)
Philippe Bornet (UNIL, Lettres), Nicole Durisch Gauthier (HEP VD) et François Félix (CNRS/UMR 7268 – ADES) discutants.

———————————————————————–

Du 6 mars au 10 avril 2014
de 18h30 à 20h30, HEP Vaud, avenue de
Cour 33, Lausanne
Jeudi 27 mars 2014
de 20h30 à 22h30, Maison de Quartier
Sous-Gare, avenue Dapples 50, Lausanne

Pétition – LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE

LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE

Pour signer la pétition

Des enseignantes et des enseignants de la maternelle à l’Université,
des chercheuses et des chercheurs, des étudiantes et des étudiants réagissent et appellent au soutien de toutes et tous.

Cette pétition est ouverte à toutes et à tous.

Depuis quelques jours, les élèves et les parents d’élèves sont harcelés de mails et de SMS provenant d’associations extrémistes qui propagent la rumeur selon laquelle, parce que « le genre » est introduit dans les programmes scolaires, leurs enfants seraient en danger à l’école. Non seulement cette manœuvre de déstabilisation des parents est révoltante (les enfants ont été privés d’école), mais, de plus, cette rumeur est totalement mensongère. Depuis plusieurs jours également, les propos les plus extrémistes circulent, dans les rues ou sur les réseaux sociaux, réveillant les haines envers les homosexuels, les juifs, les féministes, les professeurs des écoles appliquant l’ABCD de l’égalité, les chercheurs en études sur le genre, tous présentés comme des ennemis de la société.

Face à ces propos dangereux, face aux risques de dérives extrémistes, nous, enseignant-e-s, étudiant-e-s, chercheur-e-s, souhaitons prendre la parole, rappeler la réalité des pratiques éducatives et scientifiques d’aujourd’hui, et appeler au soutien de nos concitoyens et concitoyennes, de toutes les régions de France, de toutes les origines, de toutes les cultures.

NON, les enfants ne sont pas en danger. Non, il n’y aura pas de projection de films « sexuels » à l’école, et les garçons ne seront pas transformés en filles (ni inversement).

NON, la prétendue « théorie du genre » n’existe pas, mais, oui, les études de genre existent. Le genre est simplement un concept pour penser des réalités objectives. On n’est pas homme ou femme de la même manière au Moyen-Âge et aujourd’hui. On n’est pas homme ou femme de la même manière en Afrique, en Asie, dans le monde arabe, en Suède, en France ou en Italie. On n’est pas homme ou femme de la même manière selon qu’on est cadre ou ouvrier. Le genre est un outil que les scientifiques utilisent pour penser et analyser ces différences.

OUI, les programmes scolaires invitent à réfléchir sur les stéréotypes de sexe, car l’école, le collège, le lycée sont les lieux où les enseignants promeuvent l’égalité et la tolérance, où les enfants apprennent le respect des différences (culturelles, sexuelles, religieuses). « Vati liest die Zeitung im Wohnzimmer. Mutti ist in der Küche. » (Papa lit le journal au salon. Maman est à la cuisine). Voilà comment des élèves de collège apprenaient l’allemand, à travers les aventures de Rolf et Gisela, dans les années 1980. Réfléchir sur le genre, c’est réfléchir sur les effets de ce type de messages.

OUI, l’école est le lieu où l’on permet à chacun, par les cours de français, d’histoire, de SVT, d’éducation civique, d’éducation physique, de réfléchir sur les conséquences néfastes des idées reçues et d’interroger certains préjugés, ceux qui ont fait que pendant des siècles un protestant ne se mariait pas avec une catholique, ceux qui font que l’on insulte encore aujourd’hui une ministre à cause de sa couleur de peau, ceux qui font que des petits garçons sont malmenés au cri de « pédés » dans la cour de l’école, ceux qui font que Matteo n’osera jamais dire qu’il est élevé et aimé par deux mamans, ceux qui font qu’Alice veut mourir car on la traite de garçon manqué, ceux qui créent la haine et la discorde. Oui, l’école est le lieu où l’on permet aux élèves de se demander pourquoi les princesses ne pourraient pas aussi sauver les princes.

