Appel à contribution – Construction et définition du corps

Appel à contribution – Construction et définition du corps

 

Le comité de la Maison du Japon organise chaque année des réunions scientifiques dans le cadre du Centre d’Etudes Multiculturelles (CEM). Le premier CEM, qui aura lieu le dimanche 8 février 2014, portera sur le thème de Construction et définition du corps.

Le corps humain est un thème déjà abordé par les sciences naturelles et les sciences humaines et sociales. Le corps est ainsi défini comme une construction issue de conditions politiques et sociales précises et différentes dans le temps. Il est également en rapport étroit avec les connaissances scientifiques, et plus particulièrement les évolutions de la médecine et de la biologie contemporaines. Ce processus de constitution de la vision du corps devient ainsi un objet de recherche également abordé par les sciences esthétiques et philosophiques. A la suite des volumes Histoire du corps publiés sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, qui ont permis de reconstituer les évolutions des conceptions relatives au corps de points de vues historiques, artistiques et biologiques de la Renaissance à nos jours, de nombreux schémas expliquant ces constructions du corps humains sont mis en place par des spécialistes variés. Ainsi, ces recherches ainsi que les débats qui en découlent se sont intensifiés. Nous souhaiterions également soulever ces problématiques transversales à nos champs de recherches.

A l’occasion de cette première session de CEM, nous espérons, à travers des exposés de recherches croisant les sciences naturelles, humaines et sociales, soulever des interrogations sur les méthodes mises en place par ces sciences pour approcher le corps. A travers ces débats, nous souhaitons organiser un colloque interdisciplinaire permettant de dépasser les frontières de chaque domaine de recherche.

Pour cette première session du CEM aucune discipline précise et unique n’est appelée. Nous souhaitons au contraire rassembler des interventions et des spécialistes de disciplines différentes pouvant aborder la question de la définition du corps humain tant du point de vue de sa construction au sein des sciences naturelles que de son expression, de son rapport à l’éducation, à la politique et la sociologie, à la littérature, à l’architecture, à l’hygiène, la médecine et la santé, ainsi que de la bioéthique, des études de genre et du folklore.

Chaque intervention de 20 minutes sera l’occasion pour les chercheurs de présenter tant les dernières découvertes de leurs champs d’activité que d’exposer leurs points de vue originaux sur ces sujets. Nous souhaitons ainsi, et afin de pouvoir palper des horizons théoriques divers dépassant les champs disciplinaires, des exposés concis, accessibles et méthodologiquement construits.

Nous précisons que chaque intervenant du CEM a la possibilité de présenter un article de leur exposé dans notre publication annuelle, le Cahier Multiculturel de la Maison du Japon. Ce cahier est une publication régulière à laquelle est attribué un numéro ISSN (International Standard Serial Number) et sera à ce titre déposé à la bibliothèque de la Maison du Japon et à la Bibliothèque Nationale de France.

Des professeurs d’université sélectionneront les interventions jugées les plus pertinentes.

Modalités de soumission

  • Sessions : le dimanche 8 février 2014
  • Place : la grande salle de la Maison du Japon
  • Domaines : tous
  • Soumission : Ceux qui souhaitent faire un exposé au CEM doivent présenter un résumé de l’exposé d’environs 300 mots, ainsi qu’une brève présentation de son parcours à Hiromi MATSUI (cem.maisondujapon [a] gmail.com),

avant le vendredi 29 novembre 2013.

  • Langue : Français ou Anglais
  • Durée d’exposé prévu : 20 minutes de l’exposé et 10 minutes de débat

Pour un exposé, il est possible d’utiliser PowerPoint et des diapositives.

Le comité d’organisation de la première session de CEM 2014, Construction et définition du corps

  • Matsui Hiromi (chargée de CEM, Comité de Maison du Japon ; Université Paris X-Nanterre ; University of Tokyo)
  • Delphine Mulard (Inalco, Chercheur associée à la Bibliothèque nationale de France)
  • Daimaru Ken (Université Paris X-Nanterre ; Birkbeck College, University of London, Inalco)

LIEUX

  • Maison du Japon, cité universitaire (RER B) – 7c Bd. Jourdan
    Paris, France (75014)

DATES

  • vendredi 29 novembre 2013

CONTACTS

  • Hiromi Matsui
    courriel : cem [dot] maisondujapon [at] gmail [dot] com

 

« Construction et définition du corps », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 novembre 2013, http://calenda.org/266330

Conférence internationale – Information, persuasion, propagande. Le film médico-sanitaire

Conférence internationale –  Information, persuasion, propagande. Le film médico-sanitaire comme mode de communication entre science, médecine, sphère publique et société en France, 1900-1960

20-21 Juin 2014, Auditorium MISHA, Université de Strasbourg, France.

 

Les thématiques préliminaires de la conférence concernent:

1)     La production française dans le cinéma médical dans la période 1900 – 1960 Sujets privilégiés, ses modes de diffusion, ses figures majeures

2)     Le film médico-sanitaire français dans le contexte international, 1900-1945

3)     Vers une internationalisation du film médico-sanitaire 1945-1960

 

Pour toute question et pour la soumission d’un résumé de maximum 500 mots :

medfilm@unistra.fr

Date limite de soumission: 5 Janvier 2014

Réponse aux participants par le comité d’organisation: 7 Février 2014

Précirculation des contributions/textes par les participants: 20 Mai 2014.

Conference languages: English and French.

 

Annonce complète et argument à:
http://dhvs.u-strasbg.fr/2013/11/17/appel-a-communication-propagande-juin2014/

http://medfilm.unistra.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Appel à communications – Les représentations troublées du corps au cinéma

Appel à communications – Les représentations troublées du corps au cinéma

Ce colloque invite les artistes et les chercheurs en études cinématographiques et audiovisuelles à réfléchir sur les représentations troublées du corps humain à l’écran. Les propositions de communication pourront ainsi porter sur l’analyse de corps qui, de quelque manière que ce soit, sortent des normes : corps meurtris ou mutilés (séquences guerrières, horrifiques, hospitalières…), robotisés (fusion du mécanique et du biologique, exosquelettes…), hybrides, reconstruits ou en transformation (chirurgie, mutation, transsexualité, vieillissement, maladie…), difformes, défigurés ou monstrueux, etc. Les communicants pourront également examiner les techniques et stratégies filmiques qui peuvent perturber la représentation des corps à l’écran (cadrage, montage, lumière, mise au point, etc.).

Les mises en scène de figures atypiques voire monstrueuses – qui contrastent fortement avec les images dominantes, lisses et normalisées du corps humain – soulèvent de nombreuses problématiques telles que la marginalité, la transgression, l’hybridité, les mutations et l’évolution de la figure humaine, la plasticité du corps, la frontière entre le normal et le pathologique, entre l’humain et l’inhumain, etc. Les auteurs sont donc encouragés à explorer ces diverses thématiques et/ou à examiner les effets produits par la représentation de tels corps sur les spectateurs (fascination morbide ou répulsion, plaisir ou dégoût, détachement ou engagement viscéral…).

Pistes de réflexion

Voici une liste non-exhaustive de problématiques, de thèmes et de pistes d’analyse que ce colloque pourra aborder :

Approches philosophiques possibles :

  • Pourquoi certains réalisateurs cherchent-ils à bouleverser les représentations traditionnelles du corps ?
  • Quelles ressources esthétiques emploient-ils pour façonner à l’écran des corps qui s’écartent des normes ?
  • Ces représentations singulières, parfois inquiétantes de la corporéité humaine sont-elles nécessairement rattachées à des genres cinématographiques ou télévisuels spécifiques, tels que l’horreur ou la science-fiction ?
  • De quelles conceptions théoriques et philosophiques du corps ces représentations sont-elles solidaires ?
  • Quelles (re)définitions de la notion de corps suggèrent-elles ?
  • Quelles visions de l’homme proposent-elles ?
  • Quelles implications sociales, culturelles ou politiques renferment-elles ?
  • Quels discours critiques ces corps peuvent-ils incarner ?

Approches thématiques possibles :

  • Le monstrueux
  • Post-humains et trans-humains
  • L’humain et l’inhumain
  • Animalités du corps humain
  • Nouvelle époque, nouveaux corps
  • Déviances sexuelles
  • Transgression des normes de genres (sexuels ou cinématographiques)
  • Homosexualité, transsexualité, hermaphrodisme…
  • Le corps comme allégorie des évolutions ou des crises sociales, culturelles, politiques, économiques…
  • Etats et formes extrêmes du corps (exemples : obésité, anorexie/boulimie, maladies, crise de manque, etc.)
  • Débordements hyperesthésiques à l’écran, sensations viscérales et/ou anxiogènes : la corporéité troublée des spectateurs
  • Mutations, transformations, métamorphoses et “devenirs”

Techniques et stratégies filmiques de perturbation des corps à l’écran :

  • Effets spéciaux, prothèses, maquillages et costumes sont bien sûr des outils majeurs de façonnement, de transformation et, en définitive, d’invention des corps à l’écran.
  • Le travail de mise en scène peut aussi opérer toutes sortes de défigurations du corps humain, notamment à travers le choix des cadrages, l’utilisation de différentes focales, du flou ou de la surimpression qui peuvent fragmenter, troubler ou dédoubler les corps.
  • L’utilisation de la lumière et de ses réflexions sur les corps (ombres, striures) peuvent aussi découper, redessiner voire déformer leurs contours.
  • C’est aussi en post-production, par la scission d’un raccord, par le découpage du montage que les corps peuvent être “agressés”, perdre leur unité, leur cohérence ou leur densité.
  • De même, le travail sur les effets et textures sonores peuvent dématérialiser les corps ou, au contraire, leur conférer une dimension pesante qui peut devenir inquiétante voire monstrueuse.

À titre d’exemples…

  • Ces représentations inhabituelles du corps convoquent bien sûr le cinéma d’horreur ainsi que les films de zombies, de vampires ou de fantômes qui déclinent tout un éventail de corps anormaux, défigurés, morcelés, désincarnés, monstrueux…
  • Une tendance cinématographique récente, souvent nommée extreme cinema, combine des éléments du cinéma d’auteur ou d’art avec des formes de violence extrême et de sexualité morbide qui perturbent les représentations conventionnelles du corps humain. Cette tendance regroupe des réalisateurs comme Gaspar Noé, Claire Denis, Bruno Dumont, Michael Haneke, Lars Von Trier ou encore Nicolas Winding Refn dont les films mettent en scène des corps marginaux, bestiaux, agressifs et/ou agressés en les inscrivant dans des problématiques sociales, culturelles ou philosophiques plus larges.
  • C’est aussi le cas du genre du body horror ou biological horror qu’ont illustrés, entre autres, des réalisateurs comme David Cronenberg, Brian Yuzna, Lloyd Kaufman ou Clive Barker. Dans ces films de fiction, l’horreur dérive essentiellement de la dégénération, de la destruction ou de la transformation monstrueuse des corps : des maladies, des pathologies psychosomatiques ou encore divers phénomènes de mutation y déforment les traits de la figure humaine à l’écran au point, parfois, de la rendre méconnaissable.
  • Certaines productions (films d’action, séries…) mettent en scène des surhommes voire des super-héros dont les corps ne sont pas soumis aux limites habituelles des capacités physiques des êtres humains.
  • D’autres films ré-interrogent le corps humain à la lumière des études de genre et des théories queer, proposant une vision du corps beaucoup plus plastique, instable que nombre de films classiques qui reproduisent une vision essentialiste de la corporéité et de l’identité.
  • Certains films expérimentaux travaillent à remodeler la figure humaine à travers un éventail de techniques et de stratégies filmiques qui offrent de nouvelles variations dans la gamme des représentations du corps humain.

