Colloque international de géographies des sexualités

 

 

Colloque international de géographies des sexualités

8-10 septembre 2011 Hogeschool-Universiteit Brussel

Ce que nous considérons actuellement comme une des dimensions de la géographie des sexualités et de la queer géography est en grande partie issue de l’étude prédominante des espaces gays – hommes blancs de classe moyenne (et par la suite lesbiens) – des centres urbains nord-américains ou européens. L’éventail des travaux entrepris par les géographes des sexualités s’est étoffé et diversifié au cours des deux dernières décennies – par la prise en compte des expériences vécues par les personnes trans, LGTB de couleur et/ou issues des classes populaires , mais aussi par l’élargissement du champ d’étude aux espaces périurbains et ruraux ainsi qu’aux pays non-occidentaux. Néanmoins, et peut-être du fait de sa genèse, la tendance à réduire le champ de la géographie des sexualités à l’étude de l’homosexualité et à assumer la non-prise en compte des expériences vécues dans d’autres contextes géographiques, demeure. Cette conférence vise à contester et à modifier ces présupposés en donnant un aperçu de l’éventail des études qui ont théorisé la spatialité de la sexualité, du sexe, des identités sexuelles et des pratiques sexuelles dans (et au-delà) des contextes européens. Cette conférence se propose de réunir des chercheurs de toute l’Europe qui étudient les dimensions spatiales de la sexualité humaine. Le colloque est donc ouvert tant aux géographes qu’aux anthropologues, sociologues, aménageurs, urbanistes, architectes, politistes, juristes… Sont aussi les bienvenus les participants qui ne sont pas issus du monde académique, membres d’associations, organisations politiques ou mouvements militants. Nous encourageons les contributions sous différents formats. Parallèlement aux présentations universitaires traditionnelles, nous accueillerons des tables-rondes, des débats, des projections de film, des installations ou toute autre contribution. Nous souhaitons favoriser la mise en réseau, l’échange et le débat au-delà des frontières nationales, de langue ou de disciplines. Les propositions de sessions et de contributions peuvent porter, sans s’y limiter, sur les thématiques suivantes:

  • Interroger la place de l’Europe et la place des sexualités en Europe, les sexualités dans les périphéries de l’Europe ;
  • Remettre en cause l’américanisation des études queer ;
  • Contextualisations et historicités des récits de «progrès» ou de «retard» ;
  • Approches queer, trans et féministes des politiques du genre en Europe ;
  • Les militants, le monde universitaire et l’égalité politique en Europe ;
  • Les mouvements féministes et les politiques sexuelles radicales en Europe ;
  • La démocratie sexuelle et les dynamiques d’inclusion/exclusion dans les différents contextes européens ;
  • Homo-nationalisme, racisme et préjugés anti-musulmans au sein des communautés LGBT européennes ;
  • Les migrations queer, les mobilités et les frontières européennes ;
  • La géographie politique de la sexualité et de l’orientation sexuelle au sein de l’UE ;
  • Les géographies économiques de la prostition, du travail sexuel et de l’industrie du sexe en (et au-delà) de l’Europe ;
  • Les divers économies des vies LGBT – y compris et sans s’y restreindre les débats sur la gentrification et la commercialisation ;
  • Les vécus sexuels dans divers espaces urbains et ruraux – la campagne et les banlieues à l’épreuve du queer ;
  • Hétéronormativité, homonormativité et l’évolution des normes sexuelles dans les contextes européens ;
  • Géographies de la vie familiale dans différents contextes européens ;
  • Les géographies des vies en dehors du couple : les espaces du poly-amour, de la non-monogamie et du célibat ;
  • Méthodes et méthodologies queer, le retour à l’empirisme dans les études queer ;
  • Les liens entre les théories queer et d’autres approches théoriques critiques (y compris et de façon non exclusive les études postcoloniales, le matérialisme historique, le féminisme matérialiste, la radical géography…)

Langue: nous n’avons actuellement pas de financements pour la traduction durant le colloque. Nous prévoyons une conférence multilingue, les participants peuvent présenter dans la langue qui leur convient le mieux. L’anglais est susceptible d’être la langue utilisée par de nombreux participants.

Coût: nous essayons de rendre accessible cette conférence à tous les participants, notamment ceux qui n’ont pas accès aux financements institutionnels. Nous recherchons des soutiens pour les déplacements des participants des pays les moins favorisés. Les frais d’inscription prévus sont de 50 euros (pour les étudiants et les non-titulaires) et de 150 euros (pour les titulaires). Les contributeurs intéressés doivent envoyer un résumé (250 mots) ou une courte proposition pour une table-ronde, à pegs@ssqrg.net. La date limite est fixée au 30 avril 2011.

L’équipe d’organisation: Marianne Blidon (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France) ; Gavin Brown (Université de Leicester, Royaume-Uni); Kath Browne (Université de Brighton, Royaume-Uni), Konstantinos Eleftheriadis (Institut universitaire européen); Eduarda Ferreira (FCSH, Universidade de Lisboa, Portugal); Simon Hutta (chercheur, Berlin/L’Open University, Royaume-Uni); Robert Kulpa (Birkbeck, University of London, Royaume-Uni); Jenny Künkel (Université Goethe de Francfort am Main, Allemagne); Maarten Loopmans (Katholieke Universiteit Leuven, Belgique); Xosé Santos Solla (University of Santiago Compostela, Spain); Paulo Jorge Vieira (Institute of Geography and Spatial Planning, University of Lisbon, Portugal); Eleanor Wilkinson (Université de Leeds, Royaume-Uni).

