Parution – Pas ce soir chéri(e)? Une histoire de la sexualité (19e-20e siècles)

Parution – Pas ce soir chéri(e)? Une histoire de la sexualité (19e-20e siècles)

Régine Beauthier, Vanessa d’Hooghe, Valérie Piette et Gonzague Pluvinage, Pas ce soir chéri(e)? Une histoire de la sexualité (19e-20e siècles), Edition Racine, 2011, 256 p.

Comment nos arrière-arrière-grands parents se rencontraient-ils ? Comment se séduisaient-ils ? Comment leur intimité se construisait-elle ? Quelles injonctions subissaient-ils ? Quels risques couraient-ils ? Comment faisaient-ils l’amour ?… Si les pratiques sexuelles sont universelles, leurs significations sociales changent et conditionnent dans une large mesure les champs des possibles individuels ainsi que les significations subjectives de la sexualité. L’histoire du sexe se joue dans les discours qui prétendent réguler la sexualité, dans les politiques qui encouragent certaines pratiques sexuelles au détriment d’autres, dans le regard posé sur les représentations de la sexualité ainsi que dans les révolutions sexuelles des cinquante dernières années.
Tout en déconstruisant les stéréotypes du passé et ceux du présent, l’ouvrage invite à s’interroger : la libération sexuelle des hommes et des femmes est-elle achevée ? De quoi sommes-nous libérés ?

Parution – Les technologies de l'espoir. La fabrique d'une histoire à accomplir

Parution – Les technologies de l’espoir. La fabrique d’une histoire à accomplir


Annette Leibing et Virginie Tournay (dir.), Les technologies de l’espoir. La fabrique d’une histoire à accomplir, Presses de l’université de Laval, 2010, 320 p.

 

Cet ouvrage est un plaidoyer pour l’établissement d’un cadre d’analyse particulier aux technologies de l’espoir, c’est-à-dire à l’ensemble des ­procédés biotechnologiques ­définis par leurs promoteurs comme des outils médicaux dotés d’une capacité potentielle à préserver ou à prolonger la vie. Les productions techniques sont le ­résultat d’une histoire simultanément matérielle et subjective, indivi­duelle et ­collective. Reconstruire cette histoire nécessite de regar­der simultanément les institutions, les outils et les procédés liés à la fabrique de ces ­technologies de l’espoir ainsi que les attentes, les demandes et les publics constitués par et autour de ces agencements. Sous cet angle, l’hypothèse développée est que l’espérance est ­dotée d’une puissance structurante qui engage les assemblages ­technologiques dans une voie particulière, dans un futur possible collectivement partagé ; c’est la dimension performante des scéna­rios du futur qui est ici remise en question. L’objectif de cet ouvrage est de préciser ce ­régime de l’espoir uni à la circulation globale des connaissances technologiques et à l’évolution des cultures maté­rielles.

Réunissant des contributeurs de différentes disciplines (anthropo­logie, sociologie, travail social, politologie, histoire de la médecine) qui travaillent à l’analyse de contextes culturels variés (Brésil, France, Canada, Allemagne, Amérique du Nord, Chine, Grande-Bretagne), ce recueil offre un aperçu des différentes manières d’appréhender les technologies de l’espoir et propose de définir les jalons de ces histoires à accomplir.

Table des matières :

Téléchargement (PDF)

Biographie :

Annette Leibing

Annette Leibing est anthropologue et professeure titulaire à la Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal. Ses intérêts de recherche touchent principalement le vieillissement (spécialement Alzheimer, Parkinson), les médicaments, et la psychiatrie. Depuis longtemps elle essaie de comprendre la culture complexe et contradictoire du Brésil. Ses publications récentes incluent Thinking about Dementia – Culture, loss, and the anthropology of senility (Rutgers University Press, 2006 ; coéditeur Lawrence Cohen) et The Shadow Side of Fieldwork – Exploring the Blurred Borders between Ethnography and Life (Blackwell, 2007, coéditeur A. McLean).

Virginie Tournay

Virginie Tournay est biologiste et chercheure permanente en science politique au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à l’Institut d’études politiques de Grenoble – UMR PACTE, où elle enseigne les approches pragmatiques de l’action publique. Elle interroge la genèse des institutions à partir d’une sociologie politique de « l’infiniment petit ». Elle vient de publier Vie et Mort des agencements sociaux – De l’origine des institutions (PUF, 2009) après La gouvernance des innovations médicales (PUF, 2007) ; elle a coordonné des numéros thématiques de revues autour des risques technologiques, de la fabrique des nanotechnologies et du militantisme médical.

http://www.pulaval.com/catalogue/les-technologies-espoir-fabrique-une-histoire-9504.html

Autour du livre « Le Cerveau magicien, de la réalité au plaisir psychique »

Le Centre d’études du Vivant de l’Université Paris Diderot présente

LE CERVEAU MAGICIEN

Autour de l’ouvrage de Roland Jouvent, professeur de psychiatrie à l’Université Pierre et Marie Curie, « Le Cerveau magicien, de la réalité au plaisir psychique » Editions Odile Jacob 2009. En présence de l’auteur :

Le  jeudi 17  mars 2011 de 18h à 21h

Avec les participations de :

Monique David-Ménard, Centre d’études du Vivant,

Derek Humphreys,  laboratoire de Psychologie Clinique et de Psychopathologie Université Paris-Descartes,

Pascal Nouvel,  département de Philosophie, Université de Paul Valéry – Montpellier III,

François Roustang, hypno thérapeute et philosophe.

Salle 027C (rez de chaussée) de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13° (M. Bibliothèque F. Mitterand).

Entrée libre et gratuite.

Renseignements : www.centredetudesduvivant.net

Contact : Ariane Bréhier : 01.57.27.65.12.

Parution – Nostradamus, une médecine des âmes à la Renaissance

Parution – Nostradamus, une médecine des âmes à la Renaissance

 

Denis Crouzet, Nostradamus, une médecine des âmes à la Renaissance, Paris, Payot, “Biographie”, mars 2011,464 p.

À ces confins de l’Histoire que les historiens répugnent en général à explorer, les prédictions du célèbre astrologue continuent d’alimenter les pronostics les plus fous des marchands d’apocalypse.
On en oublierait presque que Michel de Nostredame (1503-1566), dit Nostradamus, était un homme de la Renaissance et que c’est peut-être à ce titre qu’il vaut la peine d’être reconsidéré.Si tous les interprètes de sa pensée se sont efforcés en vain de trouver un sens à ses Prophéties, c’est, selon Denis Crouzet, parce que celles-ci échappent précisément à toute tentative de compréhension. Plutôt que de dire l’avenir, Nostradamus aurait voulu “prophétiser”, c’est-à-dire délivrer aux hommes la parole de Dieu.
Au fond, si l’astrologue résiste à l’interprétation, c’est parce que c’est un penseur du doute. Les hommes doivent apprendre à se connaître eux-mêmes pour percevoir à quel point la connaissance leur est inaccessible. Et s’il annonce à ses lecteurs des lendemains aussi terribles et menaçants, c’est pour les conjurer de prendre conscience de leur impuissance et de leur nature résolument pécheresse. Dans un siècle traversé par les violences et les divisions religieuses les plus extrêmes, celui des guerres de Religion, Nostradamus est un chrétien doté d’une foi profonde, évangélique, qui, refusant les dissensions confessionnelles, cherche à attirer ses contemporains dans une piété de l’intériorité fondée sur la présence, en soi, du Christ.
Un rêve de paix intérieure inspiré par ses précurseurs humanistes, Marsile Ficin, Érasme et Cornelius Agrippa, et suivi par Marguerite de Navarre, la soeur du roi François Ier. Comme Rabelais, autre médecin, pour qui le récit burlesque était une thérapie contre le mal de ce temps, Nostradamus, par le tragique de son discours, voulait lui aussi être un médecin des âmes, en plus d’être un médecin des corps : par la peur que pouvaient suggérer les malheurs infinis qui attendaient l’humanité, il souhaitait montrer que la haine était le plus grand des périls et que son seul remède était l’amour du Christ.Un essai inspiré qui, en sondant l’imaginaire d’un homme à l’oeuvre aussi énigmatique que la vie, lui confère une dimension inédite et lui redonne une place dans l’histoire de la pensée humaniste.

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Paris IV-Sorbonne, spécialiste des guerres de religion et des pratiques de violence à la Renaissance, Denis Crouzet construit une œuvre pénétrante, de sa Nuit de la Saint-Barthélemy (Fayard, 1994) au récent Dieu en ses royaumes (Champ Vallon, 2008).
On lui doit également quatre remarquables biographies de Michel de l’Hôpital (La sagesse et le malheur, Champ Vallon 1998), Jean Calvin, et Charles de Bourbon (Fayard, 2000 et 2003) et Christophe Colomb (Payot, 2006).

Colloque – Les catégories psychiatriques et leurs effets

Les catégories psychiatriques et leurs effets
Enjeux de la révision du DSM-V et de la CIM-11
vendredi 18 Mars
Université Bordeaux Segalen – Centre Emile-Durkheim
Place de la Victoire, salle Denucé

10h – 12h : Faut-il étendre ou limiter la notion d’addiction ?

Dr Marc Auriacombe, professeur de psychiatrie et addictologie, Université de Bordeaux, membre du groupe de travail “addiction” du DSM
Dr Jack Drescher, professeur associé de psychiatrie et de psychanalyse, New York University, membre du groupe de travail “Gender Identity Disorder” du DSM

Emmanuel Langlois, sociologue, Université de Bordeaux, Centre Emile-Durkheim

14h-17h : Le transsexualisme et après : le normal et le pathologique de genre en question

Dr Jack Drescher, Pr de psychiatrie et de psychanalyse, N.Y. University, expert en charge de la révision du DSM-V (Gender Identity Disorder) à l’American Psychiatric Association
Dr Mireille Bonierbale, psychiatre, CHU Sainte Marguerite, Marseille, présidente de la Société Française d’Etude et de prise en Charge du Transsexualisme (SOFECT)
Tom Reucher, psychologue clinicien
Patrice Desmons, philosophe, psychanalyste, membre du Centre Collaborateur de l’O.M.S. pour la recherche et la formation en santé mentale, Lille, membre du groupe de révision de la CIM- OMS en France.

Eric Macé, professeur de sociologie, Université de Bordeaux, Centre Emile-Durkheim

Conférence – Dispositifs du corps sonore : clinique de l’auscultation de 1820 à 1950

Conférence – Dispositifs du corps sonore : clinique de l’auscultation de 1820 à 1950

 

Pour prolonger sa réflexion autour des dispositifs de vision et d’audition, la section d’histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne est heureuse de vous inviter à un cycle de trois conférences. Ces conférences participent du cours bloc “Histoire du cinéma et dispositifs : regards internationaux” mais elles sont ouvertes à tous.

Vincent Barras (IUHM-Université de Lausanne), Elie During (Université de Paris Ouest-Nanterre) puis Charles Musser (Yale University) nous feront le plaisir d’une communication. Vous trouverez sur le site indiqué ci-dessous toutes les informations concernant ce cycle de conférences.

http://www.unil.ch/dispositifs/

La première conférence, donnée par Vincent Barras, aura lieu le vendredi 4 mars 2011 à l’Université de Lausanne, dans le bâtiment Unithèque en salle 4215 à 17h.

Dispositifs du corps sonore : clinique de l’auscultation de 1820 à 1950

S’interrogeant de manière critique sur le statut des différents registres sensoriels participant à l’épistémologie médicale et scientifique contemporaine, ce exposé s’attachera à décrire les différents technologies ayant participé, du 19e siècle au 21e siècle, au façonnage du corps en objet sonore : du stéthoscope de Laënnec aux enregistrements sur cylindre des «libres associations » du psychiatre viennois E. Stranksy au début du 20 siècle ou aux disques vinyl 33t. de la série « Schall und Ton in der Medizin » de l’éditeur munichois Lehmann dans les années 1960. Dans cette perspective, le « regard médical » et sa capacité de structuration de la médecine contemporaine, devenu depuis M. Foucault le passage obligé de toute historiographie, ne doit pas occulter ce registre obscur de la sensorialité qu’est le domaine sonore, dont il convient de mesurer l’importance dans la construction du corps contemporain.

Vincent Barras, Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé, CHUV-Faculté de biologie et de médecine, Université de Lausanne.

Colloque – VIH: Femmes, corps et identités. Du Vécu aux revendications

Colloque – VIH : Femmes, corps et identités. Du Vécu aux revendications

 

Le prochain colloque national organisé par le collectif interassociatif Femmes et VIH se déroulera les 4 et 5 mars 2011 et abordera les questions relatives à la perception du corps et des identités des femmes vivant avec le VIH. Les tables rondes de la première journée permettront l’information et l’échange entre les femmes vivant avec le VIH, les chercheurs-ses, historiens-nes, anthropologues et spécialistes des maladies infectieuses. Les ateliers de la seconde journée seront l’occasion de poursuivre la réflexion entamée depuis 2004 visant à élaborer des revendications à partir de l’expérience et du vécu des femmes concernées par le VIH.

 

Le colloque se tiendra au siège de Médecins du Monde

62, rue Marcadet – PARIS 18ème

Métro: Marcadet-Poissonnières, ligne 4

Inscription à : Inscription@femmesetvih.org


Séminaire – Sciences, savoirs et techniques : histoires et historiographies

Séminaire – Sciences, savoirs et techniques: histoires et historiographies

Nous avons le plaisir de vous informer que la prochaine séance du séminaire « Sciences, savoirs et techniques: histoires et historiographies » du Centre Alexandre Koyré

(Pavillon Chevreul, 3e étage, 57, rue Cuvier, 75005 Paris)aura lieu ce vendredi 4 mars de 9h30 à 12h30.

 
Nous aurons le plaisir d’écouter Rafael Mandressi (CNRS, CAK) qui nous présentera ses recherches sur:

L’espace dans les descriptions savantes du corps

Parution – Revue d'histoire des sciences

Parution – Revue d’histoire des sciences


 

Revue d’histoire des sciences, 2010/2, Tome 63.

DOSSIER : NEUROSCIENCES ET MÉDECINE

Vincent Barras et Jean-Claude Dupont  NEUROSCIENCES ET MÉDECINE

Marion Droz Mendelzweig   LA PLASTICITÉ CÉRÉBRALE DE CAJAL À KANDEL : CHEMINEMENT D’UNE NOTION CONSTITUTIVE DU SUJET CÉRÉBRAL

Jean-Gaël Barbara   RELATIONS MÉDECINE – SCIENCES DANS L’INDIVIDUALISATION DES MALADIES NERVEUSES À LA SALPÊTRIÈRE À LA FIN DU XIXE SIÈCLE

Céline Cherici   LA DÉFINITION D’UNE ENTITÉ CLINIQUE ENTRE DÉVELOPPEMENTS TECHNIQUES ET SPÉCIALISATION MÉDICALE : ÉPILEPSIE ET ÉPILEPTOLOGIE AU XXE SIÈCLE

Vincent Pidoux   EXPÉRIMENTATION ET CLINIQUE ÉLECTROENCÉPHALOGRAPHIQUES ENTRE PHYSIOLOGIE, NEUROLOGIE ET PSYCHIATRIE (SUISSE, 1935-1965)
VARIA

Santiago Aragón et Miguel Villena  LES PREMIÈRES TENTATIVES D’INSTITUTIONNALISATION DE LA ZOOLOGIE EN ESPAGNE

Manuela Canabal   DE LA DÉCOUVERTE SCIENTIFIQUE À L’OCCULTATION DU SAVOIR : ISAAC-BÉNÉDICT PRÉVOST ET LA CARIE DU BLÉ (1798-1807)

Colloque – La mélancolie

Colloque – La mélancolie

Mercredi 02 mars 2011  |  Pessac (33600)

Dans un chassé croisé entre l’âme et le corps, le métaphysique et le physique, la mélancolie demeure le plus souvent insaisissable. On continue d’interroger la mélancolie pour savoir si sa souffrance est somatique ou psychologique. Vue de l’extérieur, la mélancolie pourrait être une pathologie, vue de l’intérieur, c’est une façon d’appréhender et d’habiter le monde. Comme l’ennui, la mélancolie a un lien avec le vide, l’absence. Mais ce vide est plutôt ici une béance, il s’exprime dans l’excès. Comme l’ennui, on peut définir la mélancolie dans un rapport au temps, mais ce n’est pas le même. Le mélancolique voit s’effondrer le fondement même de son présent. C’est, sur un sujet qui touche aux arts, à la médecine et à l’anthropologie, la première manifestation importante depuis la fameuse exposition du Grand Palais qui a donné lieu en 2005 à un très beau volume publié, chez Gallimard, sous la direction de Jean Clair, sous le titre « Mélancolie, génie et folie en Occident ».

Ce colloque se veut à la fois un prolongement en particulier sur le plan littéraire et philosophique et un approfondissement des enjeux soulevés par cette célèbre exposition.

Programme

Mercredi 2 mars (matin)

9h : Ouverture : Patrick Baudry, Christophe Bouneau, Gérard Peylet

Séance présidée par Nicole Pelletier

Éric Wessler : « Un examen théorique du lien entre mélancolie et littérature »
Jérôme Laurent : « Mélancolie et grandeur d’âme : Aristote et Alexandre »
Patrice Cambronne : « Melancholia : Le chant de l’âme exilée aux premiers siècles de notre ère »
Discussion/Pause

Danièle Bohler : « Les mélancolies médiévales : vacuités et tourments d’un espace psychique »
Peter Kuon : « La mélancolie du poète ou la pathologie de l’amour dans le Chansonnier de Pétrarque »
Discussion/Pause

Mercredi 2 mars (après-midi)

14h30: Séance présidée par Peter Kuon

Thomas Klinkert : « Mélancolie et réflexivité dans Obermann de Senancour »
Martine Reid : « Mélancolie de Claire de Duras »
Discussion/Pause

Alain Milon : « Lecture critique de la mélancolie au miroir : autour de la figure du dandy chez Baudelaire »
Vigor Caillet : «  La mélancolie aurevillienne : formes littéraires d’une humeur »
Agnès Lhermitte : « L’Antiquité mélancolique des contes de la Décadence »
Discussion/Pause

Jeudi 3 mars (matin)

9h: Séance présidée par Danièle James-Raoul

Uta Degner : « Le vent de la melancholie. Sur le poème Souvenir de Hölderlin ».
Cristina Panzera : « Pascoli, la veillée melancholique »
Renée-Paule Debaisieux : « Le miroir de la mélancolie dans Le Livre de l’impératrice Elisabeth (1908) de l’écrivain grec Christomanos ».
Discussion/Pause

Marija Dzunik : « “Âpre langueur” de Bora Stankovic ».
Natacha Vas-Deyres : « Mélancolie de l’humain et du futur dans la science-fiction française et américaine »
Discussion/Pause

Jeudi 3 mars (après-midi)

14h30: Séance présidée par Martine Reid

Paul Carmignani : « L’encre noire de la Mélancolie ou la composante humorale de la littérature sudiste »
Jérémy Chateau : « “Mélancolie itérative et « paralysie analytique » dans le roman Infinite Jest (1996) de David Foster Wallace”.
Discussion/Pause

A.Castiglione : Mélancolie de Jean Giono : des “démesures de néant”
Hai Phung : « La mélancolie absolue dans Le passage des ombres d’Isabelle Hausser »
Gérard Peylet : « La mémoire mélancolique chez Pascal Quignard : une expérience de l’absence et du désir »

Vendredi 4 mars (matin)

9h: Séance présidée par Hélène Sorbé

Yannick Hoffert : « “Étrange mélancolie” : l’univers mélancolique de Jean-Luc Lagarce »
Leila Dubois :  « La mélancolie dans l’oeuvre photographique de Desiree Dolron ».
Discussion/Pause

Sabine Forero : « Poses et Postures mélancoliques »
Alain Mons : « Le flottement de l’intime. Mélancolie et images contemporaines »
Discussion/Pause

Pessac (33600)

(10 esplanade des Antilles (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – Salle Jean Borde – Domaine universitaire))

Contact
Gérard Peylet
courriel : gpeylet (at) u-bordeaux3 [point] fr
Sabrina Sémaio
courriel : sabrina [point] semaio (at) u-bordeaux3 [point] fr

Appel à contribution – Annual Meeting: Considering Health Reform in the U.S.

Call for Papers for a Session at the American Anthropological Association 2011

Annual Meeting: Considering Health Reform in the U.S.

November 16-20, 2011 Montreal, Canada

Co-chairs: Fayana Richards, Michigan State University; Julie Armin, University of Arizona

 

With the recent passage of the Patient Protection and Affordable Care Act in the United States comes a variety of strategies for bringing marginalized groups into to the public-private health care system. The act will expand health care coverage to an additional 32 million uninsured people with claims of reducing health disparities and increasing the quality of health care. Scheduled to be implemented over the next three years with a projected completion date in 2014, patients, providers, and policy makers have already begun to experience the law’s effects. For this panel, we welcome papers that explore what it means to “reform” health care in the United States. We hope to examine historical efforts to reform health care, discursively analyze reform policies and their ideological underpinnings, and explore the Patient Protection and Affordable Care Act ethnographically.