Les études de genre recouvrent un champ scientifique soutenu par le Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur et le CNRS, et elles ont des utilités nombreuses dans l’éducation et la lutte contre les discriminations : ces études et ces travaux existent à l’université depuis longtemps. Nombreuses sont les académies à organiser des journées de formation sur ces thèmes ; nombreuses sont les universités à offrir des cours intégrant le genre : en sociologie, en sciences de l’éducation, en anthropologie, en biologie, en sciences économiques, en philosophie, en histoire, en littérature, etc. Des séances de sensibilisation aux questions d’égalité entre les sexes font partie du parcours de formation des enseignants du primaire et du secondaire.

En permettant aux élèves de constater la diversité des familles actuelles, en montrant que, selon les lieux et les époques, les rôles des hommes et des femmes ont varié et que l’amour a des formes multiples, les chercheurs, les enseignants et les professeurs des écoles offrent aux enfants, citoyens et citoyennes de demain, la liberté de construire un monde plus égalitaire et plus harmonieux.

—————————————————————————–

La liste ci-dessous intègre les comités selon leur ordre d’arrivée, ceux-ci sont en cours d’évolution. Pour connaître l’ensemble des contacts, les premiers signataires, les associations, les universités impliquées et les comités locaux qui se sont constitués : http://genrerechercheeducationbonnerencontre.unblog.fr/les-comites-en-france/

Premiers signataires de l’Université de Strasbourg

Sandra BOEHRINGER, maîtresse de conférences, Faculté des Sciences historiques (contact : s.boehringer@unistra.fr)
Estelle FERRARESE, professeure, Faculté des Sciences Sociales
Jean-Pascal GAY, maître de conférences, Faculté des Sciences historiques
Sylvie MONCHATRE, maître de conférences, Faculté des Sciences sociales
Philippe CLERMONT, maître de conférences, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation
Céline PETROVIC, chargée d’enseignement, Faculté des Sciences de l’Éducation

Premiers signataires de l’Université de Paris 7 Denis Diderot

Laurie LAUFER, professeure, UFR Études psychanalytiques (contact : laurie.laufer@univ-paris-diderot.fr)
Gabrielle HOUBRE, maîtresse de conférences, UFR Géographie, Histoire, Sciences de la Société
Alain WARGNIER, médecin des Hôpitaux, maître de conférences
Fethi BENSLAMA, Professeur, UFR Études psychanalytiques, Directeur de l’Institut des Humanités
Florence DUPONT, Professeur émérite, UFR Lettres Arts Cinéma, Institut des humanités
Anne KUPIEC, professeur de sociologie, UFR de Sciences sociales, Laboratoire de changement social et politique

Comité de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Violaine SEBILLOTTE, professeure, histoire (contact : violaine.sebillotte@univ-paris1.fr)
Armelle ANDRO, maîtresse de conférences, démographie
Marianne BLIDON, maître de conférences géographie
Marie BUSCATTO, professeure, sociologie
Delphine DULONG, maîtresse de conférences, sciences politiques
Anne HUGON, maîtresse de conférences, histoire

Premiers signataires de Lyon

Cécile OTTOGALLI, maîtresse de conférences en Staps, Lyon1 (contact : cecile.ottogalli@univ-lyon1.fr)
Muriel SALLE, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, Lyon1 (contact : muriel.salle@univ-lyon1.fr)
Philippe LIOTARD, maître de conférences en Staps, Chargé de la mission égalité de Lyon1 (contact : philippe.liotard@univ-lyon1.fr)
Pascale BARTHÉLÉMY, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, ENS Lyon (contact : pascale.barthelemy@ens-lyon.fr)
Marianne THIVEND, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Lyon2 (contact : mthivend@mail.univ-lyon2.fr)
Eliane VIENNOT, professeure d’Université en littérature, Jean Monnet, Université de Saint Etienne (contact : eliane.viennot@gmail.com)

Comité et contact de l’Université Paris 5 Descartes

Vincent ESTELLON, maître de conférences, Institut de Psychologie (contact : vincent.estellon@parisdescartes.fr).
Françoise NEAU, professeure de psychopathologie clinique, Institut de Psychologie.

