Parution – L’émergence de la médecine scientifique

Parution – L’émergence de la médecine scientifique


Anne Fagot-Largeault (dir.), Jean-Claude K. Dupont et Vincent Guillin (coord.), L’émergence de la médecine scientifique, Editions matériologiques, 2011.

Conçu dans une perspective historique longue, le développement de la médecine semble marqué par la coexistence en son sein d’une urgence à laquelle il faut répondre et d’un manque auquel il faut remédier. Cette urgence, c’est celle du soin à prodiguer à celui qui souffre, ici et maintenant, pour que justement cette souffrance cesse. Ce manque, c’est celui d’une connaissance objective qui permettrait de comprendre les mécanismes des maladies afin d’y mettre un terme, de soigner les souffrances qu’elles occasionnent en connaissance de cause. Or, c’est bien la reconnaissance conjointe de cette urgence et de ce manque qui peuvent expliquer pourquoi les espoirs, tantôt mesurés, tantôt immenses, mis en la médecine ont si souvent été déçus : si « le salut du malade passe par la science » (per scientiam ad salutem ægroti) et que la science fait défaut, quel salut pour le malade ? D’où l’injonction faite à l’art médical, tout au long de son histoire, de se fonder sur une connaissance du normal et du pathologique ou, encore plus radicalement, celle faite à la médecine de devenir scientifique. Ainsi seulement, pensait-on et pense-t-on encore aujourd’hui, pourrait-on garantir avec certitude tout à la fois l’exactitude du diagnostic, la fiabilité du pronostic et l’efficacité de la thérapeutique, idéal méthodologique admirablement capturé par une maxime positiviste fameuse : « science d’où prévoyance, prévoyance d’où action ». C’est l’écart entre cet idéal – ou ce rêve – méthodologique et le développement historique effectif de la médecine que les articles réunis dans ce volume contribuent à éclairer.

Anne Fagot-Largeault / Introduction

Ulrich Trölher / Surmonter l’ignorance thérapeutique : Un voyage à travers trois siècles

Hee-Jin Han / Pierre-Jean-Georges Cabanis et l’exigence de l’empirisme en médecine

Alfredo Morabia / La convergence historique de l’épidémiologie et de la médecine clinique, de Pierre Louis à l’AMBRE

Iain Chalmers, Larry V. Hedges & Harris Cooper / Une brève histoire des synthèses de la recherche

Alain Leplège / Mathématisation de l’incertitude en médecine. Aspects épistémologiques et méta-éthique

Jeanne Daly / Chercheurs d’or : médecine « evidence based » et science de la clinique

Jean-Paul Amann / La philosophie de l’essai clinique selon Austin Bradford Hill

Zbigniew Szawarski / Le concept de placebo

Claude Debru / La classification des leucémies lymphoïdes chroniques : évolution et problèmes d’une approche scientifique

Élodie Giroux / Les modèles de risque en médecine : quelles conséquences pour la définition des normes et pour le jugement clinique ? Exemple du calcul du risque cardiovasculaire

Pierre Corvol / La génétique de l’hypertension artérielle et ses limites

Olivier Steichen / La médecin factuelle et les rapports de cas

Christian Brun-Buisson / Playdoyer pou l’EBM. Ou comment nier les évidences

 

Invitation 4e Assises du corps transformé : regards croisés sur le corps du sportif de haut niveau

Invitation 4e Assises du corps transformé : regards croisés sur le corps du sportif de haut niveau

 

Le Centre Européen d’Etudes et de Recherche Droi&Santé (Université mOntpellier 1 / UMR5815) à le plaisir de vous convier à ses 4èmes assises du corps transformé les 20 et 21 janvier 2012 à la salle Rabelais de Montpellier.

Après regards croisés sur le visage, regards croisés sur le genre, regards croisés sur le corps vieillissant, les assises seront consacrées, cette année, au corps du sportif de haut niveau.

L’entrée est gratuite (inscription sur www.droitetsante.fr ) ; nous vous serions reconnaissant si vous acceptiez de diffuser l’information.