Informations pratiques

Candidature et inscription

Les candidats devront transmettre un résumé de leur projet de communication d’environ 500 mots ainsi qu’un court CV à BodyInFilm.ENS@gmail.com

avant le 15 janvier 2014.

Ils recevront une réponse du comité d’organisation fin février au plus tard et devront s’acquitter, en cas d’acceptation, de frais d’inscription d’un montant de 20 €.

Les trajets et l’hébergement seront à la charge du participant.

Langues acceptées pour les communications

Français et Anglais

Dates et lieu de l’événement

Le colloque aura lieu à L’Ecole Normale Supérieure de Paris (Amphithéâtre Dussane), les 27 et 28 juin 2014.

Responsabilité scientifique

  • Jérôme Bloch
  • Benjamin Flores
  • Sophie Walon

(ARIAS, ENS, Paris III).

Publication des actes envisagée (à confirmer).

 

« Les représentations troublées du corps au cinéma », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 29 octobre 2013, http://calenda.or

Appel à communications – Dans les pas du passé. Marche et marcheurs aux XVIIIe et XIXe siècles

Appel à communications – Dans les pas du passé. Marche et marcheurs aux XVIIIe et XIXe siècles

Le présent appel à communication concerne une journée d’études qui se tiendra le mercredi 26 mars 2014 au musée d’histoire de Marseille mais aussi, au delà, dans un second temps, une publication collective plus large dans la collection Corps et âmes des PUP.

La marche a été longtemps le mode de déplacement le plus accessible pour le plus grand nombre. Cette fonction utilitaire s’est progressivement enrichie de significations hédonistes, hygiénistes, en même temps qu’un abondant discours se construisait autour de ses bienfaits, des normes à appliquer dans sa pratique.

Des travaux récents ont été consacrés à la promenade, notamment urbaine, au XVIIIe siècle, et à sa fonction sociale et culturelle (L. Turcot). Nous voudrions déplacer un peu le regard en partant du corps et de ses relations avec la marche : la marche comme activité mettant en jeu le corps, mais aussi les effets supposés de la marche sur le corps et sur l’esprit, le « physique et le moral ».

Quelques pistes non exhaustives :

  • La marche comme moyen de déplacement du plus grand nombre
  • Le pas, les façons de marcher : aspects sociaux
  • Physiologie, psychologie et hygiène du marcheur
  • La marche thérapeutique
  • La manie ambulatoire, le chemineau
  • Marches ritualisées et mises en scène : convois funèbres, marches nuptiales, manifestations
  • Marche et introspection, découverte de soi
  • Marche et genre
  • La marche comme discipline sportive ou comme danse
  • La marche militaire, les pas du soldat, les techniques de marche
  • La marche empêchée, le handicap, la paralysie, ses thérapeutiques
Modalités de soumission
Cette dimension corporelle devra impérativement être mise en avant dans les communications proposées et leur résumé (autour de 10 lignes).
Titres et résumés à envoyer avant le 31 décembre 2013

à carol@mmsh.univ-aix.fr ou anne.carol@neuf.fr

Les communications proposées seront examinées par un comité scientifique (A. Carol, I. Renaudet, O. Roynette, L. Turcot, F. Zanetti).

Il choisira parmi les propositions et établira les communications présentées le 26 mars et celles qui s’intégreront à la publication.

Appel à contribution – Les représentations du corps humain

Appel à contribution – Les représentations du corps humain. Expressions littéraires, manifestations artistiques, témoignages historiques et enjeux idéologiques

L’Université du Havre organise une journée d’études interdisciplinaire qui, cette année 2014, sera consacrée aux diverses représentations du corps humain, au cours des siècles et selon les différentes cultures. Les études porteront aussi bien sur les expressions littéraires, les manifestations artistiques, les témoignages historiques et les enjeux idéologiques.

Les domaines de recherche sont donc ouverts. La diversité des champs d’études aura pour objectif de montrer la richesse du sujet, son importance et son impact au cours des siècles, tout en essayant de trouver des points communs dans les diverses visions et représentations dont il a fait l’objet. Le corps pourra être vu en tant qu’objet culturel, le langage du corps dans le contexte quotidien et rituel étant suffisamment riche et développé pour pouvoir produire du sens.

Autrement dit, le corps peut être représenté comme un système de signes, ce qui permet d’aborder le sujet sous angles différents  et de proposer des sujets variés et enrichissants.

Sa représentation a été plus au moins acceptée aux cours des âges et dans les diverses cultures, et les valeurs qui s’y attachent vont de la simple image anonyme ou personnifiée, où les hommes se regardent comme dans un miroir rassurant, jusqu’aux représentations religieuses, mythologiques ou allégoriques.

Modalités de soumission

Les personnes intéressées sont priées de faire parvenir un titre et un résumé de l’intervention proposée.

Date limite de dépôt : 1 décembre 2013.

Les interventions ont vocation à être publiées dans EOLLE, la revue en ligne et à comité de lecture du GRIC.

  • Stépahne Valter
    courriel : stephane [dot] valter [at] gmail [dot] com

 

Appel à contribution – Agir pour chercher, chercher pour agir : recherches interventionnelles en SHS sur le cancer

Appel à contribution – Agir pour chercher, chercher pour agir : recherches interventionnelles en SHS sur le cancer

 

Dans des travaux de recherche en cours dans le champ des sciences sociales du cancer, les pratiques de recherche-interventionnelle semblent aujourd’hui prendre une importance croissante. Cependant, cette évolution ne semble pas infléchir les représentations du champ académique français qui tendent à déconsidérer ces pratiques par rapport aux recherches dites fondamentales. Pour autant, il semble que de nombreuses recherches en sciences sociales ont pour but ultime de générer des recherches pour l’action. En sciences sociales, notamment, étudier les inégalités sociales, n’est-ce pas, au-delà de la description et de l’analyse, chercher à les combattre ?

Le contexte actuel de mise en lumière de la recherche-interventionnelle notamment dans le cadre des appels d’offres actuels ne doit pas faire oublier que cette dynamique est assez ancienne. Par ailleurs, ces pratiques de recherche sont fréquemment mises en œuvre dans d’autres champs que celui des sciences sociales du cancer, comme la médecine, la santé publique, encore le travail social.

La polysémie du terme nécessite à la fois de réfléchir sur sa/ses définitions mais aussi de situer ces pratiques d’un point de vue historique et géographique. Qu’entend-on concrètement par recherche-action, recherche-interventionnelle, recherche translationnelle ? En quoi et comment ces pratiques se distinguent-elles de la recherche dite fondamentale ? Quels sont les lieux de production de ce type de recherche ? Comment ces lieux, s’ils sont différents s’articulent aux lieux de production de la recherche fondamentale ? Qu’est-ce qui motive le chercheur à s’engager dans ce type de recherche ? Quelles richesses et quelles limites ? Parce qu’elles mettent en jeu plusieurs catégories d’acteurs, ces recherches interrogent avec acuité la position de chercheur en SHS qui doit composer avec d’autres acteurs (professionnels, malades,…), voire d’autres disciplines dans la construction de son objet. Comment s’articulent les différentes disciplines entre elles ? Comment les chercheurs et les autres acteurs prennent position les uns par rapport aux autres ? Il sera aussi question de s’interroger sur la position du chercheur confronté à de nouvelles demandes ainsi que la nécessité sur des terrains dits « sensibles » de s’engager dans une démarche de recherche où l’implication du chercheur est sinon plus forte du moins questionnée.

Organisation de la journée

Cette journée s’organisera en deux temps. La matinée sera consacrée à la présentation de résultats et retour d’expériences de recherches-interventionnelles finalisées ou en cours. L’après-midi sera organisée autour de présentations d’outils de recherche et de méthodologie innovants dans le champ de la recherche-interventionnelle. Les communications seront sélectionnées suite à un appel à communication. Cette journée fera la part belle aux acteurs de la société civile engagés ou intéressés par les pratiques de recherche interventionnelle encancérologie, c’est-à-dire à la fois les professionnels du travail relationnel en tout genre (professionnels de santé quels qu’ils soient (médecins, infirmières, aides-soignantes, professions paramédicales, accompagnateurs en santé), professionnels de l’éducation ou encore du travail social), mais aussi les acteurs associatifs et les chercheurs (jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés).

Axe 1 : Résultats de recherches interventionnelles en sciences sociales sur le cancer

La matinée sera consacrée à la présentation de recherches en cours ou achevées. Sont attendues des communications présentant à la fois le contexte de la recherche (cadre institutionnel, financements, composition de l’équipe, autres caractéristiques spécifiques…) que les principaux résultats de la recherche (que produit la recherche ?). Seront mis en discussion les apports de ces travaux au regard de travaux plus classiques en SHS, tant du point de vue du contenu des recherches que del’expérience des chercheurs qui s’y sont engagés.

Axe 2 : Postures de chercheurs et méthodologies innovantes

L’après-midi sera consacrée à une réflexion méthodologique sur des travaux en cours ou achevés. Sont attendues des communications présentant des dispositifs méthodologiques originaux mis en place dans le cadre de recherches dites interventionnelles. Seront mis en discussions différents aspects soulevés par ces recherches : Qu’est ce que l’intervention fait à la production de connaissances et inversement ? Quelle temporalité entre production de connaissances et intervention ? Quelles relations entre les sociologues et les chercheurs d’autres disciplines ? Entre les chercheurs et les autres acteurs de la recherche (commanditaires/financeurs, public visé,…) ?

Remarque générale

Bien que la journée distingue le matin, la présentation du contenu des recherches, et l’après midi les dispositifs méthodologiques mis en place, il sera certainement difficile d’aborder les deux axes de façon totalement séparée, puisqu’un aspect des plus importants des recherches interventionnelles est lié à leurs innovations méthodologiques. Cependant, nous nous attacherons à consacrer autant de temps (le matin) au contenu des productions des travaux présentées qu’à leurs aspects méthodologiques (l’après-midi) et invitons tant les communicants que les participants à rester vigilants sur cet aspect.

