Parution – Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie (XIIIe-XVIe siècle)

Parution – Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie (XIIIe-XVIe siècle)

Couvbidon copie  Danièle Alexandre-Bidon, Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie (XIIIe-XVIe siècle), Editions Picard, Espaces médiévaux, 2013,  336 p.
 
  Des sources nouvelles et variées permettent aujourd’hui d’étudier les pots de pharmacie sous l’angle d’une histoire de la santé ouverte sur les mentalités médiévales et du début de l’époque moderne. À mi-chemin entre l’histoire des sciences et celle de la consommation, les vases pharmaceutiques permettent d’envisager les différents corps de métier à l’œuvre : les médecins et les apothicaires, les peintres et les potiers, mais aussi, et pour la première fois, les scribes chargés de légender les pots. L’au­teur propose ainsi une analyse des écritures, rare dans ce domaine, et aborde le choix de la langue, le lettrage, le dictionnaire des abréviations ou encore la quasi-absence des fautes de graphie. On a trop dit, et à tort, que les pots de pharmacie médiévaux ne compor­taient que peu ou pas d’images médico-pharmaceutiques. Il existe pourtant des représentations de malades, jusqu’alors confondues avec des portraits caricaturaux, et surtout maintes illustrations botaniques. Leur réalisme est tel qu’il autorise l’identification précise des plantes médicinales jugées les plus remarquables par les apothicaires : les bases, les panacées, les toxiques. D’autres décors (images parlantes, rébus et images héraldiques) relèvent des arts de la mémoire et témoignent des pratiques de gestion des étagères par les apothicaires. Ainsi, ces ustensiles à usage médical, envisagés sous toutes leurs formes, dépassent leur vocation d’objets de collection pour s’imposer comme l’un des témoins les plus parlants d’une nouvelle sorte d’archéologie, l’archéologie des savoirs.

Colloque – Entre nature et technique. Sciences, savoirs et stratégies du corps féminin (XVIIIe-XXIe siècles)

Colloque – Entre nature et technique. Sciences, savoirs et stratégies du corps féminin (XVIIIe-XXIe siècles)

17-18 Octobre 2013 
Centre Alexandre Koyré – Histoire des sciences et des techniques  27, rue Damesme – Paris 13e
Salle des séminaires

Jeudi 17 Octobre

9h30-10h00: accueil des participants.
10h00-10h20: Ouverture par Jeanne Peiffer (Centre Alexandre Koyré)

10h20- 10h30 : Présentation des sessions de travail par Silvia Chiletti (Centre Alexandre Koyré)

10h30-13h00
Session 1 : Corps et sexualités : questions historiques et épistémologiques

Discutante: Elsa Dorlin (Université Paris 8)

Vinzia Fiorino (Università di Pisa) : Le corps hystérique : histoire d’un geste à partir des représentations visuelles

Aude Fauvel (IUHMSP, Université de Lausanne) : Jouir ou ne pas jouir. La médecine, les femmes et le plaisir au XIXe siècle.

Eva Rodriguez (Université Paris 8) : Le sexe au laboratoire : penser la différence sexuelle à la fin du XIXe siècle

13h00-14h30 Pause déjeuner

14h30-17h30
Session 2: Corps et psyché : le sexe de la maladie mentale
Discutant : Jean-Christophe Coffin (Paris Descartes – Centre Alexandre Koyré)

Nicole Edelman (Université Paris X): Corps en état de somnambulisme et savoirs médicaux.

Véronique Fau (Centre Alexandre Koyré) : Intégration et restitution du discours médical et aliéniste par des femmes révoltées au XIXe siècle

Laura Piccand (Université de Genève) : Des hormones aux neurones, et retour: traductions et reconfigurations dans le passage du syndrome prémenstruel au trouble dysphorique prémenstruel (Suisse, début des années 2000)

Francesca Arena (Université Aix-Marseille): La « transparence psychique » de la grossesse : une nouvelle notion ? Les échos du pouvoir d’imagination de la femme enceinte dans les représentations médicales contemporaines

17-18 Octobre 2013 
Centre Alexandre Koyré – Histoire des sciences et des techniques  27, rue Damesme – Paris 13e
Salle des séminaires

Vendredi 18 Octobre 9h30-10h00: accueil des participants.