We seek to address: 1. patients, providers and policy makers’ understandings of health care reform and the effects of newly implemented policies; 2. historical efforts at reform, such as the implementation of public programs or the increased application of managed care in health care settings; 3. how the intersection of policies shape reform efforts (e.g. public funding of abortions and the expansion of publicly funded insurance); and 4. neoliberal efforts to privatize state programs, including discussions of the “individual mandate” and the Affordable Care Act’s effects on private industry growth.

Please send your abstract (250 word maximum), as a Word attachment, to Julie Armin (jarmin@email.arizona.edu) and Fayana Richards (richa749@msu.edu) by March 20, 2011.

Cycle de conférences – Mémoire et avenir : controverses autour de la psychiatrie et de l’antipsychiatrie

Cycle de conférences – Mémoire et avenir : controverses autour de la psychiatrie et de l’antipsychiatrie

 

IUHMSP, Lausanne
Musée de la Main,Fondation Claude Verdan, 21 rue du Bugnon, CH-1011 Lausanne

Une série de quatre symposiums organisés par l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP), avec la collaboration du Département de Psychiatrie et de l’Association Le chiffre de la parole.

Ces rencontres partent de la constatation qu’il existe encore peu de recul, en termes de mémoire vivante, de récits et de transmission, quant à l’émergence d’expériences singulières relevant du champ de la psychiatrie ou de l’éducation au cours du XXe siècle et à leur rapport avec les institutions officielles. On pensera en particulier à Maud Mannoni, Fernand Deligny, François Tosquelles ou Claire-Lise Grandpierre pour ne citer que quelques exemples, surgis dans le sillage de ce qu’il est convenu d’appeler l’« antipsychiatrie ».

Assurément, ce terme, et l’ensemble des pratiques, institutionnelles ou alternatives, qu’il a suscitées demande réflexion : historique d’une part, institutionnelle et politique d’autre part. Les questions soulevées articulent en effet vies individuelles singulières, familles, organisations et institutions, collectivités, pouvoir politique. En termes d’avenir, il convient de réfléchir aux nouvelles alliances entre l’ensemble des acteurs et des décideurs, afin que soient valorisées des pratiques à différentes échelles.

Lors de ces rencontres, où interviendront historiens, psychiatres et soignants spécialistes de santé mentale, membres d’associations alternatives de soin et de lieux de vie, ces questions seront abordées à la fois sous l’angle historique et prospectif, lors de conférences, projections de documents filmés et débats.

Ces symposiums sont gratuits. Pas d’inscription préalable nécessaire.

Mémoire et avenir : controverses autour de la psychiatrie et de l’antipsychiatrie

Programme

Mardi 22 mars 2011
18h30-20h30 Buffet dînatoire (jusqu’à 19h15)

Introduction au cycle par Vincent Barras, Prof. d’histoire de la médecine à la FBM, directeur de l’IUHMSP

Conférence d’Isabelle von Bueltzingsloewen, Professeur d’histoire et de sociologie de la Santé à l’Université de Lyon II :
Les origines de la politique de désinstitutionnalisation psychiatrique « à la française » (1945-1960)

Mardi 29 mars 2011
18h30-20h30

Présentation du film de Catherine Scheuchzer « Dans l’aventure du non, la parole » (1991)

Conférence-débat de Jacques Pain, Professeur émérite de Sciences de l’éducation, Paris Nanterre : L’exception et la nouveauté : paradigmes de vie

Lundi 4 avril 2011
18h30-20h30 Autour de Fernand Deligny : Présentation d’extraits de films, commentés par Jacques Gasser, Professeur à la FBM, et Pascal Fossati, Association Le chiffre de la parole

Mardi 12 avril 2011
18h30-20h30 Synthèse, table ronde et débat : Quelle place pour les petits voiliers à côté des gros paquebots officiels dans le domaine de l’éducation et de la psychiatrie ?

Avec la participation de Jacques Gasser, Professeur à la FBM, chef adjoint du département de psychiatrie du CHUV ; Raymond Panchaud, directeur des soins, Fondation de Nant ; Jean-Claude Métraux, psychiatre, fondateur d’Appartenances, Lausanne ; Mathias Serero, Directeur de l’Institut Maïeutique, Lausanne ; Alain Riesen, co-fondateur de l’Arcade 84, Genève ; Frédéric Vuissoz, Tuteur Général, Etat de Vaud ; Jean-Nicolas Despland, Professeur à la FBM ; Karim Boubaker, médecin cantonal, Etat de Vaud ; Françoise Jaques, cheffe du Service de prévoyance et d’aides sociales, Etat de Vaud, à confirmer.

Buffet dînatoire.

En complément à ce programme, projection à la Cinémathèque, le 13 avril 2011 à 18h00, du film « Les vagues et les plis de notre vie », réalisé par B. Rony et l’Association Le chiffre de la parole (2010). Entrée libre.

Parution – Les avatars du corps. Une hybridation somatechnique

Parution – Les avatars du corps. Une hybridation somatechnique

 

Bernard Andrieu, Les avatars du corps. Une hybridation somatechnique, Editions Liber, 2011, 158 p.

«Cet ouvrage réfléchit aux conséquences de l’incorporation des techniques sur notre identité et sur nos pratiques corporelles.L’immersion du corps dans la technique n’est pas une fusion ou une confusion, mais une expérience nouvelle qui vient troubler l’identité, le genre et l’action, et que la conscience ne suffit pas toujours à contenir. L’instabilité et la fluidité pourraient nous perdre au cours de l’immersion si notre corps ne parvenait à distinguer ce qui lui est propre de ce qui provient d’autrui.Vivre hybride engage donc le sujet dans un corps à corps avec la technique sans être toujours certain d’en contrôler les effets.Ce jeu identitaire avec les limites implique de sortir de la maîtrise du corps en se livrant, parfois dans le risque mortel, à l’altérité et à l’altération de nos repères habituels.» Des techniques qui modifient les modes de subjectivation à celles qui permettent de changer de sexe et de genre dans  un processus inédit de construction de l’identité en passant par celles qui remodèlent non seulement les sensations, mais aussi l’organisation de la perception, l’auteur s’interroge sur les figures contemporaines, parfois spectaculaires, parfois subtiles, jamais inoffensives, de l’immersion du corps dans un nouvel imaginaire de l’espace et du vécu du sujet humain.

Chercheur au laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie- Archives Henri Poincaré, et membre associé au laboratoire d’anthropologie bioculturelle du Centre national de la recherche scientifique, Bernard Andrieu est philosophe et professeur à la faculté du sport de Nancy-Université.Il s’intéresse plus particulièrement aux philosophies du corps et à l’histoire des pratiques corporelles.Il est l’auteur de nombreuses publications parmi lesquelles, récemment, L’écologie corporelle(Atlantica-Séguier) et Philosophie du corps(Vrin).Il anime <leblogducorps>.

-TABLE DES MATIÈRES-
PREMIÈREPARTIE Les avatars somatechniques
CHAPITRE1     Prométhée,entre le monstre de Frankenstein et Jesse Sullivan
CHAPITRE2     S’éterniser ! Vers la subjectivation technique du corps
CHAPITRE3 Une décorporation sensorielle
CHAPITRE4 Comment se perfectionner
DEUXIÈMEPARTIE L’expérience immersive
CHAPITRE5 Sentir son corps :l’immersion expérientielle
CHAPITRE6 De la stérilisation à l’hybridation
CHAPITRE7 Comment être étranger à soi-même ?
CHAPITRE8 L’immersion pornographique

Parution – Décors des corps

Parution – Décors des corps


Gilles Boëtsch, Dominique Chevé, Hélène Claudot-Hawad, Décors des corps, Paris, Editions du CNRS, 2011, 400 p.

Le corps se réinvente par la couleur. Éphémère ou permanente, individuelle ou communautaire, la mise en couleur du corps s’inscrit dans des systèmes de représentations complexes. Capables d’aliéner la vision des formes et des volumes, la couleur et ses régimes symboliques se déclinent à l’infini. Simple camouflage, effet de mode, affirmation individuelle, marquage identitaire, signal social, expression artistique, art sacré, figuration de l’invisible ? La réinvention du corps humain par les couleurs est une pratique universelle et un mode d’action engagé en fonction de correspondances établies entre l’Homme et la société, la nature ou l’univers. Le monde s’organise en couleurs dotées de sens qui participent à la construction des identités, des statuts, des émotions, des perceptions. Les couleurs sont alors signe et production de l’Homme. Croisant les regards du chimiste, de l’historien, du physicien, du philosophe, du linguiste ou de l’anthropologue, cet ouvrage explore les formes, les significations, les valeurs, les fonctions multiples des modifications chromatiques du corps et de leurs variations dans le temps et dans l’espace.

