Projection et exposition – Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

Projection et exposition – Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

Voici une invitation à une projection et une exposition science-et-art autour des collections anatomiques. La projection du court-métrage aura lieu le lundi 23 juin 2014 à 16h à l’université Toulouse – Jean Jaurès (La Fabrique) et sera suivie du vernissage de l’exposition.

Liminality. Collections anatomiques et enjeux patrimoniaux

L’avenir des collections anatomiques préoccupe aujourd’hui conservateurs comme professionnels de la médecine, tout autant que chercheurs ou artistes travaillant sur ces collections. Qu’il s’agisse de modèles anatomiques artificiels ou naturels, de préparations, d’illustrations ou de photographies, ces collections font partie intégrante de l’histoire de la médecine occidentale, comme de l’histoire des universités et des institutions dans lesquelles les musées d’anatomie sont apparus et se sont développés. Or, avec l’avènement des techniques modernes et les progrès de l’imagerie médicale, ces collections ont été peu à peu reléguées dans l’oubli. Souffrant de conditions de stockage et de conservation inadaptées, de manque d’espace, de financements insuffisants ou encore d’un désintérêt général, les patients oubliés et les modèles anatomiques qui furent, pourtant, le fleuron des musées de médecine des siècles précédents, semblent aujourd’hui condamnés.

Ce projet vise à sensibiliser professionnels de la santé comme grand public à l’avenir incertain de certaines collections scientifiques. En prenant l’exemple du musée d’anatomie de la faculté de médecine de Toulouse-Rangueil (Université Toulouse III – Paul Sabatier), le projet science-et-art  Liminality, qui comprend un court-métrage (coproduit par Valentina Lari & Laurence Talairach-Vielmas et réalisé par Valentina Lari) et une exposition photographique (Valentina Lari), met en lumière comment ces collections demeurent des collections patrimoniales importantes qu’il est crucial aujourd’hui de sauvegarder.

Ce projet a été réalisé avec le soutien du laboratoire d’anatomie de la faculté de médecine Toulouse-Rangueil (Université Toulouse III Paul Sabatier), de la DTICE (Direction des Technologies de l’Information et de la Communication Educative) de l’Université Toulouse II – Jean Jaurès, du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560 – CNRS – EHESS – MNHN ) et de l’association EXPLORA.

Appel à contribution – The ‘Exotic’ Body in 19th-century British Drama

Appel à contribution – The ‘Exotic’ Body in 19th-century British Drama

 

University of Oxford

Funded under the 2011 Marie Curie Intra-European Fellowships scheme, European Commission

 

25-26 September 2014

Faculty of English Language and Literature, University of Oxford

Convenor: Dr Tiziana Morosetti (Oxford)

 

Confirmed speakers:

Professor Ross Forman (Warwick), Dr Peter Yeandle (Manchester),

Dr Hazel Waters (Institute of Race Relations, London)

 

 

Increasing attention has been paid in recent years to the representation of the Other on the 19th-century British stage, with key studies such as Acts of Supremacy: The British Empire and the Stage, 1790-1930 (Bratton et al. 1991), The Orient on the Victorian Stage (Ziter 2003), Bodies in Dissent: Spectacular Performances of Race and Freedom, 1850-1910 (Brooks 2006), Racism on the Victorian Stage: Representation of Slavery and the Black Character (Waters 2007), Nineteenth-Century Theatre and the Imperial Encounter (Gould 2011), China and the Victorian Imagination: Empires Entwined (Forman 2013). Building on these, the conference aims at exploring the concept, politics, and aesthetic features of the ‘exotic’ body on stage, be it the actual body of the actor/actress as s/he performs in genres such as the ‘Oriental’ extravaganza, or the fictional, ‘picturesque’ bodies they bring on stage. A term that in itself needs interrogation, the ‘exotic’ will therefore be discussed addressing the visual features that characterize the construction and representation of the Other in 19th-century British drama, as well as the material conditions, and techniques that accompany the ‘exotic’ on stage on the cultural and political background of imperial Britain.

 

One of the dissemination activities for the two-year project ‘The Representation of the “Exotic” Body in 19th-century English Drama’ (REBED), funded under the 2011 Marie Curie Intra-European Fellowships scheme, the conference also hopes to function as a site for discussing the state of the art on the ‘exotic’ in the theatrical cultures of both Romantic and Victorian Britain; contributions on ongoing research and/or recently completed projects are therefore particularly encouraged.

Although attention will be paid mostly to the non-European Other, papers addressing a European ‘exotic’ are also welcome.

 

Topics include the following:

 

Definitions of ‘exotic’:

-Is the non-European Other on stage really ‘exotic’?

-Are any genres more ‘exotic’ (or more liable to convey ‘exotic’ stereotypes) than others?

-Do different dramatis personæ and/or settings convey different degrees of ‘otherness’?

-Can the British on stage be ‘exotic’, and, if so, to what extent?

-Is the spectacular on stage itself ‘exotic’?

 

Staging the ‘exotic’ body:

-How are costumes, make-up, scenery, movements employed to construct the ‘exotic’?

-Are any visual features more recurrent than others?

-To what extent is the visual representation of the ‘exotic’ body historically accurate?

-How does music contribute to the staging of the Other?

-Who embodies the ‘exotic’? Is the acting career informed by bringing the Other on stage?

-Who were the audiences? Did their composition have an impact on the performance of the ‘exotic’?

-Are any experiences abroad relevant to how managers staged the Other in Britain?

-In what ways were representations of the ‘exotic’ body informed by venues?

-The Other on the London stage and the provinces

 

Cultural and political backgrounds:

-To what extent did audiences’ expectations affect theatrical representations of the Other?

-In what ways do class, gender, race inform the acting and managing of ‘exotic’ pieces?

-To what extent did scientific and anthropological accounts inform theatrical portraits of the Other?

-Were illustrations of (European and/or) non-European countries informed by theatre?

-In what ways have political narratives influenced (or been influenced by) the ‘exotic’ on stage?

-Has the legal frame for the theatre influenced the staging of the Other?

-Visual points of contact between popular entertainment and theatrical representations of the Other

 

The travelling ‘exotic’:

-How do texts such as Arabian NightsUncle Tom’s Cabin, or Mazeppa ‘travel’ between dramatic and non-dramatic genres?

-Survival of a Romantic ‘exotic’ in the Victorian staging of the Other;

-Is Othello on the Romantic and Victorian stage ‘exotic’?

-How do translations/adaptations from other languages contribute to the construction of the Other on the British stage? Can we define a British specificity when it comes to the ‘exotic’?

-Has the theatrical representation of the ‘exotic’ in Britain had an impact on non-British stages?

 

The legacy of 19th-century ‘exotic’ body:

-Contemporary plays/performances addressing the Other on the 19th-century British stage (e.g. Lolita Chakrabarti’s Red Velvet)

-The ‘exotic’ body on the British stage in a diachronic perspective

-The non-European Other in the 20th- and 21st-century Christmas pantomime

 

 

Abstracts of no more than 300 words and a short bio should be sent to rebedconference@gmail.com by 25 May 2014. Speakers whose abstracts have been accepted will be notified by 15 June.

 

Propositions sur l’emploi scientifique du Comité National de la recherche scientifique

Propositions sur l’emploi scientifique du Comité National de la recherche scientifique

« Je tiens à rassurer les chercheurs : les campagnes de recrutements vont se poursuivre, même si les recrutements

seront moins nombreux que précédemment. » G. Fioraso

En contradiction avec les ambitions affichées et les affirmations du gouvernement, la politique poursuivie

depuis des années dans l’enseignement supérieur et la recherche a amoindri nos capacités de recherche et

d’innovation. Elle a aussi abaissé la position de la France au niveau international. Les décisions concernant

l’emploi scientifique, tant public que privé, entravent notre capacité de recherche et affaiblissent nos

universités. En généralisant la précarité, elles génèrent un véritable gâchis humain et aggravent les

inégalités, entre les hommes et les femmes en particulier. Elles conduisent les jeunes à délaisser la

recherche et découragent l’ensemble de la communauté scientifique.

La recherche est indispensable au développement des connaissances, au dynamisme économique ainsi

qu’à l’entretien de l’esprit critique et démocratique. Or la pérennité des emplois scientifiques est

indispensable à la liberté et la fécondité de la recherche. Le Comité national de la recherche scientifique

rassemble tous les personnels de la recherche publique (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et

techniciens). Ses membres, réunis en session plénière extraordinaire, demandent de toute urgence un

plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi scientifique. Ils affirment que la réduction continue de l’emploi

scientifique est le résultat de choix politiques et non une conséquence de la conjoncture économique.

L’emploi scientifique est l’investissement d’avenir par excellence

Conserver en l’état le budget de l’ESR revient à prolonger son déclin. Stabiliser les effectifs ne suffirait pas

non plus à redynamiser la recherche : il faut envoyer un signe fort aux jeunes qui intègrent aujourd’hui

l’enseignement supérieur en leur donnant les moyens et l’envie de faire de la recherche. On ne peut pas

sacrifier les milliers de jeunes sans statut qui font la recherche d’aujourd’hui. Il faut de toute urgence

résorber la précarité. Cela suppose la création, sur plusieurs années, de plusieurs milliers de postes

supplémentaires dans le service public ainsi qu’une vraie politique d’incitation à l’emploi des docteurs

dans le secteur privé, notamment industriel.