Premier-ère-s signataires l’Université de Nice Sophia Antipolis

Karine LAMBERT, maîtresse de conférences en histoire, Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) (contact : klambert@unice.fr)
Jean-Luc GAUTERO, maître de conférences, Philosophie et Histoire des Sciences
Lucie BARGEL, maîtresse de conférence en science politique
Eric CHAUDRON, professeur agrégé histoire, ESPE
Nicole BIAGOLI, professeure des universités en Lettres, ESPE
Sandra PLANTIER, professeure agrégée géographie, ESPE

Premiers signataires de l’Université de Picardie Jules Verne

Sylvie PERCEAU, maîtresse de conférences, UFR des Lettres (contact : sylvie.perceau@u-picardie.fr)
Coralie BOURNONVILLE, ATER, UFR des lettres
Catherine GRALL, maître de conférences, UFR des Lettres
Aurélie ADLER, maître de conférences, UFR des Lettres
Anne DUPRAT, professeure de Littérature Comparée
Carlo Umberto ARCURI, maître de conférences, UFR des Lettres

Premiers signataires de l’Université d’Angers

Nahema HANAFI, maîtresse de conférences, histoire moderne et contemporaine (contact : nahema.hanafi@univ-angers.fr)
Christine BARD, professeure, histoire contemporaine
Frédérique LE NAN, maîtresse de conférences, littérature médiévale
Emmanuel GRATTON, maître de conférences, psychosociologie

Premiers signataires de l’Université de Paris 8

Hélène MARQUIÉ maîtresse de conférences, Centre Études féminines, Études de genre, Art. Helene Marquié: h.marquie@free.fr
Anne E. BERGER, professeure, littérature et études de genre, Paris 8, directrice de l’Institut du Genre (CNRS)
Mercedes YUSTA RODRIGO, professeure d’Histoire de l’Espagne Contemporaine, UFR de Langues
Danièle ROSENFELD-KATZ, maîtresse de conférences, chargée de mission égalité femmes-hommes et parité
Nacira GUÉNIF, sociologue, anthropologue, professeure, Sciences de l’éducation
Béatrice FRACCHIOLLA, maîtresse de conférences, Sciences du langage

Premiers signataires de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail

Odile SAINT-RAYMOND, coordinatrice d’ARPEGE (réseau de recherches sur le genre)(arpege@univ-tlse2.fr)
Monique MEMBRADO, ingénieure CNRS, sociologue
Jacqueline MARTIN, maîtresse de conférences en Économie sociale
Isabelle LACOUE-LABARTHE, maîtresse de conférence, histoire, sciences po
Sylvie CHAPERON, professeure d’histoire contemporaine
Jérôme COURDURIES, docteur en anthropologie, maître de conférences

Comité de l’Université de Lille 3

Florence TAMAGNE, maîtresse de conférences, histoire contemporaine (contact : ftamagne@noos.fr)
Sylvie APRILE, professeur d’histoire contemporaine
Marie-Hélène BOURCIER, maîtresse de conférences, CECILLE
Mélanie TRAVERSIER, maîtresse de conférences en histoire moderne
Claire CHÂTELAIN, chargée de recherche, CNRS/IRHIS
Antoine RODRIGUEZ, maître de conférences, Amérique latine

Premiers signataires de l’Université de Paris 13

Pascale MOLINIER, professeure de psychologie sociale (contact : pascalemolinier@gmail.com)
Yoram MOUCHENIK, professeur de psychologie interculturelle
Aline COHEN DE LARA, professeure de psychologie clinique

Premiers signataires de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Emmanuel WALLON, professeur de sociologie politique (contact: Genrepl@listes.u-paris10.fr)
Carina BASUALDO, maîtresse de conférences en Psychopathologie
Silvia CONTARINI, professeur de littérature et civilisation de l’Italie contemporaine
Olivier RENAUT, maître de conférences en philosophie ancienne
LOUYS Gilles, maître de conférences en langue et littérature française, Département de français pour étudiants étrangers

Comité de l’Université de Savoie

Fabienne GILLONNIER, enseignante, Département STAPS (contact : fabienne.gillonnier@univ-savoie.fr)
Clémentine BRY, enseignante-chercheuse, Laboratoire Inter-universitaire de Psychologie, Département STAPS
Phanélie BERTHON, enseignante-chercheure, Laboratoire de Physiologie de l’exercice, Département STAPS
Sophie BOURGADE, enseignante d’Anglais
Geneviève PIGNARRE, professeure de droit privé

