Colloque – Hybridations, Immersions et Sensations dans l’activité physique et les pratiques corporelles

Colloque – Hybridations, Immersions et Sensations dans l’activité physique et les pratiques corporelles


A la faculté du Sport, Université Henri Poincaré – Nancy Université,

16 – 17 juin 2011.

Organisation : Anne Sophie Sayeux (PAEDI, Université Blaise Pascal, Clermont 2), Olivier Sirost (CETAPS, Université Rouen), Bernard Andrieu (Faculté du sport, LHSP UMR 7117 CNRS Université Henri Poincaré, Nancy Université).

bernard.andrieu@staps.uhp-nancy.fr

A-sophie.SAYEUX@univ-bpclermont.fr

olivier.sirost@univ-rouen.fr

Argumentaire

Les usages sociaux du corps participent pleinement à la construction des savoirs, des techniques et des milieux dans lesquels ils se déploient. Pourtant, ils ont peu fait l’objet d’analyses à partir du point de vue du corps.

Il convient de rappeler que les cures de nature, tout comme la découverte des cœnesthésies s’accompagne de la montée des paradigmes empiristes et sensualistes. Les correspondances de Rousseau et Condillac, tout comme la relation de Burke à la compagnie des Indes orientales ou les travaux de Diderot et Berkeley sur les sens, ne sont pas étrangères à une mise en forme de la pratique. Les immersions dans la nature (aérothérapie, balnéothérapie, …) vont de pair avec une philosophie introspective du corps et de l’écoute de soi que l’on retrouve très tôt chez Burton ou Maine de Biran.

C’est aussi la saisie du vertige, du monstre ou du sauvage tapis au fond de soi qui guide la saisie de l’expérience sensible. L’esthétique du sublime à l’heure romantique favorise l’apprivoisement de la vacuité et le jeu avec les peurs. L’importance accordée à l’ambiance, au langage sensoriel, à l’impression esthétique témoigne ici également d’une tentative de saisie de la dimension sensible dans les usages du corps. Les thématiques de la mer ou de la montagne dans les œuvres romantiques, du désert chez les orientalistes ou du déjeuner sur l’herbe chez les impressionnistes mettent en image un faisceau d’expériences vécues et sensuelles.

Cette effervescence est tout aussi vivace dans les milieux éducatifs où la formation par l’expérience ou par le milieu devient progressivement un thème prisé des pédagogies nouvelles. De ce point de vue, il convient également de resituer des pédagogues tels que Dewey dans les perspectives adoptées par le pragmatisme. Le statut de l’expérience corporelle est alors directement injecté dans l’édification du connaître. Ces quelques rappels – non exhaustifs – situent l’objectif de ce colloque : appréhender les pratiques corporelles dans leurs évolutions et leurs actualités par le prisme des approches sensibles.

Il s’agit de regrouper autour de ces questions tant les avancées augurées par les historiens (de la nouvelle histoire à l’anthropologie sensorielle), les anthropologues (de l’anthropologie biologique à l’anthropologie sociale et culturelle), les sociologues (du pragmatisme aux phénoménologies) ou les philosophes.

Le colloque s’articulera autour de trois questions :

  1. 1-            Nouvelles technologies et corporéité

Comment l’intégration de la matière transforme les corps et nos sensibilités – L’interaction est incorporée par l’hybridation au point de transformer le vécu corporel, amélioré objectivement ou subjectivement par l’objet et la technique biotechnologique. Comment, par exemple, l’insertion de prothèse du genou ou de la hanche prend-elle la place de l’organe défaillant en restaurant la fonction articulatoire ?

  1. 1. 2-           Ecologie corporelle et pratiques immersives

Quels milieux d’immersion des corps sont privilégiés et que disent-ils sur notre présence au monde – S’il est d’usage de se « sentir bien dans son élément », en quoi, comment et pourquoi se sent-on bien dans les éléments naturels ? On peut s’interroger sur les sens mobilisés par les pratiques immersives, mais aussi sur les plaisirs des sens qu’elles procurent. Que recherchent donc les individus dans cette nature sensuelle ?

  1. 3-            Expériences vécues et formation corporelle

Comment se transmet l’expérience vécue – De quelle manière, une sensation pouvant être perçue d’un premier abord comme négative peut-elle être apprise et transmise comme étant positive ?  Il s’agit de comprendre en quoi l’apprentissage d’une activité corporelle peut transformer la « perception des effets ».

Jeudi 16 juin 2011

9h00 Ouverture Olivier Sirost (Université de Rouen), Anne-Sophie Sayeux (Université de Clermont Ferrand) et Bernard Andrieu (Université de Nancy)

Atelier 1 : Immersion (Présidence :Olivier Sirost)

9h30 Eric Doidy Sociologue, CR1 Institut National de la Recherche Agronomique LISTO AgroSup Dijon : L’expérience de soldats atteints de stress post-traumatique dans des fermes « bio ». Nouvelles attentes normatives envers le travail agricole.

10h00 Mathieu Duvignaud, NÓBREGA terezinha petrucia, UFRN  Groupe de recherche sur le corps et la culture du mouvement : BIOFEEDART Chiasme, corps, art, technologie et éducation

10h30 Lucas Guffanti, Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po Paris – Doctorant : De la perception du cadavre de l’indigent à sa gestion par les associations et les administrations.

Pause Café

11h15 Florian Lebreton Docteur en Sociologue, Université de Rennes : La formation corporelle du tracer. Du gymnase au béton, récit d’une expérience urbaine.