Or les moyens existent. On peut dégager des ressources importantes :

– En simplifiant l’organisation actuelle de l’enseignement supérieur et de la recherche, inefficace,

illisible et coûteuse. Pour commencer, il faut éviter de relancer un nouveau programme

d’investissement d’avenir ;

– En réorientant les budgets consacrés au financement de la recherche sur projet, principal moteur

de la précarité et source d’un gaspillage insupportable en temps mais aussi en moyens, vers le

financement de postes permanents ;

– En réformant profondément le crédit impôt-recherche : notamment en conditionnant son

obtention à l’emploi de docteurs et à l’évaluation scientifique de son utilisation. Chaque pourcent

du CIR représente la création de 1000 nouveaux postes de chercheurs, enseignants-chercheurs,

ingénieurs et techniciens.

Un plan pluriannuel de création de plusieurs milliers d’emplois titulaires de la fonction publique, sur

plusieurs années, apparaît comme la condition indispensable pour empêcher le sacrifice d’une

génération et avec elle, les besoins et la contribution de la France en matière de recherche. Il est de

notre responsabilité que ce plan soit décidé et mis en œuvre au plus vite. Nous n’aurons de cesse, par

différentes formes de lutte, que le gouvernement réponde à cette demande.

Colloque – Ventre et Viscères : esthétique et symbolique des entrailles au XVIIIe siècle (France et Grande-Bretagne)

Le colloque international et interdisciplinaire « Gall and Guts: Entrails and digestion in the Long 18th Century / Ventre et Viscères: esthétique et symbolique des entrailles au XVIIIe siècle (France et Grande-Bretagne) » aura lieu à l’Université Paris-Diderot (Amphi Buffon) les 21et 22 mars 2014.
Les historiens, littéraires et historiens de l’art y explorent la permanence du paradigme de la digestion, de l’estomac et des entrailles, dont les représentations sont souvent un contrepoint à la politesse et au lien social, dans un époque souvent associée de manière restrictive aux nerfs et au cerveau.
Vous êtes cordialement invités à venir écouter les interventions, l’entrée est libre,
Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8 ) et Sophie Vasset (Université Paris-Diderot)
Programme:
 
Lieu: Paris-Diderot, Amphithéâtre Buffon
VENDREDI (AMPHI BUFFON)

Vendredi 21 Mars

 

9.00 Accueil

9.30 Introduction (Sylvie Kleiman-Lafon, Sophie Vasset)

 

9.45  Representations 

Présidente : Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8)

 

9.50 Colin Jones (Queen Mary University, Londres): “Scatological Humour In Charles-Germain De Saint-Aubin’s Livre De Culs

 

10.10 Valérie Etter (Université De Strasbourg): « Curiosité Intestine : Création Et Reproduction Anatomiques Au XVIIIe Siècle. »

 

10.30 Barbara Stentz (Université De Strasbourg): « Iconographie Du Ventre Dans L’estampe Satirique Au XVIIIe Siècle »

 

11.20 Pause

 

11.35  La Politique À L’estomac

Président: Allan Potofsky (Université Paris-Diderot)

 

11.40 Hervé Baudry (Université Nouvelle De Lisbonne): « Littérature, Médecine Et Politique : Le Clystère En Pleines Lumières »

 

12.00 Dorothy Johnson (University Of Iowa): “Visceral Visions: The Intersection Of Art, Pedagogy, And Politics In Revolutionary France”

 

12.40 Déjeuner

 

14.15 Vents

Président: Alexis Tadié (Université Paris-Sorbonne)

 

14.20 Guilhem Armand (Université De La Réunion): « Parodies Du Savoir Pompeux : Les Traités Du Pet »

 

14.40 Ian Miller (University Of Ulster): “Dyspepsia And The British Stomach In The Long Eighteenth Century”

 

15.20 Pause

 

15.40 Âme Et Entrailles

Président : Colin Jones (Queen Mary University, Londres)

 

15.45 Micheline Louis-Courvoisier (Université De Genève): « L’âme Et Les Entrailles : La Perception D’une Unité Profonde Chez Des Malades Du 18e Siècle »

 

16.05 Jacques Gélis (Université Paris 8): « Une Histoire De Boyaux : Maux De Ventre, Saints Des Entrailles, Images Du Monde Souterrain »

 

16.45 Pause

 

17.00 Conférence : Mark Jenner (York University): “Below The Bog-House Boards: Cultures Of The Privy In London 1660-1800”

 

18.00 Fin

 

SAMEDI 22 Mars (Amphi Buffon)

 

9.30 Edition Et  Digest, 

Présidente : Sophie Vasset (Université Paris-Diderot)

 

9.35 Amélie Junqua (Université De Picardie): “Eighteenth-Century Paper – The Readers’ Digest”

 

9.55 Anthony Mahler (University Of Chicago): “The Legibility Of The Bowels: The Dietetics Of Lichtenberg’s Coprophagic Note-Taking”

 

10.25 Pause

 

10.55 Fictions De L’estomac

Présidente: Bénédicte Miyamoto-Pavot (Université Sorbonne Nouvelle)

 

11.00 Rebecca Anne Barr (National University Of Ireland, Galway): “Desire, Disgust, And Indigestion In John Cleland’s Memoirs Of A Coxcomb”

 

11.20 Caroline Bertonèche (Université Grenoble Iii): « A Feast For The Stomach: Jane Austen’s Visceral Prose. »

 

11.40 Questions

 

12.00 Déjeuner

 

Desserts Du XVIIIe Siècle Préparés Par Les Étudiants De Master De Paris-Diderot

 

14.00 Les Entrailles En Vers Et À La Scene

Président : Christophe Martin (Université Paris-Sorbonne)

 

14.05 Clémence Aznavour (Université De Rennes II): « ‘Bedaine’, ‘Panse’ Et ‘Boyaux’ : Le Ventre Et Ses Variantes Dans L’homère Travesti Et Le Télémaque Travesti De Marivaux. »

 

14.25 Jennifer Ruimi (Université Sorbonne Nouvelle): « Paroles Ne Puent Point » Ou L’évocation Excrémentielle Dans Le Théâtre De Société Au XVIIIe Siècle

 

15.05 Fin Et Déplacement Vers La Visite

15h30 Visite Des Catacombes Des Capucins (Hôpital Cochin): Conférencier Gilles Thomas (Ville De Paris/Seadacc)

 

Fin : 17.00

Appel à contribution – La bêtise des yeux. Illusions des sens et épistémologie visuelle au XVIIIe siècle

Appel à contribution – La bêtise des yeux. Illusions des sens et épistémologie visuelle au XVIIIe siècle

Appel à contribution pour un colloque interdisciplinaire et plurilingue organisé par la Maison des littératures de l’université de Neuchâtel (Suisse). Il se consacre aux illusions des sens (surtout du sens visuel) dans la littérature et les textes scientifiques du XVIIIème siècle (1690-1830). Des contributions d’historiens et d’historiennes de l’art sont également les bienvenues.

La perception visuelle est omniprésente dans les écrits littéraires et scientifiques européens du 18ème siècle que ce soit en tant qu’image littéraire, métaphore épistémologique ou faisant objet de nombreuses études. Elle est comprise la plupart du temps comme un symbole représentant l’approche rationaliste du monde ; « l’idéologie de la lumière et de l’œil » (Mergenthaler 2002) qui marque, avant tout, l’auto-perception des auteurs des Lumières. Christoph Martin Wieland, par exemple, part en 1789 du fait que celui « qui a appris à reconnaître – par l’intermédiaire de deux yeux qui voient – en quoi consiste la différence entre clair et obscur, lumière et ténèbres » sait ce que veut dire ‘Aufklärung’ (voir : Bahr (éd.) 1974, p. 23). Le sens de la vue – en tant que sens paradigmatique – permet de réunir toutes les tendances fondamentales des Lumières : la nouvelle importance accordée aux sciences naturelles (en tant que savoir acquis et vérifiable par les yeux), la sécularisation (renonçant à l’omnipuissance de modèles d’explication invisibles), l’émancipation de la raison (en tant que capacité à se faire sa propre idée) et l’éducation de l’homme (en tant qu’instruction pour regarder de manière rationaliste).

Il serait pourtant réducteur de vouloir définir, de manière générale, le 18ème siècle et même le courant des Lumières – au sens restreint du terme – comme le siècle de l’‘idéologie de la lumière et de l’œil’. La complexité de la manière dont les auteurs et les chercheurs contemporains traitent du sens de la vue mérite d’être étudiée de manière plus nuancée. Elle nous procure une connaissance précieuse de l’auto-perception et de l’autoréflexion d’un siècle à l’aube des bouleversements modernes.