Pré-Programme indicatif de la journée

  • 9h-9h30 : Accueil des participants
  • 9h30-10h : Introduction de la journée par Annie Thébaud-Mony (sociologue, directrice de recherche honoraire Inserm)
  • 10h-10h30 : Discussion
  • Axe 1 : Résultats de recherches interventionnelles en sciences sociales sur le cancer 10h30-11h : Communication sélectionnée 1
  • 11h-11h30 : Communication sélectionnée 2
  • 11h30-11h45 : Pause
  • 11h45 – 12h15 : Communication sélectionnée 3
  • 12h15-13h : Discussion générale
  • 13h-14h : Déjeuner offert (sous réserve d’être inscrit)
  • Axe 2 : Postures de chercheurs et méthodologies innovantes
  • 14h00-14h30: Communication sélectionnée 1
  • 14h30-15h00 : Communication sélectionnée 2
  • 15h00-15h30 : Communication sélectionnée 3
  • 15h30 – 15h45 : Pause
  • 15h45 – 16h45 : Discussion
  • 16h45 – 17h30 : Vie du groupe « jeunes chercheur-e-s en sciences sociales sur le cancer » (réservé aux membres du Groupe, inscription sur demande)

Instructions aux auteurs

Un résumé de la communication (1500 signes) est attendu

pour le 28 octobre 2013

et doit être envoyé aux adresses suivantes : bourgeois.socio.orga@free.fr,anne.chand@wanadoo.fr , learestivo@gmail.com, zoe.rollin@gmail.com).

Vous serez informés le 8 novembre des communications sélectionnées.

En amont de la journée, et pour mieux discuter vos travaux, nous demanderons aux communicants sélectionnés de nous faire parvenir un texte. Ces textes sont attendus pour le 2 décembre au plus tard.
Pour tout ou partie, une publication ultérieure sera envisagée.

N’hésitez pas à revenir vers nous pour davantage de précisions.

 

Appel à communication – Maux écrits, mots vécus. Traitements littéraires de la maladie

Maux écrits, mots vécus. Traitements littéraires de la maladie

Appel à communications

Journée d’Études
Porto – Faculté des Lettres de L’Université de Porto
22 avril 2014

La place constante, et aux nombreuses variations, de la maladie au sein de la littérature nous invite à étudier le rapport étroit tissé de tout temps entre littérature et médecine, à nous pencher sur les œuvres pour y découvrir, voire préciser au miroir profond qu’offre la lecture, le traitement littérairedont font l’objet les maux qui ont accompagné le fil de l’histoire. Que l’on songe aux illustrations des épidémies de l’humanité dans les livres de la Bible ou aux appropriations plus récentes du thème du fléau chez Albert Camus, Gabriel García Márquez ou José Saramago, à la prégnance thématique de la tuberculose dans la littérature romantique et jusqu’à Thomas Mann, aux différentes déclinaisons de la mélancolie, de Rousseau à Kafka, aux configurations de l’épilepsie chez Dostoïevski, aux variations de la folie, des pages de Nietzche aux pièces de Thomas Bernhard, ou plus récemment des maladies chroniques, comme le cancer et le sida, d’Une mort très douce, de Simone de Beauvoir au Protocole compassionnel d’Hervé Guibert, la littérature se constitue en corps-à-corps avec la maladie dont elle transpose, traduit ou complexifie les dimensions historiques, sociales, culturelles et personnelles.
La représentation de la maladie traverse par ailleurs tout un filon d’œuvres de médecins-écrivains livrant sous différentes formes les affres de la profession, la nature des maladies et les symptômes qui les accompagnent, la relation médecin-patient… Quelles incarnations prennent ces thèmes quand ils sont brassés dans un rapport sui speciei entre art et science, vécu et fiction ?
Que la littérature se relie à la maladie en général ou à un vécu personnel en particulier, force est de reconnaître, ne serait-ce que parce que la littérature sert moins  à nommer les choses qu’à les recréer, qu’elle excède la maladie et devient autrement significative, jusqu’à s’éclairer en « Position de chair » chez Artaud, sans dissociation entre folie et raison, comme c’est le cas chez Pessoa, ou en éclatements de l’intérieur chez Henri Michaux. Y a-t-il des affinités particulières entre l’expérience de la folie et celle de l’écriture (Juan Rigoli) ou cette manière folle, selon la conceptualisation de Gérard Dessons, n’est-elle d’autre que l’énergie du langage, ce « grand constituant anthropologique » dont émane l’œuvre littéraire?
Que signifie, et surtout comment signifie l’usage des mots, de la langue et de la parole quand  langage et monde sont en relation réciproque d’invention, en relation réciproque de vie ?
Cette journée d’étude offre une occasion de réflexion et de recherche sur ces questions suivant les axes ci-dessous, que les communications pourront entrecroiser :
·         La maladie et ses représentations littéraires ;
  • Le corps écrit, la relation corps et langage ;
  • Épidémie et pandémie vues par la littérature ;
  •  Écriture et traitement de soi
  • Maladies du corps humain et du corps social
  • Médecins écrivains et médecins fictifs ;
  • Folie, langage, création.
LANGUES DES COMMUNICATIONS :
Français et portugais.

CALENDRIER :
31 janvier 2014 : date limite pour présenter des propositions de communication (20 minutes maximum) (résumé de 200 mots maximum et une brève notice biobibliographique de 15 lignes maximum escomptés).
28 février 2014: date limite pour la réponse du Comité Scientifique.
15 mars 2014 : programme définitif.

ORGANISATION :
Maria João Reynaud (Un. Porto)
Maria de Fátima Outeirinho (Un. Porto)
José Domingues de Almeida (Un. Porto)
Maria de Jesus Cabral (Un. Coimbra)

COMITÉ SCIENTIFIQUE :
Maria de Jesus Cabral (Un. Coimbra)
Gérard Danou (Un. Paris Diderot)
Gérard Dessons (Un. Paris 8)
Pierre Zaoui (Un. Paris Diderot)
Isabel Fernandes (Un. Lisboa)
Maria João Reynaud (Un. Porto)
Maria de Fátima Outeirinho (Un. Porto)
José Domingues de Almeida (Un. Porto)

Envoi des propositions de communications :
Toutes les propositions de communication seront soumises à l’évaluation du Comité Scientifique. Prière d’indiquer l(es) axe(s) de travail retenu(s). Les communications admises ne dépasseront pas 20 minutes.
Afin de soumettre votre proposition de communication, sous forme d’un résumé de 200 mots accompagné d’un court CV, prière de nous joindre uniquement sur le courriel suivant :mauxecrits@letras.up.pt

Inscription : 50,00 € (à acquitter sur place).

LIENS

Appel à contribution – Corps et désordre dans le monde arabe

Appel à contribution – Corps et désordre dans le monde arabe

Le colloque abordera la question des représentations du corps physique dans le monde arabe, en lien avec la notion de désordre envisagée comme élément porteur d’un nouvel ordre. Dans cette perspective, la réflexion sera centrée sur les effets d’écart, de rupture et d’évolution que suscite la corporéité dans les différents domaines de l’existence individuelle et sociale arabe, permettant la rencontre des approches historiques, sociologiques, artistiques, littéraires, etc.

 La recherche consacre peu de place à la question du corps dans les sociétés arabes anciennes et actuelles. Les travaux qui abordent le sujet sont largement dominés par les thématiques de la séparation des sexes  et du statut fait aux femmes. La question du voile a  ainsi suscité nombre d’ouvrages plus ou moins originaux ; les études liées au genre ont mis en avant de nouveaux modes de positionnement des femmes dans la sphère publique contemporaine, comme par exemple l’émergence de nombreuses écrivaines dans le champ culturel arabe actuel. Le nombre de ces travaux reste cependant limité et, pour prendre l’exemple des études littéraires, une compilation récente des publications portant sur le corps dans la littérature moderne* ne recense en tout et pour tout que 4 ouvrages et 2 thèses très soutenues très récemment (2011 et 2013). Pourtant, ces dernières années, la thématique du corps et de son implication sociale est devenue, un sujet récurrent dans les écrits de fiction publiés en arabe. Le corps paraît constituer un objet d’étude fécond et novateur pour la recherche arabisante actuelle, tant dans le domaine littéraire que dans d’autres disciplines scientifiques.

La réflexion que nous souhaitons initier s’inscrit dans le projet Dire, écrire, inscrire le désordre qui aborde la notion de désordre comme une remise en cause, une rupture ou un dysfonctionnement de l’ordre dominant. Il constitue un facteur d’évolution, en ce sens qu’il porte en lui les germes d’un nouvel ordre et d’un nouveau consensus. Ce thème de recherche a donné lieu à une première rencontre en janvier 2013 sur leRécit du désordre et reconnaissance identitaire dans la Sîrat Banû Hilâl. Le deuxième volet de ce projet porte sur la représentation du corps dans la culture arabe. Il envisage le corps physique comme objet d’étude, corps physique qui s’impose dans l’espace individuel et collectif comme une réalité propre, susceptible d’être étudiée d’un point de vue pluridisciplinaire. Il permet ainsi le recoupement des approches historiques, sociologiques, artistiques, littéraires, etc.

Dans cette entreprise, l’accent sera mis sur les effets d’écart, de rupture et d’évolution que suscite la présence physique des corps dans les différents domaines de l’existence individuelle et sociale et les travaux contribueront à la connaissance des représentations et de la construction sociale du corps physique dans le monde arabe.

Pourront être abordées les thématiques suivantes (sans limitation de période) :

Imaginaires du corps

  • l’iconographie du corps
  • les mots du corps
  • le corps  littéraire
  • le corps physiologique
  • tératologie du corps

L’ailleurs du corps

  • le corps mystique
  • le corps exilé
  • le corps absent

Le corps facteur de rupture sociale

  • le corps dans l’écriture de l’Histoire
  • le corps source de désordre, facteur d’unité
  • le corps idéal
  • etc

Conditions de soumission

Date limite de renvoi des propositions : 1er novembre 2013

à Elisabeth Vauthier (elisabeth.vauthier@uhb.fr)
Université de Rennes 2
Place du Recteur Henri Le Moal
35000 Rennes – France

Langues de travail : français, arabe, anglais.

Elles comporteront :

  • le titre de la communication
  • un résumé de 15 à 20 lignes
  • les données permettant l’identification exacte de l’auteur :

nom et prénom

    • appartenance institutionnelle et fonction
    • adresse professionnelle
    • numéro de téléphone
    • adresse électronique

Droits d’inscription : 30 euros.

