Parution – Plague and Public Health in Early Modern Seville

Parution – Plague and Public Health in Early Modern Seville

614JOucnE3L._SL500_AA300_Kristy Wilson Bowers, Plague and Public Health in Early Modern Seville, University of Rochester Press, 2013, 152 p.

Plague and Public Health in Early Modern Seville offers a reassessment of the impact of plague in the early modern era, presenting sixteenth-century Seville as a case study of how municipal officials and residents worked together to create a public health response that protected both individual and communal interests. Similar studies of plague during this period either dramatize the tragic consequences of the epidemic or concentrate on the tough “modern” public health interventions, such as quarantine, surveillance and isolation, and the laxness or strictness of their enforcement. Arguing for a redefinition of “public health” in the early modern era, this study chronicles a more restrained, humane, and balanced response to outbreaks in 1582 and 1599-1600 Seville, showing that city officials aimed to protect the population but also maintain trade and commerce in order to prevent economic disruption. Based on extensive primary sources held in the municipal archive of Seville, the work argues that a careful reading of the records shows a critical difference between how plague regulations were written and how they were enforced, a difference that reflects an unacknowledged process of negotiation aimed at preserving balance within the community. The book makes important contributions to the study of early modern city governance and to the historiography of epidemics more broadly.

Parution – L’exercice corporel du XVIIIe siècle à nos jours

Parution – L’exercice corporel du XVIIIe siècle à nos jours 

book_1502Grégory Quin et Anaïs Bohuon (éds.), L’exercice corporel du XVIIIe siècle à nos jours, Glyphe, 2013, 246 p.
L’armée, l’école et le pouvoir politique sont connus pour avoir fait évoluer les usages de l’exercice corporel, cependant la part de la médecine et des sciences reste encore relativement inexplorée. En effet, si la participation des médecins dans la formulation d’une « éducation du physique » ne fait pas mystère, elle constitue un processus difficile à appréhender et les formes de l’engagement médical demeurent floues et méconnues. Autour de quelques individus, de quelques institutions et de périodes charnières, cet ouvrage se propose de combler ce vide en analysant les dynamiques de la constitution de pratiques d’exercice corporel « médicales ».

Les auteurs :

– Thierry Arnal (Université de Valenciennes) – Taïeb El-Boujouffi (Université Paris-Est Créteil)
– Gérard Fouquet (Université Paris Descartes)
– Véronique Hasler (Université de Lausanne et Haute Ecole de Santé Vaud)
– Jacques Monet (Ecole de kinésithérapie de Paris et Centre de Sociologie Européenne)
– Marie-Hélène Orthous (Université d’Avignon-Pays de Vaucluse)
– Jean-Michel Peter (Université Paris Descartes)
– Eva Rodriguez (Université Paris VIII)
– Baptiste Viaud (Université de Nantes)
– Anaïs Bohuon (Université Paris Sud 11)
– Grégory Quin (Université de Lausanne)

Parution – A History of the Great Influenza Pandemics: Death, Panic and Hysteria, 1830-1920

Parution – A History of the Great Influenza Pandemics: Death, Panic and Hysteria, 1830-1920

51SYIoiLGPL._SL500_AA300_Mark Honigsbaum, A History of the Great Influenza Pandemics: Death, Panic and Hysteria, 1830-1920, . B. Tauris, 2013, 320 p.

Influenza was the great killer of the nineteenth and twentieth century. The so called ‘Russian flu’ killed about 1 million people across Europe in 1889 – including the second-in-line to the British throne, the Duke of Clarence. The Spanish flu of 1918, meanwhile, would kill 50 million people – nearly 3% of the world’s population. Here, Mark Honigsbaum outlines the history of influenza in the period, and describes how the fear of disease permeated Victorian culture.
These fears were amplified by the invention of the telegraph and the ability of the new mass-market press to whip up public hysteria. The flu was therefore a barometer of wider fin de siècle social and cultural anxieties – playing on fears engendered by economic decline, technology, urbanisation and degeneration. A History of the Great Influenza Pandemics is a vital new contribution towards our understanding of European history and the history of the media.