(1)   L’œil – objet d’étude

Au 18ème siècle, l’œil et la perception humaine font partie des objets de recherche les plus étudiés. Les écrits d’optique du 17ème siècle (Kepler, Descartes, Scheiner, Mariotte, Newton) sont lus avec beaucoup d’attention et questionnés quant à leurs conséquences pour la perception et la cognition humaines. L’homme rationaliste parvient à la connaissance sur son environnement par et à travers ses sens. L’étude des capacités et du fonctionnement de ces derniers sert donc de base à l’épistémologie des Lumières. L’œil est – au moins dans un premier temps – un objet de recherche et de discussions approfondies et publiques et non pas un symbole ‘idéologique’. Le fait que ces études mettent en lumière également les limites, les insuffisances et les contraintes de la perception visuelle témoigne de la nouvelle attitude face au savoir. Ces insuffisances peuvent être classées en trois parties : physiologiques, individuelles et sociales. Elles ne se restreignent pas au domaine des altérations maladives comme le montrent les études au sujet du point aveugle (Mariotte), des illusions d’optique ou des images rémanentes (Goethe). Cette nouvelle connaissance sur les insuffisances de la perception visuelle oblige les chercheurs à remettre en question l’ancienne conception de la vue considérée comme une transmission mimétique et linéaire. L’origine de cette conception remonte à l’idée antique d’un rayon de lumière émanant de l’œil. La priorité accordée au sens de la vue, d’une part, et la méfiance de l’église face à ce sens, de l’autre, témoignent de la portée de cette représentation antique. C’est seulement au 17ème siècle que les études d’optique commencent à la mettre en question. Les processus de la perception visuelle transformant l’objet vu se trouvent ainsi au centre de l’attention. Cette nouvelle attention que l’on porte aux transformations coïncide avec l’élargissement, sans précédent, du champ du visible par l’invention et l’amélioration du télescope et du microscope.

(2)   L’individualité de la vision

L’individualité et le conditionnement social de la vision humaine (Diderot) constituent un autre aspect sur lequel, pour la première fois au 18ème siècle, se focalise l’attention. La comparaison entre l’œil et la chambre noire commence à être mise en question. Le point de vue et l’horizon de chaque individu prennent de l’importance, même si les auteurs du 18ème siècle ne renoncent pas encore à l’idée d’une identité des procédés physiologiques de la vue. Ce n’est qu’avec la conception de l’individu comme ‘sujet’ que la vision est perçue de plus en plus comme un processus subjectif de traitement et d’interprétation, conceptualisé seulement au début du 19ème siècle (Purkinje 1819 et 1825). On peut, en revanche, postuler que l’intérêt scientifique – et de plus en plus esthétique – pour les zones ‘obscures’ de la mémoire, de l’imagination et de la fantaisie représente un premier pas en direction de la subjectivation de la perception et de la connaissance. Malgré le fait que ces parties restent (encore) visuellement inaccessibles, le vocabulaire visuel demeure étonnamment présent. Jean Paul écrit, par exemple, dans sa préface aux Amusements biographiques : « Le lecteur peut rencontrer dans ce livre soit des souvenirs, soit des espoirs afin de se dédommager (comme le fait l’auteur) des uns par les autres, et vice versa. – Car nous tous ne tirons notre jouissance que des deux et telles des chouettes de nuit, nous ne voyons et ne volons et ne chassons et n’attrapons que dans les deux crépuscules. » (Jean Paul 1962, p. 265/266) Une des questions de ce colloque est de savoir comment et à quel point sont liées la connaissance sur les insuffisances du sens de la vue et sa conception en tant que sens individuel, et plus tard subjectif.

(3)   Critique des sens et perception romantique

La fin du 18ème siècle est tout particulièrement marquée par une mise en question de plus en plus insistante de la pensée rationaliste. Les auteurs jettent également un regard critique sur ‘l’idéologie de la lumière et de l’œil’ véhiculée par les Lumières. Les faiblesses de la perception humaine deviennent un sujet fascinant mis en scène de manière polémique ou ironique notamment par la littérature. Gotthold Ephraim Lessing s’intéresse, par exemple, dans ses Collections sous le mot-clé ‘vision’ aux « multiples phénomènes bizarres de cette dernière » (comme, entre autres, la capacité à voir dans l’obscurité ou celle d’utiliser son nez comme sens de la vue). Dans les Remarquesconcernant les Dialogues philosophiques de Joachim Heinrich Campe, Lessing réfléchit (vers 1778) à la possibilité de développer un sixième sens permettant de percevoir, par exemple, l’électricité ou le magnétisme (Lessing 1979, p. 408 et pp. 557-560). Novalis allie, de son côté, l’intérêt scientifique pour les sens aux réflexions sur la ‘perception magique’ et le merveilleux. La base de l’‘activité romantique’ est, selon lui, une transformation active de la perception qui prête « un air mystérieux aux choses ordinaires » et il définit la magie comme « l’art d’utiliser librement les sens. » (Novalis 1981, p. 385) La critique des sens peut, vers la fin du 18ème siècle, prendre la forme d’une plus grande attention accordée aux autres sens (le toucher chez Herder, l’ouïe chez les Romantiques) ou d’une mise en scène d’une vision troublée comme elle se manifeste dans les illusions des sens et les hallucinations.

Le colloque souhaite se focaliser sur les trois aspects développés ci-dessus (l’étude des insuffisances du sens de la vue, son individualité et la fascination pour des expériences différentes et déroutantes de la vision) en étudiant la représentation des illusions des sens et leur discussion dans les écrits littéraires et théoriques du 18ème siècle.

Le terme allemand ‘Trugwahrnehmung’ désigne une illusion des sens qui « ne correspond pas – ou du moins en partie – aux données extérieures auxquelles elle se rapporte (les illusions d’optique, par exemple) ou qui n’a aucune cause extérieure (les hallucinations, par exemple). » (Brockhaus. Wahrig 1983, p. 776) Les illusions du sensvisuel et le lien entre ce type d’expériences et les problèmes épistémologiques seront tout particulièrement au centre de notre attention. Les questions suivantes peuvent servir de points de départ :

  • Comment définir la spécificité et la nouveauté de la conception du sens de la vue au 18ème siècle ?
  • La représentation d’illusions des sens dans les textes littéraires peut-elle être interprétée comme une mise en question du savoir et de la connaissance ? Quelles en sont les conséquences philosophiques, épistémologiques ou esthétiques ?
  • Existe-t-il un lien entre la connaissance sur les insuffisances du sens de la vue et l’intérêt pour les pratiques occultes ?
  • Y a-t-il, par ailleurs, un lien avec le nouvel intérêt que l’on porte aux zones ‘obscures’ de l’âme (fantasmes, rêves) ?
  • La représentation d’illusions d’optique connaît-elle une poétologie propre ou apporte-t-elle un certain dynamisme aux textes littéraires ?
  • Existe-t-il déjà au 18ème siècle une fascination pour ce qui est flou ou invisible au-delà des pratiques occultes jusque dans la pensée rationaliste ?

La Maison des Littératures de l’Université de Neuchâtel accorde une grande importance à la recherche interdisciplinaire et plurilingue. Le colloque cherche donc à promouvoir l’échange entre les disciplines (Lettres, Histoire des savoirs, Histoire de l’art) et les traditions universitaires. Un deuxième volet de ce colloque se focalisant sur les sciences naturelles et les récits de voyage est prévu à l’horizon 2015.

Modalités d’envoi des propositions

Des propositions pour des conférences d’environ 20 minutes (1 à 2 pages contenant également une brève biographie)

peuvent être envoyées en français, allemand ou anglais

jusqu’au 30 avril 2014

à l’adresse suivante : evelyn.dueck@unine.ch

La confirmation de la participation sera envoyée jusqu’au 15 mai. La publication des actes du colloque est prévue.

Conseil scientifique et chargé de l’évaluation des propositions: Evelyn Dueck, Nathalie Vuillemin

LIEUX

  • Espace Louis Agassiz 1
    Neuchâtel, Confédération Suisse (2000)

DATES

  • mercredi 30 avril 2014

MOTS-CLÉS

  • perception visuelle, illusion des sens, hallucination, littérature, histoire des sciences, optique, études visuelles

CONTACTS

  • Evelyn Dueck
    courriel : evelyn [dot] dueck [at] unine [dot] ch

URLS DE RÉFÉRENCE

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Evelyn Dueck
    courriel : evelyn [dot] dueck [at] unine [dot] ch

POUR CITER CETTE ANNONCE

« La bêtise des yeux », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 24 février 2014,http://calenda.org/277101

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

Appel à contributions – Corps & Méthodologies

16 et 17 octobre 2014

Strasbourg

Le délai de réception des propositions est fixé au 1er avril, cf.l’appel.

