Parution – Malades et médecins à Saint-Malo à la veille de la Révolution

Parution – Malades et médecins à Saint-Malo à la veille de la Révolution

1374135028  Jean-Pierre Goubert, Malades et médecins à Saint-Malo à la veille de la Révolution, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 176 p.
  Saint-Malo à la veille de la Révolution connait un système médical non scientifique et inefficace mais une foi vigoureuse, des guérisseurs et des charlatans de passage. En revanche, la tentative de mettre sur pied une organisation de la santé publique démontrera à l’homme d’aujourd’hui que se déploie un effort sans précédent pour édifier un rempart contre l’adversité. Le souci novateur du « Bien public », à l’initiative des autorités et du corps médical malouins met en marche une médicalisation dont nous sommes les héritiers lointains.

 

Sommaire

Les recours premiers : foi, croyances et coutumes

  • La maladie, avertissement et châtiment divins
  • La charité et ses établissements
  • Empiriques, personnes de charité et guérisseurs
  • Charlatanerie et charlatans

UN SECOND RECOURS LA MÉDECINE SAVANTE

  • L’élite médicale malouine. Les médecins correspondants de la Société royale de médecine
  • Nombre et densité du corps médical malouin
  • La pratique libérale de la médecine
  • La pratique hospitalière
  • Les chirurgiens navigants de Saint-Malo
  • Médecins et chirurgiens des épidémies

MALADIES ET MORTALITÉ

  • La mortalité dans l’agglomération de Saint-Malo
  • La morbidité et son impact
  • Le traitement des maladies

UNE VISION MÉDICALE DE SAINT-MALO ET DU CLOS-POULET

  • Les topographies médicales, le cas de Saint-Malo et du Clos-Poulet
  • Le tableau médical de Saint-Malo
  • La critique médicale du lieu et des mœurs au nom de l’hygiène

Appel à communication – Maux écrits, mots vécus. Traitements littéraires de la maladie

Maux écrits, mots vécus. Traitements littéraires de la maladie

Appel à communications

Journée d’Études
Porto – Faculté des Lettres de L’Université de Porto
22 avril 2014

La place constante, et aux nombreuses variations, de la maladie au sein de la littérature nous invite à étudier le rapport étroit tissé de tout temps entre littérature et médecine, à nous pencher sur les œuvres pour y découvrir, voire préciser au miroir profond qu’offre la lecture, le traitement littérairedont font l’objet les maux qui ont accompagné le fil de l’histoire. Que l’on songe aux illustrations des épidémies de l’humanité dans les livres de la Bible ou aux appropriations plus récentes du thème du fléau chez Albert Camus, Gabriel García Márquez ou José Saramago, à la prégnance thématique de la tuberculose dans la littérature romantique et jusqu’à Thomas Mann, aux différentes déclinaisons de la mélancolie, de Rousseau à Kafka, aux configurations de l’épilepsie chez Dostoïevski, aux variations de la folie, des pages de Nietzche aux pièces de Thomas Bernhard, ou plus récemment des maladies chroniques, comme le cancer et le sida, d’Une mort très douce, de Simone de Beauvoir au Protocole compassionnel d’Hervé Guibert, la littérature se constitue en corps-à-corps avec la maladie dont elle transpose, traduit ou complexifie les dimensions historiques, sociales, culturelles et personnelles.
La représentation de la maladie traverse par ailleurs tout un filon d’œuvres de médecins-écrivains livrant sous différentes formes les affres de la profession, la nature des maladies et les symptômes qui les accompagnent, la relation médecin-patient… Quelles incarnations prennent ces thèmes quand ils sont brassés dans un rapport sui speciei entre art et science, vécu et fiction ?
Que la littérature se relie à la maladie en général ou à un vécu personnel en particulier, force est de reconnaître, ne serait-ce que parce que la littérature sert moins  à nommer les choses qu’à les recréer, qu’elle excède la maladie et devient autrement significative, jusqu’à s’éclairer en « Position de chair » chez Artaud, sans dissociation entre folie et raison, comme c’est le cas chez Pessoa, ou en éclatements de l’intérieur chez Henri Michaux. Y a-t-il des affinités particulières entre l’expérience de la folie et celle de l’écriture (Juan Rigoli) ou cette manière folle, selon la conceptualisation de Gérard Dessons, n’est-elle d’autre que l’énergie du langage, ce « grand constituant anthropologique » dont émane l’œuvre littéraire?
Que signifie, et surtout comment signifie l’usage des mots, de la langue et de la parole quand  langage et monde sont en relation réciproque d’invention, en relation réciproque de vie ?
Cette journée d’étude offre une occasion de réflexion et de recherche sur ces questions suivant les axes ci-dessous, que les communications pourront entrecroiser :
·         La maladie et ses représentations littéraires ;
  • Le corps écrit, la relation corps et langage ;
  • Épidémie et pandémie vues par la littérature ;
  •  Écriture et traitement de soi
  • Maladies du corps humain et du corps social
  • Médecins écrivains et médecins fictifs ;
  • Folie, langage, création.
LANGUES DES COMMUNICATIONS :
Français et portugais.

CALENDRIER :
31 janvier 2014 : date limite pour présenter des propositions de communication (20 minutes maximum) (résumé de 200 mots maximum et une brève notice biobibliographique de 15 lignes maximum escomptés).
28 février 2014: date limite pour la réponse du Comité Scientifique.
15 mars 2014 : programme définitif.

ORGANISATION :
Maria João Reynaud (Un. Porto)
Maria de Fátima Outeirinho (Un. Porto)
José Domingues de Almeida (Un. Porto)
Maria de Jesus Cabral (Un. Coimbra)

COMITÉ SCIENTIFIQUE :
Maria de Jesus Cabral (Un. Coimbra)
Gérard Danou (Un. Paris Diderot)
Gérard Dessons (Un. Paris 8)
Pierre Zaoui (Un. Paris Diderot)
Isabel Fernandes (Un. Lisboa)
Maria João Reynaud (Un. Porto)
Maria de Fátima Outeirinho (Un. Porto)
José Domingues de Almeida (Un. Porto)

Envoi des propositions de communications :
Toutes les propositions de communication seront soumises à l’évaluation du Comité Scientifique. Prière d’indiquer l(es) axe(s) de travail retenu(s). Les communications admises ne dépasseront pas 20 minutes.
Afin de soumettre votre proposition de communication, sous forme d’un résumé de 200 mots accompagné d’un court CV, prière de nous joindre uniquement sur le courriel suivant :mauxecrits@letras.up.pt

Inscription : 50,00 € (à acquitter sur place).

LIENS

Post-doctorat – Visual Representations of the Third Plague Pandemic

European Research Council funded project

Visual Representations of the Third Plague Pandemic

Based at CRASSH

Salary Range: £27,854 – £36,298

 

Vacancy Reference  VM01734  Deadline: 12pm midday on 21 October 2013

 

CRASSH (The Centre for Research in the Arts, Social Sciences and Humanities), with funding provided by the European Research Council, is sponsoring a project entitled Visual Representations of the Third Plague Pandemic. The project, led by Dr Christos Lynteris (PI), will run from 1 October 2013 to 30 September 2018. The project team will consist of three postdoctoral research associates who will work independently and in collaboration with each other and the director of the project. Each of the three posts will be held for 4 years, starting 1 May 2014 to 30 April 2018.

