Appel à contribution – Biodiversité végétale et ressources thérapeutiques dans le Sahel

Appel à contribution – Biodiversité végétale et ressources thérapeutiques dans le Sahel

Le colloque international et interdisciplinaire “Biodiversité végétale et ressources thérapeutiques dans le Sahel” aura lieu les 10, 11 et 12 Décembre 2013, à Dakar (Sénégal) à l’UCAD Université Cheikh Anta Diop II.

Depuis plusieurs décennies, les pays de la zone sahélienne sont confrontés à un déficit pluviométrique combiné à une pression anthropique qui perturbe les grands équilibres écologiques et installent la zone dans un processus quasi inexorable de désertification et de pauvreté.

Il en résulte une dégradation des ressources naturelles, une baisse des productions agricoles et une situation d’insécurité tant alimentaire qu’énergétique.

Face à ce problème, résultant des changements climatiques, accentué par le manque d’infrastructures socio-économiques de base, l’une des réponses des populations concernées reste la migration vers des zones urbaines, créant ainsi des pôles de concentration humaine qui induisent des problèmes environnementaux et sociaux difficiles à surmonter. Parmi ces problèmes le manque de repères des plus jeunes, la famine, la pauvreté…

Pour renverser la tendance, plusieurs initiatives comme l’utilisation et la transformation des fruits et produits locaux, la réhabilitation de la phytothérapie et de la médecine traditionnelle, les essais concernant les produits et essences naturels, l’aromathérapie ont été tentées dans divers pays par des structures nationales ou par des organisations d’intégration sous régionales. Cependant, malgré les efforts consentis, force est de reconnaître que les résultats, escomptés sur les conditions économiques, sociales et environnementales des populations sont demeurés nettement en deçà des attentes.

Il s’y ajoute qu’une des leçons à tirer de ces expériences est qu’aucun pays, pris individuellement, n’a les moyens techniques, humains et financiers nécessaires pour faire face à ces contraintes majeures, d’où la nécessité d’une approche solidaire, intégrée et fédératrice.

Face aux défis environnementaux multiples liés en grande partie aux changements climatiques et aux effets récurrents de  la désertification, l’Afrique est condamnée à faire front.

C’est pour contribuer à relever ces défis que le collectif UMI, UCAD, CNRS et OHM Tessekéré et d’autres partenaires (Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique) avaient organisé les 20, 21 et 22 octobre en 2010 un Colloque Internationale et Interdisciplinaire sur les plantes  alimentaires, médicinales et cosmétiques en zone sahélienne.

Dans les recommandations de ce colloque, il ressort clairement que des investigations doivent être menées et renforcées sur divers thématiques parmi lesquelles: l’écologie d’une manière générale pour comprendre les différentes interactions dans les écosystèmes, la restauration des écosystèmes, la biodiversité végétale, l’ethnopharmacologie, le pluralisme médical,  l’anthropologie de la santé, l’ethnobotanique, la phytothérapie, la biodiversité, la préservation des écosystèmes et des ressources phytocénotiques, mais aussi les différentes formes d’utilisation, en particulier  les utilisations phytothérapeutiques censées améliorer la santé, le bien être et les conditions de vie des populations locales.

Pour cette raison, une nouvelle initiative est prise par la même entité : UMI, UCAD, CNRS et OHM Tessekéré et leurs partenaires pour organiser les 10, 11 et 12 décembre 2013 un autre Colloque Internationale et Interdisciplinaire cette fois-ci sur la biodiversité végétale et les ressources thérapeutiques dans le sahel.

Il est à signaler que l’ensemble des activités de l’OHMI Tessekéré repose sur le suivi intégral de la Grande Muraille Verte qui rappelons-le, est un projet transcontinental, initié par la CEN-SAD, endossé par l’Union Africaine allant de Dakar à Djibouti (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Tchad, Soudan, Ethiopie, Erythrée, Djibouti).