Comité scientifique

  • François CLEMENT (Université de Nantes, CRHIA)
  • Miloud GHARRAFI (Université de Toulouse 2, LASIMA)
  • Xavier LUFFIN (Université Libre de Bruxelles)
  • Mustapha RAMDANI (Université d’Oujda, L.G.C.I.T.C)
  • Henri-Hassan SAHLOUL (Université Lyon 3, I.E.T.T.)
  • Elisabeth VAUTHIER (Université Rennes 2, LASIMA)

Eléments de bibliographie

  • Judith BUTLER, Ces corps qui comptent, De la matérialité et des limites discursives du « sexe », Paris, 2009 (éd. amér. 1993).
  • Alain CORBIN, Jean-Jacques COURTINE et Georges VIGARELLO, Histoire du corps, Paris, (3 tomes), 2005-2006.
  • Christine DETREZ, La construction sociale du corps, Paris, 2002.
  • Claude FINZ, Les imaginaires du corps, Paris, (2 tomes), 2000-2002.
  • Michel FOUCAULT, La volonté de savoir, histoire de la sexualité, Paris, (3 tomes), 1976-1984.
  • Roger ALLEN, Hilary KILKPATRICK et de MOOR, Love and Sexuality in Modern Arabic Literature,  Londres, 1995.
  • Azouz BEGAG et Abdellatif CHAOUITE, Ecarts d’identité, Paris, 1990.
  • Martina CENSI, Les représentations du corps dans le roman des écrivaines syriennes contemporaines, thèse INALCO-Ca’Foscari, 2013.
  • Malek CHEBEL, Le corps en islam, Paris, 1984.
  • « Sexualité, pouvoir et problématique du sujet de l’islam », Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 49-65.
  • Mûnâ FAYYÄD, Fahh al-jasad : tajalliyât, nazawât wa-asrâr, Le Caire, 2000.
  • Mai GHOUSSOUB et Emma SINCLAIR WEBB, Imagined Masculinities : Male Identity and Culture in the Modern Middle East, Londres, 2000.
  • Nomen GMACH, La médiation du signe, les lieux du corps : une contemporanéitémaghrébine, thèse Paris 1, 2010.
  • Fatima HOUSSAINI ARRAICHI, L’image du corps dans le roman marocain contemporain, thèse Paris 4, 1998.
  • Abdelkabir KHATIBI, Le corps oriental, Paris2002.
  • Fu’ad I. KHOURI, The Body in Islamic Culture, Londres, 2001.
  • Marc KOBER et Khalid ZEKRI, Récits du corps au Maroc et au Japon, Paris, 2011.
  • Abderrahim LAMCHICHE,  « Eros et sacré, Société, religion et éthique sexuelle »,dans Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 11-23.
  • Fadwâ MALTI-DOUGLAS, Woman’s body, Woman’s Word : Gender and Discourse in Arab-Islamic Discourse, 1991.
  • Mahmud SA’ÏD, Luġat al-ğasad f al-adab, Yūsuf Idrῑss namūḏağan, LeCaire2009.
  • Traki BOUCHRARA-ZANNAD, Les lieux du corps en Islam, Paris, 1994.
  • Borhane ERRAIS et Mohamed BEN LARBI, Les Maghrébins et la culture du corps,Nice, 1986.
  • ZEMMOUR Zine-Eddine, « Jeune fille, famille et virginité, Approche anthropologique de la tradition », Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 67-78.
  • Le corps maghrébin dans tous ses états, Revue CELFAAN, vol. 4, n°1-2 , automne 2005.

Appel à communications – Immersions et modifications du corps marin : Une anthropologie écologique

COLLOQUE ORGANISÉ PAR L’UMR  CNRS 6578 ADES : anthroplogie bioculturelle

L’Université de la Méditerranée Aix-Marseille II

 

 

 

LES 19 ET 20 JUIN 2014 À MARSEILLE

APPEL À COMMUNICATIONS

 

IMMERSIONS ET MODIFICATIONS DU CORPS MARIN :

Une anthropologie écologique

 

L’Homme occidental entretien un rapport ambivalent avec le milieu marin, fait « d’attractions fortes et de répulsions tout aussi intenses qui mêlent, dans les images toujours manipulées, le passé et le présent. » (Cabantous, Lespagnol, Péron, 2005 : 10). Entre amour et haine, souffrance et plaisir, nombres de mythologies, d’artistes, d’écrivains ont mis en scène cette ambiguïté, notamment à travers des récits de corps humain subissant, au contact de la mer, des mutations plus ou moins repoussantes. En ces « lieux de tous les croisements hors nature » (Cabantous, 392) où les femmes et hommes poissons, « altérations monstrueuses » (op.cit., 393), côtoient nombre de créatures imaginaires, les corps, au contact de la mer, sont l’objet de modifications fantasmées ou bien réelles.

Ce colloque invite chercheurs, praticiens et acteurs du monde maritime à interroger les usages de la mer sous l’angle de l’immersion et des modifications du corps dans ce milieu naturel. Le dialogue se veut ouvert entre sciences humaines, sciences médicales et personnes de terrain, l’objectif premier étant de mettre en commun les connaissances sur le corps immergé et modifié par le milieu marin. Le second objectif est de s’interroger sur la notion de culture commune aux gens de mer, entendue ici au sens large, au prisme du corps.

À la suite d’une introduction recontextualisant l’histoire des immersions, des croyances et des savoirs médicaux liés au milieu marin, trois thématiques seront abordées.

La première porte sur le travail du corps dans les métiers de la mer : marins pêcheurs, marine marchande, marine nationale, sauvetage côtier, plongeur sauveteur, plongeurs industriels, moniteur de surf, de plongée, etc.., et dans les activités de loisirs en mer où le corps est régulièrement en immersion.

Trois points seront développés : les savoir-faire du corps, les modes de transmission de ces savoir-faire et les dispositions sensibles mobilisées lors du travail en mer. Quels savoir-faire corporels sont employés lors des périodes en mer et comment se transmettent-ils ? Est-ce de manière formelle ou bien informelle ? Est-ce une transmission traditionnelle (Sayeux, 2006, 2008, 2010) basée sur le « frayage » (Delbos, Jorion, 1990), dont la pierre angulaire est un système d’essai/erreur/recadrage ou sommes nous devant d’autres formes de transmission ? Si côtoyer la mer au quotidien élargit la « carte des sens » (Howes, 1990, p.101, Andrieu, 2010 : 140-141, Sayeux, 2013), dès lors, quels sont les « sens de la mer » et comment peuvent se transmettre ces savoir-faire sensibles ?

Cette première partie nous amènera à examiner en seconde part les modifications corporelles et les pathologies reliées à cet environnement marin. Pour cela, il sera fait appel au corps médical à travers ses observations et ses savoirs liés à ce milieu naturel. En effet, outre les risques de noyade, le travail en mer engendre certaines pathologies. Chez les marins pêcheurs par exemple, la médecine du travail (Geraut, 1995 : 251) a observé des ulcérations de la peau comme suite à des blessures cicatrisant mal à cause du chlorure de sodium. Chez les plongeurs professionnels ou non, des atteintes de l’oreille interne moyenne et du système vestibulaire, des sinus et des dents sont présentes, tout comme des surpressions pulmonaires ou encore des atteintes digestives. Ce regard médical sera croisé à celui des femmes et des hommes qui vivent la mer au quotidien, témoignant « des dimensions sensibles de l’expérience » (Bromberger, 2004 : 119) à travers le corps vécu. Ce dialogue entre professions médicales et personnes pratiquant régulièrement la mer interrogera les observations et diagnostics des deux parties afin d’expliciter les représentations des modifications corporelles dues au milieu marin.

Enfin, l’écologie du corps marin élargira la discussion aux représentations actuelles de la mer en occident, notamment « l’identification » (Descola, 2005 : 169) avec cet environnement. La morphologie d’une vague, pour les surfeurs par exemple, a une chevelure, une lèvre, une épaule, un ventre (Sayeux, 2010). Ils ne sont pas les premiers à mettre en place des systèmes de correspondance entre nature et corps, Geneviève Delbos le relevait déjà en 1983 à propos des paludiers : « Lorsqu’il parle de son marais, le paludier se place dans cette perspective où « le vivant parle au vivant». » (1983 : 39). Cependant qu’en est-il si l’on déplace le point de vue, et que l’on questionne ce que l’on pourrait nommer « l’enmaritimement » du corps : ces transformations que l’élément marin lui fait subir à l’exemple de l’exostose du conduit auditif chez les plongeurs et les surfeurs ? Existe-t-il alors un renversement, un « naturomorphisme » où, pour ces personnes, le corps s’hybriderait avec la mer ?

Le colloque se conclura autour de cette question : Appartenir aux gens de mer, appartenir à la mer : un corps marin pour une culture commune ?

 

 

PLAN DES DEUX JOURNÉES :

Ouverture : Monsieur Michel Signoli Directeur de l’UMR ADES 6578

 

I. Travail du corps en mer (B.Andrieu/A.S.Sayeux) :

  • Savoir-faire du corps : à quels savoir-faire corporels font appel les gens de mer ?
  • Transmission par corps : comment ces savoir-faire corporels se transmettent-ils ?
  • Sens de la mer : en côtoyant la mer au quotidien, quelle «  carte sensorielle » se développe, notamment dans la connaissance de l’élément marin même ?

II. Modifications corporelles et pathologie dues au milieu marin (Anne Sophie Sayeux)

  • Observations, représentations et savoirs médicaux.
  • Corps vécu : les « dimensions sensibles de l’expérience » (Bromberger, 2004 : 119) du corps marin.
  • Systèmes de correspondance corps/ nature.

III. Écologie du corps marin  (B. Andrieu)

  • Boire l’eau de mer (d’Alaim Bombard à la Désalination).
  • Maisons sous la mer (de Cousteau à Jacques Rougerie).
  • Les vertus thérapeutiques de l’eau de mer (de l’immersion prescrite aux algues marines).

 

Conclusion

  • Appartenir à la mer, appartenir aux gens de mer : un corps marin et une culture commune ?

 

 

 

Supports bibliographiques :

Léviathan (Castaing-Taylor, Paravel, 2013)

Andrieu, Bernard, Bien dans l’eau, vers l’immersion, Biarritz, Atlantica, 2010.

Bromberger, Christian, Les pratiques et les spectacles sportifs au miroir de l’ethnologie,  in Dispositions pratiques sportives. Débats actuels en sociologie du sport, Paris, l’Harmattan, 2004, pp. 115-128.

Geraut, Christian (dir.), médecine du travail, l’essentiel des pathologies professionnelles, Paris, Ellipses, 1995.

Howes, David, Les techniques des sens, Anthropologie et Société, vol.14, n°2, p. 99-115, 1990.

Jorion, Paul, Delbos, Gennevieve, La transmission des savoirs, Paris, MSH collection Ethnologie de la France, 1990.

Sayeux, A.S., La valeur sensation : le cas du surf. Ethique du sport, in B.Andrieu (dir), Paris, Edition l’Age d’Homme, 2013.

Sayeux, A.S., Quand l’innovation est dans la tradition, Créativité et innovation dans les loisirs sportifs de nature, in J.Corneloup, P.Mao (dir.), Editions du Fournel, 2010.