 

The three posts available (by region) are:

 

1) South Asia – key areas: India and Pakistan; secondary areas: Myanmar (Burma).

 

2) Africa – key areas: South Africa, Senegal, Egypt, Madagascar, Algeria; secondary areas: Nigeria, Tunisia

 

3) North and South America – key areas, Argentina, Brazil, California (USA), Hawaii (USA); secondary areas: Ecuador, Peru, Paraguay, Portugal

 

Applicants should apply for one of the three posts only. Applications are encouraged with regard to any relevant field of studies, including medical history, visual history, medical anthropology, visual anthropology, visual studies and regional studies. Applicants who can demonstrate experience in a) medical historical/anthropological research on plague; and/or b) medical historical/anthropological research on the visual representation of epidemic disease, are also encouraged to apply regardless of regional research experience for any one of the three posts.

 

Overall Project Description The project will collect and analyse primarily photographs as well as other visual documents of the third plague pandemic, which broke out in 1855 in Southwest China and raged across the globe until 1959, causing the death of approximately 12 million people. The aim of the project is to engage in a historical and anthropological analysis of this unprecedented global network of epidemiological photography, underlining its role in the negotiation of geopolitical, colonial and biopolitical relations at the turn of the twentieth century. While investigating the visual record of plague in their respective regions, researchers will engage in a collaborative and interdisciplinary analysis of the entangled history of the visual representation of the third plague pandemic, taking as a common analytical ground four different but vitally interlinked aspects of the visual representation of the pandemic: a) the built environment; b) civil disturbance and public order; c) death, corpses and burial; d) race, class and discrimination.

 

Job Description Each of the three postdoctoral research associates will cover one regional cluster afflicted by the third plague pandemic. Applicants should apply for one of the three posts. Each research associate will be expected to conduct research on the visual representations of the third plague pandemic in the appointed region through an examination of relevant published and archival sources. In collaboration with Dr Lynteris, each research associate will organise a workshop exploring one of the key themes of the project. All research associates are expected to participate in weekly work-in-progress seminars relating to the project and to provide the PI with regular work reports. An annual research allowance per research associate will be made available.

 

http://www.crassh.cam.ac.uk/page/1228/vm01734-plague.htm

Licence ouverte – Medic@ et Banque d’images et portraits BIU Santé

Désormais, la grande majorité des documents qui sont diffusés dans la bibliothèque numérique Medic@ (http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica.htm) et dans la Banque d’images et de portraits de la BIU Santé (http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/images.htm) sont placés sous Licence ouverte.

 

Il s’agit de tous les documents du domaine public appartenant à la BIU Santé, au Musée de l’Ecole vétérinaire de Maisons Alfort et au Musée de l’AP-HP (soit approximativement 2,8 millions de pages sur 3,1 millions dans Medic@ , et 140 000 images sur 150 000 dans la Banque d’images et de portraits).

 

Pratiquement, cela signifie que tous les documents marqués de l’icône  peuvent être réutilisés gratuitement, sans autorisation supplémentaire, pour tout usage y compris commercial. La seule condition à la réutilisation est la mention de la provenance du document, soit en faisant figurer le nom de l’institution qui le possède, soit en créant un lien hypertexte vers la notice du document. C’est un minimum, mais il n’est pas interdit (et il est recommandé) d’être plus précis et d’accompagner l’image des informations qui la décrivent: références bibliographiques, légende, etc.

 

Les documents qui ne sont pas sous Licence ouverte sont des documents qui n’appartiennent pas au domaine public, ou que les institutions qui les ont fournis pour mise en ligne n’ont pas souhaité placer sous cette licence.

 

La gratuité ne concerne que les images diffusées , pas les images de haute définition. Celles-ci sont fournies pour un prix qui nous semble modéré, et sont réutilisables sous Licence ouverte. Sur ce point comme sur les autres, vos commentaires sont les bienvenus!

 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce billet sur notre blog : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/biu-sante-adopte-licence-ouverte-etalab/

Parution – The One-Sex Body on Trial: The Classical and Early Modern Evidence

Parution – The One-Sex Body on Trial: The Classical and Early Modern Evidence

9781409463351  Helen King (dir.), The One-Sex Body on Trial: The Classical and Early Modern Evidence, Ashgate, 2013, 286 p.

 By far the most influential work on the history of the body, across a wide range of academic disciplines, remains that of Thomas Laqueur. This book puts on trial the one-sex/two-sex model of Laqueur’s Making Sex: Body and Gender from the Greeks to Freud through a detailed exploration of the ways in which two classical stories of sexual difference were told, retold and remade from the mid-sixteenth to the nineteenth century.
 Agnodike, the ‘first midwife’ who disguises herself as a man and then exposes herself to her potential patients, and Phaethousa, who grows a beard after her husband leaves her, are stories from the ancient world that resonated in the early modern period in particular. Tracing the reception of these tales shows how they provided continuity despite considerable change in medicine, being the common property of those on different sides of professional disputes about women’s roles in both medicine and midwifery. The study reveals how different genres used these stories, changing their characters and plots, but always invoking the authority of the classics in discussions of sexual identity. The study raises important questions about the nature of medical knowledge, the relationship between texts and observation, and the understanding of sexual difference in the early modern world beyond the one-sex model.

Appel à contribution – Corps et désordre dans le monde arabe

Appel à contribution – Corps et désordre dans le monde arabe

Le colloque abordera la question des représentations du corps physique dans le monde arabe, en lien avec la notion de désordre envisagée comme élément porteur d’un nouvel ordre. Dans cette perspective, la réflexion sera centrée sur les effets d’écart, de rupture et d’évolution que suscite la corporéité dans les différents domaines de l’existence individuelle et sociale arabe, permettant la rencontre des approches historiques, sociologiques, artistiques, littéraires, etc.

 La recherche consacre peu de place à la question du corps dans les sociétés arabes anciennes et actuelles. Les travaux qui abordent le sujet sont largement dominés par les thématiques de la séparation des sexes  et du statut fait aux femmes. La question du voile a  ainsi suscité nombre d’ouvrages plus ou moins originaux ; les études liées au genre ont mis en avant de nouveaux modes de positionnement des femmes dans la sphère publique contemporaine, comme par exemple l’émergence de nombreuses écrivaines dans le champ culturel arabe actuel. Le nombre de ces travaux reste cependant limité et, pour prendre l’exemple des études littéraires, une compilation récente des publications portant sur le corps dans la littérature moderne* ne recense en tout et pour tout que 4 ouvrages et 2 thèses très soutenues très récemment (2011 et 2013). Pourtant, ces dernières années, la thématique du corps et de son implication sociale est devenue, un sujet récurrent dans les écrits de fiction publiés en arabe. Le corps paraît constituer un objet d’étude fécond et novateur pour la recherche arabisante actuelle, tant dans le domaine littéraire que dans d’autres disciplines scientifiques.