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

Conférences – L’homme augmenté ? Corps et techniques

L’homme augmenté?  Corps et techniques

Cycle de 6 conférences, Formation continue HEP Vaud – UNIL 

Si les arts médicaux ont toujours cherché à réparer les déficiences corporelles de l’homme, de nombreuses innovations scientifiques actuelles ambitionnent une «amélioration» de l’humain, une maximisation de ses performances que ce soit à travers les systèmes de communication, la nanotechnologie, les prothèses ou la biologie moléculaire. Serions-nous sur le point d’assister à l’avènement d’un homme nouveau, d’un homme augmenté? Sommes-nous, déjà, des cyborgs qui s’ignorent? Quel statut a le corps dans nos sociétés? Un corps à améliorer, à éliminer, à standardiser, à dématérialiser? A partir de quelles valeurs et quelles règles éthiques? Cette formation abordera plusieurs domaines: celui de l’interface homme-machine en lien notamment avec le cerveau, celui des identités numériques développées dans les jeux et les systèmes de réseautage sur Internet, celui du transhumanisme et de ses aspirations à repousser les limites de la condition humaine, celui des corps virtuels dans des récits contemporains et anciens et, enfin celui de la performance sportive. Avec ces deux questions qui nous servirons de fil conducteur: en quoi ces innovations et ces façons de faire influencent-elles notre vie quotidienne? Que disent-elles de nous?

Objectifs:
— évaluer les impacts de la technologie sur nos vies quotidiennes,
— développer une réflexion sur le rapport que nous entretenons avec notre/nos corps réels et virtuels,
— s’interroger sur les rapports homme-machine dans une perspective éthique, sociale et anthropologique.

Public concerné
Enseignants, éducateurs, journalistes, philosophes, anthropologues, sociologues,
théologiens et toute personne intéressée par la thématique.

 

PROGRAMME:

Jeudi 6 mars 2014
Le cerveau : entre homme et machine
18h30 à 20h30
Richard Walker (EPFL, Human Brain Project) et Daniela Cerqui (UNIL, SSP)

 

Jeudi 13 mars 2014
Booster le corps !
18h30 à 20h30
Fabien Ohl (UNIL, SSP) et Martin Preisig (CHUV, projet CoLaus)

Jeudi 20 mars 2014
Identités digitales : séduction et immersion
18h30 à 20h30
Olivier Glassey (UNIL, SSP et LaDHUL) et Olivier Voirol (UNIL, SSP)

Jeudi 27 mars 2014
Origines et évolutions des idées transhumanistes
20h30 à 22h30
Rémi Sussan (InternetActu.net) journaliste
Gabriel Dorthe (UNIL, FGSE et LaDHUL) discutant
En partenariat avec le Groupe Vaudois de Philosophie

Jeudi 3 avril 2014
Sciences-(fiction) et virtualités
18h30 à 20h30
Etienne Honoré (HEP VD), Claire Clivaz (UNIL, FTSR et LaDHUL) et Marc Atallah (UNIL, Lettres)

Jeudi 10 avril 2014
Table-ronde : corps sacré, sacré corps…
18h30 à 20h30
Bernard Andrieu (Université de Nancy-Metz)
Philippe Bornet (UNIL, Lettres), Nicole Durisch Gauthier (HEP VD) et François Félix (CNRS/UMR 7268 – ADES) discutants.

———————————————————————–

Du 6 mars au 10 avril 2014
de 18h30 à 20h30, HEP Vaud, avenue de
Cour 33, Lausanne
Jeudi 27 mars 2014
de 20h30 à 22h30, Maison de Quartier
Sous-Gare, avenue Dapples 50, Lausanne

Rencontres – Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales

Rencontres – Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales

Comment les corps habitent-ils, investissent-ils les villes ? De quelles expériences politiques sont-ils les porteurs et les témoins ? Que ce soient l’occupation de la place Tahrir en 2011, les passages clandestins de migrants en escale à Athènes ou les nuits des travailleurs itinérants des chantiers de Bangalore, les documentaires projetés dans le cadre de ces rencontres se saisissent de ces questions en dialogue avec les sciences sociales.

Ils invitent à réfléchir à notre actualité politique à travers une attention aux corps, à leur circulation, à leur investissement sensible de l’espace urbain, aux émotions qui y sont liées et aux formes de collectif qui s’y produisent. Quelles subjectivités politiques se négocient autour des pratiques de résistances explicites ou implicites aux formes contemporaines de domination ? Quels dispositifs d’écriture cinématographique permettent de saisir ces enjeux ?

Programme

Projections en présence des réalisateurs, suivies d’un débat

6 novembre  2013 – 18 h

  • Presence, 2012, 17 min. 51 sec.
  • Distance, 2013, 37 min. de Ekta Mittal & Yashaswini B.R.

Débat avec Jacques Rancière, professeur émérite à l’université Paris 8
Interventions en anglais

4 février 2014 – 18 h

  • Les Chebabs de Yarmouk, 2013, 78 min. d’Axel Salvatori-Sinz

Les Chebabs sont un petit groupe de garçons et de filles qui se connaissent depuis l’adolescence. Aujourd’hui au seuil de l’âge adulte, ils ont une véritable soif de vivre et d’absolu, mais sont tous confrontés à des réalités complexes. Entre le besoin de liberté et l’appartenance au groupe, le désir de révolte et la perspective d’un vie bien rangée, les choix sont difficiles ; mais tout l’est plus encore quand on est réfugié palestinien dans le camp de Yarmouk, en Syrie.

29 avril 2014 – 18 h

  • L’Escale, 2013, 100 min. de Kaveh Bakhtiari

Sélectionné à La Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2013, L’ESCALE est l’histoire d’une rencontre. Celle de son réalisateur, Kaveh Bakhtiari, cinéaste Irano Suisse, avec son cousin et ses compagnons de route. Des clandestins confinés à Athènes où ils ont échoués après que leurs passeurs les aient laissés en plan, ils se terrent dans un sous-sol en cherchant fébrilement le moyen de poursuivre leur odyssée vers d’autres pays Occidentaux.

L’escale est une immersion dans l’univers de la clandestinité où s’entremêlent l’espoir, la solidarité, la peur, les rires, le courage et la dure confrontation à la réalité d’un monde toujours plus hérissé de murs.

3 juin 2014 – 18 h

  • The Uprising, 2013, 78 min. de Peter Snowdon (Université d’Hasselt)

Organisation

  • Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – Axe 2. Etats – Circulations – Mémoires
  • EHESS

Contacts

Ateliers Varan
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

LIEUX

  • 6 Impasse Mont-Louis
    Paris, France (75011)

CONTACTS

  • Nicolas Jaoul
    courriel : jaoul [dot] nicolas [at] gmail [dot] com

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Nicolas Jaoul
    courriel : jaoul [dot] nicolas [at] gmail [dot] com

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Corps, villes, pouvoirs. Écriture cinématographique et sciences sociales », Séminaire,Calenda, Publié le jeudi 20 février 2014, http://calenda.org/276033

Pétition – LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE

LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE

Pour signer la pétition

Des enseignantes et des enseignants de la maternelle à l’Université,
des chercheuses et des chercheurs, des étudiantes et des étudiants réagissent et appellent au soutien de toutes et tous.

Cette pétition est ouverte à toutes et à tous.

Depuis quelques jours, les élèves et les parents d’élèves sont harcelés de mails et de SMS provenant d’associations extrémistes qui propagent la rumeur selon laquelle, parce que « le genre » est introduit dans les programmes scolaires, leurs enfants seraient en danger à l’école. Non seulement cette manœuvre de déstabilisation des parents est révoltante (les enfants ont été privés d’école), mais, de plus, cette rumeur est totalement mensongère. Depuis plusieurs jours également, les propos les plus extrémistes circulent, dans les rues ou sur les réseaux sociaux, réveillant les haines envers les homosexuels, les juifs, les féministes, les professeurs des écoles appliquant l’ABCD de l’égalité, les chercheurs en études sur le genre, tous présentés comme des ennemis de la société.

Face à ces propos dangereux, face aux risques de dérives extrémistes, nous, enseignant-e-s, étudiant-e-s, chercheur-e-s, souhaitons prendre la parole, rappeler la réalité des pratiques éducatives et scientifiques d’aujourd’hui, et appeler au soutien de nos concitoyens et concitoyennes, de toutes les régions de France, de toutes les origines, de toutes les cultures.

NON, les enfants ne sont pas en danger. Non, il n’y aura pas de projection de films « sexuels » à l’école, et les garçons ne seront pas transformés en filles (ni inversement).

NON, la prétendue « théorie du genre » n’existe pas, mais, oui, les études de genre existent. Le genre est simplement un concept pour penser des réalités objectives. On n’est pas homme ou femme de la même manière au Moyen-Âge et aujourd’hui. On n’est pas homme ou femme de la même manière en Afrique, en Asie, dans le monde arabe, en Suède, en France ou en Italie. On n’est pas homme ou femme de la même manière selon qu’on est cadre ou ouvrier. Le genre est un outil que les scientifiques utilisent pour penser et analyser ces différences.

OUI, les programmes scolaires invitent à réfléchir sur les stéréotypes de sexe, car l’école, le collège, le lycée sont les lieux où les enseignants promeuvent l’égalité et la tolérance, où les enfants apprennent le respect des différences (culturelles, sexuelles, religieuses). « Vati liest die Zeitung im Wohnzimmer. Mutti ist in der Küche. » (Papa lit le journal au salon. Maman est à la cuisine). Voilà comment des élèves de collège apprenaient l’allemand, à travers les aventures de Rolf et Gisela, dans les années 1980. Réfléchir sur le genre, c’est réfléchir sur les effets de ce type de messages.