10h00-13h00
Session 3 : Corps et reproduction : enjeux sociaux et pratiques de santé 

Discutant: Rafael Mandressi (Centre Alexandre Koyré)

Luca Paltrinieri (ENS Lyon- CIRPP): Funestes secrets. Les philosophes face à la contraception, 1750-1780

Nahema Hanafi (Université d’Angers) : Sexualité et reproduction. Réflexions autour d’un « corps à soi » féminin au siècle des Lumières 

Emmanuel Betta (Università di Roma – La Sapienza) : «Le besoin de reproduction»: l’origine de la procréation artificielle entre morale sexuelle et instances biopolitiques 

Michal Raz (Cermes3- EHESS) Penser l’intersexualité au XXe siècle : évolutions du discours et des pratiques

13h00-14h30 Pause déjeuner

14h30-17h00
Session 4: Le corps de la maternité : savoirs et pratiques autour de la grossesse

Discutante : Silvia Chiletti (Centre Alexandre Koyré)

Emmanuelle Berthiaud (Université d’Amiens) : Les savoirs féminins sur le corps : le diagnostic de grossesse entre XVIIIe et XIXe siècle 

Adeline Néron (Centre Alexandre Koyré) : Le genre de la sélection prénatale : du défi abyssal au féminisme radical

Amaya Arregui (Universitat Autònoma de Barcelona) : La médicalisation de la grossesse en Espagne. Accouchement sans douleur et technologies de la vérité médicale.

17h00: Conclusions



Parution – The History of Blood Transfusion in Sub-Saharan Africa

Parution – The History of Blood Transfusion in Sub-Saharan Africa

51cVzNDc-TL._SL500_AA300_William H. Schneider, The History of Blood Transfusion in Sub-Saharan Africa, Ohio University Press, 2013, 244 p.
This first extensive study of the practice of blood transfusion in Africa traces the history of one of the most important therapies in modern medicine from the period of colonial rule to independence and the AIDS epidemic. The introduction of transfusion held great promise for improving health, but like most new medical practices, transfusion needed to be adapted to the needs of sub-Saharan Africa, for which there was no analogous treatment in traditional African medicine.

This otherwise beneficent medical procedure also created a “royal road” for microorganisms, and thus played a central part in the emergence of human immune viruses in epidemic form. As with more developed health care systems, blood transfusion practices in sub-Saharan Africa were incapable of detecting the emergence of HIV. As a result, given the wide use of transfusion, it became an important pathway for the initial spread of AIDS. Yet African health officials were not without means to understand and respond to the new danger, thanks to forty years of experience and a framework of appreciating long-standing health risks. The response to this risk, detailed in this book, yields important insight into the history of epidemics and HIV/AIDS.

Drawing on research from colonial-era governments, European Red Cross societies, independent African governments, and directly from health officers themselves, this book is the only historical study of the practice of blood transfusion in Africa.

William H. Schneider is Professor of History at Indiana University-Purdue University Indianapolis

Séminaire du groupe ESOPP – L’auto-fabrication des populations

Séminaire du groupe ESOPP – L’auto-fabrication des populations

Ce séminaire collectif réunit les membres du groupe ESOPP (Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé), appartenant au sein du centre de recherches historiques de l’EHESS. Il vise à expliciter le profond renouvellement qu’a connue l’histoire des populations depuis une quinzaine d’années : prise en compte du caractère « construit » de la population ; articulation entre étude des pratiques, des savoirs et des institutions ; relecture, par le biais des objets démographiques (mortalité, migrations, familles, etc.) de l’histoire des politiques sociales ou de l’hygiène publique. C’est, plus généralement, toute la question de la fabrication et de la régulation des sociétés par elles-mêmes qui est ainsi posée.