La réflexion que nous souhaitons initier s’inscrit dans le projet Dire, écrire, inscrire le désordre qui aborde la notion de désordre comme une remise en cause, une rupture ou un dysfonctionnement de l’ordre dominant. Il constitue un facteur d’évolution, en ce sens qu’il porte en lui les germes d’un nouvel ordre et d’un nouveau consensus. Ce thème de recherche a donné lieu à une première rencontre en janvier 2013 sur leRécit du désordre et reconnaissance identitaire dans la Sîrat Banû Hilâl. Le deuxième volet de ce projet porte sur la représentation du corps dans la culture arabe. Il envisage le corps physique comme objet d’étude, corps physique qui s’impose dans l’espace individuel et collectif comme une réalité propre, susceptible d’être étudiée d’un point de vue pluridisciplinaire. Il permet ainsi le recoupement des approches historiques, sociologiques, artistiques, littéraires, etc.

Dans cette entreprise, l’accent sera mis sur les effets d’écart, de rupture et d’évolution que suscite la présence physique des corps dans les différents domaines de l’existence individuelle et sociale et les travaux contribueront à la connaissance des représentations et de la construction sociale du corps physique dans le monde arabe.

Pourront être abordées les thématiques suivantes (sans limitation de période) :

Imaginaires du corps

  • l’iconographie du corps
  • les mots du corps
  • le corps  littéraire
  • le corps physiologique
  • tératologie du corps

L’ailleurs du corps

  • le corps mystique
  • le corps exilé
  • le corps absent

Le corps facteur de rupture sociale

  • le corps dans l’écriture de l’Histoire
  • le corps source de désordre, facteur d’unité
  • le corps idéal
  • etc

Conditions de soumission

Date limite de renvoi des propositions : 1er novembre 2013

à Elisabeth Vauthier (elisabeth.vauthier@uhb.fr)
Université de Rennes 2
Place du Recteur Henri Le Moal
35000 Rennes – France

Langues de travail : français, arabe, anglais.

Elles comporteront :

  • le titre de la communication
  • un résumé de 15 à 20 lignes
  • les données permettant l’identification exacte de l’auteur :

nom et prénom

    • appartenance institutionnelle et fonction
    • adresse professionnelle
    • numéro de téléphone
    • adresse électronique

Droits d’inscription : 30 euros.

Comité scientifique

  • François CLEMENT (Université de Nantes, CRHIA)
  • Miloud GHARRAFI (Université de Toulouse 2, LASIMA)
  • Xavier LUFFIN (Université Libre de Bruxelles)
  • Mustapha RAMDANI (Université d’Oujda, L.G.C.I.T.C)
  • Henri-Hassan SAHLOUL (Université Lyon 3, I.E.T.T.)
  • Elisabeth VAUTHIER (Université Rennes 2, LASIMA)

Eléments de bibliographie

  • Judith BUTLER, Ces corps qui comptent, De la matérialité et des limites discursives du « sexe », Paris, 2009 (éd. amér. 1993).
  • Alain CORBIN, Jean-Jacques COURTINE et Georges VIGARELLO, Histoire du corps, Paris, (3 tomes), 2005-2006.
  • Christine DETREZ, La construction sociale du corps, Paris, 2002.
  • Claude FINZ, Les imaginaires du corps, Paris, (2 tomes), 2000-2002.
  • Michel FOUCAULT, La volonté de savoir, histoire de la sexualité, Paris, (3 tomes), 1976-1984.
  • Roger ALLEN, Hilary KILKPATRICK et de MOOR, Love and Sexuality in Modern Arabic Literature,  Londres, 1995.
  • Azouz BEGAG et Abdellatif CHAOUITE, Ecarts d’identité, Paris, 1990.
  • Martina CENSI, Les représentations du corps dans le roman des écrivaines syriennes contemporaines, thèse INALCO-Ca’Foscari, 2013.
  • Malek CHEBEL, Le corps en islam, Paris, 1984.
  • « Sexualité, pouvoir et problématique du sujet de l’islam », Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 49-65.
  • Mûnâ FAYYÄD, Fahh al-jasad : tajalliyât, nazawât wa-asrâr, Le Caire, 2000.
  • Mai GHOUSSOUB et Emma SINCLAIR WEBB, Imagined Masculinities : Male Identity and Culture in the Modern Middle East, Londres, 2000.
  • Nomen GMACH, La médiation du signe, les lieux du corps : une contemporanéitémaghrébine, thèse Paris 1, 2010.
  • Fatima HOUSSAINI ARRAICHI, L’image du corps dans le roman marocain contemporain, thèse Paris 4, 1998.
  • Abdelkabir KHATIBI, Le corps oriental, Paris2002.
  • Fu’ad I. KHOURI, The Body in Islamic Culture, Londres, 2001.
  • Marc KOBER et Khalid ZEKRI, Récits du corps au Maroc et au Japon, Paris, 2011.
  • Abderrahim LAMCHICHE,  « Eros et sacré, Société, religion et éthique sexuelle »,dans Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 11-23.
  • Fadwâ MALTI-DOUGLAS, Woman’s body, Woman’s Word : Gender and Discourse in Arab-Islamic Discourse, 1991.
  • Mahmud SA’ÏD, Luġat al-ğasad f al-adab, Yūsuf Idrῑss namūḏağan, LeCaire2009.
  • Traki BOUCHRARA-ZANNAD, Les lieux du corps en Islam, Paris, 1994.
  • Borhane ERRAIS et Mohamed BEN LARBI, Les Maghrébins et la culture du corps,Nice, 1986.
  • ZEMMOUR Zine-Eddine, « Jeune fille, famille et virginité, Approche anthropologique de la tradition », Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 67-78.
  • Le corps maghrébin dans tous ses états, Revue CELFAAN, vol. 4, n°1-2 , automne 2005.

Séminaire – Racisme et eugénisme dans l’aire anglophone

Racisme et eugénisme dans l’aire anglophone (2013-2014)

Séminaire du groupe de recherche sur l’eugénisme et le racisme

Pour sa seizième année, le séminaire continue d’analyser la thématique de la biologisation des rapports sociaux dans l’aire anglophone : Grande-Bretagne, Etats-Unis, Australie, Afrique du Sud, sous-continent indien. Cette thématique recouvre les questions du racisme, de l’eugénisme, de la diversité ethnique et de l’altérité.

11 octobre 2013

  • Thierry Vircoulon (directeur du projet Afrique centrale à l’International Crisis Group, chercheur associé à l’IFRI) : Les relations raciales dans l’œuvre africaine de Doris Lessing.