Sayeux, A.S., (2008), Surfeurs, l’être au monde. Une analyse socio-anthropologique, Rennes, PUF.

Sayeux, A-S, Bodin, D., (2006), De l’école buissonnière à l’enseignement : comment s’apprend le surf ? in L. Robène, Y. Léziart (dir.) L’homme en mouvement, Histoire et anthropologie des techniques sportives. Volume 1. Techniques sportives et société. Paris, Chiron, vol.1, pp. 493-507.

 

SOUMISSION DES COMMUNICATIONS / CALENDRIER

  • Les propositions de communication se feront sous forme d’un résumé de 2 000 signes maximum (fichier word enregistré sous cette forme : IMCM.NOM.doc) et de cinq mots clefs, accompagnés d’un CV et d’une courte présentation de l’auteur, par voie électronique avant le 02 décembre 2013 à :

Sayeux.annesophie@gmail.com

ET

Bandrieu59@orange.fr

  • Les réponses seront transmises début janvier 2014
  • Le texte complet des communications (entre 30 000 et 35 000 signes maximum, espaces et bibliographie comprise) devra être envoyé au plus tard le 24 mars 2014.

 

Appel à communications – Grandir et vieillir. Comment repenser les âges de la vie ?

Appel à communications – Grandir et vieillir. Comment repenser les âges de la vie ?

A l’heure où la médecine régénérative promet de vivre jusqu’à 130 ans en 2050, l’allongement des espérances de vie a déjà profondément transformé le panorama des existences. En effet, la « police des âges », qui régulait par l’âge d’État-civil l’accès à l’école, au vote, au mariage, au travail ou encore à la retraite reflue sous l’effet du « brouillage des âges » selon lequel il semble désormais souhaitable de se former et se transformer à tout âge. L’escamotage des seuils d’âge d’État-civil antérieurs, qui établissaient qu’il était soit trop tôt, soit trop tard pour passer d’un âge de la vie à l’autre, déplace et métamorphose l’ensemble de ces passages. Certains sont devenus plus précoces (sexualité, conjugalité, retraite), d’autres plus tardifs (travail, indépendance matérielle, primiparité). De nouveaux âges de la vie apparaissent, tels l’ « adulte émergeant » ou les « seniors ».

Par ailleurs, le télescopage de phénomènes anthropologiques et démographiques mondiaux déplace fortement les enjeux démographiques et intergénérationnels. Ainsi en va-t-il par exemple :

  • de la perspective de la « fin de l’âge » prophétisée par Aubrey de Grey[1], du fait des progrès actuels et des excès possibles des biotechnologies ;
  • de l’importance prise par l’âge subjectif qui définit et oriente au moins autant les parcours de vie que l’âge chronologique, ainsi que l’annoncèrent les travaux de Bernice Neugarten[2].
  • du contraste entre les pyramides des âges occidentales, devenues des obélisques, avec celles des pays pauvres, posant la question de la régulation des flux migratoires entre pays âgés et pays en forte croissance démographique, au principe d’études interculturelles sur l’avancée en âge telles celle d’Hassan Brohmi[3].

Ainsi, la dérégulation des normes d’âge qui provoque la reformulation en cours des âges de la vie rend obsolète une partie de la psychologie développementale du siècle dernier. Elle interroge alors l’identité au fil de l’âge, mais aussi la tension entre le désir de grandir tout au long de sa vie et la crainte de vieillir caractéristique des cultures contemporaines. Faisant suite à différents colloques et publications antérieurs[4], ce colloque international interdisciplinaire a pour vocation de réfléchir aux questions cruciales qui en résultent, afin de confronter l’état actuel des connaissances tout en offrant aux chercheurs, aux praticiens et aux politiques concernés l’occasion de repenser les âges de la vie au 21ème siècle.

Thématiques

Quatre thématiques résultent de ce questionnement, « Grandir et vieillir, comment repenser les âges de la vie ? » :

1 – Couples, familles et générations face à l’allongement des durées de vie

La reformulation des âges de la vie interroge le couple et la famille de multiples manières, qu’il s’agisse de la coexistence prolongée de quatre à cinq générations, des recompositions familiales et des nouvelles fratries qu’elles génèrent, de la durée de vie des couples, ou encore des identités générationnelles clivées :

  • L’enfance, entre réalités et représentations
  • Adolescents et conduites à risque : que nous disent-ils ?
  • Couples et familles face à la durée : conjuguer singularité et pluralité
  • De la « génération Y » à la régénération des rapports entre les âges

2 – Jusqu’à quand (se) former et (s’)orienter tout au long de la vie ?

La vie plus longue, plus mobile et plus connectée impose non seulement de se former, mais aussi de s’orienter ou se réorienter depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse, pour peu que celle-ci ne sombre pas dans la « désorientation » :

  • S’orienter tout au long de sa vie : carrière, transitions, trajectoire, parcours ?
  • Après la « pédagogie » et « l’andragogie », la « géragogie » ?
  • Orienter et former l’adulte vulnérabilisé
  • L’adulte vieillissant : quelles stratégies d’adaptation ?

3 – Activité et inactivité au fil de l’âge : questionner le rapport entre âge et travail

Quand les entreprises s’interrogent sur la gestion des âges au travail ou le « glissement vieillissement-technicité » et que l’âge de la retraite fait débat, qu’en est-il de l’expertise issue de l’expérience, de la répartition des temps d’activité et d’inactivité tout au long de la vie ou des rapports aux technologie qui transforment le travail au rythme des générations ?

  • Gérer les âges au travail a-t-il un sens ?
  • Le rapport à l’argent au fil de l’âge
  • « Glissement Vieillissement-Technicité » contre transmission de l’expérience
  • Inactivité forcée, insertion subie et stratégies d’adaptation

4 – Les âges dans la Cité : utopies intergénérationnelles et oxymores du « bien-vieillir »

L’actuelle dérégulation/recomposition des âges de la vie qui, d’une part, déritualise les passages d’âge en âge, a d’autre part pour effet d’inventer diverses formes de conjurations biomédicale et socio-politique des tensions inhérentes à la coexistence de générations brouillées au sein de cultures et de territoires désormais devenus confus :

  • La vie adulte désorientée : entrées différées, sorties multiples, mitans critiques
  • Âges et cultures : des rites de passage traditionnels aux migrations contemporaines
  • Âges et territoires : des utopies intergénérationnelles aux risques conflictuels en gestation
  • Les oxymores du « bien-vieillir » : questions de santé

Chacune de ces thématiques sera traitée sous la forme de Conférences plénières, puis d’Ateliers de communication, de Table-rondes et de Symposiums simultanés.

Public visé et disciplines/pratiques concernées

D’abord destiné aux enseignants-chercheurs des diverses disciplines des Sciences Humaines et Sociales (psychologie, sociologie, sciences de l’éducation, anthropologie sociale, ethnologie, histoire, démographie, géographie, médecine, droit, etc.), ce Colloque est également ouvert à ceux qui œuvrent dans les sciences ou disciplines connexes et transverses, telles que les neurosciences, la philosophie, la linguistique, la théologie, les sciences de l’intelligence, de l’information et des mathématiques.

Toutefois, il s’adresse également aux praticiens réflexifs ainsi qu’aux divers professionnels et techniciens concernés par l’accompagnement psychosocial des différents âges de la vie que constituent les enseignants, les éducateurs, les médecins et les soignants, les gestionnaires des ressources humaines, les accompagnateurs des transitions de vie depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse, sans oublier tous les bénévoles associatifs et l’ensemble des élus qui contribuent à la gestion des âges dans la Cité.

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront être déposées en ligne sur le site du colloque (onglet « soumettre une communication » :http://grandirvieillir.sciencesconf.org/submission/submit).

Les communications attendues devront s’inscrire dans l’une des quatre thématiques décrites ci-dessus.

  • Date limite de soumission : 1er DECEMBRE 2013

  • Réponse du comité de lecture : 15 DECEMBRE 2013

Comité scientifique

  • Philippe ALLAIN (Université d’Angers, France)
  • Farid BEN HASSEL (UQAR, Rimouski, Québec)
  • Jean-Pierre BOUTINET (UCO Angers, France)
  • Nathalie BURNAY (Université de Namur, Belgique)
  • Aline CHAMAHIAN (Université de Lille, France)
  • Angel EGIDO (UCO Angers, France)
  • Benoît FROMAGE (Université d’Angers, France)
  • Jean GUICHARD (CNAM-INETOP, Chaire UNESCO de l’orientation tout au long de la vie)
  • Dominique KERN (Université de Haute-Alsace, Mulhouse)
  • Patrick MARTIN-MATTERA (UCO-Angers, France)
  • Jean-Yves ROBIN (UCO-Angers, France)
  • Nestor ROSELLI (UCA, Buenos-Aires, Argentine)
  • Sara VILLANUEVA (St Edward’s University, Austin, Texas, USA)

Appel à contribution – Santé et sociétés. Réflexions sur l’utilisation des méthodes mixtes en recherche

Appel à contribution – Santé et sociétés. Réflexions sur l’utilisation des méthodes mixtes en recherche

 

Cet appel à communication est lancé dans le cadre d’un séminaire de recherche organisé par l’École des hautes études de santé publique (EHESP) avec le soutien de la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB) et qui se tiendra le 20 novembre 2013 à Rennes.

L’accent placé sur les déterminants sociaux et économiques de la santé accroît la nécessité de recourir à une diversité de champs théoriques et de pratiques méthodologiques pour mener les recherches en ce domaine. Parmi celles-ci, le croisement d’approches qualitative et quantitative apparaît comme une voie pour rencontrer les diverses sources de complexité mobilisées par la production de la santé d’une population : multiplicité des acteurs et des niveaux d’intervention, diversité des types de déterminants (sociétaux et structurels, personnels ou collectifs, biologiques ou ancrés dans la culture …), etc.

Dans le cadre de ce séminaire, il a semblé opportun de nous intéresser à ces pratiques méthodologiques en lien avec le développement à l’échelle internationale du courant des méthodes mixtes (« mixed methods »). En effet, si les approches quantitatives et qualitatives sont associées depuis de nombreuses années dans différents champs de recherche, ce n’est que récemment que cette association a été conceptualisée en termes de recherche par les méthodes mixtes. De fait, les appels d’offre de recherche aussi bien au niveau national (type ANR) qu’européen (type PCRD) mettent de plus en plus souvent en avant ce type d’approche. Ces méthodes sont présentées comme offrant la possibilité d’intégrer plusieurs perspectives et d’être ainsi un avantage pour répondre à des questions de recherche complexes et pluridisciplinaires.

Cependant, cette utilisation n’est pas sans soulever de nombreux débats à la fois épistémologique (validité des combinaisons d’approches quantitatives et qualitatives) et technique (questions de compétences des acteurs, de gestion des ressources et d’articulation des résultats qualitatifs et quantitatifs, question des critères de qualité des travaux et de la transmission vers les professionnels).