La conférence est parrainée par le Space, Sexualities and Queer Research Group de laRoyal Geographical Society (with Institute of British Geographers). De plus amples informations sur la conférence sont disponibles à l’adresse: ssqrg.net/pegs.

 

Parution – Les corps, ces objets encombrants. Contribution à la critique féministe des sciences

Parution – Les corps, ces objets encombrants. Contribution à la critique féministe des sciences


Hélène Rouch, Les corps, ces objets encombrants. Contribution à la critique féministe des sciences, Editions iXe, 2011, 240 p.

 

Dans les éprouvettes des biologistes de la reproduction, les cellules sexuelles mâles et femelles sont strictement équivalentes : 1 ovocyte = 1 spermatozoïde, chacun amenant la moitié des gènes du futur embryon. Fruit d’une démarche scientifique qui réduit la complexité à une série de mécanismes simples, cette égalité séduisante fait cependant abstraction du corps et vient paradoxalement renforcer la différence des sexes. En amont de la fécondation in vitro, les organismes féminins sont en effet soumis à des traitements lourds pour fonctionner sur le modèle masculin et produire en abondance des gamètes aisément manipulables.

Les articles réunis dans ce recueil permettent de suivre à la fois l’évolution des techniques et les interrogations qu’elles suscitent. Qu’il s’agisse de l’économie de la gestation ou de celle de la reproduction, des dérives eugénistes et des prodigieux avantages à attendre des progrès de la science, des égarements moralistes de la bioéthique ou encore, surtout, de l’identité sexuée et de la définition des catégories de sexe, la question du corps est ici au centre du propos. Hélène Rouch l’examine avec insistance dans une perspective clairement située, qui l’a également conduite à jouer un rôle actif dans le développement des études et recherches féministes. Les corps, ces objets encombrants rend justice à cet engagement. Composé de textes écrits sur une période de trente ans, il vise aussi à restituer, pour partie, le parcours intellectuel et politique d’une scientifique à la critique exigeante.


Enseignante en biologie, Hélène Rouch fut une des fondatrices du séminaire Limites-Frontières (1980 -1988). Membre du comité scientifique du CNRS constitué à la suite du colloque « Femmes, féminisme, recherches » (1982), elle a contribué à la création de l’Association nationale des études féministes et était rattachée au CEDREF (Paris 7). Elle faisait également partie du collectif éditorial de la « Bibliothèque du féminisme ».

Offre contrat doctoral – Écriture du corps et adolescence

Offre contrat doctoral – Écriture du corps et adolescence

Dans le cadre de l’École doctorale pluridisciplinaire Érasme de l’Université de Paris 13 Nord, les équipes d’accueil UTRPP et CENEL proposent un contrat doctoral fléché interdisciplinaire (psychanalyse, linguistique texte-discours, littérature). L’Université Paris 13 Nord est membre du PRES Sorbonne Paris Cité et du Campus Condorcet.

Écriture du corps et adolescence – Body Writing and Adolescence

Équipes concernées :
– EA 3413 UTRPP (Unité transversale de recherche psychogenèse et psychopathologie)
– EA 452 CENEL (Centre d’étude des nouveaux espaces littéraires)

Présentation de la thématique
La thématique « Écriture du corps et adolescence » recouvre l’ensemble des processus par lesquels, à l’adolescence, le jeune sujet construit son corps sur les plans symbolique, sémiotique, psychique et discursif. Ces processus constituent une scripturalité qui se présente comme un mouvement d’invention propre au temps pubertaire et qui constitue l’enjeu d’une mise en signifiant du corps sexué à l’adolescence.
Cette thématique constitue le cadre à partir duquel le.la candidat.e rédigera une proposition de sujet (la thèse sera rédigée en français)

Mots clés : adolescence, corps, inscriptions corporelles, scripturalité, signe, signifiant, tatouage, traçage

Date limite dépôt des dossiers : 30.05.11
Détails de la proposition, informations pratiques, calendrier de recrutement et fiche de candidature :
http://realista.hypotheses.org/627

Contacts
Éric Bidaud UTRPP : eric.r.bidaud@wanadoo.fr
M.-A. Paveau CENEL : ma.paveau@orange.fr

Responsable : Marie-Anne Paveau, Éric Bidaud

Url de référence :
http://realista.hypotheses.org/627

Parution – Social History of Medicine

Parution – Social History of Medicine

 


Social History of Medicine, Volume 24, Issue 1, April 2011

Clare Pilsworth and Debby Banham
Medieval Medicine: Theory and Practice

Peregrine Horden
What’s Wrong with Early Medieval Medicine?

Clare Pilsworth
Beyond the Medical Text: Health and Illness in Early Medieval Italian Sources

Audrey L. Meaney
Extra-Medical Elements in Anglo-Saxon Medicine

Debby Banham
Dun, Oxa and Pliny the Great Physician: Attribution and Authority in Old English Medical Texts

Laurence Totelin
Old Recipes, New Practice? The Latin Adaptations of the Hippocratic Gynaecological Treatises

Catherine Rider
Medical Magic and the Church in Thirteenth-Century England

April Harper
The Image of the Female Healer in Western Vernacular Literature of the Middle Ages

Iona McCleery
Medical ‘Emplotment’ and Plotting Medicine: Health and Disease in Late Medieval Portuguese Chronicles

Matthew Smith
Mixing with Medics

Elaine Boyling
Being Able to Learn: Researching the History of a Therapeutic Community

Appel à contribution – Tracing the Future : Lines of Difference and Possibility in Medical Technology