25 octobre 2013

  • Pierre-Olivier Sabalot (doctorant, université d’Aix-Marseille) : La tentation eugéniste dans l’Afrique du Sud des Afrikaners

8 novembre 2013

  • Christine Larrazet (Maître de conférences à l’université Bordeaux Segalen), chercheuse au centre Émile Durkheim (UMR CNRS 5116) : l’évolution de la visibilité des citoyens noirs dans Time.

22 novembre 2013

  • Stéphane Porion (Maître de conférences à l’université François Rabelais, Tours) : Anatomie du BNP : ‘Same Old Racist Thuggery’ ? 2009-2014

29 novembre 2013

  • Aurélie Godet (Maître de conférences à l’université Paris Diderot) : Biopolitics Made Palatable: Lessons from the Obama White House Kitchen Garden

6 décembre 2013

  • Marie-Claude Barbier (Maître de conférences honoraire à l’ENS Cachan) : Baden Powell,  de la guerre des Boers au scoutisme

10 janvier 2014

  • Claire Kaczmarek (Maître de conférences à l’université d’Artois) : Alexander Duff (1806-1878) , missionnaire écossais en Inde : mission, éducation et système de castes

17 janvier 2014

  • Vislasnee Tampoe-Hautin (Maître de conférences à l’université de La Réunion) :What’s in a Name? Aryens et Dravidiens dans la construction d’un cinéma « indigène » au Sri Lanka (1947-1967)

31 janvier 2014

  • Bénédicte Deschamps (Maître de conférences à l’université Paris Diderot) :Equality Before the Law? Les immigrés italiens face à la justice étasunienne à la fin du XIXe siècle

7 février 2014

  • Martine Piquet (Professeure à l’université Paris-Dauphine) : le sort réservé aux “ennemis de l’intérieur” en Australie et Nouvelle-Zélande pendant la Grande Guerre

21 février 2014

  • Stéphanie Prévost (Maître de conférences à l’université Paris Diderot) : La redécouverte des Touraniens par le Royaume-Uni au XIXe siècle, ou les prémisses d’un problème

7 mars 2014

  • Neil Davie (Professeur à l’université Lyon Lumière) : The Back-door to Eugenics Still Open?: Biology, Crime and the Law: Recent and Future Trends Considered

14 mars 2014

  • Lawrence Aje (Maître de conférences à l’université de Montpellier) : De la marge à la marge : l’intégration socio-raciale des libres de couleur de Charleston, Caroline du Sud, 1790-1865

21 avril 2014

  • Janie Mortier (Maître de conférences honoraire à l’université Paris 13) : Josiah Wedgwood : un sioniste passionné

23 mai 2014

  • Nada Afiouni (Maître de conférences à l’université du Havre) : multiculturalisme et fin de vie

6 juin 2014

  • Emmanuelle Souillac (enseignante à l’université de Cergy-Pontoise) : Éducation et art aborigènes

13 juin 2014

  • Marine Le Puloch (Maître de conférences à l’université Paris Diderot) : La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

Appel à communications – Immersions et modifications du corps marin : Une anthropologie écologique

COLLOQUE ORGANISÉ PAR L’UMR  CNRS 6578 ADES : anthroplogie bioculturelle

L’Université de la Méditerranée Aix-Marseille II

 

 

 

LES 19 ET 20 JUIN 2014 À MARSEILLE

APPEL À COMMUNICATIONS

 

IMMERSIONS ET MODIFICATIONS DU CORPS MARIN :

Une anthropologie écologique

 

L’Homme occidental entretien un rapport ambivalent avec le milieu marin, fait « d’attractions fortes et de répulsions tout aussi intenses qui mêlent, dans les images toujours manipulées, le passé et le présent. » (Cabantous, Lespagnol, Péron, 2005 : 10). Entre amour et haine, souffrance et plaisir, nombres de mythologies, d’artistes, d’écrivains ont mis en scène cette ambiguïté, notamment à travers des récits de corps humain subissant, au contact de la mer, des mutations plus ou moins repoussantes. En ces « lieux de tous les croisements hors nature » (Cabantous, 392) où les femmes et hommes poissons, « altérations monstrueuses » (op.cit., 393), côtoient nombre de créatures imaginaires, les corps, au contact de la mer, sont l’objet de modifications fantasmées ou bien réelles.

Ce colloque invite chercheurs, praticiens et acteurs du monde maritime à interroger les usages de la mer sous l’angle de l’immersion et des modifications du corps dans ce milieu naturel. Le dialogue se veut ouvert entre sciences humaines, sciences médicales et personnes de terrain, l’objectif premier étant de mettre en commun les connaissances sur le corps immergé et modifié par le milieu marin. Le second objectif est de s’interroger sur la notion de culture commune aux gens de mer, entendue ici au sens large, au prisme du corps.

À la suite d’une introduction recontextualisant l’histoire des immersions, des croyances et des savoirs médicaux liés au milieu marin, trois thématiques seront abordées.

La première porte sur le travail du corps dans les métiers de la mer : marins pêcheurs, marine marchande, marine nationale, sauvetage côtier, plongeur sauveteur, plongeurs industriels, moniteur de surf, de plongée, etc.., et dans les activités de loisirs en mer où le corps est régulièrement en immersion.

Trois points seront développés : les savoir-faire du corps, les modes de transmission de ces savoir-faire et les dispositions sensibles mobilisées lors du travail en mer. Quels savoir-faire corporels sont employés lors des périodes en mer et comment se transmettent-ils ? Est-ce de manière formelle ou bien informelle ? Est-ce une transmission traditionnelle (Sayeux, 2006, 2008, 2010) basée sur le « frayage » (Delbos, Jorion, 1990), dont la pierre angulaire est un système d’essai/erreur/recadrage ou sommes nous devant d’autres formes de transmission ? Si côtoyer la mer au quotidien élargit la « carte des sens » (Howes, 1990, p.101, Andrieu, 2010 : 140-141, Sayeux, 2013), dès lors, quels sont les « sens de la mer » et comment peuvent se transmettre ces savoir-faire sensibles ?

Cette première partie nous amènera à examiner en seconde part les modifications corporelles et les pathologies reliées à cet environnement marin. Pour cela, il sera fait appel au corps médical à travers ses observations et ses savoirs liés à ce milieu naturel. En effet, outre les risques de noyade, le travail en mer engendre certaines pathologies. Chez les marins pêcheurs par exemple, la médecine du travail (Geraut, 1995 : 251) a observé des ulcérations de la peau comme suite à des blessures cicatrisant mal à cause du chlorure de sodium. Chez les plongeurs professionnels ou non, des atteintes de l’oreille interne moyenne et du système vestibulaire, des sinus et des dents sont présentes, tout comme des surpressions pulmonaires ou encore des atteintes digestives. Ce regard médical sera croisé à celui des femmes et des hommes qui vivent la mer au quotidien, témoignant « des dimensions sensibles de l’expérience » (Bromberger, 2004 : 119) à travers le corps vécu. Ce dialogue entre professions médicales et personnes pratiquant régulièrement la mer interrogera les observations et diagnostics des deux parties afin d’expliciter les représentations des modifications corporelles dues au milieu marin.