Parution – Prescrire, proscrire. Enjeux non médicaux dans le champ de la santé

Parution – Prescrire, proscrire. Enjeux non médicaux dans le champ de la santé

 

Cédrick Le Bodic et Anne-Chantal Hardy (dir.), Prescrire, proscrire. Enjeux non médicaux dans le champ de la santé, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

Sur quels critères distinguer la composante non médicale d’un acte posé par un professionnel de santé ? Énoncées sous la forme d’un interdit ou d’un ordre, les pratiques témoignent de frontières mouvantes et irréductibles ni à la science ni même à la raison. Les contributions de cet ouvrage se réfèrent systématiquement à des pratiques concrètes, mais les auteurs se saisissent différemment de la dissociation entre médical et non médical. Ces enjeux sont ici repérés dans des champs aussi divers que ceux de la procréation, de la sexualité ou des conduites alimentaires, du point de vue des soignants comme de celui des patients.

Qu’est-ce que « médical » veut dire ?
  • Faire vivre ? La médecine prise « à rebours » dans le champ de la procréation
  • Interdire ? Quand la médecine fait de la morale

Prescrire, proscrire : la médecine passe à l’acte

  • Prescrire un médicament, proscrire la maladie
  • Proscrire le corps souffrant, prescrire un soin

 

Journée d'étude – Le corps au travail (XIXe-XXe siècles)

Journée d’étude – Le corps au travail (XIXe-XXe siècles)

 

Journée d’étude organisée par la thématique Santé et Société du laboratoire Framespa (Université Toulouse II le Mirail), Atelier 1.

Université Toulouse II le Mirail

Maison de la recherche – salle D30

12 janvier 2012
9h30 – 17h

9h30

Introduction de la journée, Jean-Yves Bousigue, Bruno Valat (Framespa)

10h

La santé au travail, entre savoirs et pouvoirs (XIXe-XXe siècle), Nicolas Hatzfeld (Université d’Evry), Catherine Omnes (Université de Versailles)

11h

Santé au travail et genre, Catherine Omnes, (Université de Versailles)

Pause déjeuner

14h

Les relations santé-travail : caractéristiques générales et configurations particulières, Valentine Helardot (Université Toulouse II)

15h

Les affections articulaires (tms) d’origine professionnelle : une histoire plurielle, sociale, savante et politique, Nicolas Hatzfeld (Université d’Evry)

16h

L’excellence de la souffrance, Nicolas Adell (Université Toulouse II)

 

Journée d'étude – La plage : corps et territorialités

Journée d’étude – La plage : corps et territorialités

 

Mardi 20 mars 2012  |  Angers (49000)

Alors que la plage est devenue un lieu touristique emblématique, elle a pu susciter ironie et condescendance chez des scientifiques, voire chez certains auteurs de guides touristiques, condensées dans la formule du « bronzer idiot » et de la « foule grégaire ». Derrière cette disqualification et l’assimilation de la plage à l’espace d’une anomie, pointent les représentations sociales dominantes voire la paresse intellectuelle. Ce n’est qu’à la fin des années 1980, avec le « tournant culturel » et les travaux d’Alain Corbin (1988), suivis de ceux de Jean-Didier Urbain (1994), que la plage devient un objet dans le champ des sciences sociales.  De fait, la reconnaissance  de l’intérêt scientifique d’un « territoire du vide » de plus en plus fréquenté, investi de sens et révélateur de cultures, montre ainsi un retard de plus de deux à trois siècles par rapport à son « invention » comme théâtre social par les élites européennes. En géographie, la plage a d’abord été abordée en tant qu’objet biophysique, élément d’une géodynamique des littoraux, et tardivement en tant qu’espace des sociétés. Dans la géographie française, le numéro 67 de la revue Géographie et Cultures, « La plage : un territoire atypique » (2008) fait figure d’intéressante exception.

Espace construit, approprié et révélateur des représentations des groupes sociaux et des individus, la plage constitue un vrai laboratoire pour aborder les relations entre territorialités et corporéités. Médium assurant la relation entre l’individu d’une part, l’espace et les autres d’autre part (Duncan, 1996), le corps détermine l’expérience géographique de chacun. Son apparence et sa posture sont révélatrices des manières de vivre d’un individu et de sa façon de se placer dans le jeu social (Ory, 2008). Au-delà, le corps est un marqueur de l’appropriation de l’espace et un vecteur d’affirmation d’une identité aussi bien sociale, qu’ethnique ou de genre. Les interventions de la journée, faites par un historien et quatre géographes, développeront le rôle du corps dans l’émergence de la plage comme territoire touristique et dans la construction d’identités dans divers contextes spatiaux et culturels.

