Journée MEDFILM – Histoire du film médical et sanitaire en France et en Allemagne : Recherche, enseignement et propagande, 1895-1960

Journée MEDFILM – Histoire du film médical et sanitaire en France et en Allemagne : Recherche, enseignement et propagande, 1895-1960 

MEDFILM JE2
À la croisée de la promotion, de la formation et du film expérimental médical :
Éric Duvivier et la compagnie de production ScienceFilm (1950-2000)

Date : Vendredi 21 septembre 2012. e
Lieu : Université Paris Diderot, Grands Moulins, salle Pierre-Albouy (685 C / 6 étage). Coordination : Thierry Lefebvre / Christian Bonah / Vincent Lowy.
En partenariat avec le CERIMES.

Les journées d’études organisées autour du cinéma médical proposent de diversifier les approches de cette production, en privilégiant à chaque fois un référent commun. Lors des journées des 10 et 11 juin 2010, il s’agissait de « tourner autour » d’un film (L’Ennemi dans le sang de Walter Ruttmann), à l’occasion de celle du 20 janvier 2012, le centre d’intérêt était une production spécifique, celle du CNDP, dédiée au cinéma pédagogique.

Pour cette nouvelle journée, c’est l’œuvre d’un réalisateur et de sa compagnie de production qui sera l’objet d’étude. Éric Duvivier est l’auteur d’une ample filmographie, dédiée à la connaissance médicale et pharmaceutique, et le dirigeant de la société de production ScienceFilm. Entre 1950 et 1990, il réalise plus de 600 films médicaux, généralement financés par le mécénat des laboratoires pharmaceutiques (laboratoires Sandoz, Lagrange, Servier, etc.). Son œuvre se situe à l’interface entre les stratégies de marketing de l’industrie pharmaceutique, le dialogue avec les grands patrons du monde médical et la création du film expérimental. Son art consiste à servir l’information scientifique grâce à un traitement cinématographique approprié. C’est cette démarche qui unit l’exposé clinique de Coeur et magnésium aux visions psychédéliques d’Images d’un monde visionnaire, ou aux divagations mélancoliques d’Autoportrait d’un schizophrène. C’est elle qui donne une cohérence, d’un film à l’autre, aux vues réalistes, aux compositions abstraites, ou encore aux mises en scène dramatiques. Le réalisateur subordonne ses choix de mise en scène à la vocation d’enseignement de ses films. C’est pour cerner l’identité d’une maladie (psychiatrique, cardiaque, intestinale, etc.) qu’il mobilise sa puissance d’évocation des états intérieurs. Pour d’autres types de sujets, il peut privilégier la parole du patient, la surlignant d’un commentaire analytique au moment où il la met en scène. De cette façon, son œuvre combine indistinctement le registre du reportage à celui du film expérimental. C’est à partir de sa diversité stylistique remarquable que les contributions vont tenter d’en éclairer les contenus.

La présence d’Éric Duvivier permettra d’entendre son témoignage et son point de vue de réalisateur sur les évolutions du film médical. La présence de Jean-François Renac, ancien responsable du fonds audio-visuel du Service du film de recherche scientifique (SFRS devenu CERIMES), complètera ce point de vue avec le regard d’un producteur institutionnel.

Programme Matinée 10h – 13h

Introduction
Thierry Lefebvre (Université Paris Diderot), Christian Bonah (Université de Strasbourg), Peggy Domeyne (CERIMES)

Éric Duvivier : « 50 ans de film médical : ScienceFilm, une compagnie de production et ses réalisations ».

Thierry Lefebvre (CERILAC, Université Paris Diderot) : « Un cinéma d’auteur ».

Après midi : 14h30-17h30

Jean-François Renac (SFRS/CERIMES) : « Production et diffusion des films d’Éric Duvivier. Fonctionnement et action du SFRS ».

Christian Bonah (SAGE, Université de Strasbourg) : « Formation et promotion : les films “d’enseignement” de cardiologie d’Éric Duvivier ».

Anne Masseran (Université de Strasbourg, CREM Université de Lorraine) : « Les “spécificités féminines » dans le film médical d’Éric Duvivier : problèmes et traitements ».

Joël Danet & France Garat (SAGE, Université de Strasbourg ; CREM, Université de Lorraine) :
« Quand un médecin rencontre un autre médecin : mise en scène d’une parole professionnelle dans le film Sur les traces de Balint d’Éric Duvivier ».

Le CERIMES, Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur, est un service associé au CNDP, Centre national de documentation pédagogique, et placé sous la tutelle de la direction générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle (DGESIP) du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Il prend la succession du Service du film de recherche scientifique (SFRS).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.