Enfin, l’écologie du corps marin élargira la discussion aux représentations actuelles de la mer en occident, notamment « l’identification » (Descola, 2005 : 169) avec cet environnement. La morphologie d’une vague, pour les surfeurs par exemple, a une chevelure, une lèvre, une épaule, un ventre (Sayeux, 2010). Ils ne sont pas les premiers à mettre en place des systèmes de correspondance entre nature et corps, Geneviève Delbos le relevait déjà en 1983 à propos des paludiers : « Lorsqu’il parle de son marais, le paludier se place dans cette perspective où « le vivant parle au vivant». » (1983 : 39). Cependant qu’en est-il si l’on déplace le point de vue, et que l’on questionne ce que l’on pourrait nommer « l’enmaritimement » du corps : ces transformations que l’élément marin lui fait subir à l’exemple de l’exostose du conduit auditif chez les plongeurs et les surfeurs ? Existe-t-il alors un renversement, un « naturomorphisme » où, pour ces personnes, le corps s’hybriderait avec la mer ?

Le colloque se conclura autour de cette question : Appartenir aux gens de mer, appartenir à la mer : un corps marin pour une culture commune ?

 

 

PLAN DES DEUX JOURNÉES :

Ouverture : Monsieur Michel Signoli Directeur de l’UMR ADES 6578

 

I. Travail du corps en mer (B.Andrieu/A.S.Sayeux) :

  • Savoir-faire du corps : à quels savoir-faire corporels font appel les gens de mer ?
  • Transmission par corps : comment ces savoir-faire corporels se transmettent-ils ?
  • Sens de la mer : en côtoyant la mer au quotidien, quelle «  carte sensorielle » se développe, notamment dans la connaissance de l’élément marin même ?

II. Modifications corporelles et pathologie dues au milieu marin (Anne Sophie Sayeux)

  • Observations, représentations et savoirs médicaux.
  • Corps vécu : les « dimensions sensibles de l’expérience » (Bromberger, 2004 : 119) du corps marin.
  • Systèmes de correspondance corps/ nature.

III. Écologie du corps marin  (B. Andrieu)

  • Boire l’eau de mer (d’Alaim Bombard à la Désalination).
  • Maisons sous la mer (de Cousteau à Jacques Rougerie).
  • Les vertus thérapeutiques de l’eau de mer (de l’immersion prescrite aux algues marines).

 

Conclusion

  • Appartenir à la mer, appartenir aux gens de mer : un corps marin et une culture commune ?

 

 

 

Supports bibliographiques :

Léviathan (Castaing-Taylor, Paravel, 2013)

Andrieu, Bernard, Bien dans l’eau, vers l’immersion, Biarritz, Atlantica, 2010.

Bromberger, Christian, Les pratiques et les spectacles sportifs au miroir de l’ethnologie,  in Dispositions pratiques sportives. Débats actuels en sociologie du sport, Paris, l’Harmattan, 2004, pp. 115-128.

Geraut, Christian (dir.), médecine du travail, l’essentiel des pathologies professionnelles, Paris, Ellipses, 1995.

Howes, David, Les techniques des sens, Anthropologie et Société, vol.14, n°2, p. 99-115, 1990.

Jorion, Paul, Delbos, Gennevieve, La transmission des savoirs, Paris, MSH collection Ethnologie de la France, 1990.

Sayeux, A.S., La valeur sensation : le cas du surf. Ethique du sport, in B.Andrieu (dir), Paris, Edition l’Age d’Homme, 2013.

Sayeux, A.S., Quand l’innovation est dans la tradition, Créativité et innovation dans les loisirs sportifs de nature, in J.Corneloup, P.Mao (dir.), Editions du Fournel, 2010.

Sayeux, A.S., (2008), Surfeurs, l’être au monde. Une analyse socio-anthropologique, Rennes, PUF.

Sayeux, A-S, Bodin, D., (2006), De l’école buissonnière à l’enseignement : comment s’apprend le surf ? in L. Robène, Y. Léziart (dir.) L’homme en mouvement, Histoire et anthropologie des techniques sportives. Volume 1. Techniques sportives et société. Paris, Chiron, vol.1, pp. 493-507.

 

SOUMISSION DES COMMUNICATIONS / CALENDRIER

  • Les propositions de communication se feront sous forme d’un résumé de 2 000 signes maximum (fichier word enregistré sous cette forme : IMCM.NOM.doc) et de cinq mots clefs, accompagnés d’un CV et d’une courte présentation de l’auteur, par voie électronique avant le 02 décembre 2013 à :

Sayeux.annesophie@gmail.com

ET

Bandrieu59@orange.fr

  • Les réponses seront transmises début janvier 2014
  • Le texte complet des communications (entre 30 000 et 35 000 signes maximum, espaces et bibliographie comprise) devra être envoyé au plus tard le 24 mars 2014.

 

Colloque – From Moral Treatment to Psychological Therapies: Psychotherapeutics from the York Retreat to the Present Day

From Moral Treatment to Psychological Therapies: Psychotherapeutics from the York Retreat to the Present Day

University College London, 11th-13th October 2013

Conference Programme

Friday 11th October

10.30 Registration opens, Old Refectory, UCL Main Building
11.00-11.30 Welcome address

11.30-12.30 18th and 19th Centuries

Edward Brown (Independent scholar) François Leuret:  Nineteenth Century Psychotherapist

Sharlene Walbaum (Quinnipian University, Connecticut) Moral Therapies Before the York Retreat: Work and Therapeutics in 18th C English and Scottish Asylums’

Andrea Korenjak (Paris-Lodron-University, Salzburg) Music and “Moral Treatment”: Music as Therapeutic Medium in the 19th Century as Reflected in Present-Day Music Therapy Concepts

Lunch 12.30-14.00

14.00-15.00 Late 19th Century

Sarah Chaney (University College London) The Action of the Imagination: Daniel Hack Tuke and Late Victorian Psychotherapeutics

Thibaud Trochu (University of Paris Panthéon-Sorbonne) Lourdes’s ‘miraculous’ healings as viewed by a protestant scientis

C. Bartolucci and G.P Lombardo (University of Rome Sapienza) The renewal in the diagnosis and treatment of the abnormal subjects according to Enrico Morselli (1852-1929)

15.00-15.30 coffee break

15.30-16.30 Early-Mid 20th Century
Monika Ankele (University Clinic Hamburg-Eppendorf) Occupational Therapy in Germany during the Weimar Period (1918-1933)

David Freis (European University Institute, Florence) Subordination, Authority, Psychotherapy: Mental Hygiene and Politics in Interwar Vienna

Simon Taylor (Columbia University New York) Between Philosophy and Psychotherapeutics: Existential Analysis and the Birth of Anxiety

16.30-17.10 Psychiatry in the ‘60s and ‘70s

Peter Agulnik, Craig Fees, David Kennard, David Millard, & John Hall (British Psychological Society)

Harnessing personal experience in understanding the development of therapeutic communities and environments: an Oxford case history

Kateřina Lišková (Masaryk University, Brno, Czech Republic)
Everything for the Couple: Sex Therapy in Czechoslovakia during Normalization


Saturday 12th October

11.00-12.00 Psychotherapy and Psychoanalysis

Susan Lamb (McGill University) Importing, Appropriating, and Condemning Psychoanalysis: Adolf Meyer’s Use of Psychotherapy and Psychoanalytic Technique at Johns Hopkins, 1913-1917

Arthur Eaton (University College London)Undercurrents: the history of lay psycho-analysis in the USA

Dee McQuillan (University College London) Bringing Psychoanalysis to Bloomsbury: Strachey and the Translation of Freud into English.