OUI, l’école est le lieu où l’on permet à chacun, par les cours de français, d’histoire, de SVT, d’éducation civique, d’éducation physique, de réfléchir sur les conséquences néfastes des idées reçues et d’interroger certains préjugés, ceux qui ont fait que pendant des siècles un protestant ne se mariait pas avec une catholique, ceux qui font que l’on insulte encore aujourd’hui une ministre à cause de sa couleur de peau, ceux qui font que des petits garçons sont malmenés au cri de « pédés » dans la cour de l’école, ceux qui font que Matteo n’osera jamais dire qu’il est élevé et aimé par deux mamans, ceux qui font qu’Alice veut mourir car on la traite de garçon manqué, ceux qui créent la haine et la discorde. Oui, l’école est le lieu où l’on permet aux élèves de se demander pourquoi les princesses ne pourraient pas aussi sauver les princes.

Les études de genre recouvrent un champ scientifique soutenu par le Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur et le CNRS, et elles ont des utilités nombreuses dans l’éducation et la lutte contre les discriminations : ces études et ces travaux existent à l’université depuis longtemps. Nombreuses sont les académies à organiser des journées de formation sur ces thèmes ; nombreuses sont les universités à offrir des cours intégrant le genre : en sociologie, en sciences de l’éducation, en anthropologie, en biologie, en sciences économiques, en philosophie, en histoire, en littérature, etc. Des séances de sensibilisation aux questions d’égalité entre les sexes font partie du parcours de formation des enseignants du primaire et du secondaire.

En permettant aux élèves de constater la diversité des familles actuelles, en montrant que, selon les lieux et les époques, les rôles des hommes et des femmes ont varié et que l’amour a des formes multiples, les chercheurs, les enseignants et les professeurs des écoles offrent aux enfants, citoyens et citoyennes de demain, la liberté de construire un monde plus égalitaire et plus harmonieux.

—————————————————————————–

La liste ci-dessous intègre les comités selon leur ordre d’arrivée, ceux-ci sont en cours d’évolution. Pour connaître l’ensemble des contacts, les premiers signataires, les associations, les universités impliquées et les comités locaux qui se sont constitués : http://genrerechercheeducationbonnerencontre.unblog.fr/les-comites-en-france/

Premiers signataires de l’Université de Strasbourg

Sandra BOEHRINGER, maîtresse de conférences, Faculté des Sciences historiques (contact : s.boehringer@unistra.fr)
Estelle FERRARESE, professeure, Faculté des Sciences Sociales
Jean-Pascal GAY, maître de conférences, Faculté des Sciences historiques
Sylvie MONCHATRE, maître de conférences, Faculté des Sciences sociales
Philippe CLERMONT, maître de conférences, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation
Céline PETROVIC, chargée d’enseignement, Faculté des Sciences de l’Éducation

Premiers signataires de l’Université de Paris 7 Denis Diderot

Laurie LAUFER, professeure, UFR Études psychanalytiques (contact : laurie.laufer@univ-paris-diderot.fr)
Gabrielle HOUBRE, maîtresse de conférences, UFR Géographie, Histoire, Sciences de la Société
Alain WARGNIER, médecin des Hôpitaux, maître de conférences
Fethi BENSLAMA, Professeur, UFR Études psychanalytiques, Directeur de l’Institut des Humanités
Florence DUPONT, Professeur émérite, UFR Lettres Arts Cinéma, Institut des humanités
Anne KUPIEC, professeur de sociologie, UFR de Sciences sociales, Laboratoire de changement social et politique

Comité de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Violaine SEBILLOTTE, professeure, histoire (contact : violaine.sebillotte@univ-paris1.fr)
Armelle ANDRO, maîtresse de conférences, démographie
Marianne BLIDON, maître de conférences géographie
Marie BUSCATTO, professeure, sociologie
Delphine DULONG, maîtresse de conférences, sciences politiques
Anne HUGON, maîtresse de conférences, histoire

Premiers signataires de Lyon

Cécile OTTOGALLI, maîtresse de conférences en Staps, Lyon1 (contact : cecile.ottogalli@univ-lyon1.fr)
Muriel SALLE, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, Lyon1 (contact : muriel.salle@univ-lyon1.fr)
Philippe LIOTARD, maître de conférences en Staps, Chargé de la mission égalité de Lyon1 (contact : philippe.liotard@univ-lyon1.fr)
Pascale BARTHÉLÉMY, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, ENS Lyon (contact : pascale.barthelemy@ens-lyon.fr)
Marianne THIVEND, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Lyon2 (contact : mthivend@mail.univ-lyon2.fr)
Eliane VIENNOT, professeure d’Université en littérature, Jean Monnet, Université de Saint Etienne (contact : eliane.viennot@gmail.com)

Comité et contact de l’Université Paris 5 Descartes

Vincent ESTELLON, maître de conférences, Institut de Psychologie (contact : vincent.estellon@parisdescartes.fr).
Françoise NEAU, professeure de psychopathologie clinique, Institut de Psychologie.

Premier-ère-s signataires l’Université de Nice Sophia Antipolis

Karine LAMBERT, maîtresse de conférences en histoire, Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) (contact : klambert@unice.fr)
Jean-Luc GAUTERO, maître de conférences, Philosophie et Histoire des Sciences
Lucie BARGEL, maîtresse de conférence en science politique
Eric CHAUDRON, professeur agrégé histoire, ESPE
Nicole BIAGOLI, professeure des universités en Lettres, ESPE
Sandra PLANTIER, professeure agrégée géographie, ESPE

Premiers signataires de l’Université de Picardie Jules Verne

Sylvie PERCEAU, maîtresse de conférences, UFR des Lettres (contact : sylvie.perceau@u-picardie.fr)
Coralie BOURNONVILLE, ATER, UFR des lettres
Catherine GRALL, maître de conférences, UFR des Lettres
Aurélie ADLER, maître de conférences, UFR des Lettres
Anne DUPRAT, professeure de Littérature Comparée
Carlo Umberto ARCURI, maître de conférences, UFR des Lettres

Premiers signataires de l’Université d’Angers

Nahema HANAFI, maîtresse de conférences, histoire moderne et contemporaine (contact : nahema.hanafi@univ-angers.fr)
Christine BARD, professeure, histoire contemporaine
Frédérique LE NAN, maîtresse de conférences, littérature médiévale
Emmanuel GRATTON, maître de conférences, psychosociologie

Premiers signataires de l’Université de Paris 8

Hélène MARQUIÉ maîtresse de conférences, Centre Études féminines, Études de genre, Art. Helene Marquié: h.marquie@free.fr
Anne E. BERGER, professeure, littérature et études de genre, Paris 8, directrice de l’Institut du Genre (CNRS)
Mercedes YUSTA RODRIGO, professeure d’Histoire de l’Espagne Contemporaine, UFR de Langues
Danièle ROSENFELD-KATZ, maîtresse de conférences, chargée de mission égalité femmes-hommes et parité
Nacira GUÉNIF, sociologue, anthropologue, professeure, Sciences de l’éducation
Béatrice FRACCHIOLLA, maîtresse de conférences, Sciences du langage

Premiers signataires de l’Université Toulouse 2 – Le Mirail

Odile SAINT-RAYMOND, coordinatrice d’ARPEGE (réseau de recherches sur le genre)(arpege@univ-tlse2.fr)
Monique MEMBRADO, ingénieure CNRS, sociologue
Jacqueline MARTIN, maîtresse de conférences en Économie sociale
Isabelle LACOUE-LABARTHE, maîtresse de conférence, histoire, sciences po
Sylvie CHAPERON, professeure d’histoire contemporaine
Jérôme COURDURIES, docteur en anthropologie, maître de conférences

Comité de l’Université de Lille 3

Florence TAMAGNE, maîtresse de conférences, histoire contemporaine (contact : ftamagne@noos.fr)
Sylvie APRILE, professeur d’histoire contemporaine
Marie-Hélène BOURCIER, maîtresse de conférences, CECILLE
Mélanie TRAVERSIER, maîtresse de conférences en histoire moderne
Claire CHÂTELAIN, chargée de recherche, CNRS/IRHIS
Antoine RODRIGUEZ, maître de conférences, Amérique latine

Premiers signataires de l’Université de Paris 13

Pascale MOLINIER, professeure de psychologie sociale (contact : pascalemolinier@gmail.com)
Yoram MOUCHENIK, professeur de psychologie interculturelle
Aline COHEN DE LARA, professeure de psychologie clinique

Premiers signataires de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Emmanuel WALLON, professeur de sociologie politique (contact: Genrepl@listes.u-paris10.fr)
Carina BASUALDO, maîtresse de conférences en Psychopathologie
Silvia CONTARINI, professeur de littérature et civilisation de l’Italie contemporaine
Olivier RENAUT, maître de conférences en philosophie ancienne
LOUYS Gilles, maître de conférences en langue et littérature française, Département de français pour étudiants étrangers