Mercredi 2 octobre 2013 – Accueil des étudiants

Mercredi 6 novembre 2013 – Négocier la nation entre Ancien Régime et Première guerre mondiale

Séance organisée par Paul-André Rosental

Invités :

  • Roberto Zaugg (Sciences Po), « Les “nations” dans le commerce maritime: pratiques marchandes et politiques mercantiles au XVIIIe siècle »
  • Marco Rovinello (U. de Calabre), « Armée et nationalité dans l’État-Nation (1848-1913) »

Mercredi 4 décembre 2013 – Politiques du lien familial (recherches doctorales en cours)

Séance organisée par Marie-Emmanuelle Chessel et Elodie Richard

Invités :

  • Anthony Favier (Lyon II), « La JOC-F face à l’avortement : les difficultés d’un positionnement militant 1974-1979»
  • Celia Keren  (EHESS), « L’évacuation des enfants espagnols vers la France pendant la guerre d’Espagne : naissance et transformations d’une politique publique sous la République espagnole (1936-1939) »
  • Fábio Macedo (EHESS), « Politiques de protection de l’enfance et adoption d’enfants étrangers dans le premier XXe siècle »

Mercredi 8 janvier 2014 – Mobilité, solidarité et assistance dans l’Europe moderne

(la séance aura exceptionnellement lieu en salle Vernant)

Séance organisée par Elodie Richard et Paul-André Rosental

Invitées :

  • Natalia Muchnik (EHESS), « Charité et communauté diasporique dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles »
  • Anne Winter (Vrije Universiteit Brussel), « Dissociating poor relief from residence: the eighteenth-century Low Countries in a comparative perspective»

Mercredi 5 février 2014 – Invisibilité, invisibilisation et régimes de perceptibilité en matière de santé au travail, XIXe-XXe siècles

Séance organisée par Judith Rainhorn

Invités :

  • Nicolas Hatzfeld (Université d’Evry), « Les TMS, entre indifférence, déni et reconnaissance. Variations d’une politique de santé au travail »
  • Nathalie Jas (INRA), « Rendre visible ce qui était invisible, une tâche pour les historiens ? Les composés arsenicaux et la santé des travailleurs agricoles en France, 1890-1972 »

Séance commune avec le projet ERC Silicosis

Mercredi 2 avril 2014 – Gouvernement des populations et scientifisation de l’alimentation au vingtième siècle

Séance organisée par Bernard Thomann

Invités :

  • Martin Bruegel (Inra), La campagne pour une alimentation rationnelle : physiologie et économie en France au début du XXe siècle
  • Bernard Thomann (Inalco/Esopp), Sciences du travail, nutrition et salaire minimum au Japon (1920-1959)

Commentaire :Françoise Sabban (EHESS)

Mercredi 7 mai 2014 – Histoire et politique du Care en Asie de l’Est (Japon/Corée)

Séance organisée par Yohann Aucante

Invitées :

  • Ito Peng (U. of Toronto)
  • Isabelle Konuma (INALCO)

Mercredi 4 juin 2014  – Les années 1970 : quel tournant pour les politiques sociales en France ?

Séance organisée par Christophe Capuano

Invité :

  • Jérôme Minonzio (Sciences-Po)

LIEUX

  • Salle du conseil B – 190 avenue de France
    Paris, France (75013)

DATES

  • mercredi 02 octobre 2013
  • mercredi 06 novembre 2013
  • mercredi 04 décembre 2013
  • mercredi 08 janvier 2014
  • mercredi 05 février 2014
  • mercredi 02 avril 2014
  • mercredi 07 mai 2014
  • mercredi 04 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • histoire, histoire sociale, époque contemporaine, Époque moderne, Asie, Europe, démographie

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Frouard Hélène
    courriel : esopp [at] ehess [dot] fr

POUR CITER CETTE ANNONCE

« L’auto-fabrication des populations », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 01 octobre 2013, http://calenda.org/260416

Appel à communications – Grandir et vieillir. Comment repenser les âges de la vie ?