12.00-13.30 lunch

13.30-14.30 Art Therapies

Susan Hogan History of Art Therapy

Imogen Wiltshire (University of Birmingham) On the Historical Origins of British Art Therapy: Arthur Segal, Painting and German Modernism

Cristina Hanganu-Bresch (University of the Sciences, Philadelphia) The Proof is in the Brush-Stroke: Diagnosing and Treating Psychiatric Patients through Art

14.30-15.30 coffee break

15.30-16.30 Transcultural Contexts

Nancy Rose Hunt (University of Michigan) Neurasthenia and Vernacular Therapies the Colonial Situation of the Congo

Yu-Chuan Wu (Fu-Jen Catholic University, Taiwan) Psychotherapy at Home: Morita Therapy for Neurotic Disposition in Japan, 1919-1945

Roland Littlewood (University College London) Anthropological Approaches and Transcultural Psychiatry

Sunday 13th October

11.00-12.00 New Paradigms in Modern Psychotherapy

Sonu Shamdasani (University College London) Notes on Wellbeing in 20th Century Psychotherapy

Felicity Callard (University of Durham) Behavioural Therapy and the Calibration of Anxiety

Rachel Rosner (Independent Scholar) To Manualize Psychotherapy: Aaron T. Beck and the Creation of the Manualized Treatment Protocol

12.00.-13.30 lunch

13.30-14.30 Hallucinogens and Psychotherapy

Matei Iagher (University College London) Ronald Sandison and the Use of LSD in Psychotherapy

Jelena Martinovic (University of Lausanne) Bootstrappers Seeking to Understand Creativity: Experimental Science, Psychiatry and Cybernetics (1960-1970)

Sarah Marks Stanislav Grof and LSD Psychotherapy

14.30-15.00 coffee break

15.00-16.00 Concepts and Debates in Modern Psychotherapy

Stephanie Pache (University of Lausanne) Feminist Therapy: How Feminism Shapes Psychotherapy

Ulrich Koch (Johns Hopkins University) Cruel to be kind? The politics of professionalism and the controversies over therapists’ displays of emotions in the consulting room (ca. 1940-1980)

Andreas Sommer (University of Cambridge) Discarnate Spirits as Pathogens and Cure in Modern Western Psychiatry

16.00 Conference End

Séminaire d’histoire de la médecine et des savoirs sur le corps

Séminaire d’histoire de la médecine et des savoirs sur le corps organisé par Rafael Mandressi

Séminaire du Centre Alexandre Koyré

2e et 4e lundis du mois de 19 h à 21 h à l’EHESS
(105 bd Raspail, salle 4)

L’ histoire de la médecine peut être envisagée sous des aspects très variés, que ce séminaire a pour vocation d’intégrer : des doctrines aux institutions, des textes aux objets, de la formation des savoirs à leurs multiples usages, de l’enseignement de la médecine aux enjeux de l’expertise, de l’identité professionnelle des médecins aux pratiques de santé. Aussi vise-t-on une histoire intellectuelle, sociale et politique des cultures médicales. Cela engage la saisie des modes d’existence historique des opérations d’investissement du corps en tant qu’objet de science, ainsi que la place de la médecine dans le système des savoirs, quelle que soit l’époque considérée. Dans cette perspective, on s’intéressera prioritairement cette année aux relations entre médecine et anthropologie dans la longue durée.

Ce séminaire s’adresse aussi bien aux étudiants de Master qu’aux doctorants et post-doctorants.

Programme 2013-2014

04/11/13. Rafael MANDRESSI. La médecine et les médecins, objets d’histoire. 

18/11/13. Rafael MANDRESSI. Le discours médical sur l’homme dans la première modernité. 

02/12/13. Silvia SEBASTIANI (EHESS). Historiciser les frontières de l’humain : orang-outan et races humaines dans le débat des Lumières écossaises. 

06/12/13. Simone DE ANGELIS (Université de Graz). Genèse et configuration de l’anthropologie aux XVIe et XVIIe siècles. 
** (Séance commune avec le séminaire « Histoire des sciences de l’homme et de la société », Centre Alexandre-Koyré : 27 rue Damesme, Paris 13e, 5e étage ; horaire : 14h-16h) **.

20/01/14. Rafael MANDRESSI. L’« âme des brutes » : cerveau, sensibilité animale et anatomie comparée (XVIIe-XIXe siècle). 

03/02/14. Wolf FEUERHAHN (CNRS, Centre Alexandre-Koyré). « L’anthropologie médicale » : émergence et signification d’un label. 

17/02/14. Raphaële ANDRAULT (ENS Lyon, Institut d’Histoire de la Pensée Classique). L’homme machine : lectures cartésiennes de l’anatomie. 

03/03/14. Claude BLANCKAERT (CNRS, Centre Alexandre-Koyré). Médecine et anthropologie au XIXe siècle: les équivoques d’un modèle historiographique. 

17/03/14. Rafael MANDRESSI. La circulation du sang: une histoire politique. 

07/04/14. Rafael MANDRESSI. L’identité du défunt : le visage dans les représentations du cadavre. 

05/05/14. Rafael MANDRESSI. Méphitisme, cimetières et politiques sanitaires en France au XVIIIe siècle. 

19/05/14. Rafael MANDRESSI. Pour une histoire de la description savante du corps.

 

séminaire Histoire de la médecine Centre Koyré 13-14

Soutenance de thèse – Sapientia contemptrix doloris : le corps souffrant dans l’œuvre philosophique de Sénèque

Soutenance de thèse – Sapientia contemptrix doloris : le corps souffrant dans l’œuvre philosophique de Sénèque

Jean-Christophe COURTIL a l’honneur et le grand plaisir

de vous inviter à la soutenance de sa thèse intitulée

Sapientia contemptrix doloris :
le corps souffrant dans l’œuvre philosophique de Sénèque

le vendredi 25 octobre 2013 à 14h

en salle du château de l’Université Toulouse II-Le Mirail.

Thèse dirigée par Madame Mireille ARMISEN-MARCHETTI
(Université Toulouse II-Le Mirail)

devant un jury composé de Mesdames et Messieurs

Mireille ARMISEN-MARCHETTI (Université Toulouse II)
Jean-Pierre AYGON (Université Toulouse II)
Marie-Hélène GARELLI (Université Toulouse II)
Frédéric LE BLAY (Université de Nantes)
Carlos LÉVY (Université Paris IV)
Philippe MUDRY (Université de Lausanne).