Comité de l’Université de Savoie

Fabienne GILLONNIER, enseignante, Département STAPS (contact : fabienne.gillonnier@univ-savoie.fr)
Clémentine BRY, enseignante-chercheuse, Laboratoire Inter-universitaire de Psychologie, Département STAPS
Phanélie BERTHON, enseignante-chercheure, Laboratoire de Physiologie de l’exercice, Département STAPS
Sophie BOURGADE, enseignante d’Anglais
Geneviève PIGNARRE, professeure de droit privé

Comité de l’Université de Poitiers

Michel BRIAND, professeur de langue et littérature grecques (contact :
Lydie BODIOU, maître de conférences d’histoire grecque
Frédéric CHAUVAUD, professeur d’histoire contemporaine
Florence FILIPPI, maître de conférences en études théâtrales
Stéphane BIKIALO, maître de conférences en langue et littérature française XXe siècle
Anne-Cécile GUILBARD, maître de conférences en littérature française et esthétique de l’image
Alexandre JAUNAIT, maître de conférences, science politique

Comité de l’Université d’Aix-Marseille

Nolwenn LECUYER, maîtresse de Conférences, archéologie, Chargée de Mission Égalité femmes-hommes (contact : nolwenn.lecuyer@univ-amu.fr)
Damien BOQUET, maître de conférences en histoire du Moyen Âge
Julien DUBOULOZ, maître de conférences en histoire romaine
Anne CAROL, professeure en histoire contemporaine
Laurence HÉRAULT, maîtresse de conférences, anthropologie
Jean-Jacques RASSIAL, Professeur, psychopathologie clinique

Contact de l’Université de Clermont-Ferrand 2

Anne-Sophie SAYEUX, maîtresse de conférences en anthropologie (contact : sayeux.annesophie@gmail.com)

Université de Montpellier 3

Rajaa STITOU, maîtresse de conférences en psychopathologie clinique (contact : rajaa.stitou@univ-montp3.fr)
Solange CARTON, professeure de psychopathologie clinique
Jean-Luc BERNABE, maître de conférences associé en psychologie clinique
Aude MICHEL, professeure de psychologie clinique et psychopathologie
Isabelle BOULZE, maîtresse de conférences en psychopathologie clinique

Comité de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

Sébastien ROUX, Chercheur au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité (contact : sebastien.roux@cse.cnrs.fr)
Laure BERENI, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Rose-Marie LAGRAVE, Directrice d’études à l’EHESS, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Amélie LE RENARD, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, Politique, Sexualité
Geneviève PRUVOST, Chercheuse au Cnrs, Sociologie, EHESS, master Genre, politique et sexualité
Juliette RENNES, Maîtresse de conférences à l’EHESS, Sociologie, EHESS, master Genre, politique et sexualité

Université de Cergy-Pontoise

Karine BERGES, Maîtresse de conférences en civilisation hispanique, chargée de mission Egalité femmes-hommes (contact mail : karine.berges@u-cergy.fr)
Diana BURGOS-VIGNA, Maîtresse de conférences en civilisation latino-américaine
Sylvie BRODZIAK, Maîtresse de conférences-HDR en littérature
Alexandrine GUYARD-NEDELEC, Maîtresse de conférences en civilisation britannique
Violaine HOUDART-MEROT, Professeure de littérature française

Comité de l’Université Bordeaux-Montaigne

Dominique PICCO, maîtresse de conférences, histoire moderne (contact : Dominique.Picco@u-bordeaux3.fr)
Yves RAIBAUD, maître de conférences, géographie, chargé de mission à l’égalité femme/homme
Geneviève SELLIER, professeure, cinéma, responsable de l’atelier Genre Bordeaux-Montaigne
Guillaume LE BLANC, professeur de philosophie
Nicole OLLIER, professeure, Littérature américaine

Contact de Sciences Po

Alain POLICAR, Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) (contact : alain.policar@noos.fr)

Comité du Centre Marc Bloch

Mathilde DARLEY, chargée de recherche CNRS
Jérémie GAUTHIER, post-doctorant
Sarah MAZOUZ, post-doctorante (contact : mazouz@cmb.hu-berlin.de)

Comité de l’Université de Toulon

Natacha ORDIONI, maîtresse de conférences de sociologie (contact : ordioni@univ-tln.fr)
Martine SAGAERT, professeure de littérature du XXe siècle

Comité et contact pour l’Université de Bretagne Occidentale

Marie-Laure DÉROFF, maître de conférence, sociologie ?(contact : marie-laure.deroff@univ-brest.fr)?
Yvonne CLAUDIC-GUICHARD, maîtresse de conférences, sociologie?
Christèle FRAÏSSÉ, maître de conférences, psychologie sociale

Contact de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble

Anthony PECQUEUX, chargé de recherche, sociologue (contact : anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr)

Université de Reims Champagne Ardenne

Nassira HEDJERASSI, professeure, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (contact : Nassira.Hedjerassi@univ-reims.fr)
Sophie DIVAY, maîtresse de conférences, sociologie
Pascal LABORDERIE, maître de conférences, sciences de l’information et de la communication
Anne-Gabrièle WERSINGER, professeur, département de Philosophie
Stephan ETCHARRY, maître de conférences, Département de Musicologie
Sylvie MIKOWSKY, professeur, Linguistique anglaise

Pour connaître l’ensemble des contacts, les premiers signataires, les associations, les universités impliquées et les comités :
http://genrerechercheeducationbonnerencontre.unblog.fr/les-comites-en-france/
Les signataires

Carnet Hypotheses – Corps et mots

Parution – Carnet Hypotheses. Corps et mots

Ce carnet de recherche vise à présenter des hypothèses de travail sur le rapport entre sexes et langage. Participant à la préparation d’une thèse en Sciences du Langage sur les discours concernant les variations du développement du sexe, ce carnet s’intéresse à la manière dont les discours construisent les représentations du corps, des sexes, des genres et des sexualités. Ces recherches s’inscrivent à la fois dans les études de genre et l’analyse du discours.

Noémie Marignier, créatrice de ce carnet, est doctorante en Sciences du Langage depuis 2012 (Université Paris 13 et Université Paris 3) et allocataire de l’Institut Émilie du Châtelet.

Lien vers le carnet : http://corpsmots.hypotheses.org/

 

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Du 05 octobre 2013 au 21 avril 2014

Domaine du château de Seneffe
Rue Lucien Plasman 7-9
B-7180 Seneffe
BELGIQUE

L’exposition « Le XVIIIe et la Médecine » sort des sentiers battus par son contenu et son approche scientifique. Elle présente le thème de la médecine non pas uniquement du point de vue purement médical mais bien dans le contexte de la vie de l’époque.

En tant que témoins privilégiés- et avec l’apport des instruments scientifiques, d’objets mis en relation avec les thématiques abordées, d’extraits littéraires,…-nous racontons l’existence d’une société en pleine évolution sociologique.

Découvrir ce que signifie la médecine au XVIIIe siècle c’est lever le voile sur différentes pratiques peu conventionnelles, c’est aborder le corps et l’esprit sous différents angles, c’est observer les avancées en la matière qui vont bousculer les tabous et révolutionner les façons de penser et de voir d’une façon plus rationnelle. C’est comme un kaléidoscope de découvertes inattendues et surprenantes.

Le XVIIIe avait à cœur de replacer l’homme, en tant qu’être humain, au centre de la société. Les individus sont alors en quête de bien être, comme aujourd’hui. Et depuis, tout continue.

Infos et renseignements
0032 (0)64 55 69 13

Tarifs
Adultes: 5 €
Seniors: 4 €
Gratuit :enfants de moins de 12 ans et personnes à mobilité réduite

Le premier dimanche du mois, l’exposition « Le XVIIIe et La Médecine » reste payante

Ouvert tous les jours sauf les lundis non fériés, de 10 à 18h (Accès payant).
Dernière admission à 17h30.

Fermé le 1er janvier et les 24, 25 et 31 décembre.

Parution – Histoire, médecine et santé, n°4 : Santé en chiffres

Histoire, médecine et santé, n°4 : dossier thématique Santé en chiffres

 

HMS4.jpg
SOMMAIRE (N°4 – Automne 2013)

Dossier thématique : SANTÉ EN CHIFFRES

 

Bruno VALAT, Introduction. Les enjeux de la quantification sanitaire au XXe siècle

 

Bruno VALAT, La « croissance des dépenses de santé », entre enjeux intellectuels et politiques (France, 1920-années 60)

 

Daniel BENAMOUZIG, Les médecins à la découverte de l’économie (1950-1990)

 

Jean-Paul DOMIN, Le PMSI : de l’indicateur de compatibilité hospitalière au mode de tarification (1982-2012)

 

VARIA

 

Elodie SERNA, Médecine clandestine et vasectomie volontaire dans l’Europe de l’entre-deux-guerres

 

Dolorès MARTIN MORUNO, Ressentiment, médecine et société dans la biographie biologique de Gregorio Marañón

 

COMPTES RENDUS

 

Philippe BOURMAUD

CHIFFOLEAU Sylvia, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS

 

Claire FREDJ

ESCANDE Laurent (éd.), Avec les pèlerins de La Mecque. Le voyage du docteur Carbonell en 1908

 

Alexandre KLEIN

KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés

 

Helena DA SILVA

DIEBOLT Évelyne et FOUCHÉ Nicole, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938)

 

Jacqueline VONS

BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire

 

Florence CATHERINE

NICOLI Miriam, Des savants et des livres. Autour d’Albrecht von Haller et Samuel-Auguste Tissot

 

Pour commander ce numéro ou s’abonner

Appel à contribution – Construction et définition du corps

Appel à contribution – Construction et définition du corps

 

Le comité de la Maison du Japon organise chaque année des réunions scientifiques dans le cadre du Centre d’Etudes Multiculturelles (CEM). Le premier CEM, qui aura lieu le dimanche 8 février 2014, portera sur le thème de Construction et définition du corps.