Il s’agit en particulier, de réfléchir sur l’intérêt et le rôle des espèces végétales à valeur ajoutée adaptées à la sécheresse le long de la Grande Muraille Verte et dans toute la zone sahélienne, sur des modes de conservation, d’amélioration, de récoltes et réhabilitation, sur leur diverses utilisations autour du corps humain, dans le domaine de la santé et sur les diverses formes de protection.

Propositions de thèmes

Thème 1 : Biodiversité végétale et ethnobotanique

(Comité de coordination : Déborah Goffner, Aliou Guissé, Mathieu Gueye)

  • Gestion et conservation des ressources végétales sahéliennes.
  • Aspects pratiques de la cueillette et de la culture des plantes médicinales
  • Amélioration  des espèces médicinales
  • Connaissances et utilisations des espèces endémiques par les populations locales

Thème 2 : Pratiques médicales populaires

(Comité de coordination : Gilles Boëtsch, Hélène Claudot-Hawad, Lamine Gueye, Abdoulaye Samb (FMPOS), Yannick Jaffré, Lamine Ndaye, Papa Ndiaye)

Les plantes leurs significations et leurs usages en thérapie

Les savoirs locaux autour des plantes médicinales : l’ethnopharmacologie

Plantes, médecines modernes et alternatives : quels liens, quelles confrontations ?

Thème 3 : Formulation thérapeutique et essai clinique

(Comité de coordination : Emmanuel Bassene, Mamadou Sarr, Jean-Noël Poda, Richard Savadogo, André Tibiri, Alassane Wélé, Ogobara Doumbo, Abdoulaye Dabo)

  • Formulation médicamenteuse des ressources végétales
  • Formulation thérapeutique médicinale (quels enjeux)
  • Essais cliniques applicables pour la validation thérapeutique médicinale

Objectifs du colloque

L’objectif général de ce colloque international est de réunir la communauté scientifique internationale pour échanger et contribuer à la valorisation et à l’utilisation durable des espèces végétales dans la zone sahélienne, particulièrement dans le domaine médical.
Les objectifs spécifiques sont les suivants:

  • Partager les connaissances disponibles sur les espèces végétales potentielles
    • S’accorder sur une démarche et les principaux critères de gestion et de conservation des ressources végétales sahéliennes, sur la récolte et la conservation des produits, et sur l’utilisation des espèces endémiques par les populations locales, en fonction des modes d’utilisations, des régions ou des ethnies;
    • Etablir, sur la base des contributions des participants, une liste d’espèces dont l’utilisation est commune et transversale chez la plupart des populations concernées;
  • Affiner les techniques et les expériences
    • Présenter des expériences personnelles dont les leçons méritent d’être capitalisées, aussi bien dans les usages en thérapie, les savoirs locaux autour des plantes médicinales, que dans l’ethnopharmacologie
  • Valoriser les communications du colloque
    • Publications des actes dans des revues spécialisées
    • Diffusion sous diverses formes,
    • Vulgarisation à différents niveaux

Modalités de soumission

Date limite d’inscription et de soumission du résumé de la communication :

01 juin 2013

  • Réponse par le comité scientifique : le 15 juin 2013
  • Soumission de la version finale pour publication : le 01 novembre 2013

Envoyer la fiche d’inscription et le résumé aux adresses e-mail suivantes :

Contacts téléphoniques et site Web : (+221) 33 824 87 85 ; (+221) 77 651 02 32; (+221) 77 760 96 69, http://www.ohmi-tessekere.org

Comité d’organisation

  • Karine Ginoux
  • Aliou Guissé
  • Déborah Goffner
  • Gilles Boëtsch
  • Abdoulaye Samb
  • Sophie Dramé-Touré
  • Axel Ducourneau
  • Sekouna Diatta
  • Mamadou Sarr
  • Aboubacry Kane
  • Mame Oureye Sy
  • Aly Diallo
  • Ousmane Ndiaye