Comité de l’Université de Poitiers

Michel BRIAND, professeur de langue et littérature grecques (contact :
Lydie BODIOU, maître de conférences d’histoire grecque
Frédéric CHAUVAUD, professeur d’histoire contemporaine
Florence FILIPPI, maître de conférences en études théâtrales
Stéphane BIKIALO, maître de conférences en langue et littérature française XXe siècle
Anne-Cécile GUILBARD, maître de conférences en littérature française et esthétique de l’image
Alexandre JAUNAIT, maître de conférences, science politique

Comité de l’Université d’Aix-Marseille

Nolwenn LECUYER, maîtresse de Conférences, archéologie, Chargée de Mission Égalité femmes-hommes (contact : nolwenn.lecuyer@univ-amu.fr)
Damien BOQUET, maître de conférences en histoire du Moyen Âge
Julien DUBOULOZ, maître de conférences en histoire romaine
Anne CAROL, professeure en histoire contemporaine
Laurence HÉRAULT, maîtresse de conférences, anthropologie
Jean-Jacques RASSIAL, Professeur, psychopathologie clinique

Contact de l’Université de Clermont-Ferrand 2

Anne-Sophie SAYEUX, maîtresse de conférences en anthropologie (contact : sayeux.annesophie@gmail.com)

Université de Montpellier 3

Rajaa STITOU, maîtresse de conférences en psychopathologie clinique (contact : rajaa.stitou@univ-montp3.fr)
Solange CARTON, professeure de psychopathologie clinique
Jean-Luc BERNABE, maître de conférences associé en psychologie clinique
Aude MICHEL, professeure de psychologie clinique et psychopathologie
Isabelle BOULZE, maîtresse de conférences en psychopathologie clinique

Comité de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

Sébastien ROUX, Chercheur au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité (contact : sebastien.roux@cse.cnrs.fr)
Laure BERENI, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Rose-Marie LAGRAVE, Directrice d’études à l’EHESS, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Amélie LE RENARD, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Geneviève PRUVOST, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, politique et sexualité
Juliette RENNES, Maîtresse de conférences à l’EHESS, Sociologie, EHESS, master Genre, politique et sexualité

Université de Cergy-Pontoise

Karine BERGES, Maîtresse de conférences en civilisation hispanique, chargée de mission Egalité femmes-hommes (contact mail : karine.berges@u-cergy.fr)
Diana BURGOS-VIGNA, Maîtresse de conférences en civilisation latino-américaine
Sylvie BRODZIAK, Maîtresse de conférences-HDR en littérature
Alexandrine GUYARD-NEDELEC, Maîtresse de conférences en civilisation britannique
Violaine HOUDART-MEROT, Professeure de littérature française

Comité de l’Université Bordeaux-Montaigne

Dominique PICCO, maîtresse de conférences, histoire moderne (contact : Dominique.Picco@u-bordeaux3.fr)
Yves RAIBAUD, maître de conférences, géographie, chargé de mission à l’égalité femme/homme
Geneviève SELLIER, professeure, cinéma, responsable de l’atelier Genre Bordeaux-Montaigne
Guillaume LE BLANC, professeur de philosophie
Nicole OLLIER, professeure, Littérature américaine

Contact de Sciences Po

Alain POLICAR, Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) (contact : alain.policar@noos.fr)

Comité du Centre Marc Bloch

Mathilde DARLEY, chargée de recherche CNRS
Jérémie GAUTHIER, post-doctorant
Sarah MAZOUZ, post-doctorante (contact : mazouz@cmb.hu-berlin.de)

Comité de l’Université de Toulon

Natacha ORDIONI, maîtresse de conférences de sociologie (contact : ordioni@univ-tln.fr)
Martine SAGAERT, professeure de littérature du XXe siècle

Comité et contact pour l’Université de Bretagne Occidentale

Marie-Laure DÉROFF, maître de conférence, sociologie ?(contact : marie-laure.deroff@univ-brest.fr)?
Yvonne CLAUDIC-GUICHARD, maîtresse de conférences, sociologie?
Christèle FRAÏSSÉ, maître de conférences, psychologie sociale