La soutenance sera suivie d’un pot de thèse.
Merci de me faire part de votre présence
(courtil.jean-christophe@orange.fr).

Résumé de thèse

Sénèque respecte scrupuleusement l’orthodoxie stoïcienne en affirmant à plusieurs reprises que la santé physique, en tant qu’« indifférent » moral, ne doit en aucun cas être un objet d’attention. Toutefois, parallèlement à ces considérations, il compose une œuvre dans laquelle la souffrance physique occupe une place considérable. La présente étude, à travers l’examen des théories et des représentations du dolor physique dans l’œuvre philosophique de Sénèque, se propose de résoudre ce paradoxe apparent et de déterminer précisément les fonctions d’un tel emploi. Dans un premier moment, après avoir défini la notion de dolor physique et établi une typologie précise, nous démontrons l’omniprésence du motif du corps souffrant et en dégageons les raisons externes, qu’elles soient socio-anthropologiques et culturelles, politiques, littéraires et même personnelles. Dans un deuxième temps, nous étudions la dimension médicale des représentations de la souffrance, afin de définir chez le philosophe le niveau de sa connaissance des auteurs spécialisés et l’origine possible des théories pathologiques et thérapeutiques qui affleurent dans son œuvre. Dans un troisième temps, nous envisageons le dolor physique au sein de la pensée philosophique de Sénèque. Nous nous employons à démontrer que le dolor physique possède une fonction éthique de premier ordre et que Sénèque ne se limite à présenter des éléments dogmatiques, mais développe également une série d’exercices pratiques permettant de sortir vainqueur du combat contre la douleur physique.

Séminaire Centre Koyré – Histoire des Sciences de l’homme et de la société

SEMINAIRE

« Histoire des Sciences de l’homme et de la société »

2013-2014

 

Centre Alexandre Koyré

(27, rue Damesme, 5ème  étage, 75013 Paris, métro Tolbiac)

Vendredi de 14 à 16 heures

 

Responsables :

Jacqueline Carroy – Wolf Feuerhahn – Marc Renneville – Nathalie Richard

 

Placé sous le patronage de la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme (S.F.H.S.H.), ce séminaire du Centre Koyré est un forum de discussions sur les problématiques actuelles, les livres récemment parus et le statut général des archives. Il vise moins à l’érudition au sens strict qu’à l’explicitation des démarches qu’elle sous-tend. Il a pour double vocation de favoriser l’identité du domaine, dans son rapport à la discipline historique prise dans son ensemble, et de créer une dynamique dont bénéficieront chercheurs spécialisés et doctorants.

 

 

18 OCTOBRE     Antonella ROMANO (EHESS, Centre Alexandre Koyré)

Le genre de l’histoire naturelle et morale à la Renaissance ou englober l’humain dans la cosmologie chrétienne.

 

8 NOVEMBRE     Nathalie RICHARD (Université du Maine, CERHIO)

Hippolyte Taine: Histoire, psychologie, littérature  (discutante : Régine Plas)

 

22 NOVEMBRE    Alain MESSAOUDI (Université de Nantes)

Les orientalistes arabisants et le développement des sciences sociales au XIXe siècle en France

 

6 DECEMBRE     Simone DE ANGELIS (Karl-Franzens-Universität Graz)

Genèse et configuration de l’anthropologie aux XVIe et XVIIe siècles

(Séance commune avec le séminaire « Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps »)

 

20 DECEMBRE    Catherine MARSHAL (Université de Cergy-Pontoise)

La Metaphysical Society (1869-1880), ou comment réconcilier science et foi dans la seconde moitié du XIXe siècle victorien

 

17 JANVIER     Marc RENNEVILLE (CNRS)

Une plateforme de ressources numérique pour l’histoire de sciences de l’homme ?

 

31 JANVIER     Jacqueline CARROY (EHESS), Nathalie RICHARD (Université du Maine), François VATIN (Université Paris X)

L’homme des sciences de l’homme (discutant : Marc Renneville)

 

14 FEVRIER   Jean-François GOUBET (Université d’Artois)

Sur l’histoire des idées pédagogiques. Le cas de la pédagogie universitaire allemande des Lumières à l’époque wilhelminienne

 

14 MARS    Nahema HANAFI (Université d’Angers, CERHIO)

Autour du féminin et de l’efféminement : des théories médicales aux représentations profanes (XVIIIe siècle)

28 MARS    Ronan DE CALAN (Université Paris I)

L’impureté de toutes les origines

 

11 AVRIL    Pierre CORNU (Université Lyon 2, Laboratoire d’études rurales de Lyon)

La géographie régionale française à l’épreuve de la crise de l’agriculture de peuplement dans l’entre-deux-guerres. L’exemple de l’Institut de géographie de Clermont-Ferrand

 

16 MAI     Jean-Pierre JURMAND (Protection judiciaire de la jeunesse)

L’observation des mineurs de l’Éducation surveillée

 

 

Séminaire Laboratoire SND (CNRS & Paris IV – Sorbonne) – Santé, médecine, décision

Laboratoire SND : Sciences, Normes, Décision

Université Paris-Sorbonne & CNRS ; FRE 3593.

 

Santé, médecine, décision

 

Séminaire 2013-2014, organisé par François Athané, philosophie, Laboratoire SND ; Isabelle Drouet, Maître de conférence en philosophie, Université Paris-Sorbonne, Laboratoire SND ; Gérard Lambert, médecin, journaliste scientifique, membre du Centre Cavaillès de l’ENS-Ulm.

 

 

Séances, horaires, lieu

 

– Les jeudis 10 Octobre, 7 Novembre, 12 Décembre, 9 janvier, 13 février, 13 Mars, 10 Avril, 15 Mai, 12 Juin.

– De 18 heures à 20 heures.

– Salle D 116, Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6°, métro Odéon.

 

 

 

Calendrier

 

Jeudi 10 0ctobre : Gilles Barroux, Agrégé et docteur en philosophie, CERSES & ANR Philomed, auteur de Philosophie, maladie et médecine au XVIIIe siècle, Paris, éd. Honoré Champion, 2008.

 

« Agir ou laisser faire : quelques éléments sur l’histoire d’un dilemme médical »

 

 

 

Jeudi 7 Novembre : Steeve Demazeux, Maître de conférences, département de philosophie, Université Bordeaux 3. Auteur de Qu’est-ce que le DSM ? Genèse et transformations de la bible américaine de la psychiatrie, Paris, éd. d’Ithaque, 2013, membre du comité de rédaction de la revue Psychiatrie, Neurosciences, Sciences humaines, Paris, Éditions Matériologiques.