Parution – The Drug Book. From Arsenic to Xanax, 250 Milestones in the History of Drugs

Parution – The Drug Book. From Arsenic to Xanax, 250 Milestones in the History of Drugs 

9781402782640LMichael C. Gerald, The Drug Book. From Arsenic to Xanax, 250 Milestones in the History of Drugs, Sterling, 2013, 528 p.

Throughout history, humans everywhere have searched for remedies to heal our bodies and minds. Covering everything from ancient herbs to cutting-edge chemicals, this book in the hugely popular Milestones series looks at 250 of the most important moments in the development of life-altering, life-saving, and sometimes life-endangering pharmaceuticals. Illustrated entries feature ancient drugs like alcohol, opium, and hemlock; the smallpox and the polio vaccines; homeopathic cures; and controversial medical treatments like ether, amphetamines, and Xanax—while shining a light on the scientists, doctors, and companies who brought them to us.

Parution – Les métamorphoses de Tho-Radia : Paris-Vichy

Parution – Les métamorphoses de Tho-Radia : Paris-Vichy 

 

ThoRadia_Couv_400  Thierry Lefebvre et Cécile Raynal, Les métamorphoses de Tho-Radia : Paris-Vichy, Éditions Glyphe, 2013.

L’iconographie publicitaire pour la crème au radium et au thorium Tho-Radia et ses différentes déclinaisons a suscité bien des fantasmes par le passé. Dépassant le pittoresque habituel, les auteurs ont enquêté sur les acteurs et mobiles de cette aventure sans pareille et ont tenté de répondre à de nombreuses questions. Qui étaient le médecin et le pharmacien à l’origine de ce produit cosmétique ? D’où venaient les capitaux investis ? Y eut-il une implication du réseau Stavisky ? Y avait-il réellement du radium dans Tho-Radia ? La réglementation de 1937 visait-elle en premier lieu ses allégations de santé ? Pourquoi la Légation de Suisse à Vichy défendit-elle bec et ongles cette entreprise durant l’Occupation ? Etc.

Parution – Médecine, astrologie et magie entre Moyen Âge et Renaissance : autour de Pietro d’Abano

Parution – Médecine, astrologie et magie entre Moyen Âge et Renaissance : autour de Pietro d’Abano

Textes réunis par Jean-Patrice Boudet, Franck Collard et Nicolas Weill-Parot – Ed. Micrologus’ Library

 

cop-ml50 Dans une perspective d’histoire culturelle et intellectuelle, le volume poursuit un double objectif. D’abord se replonger dans l’œuvre de Pietro d’Abano et de poser la question de savoir de quelle façon elle a été transmise et perçue et comment est née et a mûri la légende de Pietro, de son vivant et après sa mort. Comment et pourquoi ce médecin, astronome-astrologue, « toxicologue » et philosophe de la nature, brûlé post mortem, a-t-on dit, pour avoir dénié au Christ ses miracles de résurrection non conformes à l’ordre de la nature, prit figure de magicien célébrissime à la Renaissance? Ensuite publier des textes importants qui marquent certaines des étapes dans la genèse de cette légende, laquelle doit être rapprochée de celle de certains autres grands savants et intellectuels des XIIIe et XIVe siècles (Albert le Grand, Roger Bacon, Arnaud de Villeneuve, etc.), dont l’œuvre, située également à la limite de la norme doctrinale fixée par les autorités ecclésiastiques, a été analysée à nouveaux frais durant ces dernières années.

Voir notamment les actes du colloque international tenu à d’Abano, les 30 novembre et 1er décembre 2007, à l’occasion du 750e anniversaire de la naissance de Pietro, publiés dans Medicina nei secoli. Arte e scienza, 20/2 (2008), ainsi que ceux du colloque Philosophy Between Text and Tradition. Petrus de Abano and the Reception of Aristotle’sProblemata in the Middle Ages, qui a eu lieu à Fribourg-en-Brisgau du 13 au 15 décembre 2007, à paraître.
 