  • CORBIN, Alain, 1988, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Flammarion.
  • DUNCAN, Nancy (dir.), 1996, Bodyspace. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Routledge.
  • LAGEISTE, Jérôme et RIEUCAU, Jean, 2008, « La plage, un territoire atypique », Géographie et Cultures, 67.
  • ORY, Pascal, 2008, L’invention du bronzage, Editions Complexe.
  • URBAIN, Jean-Didier, 1994, Sur la plage, Payot.

Modalités pratiques

  • Localisation : Campus de Saint-Serge, UFR ITBS, Amphi ESTHUA
  • Organisation : Vincent Coëffé, Emmanuel Jaurand, Benjamin Taunay
  • Une participation de 15 euros sera demandée afin de couvrir les frais relatifs aux déjeuner et pauses café.

Programme :

09 h 30 : Accueil des participants

10 h : Message de bienvenue de Philippe Violier, Directeur de l’UFR ITBS

Plage, tourisme et corps : émergences et enjeux

10h15-10h45 : Introduction générale, Vincent CoëfféEmmanuel JaurandBenjamin Taunay, Université d’Angers, UMR ESO

11h-11h20 : « Et tous ces corps étendus sur la plage » : une contre-évolution de l’humanité ?, Philippe Duhamel, Université d’Angers, UMR ESO

11h30-12h : Une journée à la plage ou la difficile pacification d’un territoire (1920-1940), Christophe Granger, Université Paris 1, Centre d’histoire sociale du XXème siècle

12h15-14h00 : pause déjeuner

Plage, corps et sexualités

14h00-14h30 : Le Brésil et la plage : constructions/déconstructions du stéréotype de l’identité brésilienne à travers l’exemple de Salvador de Bahia, Francine Barthe, Université de Picardie, UMR Espaces, Nature et Culture

14h40-15h10 : « Gay heaven on the beach ». Corps, homosexualité et territorialités., Emmanuel Jaurand, Université d’Angers, UMR ESO

15h20-15h50 : Des lieux qui assouplissent la norme : la plage du Porge (Gironde), Yves Raibaud, Université de Bordeaux 3, UMR ADES

16h-16h15 : Conclusion et clôture de la journée, Vincent CoëfféEmmanuel JaurandBenjamin Taunay,Université d’Angers, UMR ESO

Contacts :

  • vincent.coeffe@univ-angers.fr (02 44 68 81 31)
  • emmanuel.jaurand@univ-angers.fr
  • benjamin.taunay@univ-angers.fr

Appel à contribution – Histoire des pratiques de santé XVIIIe-XXIe : nouveaux cadres, thèmes et approches

Appel à contribution - Histoire des pratiques de santé XVIIIe-XXIe : nouveaux cadres, thèmes et approches

Montréal 8-9 mai 2012

Colloque au sein du 80éme congrès de l’ACFAS du 7-11 mai 2012 (palais des congrès de Montréal, Canada)

Organisé par
Séverine Parayre (Lille 3/ ACTé EA 4281) et Alexandre Klein (Nancy 2, CNRS)

Sujet du colloque :
La médecine n’a plus le monopole de la santé et l’histoire doit désormais intégrer les représentations, discours et techniques savantes comme profanes se rattachant au monde médical et plus largement au vécu corporel des individus. Ces pratiques de santé induisent depuis plusieurs années un renouvellement des objets et méthodologies historiques qu’il convient aujourd’hui d’analyser.

Objectifs du colloque
Le colloque sera l’occasion de faire un état des lieux des recherches actuelles en histoire des pratiques de santé, afin d’envisager les modifications historiographiques et thématiques à l’œuvre depuis quelques années dans ce domaine. Ce redoublement épistémologique des études historiques par une analyse des pratiques historiennes autour de l’objet « santé » permettra d’envisager les interactions complexes qui régissent la relation intime entre le domaine scientifique et le monde socioculturel. Ce rendez-vous se voudra un lieu d’échanges et de débats favorisant ainsi la mutualisation des différentes approches et la transmission des connaissances par la rencontre des chercheur(e)s, confirmés ou en formation. Il vise à être une occasion de renforcer les liens et les partenariats entre des chercheurs de différentes nationalités, différentes équipes de recherche et/ou universités, permettant ainsi de participer à la construction et à l’évolution d’un champ disciplinaire en plein essor.