Appel à contribution – Tracing the Future : Lines of Difference and Possibility in Medical Technology

 

American Anthropological Association Annual Meeting, Montreal, QC, Canada,
November 16-20, 2011

Co-organizers: Catherine Bliss, Tazin Karim, and Amy Moran-Thomas on behalf of the Science, Technology and Medicine (STM) Interest Group, Society for Medical Anthropology

New currents in medical technology striate our world with shifting tidemarks, lines which reinscribe meaning in the uncertain spaces between science and morality, health and illness, life and death. These shifting lines leave behind traces – relics, paper trails, precedents, and other residues that quietly shape our social worlds. They also give birth to new legacies – discursive dichotomies, paradigms, and caveats that define the logic of modern medicine. Through these processes, technologies are not simply artifacts of science – they are also infrastructures of ongoing experimentation and signification. These objects travel in unexpected ways through both institutional and local worlds, giving people new means through which to negotiate their own subjectivities and experiences. In doing so, they shift existing tidemarks and present new possibilities for imagining the future. This panel will shed light on the various ways medical technology reflects and reconstructs difference in modern medicine while producing legacies and traces that shape our social destinies. In particular, we ask:

* How do the social lives of new medical technologies shift existing tidemarks or reinscribe the boundaries that delineate objectivity from subjectivity, experimentality from treatment, healing from enhancement, or otherwise contour the limits of care and survival?
* How does the reciprocal and transformative relationship between humans and medical technology produce institutional legacies of prevention, development, or exclusion?
* How do artifacts of past medical inquiries and inventions resurface through the structures and uses of emergent health technologies, and how to these historical traces influence contemporary medical and social lives?

We seek papers exploring these and related questions regarding the influence of medical, pharmaceutical, surgical, and genetic technologies, especially the empirical realities and theoretical implications of how they impact constructions of difference and lines of possibility in modern medicine.

Please send titles and 250 word abstracts to: Tazin Karim (<mailto:karimtaz@msu.edu> karimtaz@msu.edu) and Amy Moran-Thomas (amoran@princeton.edu)

DEADLINE: APRIL 3, 2011

Parution – Social studies of science

Parution – Social studies of science

Social studies of science, avril 2011, vol. 41, n°2
‘Face value’: New medical imaging software in commercial view
Catelijne Coopmans

Alter-ontologies: Towards a constituent politics in technoscience
Dimitris Papadopoulos

Genomic designation: How genetics can delineate new, phenotypically diffuse medical categories
Daniel Navon

The embryo research debate in Brazil: From the National Congress to the Federal Supreme Court
Letícia Cesarino and Naara Luna

Problematizing the user in user-centered production: A new media lab meets its audiences
Philippe Ross

Language and practice
Harry Collins

Appel à contribution – Troubles mentaux, entre changement individuel, problèmes de société et mutations politiques

Appel à contribution – Troubles mentaux, entre changement individuel, problèmes de société et mutations politiques

Samedi 30 avril 2011

Dans le cadre d’un numéro spécial intitulé « troubles mentaux, entre changement individuel, problèmes de société et mutations politiques », la revue Lien social et politiques lance un appel à contribution autour de trois thématiques: 1) troubles mentaux et perturbations sociales ; 2) politiques et dispositifs de régulation de la maladie mentale et des troubles du comportement ; 3) portée politique des principes d’intervention en santé mentale. Les déclarations d’intention d’une page doivent parvenir avant le 30 avril 2011 à Roch Hurtubise (roch.hurtubise(at)usherbrooke.ca) et à Livia Velpry (livia.velpry(at)univ-paris8.fr).

No 67 Printemps 2012 – Troubles mentaux, entre changement individuel, problèmes de société et mutations politiques

En matière de santé mentale, les gouvernements se sont dotés en France (Plan psychiatrie et santé mentale 2005-2008), au Québec (Plan d’action en santé mentale 2005-2010) et dans d’autres sociétés de politiques publiques de réorganisation des services. Ils reposent sur plusieurs principes : 1) la concertation des acteurs au travers de dispositifs d’intersectorialité visant la mise en œuvre d’actions à plusieurs niveaux et en continuité 2) la volonté affichée de mettre la personne et sa souffrance au centre des dispositifs 3) la promotion, plus ou moins formalisée, de « nouvelles » approches d’intervention telles que, par exemple, le rétablissement qui consiste à favoriser le bien-être de la personne par la reconstruction d’une identité positive et d’une vie sociale qui reconnaît ses limites (plutôt que de les masquer). Dans ces deux sociétés la prévalence des problèmes de santé mentale estimée est supérieure à la moyenne observée dans des pays comparables. De plus, au-delà de l’énoncé d’une politique, on a observé depuis dix ans un développement de pratiques et de services qui visaient à transformer la manière de penser l’action en santé mentale. Le rôle du politique y est revu et tend à faire de la prise en charge des personnes une responsabilité partagée par plusieurs acteurs plutôt que la seule responsabilité de l’État (comme dans les systèmes asilaires ou hospitalocentrés). Parallèlement, des dispositifs à visée plus sécuritaire sont mis en place, dans lesquels la dangerosité des personnes ayant des troubles mentaux, la nécessité du maintien de l’ordre public et la protection de la société occupent une place prépondérante.