Comité scientifique

Elie Léonard Akpo (PR Ecologie végétale, FST-UCAD), Yildiz Aumeeruddy-Thomas(DR, Ethnobotanique, INEE-CNRS, Montpellier), Emmanuel Bassene (PR, pharmacie,FMPOS-UCAD), Gilles Boëtsch (DR, anthropobiologiste, INSHS-CNRS, Dakar), Robert Chenorkian (PR, préhistoire, INEE-CNRS, Aix-en-Provence), Hélène Claudot-Hawad (DR,anthropologie sociale, INSHS-CNRS, Marseille), Chantal Crenn (MCF, anthropologie del’alimentation, Université de Bordeaux), Abdoulaye Dabo (PR, parasitologie, USTTB,Bamako), Anta Tall Dia (PUPH Santé publique, FMPOS-UCAD), Drissa Diallo (PR,médecine, USTTB, Bamako), Ogobara Doumbo (PR, parasitologie, USTTB, Bamako),Nathalie DUPUY (PR, Chimie analytique, Aix-Marseille Université), Didier Galop (CR,Paléoenvironnement, INEE-CNRS, Toulouse), Déborah Goffner (DR, biologie végétale,INSB-CNRS, Marseille), Antonio Guerci, PR, anthropologie médicale, Univ de Gènes), Aliou Guissé (PR, écologie végétale, FST-UCAD), Lamine Gueye (PR, neurologie, UFR sciences de la santé- UGB), Mathieu Gueye (Chercheur, ethnobotanique, IFAN-UCAD), Yannick Jaffré (DR, anthropologie de la santé, INSHS-CNRS, Marseille), Anne-lise Lobstein (PR, pharmacognosie, Univ de Strasbourg), Mallé Mbow (DR, Sociologie, IFAN-UCAD), Lamine Ndaye (PR, sociologie FLSHS-UCAD), Papa Ndiaye (PR, santé publique, UFR sciences de la santé- UGB) Paul-Marie Ndiaye (PR, Biogéographie, FLSHS-UCAD), Ibrahima Ndoye (PR, Microbiologie FST-UCAD), Kandioura Noba (PR, Botanique, FST-UCAD), Jacky Kister (DR, Chimie, CNRS-INC), Philippe Picerelle (PR, Pharmacie, Aix-Marseille Université),Jean -Noël Poda (DR, parasitologie, CNRST – Ouagadougou), Djibril Sané (PR physiologie végétale, FST-UCAD), Bienvenu Sambou (PR, environnement, ISE-UCAD), Fatou Bintou Sarr (PR, physiologie, Fac de Médecine – Université de Thiès), Mamadou Sarr (PR,pharmacie, FMPOS-UCAD), Richard Savadogo (CNRST-Ouagadougou), Abdoulaye Samb(PR, physiologie, FMPOS-UCAD, Abdoulaye Samb (PR, chimie des substances naturelles FST-UCAD), Mame Oureye Sy (PR biotechnologie, FST-UCAD), Stéphanie Thiébault (DR,paléobotanique, INEE-CNRS, Paris), Margareta Tengberg (PR, Archeobotanique, MNHN),Omar Thioune (FMPOS, UCAD), André Tibiri (Chercheur, Biologie végétale, CNRST-Ouagadougou), Abdallahi Ould Vall (PR, Botanique, ENS – Nouackchott), Salimata Wade(PR Nutrition FST-UCAD), Alassane Wélé (PR Pharmacie, FMPOS-UCAD)

Ce colloque est organisé à l’initiative de :

  • Unité Mixte internationale 3189 “Environnement, Santé, Sociétés” (CNRS, CNRST, USTTB, UGB, UCAD)
  • Observatoire Hommes-Milieux international de Téssékéré (CNRS, UCAD)

Public concerné :

Chercheurs, Enseignants-chercheurs, Doctorants des Ecoles doctorales (sur profil)  + master 2. Médecins, pharmaciens, industriels

 

Rencontre – Les recherches en sciences sociales : les méthodologies au prisme du handicap

Rencontre – Les recherches en sciences sociales : les méthodologies au prisme du handicap

Le Réseau jeunes chercheurs du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et le GT Handicap(s) du Réseau santé et société organisent une rencontre sur le thème : « Recherches en sciences sociales. Les méthodologies au prisme du handicap ».