Le corps humain est un thème déjà abordé par les sciences naturelles et les sciences humaines et sociales. Le corps est ainsi défini comme une construction issue de conditions politiques et sociales précises et différentes dans le temps. Il est également en rapport étroit avec les connaissances scientifiques, et plus particulièrement les évolutions de la médecine et de la biologie contemporaines. Ce processus de constitution de la vision du corps devient ainsi un objet de recherche également abordé par les sciences esthétiques et philosophiques. A la suite des volumes Histoire du corps publiés sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, qui ont permis de reconstituer les évolutions des conceptions relatives au corps de points de vues historiques, artistiques et biologiques de la Renaissance à nos jours, de nombreux schémas expliquant ces constructions du corps humains sont mis en place par des spécialistes variés. Ainsi, ces recherches ainsi que les débats qui en découlent se sont intensifiés. Nous souhaiterions également soulever ces problématiques transversales à nos champs de recherches.

A l’occasion de cette première session de CEM, nous espérons, à travers des exposés de recherches croisant les sciences naturelles, humaines et sociales, soulever des interrogations sur les méthodes mises en place par ces sciences pour approcher le corps. A travers ces débats, nous souhaitons organiser un colloque interdisciplinaire permettant de dépasser les frontières de chaque domaine de recherche.

Pour cette première session du CEM aucune discipline précise et unique n’est appelée. Nous souhaitons au contraire rassembler des interventions et des spécialistes de disciplines différentes pouvant aborder la question de la définition du corps humain tant du point de vue de sa construction au sein des sciences naturelles que de son expression, de son rapport à l’éducation, à la politique et la sociologie, à la littérature, à l’architecture, à l’hygiène, la médecine et la santé, ainsi que de la bioéthique, des études de genre et du folklore.

Chaque intervention de 20 minutes sera l’occasion pour les chercheurs de présenter tant les dernières découvertes de leurs champs d’activité que d’exposer leurs points de vue originaux sur ces sujets. Nous souhaitons ainsi, et afin de pouvoir palper des horizons théoriques divers dépassant les champs disciplinaires, des exposés concis, accessibles et méthodologiquement construits.

Nous précisons que chaque intervenant du CEM a la possibilité de présenter un article de leur exposé dans notre publication annuelle, le Cahier Multiculturel de la Maison du Japon. Ce cahier est une publication régulière à laquelle est attribué un numéro ISSN (International Standard Serial Number) et sera à ce titre déposé à la bibliothèque de la Maison du Japon et à la Bibliothèque Nationale de France.

Des professeurs d’université sélectionneront les interventions jugées les plus pertinentes.

Modalités de soumission

  • Sessions : le dimanche 8 février 2014
  • Place : la grande salle de la Maison du Japon
  • Domaines : tous
  • Soumission : Ceux qui souhaitent faire un exposé au CEM doivent présenter un résumé de l’exposé d’environs 300 mots, ainsi qu’une brève présentation de son parcours à Hiromi MATSUI (cem.maisondujapon [a] gmail.com),

avant le vendredi 29 novembre 2013.

  • Langue : Français ou Anglais
  • Durée d’exposé prévu : 20 minutes de l’exposé et 10 minutes de débat

Pour un exposé, il est possible d’utiliser PowerPoint et des diapositives.

Le comité d’organisation de la première session de CEM 2014, Construction et définition du corps

  • Matsui Hiromi (chargée de CEM, Comité de Maison du Japon ; Université Paris X-Nanterre ; University of Tokyo)
  • Delphine Mulard (Inalco, Chercheur associée à la Bibliothèque nationale de France)
  • Daimaru Ken (Université Paris X-Nanterre ; Birkbeck College, University of London, Inalco)

LIEUX

  • Maison du Japon, cité universitaire (RER B) – 7c Bd. Jourdan
    Paris, France (75014)

DATES

  • vendredi 29 novembre 2013

CONTACTS

  • Hiromi Matsui
    courriel : cem [dot] maisondujapon [at] gmail [dot] com

 

« Construction et définition du corps », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 novembre 2013, http://calenda.org/266330

Petition regarding dismissal of Prof. Dr. Iris Ritzmann

Dear colleagues,
We have just heard of the dismissal of professor Iris Ritzmann by the University of Zurich.
Ritzmann was employed at the Institute of the History of medicine which includes the Museum of Medical History. The museum had been under the direction of Christoph Mörgeli, a member of the Swiss National Council. Almost a year ago Iris Ritzmann and her husband, the ethnologist and associate lecturer Eberhard Wolff, were arrested in front of their children when their house had been searched. Both spent 30 hours in custody. The prosecutor’s investigations were prompted by the suspicion that Iris Ritzmann and Eberhard Wolff had passed on the annual report of the MHIZ (!) and an expert report about the museum’s collection to the media, enabling a journalist to write a critical article about the scientific and museographic activities of Christoph Mörgeli and to have informed another journalist about the then imminent dismissal of Christoph Mörgeli. Almost eleven months have passed and the prosecutor is still investigating.

The entirely disproportionate legal investigations against Iris Ritzmann have not confirmed the substantial suspicions raised against her.

The University of Zurich nevertheless dismisses an eminent scientist after trying for more than a year to prevent her from carrying out her scientific work and to isolate her from the academy: Ritzmann had to obtain written permission from the Institute’s acting director and the legal department before she could accept invitations to lecture and to publications. Several international conferences had to be held without her contributions as a specialist in the field. The University seems unable, however, to withstand the political pressure it has experienced since Mörgeli’s dismissal.

 

A letter addressed to the University principal in which 60 scientists from Switzerland and abroad asked about the future of the two colleagues at the University of Zurich remained unanswered. The dismissal has now been justified by the alleged disclosure of confidential data and passwords. This is absolutely ridiculous as  Ritzman simply allowed access to the University’s learning platform which is used by 25,000 students (see the attached press release of Ritzmann).

 

We therefore ask you to support the attached petition. You can give your agreement by answering to 

hubert.steinke@img.unibe.ch

and adding a statement. 

Please sign with name, title and institution. And please feel free to distribute and collect signatures.

Press release will be published within a weeks time. 

 

Press Release

 

We, the undersigned scientists, are deeply disturbed to hear of the dismissal of Professor Dr Iris Ritzmann by the University of Zurich. We find it entirely incomprehensible that the University of Zurich could dismiss such a highly esteemed and renowned scientist.

 

For fifteen years (up until the appointment of a new director in 2011) Iris Ritzmann maintained the scientific work and standards at the Institute of the History of Medicine in Zurich (MHIZ) almost singlehandedly and under the most adverse conditions.  In doing so she gained the recognition of the scientific community as a notable scientist and medical historian, a fact that has found reflection in the many invitations she received as a lecturer, keynote speaker and author of original publications in peer-review journals and edited volumes.

 

The outstanding quality of Ritzmann’s work became also apparent recently when the University of Zurich commissioned an expert committee to examine the dissertations supervised at the MHIZ. While the supervisory activities of the former head of the Institute and of the curator were found to be largely very poor, a number of other dissertations from the Zurich Institute were considered excellent. Nobody who knows anything about the situation at Zurich would have the slightest doubt that the latter dissertations were supervised by Iris Ritzmann. The fact that the University omitted to mention this speaks volumes.

 

Eleven months ago, the University of Zurich suspended Iris Ritzmann pending the results of a legal investigation into the possible disclosure of the MHIZ annual report and an expert report about the collection at her Institute. In all this time the prosecutor has not released any information or evidence. The University has nevertheless maintained the suspension and massively obstructed Iris Ritzmann’s scientific work. Ritzmann was, for instance, prevented from accepting invitations to lecture without the written consent of the Institute’s acting director and the legal department and, as a result of clearly arbitrary decisions, she was unable to attend a number of international conferences.

 

Over and above that, the University has apparently given the public prosecutor of the Canton of Zurich access to the metadata of the email correspondence and telephone calls of University staff and journalists. Such steps are not only hugely out of proportion, they constitute an unacceptable violation of the personal rights of all scientists and faculty members of the University. We object to this violation in the strongest terms.

 

Whatever the charge brought against Iris Ritzmann in connection with press contacts and the passing on of information about the Institute of the History of Medicine to the press, it must be stated clearly that the university, which is funded by the taxpayer, is subject to the principle of freedom of information. As scientists who are constantly in the public eye and in communication with the press we all have regular “contact with the press.” This contact often involves a degree of disclosure of background information to journalists; how else could a press that is worthy of the name function? We don’t see it as our task to obstruct the work of the press. A university in a liberal society with a free press that is afraid of this kind of normal contact between the scientific community and the media has a fundamental problem: it is dreaming of a surveillance state.