 

 

Journée d’étude – Philosophie et Savoirs Médicaux en Angleterre au 17e et 18e siècle

Philosophie et Savoirs Médicaux en Angleterre au 17e et 18e siècle

Université Paris-Ouest Nanterre

Mercredi 25 septembre

Bâtiment L salle 205

 

Journée d’études organisée dans le cadre de l’Atelier de Philosophie Britannique

(thème 2012-2013: le philosophe et les savoirs)

 

14h30 Claire Crignon (Philosophie, Paris IV)

Le débat sur le progrès en médecine :

histoire naturelle et anatomie dans les

manuscrits médicaux de Locke

 

15h30

Claire Etchégaray (Philosophie, Paris-Ouest Nanterre),

La critique de la notion de pouvoir

au regard de son usage médical, chez Locke et Hume

 

17h00

Sophie Vasset (Etudes anglophones, Paris Diderot) 

Remède et précautions:

quelques controverses sur les questions de traitements dans la Grande-Bretagne

du XVIIIe siècle.

 

contacts :

philippe.hamou@hotmail.fr

mankin@univ-paris-diderot.fr

Parution – Du front à l’asile 1914-1918

Parution – Du front à l’asile 1914-1918

 

Du-front-a-lasile Hervé Guillemain et Stéphane Tison, Du front à l’asile 1914-1918, Alma Editeur, 2013.

« Depuis que je suis parti de la maison de santé mon état ne s’est pas amélioré. J’ai essayé toutes choses : travail, exercices divers, repos, ce travail du cerveau est toujours là, élancement, persécutions, craquements, coups, ronflements, insomnies m’enlevant l’aptitude au travail… Or je n’ai pas de situation personnelle et il m’est impossible en cet état de gagner ma vie. Comme vous m’avez conseillé monsieur le docteur de m’adresser à mon député pour un secours, je viens d’être forcé de le faire. Il trouve ma demande parfaitement justifiée et me demande deproduire un certificat médical attestant mon état nerveux d’origine de guerre.»

Le caporal Daniel D. écrit ces mots en août 1917 au médecin-chef de l’asile d’Alençon. De l’homme de troupe jusqu’à l’officier, ils sont des milliers à souffrir de troubles du comportement ou à revenir délirants du front. Comment interpréter et prendre en charge cette vague inédite de symptômes variés? Ces hommes dont certains passent en conseil de guerre et d’autres échouent à l’asile sont-ils des déserteurs, des victimesde l’artillerie moderne ou bien des malades mentaux ? La guerre peut-elle vraiment rendre fou ?

Se fondant sur des documents inédits, puisés dans les archives des établissements psychiatriques, Hervé Guillemain et Stéphane Tison font entendre la voix de ceux qui furent brisés par la guerre, les difficultés des familles et la difficile reconnaissance de ce que l’on nomme aujourd’hui le traumatisme de guerre. Des récits vrais, bouleversants dans leur simplicité et leur sobriété, rythment l’enquête. Ils montrent l’ampleur du défi auquel furent confrontés psychiatres et militaires.

 

Les auteurs

Hervé Guillemain et Stéphane Tison sont maîtres de conférences à l’université du Maine (Le Mans) et membres du CERHIO. Hervé Guillemain, spécialiste de l’histoire des pratiques de santé, a notamment publié La méthode Coué (Seuil, 2010). Stéphane Tison, spécialiste de l’histoire de la Grande Guerre, a notamment publié Comment sortir de la guerre ? 1870-1940 (PUR, 2011). Ils ont co-dirigé Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie (XIXe-XXe siècles) (PUR, 2013).

 

Journée d’étude – Le cerveau de l’animal à l’homme

Les journées d’études de l’Espace Mendès France

 Le cerveau de l’animal à l’homme

Mercredi 9 octobre 2013 de 9h à 17h

Espace Mendès France

1 place de la Cathédrale

CS 80964 – 86038 Poitiers Cedex

Les méthodes d’études de l’anatomie et de la physiologie cérébrales ont longtemps dû être élaborées chez l’animal avant d’être transposées à l’homme, pour des raisons à la fois techniques et éthiques. Les représentations du cerveau humain porteront ainsi longtemps la trace d’une animalité qui rendra problématique la reconnaissance d’une spécificité humaine. Aujourd’hui, c’est sur des modèles animaux que se fondent beaucoup de recherches sur la cognition, alors que l’exploration directe du cerveau humain normal et pathologique devient possible par les nouvelles techniques d’imagerie fonctionnelle. Suivant ce fil conducteur et ce devenir, de l’anatomie comparée des cerveaux animaux aux recherches sur la neurocognition humaine, la matinée sera consacrée à un survol des étapes historiques des approches du cerveau et de ses représentations, tandis que l’après-midi abordera les développements et techniques d’exploration cérébrale pratiquées par les neurosciences d’aujourd’hui.