 

« Qui décide, vraiment, ce qui entre ou non dans les classifications d’usage en psychiatrie ? »

 

 

 

Jeudi 12 décembre : Anne Marie Magnier, Professeur de Médecine Générale, Coordonnatrice du Département de Médecine Générale, Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie ( UPMC, Paris 6)

 

« Décision et temps de la décision en médecine générale »

 

 

 

 Jeudi  9 janvier : Mohamed El Khébir, médecin urgentiste, SAMU 60 CH de Beauvais, collaboration Cochrane (France) ; Patrick Miroux, médecin urgentiste au CHU d’Angers, membre de la collaboration Cochrane (France).

 

« Décider dans l’urgence, décider aux urgences »

 

 

Jeudi 13 Février : Dominique Bredart, Psycho-oncologue, Institut Curie ; Sylvie Dolbeault, Psychiatre, Institut Curie ; Dominique Stoppa-Lyonnet, Professeur de Génétique, Université Paris Descartes, Institut Curie.

 

« Risque de cancer du sein, tests génétiques et choix de prévention.»

 

 

 

Jeudi 13 Mars : Marta Spranzi (Maître de conférences en philosophie, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Centre d’éthique clinique, hôpital Cochin (AP-HP)

 

« Incertitude et vision du bien dans la décision médicale »

 

 

Jeudi 10 avril : Bassam Haddad, Gynécologue obstétricien, Chef de service au centre hospitalier intercommunal de Créteil, CHU Henri-Mondor.

 

« Les soignants, la femme et le fœtus. Décisions relatives à la viabilité du fœtus » (titre provisoire)

 

 

Jeudi 15 mai : JOURNÉE D’ÉTUDE centrée sur les travaux des doctorants de SND relatifs à la santé et la médecine. Le programme de cette journée sera défini ultérieurement.

 

 

Jeudi 12 juin : SÉANCE CONCLUSIVE, animée par les organisateurs du séminaire. Ceux-ci proposeront des éléments de synthèse relatifs à l’ensemble des séances : problèmes et questions récurrentes, difficultés conceptuelles ou points d’éthique demeurant en débat.

 

 

 

 

Séminaire master Paris I – Les oubliés de l’histoire des sciences

programme du séminaire de master d’histoire des sciences de l’UFR d’histoire de l’Université Paris I (responsable : Bruno Belhoste) pour le premier semestre 2013-2014.

Les séances ont lieu tous les mercredis, de 17h30 à 19h30, au Centre Malher, 9 rue Malher, Paris 75004 (métro Saint-Paul), en salle 206.

Le séminaire commencera le 9 octobre. Il est ouvert aux étudiants de master et aux doctorants, ainsi qu’à toute personne intéressée par le thème.

Voir le site du master à l’adresse suivante: http://epi.univ-paris1.fr/mhs.

Programme

Les oubliés de l’histoire des sciences

Ce séminaire d’initiation à la recherche sera consacré aux oubliés de l’histoire des sciences, qu’ils soient marginaux, subalternes ou simplement négligés. A partir de cas précis, on examinera ce qu’on peut en savoir et aussi ce qu’on peut en dire.

 

9 octobre                Introduction : les oubliés de l’histoire des sciences (Bruno Belhoste)

16 octobre              Les artisans-savants au XVIIIe siècle (1) : le cas de Quémizet, teinturier des Gobelins (Bruno Belhoste)

23 octobre              Les artisans-savants au XVIIIe siècle (2) : le cas de Roubo menuisier (Bruno Belhoste)

30 octobre              Un auteur de physique amusante au XVIIIe siècle, Edme Guyot (Bruno Belhoste)

6 novembre            Condamnés et oubliés: les médecins mesméristes à la fin du XVIIIe siècle (Bruno Belhoste)

13 novembre           Un inventeur oublié : Scott de Martinville et l’enregistrement sonore (Henri Chamoux)

20 novembre           Conservateurs et marchands d’histoire naturelle (XVIIIe et XIXe siècle) (Bruno Belhoste)

27 novembre           Du physicien au prestidigitateur : le cas de Robert-Houdin (Leslie Villiaume)

4 décembre             Charle Ange Laisant, la figure oubliée d’un mathématicien engagé (titre provisoire) (Jérôme Auvinet)

11 décembre           Ecouter sans entendre. Médecins magnétiseurs et patientes (Nicole Edelman)

18 décembre           Etre professeur de mathématiques en province dans la première moitié du XIXe siècle: activités et sociabilités savantes (Renaud d’Enfert)

8 janvier                  Une traductrice de science au XVIIIe siècle, Madame Picardet (Patrice Bret)

15 janvier                Séance de conclusion : Un nouveau regard sur l’histoire des sciences (Bruno Belhoste)

 

N.B. : Les textes présentés pendant les séances sont disponibles sur un site accessible aux participants au séminaire.

Parution – La Filiation de l’Homme et la sélection liée au sexe

Parution –  La Filiation de l’Homme et la sélection liée au sexe

 

images   Charles Darwin, La Filiation de l’Homme et la sélection liée au sexe, Traduction collective coordonnée par Michel Prum, sous la direction scientifique de Patrick Tort, Paris, Honoré Champion, 2013, 1040 pages.

 

Lorsque, plus de onze ans après la première édition de L’Origine des espèces, Darwin publie en 1871 La Filiation de l’Homme (The Descent of Man), il s’acquitte d’une obligation de cohérence contractée dès sa première adhésion à l’idée de l’origine commune des espèces vivantes : couronner l’illustration de la grande vérité transformiste en montrant la nécessité d’inscrire phylogénétiquement l’Homme au sein de la série animale. Au terme d’une assez longue réserve, Darwin, affrontant une nouvelle fois les mythes de la création et l’univers dogmatique des croyances, expose alors une version strictement naturaliste de l’origine de l’Homme et de son devenir. Au-delà, il s’agit pour lui d’expliquer, par la seule dynamique d’avantages sélectionnés et transmis, l’accession de l’Homme à sa position d’éminence évolutive, représentée par l’état de  » civilisation « , lequel manifestement contrarie en son sein le mouvement d’élimination des moins aptes impliqué dans la sélection naturelle, pour y substituer des institutions protectrices, une éducation altruiste et une morale de la bienveillance, du secours et de la sympathie. Telle est l’inépuisable nouveauté de ce que Patrick Tort nomme, dans sa préface, l’effet réversif de l’évolution. Une telle explication ne pouvait s’effectuer sans une théorie des instincts. Si la notion du développement sélectionné des instincts sociaux, combinée avec celle de l’accroissement des capacités rationnelles, sert à désigner globalement ce à travers quoi l’humanité élabore la civilisation, c’est dans l’analyse fine des instincts procréatifs et parentaux, ainsi que des sentiments affectifs et des comportements qui leur sont associés, que Darwin découvre l’opération d’une autre sélection, détentrice elle aussi d’un grand rôle évolutif : la sélection sexuelle, qui préside dans le monde animal à la rencontre amoureuse, aux rituels et aux choix nuptiaux ainsi qu’à la transmission des caractères sexuels secondaires, et qui complète l’action de la sélection naturelle tout en paraissant parfois lui opposer sa loi.