Contact de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble

Anthony PECQUEUX, chargé de recherche, sociologue (contact : anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr)

Université de Reims Champagne Ardenne

Nassira HEDJERASSI, professeure, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (contact : Nassira.Hedjerassi@univ-reims.fr)
Sophie DIVAY, maîtresse de conférences, sociologie
Pascal LABORDERIE, maître de conférences, sciences de l’information et de la communication
Anne-Gabrièle WERSINGER, professeur, département de Philosophie
Stephan ETCHARRY, maître de conférences, Département de Musicologie
Sylvie MIKOWSKY, professeur, Linguistique anglaise

Pour connaître l’ensemble des contacts, les premiers signataires, les associations, les universités impliquées et les comités :
http://genrerechercheeducationbonnerencontre.unblog.fr/les-comites-en-france/
Les signataires

Carnet Hypotheses – Corps et mots

Parution – Carnet Hypotheses. Corps et mots

Ce carnet de recherche vise à présenter des hypothèses de travail sur le rapport entre sexes et langage. Participant à la préparation d’une thèse en Sciences du Langage sur les discours concernant les variations du développement du sexe, ce carnet s’intéresse à la manière dont les discours construisent les représentations du corps, des sexes, des genres et des sexualités. Ces recherches s’inscrivent à la fois dans les études de genre et l’analyse du discours.

Noémie Marignier, créatrice de ce carnet, est doctorante en Sciences du Langage depuis 2012 (Université Paris 13 et Université Paris 3) et allocataire de l’Institut Émilie du Châtelet.

Lien vers le carnet : http://corpsmots.hypotheses.org/

 

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Du 05 octobre 2013 au 21 avril 2014

Domaine du château de Seneffe
Rue Lucien Plasman 7-9
B-7180 Seneffe
BELGIQUE

L’exposition « Le XVIIIe et la Médecine » sort des sentiers battus par son contenu et son approche scientifique. Elle présente le thème de la médecine non pas uniquement du point de vue purement médical mais bien dans le contexte de la vie de l’époque.

En tant que témoins privilégiés- et avec l’apport des instruments scientifiques, d’objets mis en relation avec les thématiques abordées, d’extraits littéraires,…-nous racontons l’existence d’une société en pleine évolution sociologique.

Découvrir ce que signifie la médecine au XVIIIe siècle c’est lever le voile sur différentes pratiques peu conventionnelles, c’est aborder le corps et l’esprit sous différents angles, c’est observer les avancées en la matière qui vont bousculer les tabous et révolutionner les façons de penser et de voir d’une façon plus rationnelle. C’est comme un kaléidoscope de découvertes inattendues et surprenantes.

Le XVIIIe avait à cœur de replacer l’homme, en tant qu’être humain, au centre de la société. Les individus sont alors en quête de bien être, comme aujourd’hui. Et depuis, tout continue.

Infos et renseignements
0032 (0)64 55 69 13

Tarifs
Adultes: 5 €
Seniors: 4 €
Gratuit :enfants de moins de 12 ans et personnes à mobilité réduite

Le premier dimanche du mois, l’exposition « Le XVIIIe et La Médecine » reste payante

Ouvert tous les jours sauf les lundis non fériés, de 10 à 18h (Accès payant).
Dernière admission à 17h30.

Fermé le 1er janvier et les 24, 25 et 31 décembre.

Journée d’étude – Épouses de médecins et de chirurgiens, XVIIIe-XXIe siècles

10Journée d’étude – Épouses de médecins et de chirurgiens, XVIIIe-XXIe siècles

 

Organisée par le laboratoire Framespa – UMR 5136

Thématique Santé et Société. Atelier 3 – Corps, santé, représentations

 

Jeudi 16 janvier 2014, 9h30-16h30

Université Toulouse II-Le Mirail

Maison de la Recherche, Salle A306

 

 

9h30

Introduction

Nahema HANAFI (Université d’Angers)

 

10h

Les veuves des chirurgiens de peste à Marseille : 1720-1722

Jamel EL HADJ (EHESS)

 

10h45-11h

Pause

 

11h

La pratique médicale, une activité de couple au cap du XIXe siècle ?

