Appel à communications – Voyages de santé et voyages thérapeutiques chez les écrivains

Appel à communications – Voyages de santé et voyages thérapeutiques chez les écrivains

Date limite : 1 mars 2012 

Colloque international (Université de Limoges, Equipe “Espaces humains et interactions culturelles” (EHIC EA 1087)

du mardi 16 au jeudi 18 octobre 2012

Nous avions, lors des premières journées d’étude organisées à Limoges, en 2010, réuni douze études – sous le titre Le corps et l’esprit en voyage[1], qui s’efforcent de faire le point sur la notion de voyage thérapeutique à travers les âges, soit du point de vue du thérapeute, soit du point de vue du patient, soit encore d’un point de vue extérieur : ami, accompagnateur, témoin. Ces voyages, parfois uniquement spirituels, furent étudiés en tant qu’apportant un bienfait au corps et à l’esprit, bienfait réel, bienfait imaginaire, bienfait supposé, bienfait refusé parfois par l’observateur satirique ou sceptique. De notre première série d’études, nous avons retenu plusieurs résultats : d’une part, la capacité des écrivains – mieux que quiconque sans doute – à décrire voire à prescrire des styles de vie, de séjour, de voyage dont ils sont parfois les inventeurs ; d’autre part le fait que, d’un point de vue littéraire, aucun des voyages présentés n’était sans retour ni sans bénéfice.

Nous aimerions donc approfondir ce terrain d’étude en concentrant notre attention sur lesproductions littéraires qui découlent de ce type d’observation lorsque l’écrivain – la plupart du temps voyageur, patient, curiste, ou simple témoin – puise non seulement un bienfait dans le remède qu’il expérimente, mais aussi une source d’inspiration, une créativité nouvelle dans le climat qui l’entoure, les rencontres, la sociabilité qu’il développe en chemin ou sur les lieux de la cure, enfin les « choses vues » qu’il engrange sous sa plume.

Quelle analyse fait-il du soin, quelles représentations du corps soigné élabore-t-il ?

Quel zèle apporte-t-il à ce soin, quelle attitude philosophique, scientifique développe-t-il, du scepticisme à l’empathie, de la satire à l’éloge, à l’égard de la médecine de son temps et des patients qui s’y soumettent ?

Quel profit esthétique tire-t-il d’un tel voyage : découvertes exotiques, séjour aux eaux, pratique des bains, contribution à l’essor du tourisme, rencontres décisives ? Les formes ou genres pratiqués se font-ils différents de ses choix habituels (notes, journal, mémoires, correspondance) ? Son écriture en est-elle ponctuellement, définitivement marquée ?

C’est ainsi que nous espérons poursuivre l’analyse de l’écriture du corps à travers les siècles, ainsi que celle de la mise en récit des soins qui lui sont apportés. Ce colloque veut contribuer à l’histoire de la représentation de la médecine et des soignants, comme à celle des lieux de soins. À ce titre, les témoignages antiques nous paraissent aussi précieux que les documents médiévaux ou renaissants. L’époque moderne a déjà largement contribué à proposer les souvenirs des écrivains dans ce domaine, mais les réexaminer doit servir à revivifier leurs significations, surtout à travers le renouveau de l’intérêt pour la médecine que traduisent l’époque des Lumières, le XIXesiècle hygiéniste et le XXe siècle qui s’est doté de nouvelles techniques et de nouveaux lieux. Nous attendons enfin la contribution d’observations à caractère directement sociologique, anthropologique, psychanalytique ou médical ou de toute discipline pertinente.

Les propositions de communications sont à adresser avant le 1er mars 2012 à

Christine de Buzon cdebuzon@orange.fr & Odile Richard-Pauchet opre.pauchet@wanadoo.fr

 

[1] Le corps et l’esprit en voyage, Le voyage thérapeutique, dir. Christine de Buzon et Odile Richard-Pauchet, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », à paraître en 2012.