Appel à communications – Grandir et vieillir. Comment repenser les âges de la vie ?

A l’heure où la médecine régénérative promet de vivre jusqu’à 130 ans en 2050, l’allongement des espérances de vie a déjà profondément transformé le panorama des existences. En effet, la « police des âges », qui régulait par l’âge d’État-civil l’accès à l’école, au vote, au mariage, au travail ou encore à la retraite reflue sous l’effet du « brouillage des âges » selon lequel il semble désormais souhaitable de se former et se transformer à tout âge. L’escamotage des seuils d’âge d’État-civil antérieurs, qui établissaient qu’il était soit trop tôt, soit trop tard pour passer d’un âge de la vie à l’autre, déplace et métamorphose l’ensemble de ces passages. Certains sont devenus plus précoces (sexualité, conjugalité, retraite), d’autres plus tardifs (travail, indépendance matérielle, primiparité). De nouveaux âges de la vie apparaissent, tels l’ « adulte émergeant » ou les « seniors ».

Par ailleurs, le télescopage de phénomènes anthropologiques et démographiques mondiaux déplace fortement les enjeux démographiques et intergénérationnels. Ainsi en va-t-il par exemple :

  • de la perspective de la « fin de l’âge » prophétisée par Aubrey de Grey[1], du fait des progrès actuels et des excès possibles des biotechnologies ;
  • de l’importance prise par l’âge subjectif qui définit et oriente au moins autant les parcours de vie que l’âge chronologique, ainsi que l’annoncèrent les travaux de Bernice Neugarten[2].
  • du contraste entre les pyramides des âges occidentales, devenues des obélisques, avec celles des pays pauvres, posant la question de la régulation des flux migratoires entre pays âgés et pays en forte croissance démographique, au principe d’études interculturelles sur l’avancée en âge telles celle d’Hassan Brohmi[3].

Ainsi, la dérégulation des normes d’âge qui provoque la reformulation en cours des âges de la vie rend obsolète une partie de la psychologie développementale du siècle dernier. Elle interroge alors l’identité au fil de l’âge, mais aussi la tension entre le désir de grandir tout au long de sa vie et la crainte de vieillir caractéristique des cultures contemporaines. Faisant suite à différents colloques et publications antérieurs[4], ce colloque international interdisciplinaire a pour vocation de réfléchir aux questions cruciales qui en résultent, afin de confronter l’état actuel des connaissances tout en offrant aux chercheurs, aux praticiens et aux politiques concernés l’occasion de repenser les âges de la vie au 21ème siècle.

Thématiques

Quatre thématiques résultent de ce questionnement, « Grandir et vieillir, comment repenser les âges de la vie ? » :

1 – Couples, familles et générations face à l’allongement des durées de vie

La reformulation des âges de la vie interroge le couple et la famille de multiples manières, qu’il s’agisse de la coexistence prolongée de quatre à cinq générations, des recompositions familiales et des nouvelles fratries qu’elles génèrent, de la durée de vie des couples, ou encore des identités générationnelles clivées :

  • L’enfance, entre réalités et représentations
  • Adolescents et conduites à risque : que nous disent-ils ?
  • Couples et familles face à la durée : conjuguer singularité et pluralité
  • De la « génération Y » à la régénération des rapports entre les âges

2 – Jusqu’à quand (se) former et (s’)orienter tout au long de la vie ?

La vie plus longue, plus mobile et plus connectée impose non seulement de se former, mais aussi de s’orienter ou se réorienter depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse, pour peu que celle-ci ne sombre pas dans la « désorientation » :

  • S’orienter tout au long de sa vie : carrière, transitions, trajectoire, parcours ?
  • Après la « pédagogie » et « l’andragogie », la « géragogie » ?
  • Orienter et former l’adulte vulnérabilisé
  • L’adulte vieillissant : quelles stratégies d’adaptation ?