Appel à communication
Les recherches historiques concernant la santé et la maladie ont considérablement évolué depuis quelques décennies. A la suite de travaux de référence des années 1980-1990, les historiens ont exhumé de nombreux objets de recherche jusque-là inexploités. Si bien qu’aujourd’hui on constate une pluralité de thèmes organisant l’histoire des pratiques de santé autour de l’hygiène, des addictions, de la vie saine et malsaine, des maux du corps, des pratiques profanes ou des différents troubles de santé. La diversité des préoccupations et des objets touchant à la santé et à la médecine a engendré le développement d’une recherche historique aussi dynamique que multiple qu’il convient de circonscrire pour mieux l’analyser.
La transformation et la diversification des préoccupations et objets de recherches a fait évoluer la discipline historique par la mobilisation de nouveaux corpus et méthodes. L’objet de ce colloque sera de présenter et de confronter les différents matériaux et méthodologies en jeu, afin de cerner, par leur analyse croisée, l’impact de l’histoire des pratiques de santé sur la science historienne, son développement social et ses modifications épistémologiques.
Pour ce faire, ce colloque sollicitera les nouveaux travaux qui émergent dans ce domaine et qui mettent à jour de nouvelles thématiques, des cadres et approches inédites. Il visera ainsi à ressembler et à confronter les savoir-faire historiens qui se déploient aujourd’hui dans le monde francophone et dont l’échange ne peut qu’enrichir un domaine de recherche en pleine expansion.
Nous engagerons cette réflexion à partir de deux séances plénières, la première consacrée à l’histoire des pratiques de santé en France et présentée par Didier Nourrisson et la seconde consacrée à l’histoire des pratiques de santé au Québec et présentée par François Guérard.

Pour toute proposition, veuillez fournir :

- Renseignements personnels (nom, prénom, institution, statut, courriel)
- Un court résumé de maximum 1 500 caractères, espaces compris faisant apparaître les critères suivants :
Clarté de la problématique et des objectifs de la communication.
Clarté de la méthodologie adoptée.
Présence d’une conclusion et/ou de résultats de recherche.
Qualité de la langue écrite.
Une démonstration claire de la contribution de la communication à l’avancement des connaissances.

Date importante :
- 25 janvier 2012 : délai pour l’envoi des propositions de communications

Envoyer les propositions de communications en double exemplaire à :
severine.parayre@univ-lille3.fr et alexandre.klein@univ-nancy2.fr

 

Appel à contribution – La physiognomonie entre représentations et interprétations. Transpositions esthétiques et transferts internationaux du XIXe au XXIe siècle

Appel à contribution – La physiognomonie entre représentations et interprétations. Transpositions esthétiques et transferts internationaux du XIXe au XXIe siècle


Colloque international à Montréal le 8 mai 2012

Dès les premières traductions françaises des traités de Johann Kaspar Lavater à la fin du XVIIIesiècle, la physiognomonie a pris une place prépondérante dans l’iconographie et la pensée de l’époque. Très tôt renforcée par la diffusion des traités de phrénologie de Franz Josef Gall, cette théorie paramédicale a suscité une émulation telle qu’elle a contribué à poser les bases de la morphopsychologie, qu’elle a participé au développement de l’anthropométrie et s’est ramifiée en d’innombrables branches parmi lesquelles figurent la physiognomonie zoologique, la physiognomonie ethnologique ou encore la « pathognomonie ». En outre, reposant sur la conviction qu’il est possible d’atteindre les profondeurs de l’intériorité humaine par l’observation d’éléments conçus comme autant de signes à déchiffrer, cette théorie relève du  raisonnement par induction  qui a pris, dans la fiction littéraire, la forme spécifique d’une recherche d’indices et a participé, dans les disciplines médicales, à la méthode diagnostique.

Le postulat selon lequel une connaissance de l’être humain est possible par l’observation minutieuse de ses traits extérieurs – conviction renforcée, à la moitié du siècle, par les possibilités techniques de la photographie – a contribué à enrichir la description, à affiner l’art du portrait et à aiguiser le trait incisif de la caricature. Ayant offert de riches moyens cognitifs et esthétiques d’exploration du monde social au peintre, à l’illustrateur, à l’homme de lettres et à l’historien, ces théories paramédicales ont durablement marqué l’histoire des conceptions et des représentations sociales.

