Appel à communication – L’écriture savante des troubles mentaux : enjeux et débats

Appel à communication. L’écriture savante des troubles mentaux: enjeux et débats.

Session n°21 au Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques : 28-29-30 avril 2014 à Lyon.  

 

Nous vous invitons à proposer une communication dans le cadre de la session n°21 « L’écriture savante des troubles mentaux: enjeux et débats » du prochain Congrès de Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques organisé par le laboratoire « Sciences et Société -Historicité, Éducations, Pratiques » (S2HEP, EA 4148) de l’Université de Lyon 1.

 

Les propositions (comprenant un titre et une dizaine de lignes) sont à soumettre directement sur la plateforme sciences.conf après création d’un compte à l’adresse suivante : http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/

Attention ! Date limite d’envoi : 10 janvier 2014. 

 

 

L’écriture savante des troubles mentaux : enjeux et débats.

 

Depuis la volonté pour la psychiatrie de faire science (entreprise dont la légitimité suscite encore des doutes), la question du diagnostic est centrale à la recherche au sein de cette spécialité médicale. Deux approches principales -catégorielle et dimensionnelle – coexistent pour penser la pathologie mentale et traiter les sujets présentant des troubles identifiés. La formation et la pratique médicales en psychiatrie sont caractérisées par le recours aux outils diagnostiques tels que le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) dont la cinquième version, en 2012/3, induiraient, selon certains, le risque d’une psychiatrisation du corps social, au vu de l’élargissement de certaines catégories cliniques dont l’assise théorique apparaît faible. Les modes de production du diagnostic sont parcourus de controverses et de débats récurrents tout au long de l’histoire de la psychiatrie et doivent être de fait un terrain privilégié pour l’histoire des sciences médicales.

 

Notre panel se propose d’explorer les conditions et les systèmes de pensées propices à la constitution et à la mise en place de dispositifs de lectures des troubles mentaux et leurs conséquences pour l’individu étiqueté « fou », malade mental, en souffrance psychique ou inadapté socialement. La place croissante du patient comme acteur social dans les modalités de recherche modifie en partie les termes du débat. Comment prendre en compte le rôle croissant des collectifs d’usagers,  qui s’emparent de ces questions pour revendiquer ou, au contraire, dénoncer les constructions et usages sociaux de certains troubles (syndrome d’Asperger, hyperactivité) et participent à la disqualification ou à la reconnaissance des catégories ? Les controverses contemporaines à propos de la nosographie psychiatrique marquent-elles réellement une rupture avec de plus anciens débats – qu’on songe ainsi aux discussions autour de l’hystérie, des personnalités multiples, de la schizophrénie infantile ?  Une nouvelle écriture savante des troubles, par-delà le clivage entre naturalisation ou constructivisme, est-elle envisageable ?

 

Ce sont des travaux apportant un éclairage sur ces aspects de l’âge contemporain ou des travaux rénovant notre connaissance de situations plus anciennes que nous souhaitons mettre en avant dans ce panel.

 

Nausica Zaballos (Centre Alexandre Koyré / IRIS -Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux) et Jean-Christophe Coffin (Centre Alexandre Koyré)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *