Parution – Body and Society

Parution – Body and Society

Body and Society, décembre 2011, vol. 17, n°4

What Is a Face?
Daniel Black
Physiognomy, Reality Television and the Cosmetic Gaze
Bernadette Wegenstein and Nora Ruck
Spatialities of Skin: The Chafing of Skin, Ego and Second Skins in T.E. Lawrence’s Seven Pillars of Wisdom
Steve Pile
Events of the Body Politic: A Nancian Reading of Asylum-seekers’ Bodily Choreographies and Resistance
Eeva Puumala, Tarja Väyrynen, Anitta Kynsilehto, and Samu Pehkonen

Marketing Silence, Public Health Stigma and the Discourse of Risky Gay Viagra Use in the US
Emily Wentzell


Parution – Histoire des sciences de la vie

Parution – Histoire des sciences de la vie

 

GOHAU Gabriel et DURIS Pascal, Histoire des sciences de la vie, Paris, Belin, 2011, 352 p.

Cet ouvrage a pour ambition de permettre à un large public de comprendre comment ont été forgés les concepts fondamentaux de la biologie : concepts d’espèce, d’évolution, de fécondation, de cellule, de gène, de neurone, de réflexe, de milieu intérieur, d’hormone, etc.
Plus qu’une histoire des sciences de la vie, il s’agit d’une histoire des recherches sur la vie : le lecteur a davantage le sentiment de participer aux différents développements d’une science en train de se faire que de passer en revue les diverses étapes d’une science faite.

 

Parution – La rencontre singulière médecin-malade

Parution – La rencontre singulière médecin-malade. L’expérience de la maladie chronique. Un espace d’expression et de reconnaissance de la volonté du patient

 

Béatrice Birmélé, La rencontre singulière médecin-malade. L’expérience de la maladie chronique. Un espace d’expression et de reconnaissance de la volonté du patient, Seli Aeslan, 2011.

Depuis la loi de 2002 relative aux droits du malade, ce dernier peut disposer de son corps et décider pour lui-même. Le médecin, lui, doit veiller à sa pro­tection, face aux risques induits par les progrès techniques et scientifiques. Ainsi s’établit une relation entre le médecin et le malade qui pourrait ne rester que contractuelle. Mais une telle relation peut-elle être satisfaisante, surtout dans le cas d’une maladie chronique, où elle va se poursuivre au long cours ? Est-elle suffisante lorsque le patient doit toujours à nouveau déterminer sa volonté d’adhérer à un traitement ? Est-elle suffisante alors que le médecin doit se positionner face à un patient qui peut prendre un risque vital, mettant en jeu son avenir ?

En se fondant sur sa pratique quotidienne dans une unité d’hémodialyse chronique, l’auteur montre combien le suivi d’un traitement lourd et contraignant nécessite la collaboration entre le médecin et son patient. Celui-ci déterminera seul sa volonté après avoir été informé des obstacles à surmonter, des difficultés à résister à l’épreuve du temps. Toutefois, sa décision dépend aussi pour beaucoup de la nature de sa rencontre avec le médecin. Bien sûr, cette rencontre est celle de deux personnes dont l’une est dotée de compétences pour répondre à la souffrance de l’autre. Mais il s’agit surtout d’une rencontre toujours singulière, qui devrait allier à chaque fois reconnaissance, dialogue et délibération. C’est l’attitude marquée de sollicitude du médecin qui peut aider le patient à exprimer et mettre en œuvre sa volonté, la finalité étant qu’il puisse vivre avec et malgré la maladie.

Cet ouvrage invite les professionnels, les patients et leurs proches à construire et entretenir une relation fondée sur la délibération et le dialogue, à être réellement en présence l’un à l’autre afin d’ouvrir à la vie au-delà de la maladie.


Colloque – Autour des « zoos humains »

Colloque – Autour des « zoos humains »

Mardi 24 janvier 2012  |  Paris (75007)

Les 24 et 25 janvier 2012, à l’occasion de l’exposition « Exhibitions. L’invention du sauvage » au musée du quai Branly (29 novembre 2011 – 3 juin 2012), une trentaine de spécialistes internationaux seront présents au théâtre Claude Lévi-Strauss du musée pour partager quatre tables rondes thématiques pour un regard croisé sur le phénomène des exhibitions à la fois de monstres et d’exotiques en Europe, aux Etats-Unis et au Japon.

Les tables rondes, introduites par des présentations courtes de chaque intervenant afin de donner toute leur place aux échanges et débats, aborderont les questions suivantes :

  1. La construction de la race et d’un regard dans les exhibitions ethnographiques, l’invention de l’autre
  2. Images et imaginaires sur les « sauvages » dans les exhibitions, une histoire du regard
  3. Exhibition, colonisation et construction nationale, l’impact des exhibitions
  4. Le sauvage, une construction ordinaire, enjeux contemporains.

Ce colloque international, organisé en collaboration avec la Fondation Lilian Thuram.Éducation contre le racisme, le CNRS et le Groupe de recherche Achac, s’inscrit dans le prolongement des colloques précédents sur les exhibitions ethnographiques et coloniales, organisés à Marseille en 2001 (3 journées) et à Londres en 2008 (1 journée), et préfigure les étapes suivantes qui se tiendront à l’Université de Lausanne en mai 2012 (2 journées) et à Los Angeles en 2014 (4 journées).

Programme

Jour 1 / mardi 24 janvier 2012

Ouverture du colloque

9h30-10h00 Accueil, par Stéphane Martin, Président du musée du quai Branly

Présentation générale du colloque et de la première journée, par Lilian Thuram

Table-ronde 1

10h00-13h00

La construction de la race et d’un regard dans les exhibitions ethnographiques, l’invention de l’autre / The Invention of the Other: Constructing race and a critical gaze in ethnographic exhibitions

Présidée par Gilles Boëtsch et Anne-Christine Taylor

Depuis le XIXe siècle, l’Occident s’est pris d’un engouement pour les exhibitions ethnographiques. Les populations « exotiques » sont censées être exhibées dans leur environnement « naturel » et selon leur mode de vie « originel ». Tout du moins, il s’agit du discours officiel des organisateurs de tels spectacles. Ces exhibitions ont dans le même temps construit une perception de l’autre auprès des visiteurs, aidée en cela par le discours raciologique de la communauté scientifique, et ont à leur manière participé à l’élaboration du savoir scientifique à la fin du XIXe siècle.

Avec : Claude Blanckaert, William Schneider, Sandrine Lemaire, Christian Joschke, Bernard Andrieu, André Langaney et Sylvie Chalaye.

Table-ronde 2

14h30-17h30

Images et imaginaires sur les « sauvages » dans les exhibitions, une histoire du regard / A History of the Gaze: Icons and images of the “savage” in exhibitions

Présidée par Nanette Snoep et Dominic Thomas

Comment la peinture, l’affiche, la photographie, le cinéma et les reconstitutions architecturales dans les expositions universelles ont créé et formé une figure de l’Autre : le monstre, le freak, le sauvage. Nous questionnerons aussi l’image du « sauvage » et comment celle-ci s’est intégrée dans le discours racialiste des XIXe et XXe siècles. Si avant le XIXe siècle l’image du « sauvage » est réservée à une petite partie de la population et connaît une diffusion relativement réduite (la plupart des images sont uniques ou multiples, mais à nombre réduit), dès le XIXe siècle, on voit l’essor de la diffusion de stéréotypes à travers les affiches, la presse, la photographie, la carte postale ou alors le cinéma. L’image du « sauvage » se popularise devenant ainsi accessible à tous et devient alors l’illustration d’un discours impérialiste destinée à un très large public.

Avec : Patricia Morton, Patricia Falguières, Eric Deroo, Zeynep Celik, Marylène Patou-Mathis, Sadiah Qureshi, James Smalls

Jour 2 : mercredi 25 janvier 2012

Présentation de la journée

9h30-10h00Par Nanette Snoep

Table-ronde 3

10h00-13h00

Exhibition, colonisation et construction nationale, l’impact des exhibitions / The Impact of Exhibitions: Exhibitions, colonisation, and nation-building

Présidée par Pascal Blanchard et Nicolas Bancel

Les exhibitions humaines ont été mises au service de la colonisation et de la construction nationale. Leur étude permet d’observer les rouages de cette construction et des intérêts, parfois différents selon les pays et les empires concernés. Les discours développés sur les races depuis le XIXe siècle par le biais de ces exhibitions ont permis de légitimer l’effort de colonisation et d’imprégner les esprits, de fixer les identités des peuples occidentaux, tant en Europe, en Amérique qu’au Japon. Des grandes puissances coloniales comme la France, le Japon et la Grande-Bretagne en passant par des pays sans colonies comme la Suisse, vont trouver dans ces exhibitions une source majeure pour construire les identités des États-nations.