Gilles Boëtsch est anthropobiologiste, directeur de recherche et président du Conseil scientifique du CNRS. Dominique Chevé est anthropologue et philosophe. Hélène Claudot-Hawad est anthropologue et directrice de recherche au CNRS.

Appel à contribution – L'éclatement des dispositifs de santé mentale. Regards croisés France / Angleterre

Appel à contribution – L’éclatement des dispositifs de santé mentale. Regards croisés France / Angleterre

Mardi 15 mars 2011

L’objectif de la journée d’étude est de réunir des chercheurs venant de différentes disciplines des sciences sociales et travaillant sur les conséquences sociales des troubles psychiques. Si de nombreux travaux ont contribué à une meilleure compréhension des politiques de déhospitalisation psychiatrique en France et en Angleterre, ils sont le plus souvent centrés sur les recompositions professionnelles qui en découlent. Peu se sont intéressés à la multiplication des dispositifs de prise en charge et à l’imbrication complexe des pratiques de soin et des pratiques d’insertion sociale. Si des travaux récents ont étudié le quotidien des personnes souffrant de troubles psychiques, ils ne visaient pas à interroger systématiquement les nouvelles articulations avec le secteur de l’action sociale et avec les nouveaux acteurs concernés. La journée entend donc fournir un lieu de réflexion collective autour de ces nouvelles configurations des politiques psychiatriques et d’action sociale.

L’organisation sociale de la prise en charge des troubles psychiatriques s’est considérablement transformée depuis un demi-siècle, et ce, dans la plupart des pays qui avaient developpé comme solution l’internement asilaire. Parmi les nombreuses raisons de cette transformation se trouvent les critiques, notamment provenant des sciences humaines, du traitement et de la place sociale donnés aux malades qui étaient amenés à vivre de manière chronique dans les établissement de soins. Les politiques de déhospitalisation ont transformé la place sociale des personnes souffrant de troubles psychiques. Celles-ci ne sont plus éloignées de manière definitive de la vie sociale. Les troubles psychiques et leurs conséquences sociales sont dès lors régulés autrement, non seulement par des professionnels de la psychiatrie, mais aussi par de nombreux autres acteurs de la vie sociale. Pour autant, la question de la place sociale des personnes souffrant de troubles psychiques demeure plus que jamais problématique. La multiplication des dispositifs de prise en charge a une importance considérable dans la vie des personnes confrontées à ces troubles qui se rencontrent bien souvent dans les différents mondes sociaux qu’ils traversent, des “mini-institutions” ou des lieux semi- institutionnels censés leur apporter une aide, mais qui de fait participent plus à une multiplication des formes de stigmatisation. Comment alors saisir cette nouvelle configuration de l’articulation des politiques psychiatriques, sociales qui expriment non seulement des recompositions affectant les acteurs de la psychiatrie, mais aussi et surtout des évolutions dans la place donnée aux dépendances et à l’autonomie des personnes?

Les transformations observées sont concomitantes dans différents pays, alors même que les contextes culturels et sociaux varient. Pour appréhender ces recompositions, la journée entend faire place à trois types d’approches :

Une approche comparative – En raison du contraste fort dans le rôle de l’Etat dans les politiques sociales et de santé, et des transmissions de pratiques existent entre les deux pays, les comparaisons France/Angleterre seront particulièrement privilégiées, notamment la discussion du rôle et de la portée des notions de “sectorisation” et de “community care”;
une approche socio-historique – Si le contexte des politiques de déhospitalisation est connu, la progressivité de leur mise en oeuvre l’est moins. On s’interrogera ici sur le devenir pratique des politiques de déhospitalisation en observant particulièrement comment elles se sont confrontées aux politiques d’insertion (emploi, logement, etc.), aux différents acteurs concernés (les proches, les familles), à l’importance prise par les “usagers”, mais aussi à la politisation des enjeux sécuritaires;
une approche ethnographique – Les questionnements sur la place sociale prise par les personnes souffrant de troubles psychiques passe par une observation du vécu des personnes confrontées à ces multiples institutions et à l’usage qu’elles en font dans leur parcours.
Afin de décentrer le regard, les échanges entre praticiens, usagers et chercheurs seront d’ailleurs encouragés par l’invitation pour chaque session de la journée d’un discutant scientifique et d’un témoin.

Continuer la lecture de Appel à contribution – L'éclatement des dispositifs de santé mentale. Regards croisés France / Angleterre