 

The charges that led to Iris Ritzmann’s dismissal in no way justify the dismissal of this professor who, for many years, has done excellent work in research and teaching and has represented her subject with great personal commitment at home and abroad. It is difficult not to suspect that the University thinks it has to bow to political pressure by sacrificing a pawn. But the sacrifice is much greater than the University assumes: it not only dismisses a renowned professor but sacrifices science to politics.

 

In the year since this situation at the MHIZ began, the University has neglected to actively promote the standards of research and teaching. It was, however, the neglecting of these standards over many years that caused the conflict at the MHIZ, which escalated a year ago, in the first place. It is high time the University looked into this development and made it public. As long as the University tries to find easy ways out by blaming administration and staff members and glossing over past mistakes, it will not be possible to undo the damage it has caused to Medical History as a discipline and to the Swiss universities.

 

We strongly encourage the University of Zurich

–          To reinstitute Professor Dr Iris Ritzmann as a scientist at the University of Zurich in a position that will allow her to fully pursue her scientific work.

–          To investigate the deeply rooted problems of the MHIZ and make them public, including all relevant documents.

–          To disclose whether the public prosecutor was in fact given access to the metadata of the email correspondence and telephone calls of university staff and to explain the legitimacy of such steps.

 

We all appreciate the University of Zurich and many of us have worked closely with the University and its associates. We therefore hope that the University of Zurich will consider our urgent recommendations as recommendations of friends.

 

——-
Im Zusammenhang mit der Entlassung von Iris Ritzmann und der Sammlung von Unterschriften möchte ich Sie auf beiliegenden Beitrag in der heutigen NZZ hinweisen, der weitere Hintergrundinformationen liefert.

Appel à communications – Les représentations troublées du corps au cinéma

Appel à communications – Les représentations troublées du corps au cinéma

Ce colloque invite les artistes et les chercheurs en études cinématographiques et audiovisuelles à réfléchir sur les représentations troublées du corps humain à l’écran. Les propositions de communication pourront ainsi porter sur l’analyse de corps qui, de quelque manière que ce soit, sortent des normes : corps meurtris ou mutilés (séquences guerrières, horrifiques, hospitalières…), robotisés (fusion du mécanique et du biologique, exosquelettes…), hybrides, reconstruits ou en transformation (chirurgie, mutation, transsexualité, vieillissement, maladie…), difformes, défigurés ou monstrueux, etc. Les communicants pourront également examiner les techniques et stratégies filmiques qui peuvent perturber la représentation des corps à l’écran (cadrage, montage, lumière, mise au point, etc.).

Les mises en scène de figures atypiques voire monstrueuses – qui contrastent fortement avec les images dominantes, lisses et normalisées du corps humain – soulèvent de nombreuses problématiques telles que la marginalité, la transgression, l’hybridité, les mutations et l’évolution de la figure humaine, la plasticité du corps, la frontière entre le normal et le pathologique, entre l’humain et l’inhumain, etc. Les auteurs sont donc encouragés à explorer ces diverses thématiques et/ou à examiner les effets produits par la représentation de tels corps sur les spectateurs (fascination morbide ou répulsion, plaisir ou dégoût, détachement ou engagement viscéral…).

Pistes de réflexion

Voici une liste non-exhaustive de problématiques, de thèmes et de pistes d’analyse que ce colloque pourra aborder :

Approches philosophiques possibles :

  • Pourquoi certains réalisateurs cherchent-ils à bouleverser les représentations traditionnelles du corps ?
  • Quelles ressources esthétiques emploient-ils pour façonner à l’écran des corps qui s’écartent des normes ?
  • Ces représentations singulières, parfois inquiétantes de la corporéité humaine sont-elles nécessairement rattachées à des genres cinématographiques ou télévisuels spécifiques, tels que l’horreur ou la science-fiction ?
  • De quelles conceptions théoriques et philosophiques du corps ces représentations sont-elles solidaires ?
  • Quelles (re)définitions de la notion de corps suggèrent-elles ?
  • Quelles visions de l’homme proposent-elles ?
  • Quelles implications sociales, culturelles ou politiques renferment-elles ?
  • Quels discours critiques ces corps peuvent-ils incarner ?

Approches thématiques possibles :

  • Le monstrueux
  • Post-humains et trans-humains
  • L’humain et l’inhumain
  • Animalités du corps humain
  • Nouvelle époque, nouveaux corps
  • Déviances sexuelles
  • Transgression des normes de genres (sexuels ou cinématographiques)
  • Homosexualité, transsexualité, hermaphrodisme…
  • Le corps comme allégorie des évolutions ou des crises sociales, culturelles, politiques, économiques…
  • Etats et formes extrêmes du corps (exemples : obésité, anorexie/boulimie, maladies, crise de manque, etc.)
  • Débordements hyperesthésiques à l’écran, sensations viscérales et/ou anxiogènes : la corporéité troublée des spectateurs
  • Mutations, transformations, métamorphoses et “devenirs”

Techniques et stratégies filmiques de perturbation des corps à l’écran :

  • Effets spéciaux, prothèses, maquillages et costumes sont bien sûr des outils majeurs de façonnement, de transformation et, en définitive, d’invention des corps à l’écran.
  • Le travail de mise en scène peut aussi opérer toutes sortes de défigurations du corps humain, notamment à travers le choix des cadrages, l’utilisation de différentes focales, du flou ou de la surimpression qui peuvent fragmenter, troubler ou dédoubler les corps.
  • L’utilisation de la lumière et de ses réflexions sur les corps (ombres, striures) peuvent aussi découper, redessiner voire déformer leurs contours.
  • C’est aussi en post-production, par la scission d’un raccord, par le découpage du montage que les corps peuvent être “agressés”, perdre leur unité, leur cohérence ou leur densité.
  • De même, le travail sur les effets et textures sonores peuvent dématérialiser les corps ou, au contraire, leur conférer une dimension pesante qui peut devenir inquiétante voire monstrueuse.

À titre d’exemples…

  • Ces représentations inhabituelles du corps convoquent bien sûr le cinéma d’horreur ainsi que les films de zombies, de vampires ou de fantômes qui déclinent tout un éventail de corps anormaux, défigurés, morcelés, désincarnés, monstrueux…
  • Une tendance cinématographique récente, souvent nommée extreme cinema, combine des éléments du cinéma d’auteur ou d’art avec des formes de violence extrême et de sexualité morbide qui perturbent les représentations conventionnelles du corps humain. Cette tendance regroupe des réalisateurs comme Gaspar Noé, Claire Denis, Bruno Dumont, Michael Haneke, Lars Von Trier ou encore Nicolas Winding Refn dont les films mettent en scène des corps marginaux, bestiaux, agressifs et/ou agressés en les inscrivant dans des problématiques sociales, culturelles ou philosophiques plus larges.
  • C’est aussi le cas du genre du body horror ou biological horror qu’ont illustrés, entre autres, des réalisateurs comme David Cronenberg, Brian Yuzna, Lloyd Kaufman ou Clive Barker. Dans ces films de fiction, l’horreur dérive essentiellement de la dégénération, de la destruction ou de la transformation monstrueuse des corps : des maladies, des pathologies psychosomatiques ou encore divers phénomènes de mutation y déforment les traits de la figure humaine à l’écran au point, parfois, de la rendre méconnaissable.
  • Certaines productions (films d’action, séries…) mettent en scène des surhommes voire des super-héros dont les corps ne sont pas soumis aux limites habituelles des capacités physiques des êtres humains.
  • D’autres films ré-interrogent le corps humain à la lumière des études de genre et des théories queer, proposant une vision du corps beaucoup plus plastique, instable que nombre de films classiques qui reproduisent une vision essentialiste de la corporéité et de l’identité.
  • Certains films expérimentaux travaillent à remodeler la figure humaine à travers un éventail de techniques et de stratégies filmiques qui offrent de nouvelles variations dans la gamme des représentations du corps humain.

Informations pratiques

Candidature et inscription

Les candidats devront transmettre un résumé de leur projet de communication d’environ 500 mots ainsi qu’un court CV à BodyInFilm.ENS@gmail.com

avant le 15 janvier 2014.

Ils recevront une réponse du comité d’organisation fin février au plus tard et devront s’acquitter, en cas d’acceptation, de frais d’inscription d’un montant de 20 €.

Les trajets et l’hébergement seront à la charge du participant.

Langues acceptées pour les communications

Français et Anglais

Dates et lieu de l’événement

Le colloque aura lieu à L’Ecole Normale Supérieure de Paris (Amphithéâtre Dussane), les 27 et 28 juin 2014.

Responsabilité scientifique

  • Jérôme Bloch
  • Benjamin Flores
  • Sophie Walon

(ARIAS, ENS, Paris III).

Publication des actes envisagée (à confirmer).

 

« Les représentations troublées du corps au cinéma », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 29 octobre 2013, http://calenda.or