L’appel à propositions comprend trois thématiques principales:

Troubles mentaux et perturbations sociales

Les troubles mentaux mobilisent les solidarités et déstabilisent les fonctionnements sociaux habituels, dans les communautés, les familles ou le milieu de travail.  Entre exclusion, étiquetage et compassion les réactions sont parfois confuses et traduisent les limites des personnes et des collectivités à composer avec des situations atypiques. À la lumière des évolutions actuelles, notamment celles citées précédemment, quelles formes prennent ces réactions aujourd’hui ? Qu’en disent les acteurs concernés, en particuliers les personnes ayant des troubles mentaux? Comment la réponse des institutions, en particulier scolaires et familiales, se transforme-t-elle et agit-elle sur la qualification des troubles – notamment autour des troubles du comportement ? Plusieurs comportements et situations sont maintenant abordés en tant que problèmes de santé mentale : troubles du lien (dépendance affective), du travail (épuisement professionnel), de l’être (personnalité limite). En regardant la manière dont les discours scientifiques, professionnels et populaires donnent une place à ces problèmes, on peut analyser une mise en forme des réalités sociales à travers les prismes de la psychiatrie et des disciplines connexes.

Politiques et dispositifs de régulation de la maladie mentale et des troubles de comportements

Les actions gouvernementales prônent le développement des approches en santé mentale basées sur une prise en compte de la complexité. Action intersectorielle, rapprochement entre sanitaire et social, plan de suivi, concertation, campagnes de promotion, défense des droits, lutte contre la discrimination, reconnaissance et réparation sont quelques exemples des stratégies d’action mises en œuvre dans les dispositifs développés.  Quelle logique préside à l’adoption, dans divers pays, d’un « plan d’action » et dans quelle mesure s’agit-il d’une « politique de santé mentale » ? Que peut-on dire des difficultés ou de l’efficacité de ces actions? Quel rôle y joue la territorialisation de l’organisation des services ? Quelles reformulations observe-t-on dans la définition des compétences et champs d’intervention professionnels sur la santé mentale parmi les différents acteurs présents (psychiatres, psychologues, travailleurs sociaux, pairs…) ? Comment ces redéfinitions s’articulent-elles avec des évolutions des savoirs et des modèles thérapeutiques, dans le cas de la psychiatrie notamment ?

Portée politique des principes d’intervention en santé mentale

Les principes et finalités de l’intervention en santé mentale définis aujourd’hui semblent dépasser les objectifs de soins et de traitement. Ils portent également une vision des personnes destinataires de l’intervention, parfois comme porteuses des solutions et levier principal de l’intervention, parfois comme personnes à risque, dérangeantes et dangereuses. La nature et les conséquences de cette reformulation pourraient être étudiées avec profit dans une perspective qui croise la sociologie, la philosophie et la science politique. En quoi le mieux-être des personnes avec des troubles de santé mentale est-il porteur d’un mieux-être collectif ? Dans le même temps, des dispositifs à visée sécuritaire, qui s’appuient sur une association entre dangerosité et troubles mentaux, proposent une tout autre figure des personnes ayant des troubles mentaux que celle véhiculée par les politiques récentes de santé mentale qui mettent l’accent sur le rétablissement. Le jeu des politiques publiques est ici complexe car la santé mentale est souvent associée à d’autres enjeux : logement, sécurité du revenu, lutte à l’exclusion, insertion, immigration, etc.

Modalités de soumission

Des déclarations d’intention (une page) de la part des personnes qui souhaitent contribuer à ce numéro doivent être envoyées à :

Roch Hurtubise (Département de service social, Université de Sherbrooke) : roch.hurtubise@usherbrooke.ca

Livia Velpry (Université Paris 8, CERMES3-Equipe CESAMES (Univ. Paris Descartes, CNRS, INSERM)) : livia.velpry@univ-paris8.fr

avant le 30 avril 2011

Comité de rédaction et conseil scientifique :

Voir la page : http://www.lsp.umontreal.ca/revue_redact_FR.html

Séminaire – Psychologie, psychiatrie et psychanalyse : histoires croisées

Séminaire – Psychologie, psychiatrie et psychanalyse : histoires croisées

 

Vendredi 25 mars
Lieu : 14h- 16h – Centre Alexandre Koyré, Pavillon Chevreul, 3e etage.
57 rue Cuvier 75005 Paris

Dans le cadre du séminaire Psychologie, psychiatrie et psychanalyse : histoires croisées, nous aurons le plaisir d’accueillir pour une conférence exceptionnelle :

Valeria BABINI (Université de Bologne), le vendredi 25 mars 2011, qui interviendra sur le thème suivant :

LA PSYCHIATRIE ITALIENNE AU XXe siècle

Valeria Babini professeur d’histoire des sciences et des techniques s’est intéressée à l’histoire intellectuelle et sociale de la psychiatrie, de la psychologie, de l’anthropologie et à l’histoire des femmes en Italie.
Outre ses ouvrages désormais classiques sur la formation du savoir psychiatrique italien, on retiendra un travail sur Bergson, une étude sur la pédagogie à travers l’itinéraire de Maria Montessori et une exploration très fouillée de l’affaire médiatico-judiciaire du professeur de médecine Augusto Murri.

Prix – STM Graduate Student Paper Prize

STM Graduate Student Paper Prize

 

The Science, Technology, and Medicine interest group of the SMA is pleased to welcome submissions for the STM Graduate Student Paper Prize.
This prize is awarded annually for a paper that offers an innovative anthropological approach to issues in science, technology, or medicine.

These issues include:
1.How scientific research, technological transformation and professional medicine inform public health policy, popular culture, and affect the intimate realms of bodily experience;
2.The ways laboratory and experimental medicine (both public and private sector) are influenced by economic and political institutions and patient mobilization;
3.The specificities of the development, regulation, marketing and distribution of pharmaceuticals and biologics;
4.How local experiences of illness and health are refracted through established modes of discrimination (such as class, race, and gender) and unequal access to new medical technologies; and
5.The extent to which these pragmatic and embodied responses to medical science and technology shape concepts of personhood and degrees of political membership.