Envisager l’influence de la physiognomonie en termes de diffusion d’un paradigme scientifique permettra de saisir les modalités et de mesurer les enjeux non seulement de la transposition de ce paradigme d’un médium à un autre, mais aussi de sa circulation entre différentes aires géographiques, disciplinaires ou sociales. L’étude des vecteurs suivant lesquels la physiognomonie investit les représentations fera intervenir des corpus variés, issus de contextes culturels allant de la France romantique à la blogosphère actuelle en passant par l’Allemagne nazie de l’entre-deux-guerres. À l’observation attentive des sources primaires (documents historiques, traités médicaux, gravures d’époque, oeuvres picturales, textes littéraires), s’ajoutera une réflexion sur la postérité de ces développements théoriques par l’analyse des discours distanciés, dubitatifs, voire explicitement critiques à leur égard, et ce dès leur toute première diffusion.

Le colloque est ainsi conçu comme un espace de dialogue et de réflexion susceptible d’apporter des éléments de réponse à la double question suivante : de quelle postérité épistémique le modèle d’interprétation et de représentation hérité de la physiognomonie bénéficie-t-il, entre dépréciation et application effective, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle ? Comment cette influence s’est-elle répandue ?

Les pistes d’étude suivantes pourront être explorées :

  • la diversité des transpositions esthétiques dans les domaines de la peinture (Girodet, Géricault), de la sculpture (Rodin, Carpeaux, David d’Angers, traitement des allégories) et de la littérature (personnage romanesque chez les « romanciers du réel » dans le sillage de Balzac et Dickens, portraits tératologiques et représentation fantastique du monstrueux, imprégnation corporelle des traces visibles du vice et de la vertu chez Wilde). On s’intéressera particulièrement aux doctrines physiognomoniques comme vecteurs de réflexion sur l’art (esquisses préparatoires, écrits programmatiques, discours fictionnel) ;
  • le développement de petits genres journalistiques, paralittéraires ou parascientifiques amplifiant les postulats physiognomoniques à travers une écriture descriptive en prise sur l’actualité socioculturelle : CodeArt, Hygiène,Physiologie, panorama, chronique, scène de moeurs, sketch ;
  • la possibilité de saisir les manifestations les plus évanescentes et/ou les plus spécifiques de la physionomie humaine, comme celles de la voix, dumouvement, de l’empreinte graphique (naissance de la graphologie) et de lasignature identitaire (adéquation entre signe et signature) ;
  • L’apport de la physiognomonie, en tant que pourvoyeuse de principes prédictifs, à l’astrologie et aux arts divinatoires ;
  • la constitution d’un discours et d’une iconographie critiques – humoristiques ou sérieux – visant à réfuter les apports controversés de ces théories dépourvues de véritable méthode ou à déformer par l’excès leurs principes d’application : caricatures (Daumier, Gandville, Dantan Jeune, Cham et les autres), pamphlets (à l’instar du plaidoyer de Flourens contre les thèses phrénologiques et des satires de Lichtenberg contre Lavater), critiques philosophiques (Hegel, Phénoménologie de l’esprit ; révisions kantiennes) ou littéraires (Bouvard et Pécuchet de Flaubert) ;
  • les distinctions et divergences entre physiognomonie et phrénologie, les idées respectives de Lavater et de Gall ayant été assimilées par l’effet d’une vulgarisation conjointe qui a trop souvent confondu leurs théories. On pourra étudier les raisons de cet amalgame ;
  • la manipulation idéologique des présupposés racialistes dans les discours de propagande, les dérives éthiques de la pensée de l’irrégularité pathologique et les considérations normatives en matière de criminologie depuis la théorie de l’« homme délinquant » de Cesare Lambroso ;
  • le rôle de l’imprimé illustré dans la circulation internationale des principes de la physiognomonie, à travers livres, journaux et traductions, en particulier depuis la langue allemande (les termes Physiognomik, Phrenologie etCharakterologie sont-ils des calques en français ? leurs acceptions sémantiques respectives sont-elles modifiées par la traduction ?) ;
  • la fortune épistémologique de la physiognomonie dans l’historiographie chez d’autres penseurs que Walter Benjamin et Carlo Ginzburg.

 

Le colloque aura lieu au Palais des Congrès de Montréal, dans le cadre du 80e Congrès de l’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS), le 8 mai 2012.

Les propositions de communication, d’environ 300 mots, sont à adresser àV.Stienon@ulg.ac.be et wicky.erika@uqam.ca avant le 10 février 2012.

Continuer la lecture de Appel à contribution – La physiognomonie entre représentations et interprétations. Transpositions esthétiques et transferts internationaux du XIXe au XXIe siècle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search