Dans quelle mesure, de quelle manière et dans quelles conditions, les méthodes mixtes favorisent-elles la prise en compte de cette complexité, telles sont les questions au centre de ce séminaire. Les méthodes mixtes permettent-elles de rencontrer de manière plus pertinente les défis actuels de la recherche en santé publique ou promotion de la santé : multiplicités et interactions des facteurs de divers types, inégalités sociales de santé et approche par les déterminants sociaux de la santé, etc. Ce séminaire de recherche propose d’approfondir la réflexion sur ces méthodes mixtes, leurs fondements, leurs mises en œuvre, leurs avantages et leurs limites.

Conditions de soumission

Les contributions attendues s’appuieront sur un travail de recherche articulant approches qualitatives et quantitatives dans le champ des sciences humaines et de la santé.
Merci de proposer votre communication à l’aide du formulaire en pièce jointe.

Les propositions ne doivent pas excéder deux pages.

Si les travaux présentés ont été publiés par ailleurs, merci de joindre les publications et/ou d’indiquer les références.

A transmettre par mail à Marie-Renée Guével, ingénieure de recherche – EHESP

avant le 26 septembre 2013.

Comité scientifique et d’organisation

  • ABSIL Gaétan – Chercheur au sein de l’APES-ULg (Appui en Promotion et Éducation pour la Santé du département des Sciences de la santé Publique de l’Université de Liège – Belgique), membre du LASC (Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle) de l’Institut de Sciences Sociales et Humaines de l’Université de Liège.
  • GUEVEL Marie-Renée – Ingénieure de recherche, département des sciences humaines, sociales et de comportements de santé et de l’École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP). Chercheure associée au Laboratoire ACTé (Activité, Connaissance, Transmission, Éducation) EA 4281 de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2.
  • MERINI Corinne – Maître de conférence, chercheure associée au Laboratoire ACTé (Activité, Connaissance, Transmission, Education) EA 4281 de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2.
  • POMMIER Jeanine – Enseignante-chercheure département des sciences humaines, sociales et de comportements de santé de l’École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP). Chercheur au Laboratoire CRAPE, UMR 6051 / Université Rennes 1 – IEP de Rennes.
  • VANDOORNE Chantal – Chercheure qualifiée – Chargée de la direction de l’APES-ULg (Appui en Promotion et Éducation pour la Santé du département des Sciences de la santé Publique de l’Université de Liège – Belgique).

Pour toute information : Marie-Renée Guével, ingénieure de recherche, département SHSC, EHESP.

 

Appel à contribution – Pratiques et enseignement de l’anthropologie médicale en Afrique

Appel à contribution – Pratiques et enseignement de l’anthropologie médicale en Afrique

Cet ouvrage collectif s’inscrit dans l’espace intellectuel comme un outil de santé publique, puissant dans les nouveaux défis de la discipline. Les potentiels auteurs sont invités à rédiger des manuscrits s’inscrivant dans les thématiques suivantes : 1) enjeux de la phénoménologie de la santé et de la maladie (vécu de la maladie, représentations, itinéraires thérapeutiques, politiques de santé (lutte contre les grandes pandémies ; santé maternelle et infantile…) ; 2) relation soignant-soigné (soin culturel, qualité de vie, soins palliatifs, observance, prévention, etc.) ; 3) développement des outils méthodologiques (conceptuels en anthropologie clinique, réflexifs et appliqués, plaidoyer qualitatif/quantitatif, etc.

 

Argumentaire

L’anthropologie médicale a connu un essor aussi bien théorique que pratique au cours des dernières décennies. Aujourd’hui, sa pratique est même revendiquée par un nombre de plus en plus croissant de non spécialistes. Face à l’ampleur de la maladie qui perdure malgré les prouesses de la médecine, l’approche anthropologique des problèmes de santé est plus que jamais nécessaire notamment pour ce qui de la production des savoirs étiologiques et thérapeutiques.

Trois traditions scientifiques particulières sont à l’origine de l’anthropologie médicale en tant que champ distinctif de l’ethnologie : (i) l’intérêt de l’ethnographie pour les médecines locales (l’ethnomédecine) ; (ii) le tandem « personnalité et culture » qui a favorisé une étroite collaboration entre anthropologues et psychiatres ; et (iii) l’expansion de la santé publique (1). Ces trois traditions ont contribué à la constitution d’un corpus de connaissances se rapportant à la santé et à la maladie dans des contextes transculturels qui élargissent les conceptions biomédicales de la maladie ainsi que les représentations professionnelles et les modèles thérapeutiques des intervenants. Ainsi l’anthropologie médicale établit les liens existant entre la santé, le sens de la maladie, et la dispensation des soins. Les anthropologues médicaux ont mis en relief des modèles opératoires incarnant ces conceptions élargies de la santé, et les proposent aux praticiens pour une définition plus contextuelle de la santé, des démarches thérapeutiques qui tiennent compte du socioculturel, des principes de réinsertion sociale respectant l’univers phénoménologique des patients, ainsi que les systèmes d’offre de soins large. Elle prend en compte la culturalité du patient, de l’entourage, ainsi que celle du praticien.

L’anthropologie médicale enseignée dans les facultés de médecine et les départements d’anthropologie du Cameroun met l’accent sur trois plusieurs axes de réflexion  que sont : l’approche d’A. Kleinman avec facteurs socioculturels présents dans les définitions de la maladie (Illness, Sickness, Disease), et les formes de guérison (2) ; l’approche de R. Massé avec le relativisme modèle clinique par la médiation de l’explication des savoirs  populaires (3) ; l’approche de R. Boudon à travers les valeurs et coutumes associées à la maladie, en tant qu’elles organisent les itinéraires thérapeutiques  et la prise en charge non médicale (4) ; le modèle étiologico-thérapeutique développé par Laplantine qui permet de saisir la maladie telle que représentée, fantasmée, vécue et prise en charge par les acteurs sociaux ; et enfin de l’approche fonctionnaliste qui met en exergue les fonctions des institutions hospitalières, etc.

Ces enseignements sont surtout théoriques, et ne peuvent guère permettre au praticien de santé de répondre au besoin culturel médical des malades. La principale contribution du présent ouvrage est d’offrir aux intervenants de santé publique, des observations concrètes et déconstruites, de contextes pluriels, susceptibles de leur permettre d’améliorer leurs pratiques quotidiennes dans le champ de la santé.

Axes thématiques

Cet ouvrage collectif s’inscrit dans l’espace intellectuel comme un outil de santé publique, puissant dans les nouveaux défis de la discipline selon Massé (5).

Les potentiels auteurs sont invités à rédiger des manuscrits s’inscrivant dans les thèmes suivants :

  1. enjeux de la phénoménologie de la santé et de la maladie (vécu de la maladie, représentations, itinéraires thérapeutiques, Politiques de santé (lutte contre les grandes pandémies ; santé maternelle et infantile…) ;
  2. relation soignant-soigné (soin culturel, qualité de vie, soins palliatifs, observance, prévention, etc.) ;
  3. développement des outils méthodologiques (conceptuels en anthropologie clinique, réflexifs et appliqués, plaidoyer qualitatif/quantitatif, etc.).

Chaque article de l’ouvrage devra être écrit de manière concise et les concepts utilisés clairement définis. Pour faciliter la compréhension de l’intérêt de l’anthropologie médicale par tous.

Les contributions doivent être :

  • des manuscrits originaux découlant des recherches sur l’anthropologie médicale;
  • des synthèses critiques sur l’anthropologie médicale ; et
  • des analyses méthodologiques sur des aspects de l’anthropologie médicale.

Conditions de soumission

Les contributions peuvent être soumises en anglais ou en français.

Les propositions de contribution (sous forme de résumé et plan de rédaction) doivent être rédigées en 350 mots maximum et soumis

au plus tard le 30 août 2013.

  • Les manuscrits doivent être soumis le 30 novembre 2013, délai de rigueur.
  • Les manuscrits originaux  devront comprendre entre 4000 et 6000 mots, et les autres types de contribution ne doivent pas dépasser 3500 mots.
  • La bibliographie est comprise dans la longueur indiquée.
  • Le format est : Times new roman, police 12, interligne 1,5.
  • Le modèle de référencement est le système vancouver.

Les auteurs doivent indiquer leur affiliation institutionnelle, adresse postale et courriel.

Les contributions sont à envoyer à : anthropologie.médicale@gmail.com oui.cassrt@gmail.com

La parution de l’ouvrage est prévue pour le 28 février 2014.

Références indicatives

  1. Foster G. Medical anthropology: some contrasts with medical sociology.  In Olesen VL. Convergences and divergences: anthropology and sociology in health care. Medical Anthropology Newsletter, vol. VI, n˚ 1, 1974.
  2. Kleinman A. Patient and healer in the context of culture, an exploration of the borderland between anthropology, medicine and psychiatry.Californoia, University of California Press, 1980.
  3. Massé R. Culture et santé publique. Les contributions de l’anthropologie à la prévention et à la promotion de la santé. Montréal, Gaëtan Morin éditeur, 1995.
  4. Boudon R. essais sur la théorie générale de la rationalité. Paris, PUF, 2007.
  5. Massé R. Les nouveaux défis pour l’anthropologie de la santé. Anthropologie et santé, Revue française d’anthropologie de la santé, vol.1 (1), 2010.http://anthropologiesante.revues.org/116

Comité éditorial

  1. Paul Nchoji Nkwi, Unversité catholique de Bamenda, Cameroun

  2. Valentin Nga Ndongo, Université de Yaoundé I, Cameroun

  3. Ngima Mawoung Godefroy, Université de Yaoundé, Cameroun

  4. Joseph Tonda, Université Omar Bongo de Libreville, Gabon

  5. Benjamin Alexandre Nkoum, Ecole des Sciences de la Santé – UCAC, Cameroun

  6. Valery Ridde, Université de Montréal, Canada

  7. Maxime Drabo, Institut Supérieur des Sciences de la Santé, Burkina Faso

  8. Olivier de Sardan,  LASDEL-Niger

  9. Hatem Marie, Université de Montréal

  10. Laurent Vidal, IRD, France – Cameroun

  11. Marie Thérèse Mengue, UCAC, Cameroun

  12. Bruno Lapikadi  Dimonfu, Université de Kinshasa, RDC

  13. Peter Geschiere, Université d’Amsterdam, Pays Bas

  14. Dedy Seri, Institut d’Ethno-sociologie, Université d’Abidjan, Côte d’Ivoire

  15. Moustapha Tamba, Université Cheikh Anta Diop, Sénégal

  16. Isaac Nyamongo, Université de Nairobi, Kenya

  17. Honoré Mimche, Université de Yaoundé II – Soa, Cameroun

  18. Ute Röschenthaler, Université de Frankfurt, Allemagne

  19. Mamadou Diawara, Université de Frankfurt, Allemagne

  20. Simo, Université de Yaoundé I, Cameroun

     

Appel à contribution – Patients contemporains face à la démocratie sanitaire

Appel à contribution – Patients contemporains face à la démocratie sanitaire

Dossier thématique de la revue Anthropologie & Santé

La revue Anthropologie & Santé lance un appel à contribution pour son dossier thématique « Patients contemporains face à la démocratie sanitaire », coordonné par Eve Bureau et Judith Hermann-Mesfen. Aujourd’hui la revue Anthropologie & Santé propose de s’intéresser à ces mécanismes d’appropriation, de reformulation, et au(x) sens que les acteurs concernés donnent à ces nouveaux rôles. Dans la limite de nos connaissances, aucune revue d’anthropologie n’a encore proposé un numéro spécial sur cette thématique. L’objectif est de réunir des articles qui questionnent l’articulation entre messages institutionnels, sens et usages afin de rendre compte des multiples facettes de la participation des patients et des facteurs qui déterminent la mise en place de ces innovations participatives.