The author must be enrolled as a graduate student at the time of submission, and the paper cannot be in press or published at the time of submission (it can be under review).

The word count should be 6000-8000. The winner of the prize will be announced at the 2011 American Anthropological Association Meetings. The winner will also receive detailed suggestions from the committee on ways to prepare the article for publication.

Submissions should be emailed by June 1st, 2011 to Ian Whitmarsh:
(whitmarshi@dahsm.ucsf.edu <mailto:whitmarshi@dahsm.ucsf.edu>).

For more information on the STM interest group, go to:
http://www.medanthro.net/research/stm/index.html

Parution – Sida et tuberculose : la double peine ? Institutions, professionnels et sociétés face à la coinfection au Cameroun et au Sénégal

Parution – Sida et tuberculose : la double peine ? Institutions, professionnels et sociétés face à la coinfection au Cameroun et au Sénégal

 

Laurent Vidal et Christopher Kuaban (dir.), Sida et tuberculose : la double peine ? Institutions, professionnels et sociétés face à la coinfection au Cameroun et au Sénégal, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 378 p.

Les luttes contre le sida et la tuberculose ne peuvent plus être menées séparément, et ces deux maladies doivent être prises en charge simultanément : au-delà de ce slogan des organisations internationales et des pays les plus touchés par ces deux maladies, une réalité complexe émerge. Pour en comprendre les enjeux – aussi bien pour le système de santé, les professionnels qui délivrent les soins, ou les malades – des chercheurs en sciences sociales ont, pour la première fois dans le monde francophone, décidé d’examiner le quotidien du travail des soignants et de l’organisation du système, dans deux pays africains, le Cameroun et le Sénégal.
En associant regard sur l’histoire de la tuberculose et des maladies vénériennes, et souci du présent, s’observent alors des permanences (autour des questions d’observance des traitements, de gratuité, de décentralisation) et des situations inédites (les nouvelles tâches des soignants, les liens entre le centre et la périphérie). à la souffrance des malades à la fois tuberculeux et porteurs du VIH s’ajoutent les difficultés des professionnels et du système de santé pour faire face à la coinfection : comment surmontent-ils tous cette double peine ? Cet ouvrage nous donne des clefs pour le comprendre.
Laurent Vidal est directeur de recherche à l’IRD (Institut de recherche pour le développement à Marseille), dont il dirige le département «Sociétés». Anthropologue, ses réflexions portent sur la santé en Afrique (autour du sida, de la tuberculose, du paludisme et de la santé maternelle) et l’épistémologie des sciences sociales, objets de plusieurs ouvrages.
Christopher Kuaban est professeur de médecine, chef de service hospitalier à Yaoundé et chercheur en santé publique. Spécialiste de pneumologie et de santé publique, ancien secrétaire permanent du programme national de lutte contre la tuberculose du Cameroun, il a mené de nombreuses recherches sur la tuberculose.

Parution – Body and Society

Parution – Body and Society
Body and Society, mars 2011, vol. 17, n°1
The Invisible Woman: The Bioaesthetics of Engineered Bodies
Lesley A. Sharp

Do Voices Matter? Vocality, Materiality, Gender Performativity
Annette Schlichter

The Body and the Senses: Visual Methods, Videography and the Submarine Sensorium
Stephanie Merchant

Liminal Biopolitics: Towards a Political Anthropology of the Umbilical Cord and the Placenta
Pablo Santoro

Mind/Body Theory and Practice in Tibetan Medicine and Buddhism
Chikako Ozawa De Silva and Brendan Richard Ozawa-De Silva

Séminaire – La question de la preuve et de la décision en épidémiologie / santé publique

Séminaire – La question de la preuve et de la décision en épidémiologie / santé publique



Jeudi 24 mars 2011 à 14 h
Lieu : Institut Pasteur
25 rue du Dr Roux 75015 Paris
Bâtiment Fernbach, salle Aubert

 

 

Le risque de cancer entre épidémiologie, toxicologie, médecine vétérinaire et expertise publique : l’affaire distilbène aux Etats-Unis 1965-1985.

Jean-Paul Gaudillière (Cermes-Inserm)

Ces conférences sont ouvertes à tous.
Accès libre mais se munir d’une pièce d’identité pour l’entrée sur le campus de l’Institut Pasteur

contacts:
annick.opinel@pasteur.fr
michel.garenne@pasteur.fr

 

Parution – Éloge des hasards de la vie sexuelle

Parution – Éloge des hasards de la vie sexuelle

 

Monique David-Menard, Éloge des hasards de la vie sexuelle, Editions Hermann, 2011.

