Séminaire – Ce que les normes de genre font aux corps Trans / ce que les corps Trans font aux normes de genre

Séminaire – Ce que les normes de genre font aux corps Trans /  ce que les corps Trans font aux normes de genre

Le 18 mars 2010 avait lieu à Bordeaux une journée d’étude organisée par le séminaire “ce que les normes de genre font aux corps Trans /  ce que les corps Trans font aux normes de genre”

Toutes les vidéos de cette journée sont disponibles sur :

SEMINAIRE TRANS 18 MARS 

Les prochaines dates du séminaires Trans :

–  jeudi 14 avril, de 17 à 19h, département de sociologie, salle des professeur (Bordeaux II).

Dr Erika Volkmar, de la Fondation Agnodice (www.agnodice.ch), qui nous rendra compte du projet : “Changer le paradigme de la santé transgenre: 5 ans d’expérience dans le développement d’une approche participative en Suisse”

vendredi 29 avril, (jumelée comme chaque année avec le festival Cinémarges)
Séance de 18 à 20h, amphithéâtre Gintrac. (Bordeaux II)
Nous recevrons cette année Maxime Cervulle, pour une conférence illustrée sur le thème : Penser l’homonormativité 

À l’heure où la « modernité » d’une population ou d’un territoire est indexée sur le traitement réservé aux femmes et aux minorités sexuelles (Altman, 2001), la lutte internationale contre l’homophobie s’est imposée au point de faire consensus au sein de la sphère publique. Elle a pu revêtir la forme singulière d’une cartographie du moderne, reléguant certains espaces hors de la « civilisation ». À travers elle, se dessinent ainsi de nouvelles frontières culturelles qui participent de la légitimation du renforcement des politiques migratoires européennes (Haritaworn et. al, 2008) ou de la « lutte contre le terrorisme » conduite par les États-Unis (Puar, 2007). En France, le discours anti-homophobe est régulièrement instrumentalisé pour dresser le portrait d’un Islam construit comme menace. Ce recrutement de la politique gay et lesbienne au service de politiques nationalistes et discriminantes pose plus largement la question de l’homonormativité. Comment penser l’articulation entre l’agenda politique gay et lesbien contemporain, marqué par une volonté d’« assimilation » normative, et le rôle nouveau qu’endosse la lutte contre l’homophobie au sein de la sphère publique ?