ANNONCE

Argumentaire

La biomédecine est marquée depuis plusieurs décennies par un ensemble d’innovations scientifiques, techniques et organisationnelles qui tend à placer le patient au centre du système de soins. Elle s’est progressivement décloisonnée pour adopter un mode de gestion plus démocratique et impliquer les patients à différents niveaux du système de santé. Cette nouvelle figure de l’usager qualifiée ici de « patient contemporain » est envisagée par les institutions biomédicales à tous les niveaux (prévention, prise en charge, recherche) et se concrétise dans des formes multiples et variées.

Avant sa reconnaissance officielle, diverses expériences ayant pris corps dans le secteur médical et associatif ont conduit à l’institutionnalisation de cette nouvelle figure du patient. Le mouvement des Alcooliques Anonymes, né au début du XXème siècle aux Etats-Unis, a donné naissance aux premiers groupes de self-help qui ont ensuite essaimé à d’autres pathologies. Les communautés thérapeutiques d’usagers de drogues dans les années 1970, la mobilisation des personnes vivant avec le VIH dans les années 1980-90 visant le respect et la prise en compte des intérêts des patients dans la recherche et l’exercice de la médecine, les programmes dits de « responsabilisation » et « d’autogestion de la maladie » développés vers la fin des années 1990 aux Etats-Unis qui ont débouchés sur les premiers programmes de « patients experts », sont tout autant d’initiatives « par le bas » qui ont participé à la construction de cette nouvelle figure du patient.

Ce changement de statut du patient s’inscrit désormais dans la loi, dans les chartes hospitalières, dans les recommandations des institutions sanitaires. Le renforcement de la participation de l’usager est passé d’un processus ascendant et situé à un processus vertical et institutionnalisé. Les institutions utilisent tout un ensemble de concepts innovants tels que la « démocratie sanitaire », l’« expertise profane », les « programmes de patient expert », le « partenariat médecin-patient », le « patient éclairé et informé », la « décision médicale partagée » qui témoignent de ce nouveau regard institutionnel sur le patient. Cependant, comme de nombreux travaux en anthropologie l’ont montré, les messages institutionnalisés ne sont pas neutres, ils reposent sur des principes et des valeurs rarement explicités et prennent sens dans leur contexte en fonction des contraintes structurelles et du sens donné par les acteurs. Ces messages connaissent par conséquent des mécanismes de reformulation.

Aujourd’hui la revue Anthropologie & Santé propose de s’intéresser à ces mécanismes d’appropriation, de reformulation, et au(x) sens que les acteurs concernés donnent à ces nouveaux rôles. Dans la limite de nos connaissances, aucune revue d’anthropologie n’a encore proposé un numéro spécial sur cette thématique. L’objectif est de réunir des articles qui questionnent l’articulation entre messages institutionnels, sens et usages afin de rendre compte des multiples facettes de la participation des patients et des facteurs qui déterminent la mise en place de ces innovations participatives.

Axes thématiques

Selon le nombre de contributions reçues, les deux thèmes suivants feront l’objet de deux numéros distincts ou de deux dossiers au sein d’un même numéro.

1. La figure du patient contemporain: diversité des rôles, rôles attendus/rôles effectifs

Nous proposons un premier dossier visant à rassembler des articles qui reflètent d’une part la diversité des rôles attribués aux patients et d’autre part l’articulation entre rôles attendus et rôles effectifs. En rupture avec le paternalisme biomédical, les patients sont invités à endosser une pluralité de rôles et de postures: acteur de prévention, patient formateur, animateur de groupe d’entraide, représentant de patient dans des instances décisionnelles, co-chercheur. Ces figures participent à une reconfiguration des savoirs profanes et professionnels, ainsi que des rapports sociaux entre acteurs de la santé. Toutefois, ces rôles sont idéels et subissent l’épreuve des faits. Ils se redéfinissent en fonction de facteurs structurels, symboliques, économiques, historiques, politiques et/ou sociaux. Face à ces cadres d’émergence de cette nouvelle figure, les patients désirant endosser ces rôles, recomposent de manière à trouver un équilibre entre sens donné à ce nouveau rôle et contraintes contextuelles.

Ce dossier d’Anthropologie & Santé illustrera les tensions entre rôles attendus et rôles effectifs qui suscitent l’apparition d’une multiplicité de figures et d’innovations participatives révélatrices de mutations dans le système de santé, notamment de mécanismes de légitimation des acteurs de santé, de l’évolution des savoirs professionnels, de la relation médecin-malade, du décloisonnement de la biomédecine, de représentations profanes et professionnelles de la biomédecine.

2. La figure du patient contemporain : refus/rejet, résistance, contestation

Dans un second dossier il s’agira de réunir des articles se focalisant sur des situations de non-adhésion, de résistance, de contestation, vis-à-vis de cette nouvelle figure du patient. Des travaux portant sur les facteurs politiques, historiques, symboliques, sociaux limitant la participation des patients (premier thème) laissent apparaître en filigrane des situations de résistance. En revanche, peu de travaux s’intéressent à ces patients qui n’adhèrent pas ou partiellement à ce nouveau rôle du « patient contemporain » en tant qu’objet d’analyse en soi. Tous les malades ne désirent pas être “expert”, “acteur”, “responsabilisé”, “informé”, “formateur”, “représentant de patient”, etc. Ainsi, certains n’adhèrent pas à ces innovations, ne souhaitent pas se tenir informés des évolutions relatives à leur santé et préfèrent faire confiance à leurs médecins et les laisser prendre les décisions. Une partie des patients est réticente à l’idée d’autonomie, de responsabilisation, de participation. Si les patients contemporains sont de plus en plus nombreux, d’autres ne se saisissent pas des nouveaux droits qui leur sont octroyés et résistent à ces nouveaux rôles et savoirs institutionalisés. De leur côté, les intervenants dans le domaine sanitaire ne voient pas toujours favorablement cette transformation et mettent en œuvre des mécanismes de contournement et de redéfinition pour éviter le développement de ces innovations participatives. Les travaux centrés sur ces résistances de professionnels de santé sont également plus rares dans la litérature.

Ainsi, ce second dossier souhaite rassembler un ensemble de travaux sur les patients qui restent dans l’ombre des patients contemporains et sur les professionnels qui n’adhèrent pas à ces nouveaux rôles attribués au patient. Tout en nuançant cette norme du nouveau patient, les contributions tendront à éclairer de manière spécifique les mécanismes de résistance mis en œuvre par les patients, les professionnels de santé et les planificateurs de santé.

Modalités de participation

  • Les contributions s’appuieront sur des études empiriques solides pour documenter et produire des connaissances sur ces deux angles d’analyse du « patient contemporain ».
  • Des articles de synthèse et théoriques mais fondés sur des données concrètes sont également attendus.
  • Les auteurs sont invités à prendre connaissance des instructions aux auteurs sur le site de la revue Anthropologie & Santé, afin de préparer leur manuscrit selon les normes de la revue.
  • Les auteurs devront envoyer un article entre 30 000 et 60 000 signes, espaces compris, notes de bas de page et bibliographie incluses.
  • Ils devront indiquer le titre, leur nom et leur rattachement institutionnel.

Les propositions d’article devront être adressées aux coordinatrices du numéro

avant le 15 octobre 2013

(cette date limite est impérative, la parution du numéro étant prévue en mai 2014).

Si à cette date, le nombre d’articles retenus est suffisant, la revue publiera deux numéros distincts.

Le deuxième numéro paraîtra en décembre 2014. Dans cette perspective, et après validation début octobre, les articles correspondant au deuxième thème pourront être renvoyés aux coordinatrices du numéro au plus tard le 30 novembre 2013.

NB : Anthropologie & Santé est une revue à comité de lecture qui publie uniquement des articles inédits.

Tout article reçu est soumis au comité de rédaction et examiné par deux évaluateurs extérieurs suivant le principe du double anonymat (anonymat de l’auteur, anonymat de l’évaluateur).

Les contributions sont à envoyer aux adresses suivantes : evebureau23@yahoo.fr,judith0hermann@gmail.com

Comité de rédaction

  • Claire Beaudevin (Cermes3/Ifris)
  • Patrice Cohen (GRIS, Université de Rouen)
  • Sylvie Fainzang (INSERM-Cermes3 U988)
  • Cyril Farnarier (Centre Norbert Elias)
  • Claudie Haxaire (UBO, EA 3149, associée Cermes3)
  • Raymond Massé (Université Laval, Québec)
  • Baptiste Moutaud (Cermes3 U988)
  • Stéphanie Mulot (Université Toulouse le Mirail)
  • Sandrine Musso (GReCSS-Centre Norbert Elias, Aix-Marseille Université)
  • Christophe Perrey (URSH – Institut Gustave Roussy)
  • Laurent Pordié (CNRS-Cermes3 U988)
  • Juliette Sakoyan (GReCSS-Centre Norbert Elias)
  • Aline Sarradon-Eck (AP-HM et GReCSS-Centre Norbert Elias)
  • Emmanuelle Simon (CREM, Université de Lorraine)
  • Laurent Vidal (IRD, Marseille)

Comité scientifique

  • Gilles Bibeau (Université de Montréal, Montréal, Canada)
  • Josep Comelles (Université Rovira i Virgili, Taragonne, Espagne)
  • Jeannine Coreil (University of South Florida, Tampa, USA)
  • Alice Desclaux (GReCSS-Centre Norbert Elias / IRD, Dakar, Sénégal)
  • Anita Hardon (University of Amsterdam, Pays Bas)
  • Yannick Jaffré (CNRS, Marseille, France)
  • Pierre Joseph Laurent (Université Catholique de Louvain, Belgique)
  • Mohamed Mebtoul (Université d’Oran, Algérie)
  • Brigit Obrist (Université de Bâle, Suisse)
  • Jean-Pierre Olivier de Sardan (LASDEL, Niamey, Niger)
  • Ilario Rossi (Université de Lausanne, Suisse)
  • Carolyn Sargent (Washington University, St Louis, USA)
  • Mahaman Tidjani Alou (LASDEL, Niamey, Niger).