3 – Activité et inactivité au fil de l’âge : questionner le rapport entre âge et travail

Quand les entreprises s’interrogent sur la gestion des âges au travail ou le « glissement vieillissement-technicité » et que l’âge de la retraite fait débat, qu’en est-il de l’expertise issue de l’expérience, de la répartition des temps d’activité et d’inactivité tout au long de la vie ou des rapports aux technologie qui transforment le travail au rythme des générations ?

  • Gérer les âges au travail a-t-il un sens ?
  • Le rapport à l’argent au fil de l’âge
  • « Glissement Vieillissement-Technicité » contre transmission de l’expérience
  • Inactivité forcée, insertion subie et stratégies d’adaptation

4 – Les âges dans la Cité : utopies intergénérationnelles et oxymores du « bien-vieillir »

L’actuelle dérégulation/recomposition des âges de la vie qui, d’une part, déritualise les passages d’âge en âge, a d’autre part pour effet d’inventer diverses formes de conjurations biomédicale et socio-politique des tensions inhérentes à la coexistence de générations brouillées au sein de cultures et de territoires désormais devenus confus :

  • La vie adulte désorientée : entrées différées, sorties multiples, mitans critiques
  • Âges et cultures : des rites de passage traditionnels aux migrations contemporaines
  • Âges et territoires : des utopies intergénérationnelles aux risques conflictuels en gestation
  • Les oxymores du « bien-vieillir » : questions de santé

Chacune de ces thématiques sera traitée sous la forme de Conférences plénières, puis d’Ateliers de communication, de Table-rondes et de Symposiums simultanés.

Public visé et disciplines/pratiques concernées

D’abord destiné aux enseignants-chercheurs des diverses disciplines des Sciences Humaines et Sociales (psychologie, sociologie, sciences de l’éducation, anthropologie sociale, ethnologie, histoire, démographie, géographie, médecine, droit, etc.), ce Colloque est également ouvert à ceux qui œuvrent dans les sciences ou disciplines connexes et transverses, telles que les neurosciences, la philosophie, la linguistique, la théologie, les sciences de l’intelligence, de l’information et des mathématiques.

Toutefois, il s’adresse également aux praticiens réflexifs ainsi qu’aux divers professionnels et techniciens concernés par l’accompagnement psychosocial des différents âges de la vie que constituent les enseignants, les éducateurs, les médecins et les soignants, les gestionnaires des ressources humaines, les accompagnateurs des transitions de vie depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse, sans oublier tous les bénévoles associatifs et l’ensemble des élus qui contribuent à la gestion des âges dans la Cité.

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront être déposées en ligne sur le site du colloque (onglet « soumettre une communication » :http://grandirvieillir.sciencesconf.org/submission/submit).

Les communications attendues devront s’inscrire dans l’une des quatre thématiques décrites ci-dessus.

  • Date limite de soumission : 1er DECEMBRE 2013

  • Réponse du comité de lecture : 15 DECEMBRE 2013

Comité scientifique

  • Philippe ALLAIN (Université d’Angers, France)
  • Farid BEN HASSEL (UQAR, Rimouski, Québec)
  • Jean-Pierre BOUTINET (UCO Angers, France)
  • Nathalie BURNAY (Université de Namur, Belgique)
  • Aline CHAMAHIAN (Université de Lille, France)
  • Angel EGIDO (UCO Angers, France)
  • Benoît FROMAGE (Université d’Angers, France)
  • Jean GUICHARD (CNAM-INETOP, Chaire UNESCO de l’orientation tout au long de la vie)
  • Dominique KERN (Université de Haute-Alsace, Mulhouse)
  • Patrick MARTIN-MATTERA (UCO-Angers, France)
  • Jean-Yves ROBIN (UCO-Angers, France)
  • Nestor ROSELLI (UCA, Buenos-Aires, Argentine)
  • Sara VILLANUEVA (St Edward’s University, Austin, Texas, USA)