ANNONCE

Le Réseau Jeunes Chercheurs du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et le GT Handicap(s) du Réseau Santé et Société organisent une rencontre sur le thème : « Recherches en sciences sociales. Les méthodologies au prisme du handicap ».

Toutes les présentations de la journée seront interprétées en LSF/français.

Programme

9h15 – 9h30 : Introduction de la journée et de la session 1

  • Marie Cuenot, Doctorante, sociologie, Université Montpellier III, SantESiH
  • Elise Lantz, Doctorante, STAPS, Université Montpellier I, SantESiH

Session 1 – Approches  théoriques, définitions de l’objet et méthodologies

  • 9h30 – 10h15 : Richesse et enjeux méthodologiques, épistémologiques et politiques de la recherche participative avec les personnes en situations de handicap, William Sherlaw, Enseignant-chercheur, École des Hautes Études en Santé Publique
  • 10h15 – 10h45 : Enquêter auprès d’élèves scolarisés en CLIS 1, Claire de Saint Martin, Doctorante, sciences de l’éducation, Université de Cergy-Pontoise, EMA
  • 10h45 – 11h15 : La Sacra Famiglia. Quand l’enfant naît autiste, Romina De Novellis, Doctorante, anthropologie, EHESS, IRIS, CADIS

11h15 – 11h30 : Pause

  • 11h30 – 12h00 : La recherche dans le champ du handicap et le concept d’activité,Gaspard Brun, ATER, Doctorant, philosophie, Université d’Aix-Marseille, CEPERC
  • 12h00 – 12h30 : « La parole du fou » : Réflexions méthodologiques à partir du terrain de la psychiatrie au Niger, Gina Aït Mehdi, Doctorante, anthropologie, Université   Libre de Bruxelles, LAMC

12h30 – 14h00 : Déjeuner

14h00 : Introduction de la session 2

  • Martial Meziani, Post-doctorant, GRHAPES, GEPECS, INS HEA

Session 2 – Accès au terrain et questions éthiques

  • 14h00 – 14h45 : Éthique de la recherche   et recherche de l’éthique : réflexions au prisme du handicap, Andrea Benvenuto, Chargée de mission recherche, chaire “participation sociale et situations de handicap”, MSSH
  • 14h45 – 15h15 : Enquêter par auto-questionnaire auprès de jeunes présentant des   troubles cognitifs : déclinaison de l’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC), questions éthiques et méthodologiques, Mylène Hernandez, Doctorante, anthropologie, EHESS ; Mariane Sentenac, INSERM ; Emmanuelle Godeau, INSERM

15h15 – 15h30 : Pause

  • 15h30 – 16h00 : Violences d’une méthodologie. Difficultés et adaptations interactionnelles avec des enquêtés en situation de handicap moteur, Aurélien Berthou, Doctorant, sociologie, Université Paris   Descartes, CERLIS
  • 16h00 – 16h30 :  Enquêter au sein des Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques : une adaptation permanente, Hugo Dupont, Doctorant, sociologie, Université Bordeaux Segalen, Centre Emile Dürkheim
  • 16h30 – 17h00 : De la difficulté d’interroger les « non spécialistes » du handicap,Flavien Bouttet, Doctorant, STAPS, Université de   Strasbourg, Sport et sciences sociales

17h00 – 17h15 : Conclusion de la journée

Cette rencontre est co-organisée par des membres du Réseau Jeunes chercheurs du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et du GT Handicap(s) du Réseau Santé et Société :

  • Marie Cuenot, doctorante, sociologie, EA 4614, Santé, Education et Situations de Handicap (SantESiH), Université Montpellier III, Réseau doctoral de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP)
  • Elise Lantz, ATER, Doctorante, STAPS, EA 4614, SANTESIH, Université Montpellier I.
  • Martial Meziani, chargé d’études, Post-doctorant, GRHAPES, GEPECS, INS HEA.

