Parution – Le corps féminin dans la poésie latine tardive

Parution – Le corps féminin dans la poésie latine tardive

 

Sophie Malick-Prunier, Le corps féminin dans la poésie latine tardive, Paris, Les belles-Lettres, 2011, 320 p.

 

Lointaines héritières des amantes chantées par les élégiaques, les femmes que font revivre les poèmes latins tardifs en ont gardé la beauté et l’esprit. Tantôt volages et tantôt chastes, tantôt mères et tantôt vierges pures, elles incarnent une facette méconnue de l’Antiquité, celle d’une époque où l’héritage littéraire classique s’accorde encore harmonieusement avec les exigences de la foi nouvelle. Qu’ils soient païens ou chrétiens, les poètes se rejoignent plus souvent qu’on ne le pense dans une célébration commune du corps féminin, grâce à toutes les ressources d’une poétique de la profusion.

 



Citer ce billet
Nahema Hanafi (2011, 24 novembre). Parution – Le corps féminin dans la poésie latine tardive. Corps et Médecine. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n5sn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search