Mohamed  Jaber  professeur ,  directeur de l’Unité 1084 INSERM-Université de Poitiers , correspondant Scientifique Régional INSERM et

Jean-Claude Dupont , professeur, UFR sciences humaines sociales et philosophie , Université de Picardie, Jules Verne, rattaché au CHSSC, Amiens et à SPHERE- REHSEIS, Paris

 

Journée d’études organisée par le pôle d’histoire des sciences et des techniques, en partenariat avec le laboratoire  de Neurosciences Expérimentales et Cliniques-LNEC INSERM U-1084, université de Poitiers.

Comité scientifique : Mohamed  Jaber  professeur ,  directeur de l’Unité 1084 INSERM-Université de Poitiers , correspondant Scientifique Régional INSERM ; Jean-Claude Dupont , professeur, UFR sciences humaines sociales et philosophie , Université de Picardie, Jules Verne, rattaché au CHSSC, Amiens et à SPHERE- REHSEIS, Paris.

Histoire de l’exploration cérébrale chez l’homme et l’animal

9h – Accueil

Didier Moreau , directeur général de l’Espace Mendès France ; Mohamed  Jaber et Jean-Claude Dupont.

9h-15 – 9h45

Histoire des représentations du cerveau

Jean-Claude Dupont.

9h45 – 10h / Débat

10h-10h30

L’exploration des cerveaux animaux et humains dans les temps modernes (XVIe-XVIIIe siècles)

Céline Cherici , maître de conférences, UFR sciences humaines sociales et philosophie , Université de Picardie, Jules Verne, rattachée au CHSSC, Amiens et à SPHERE- REHSEIS, Paris.

10h30-11h /  Débat et pause

11h-11h30

Apports des modèles animaux à la connaissance du cerveau humain (XIXe-XXe siècles)

Jean-Gaël Barbara, chargé de recherche , section 35 du comité national du CNRS, Chargé de recherche depuis septembre 1999 – Membre du laboratoire CNRS NPA (Neurobiologie des processus adaptatifs) – CNRS UMR7102 (Directeur : Jean Mariani) à l’Université Pierre et Marie Curie. Chercheur associé au laboratoire SPHERE.

11h30-11h45 / Débat

11h45-12h15

Mémoire et espèces animales : du ver de Terre à l’Homme

Georges Chapouthier, directeur de recherche au CNRS.

12h15 / Débat et conclusions

L’exploration cérébrale aujourd’hui

14h  Introduction par Mohamed Jaber.

14h15 – 14h45

Architecture cognitive d’un cerveau miniaturisé

Martin Giurfa, professeur –  membre de l’Institut universitaire de France – Centre de Recherches sur la Cognition Animale,  CNRS – Université Paul Sabatier – Toulouse III – UMR 5169.

14h45-15h / Débat

15h-15h30

Exploration IRM de l’encéphale : de l’image à la fonction via le métabolisme

Rémy Guillevin, professeur,  MD, PhD, Chef de Service, Radiologie et Imagerie Médicale, CHU et Université de Poitiers.

 

15h30-16 / Débat

15h45 – 16h15 / Pause et pause

16h15-16h45

Plasticité neuronale et cognitive dans le vieillissement humain

 

Michel Isingrini, professeur des universités, Université François-Rabelais de Tours ; Directeur du CeRCA, Centre de Recherches sur la Cognition et l’Apprentissage, UMR 7295, Université de  Poitiers.