Philip RIEDER (Institut Ethique, Histoire, Humanités de Genève)

 

12h-14h

Pause Déjeuner

 

14h

Mart etbib, la figure de l’épouse du médecin colonial dans le protectorat tunisien (1881-1956)

Sofiane BOUHDIBA (Université de Tunis)

 

14h45

Madame Palmer et la main invisible : comment faire voir le corps des femmes sans être vue

Ramona BRAUN (University of Cambridge)

15h30-15h45

Pause

15h45

Les chirurgiennes épouses de chirurgiens : quels enjeux, tensions et relations ?

Emmanuelle ZOLESIO (ESPE Clermont-Auvergne)

 

Télécharger le programme (pdf)

 

Pour toute question nahema.hanafi@univ-angers.fr

Carnet Hypothèses – Genre et santé mentale. Histoire, savoirs, société

Carnet Hypothèses – Genre et santé mentale. Histoire, savoirs, société

http://genrepsy.hypotheses.org/

Ce carnet suit le projet « Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique » soutenu par le Défi Genre 2013-Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Il vise à diffuser les connaissances, les actualités et les événements scientifiques concernant la place du genre dans les domaines de la santé mentale, en promouvant le dialogue entre les différentes disciplines, les professions et les acteurs.

Si vous souhaitez publier une annonce relative à ces questions, vous pouvez envoyer un mail à : gendpsy@gmail.com

Les participants du projet « Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique » (soutenu par le Défi Genre 2013 – Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS) :

– Francesca Arena (TELEMME – AMU)

– Silvia Chiletti (Centre Alexandre Koyré – UMR 8560)

– Jean-Christophe Coffin (Université Paris Descartes – Centre Alexandre Koyré)

Parution – Histoire, médecine et santé, n°4 : Santé en chiffres

Histoire, médecine et santé, n°4 : dossier thématique Santé en chiffres

 

HMS4.jpg
SOMMAIRE (N°4 – Automne 2013)

Dossier thématique : SANTÉ EN CHIFFRES

 

Bruno VALAT, Introduction. Les enjeux de la quantification sanitaire au XXe siècle

 

Bruno VALAT, La « croissance des dépenses de santé », entre enjeux intellectuels et politiques (France, 1920-années 60)

 

Daniel BENAMOUZIG, Les médecins à la découverte de l’économie (1950-1990)

 

Jean-Paul DOMIN, Le PMSI : de l’indicateur de compatibilité hospitalière au mode de tarification (1982-2012)

 

VARIA

 

Elodie SERNA, Médecine clandestine et vasectomie volontaire dans l’Europe de l’entre-deux-guerres

 

Dolorès MARTIN MORUNO, Ressentiment, médecine et société dans la biographie biologique de Gregorio Marañón

 

COMPTES RENDUS

 

Philippe BOURMAUD

CHIFFOLEAU Sylvia, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS

 

Claire FREDJ

ESCANDE Laurent (éd.), Avec les pèlerins de La Mecque. Le voyage du docteur Carbonell en 1908

 

Alexandre KLEIN

KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés

 

Helena DA SILVA

DIEBOLT Évelyne et FOUCHÉ Nicole, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938)

 

Jacqueline VONS

BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire

 

Florence CATHERINE

NICOLI Miriam, Des savants et des livres. Autour d’Albrecht von Haller et Samuel-Auguste Tissot

 

Pour commander ce numéro ou s’abonner

Appel à contribution – Construction et définition du corps

Appel à contribution – Construction et définition du corps

 

Le comité de la Maison du Japon organise chaque année des réunions scientifiques dans le cadre du Centre d’Etudes Multiculturelles (CEM). Le premier CEM, qui aura lieu le dimanche 8 février 2014, portera sur le thème de Construction et définition du corps.