11h45Aurelie Michel Centre de Recherche sur les Médiations (CREM) Université Paul Verlaine-Metz : Corps et matrices naturelles : l’expérience d’une renaissance, la mise au monde d’une topographie corporelle singulière

12h15 Guillaume Routier ATER UFR APS Rennes 2 Université Européenne de Bretagne L’apnée en immersion libre face au processus sensible de construction identitaire

Pique Nique

14h00 Marion Richez Doctorante Philosophie Université de la Sorbonne Paris : HABITER SON CORPS, HABITER LE MONDE Ou comment se constitue une conscience écologique globale  à partir d’un rapport privilégié au corps propre

14h30 Annabelle Tallet (Docteure Sociologie Paris 5) : Corps extrêmes : déconstruction du corps et construction du sens en milieu Hip Hop et Techno

Atelier 2 : Sensation (présidence : Anne-Sophie Sayeux)

15h00  David Bihanic, Université d’Auvergne – Clermont-Ferrand 1, LETA-CREDE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Corps-médian Analyse phénoménologique de la notion de « milieu »

15h30 Nicolas Commune Doctorant Laboratoire GRIS Université de Rouen : Ecoute du corps, santé et connaissances intuitives : Pratiquer l’ayurvéda: une intériorisation de la nature?

16h00 Marie Luce Gelard (MC Anthropologie Université Paris 5) : Le corps et l’environnement en contexte saharien : dessiccation et manière d’être

16h30 Clemence Coconnier ( Doctorante Sociologie, Université de Toulouse) : Toucher l’air comme expérience corporelle du vertige dans les arts du cirque

Pause Thé/café

17h15  Jeremy Damian (EMC2-LSG (UPMF-Grenoble 2 – EA 1967)Emotion-Médiation-Culture-Connaissance Université Pierre Mendès-France : L’expérience en partage : Les épreuves du corps pour qualifier ce qu’il en est de ce qu’il est en situation d’improvisation. Le cas de la pratique de la danse contact improvisation

17h45 Stephane Heas (MC HDR Sociologie, Univ de Rennes) : Des expériences et des expressions corporelles exceptionnelles

18h15 Aurelia Leon (Doctorante MODYSUniversité Lumière Lyon 2) : Pratiques de genre et féminismes insolents : de la place de l’expérience sensible dans la construction d’ontologies et de subjectivités dissidentes

Soirée Barbecue

Vendredi 17 juin  2011

9h00  Laurent Melito (Doctorant EHESS) : Une grammaire sensible des corps photographiés dans une forme de marchandisation

9h30 Guillaume Mariani (GEPECS Paris V) : Habiter les plis mobiles de l’océan: l’expérience

Sensible  de la glisse  dans les vagues

10h00 Biliana Fouilloux MC LEI/ER3S, L’Université de Lille 2 : L’éducation somatique et le danseur : « être bien dans son corps »

10h30 Celine Bryon-Portet (MCF science de l’information et de la communication Institut National Polytechnique – Université de Toulouse Chercheur au LERASS (Laboratoire d’Etudes et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales) EA 827) : L’expérience sensible du corps dans les rites maçonniques : enjeux et perspectives d’un enseignement symbolique et empirique

Pause Café

Atelier 3 : Hybridation (présidence : Bernard Andrieu)

11h15 Sophie Dalle-Nazebi, Sociologue, LISST  Université de Toulouse 2 SCIC WebSourd Pôle Recherche, Développement, Évaluation : Dialoguer avec des sourds, une expérience heuristique

11h45  Mathieu Quet & Patrick Trabal (CERSM – Université Paris Ouest Nanterre) : Expérimenter des usages à venir ? Le corps sportif à l’épreuve des nanobiotechnologies et les enjeux du dopage génétique.

12h15 Romuald Jean-Dit-Daniel, Dominique Cupa Laboratoire des Atteintes Somatiques et Identitaires (LASI),Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : Du vampire au Cyborg, Quand la sur-vie somatique et psychique est sus-pendue à une machine d’hémodialyse : Perspectives psychopathologiques chez le sujet en insuffisance rénale chronique

Pique Nique

14h00 Stéphane Marpot (M2, Anthropologie, Université Lumière Lyon 2) : Anthropologie des relations hommes-machines dans un laboratoire en neurorobotique. Hybridations biomécaniques et constitution du devenir social de l’androïde.

14h30 MARTIN-JUCHAT Fabienne, ZAMMOURI Hédi, Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication (GRESEC- EA) Grenoble Universités & PACTE – UMR Grenoble Universités –  La technologie comme révélateur de nos modes de présence : le cas des capteurs de mouvement

15h00 Eric Perera & Sylvain Rouanet (Laboratoire SantESiH  Staps Montpellier) : « Tu as signé pour en chier ! » : fabrique puritaine d’un corps body-buildé

Pause Thé Café

15h45 Alexandre Klein Doctorant Philosophie, LHSP Archives H. Poincaré/UMR 7117 CNRS Nancy Université – Université Nancy 2 : L’imaginaire du corps sensible comme nouvelle utopie de la santé

16h15  Florence Thurmes (2L2S-ERASE- Université de Metz) : Art et immersion

16h45 Marie-Aimée Lebreton MCF Art, Membre du CREM (centre de recherche sur les médiations) Université Paul Verlaine Metz, UFR Sciences Humaines et Arts : L’Esthétique comme évènement : Toucher le son.

Départ SNCF