16h45 /  Débat et conclusions

 

 

 

 

 

 

 

Appel à contribution – Pratiques et enseignement de l’anthropologie médicale en Afrique

Appel à contribution – Pratiques et enseignement de l’anthropologie médicale en Afrique

Cet ouvrage collectif s’inscrit dans l’espace intellectuel comme un outil de santé publique, puissant dans les nouveaux défis de la discipline. Les potentiels auteurs sont invités à rédiger des manuscrits s’inscrivant dans les thématiques suivantes : 1) enjeux de la phénoménologie de la santé et de la maladie (vécu de la maladie, représentations, itinéraires thérapeutiques, politiques de santé (lutte contre les grandes pandémies ; santé maternelle et infantile…) ; 2) relation soignant-soigné (soin culturel, qualité de vie, soins palliatifs, observance, prévention, etc.) ; 3) développement des outils méthodologiques (conceptuels en anthropologie clinique, réflexifs et appliqués, plaidoyer qualitatif/quantitatif, etc.

 

Argumentaire

L’anthropologie médicale a connu un essor aussi bien théorique que pratique au cours des dernières décennies. Aujourd’hui, sa pratique est même revendiquée par un nombre de plus en plus croissant de non spécialistes. Face à l’ampleur de la maladie qui perdure malgré les prouesses de la médecine, l’approche anthropologique des problèmes de santé est plus que jamais nécessaire notamment pour ce qui de la production des savoirs étiologiques et thérapeutiques.

Trois traditions scientifiques particulières sont à l’origine de l’anthropologie médicale en tant que champ distinctif de l’ethnologie : (i) l’intérêt de l’ethnographie pour les médecines locales (l’ethnomédecine) ; (ii) le tandem “personnalité et culture” qui a favorisé une étroite collaboration entre anthropologues et psychiatres ; et (iii) l’expansion de la santé publique (1). Ces trois traditions ont contribué à la constitution d’un corpus de connaissances se rapportant à la santé et à la maladie dans des contextes transculturels qui élargissent les conceptions biomédicales de la maladie ainsi que les représentations professionnelles et les modèles thérapeutiques des intervenants. Ainsi l’anthropologie médicale établit les liens existant entre la santé, le sens de la maladie, et la dispensation des soins. Les anthropologues médicaux ont mis en relief des modèles opératoires incarnant ces conceptions élargies de la santé, et les proposent aux praticiens pour une définition plus contextuelle de la santé, des démarches thérapeutiques qui tiennent compte du socioculturel, des principes de réinsertion sociale respectant l’univers phénoménologique des patients, ainsi que les systèmes d’offre de soins large. Elle prend en compte la culturalité du patient, de l’entourage, ainsi que celle du praticien.

L’anthropologie médicale enseignée dans les facultés de médecine et les départements d’anthropologie du Cameroun met l’accent sur trois plusieurs axes de réflexion  que sont : l’approche d’A. Kleinman avec facteurs socioculturels présents dans les définitions de la maladie (Illness, Sickness, Disease), et les formes de guérison (2) ; l’approche de R. Massé avec le relativisme modèle clinique par la médiation de l’explication des savoirs  populaires (3) ; l’approche de R. Boudon à travers les valeurs et coutumes associées à la maladie, en tant qu’elles organisent les itinéraires thérapeutiques  et la prise en charge non médicale (4) ; le modèle étiologico-thérapeutique développé par Laplantine qui permet de saisir la maladie telle que représentée, fantasmée, vécue et prise en charge par les acteurs sociaux ; et enfin de l’approche fonctionnaliste qui met en exergue les fonctions des institutions hospitalières, etc.

Ces enseignements sont surtout théoriques, et ne peuvent guère permettre au praticien de santé de répondre au besoin culturel médical des malades. La principale contribution du présent ouvrage est d’offrir aux intervenants de santé publique, des observations concrètes et déconstruites, de contextes pluriels, susceptibles de leur permettre d’améliorer leurs pratiques quotidiennes dans le champ de la santé.

Axes thématiques

Cet ouvrage collectif s’inscrit dans l’espace intellectuel comme un outil de santé publique, puissant dans les nouveaux défis de la discipline selon Massé (5).

Les potentiels auteurs sont invités à rédiger des manuscrits s’inscrivant dans les thèmes suivants :

  1. enjeux de la phénoménologie de la santé et de la maladie (vécu de la maladie, représentations, itinéraires thérapeutiques, Politiques de santé (lutte contre les grandes pandémies ; santé maternelle et infantile…) ;
  2. relation soignant-soigné (soin culturel, qualité de vie, soins palliatifs, observance, prévention, etc.) ;
  3. développement des outils méthodologiques (conceptuels en anthropologie clinique, réflexifs et appliqués, plaidoyer qualitatif/quantitatif, etc.).

Chaque article de l’ouvrage devra être écrit de manière concise et les concepts utilisés clairement définis. Pour faciliter la compréhension de l’intérêt de l’anthropologie médicale par tous.

Les contributions doivent être :

  • des manuscrits originaux découlant des recherches sur l’anthropologie médicale;
  • des synthèses critiques sur l’anthropologie médicale ; et
  • des analyses méthodologiques sur des aspects de l’anthropologie médicale.

Conditions de soumission

Les contributions peuvent être soumises en anglais ou en français.

Les propositions de contribution (sous forme de résumé et plan de rédaction) doivent être rédigées en 350 mots maximum et soumis

au plus tard le 30 août 2013.

  • Les manuscrits doivent être soumis le 30 novembre 2013, délai de rigueur.
  • Les manuscrits originaux  devront comprendre entre 4000 et 6000 mots, et les autres types de contribution ne doivent pas dépasser 3500 mots.
  • La bibliographie est comprise dans la longueur indiquée.
  • Le format est : Times new roman, police 12, interligne 1,5.
  • Le modèle de référencement est le système vancouver.

Les auteurs doivent indiquer leur affiliation institutionnelle, adresse postale et courriel.

Les contributions sont à envoyer à : anthropologie.médicale@gmail.com oui.cassrt@gmail.com

La parution de l’ouvrage est prévue pour le 28 février 2014.

Références indicatives

  1. Foster G. Medical anthropology: some contrasts with medical sociology.  In Olesen VL. Convergences and divergences: anthropology and sociology in health care. Medical Anthropology Newsletter, vol. VI, n˚ 1, 1974.
  2. Kleinman A. Patient and healer in the context of culture, an exploration of the borderland between anthropology, medicine and psychiatry.Californoia, University of California Press, 1980.
  3. Massé R. Culture et santé publique. Les contributions de l’anthropologie à la prévention et à la promotion de la santé. Montréal, Gaëtan Morin éditeur, 1995.
  4. Boudon R. essais sur la théorie générale de la rationalité. Paris, PUF, 2007.
  5. Massé R. Les nouveaux défis pour l’anthropologie de la santé. Anthropologie et santé, Revue française d’anthropologie de la santé, vol.1 (1), 2010.http://anthropologiesante.revues.org/116

Comité éditorial

  1. Paul Nchoji Nkwi, Unversité catholique de Bamenda, Cameroun

  2. Valentin Nga Ndongo, Université de Yaoundé I, Cameroun

  3. Ngima Mawoung Godefroy, Université de Yaoundé, Cameroun

  4. Joseph Tonda, Université Omar Bongo de Libreville, Gabon

  5. Benjamin Alexandre Nkoum, Ecole des Sciences de la Santé – UCAC, Cameroun

  6. Valery Ridde, Université de Montréal, Canada

  7. Maxime Drabo, Institut Supérieur des Sciences de la Santé, Burkina Faso

  8. Olivier de Sardan,  LASDEL-Niger

  9. Hatem Marie, Université de Montréal

  10. Laurent Vidal, IRD, France – Cameroun

  11. Marie Thérèse Mengue, UCAC, Cameroun

  12. Bruno Lapikadi  Dimonfu, Université de Kinshasa, RDC

  13. Peter Geschiere, Université d’Amsterdam, Pays Bas

  14. Dedy Seri, Institut d’Ethno-sociologie, Université d’Abidjan, Côte d’Ivoire

  15. Moustapha Tamba, Université Cheikh Anta Diop, Sénégal

  16. Isaac Nyamongo, Université de Nairobi, Kenya

  17. Honoré Mimche, Université de Yaoundé II – Soa, Cameroun

  18. Ute Röschenthaler, Université de Frankfurt, Allemagne

  19. Mamadou Diawara, Université de Frankfurt, Allemagne

  20. Simo, Université de Yaoundé I, Cameroun

     