Le corps humain est un thème déjà abordé par les sciences naturelles et les sciences humaines et sociales. Le corps est ainsi défini comme une construction issue de conditions politiques et sociales précises et différentes dans le temps. Il est également en rapport étroit avec les connaissances scientifiques, et plus particulièrement les évolutions de la médecine et de la biologie contemporaines. Ce processus de constitution de la vision du corps devient ainsi un objet de recherche également abordé par les sciences esthétiques et philosophiques. A la suite des volumes Histoire du corps publiés sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, qui ont permis de reconstituer les évolutions des conceptions relatives au corps de points de vues historiques, artistiques et biologiques de la Renaissance à nos jours, de nombreux schémas expliquant ces constructions du corps humains sont mis en place par des spécialistes variés. Ainsi, ces recherches ainsi que les débats qui en découlent se sont intensifiés. Nous souhaiterions également soulever ces problématiques transversales à nos champs de recherches.

A l’occasion de cette première session de CEM, nous espérons, à travers des exposés de recherches croisant les sciences naturelles, humaines et sociales, soulever des interrogations sur les méthodes mises en place par ces sciences pour approcher le corps. A travers ces débats, nous souhaitons organiser un colloque interdisciplinaire permettant de dépasser les frontières de chaque domaine de recherche.

Pour cette première session du CEM aucune discipline précise et unique n’est appelée. Nous souhaitons au contraire rassembler des interventions et des spécialistes de disciplines différentes pouvant aborder la question de la définition du corps humain tant du point de vue de sa construction au sein des sciences naturelles que de son expression, de son rapport à l’éducation, à la politique et la sociologie, à la littérature, à l’architecture, à l’hygiène, la médecine et la santé, ainsi que de la bioéthique, des études de genre et du folklore.

Chaque intervention de 20 minutes sera l’occasion pour les chercheurs de présenter tant les dernières découvertes de leurs champs d’activité que d’exposer leurs points de vue originaux sur ces sujets. Nous souhaitons ainsi, et afin de pouvoir palper des horizons théoriques divers dépassant les champs disciplinaires, des exposés concis, accessibles et méthodologiquement construits.

Nous précisons que chaque intervenant du CEM a la possibilité de présenter un article de leur exposé dans notre publication annuelle, le Cahier Multiculturel de la Maison du Japon. Ce cahier est une publication régulière à laquelle est attribué un numéro ISSN (International Standard Serial Number) et sera à ce titre déposé à la bibliothèque de la Maison du Japon et à la Bibliothèque Nationale de France.

Des professeurs d’université sélectionneront les interventions jugées les plus pertinentes.

Modalités de soumission

  • Sessions : le dimanche 8 février 2014
  • Place : la grande salle de la Maison du Japon
  • Domaines : tous
  • Soumission : Ceux qui souhaitent faire un exposé au CEM doivent présenter un résumé de l’exposé d’environs 300 mots, ainsi qu’une brève présentation de son parcours à Hiromi MATSUI (cem.maisondujapon [a] gmail.com),

avant le vendredi 29 novembre 2013.

  • Langue : Français ou Anglais
  • Durée d’exposé prévu : 20 minutes de l’exposé et 10 minutes de débat

Pour un exposé, il est possible d’utiliser PowerPoint et des diapositives.

Le comité d’organisation de la première session de CEM 2014, Construction et définition du corps

  • Matsui Hiromi (chargée de CEM, Comité de Maison du Japon ; Université Paris X-Nanterre ; University of Tokyo)
  • Delphine Mulard (Inalco, Chercheur associée à la Bibliothèque nationale de France)
  • Daimaru Ken (Université Paris X-Nanterre ; Birkbeck College, University of London, Inalco)

LIEUX

  • Maison du Japon, cité universitaire (RER B) – 7c Bd. Jourdan
    Paris, France (75014)

DATES

  • vendredi 29 novembre 2013

CONTACTS

  • Hiromi Matsui
    courriel : cem [dot] maisondujapon [at] gmail [dot] com

 

« Construction et définition du corps », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 novembre 2013, http://calenda.org/266330

Colloque – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ?