 

 

« Patients contemporains face à la démocratie sanitaire », Appel à contribution,Calenda, Publié le vendredi 02 août 2013, http://calenda.org/257024

Appel à contribution – Les technologies de la procréation au Sud. Dispositifs, savoirs, expériences

Appel à contribution – Les technologies de la procréation au Sud. Dispositifs, savoirs, expériences

L’AMP est un dispositif biomédical qui nécessite un environnement social, culturel et technique pour fonctionner, tout en étant lui-même producteur de savoirs, de compétences techniques et de formes organisationnelles spécifiques. Le développement de l’AMP en Afrique subsaharienne à partir des années 1980 est largement méconnu dans le monde scientifique et médiatique. Son histoire mérite d’être présentée pour mieux évaluer les conditions de diffusion et d’appropriation de cette innovation technologique et sociale par les acteurs sociaux (médecins de la reproduction, biologistes, patients, acteurs politiques et religieux).

Par ailleurs, le recours aux biotechnologies de la procréation est révélateur d’un modèle de reproduction, basé sur la notion de désir d’enfant, modèle défendu par les classes moyennes africaines contemporaines, dans le contexte plus vaste de la santé de la reproduction et du droit des femmes (accès à la maitrise du corps, à la contraception et à l’avortement non clandestin et à des services de santé prenant en charge l’infécondité des couples). Ceci étant, l’AMP est porteuse de profondes inégalités de classes, de genre et de « race » (en Afrique du sud), et également d’accès à l’information.

À cette date, les technologies de la reproduction se situent dans des cliniques privées, même si des médecins hospitaliers tentent de réaliser des structures à « low cost ». Les clients de ces institutions incarnent une classe moyenne émergente à la recherche de soins de qualité nécessitant une introduction dans des réseaux internationaux où se mettent en place de nouveaux espaces de santé. Le recours à l’AMP modifie, de fait, leur rapport à la santé et à l’information médicale d’une manière plus générale. Dans ce contexte, ils n’hésitent pas à se déplacer à travers le continent africain ou même en Europe, s’adressant notamment en Ile de France aux services de médecine de la reproduction, avec un cadre médico-légal français jugé pour nombre de femmes migrantes nées en Afrique subsaharienne et résidant en France comme beaucoup trop contraignant (limite d’âge, don d’ovocyte anonyme).

La notion de biosocialité est, ici, pertinente non plus pour désigner les espaces de mobilisation fondés sur l’expérience commune d’une pathologie (comme dans l’exemple des associations de malades) mais pour saisir l’expérience d’individus se retrouvant dans une expérience commune de relation à l’enfantement médiatisée par la science et dépendante du politique. Les travaux présentés au cours de ce colloque visent également à faire état de l’évolution des  « représentations populaires » de la procréation.

L’AMP modifie-t-elle la dimension symbolique de la procréation et de la naissance (rôle des ancêtres et  des esprits de brousse) ? Sommes nous ou non dans une situation de rupture ou observe-t-on des « articulations » avec les savoirs traditionnels locaux, en particulier ceux relatifs à la sorcellerie qui occupe une place si singulière dans l’interprétation de l’infécondité au sein des relations familiales ? Dans ce contexte socio-culturel, la femme est toujours mise en accusation et son conjoint, s’il est infécond, est protégé par l’ensemble des acteurs sociaux, et même par son épouse dans certains cas. La difficulté des hommes à reconnaitre leur infécondité est-elle surmontée par le recours à l’AMP et l’annonce médicale qu’elle nécessite ? Les hommes sont-ils prêts à s’émanciper d’une représentation lignagère de la fécondité (et donc de la transmission), pour accepter  une  « réorganisation » du schéma de transmission au niveau social et au niveau des rapports entre les sexes ?

Modalités de soumission

Ce colloque souhaite dresser l’état des connaissances sur le sujet pour l’Afrique sub-saharienne et en situation migratoire, à partir de données recueillies sur les arènes et forums publics consultés par les personnes infécondes et auprès de patients consultant dans des services de fertilité (Afrique du sud, Cameroun, Ile de France).

Les travaux réalisés par les membres d’un projet de recherche financé depuis trois ans par l’ANR Les Suds 2 y seront développés.

Nous attendons un résumé de 10 lignes sur l’infertilité en Afrique subsaharienne dans le contexte de l’AMP (anthropologie, sociologie, histoire, sciences de l’information et communication, droit, etc.).

Liste (non exhaustive) des sujets :

  • La reconnaissance de l’infertilité en Afrique
  • Histoire et développement de l’AMP sur le continent
  • Expérience de l’AMP et de l’infertilité
  • Technologies et sujet : négociations et liens entre savoirs et pratiques (AMP)
  • AMP, une expérience biosociale ?

Les résumés sont attendus pour le 10 Septembre 2013.

Envoyer le résumé à l’adresse : amp.afrique@gmail.com

Les réponses seront communiquées le 10 Octobre 2013.

Site du projet : http://amp.hypotheses.org/

Inscriptions : amp.afrique@gmail.com

Le colloque aura lieu les 12 et 13 décembre 2013 à la Faculté de Médecine de Paris-Descartes.

Comité scientifique

  • Doris Bonnet, Directrice de Recherches en anthropologie à l’IRD.
  • Michel Cot , Médecin épidémiologiste  à l’IRD.
  • Véronique Duchesne, Maître de Conférences en anthropologie à Paris-Descartes.
  • Viola Hörbst , Anthropologue, Coordinatrice de Recherches at the Institute for Social Anthropology and African Studies at University of Munich (Germany).
  • Odile Journet, Directrice de Recherches en anthropologie, CNRS.
  • Frédéric Le Marcis, Professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.
  • Madjid Ihadjadene , Professeur en Sciences de l’information et de la communication, U. Paris 8, Haute Autorité de Santé
  • Luc Massou,  Maître de Conférences en Sciences de l’information et communication à l’Université de Lorraine.
  • E. Porqueres , Directeur d’études en anthropologie de la parenté, EHESS.
  • Emmanuelle Simon, Anthropologue, Ingénieure de Recherche au Centre de recherches sur les Médiations, Université de Lorraine
  • Brigitte Simonnot, Professeur en Sciences de l’information et communication à l’Université de Lorraine.
  • Irène Théry, Directrice de Recherches en sociologie du droit et de la famille, EHESS.

 

« Les technologies de la procréation au Sud », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 11 juillet 2013, http://calenda.org/255202

Appel à articles – Santé globale et globalisation de la santé

Santé globale et globalisation de la santé

Pour une anthropologie des politiques globales de santé

Le concept de santé globale, sur un plan historique, recoupe l’histoire des chocs épidémiologiques et de leur circulation. Pourtant, la formalisation de cette notion est plus récente, entrant dans le cadre d’une stratégie de l’OMS visant à assurer une position de leadership dans le domaine de la santé. Alors qu’un des enjeux majeurs du monde contemporain tourne autour des notions de risque et sécurité, la résistance aux menaces est un questionnement qui ne se règle plus au niveau de l’État-nation. Ainsi, la santé globale est un exemple frappant de cette nouvelle donne touchant à l’environnement et à la santé humaine. Le concept de « Global health » dans les institutions internationales renvoie également à une forme de légitimation politique des actions menées au nom « de la planète », de l’humanité toute entière.

Le Journal des anthropologues souhaite revenir sur le rôle des organisations internationales dans l’organisation planétaire de la santé, mais aussi sur celui des grands fonds philanthropiques (Global Fund, Ford, Gates ou historiquement la fondation Rockefeller), comme acteurs centraux des politiques. De même, une véritable anthropologie des acteurs à buts lucratifs de la santé, les grandes firmes pharmaceutiques et les milliers de prestataires privés (cliniques, pharmacies, échoppes africaines), reste à produire pour comprendre les mutations qui touchent les différentes sociétés face à la globalisation des normes et pratiques de santé. Moins qu’une anthropologie des organisations internationales qui est déjà en train de se faire, le journal des anthropologues souhaite privilégier une analyse des conséquences politiques de l’évolution des politiques mondiales de santé, corrélée aux idéologies qui les soutiennent.

Un exemple du renouveau de l’anthropologie de la santé peut se trouver dans les travaux sur les essais cliniques dans des pays du Sud et leur interaction avec les groupes militants, lesquels étudient non seulement les nouveaux opérateurs économiques de la santé, mais également les stratégies des malades dans le but d’avoir accès aux traitements. Les innovations conceptuelles récentes traitent des questions de citoyenneté thérapeutique, de délocalisation / exportations des risques des essais, de gestion globale des pandémies à travers les programmes mondiaux (PEPFAR, Global Fund) mais aussi de la question du « triage » des malades dans l’accès aux programmes mondiaux. Ces analyses peuvent-elles être généralisées à d’autres contextes ? Comment produire des concepts opératoires au niveau mondial ? Les politiques globales produisent paradoxalement une balkanisation des malades et des maladies, traitées selon une échelle de priorités propres aux objectifs des fonds internationaux sélectionnant des maladies, au détriment d’autres. Comment rendre compte de ces éclatements des statuts et « citoyennetés » des différents malades au sein des mêmes sociétés ? Quels sont le statut, la place et le développement des normes éthiques dans cet édifice clinique et comment se situe l’anthropologie dans la construction d’une éthique de la clinique ?

Enfin, comment les dynamiques de la santé globale trouvent-elles des répercussions dans le domaine de l’image du corps, de la conception, de la place et de la recherche du bien-être ainsi que de l’idéal de bonne santé ? Par quels mécanismes la santé intègre-t-elle le marché mondial, avec ses contraintes de prix et de coût ? Quelle lecture peut-on en faire dans les disciplines spécialisées telles que la psychiatrie ou la santé sexuelle et reproductive ? L’appel à contribution est ouvert aux communications relatives aux politiques d’« empowerment » du patient dans le domaine sanitaire, aux développements des normes, essais, protocoles thérapeutiques et de leurs conséquences. La montée en puissance des TICE et des réseaux sociaux de santé, le développement de clubs de patients dessinent enfin une nouvelle donne du champ mondial de la santé et favorisent la diffusion des connaissances et les possibilités d’autogestion de la maladie. S’agit-il ici de contre-pouvoirs ? D’effets d’autonomisation du patient ? Ou de prolongations d’une nouvelle idéologie thérapeutique au plus près des patients ?

Modalités de soumission

Les résumés des propositions (5 000 signes) sont à adresser par mail en format word

avant le 1er décembre 2013

aux coordinateurs et les articles complets, d’une longueur maximum de 40 000 signes, avant le 1er mars 2014, avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues (afa@msh-paris.fr).

Publication : deuxième semestre 2014

Responsables scientifiques du numéro

« Santé globale et globalisation de la santé », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 27 juin 2013, http://calenda.org/254245