Clio – numéro “Quand la médecine fait le genre”

Quand la médecine fait le genre

007781 Clio 37/2013 

Responsables du numéro
Nicole Edelman & Florence Rochefort

Nicole Edelman, Éditorial
Jean-Baptiste Bonnard, Corps masculin et corps féminin chez les médecins grecs

Aude Fauvel, Cerveaux fous et sexes faibles (Grande-Bretagne, 1860-1900)

Ilana Löwy, Le genre du cancer

Emilia Sanabria, Hormones et reconfiguration des identités sexuelles au Brésil

Véronique Moulinié, Andropause et ménopause : la sexualité sur ordonnance

Actualité de la recherche
Sylvie Chaperon & Nahema Hanafi, Médecine et sexualité, aperçus sur une rencontre historiographique

Delphine Gardey, Comment écrire l’histoire des relations corps, genre, médecine au xxe siècle ?

Témoignage
L’anthropologue, les médecins et l’expérience transgenre. Questions posées à Laurence Hérault par Sylvie Steinberg

Varia
Dominique Cadinot, Reconfiguration des rapports de genre et discours féministe syro-américain dans l’espace transnational du second xixe siècle

Benoît Grenier & Catherine Ferland, « Quelque longue que soit l’absence » : procurations et pouvoir féminin
à Québec au xviiie siècle

Parution – L’oubli des peines. Une histoire du sommeil (1700-1850)

Guillaume Garnier, L’oubli des peines. Une histoire du sommeil (1700-1850), PUR, 2013.

Avec une préface de Frédéric Chauvaud et Michel Porret

La société française à la veille de l’industrialisation se caractérisait par une culture dominante de sommeil, très largement christianisée et vivant selon des habitudes héritées. Le lieu (chambres, garnis, dortoirs), le mobilier et les accessoires (lits, bourdalous, réveils, veilleuses), les attitudes du corps (positionnement, durée du sommeil), les rituels (prières, sujets de méditation), les vêtements (chemise de nuit, bonnet) sont des éléments partagés tout en étant des marqueurs de distinction sociale. Un aristocrate parisien ne dormait pas comme un paysan de la Gâtine poitevine, une femme dormait différemment d’un homme, un vieillard plus difficilement qu’un enfant…

1373371061

« Sommeil, repos des êtres, sommeil, toi le plus doux des dieux »

  • Le sommeil : au service de la « machine corporelle »
  • Bien dormir ou les nécessités du corps

Trouver son sommeil

  • Le sommeil : un moment conflictuel
  • Dormir : un combat de tous les instants
  • Dormir dans le respect de la foi et de la moralité

Réussir à dormir

  • Les pratiques individuelles du sommeil
  • Le sommeil communautaire

 

Parution – Les femmes du laboratoire de Marie Curie

 

Natalie Pigeard-Micault, Les femmes du laboratoire de Marie Curie, Paris, Glyphe, 2013, 298 p.

 

Livre Musee Curie femmes laboratoire NP  De 1906 à 1934, Marie Curie accueille 45 femmes étudiantes ou chercheuses dans son laboratoire. Quelles ont été leurs conditions de recherches scientifiques ? Qui étaient-elles ? A travers leur vie, leur relation avec Marie Curie, leur avenir après le laboratoire, c’est l’histoire des femmes scientifiques de la première moitié du 20eme siècle dont il est question dans cet ouvrage.

Séminaire d’épistémologie, d’histoire et de philosophie de la chimie – Chimie et médecine

Séminaire d’épistémologie, d’histoire et de philosophie de la chimie – Chimie et médecine

 

Chimie et médecine

2013-2014

organisé par François Pépin

 

CERPHI (UMR 5037), ANR Anthropos et Centre Cavaillès (CIRPHLES – USR 3308)

 

Les séances se dérouleront une fois par mois, le mercredi de 16h à 18h

au Centre Cavaillès, 29 rue d’Ulm (3ème étage), Paris, 5ème arrondissement

 

Contact : francoispepin@free.fr

 

9 octobre

Bernard Joly, (Lille 3, UMR « Savoirs, textes, langage »), Le médecin doit-il être chimiste ou mécanicien ? A propos de la thèse de  médecine du chimiste E.-F. Geoffroy en 1703