Avec : Achille Mbembe, Catherine Coquery-Vidrovitch, Patrick Minder, Volker Barth, Nicola Labanca, Charles Fordsick et Robert Rydell

Table-ronde 4

14h30-18h00

Le sauvage, une construction ordinaire, enjeux contemporains / Contemporary Debates: The savage, an everyday construct

Présidée par Lilian Thuram et Elisabeth Caillet

Les exhibitions ont participé à la construction de la sauvagerie des populations que d’autres dominaient. Les représentations de l’autre ainsi forgées sont des constructions difficiles à effacer. Il convient donc d’aller plus loin dans la compréhension de leurs constructions et de voir comment il est possible de les déconstruire pour les remplacer par des représentations de l’autre qui facilitent les relations « égales » entre tous les humains.

Avec : Michel Wieviorka, Doudou Diène, Elsa Dorlin, Françoise Vergès, Ninian Van Blyenburgh, Carole Reynaud-Paligot et Olivier Razac

Conclusion du colloque

18h00-18h15

Par Pascal Blanchard

Emploi – Fellowship Programs in the Academy Library

Emploi – Fellowship Programs in the Academy Library

The New York Academy of Medicine

Fellowship Programs in the Academy Library

## The Paul Klemperer Fellowship in the History of Medicine ## The Audrey and William H. Helfand Fellowship in the Medical Humanities

Each year the New York Academy of Medicine offers the Paul Klemperer Fellowship and the Audrey and William H. Helfand Fellowship to support work in history and the humanities as they relate to medicine, the biomedical sciences, and health.

The Klemperer Fellowship supports research using the Academy Library as a historical resource.  It is intended specifically for a scholar in residence in the collections of the Academy Library.

The Helfand Fellowship more broadly supports work in the humanities, including both creative projects dealing with health and the medical enterprise, and scholarly research in a humanistic discipline as applied to medicine and health.  Although residence is not obligatory, preference in the selection process will be given applicants whose projects require use of the resources of the Academy Library and who plan to spend time at the Academy.

The Helfand Fellowship and the Klemperer Fellowship each provide stipends of up to $5,000 to support travel, lodging and incidental expenses for a flexible period between June 1, 1999 and December 31, 1999.  Besides completing research or a creative project, each Fellow will be expected to make a presentation at the Academy and submit a final report on the project.  We invite applications from anyone — regardless of citizenship, academic discipline, or academic status — who wishes to use the Academy’s collections for historical research or for a scholarly or creative project in the medical humanities.  Preference will be given to (1) those who show the need to use resources that are uniquely available at the Academy, and
(2) scholars or creative artists in the early stages of their careers.

Applicants may compete for either the Klemperer or the Helfand Fellowship, but not both.  These fellowships are awarded directly to the individual applicant and not to the institution where he or she may normally be employed.  None of the fellowship money is to be used for institutional overhead.

Applications must be received by the Academy by February 1, 1999; candidates will be informed of the results by May 15, 1999.

Requests for application forms or further information should be addressed
to:  Office of the Associate Librarian for Historical Collections and Programs, New York Academy of Medicine, 1216 Fifth Avenue, New York, NY 10029. Email:  history@nyam.org.  Telephone: 212-822-7314.

Colloque – Maladie d'Alzheimer et nouvelles technologies : enjeux éthiques et questions de société

Colloque – Maladie d’Alzheimer et nouvelles technologies : enjeux éthiques et questions de société

L’Espace national de réflexion éthique sur la maladie d’Alzheimer organise les 2 et 3 décembre 2011 à la Cité des sciences et de l’industrie un colloque national : Maladie d’Alzheimer et nouvelles technologies : enjeux éthiques et questions de société.
Professionnels de santé, industriels, responsables des politiques de santé publique et membres d’associations mettront en commun leurs expériences, présenteront les derniers avancements dans ce domaine innovant et confronteront leurs points de vue.
Vous voudrez bien trouver ci-dessous le programme du colloque : entre libre dans la limite des places disponibles.
Inscriptions : www.espace-ethique.org

 

Séminaires de l'IUHMSP

Séminaires de l’IUHMSP

Institut universitaire d’histoire
de la médecine et de la santé publique
Falaises 1
CH-1005 Lausanne
Tél : 021/314.70.50
Fax : 021/314.70.55
http://www.chuv.ch/iuhmsp/


  • mercredi 9 novembre 2011, 17h00: Séminaire d’éthique et philosophie de la médecine

    Francesca Bosisio (Ethos – IP/SSP/UNIL)
    Quels sont les enjeux de l’information et du consentement des participants aux études qualitatives en psychologie de la santé?
    Discutante: Prof. Marie Santiago (IP/SSP/UNIL)

  • jeudi 10 novembre 2011, 15h00: Séminaire “Histoire et études sociales de la médecine”

    Thibault Walter (Faculté de théologie et de sciences des religions):
    Le son comme phénomène culturel: méthodes et problèmes des aural studies
    Vincent Barras (IUHMSP)
    Pour une histoire acoustique de la médecine