 

La vie sexuelle est faite de rencontres, mais toutes ne font pas événement. Lorsque l’une d’entre elles est décisive, elle comporte une part d’imprévisible qui constitue le ressort même de sa puissance : pouvoir transformer une vie n’est pas donné à toute rencontre.
Le bouleversement qu’apporte le désir d’une personne qui semble détenir le pouvoir de nous faire exister en nous faisant jouir, est un processus complexe : ou bien on déclare qu’il est irrationnel car immaîtrisable, ou bien on s’efforce de le penser en s’intéressant aux conditions de la vie amoureuse – importance disproportionnée accordée à certains détails, dissymétrie des attentes des partenaires, non-congruence du désir sexuel et de l’amour.
Or, le dispositif qu’a instauré la psychanalyse fait mieux comprendre en quoi cette contingence est positive. La manière dont la vie sexuelle est transposée par ce qu’on appelle le transfert privilégie tout ce qui, dans l’amour sexué, est inadéquation, dissymétrie. Cependant, l’analyste est un inconnu sur un mode différent du partenaire amoureux, et cette transposition dégage pour eux-mêmes ces facteurs de disproportion, et rend efficaces et par là créateurs les facteurs contingents d’une rencontre.
Par cette approche originale du contingent dans la vie sexuelle, la psychanalyse est un champ d’expérience précieux pour une philosophie de l’événement. C’est pourquoi elle a un terrain commun avec certaines pensées contemporaines – qu’elles s’accordent ou s’opposent à la psychanalyse – comme celles de Deleuze ou de Foucault. Comment la contingence peut-elle être, grâce au fait qu’elle survient dans des situations déterminées, un levier de transformation ? L’important pour un événement, est-ce la rupture qu’il instaure ou la nouveauté qu’il produit ? Et, dans la contingence de la sexuation, l’écart par rapport au nécessaire relève-t-il d’une logique comme le pensait Lacan ?
La vie sexuelle, telle que la situation analytique la convoque, est le laboratoire d’une contingence nouvelle.

Monique David-Ménard est philosophe et psychanalyste. Directrice, à l’Insitut de la Pensée contemporaine, du Centre d’Études du vivant (Université Denis Diderot – Paris-VII), elle est aussi membre associé de la Société de Psychanalyse freudienne. Monique David-Ménard est spécialiste des œuvres de Lacan, Kant, Deleuze. Ses travaux récents portent essentiellement sur les notions de plaisir et de sexualité.

Colloque – Les maux et les mots de la précarité et de l'excusion en France au XXe siècle

Colloque – Les maux et les mots de la précarité et de l’excusion en France au XXe siècle

Jeudi 12 mai 2011  |  Paris (75013)

Le Laboratoire ICT de l’Université Paris VII organise les 12 et 13 mai 2011 une journée d’étude « Les maux et les mots de la précarité et de l’exclusion en France au XXe siècle ». Il s’agit dans un premier temps d’analyser les maux, les pathologies qui fondent la précarité ou l’exclusion ou qui en découlent. Puis sera étudié le passage des maux aux mots qui disent et le plus souvent stigmatisent la précarité et l’exclusion. Enfin les communications porteront sur le rôle de l’État face à la protection des exclus, ses modes d’intervention et leurs limites: faut-il judiciariser la protection sociale des exclus ? Le marché doit-il se substituer à l’État en matière de protection sociale des exclus ?

Organisateurs : André Gueslin et Henri-Jacques Stiker (Université Paris VII)

Adresse : Université Paris 7. UFR GHSS, Immeuble Montréal. Dalle des Olympiades (salle 029 le 12 mai; salle des thèses le 13 mai), 105 rue de Tolbiac, 75013 Paris.

Contact : labo.ict@univ-paris-diderot.fr

Programme

9h45 : Introduction du colloque par André Gueslin

1ère séance : jeudi 12 mai 2011  (matin) : Les maux…

Président : André Gueslin

Il s’agit dans cette première séance d’analyser les maux, les pathologies qui fondent la précarité ou l’exclusion ou qui en découlent

10h- Marie-Claude Blanc-Chaléard (  Université Paris X ) : Les immigrés, exclus du logement  dans la France des Trente Glorieuses

Maxime Boucher ( Université Paris VII ) : de l’automutilation au suicide des prisonniers en France après 1945

Pascal Bousseyroux ( Université Paris VII ) : des malades de Berck aux enseignés d’Auxilia dans l’entre-deux guerres

11h30 : Pause

11h45 -Benjamin Jung (  Université Paris VII ) : Les précaires : les parcours d’accès à l’emploi ouvrier au début du XXe siècle

Henri-Jacques Stiker ( Université Paris VII ) : fragments d’une histoire de marginalisation : la sexualité des personnes handicapées au XXème siècle

Etienne Thévenin ( Université Nancy II ) : La santé des jeunes en situation de précarité à la fin du XXe siècle

13h15 : Déjeuner
2ème séance : jeudi 12 mai 2011 ( après-midi ) : Les mots …

Présidente : Yolande Cohen (UQAM, Montréal)

Dans cette deuxième séance est envisagé le passage des maux aux mots qui disent et le plus souvent stigmatisent la précarité et l’exclusion.

14h15 : Gary Albrecht ( Université de l’Illinois à Chicago ) : L’expérience du handicap chez les immigrants en Belgique au XXème siècle

Axelle Brodiez ( CNRS-LARHA ) : Panser et penser la vulnérabilité sociale au XXème siècle : l’exemple lyonnais

Jean- Christophe Coffin ( Université Paris Descartes ) : la folie immobile ? perceptions du malade mental à l’âge contemporain

15h45 : Pause

16h15 : André Gueslin ( Université Paris VII ) : sémantique et stigmatisation :  les mots de la grande pauvreté

Isabelle Ville ( INSERM/CERMES ) : Représentations de soi et modalités historiques du traitement des déficiences au XXème siècle
3ème séance : vendredi 13 mai 2011 matin ( 10h )  : Table ronde :

L’Etat face à la protection des exclus ( France XXème siècle)
Des mots de l’exclusion à la politique de l’État
Les modes d’intervention de l’Etat et leurs limites
Faut-il judiciariser la protection sociale des exclus ?
Le marché contre l’Etat en matière de protection sociale des exclus

Intervenants :