Colloque – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique

4-5 décembre 2013 

Faculté de médecine, Paris Descartes

Le nombre des places étant limitées, merci de vous inscrire -gratuitement- en envoyant un simple courriel à gendpsy@gmail.com

 

Mercredi 4 décembre 2013

 

8h30 Accueil des participants

9h00 Ouverture par Rebecca ROGERS – Paris Descartes – CERLIS

9h15 Introduction:
Jean-Christophe COFFIN – LEM EA 4569/ CAK, Francesca ARENA – AMU-TELEMME, Silvia CHILETTI – CAK
9h45 – 12h45

1. Genre et santé mentale : une histoire entre subjectivités et politique

Présidente de séance : Christine BARD – Université d’Angers –Cerhio

 

9h45-10h15 Catherine FUSSINGER – IUHMSP, Lausanne

La question de la dépression dans le champ « genre et santé mentale »

 

10h15-10h45 Nausica ZABALLOS – CAK / IRIS – EHESS

Le genre dans l’espace médiatique à la fin des années 1990 : le « cas » Guillaume Dustan

 

Pause

11h00-11h30 Gabrielle SCHNEE – Paris 13

La clinique des homosexualités, un renouveau avec le débat public ?

 

11h30-12h00 Arnaud ALESSANDRIN – Centre Émile Durkheim UMR 5116 / O.D.T.

Que reste-t-il du « transsexualisme » dans le nouveau DSM ?

 

12h00-12h30 Discussion

 

12h30-14h00 Pause déjeuner

 

14h00 – 17h15

2. Genre, sexe et sexualités : vers une épistémologie des identités ?

Président de séance : Pierre Henri CASTEL – Cermes3 CNRS

 

14h00-14h30 Nicole EDELMAN – Paris Ouest Nanterre

Pouvoir psychiatrique et folie hystérique (fin XIXe siècle, France)

 

14h30-15h00 Thibault POLGE – Paris 1

Le genre, émancipation ou parachèvement de la différence des sexes ? De l’inversion sexuelle au transsexualisme

 

15h00-15h30 Anne BOISSEUIL – Service de Pédopsychiatrie de Valvert, 13

Féminin/masculin, identité et sexuel chez l’enfant

Pause

 

15h45-16h15 Sebastien SAETTA – École de Santé Publique -Université de Lorraine, EA APEMAC

Analyse critique des discours « psy » autour des troubles psychiques de la grossesse et du post-partum

 

16h15 -16h45 Eric MACÉ – Centre Emile Durkheim UMR 5116

Des troubles de genre aux troubles dus au genre

 

16h45-17h15

Discussion

 

Jeudi 5 décembre 2013

 

9h30 – 12h15

3. Médecine, savoirs et institutions : questionner les pratiques cliniques

Président de séance : Michel DUGNAT – Pôle universitaire de psychiatrie de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille

 

9h30-10h00 Lucille GIRARD – LEM EA 4569

Le médecin face à la demande de soin des personne transsexuelles : les risques d’un jugement de valeur

 

10h00-10h30 Laurence HÉRAULT – AMU – IDEMEC

Le Trouble de l’identité de genre et son usage dans la pratique psychiatrique française

 

Pause

 

10h45-11h15 Stéphanie PACHE – IUHMSP, Lausanne/ IRIS -EHESS

Une brève histoire du mouvement féministe américain pour transformer les théories et les pratiques en santé mentale

 

11h15-11h45 Anne – Sophie VOZARI – IRIS – EHESS

Les dépressions périnatales : des troubles « normaux » ? Penser les coûts sociaux de la maternité

 

11h45-12h15 Discussion

 

12h15-13h45 Pause déjeuner
13h45 – 17h00

4. Le genre sous le regard des experts : science, normes et société

Présidente de séance : Irène FRANÇOIS – CHU de Dijon –

Université de Bourgogne/LEM EA 4569

 

13h45-14h15 François VIALLA – Université de Montpellier –CERDES

Transidentités : les troubles du droit

 

14h15-14h45 Alain GIAMI – Inserm – CESP

Les classifications de la sexualité : entre le DSM 5 et la CIM 10

 

14h45-15h15 Nicolas MOREL-JOURNEL – CHU Lyon

La place de la médecine dans la question du genre

 

Pause

 

15h30-16h00 Erik SCHNEIDER – Intersex & Transgender Luxembourg

Peur des psychiatres de prendre la mauvaise décision et influence

des normes de genre

 

16h00-16h30 Denise MÉDICO – Fondation Agnodice, Lausanne/Université de Genève

Subjectivités trans*, la psychologie confrontée au genre et au sexe

 

16h30-17h00 Discussion

 

Conclusions du colloque par Christian HERVÉ – LEM EA 4569