  • mercredi 16 novembre 2011, 17h00: Séminaire “Histoire, sociologie et épistémologie de la santé publique”

    Thierry Delessert et Vincent Barras (Faculté des SSP et IUHMSP, UNIL)
    Médecins-dentistes et santé publique au 20e siècle


 


Journée d'étude – Prendre soin de soi, prendre soin d'autrui. Histoire, sociologie, anthropologie

Journée d’étude – Prendre soin de soi, prendre soin d’autrui. Histoire, sociologie, anthropologie

Jeudi 17 novembre 2011  |  Tours (37000)

Cette journée s’inscrit dans les actions collectives de L’UMR CITERES. Elle initie la sixième action transversale « Corps, sollicitude, santé : aux carrefours de soi, de l’autre et du monde » qui associe les équipes CoST et EMAM de CITERES travaillant sur la Construction politique et sociale des territoires et le Monde arabe et méditerranéen. Y seront soulignées les notions d’attention et de sollicitude dans des pratiques et espaces sociaux divers. Lors de cette journée, il s’agira de questionner par des regards croisés, la sollicitude, sous l’angle du carrefour entre l’intérêt pour soi et l’intérêt pour l’autre. L’attention, l’accueil ou l’assistance à l’autre est duale par l’impact possible sur soi. Intérêt ou besoin qui n’est pas uniquement corporel mais social, culturel, territorial et politique.

La sollicitude, cette attitude d ‘aide, d’écoute qui caractériserait le « prendre soin » mérite d’être questionnée sous l’angle du carrefour entre l’intérêt pour soi et l’intérêt pour l’autre. L’attention, l’accueil ou l’assistance à l’autre est duale par l’impact possible sur soi. Intérêt ou besoin qui n’est pas uniquement corporel mais social, culturel, territorial et politique.

Cette journée s’inscrit donc naturellement dans les actions collectives de L’UMR CITERES. Elle initie l’action transversale Corps, sollicitude, santé : aux carrefours de soi, de l’autre et du monde menée par F.O.Touati et A.Bargès et qui associe les équipes CoST et EMAM de CITERES travaillant sur la Construction politique et sociale des territoires et le Monde Arabe et Méditerranéen

Pour débattre de ces questions, nous aurons le plaisir d’accueillir historiens, sociologues et anthropologues et de saisir les versions de la réalité données par les acteurs étudiés. Faire entendre une voix différente -en suivant l’expression de C.Gilligan- de celle normée, institutionnalisée. A travers territoires, figures et expériences de vie, genre et espaces de pratiques sociales, la question du ‘prendre soin’ décline seuils disciplinaires, écrits et réalités, mise en scène de soi et rapport aux autres, tensions entre individualisation et standardisation.

Les pratiques sanitaires replacées dans des vécus, des nécessités et des temporalités variables (ex : Jérusalem) permettent de montrer comment l’attitude de soin du corps dépend d’un territoire et révèle des tensions souvent gommées se situant entre soi et autrui.

L’histoire à travers l’étude de figures classiques de la femme savante comme Hannah More, nous rappelle aussi combien la discussion entre vocation et profession n’est pas nouvelle.Les qualités morales érigées culturellement et socialement (vertu, compassion et maintenant empathie) ou la vocation, ne suffisent pas (plus) à expliquer un investissement personnel dans la relation de soin -comme le note par ailleurs les travaux de V.Zelizer. La formation et l’intégration socioprofessionnelle, la rétribution, le développement d’un désir de mieux-être, les politiques d’institutionnalisation et la marchandisation de pratiques liées au domestique et à l’intimité s’associent à la question d’une dénaturalisation du care, de son dématernage. Ces reculs ont été initiés depuis un certain temps par les travaux philosophiques et sociologiques américains, canadiens et français et demandent encore à être explorés.

L’attention ou l’assistance à l’autre est duale par l’impact possible sur soi, Anne Gotman soulignait déjà que l’accueil, l’hospitalité était une épreuve de l’autre. P.Molinier notait, elle, les ambiguïtés affectives du travail de care. Le développement du ‘stress professionnel’, de la ‘fatigue de la compassion’, de l’épuisement des ‘aidants’, sont des exemples de vulnérabilité, entre fait biologique et fait social. La relation d’aide pose des conditions de neutralisation (matérielle, physique, psychologique, affective, sociale..), de mise à distance pour celui qui prend soin. Conditions que l’on retrouve standardisées dans la formation des professionnels du social, de l’aide à domicile et du sanitaire (ou dans le cadre de l’intervention sociale), normées par les pratiques sociales, ou encore bricolées par les expériences plus ou moins partagées. Alors comment s’accorde le souci de soi avec le souci d’autrui ? Comment s’expriment aussi dans des pratiques de soin, maintenant variées, le besoin d’investissement personnel et le désir d’équilibre de vie ?

Programme

Matinée, salle de conférences 400 – Site des Tanneurs

9h30 Anne Bargès et François-Olivier Touati : accueil, présentation, introduction

  • 9h45 François-Olivier Touati (historien, CITERES/EMAM, Université de Tours) : Soigner et se soigner au XIIe siècle à Jérusalem
  • 10h15 Concetta Penutto (historienne, CESR, Université de Tours) : Catherine de Genas et le soin d’autrui: une femme chirurgienne au XVIe siècle?”
  • 10h50 Corinne Belliard (historienne, Université de Tours) : Hannah More (1745-1833) : La charité est la vocation d’une dame; le soin des pauvres est sa profession
  • 11h30 Grand témoin – Christian Baudelot (sociologue, Ecole Normale Supérieure, Paris) : Don d’organe pour un autre proche, altruisme versus égoïsme ?

Après-midi – Site des Tanneurs, salle de conférences 400

  • 14h15 Anne Bargès (anthropologue, CITERES/CoST, Université de Tours), : Parcours de vie, souci de soi et reconversion professionnelle vers des pratiques de soins/bien-être
  • 14h45 Anne Gotman (sociologue, CERLIS, Paris) : Ecueils et limites de l’hospitalité domestique.
  • 15h30 Alain Thalineau (sociologue, CITERES/ CoST, Université de Tours) : Le “souci de l’autre” dans l’intervention sociale contractuelle est-il encore possible ?
  • 16h00 Sophie Caratini (anthropologue, CITERES/EMAM,Tours) : Nouakchott 2000 : malaise dans la civilisation ?

Appel à contribution – Le soin dans tous ses états

Appel à contribution – Le soin dans tous ses états

 

Les sixièmes journées jeunes chercheur-e-s sont ouvertes à des communications de doctorante-s, de jeunes docteur-e-s et post-doctorant-e-s dans diverses disciplines (sociologie, ethnologie, histoire, sciences politiques, géographie humaine, sciences de l’éducation, psychologie sociale…), l’objectif étant de permettre l’échange scientifique autour d’objets transversaux aux sciences humaines.

Soutenue par Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S) et l’Ecole Doctorale PIEMES – Université Paul-Verlaine, Metz.

DATE : 29 et 30 Mars 2012.

Après le succès des cinq premières rencontres (« L’expertise dans tous ses états » en 2005, « Le corps dans tous ses états » en 2006, « La critique dans tous ses états » en 2007 dont les actes sont parus aux Editions du Portique, « L’action sociale dans tous ses états » en 2008 et « Le genre dans tous ses états » en 2009, en cours de publication), les doctorant-e-s de l’Arthemetz proposent cette année de s’interroger, suivant la même formule, sur « tous les états » du soin et, de fait, de ses corollaires plus ou moins directs : les soignants, les institutions, la vulnérabilité et la protection…

1. Thématique

On assiste de nos jours à une montée en puissance du thème du soin entendu ici dans un sens large qui englobe le champ médical comme le champ du travail social avec toute une palette de moyens termes qui s’insèrent tous dans la problématique du souci de l’autre, du prendre soin, écouter et réparer un malheur de l’existence. Toujours dans le cadre de cette extension, les communications pourront s’intéresser autant à l’aspect préventif (qui a d’ailleurs contribué à l’apparition de l’homo medicus, l’individu soucieux de sa santé et de son bien-être – Moatti J.P., Peretti-Watel P., 2009 ) que curatif ; à la santé physique, mentale ou sociale ; aux pratiques les plus institutionnalisées (l’hôpital) ou non (la médecine alternative). Cette émergence du thème se remarque autant dans l’espace de la politique avec les problématiques de dépendance et de vulnérabilité (solidarité intergénérationnelle et plan Alzheimer en témoignent), que dans l’espace médiatique (la maltraitance, les émissions et revues médicales), mais également dans le champ scientifique (avec la thématique du care, du souci). Mais la question du prendre soin des personnes traverse également les institutions et les acteurs du soin. Ainsi le secteur social et médico-social connaît des transformations (marchandisation, rationalisation, coproduction des services avec l’usager, démarche qualité) qui impactent tout à la fois les organisations, les pratiques et les éthiques professionnelles (Morales la mura R., 2006)

Cette présence accrue de la thématique du soin ne doit pas occulter son relatif éclatement en plusieurs dimensions. Les premières qui se présentent à l’esprit sont les dimensions politiques et institutionnelles. L’attention se porte alors sur les politiques publiques, leurs enjeux, et leurs effets sur le secteur et ses usagers. La dimension institutionnelle interroge les organisations du soin, leur structure interne comme leur rapport à un environnement socio-politique local ou global. Elle observe également les groupes professionnels, les segments qui les composent, leur rapport entre eux, à la pratique et aux patients.

D’autres dimensions apparaissent ensuite. Le soin, la relation de soin ou les dispositifs peuvent ils s’appréhender par une approche culturaliste ? Pour le dire autrement existe-t-il un rapport entre des formes culturelles et les rapports au soin, à la maladie, à la détresse sociale et aux acteurs du secteur ? Y’a-t-il un rapport de genre au soin ? Une dimension éthique traverse évidemment la thématique. On peut l’appréhender de manière générale en prenant appui sur une éthique du care mais aussi sur des objets particuliers – tendant moins à une réflexion de philosophie politique et morale – comme la place du secret médical et de la confiance, l’administration des soins par des personnels non qualifiés, sur la responsabilité du malheur, de l’efficience dans la relation de soin.

Continuer la lecture de Appel à contribution – Le soin dans tous ses états

Colloque – Le corps du Prince au coeur des rituels de la cour, autour des travaux du professeur Agostino Paravicini Bagliani

Colloque – Le corps du Prince au coeur des rituels de la cour, autour des travaux du professeur Agostino Paravicini Bagliani

Le colloque “Le corps du Prince au coeur des rituels de la cour, autour des travaux du professeur Agostino Paravicini Bagliani” aura lieu à Liège et Leuven (Belgique), les 17, 18 et 19 novembre 2011.

Appel à contributions – Sexes à bras-le-corps. Pratiques artistiques et pratiques quotidiennes

Appel à contributions – Sexes à bras-le-corps. Pratiques artistiques et pratiques quotidiennes

 

Pour le numéro thématique de la revue Inter art actuel, n° 112 (Québec)

Présentation :

À l’heure où dans les sociétés occidentales la provocation se situe davantage du côté des voiles que des nus, qu’en est-il du sexe dans l’art contemporain ? Depuis les années 60, le contexte politique et culturel s’est profondément transformé en matière de mœurs. Il a conduit à l’incorporation massive du sexe dans l’industrie de la mode et de l’entertainment, au point de transformer le sexe de siège des revendications utopistes en code publicitaire (et source de profit garanti). Il a discrédité tout type d’indisposition – imputable à une forme d’échec, de pessimisme ou de rigorisme anachronique – au profit d’une sexualité non pas débridée, quoique surexposée, mais rationalisée et valorisée comme capital personnel, signe de bonne santé. Dans le même mouvement, la juridiciarisation des rapports sexuels galvaudait souvent bien plus qu’elle ne portait les revendications féministes sur la sexualité, écartées sur l’essentiel. Il a vu, enfin, le développement de nouveaux rapports à soi avec la médicalisation accrue de la vie humaine et de ses caractères sexuels, ainsi que la prolifération des interventions technologiques sur les corps. Cela a provoqué, en réponse, des saillies néo-conservatrices (faisant corps avec les conservateurs habituels) attachées, bien plus qu’au souci des diverses asymétries que ces pratiques médicales exploitent, à l’ordre identitaire et familial de la tradition. Ainsi, les conditions de visibilité des sexes, d’érotisation de la sexualité (convoquée au titre de dépense utile !), de renouvellement des corporéités changent – et rencontrent des résistances. Au regard de ces évolutions, ce dossier se propose d’explorer les articulations actuelles entre art (de faire), sexe, sexualité, corps et politique.

À quel titre le sexe est-il mobilisé aujourd’hui dans les pratiques artistiques : comme objet de représentation, matériau à façonner, point de vue, processus de subjectivation, expérience ? En rapport avec quelles préoccupations politiques est-il convoqué, par qui et de quelle façon ? En particulier, quels usages en font les artistes féministes et les minorités sexuelles ?

Quelles déterritorialisations (avec quelles éventuelles reterritorialisations) provoquent les nouvelles corporéités, les nouvelles identités, quelles stratégies ou dispositifs sont explorés pour tenter d’échapper à la reconduction des normes sexuelles dominantes ? Par ailleurs, qu’en est-il de l’érotisme ? Quels agencements, quelles forces en renouvellent les formes, les registres, les vecteurs ? Enfin du côté du quotidien, quels arts de faire et arts de vivre ont été créés par l’investissement technologique des sexes ?