Henri-Jacques Stiker ( président )
Robert Castel ( EHESS )
Yolande Cohen ( Université du Québec à Montréal )
André Gueslin
Olivier Mongin ( Revue Esprit )
Gérard Noiriel ( EHESS )
Conclusion générale : Henri-Jacques Stiker

Colloque – Risques en Afrique : conditions de vie, pouvoirs, profession, information

Colloque – Risques en Afrique : conditions de vie, pouvoirs, profession, information

 

Lundi 04 avril 2011

Pessac (33607)

10 esplanade des Antilles (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – Domaine universitaire)

C’est dans le cadre du programme quadriennal « risques en Afrique » de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, qu’un ensemble d’enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants s’est réuni pour élaborer une réflexion pluridisciplinaire sur le risque. À partir d’objets d’étude et de terrains différents, ces derniers ont échangé leur approche théorique et méthodologique en partageant leurs résultats. Cette synergie, rassemblant des analyses sur le risque dans les champs de la santé, du risque professionnel, du pouvoir politique, de l’espace-environnement et de la communication, donne lieu à ce colloque qui présentera les principaux résultats du programme, y intégrera de nouvelles réflexions et des perspectives.

Lundi 4 avril

9 h : Accueil

9 h 15 : Ouverture

Christophe BOUNEAU, Directeur de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
Alain D’IRIBARNE, Président du Conseil scientifique de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
René OTAYEK, Directeur du Laboratoire « Les Afriques dans le Monde » (LAM).

9 h 45-10 h : Intervention introductive de Simon POMEL, responsable du programme.

10 h-10 h 15 : Pause

10 h 15-12 h 45 : Table ronde. Regards croisés sur les risques en Afrique

Modérateur : Dominique DARBON, professeur en sciences politiques, IEP de Bordeaux, UMR LAM.

Participants :

Philippe AUVERGNON, directeur de recherche CNRS en droit social, COMPTRASEC, Université Montesquieu-Bordeaux IV
Eugénie AW, docteur en sciences de l’information et de la communication (SIC), directrice du CESTI (École de Journalisme), Université Cheikh Anta Diop de Dakar
Daniel BLEY, anthropologue biologiste, directeur de recherche, UMR 6012 ESPACE/DESMID, CNRS/Université Aix-Marseille 2
Maurice ENGUELEGUELE, docteur en sciences politiques, directeur de l’Institut Africain pour la Gouvernance (IAG) de Dakar
Marie-Soleil FRÈRE, chercheur qualifiée en information communication, ULB (Bruxelles)
Patrick RASOLOFO, économiste, fondateur et membre de l’ONG HARDI pauvreté urbaine et rurale, Antananarivo.
12 h 45 : Pause déjeuner

14 h-16 h : Atelier 1. Les représentations des risques

Étienne DAMOME et Annie LENOBLE-BART

Marc SPINDLER, professeur émérite en missiologie des Universités de Leyde et Utrecht, chercheur associé à l’UMR 5115 LAM, Bordeaux.
« La liberté religieuse en Afrique noire et ses risques »

Maurice Soudieck DIONE, docteur en Sciences politiques et doctorant en SIC, EA MICA 4426.
« Le risque démocratique dans les interactions entre le champ politique et le champ médiatique sous le régime de l’alternance au Sénégal »

Alain KIYINDOU, professeur en SIC, Université Michel de Montaigne-Bordeaux, EA MICA 4426, Président de la Société des Sciences de l’Information et de la Communication – SFSIC.
« TIC et crise des valeurs en Afrique »

Sidiki BAMBA, docteur en SIC.
« Les espaces de discussions en Côte d’Ivoire »

Adama N’DIAYE, doctorant en SIC, EA MICA 4426, gestionnaire du club de vacances Karaiba.
« Le tourisme au Sénégal au risque de la communication »

16 h 15-18 h 45 : Atelier 2. RISQUES : CONDITIONS DE VIE, RESSOURCES, ENVIRONNEMENT, SANTÉ

Françoise DELCROIX, Chrystelle GRENIER-TORRES, Nicolas LEMOIGNE

Construction du risque

Chrystelle GRENIER-TORRES, socio-anthropologue, chercheure associée LAM, Bordeaux.
« La santé sexuelle et reproductive au carrefour de multiples facteurs de risque. Entre contraintes et subjectivité : une autonomie émergente »

Abdou BONTIANTI, géographe, chef de département, Institut de recherches en Sciences Humaines-IRSH, Université Abdou Moumouni de Niamey, Niger.
« Méthode d’évaluation des risques de pollution des eaux de surface en milieu sahélien »

Attitudes, pratiques et gestion des risques

Nicole VERNAZZA-LICHT, anthropologue de la santé, chercheure associée UMR 6012 ESPACE Université Nice-Sophia Antipolis, présidente de la Société d’Écologie Humaine-SEH.
« Perceptions et gestion du risque palustre au Cameroun : entre fatalité et action »

Jean-Philippe BERROU, doctorant en Sciences Économiques, ATER, Université Bordeaux IV GREThA UMR 5113 et Claire GONDARD-DELCROIX, économiste, maître de conférences, GRETh A, UMR 5113, Université Montesquieu Bordeaux IV.
« Le Réseau social, un atténuateur de crise ? Étude de cas portant sur les micro entrepreneurs de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) »

Martin DOEVENSPECK, docteur en géographie, chercheur, Institut de Géographie, Université de Bayreuth, Allemagne.
« La gestion du risque naturel en période de guerre à l’est de la République démocratique du Congo : une « société du risque africaine » au Lac Kivu ? »