 

20 novembre

Sacha Loeve (Paris 1, CETCOPRA) et Mickael Normand (Institut des Sciences Chimiques de Rennes), A corps perdu : sur quelques reconfigurations chimiques du corps aujourd’hui

 

11 décembre

Delphine Kolesnik (ENS de Lyon), Cartésianisme et chimie. L’exemple de Regius

 

15 janvier

Stéphane Tirard (Université de Nantes, Centre Viète), La chimie dans les Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux de Claude Bernard

 

5 février

Roberta Brayner (Paris 7, Nanomaterials Team, UMR 7086), L’impact de la libération contrôlée de médicaments sur la schizophrénie (sous réserve)

 

19 mars

Jean-Pierre Llored (École Polytechnique, CREA), Chimie et écotoxicologie du point de vue d’une épistémologie expérimentale

 

9 avril

Sacha Tomic (Paris 1),  La chimie au service de la médecine légale

 

7 mai

Gilles Barroux (Collège International de Philosophie), Les médecins chimistes sont-ils des médecins comme les autres ? Quelques coups d’œil sur la présence de la chimie dans les pratiques médicales au XVIIIe siècle

 

18 juin

Pierre Girard (Lyon 3), Leonardo Di Capua et la querelle de l’enseignement de la chimie à Naples à l’Age classique

 

 

Emploi – Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société

Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société

Le réseau des jeunes chercheurs santé et société a été créé en 2003. Financé par l’Institut de recherche en santé publique, il est basé à la Maison des sciences de l’homme de Paris Nord. Le réseau propose une variété d’activités scientifiques, d’outils de communication et de formation. Il vise essentiellement à soutenir les initiatives des étudiants en master, doctorat et post-doctorat dans le champ des sciences sociales de la santé et à favoriser leur intégration professionnelle dans et hors du champ académique.

Missions

Sous l’autorité du directeur du réseau, les missions de ce poste sont les suivantes :

  • Gérer l’adhésion des nouveaux membres du réseau: accueil, information, etc. ;
  • Administrer le Site Internet :
    • Veiller au bon fonctionnement général du site et à son amélioration ;
    • Publier les annonces pertinentes ;
    • Participer à l’enrichissement des ressources du site ;
    • Diffuser la newsletter mensuelle ;
  • Coordonner l’activité générale du réseau ;
  • Initier et mettre en oeuvre des actions de professionnalisation ;
  • Appuyer les initiatives venant des membres et les aider dans l’organisation logistique en lien avec la MSH Paris Nord ;
  • Consolider les liens entre le Réseau et les institutions du champ de la recherche en santé et société ;
  • Contribuer à l’évaluation du fonctionnement du réseau.

Profil et qualités requises

  • Autonomie, capacité d’organisation, force de proposition ;
  • Doctorant-e dans le champ des sciences sociales de la santé (n’ayant pas de financement principal) ;
  • Connaissance des acteurs du champ de la recherche en sciences sociales de la santé ;
  • Une expérience dans l’animation de réunion ou de séminaire ou une expérience associative est un plus ;
  • Une connaissance de base des procédures de gestion universitaire est un plus ;
  • Bonne maîtrise des outils informatiques (Word, Excel, logiciel Word press).

Conditions d’emploi et de rémunération

  • Poste à pourvoir à partir du 1er octobre 2013
  • Contrat à durée déterminée du 1er octobre 2013 au 30 juin 2014 ;
  • Statut: chargé-e d’étude ;
  • Rémunération: environ 1000 euros nets par mois ;
  • Le poste est situé à la MSH Paris Nord : 4 rue de la Croix Faron – 93210 La Plaine Saint-Denis.

Conditions de candidature

Candidature (CV et lettre de motivation) à adresser par mail à Marc Bessin (bessin@ehess.fr) et David Michels (michels.david@gmail.com)

avant le 15 septembre 2013.

  • MSH Paris Nord – 4, rue de la Croix-Faron
    Saint-Denis, France (93)

CONTACTS

  • Marc Bessin
    courriel : bessin [at] ehess [dot] fr

 

« Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le vendredi 06 septembre 2013,http://calenda.org/258554