Les textes doivent contenir un maximum de 3000 à 4000 mots. L’auteur doit fournir une courte biographie (5 à 10 lignes) et soumettre la version finale de son texte.

Date de tombée : avril 2012
Sortie : septembre 2012

Protocole pour proposer un article : http://www.inter-lelieu.org/FR/inte…

Les textes et les images sont à envoyer :

à la rédaction : redaction@inter-lelieu.org

à la responsable du dossier, Claire Grino :

limoilou.g@gmail.com

 

Parution – Death, Dying, and Organ Transplantation: Reconstructing Medical Ethics at the End of Life

Parution – Death, Dying, and Organ Transplantation: Reconstructing Medical Ethics at the End of Life

 

Franklin G. Miller and Robert D. Truog, Death, Dying, and Organ Transplantation: Reconstructing Medical Ethics at the End of Life, Oxford University Press, 2011, 208 p.

In Death, Dying, and Organ Transplantation: Reconstructing Medical Ethics at the End of Life, Miller and Truog challenge fundamental doctrines of established medical ethics. They argue that the routine practice of stopping life support technology in hospitals causes the death of patients and that donors of vital organs (hearts, lungs, liver, and both kidneys) are not really dead at the time that their organs are removed for life-saving transplantation. These practices are ethically legitimate but are not compatible with traditional rules of medical ethics that doctors must not intentionally cause the death of their patients and that vital organs can be obtained for transplantation only from dead donors.
In this book Miller and Truog undertake an ethical examination that aims to honestly face the reality of medical practices at the end of life. They expose the misconception that stopping life support merely allows patients to die from their medical conditions, and they dispute the accuracy of determining death of hospitalized patients on the basis of a diagnosis of “brain death” prior to vital organ donation. After detailing the factual and conceptual errors surrounding current practices of determining death for the purpose of organ donation, the authors develop a novel ethical account of procuring vital organs. In the context of reasonable plans to withdraw life support, still-living patients are not harmed or wronged by organ donation prior to their death, provided that valid consent has been obtained for stopping treatment and for organ donation.
Recognizing practical difficulties in facing the truth regarding organ donation, the authors also develop a pragmatic alternative account based on the concept of transparent legal fictions. In sum, Miller and Truog argue that in order to preserve the legitimacy of end-of-life practices, we need to reconstruct medical ethics.

Franklin G. Miller, Ph.D. is a member of the senior faculty in the Department of Bioethics, National Institutes of Health NIH. Dr. Miller has edited five books and written numerous published articles in medical and bioethics journals on the ethics of clinical research, ethical issues concerning death and dying, professional integrity, pragmatism and bioethics, and the placebo effect. Dr. Miller is a fellow of the Hastings Center and a Faculty Affiliate at the Kennedy Institute of Ethics.

Robert D. Truog, MD, is Professor of Medical Ethics, Anaesthesia and Pediatrics at Harvard Medical School. He has practiced pediatric intensive care medicine at Boston Children’s Hospital for more than 20 years, and he has published more than 200 articles in bioethics and related disciplines.

 

Appel à contribution – Signifying blood: illness, technologies, and interpretations

Appel à contribution – Signifying blood: illness, technologies, and interpretations

EASA2012: Uncertainty and disquiet | Nanterre University, France, 10/07/2012 ­ – 13/07/2012
Call for papers for the workshop “Signifying blood: illness, technologies, and interpretations”

Deadline: 28/11/2011

– Convenors:
Susanne Ådahl (University of Helsinki, Finland – susanne.adahl@helsinki.fi)
Claire Beaudevin (Cermes3/IFRIS, Paris, France – claire@beaudevin.net)

– Workshop Abstract:
For long anthropologists have had an interest in the significations of human blood. As a classical substance put under scrutiny it has been linked to reproduction, ritual, identity, health, exchange, warfare, and mythical beliefs. In contemporary society blood as a substance of import has gained new meanings as a result of developments in biomedicine and biotechnology. Blood is both a carrier of uncertainty and misfortune (disease and harmful genes), but also an enabler of kinship, relatedness and human survival (blood donation, transfusion, dialysis, blood testing).
Turning our gaze and focus on to blood when talking of illness, we wish to invert the perspective to the micro-level of social reality. Using blood as a unit of analysis will bring different insights into the interpretations and experiences of illness.

In this panel we wish to bring together scholars interested in exploring the multiple and complex meanings of blood. Presentations can touch upon one or several blood related issues:
– how does the composition and content of blood impact on perceptions of self and identity?
– How are we through technology involved in a process of manipulation, enhancement and maintenance of the functions of the human body through the substance of blood?
– What are contemporary ritual uses of blood?
– How and in what contexts is blood used as a vehicle for understanding social reality?
– How can blood be linked to the concept of agency? Can blood be said to have agency? And, if so, how can this link be conceptualised?