Mondialisation et développement

Nicolas LEMOIGNE, docteur en géographie, ATER, Université Michel de Montaigne-Bordeaux, UMR 5185 ADES.
« Mondialisation et importation des modèles agricoles en Afrique. Comment la gestion du risque engendre-t-elle le risque? »

Gning KHADY, docteur en géographie, UMR 5185 ADES, Université Michel de Montaigne-Bordeaux.
« Risques, pratiques agricoles et enjeux dans le bassin arachidien sénégalais »

Élodie ROBERT, doctorante Université Michel de Montaigne-Bordeaux, ATER, université de Nantes.
« L’implantation du coton BT au Burkina Faso: quels apports, pour quels risques et quels enjeux? »

Mardi 5 avril

8 h 30-10 h 30 : Atelier 3. RISQUES POUVOIRS

Céline THIRIOT (LAM, UMR 5115, Sciences Po Bordeaux)
Appréhender le risque politique

Christian BOUQUET, professeur de géographie, Université Michel de Montaigne-Bordeaux, UMR 5115 LAM.
« Géographie politique des insécurités en Afrique »

Étudiants M2 CID GRPS de Sciences Po Bordeaux et Dominique DARBON, professeur en Sciences Politiques, IEP de Bordeaux – LAM.
« Une méthodologie de Risque Projet : exemple du Sénégal »

Mohamed JALLOH, doctorant en sciences politiques, LAM ; analyste à International Crisis Group, Dakar.
« Risques en situation de post conflit »

Déclinaisons du risque politique

Laurent FOURCHARD, historien, chargé de recherches, FNSP–LAM.
« Risques, violences urbaines et politiques de sécurité au Nigeria et en Afrique du Sud. »

Agathe MAUPIN, docteur en géographie, Université Université Michel de Montaigne-Bordeaux, ATER Université Paris IV.
« Les risques hydropolitiques en Afrique à travers la gestion des bassins transfrontaliers »

Danielle MINTEU KADJE, docteur en sciences politiques – LAM.
« Érosion de la souveraineté et migrations transnationales : les risques migratoires en Afrique sahélienne »

10 h 30-10 h 45: Pause

10 h 45-12 h 45 : Atelier 4. RISQUES PROFESSIONNELS

Animation et synthèse par Maty DIAKHATE (maître de conférences en droit social, Université de ParisVIII)

Cheick Ousane DIOP, Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal – CNTS –, Intersyndicale de prévention des risques professionnels.
« Action syndicale et risques professionnels au Sénégal (titre provisoire) »

Pierre-Étienne KENFACK, chargé de cours en droit, Université de Yaoundé II.
« Le droit des risques professionnels au Cameroun »

Paul KIEMDE, professeur en droit, Université de Ouagadougou.
« Le droit des risques professionnels au Burkina Faso (titre provisoire) »

Loïc LEROUGE, chargé de recherche CNRS en droit social, COMPTRASEC UMR CNRS 5114 Université Montesquieu-Bordeaux IV.
« Les risques professionnels au Sénégal 1 : compte-rendu de recherche (politique institutionnelle).»

Philippe AUVERGNON, directeur de recherche CNRS en droit social, COMPTRASEC UMR CNRS 5114 Université Montesquieu-Bordeaux IV.
« Les risques professionnels au Sénégal 2 : compte-rendu de recherche (instances de contrôle) »

Sandrine LAVIOLETTE, ingénieure d’études, droit social, COMPTRASEC UMR CNRS 5114 Université Montesquieu-Bordeaux IV.
« Les risques professionnels au Sénégal 3 : compte-rendu de recherche (structure d’entreprise, formalisation) »

12 h 45 : Pause déjeuner

14 h 15-15 h 15 : Table ronde de conclusion : Responsables des axes et discussion générale

15 h 45 : Clôture

COMITÉ SCIENTIFIQUE

François BART, professeur émérite de géographie, Université Michel de Montaigne, Bordeaux, UMR 5115 LAM (f.bart@sciencespobordeaux.fr)
Étienne DAMOME, postdoc en sciences de l’information et de la communication, Groupe de d’études et de recherches sur la radio (GRER), membre associé à l’EA MICA (etiennedamome@gmail.com)
Françoise DELCROIX, docteur en anthropologie sociale et culturelle et ethnologie, chargée de cours, infirmière à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) Croix Rouge Française de Bordeaux/Bègles (frandelcroix@gmail.com)
Chrystelle GRENIER-TORRES, socio-anthropologue, chercheure associée à LAM/UMR 5115, Sciences Po, Bordeaux, coordinatrice du groupe recherche-action de l’Association Genre en action (c.grenier.torres@free.fr)
Nicolas LEMOIGNE, docteur en géographie, ATER, Université Michel de Montaigne, Bordeaux, UMR 5185 ADES (colalem@yahoo.fr)
Annie LENOBLE-BART, professeur émérite en sciences de l’information et de la communication, Université Michel de Montaigne, Bordeaux, EA MICA 4426 (annie.bart@u-bordeaux3.fr)
Loïc LEROUGE, chargé de recherche CNRS en droit social, COMPTRASEC UMR CNRS 5114 Université Montesquieu-Bordeaux IV (loic.lerouge@u-bordeaux4.fr)
Simon POMEL, directeur de recherche au CNRS, géographe (spomel@free.fr)
Céline THIRIOT, maître de conférences en sciences politiques, IEP de Bordeaux, UMR 5115 LAM (c.thiriot@sciencespobordeaux.fr)

Contact
Annie Bart
courriel : abart (at) u-bordeaux3 [point] fr