> Details about the submission process:
– abstract submission is only possible through the EASA 2012 online interface: http://www.nomadit.co.uk/easa/easa2012/panels.php5?PanelID=1144
– paper title should be less than 300 characters
– abstract should be less than 250 words
– for more information: http://www.easaonline.org/conferences/easa2012/callforpapers.htm

 

 


Séminaires – Approche sociohistorique du handicap : catégories, pratiques et politiques

Séminaires – Approche sociohistorique du handicap : catégories, pratiques et politiques

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er et 3e mardis du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2011 au 19 juin 2012. Séances supplémentaires les 31 janvier et 29 mai 2012 (même heure, même salle)

Partant des catégorisations qui ont participé à la constitution du champ du handicap en France et des dispositifs qui y furent associés, le séminaire propose d’analyser les significations de cet objet et leurs déplacements au long du XXe siècle.

L’attention sera portée à l’évolution du traitement social du handicap et des modèles qui le sous-tendent : l’inaptitude au travail assortie d’un droit à l’assistance, la réparation via l’indemnisation selon le principe de la dette sociale, la réadaptation visant le retour à la productivité, le modèle social du handicap proposé par lesDisability Studies anglo-saxonnes.

Ces différentes formes de traitement social seront étudiés en cherchant à repérer les conditions de leur production et les grands paradigmes dans lesquels elles s’enracinent.

  • · 15 novembre 2011 : Approches généralistes des définitions et concepts et leur évolution, Jean-François Ravaud et Myriam Winance (Cermes3-EHESS)
  • · 6 décembre 2011 : Des pauvres méritants aux travailleurs handicapés : sociohistoire des catégories du handicap, Isabelle Ville (Cermes3-EHESS)
  • · 3 janvier 2012 : Entre exonération du travail et insertion professionnelle : la place de l’expérience, Isabelle Ville
  • · 17 janvier 2012 : Pratiques et parcours de réadaptation Marie-Odile Frattini et Seak-Hy Lo (Cermes3-EHESS)
  • · 7 février 2012 : La politique du handicap psychique de la loi de 1975 à la loi de 2005 : émergence ou résurgence d’une notion ? Nicolas Henckes (Cermes3-EHESS)
  • · 21 février 2012 : Le mandat civil de protection dans les recompositions des politiques sanitaires et socialesBenoît Eyrault (Université de Lyon)
  • · 6 mars 2012 : Émergence, développement et application du principe d’accessibilité : des années 1950 à la loi de 2005, Myriam Winance (Cermes3-EHESS) et Soraya Kompany (Conseillère Accessibilité à la DGCS)
  • · 20 mars 2012 : Mobilités en fauteuil roulant : expérience du corps et de l’espace, Myriam Winance
  • · 3 avril 2012 : Conceptualisation architecturale, fabrication de l’expérience de disability : Enquête sur des dialogues médiés, Greg Nijs (Université de Leuven)
  • · 29 mai 2012 : Le soutien à domicile aux personnes handicapées et en perte d’autonomie : la transformation du rôle des familles et associations de familles dans la seconde moitié du XXe siècle”, Christophe Capuano (Université Lyon-II)
  • · 5 juin 2012 : Histoire du diagnostic prénatal, Isabelle Ville et Lynda Lotte (Cermes3-EHESS)
  • · 19 juin 2012 : Les pratiques du diagnostic prénatal dans différents contextes réglementaires : comparaison France/pays-Bas, Isabelle Ville et Sophia Rosman (Cermes3-EHESS)

Renseignements : coordonnées contact : Isabelle Ville par courriel : ville(at)vjf.cnrs.fr.

Direction de travaux d’étudiants : sur rendez-vous uniquement Isabelle Ville CERMES3 7 rue Guy Môquet 94801 Villejuif Cedex, tél. : 01 49 58 36 32 ou courriel.

Réception : enseignement soumis à inscription auprès de Andrea Benvenuto, EHESS, Programme Handicap et Sciences Sociales, bureau 717, 190 avenue de France 75244 Paris cedex 13, tél. : 01 49 54 25 89, courriel : Andrea.Benvenuto(at)ehess.fr.

Adresse(s) électronique(s) de contact : Andrea.Benvenuto(at)ehess.fr, ville(at)vjf.cnrs.fr, winance(at)vjf.cnrs.fr, ravaud(at)vjf.cnrs.fr

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search