Inscription

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 15 avril 2013,

en remplissant le document ci-dessous et en le renvoyant par mail àgthandicaps@gmail.com avec l’objet « Journée Méthodologies au prisme du handicap – Inscription » :

  • Nom
  • Prénom
  • Statut
  • Affiliation
  • Adresse e-mail
  • Téléphone
  • Déjeuner (oui / non)

Informations pratiques

La salle de conférence est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Le déjeuner est pris en charge par le réseau Santé et Société de l’EHESS.

L’interprétariat en langue des signes française /français sera assuré grâce au soutien du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS.

Pour venir à la MSH – Paris Nord (4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine) : http://www.mshparisnord.fr/fr/la-msh-paris-nord/contacts/acceder-a-la-msh-pn.html

 

CONTACTS

  • Martial Meziani
    courriel : martial [dot] meziani [at] yahoo [dot] fr

Colloque – Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires : concepts, méthodes et interventions

Colloque – Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires : concepts, méthodes et interventions

Le colloque international sur le thème « Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires : concepts, méthodes et interventions » a pour objectif de promouvoir le rapprochement entre chercheurs de sciences sociales et de sciences de la santé, élus locaux et acteurs des collectivités locales intervenant dans les champs de la santé.

Cette conférence a pour ambition d’interroger les relations entre dynamiques intra-urbaines et dynamiques sanitaires dans des contextes variés (France, Europe, pays du Sud/pays du Nord, pays émergents, pays en développement, etc.). Les objectifs sont de :

  • construire des ponts entre les disciplines scientifiques, des sciences de la santé aux sciences sociales, notamment l’urbanisme et la planification urbaine
  • engager un processus de collaboration entre acteurs, décideurs, collectivités locales, société civile et communauté scientifique
  • promouvoir des recherches scientifiques qui puissent aider et accompagner la décision politique

Le colloque comprendra 4 séances plénières et des sessions parallèles abordant 6 thèmes principaux :

  • 1. Disparités intra-urbaines et santé : quels sont les liens entre processus d’urbanisation et états de santé de la population? Dynamiques urbaines et dynamiques sanitaires ? Construction des villes et inégalités de santé? Peut-on parler de santé urbaine au travers de spécificités sanitaires des villes ? Quels sont les processus d’émergence ou de disparitions de maladies (transmissible ou non transmissible). d’offre, d’accès et de recours aux soins ?
  • 2. Urbanisation et système de soins : quels liens entre urbanisation et système de soins ? Quelles inégalités d’offre, de couverture et d’accès aux soins ? Quels sont les déterminants de l’accessibilité aux soins ? Quelle organisation spécifique des systèmes de soins en milieu urbain (soins primaires, démographie médicale, réseaux de soins, transports, financements, etc.) ?
  • 3. Urbanisation et système de santé : Comment favoriser les approches inter-sectorielles (habitat, école, mixité sociale, etc) pour améliorer la santé dans les villes ? Comment décider et orienter des politiques de santé dans la ville? Comment construire l’animation de cette politique ? Qui intervient ? Qui informe ? Quel contrôle et quelle évaluation des politiques locales de santé? Quelle démocratie sanitaire ?
  • 4. Veille et observation de la santé et de ses déterminants : quels systèmes d’information et d’évaluation ? Comment développer des approches systémiques des liens entre urbanisation et santé ? Pour quelles modélisations ?
  • 5. Les nouveaux enjeux et nouveaux défis en matière de santé : les systèmes de santé, face à la crise et aux politiques d’austérité : quels sont les risques de marginalisation et de creusement des inégalités ? Quels en seront les coûts sociaux et territoriaux ? Comment financer la santé aujourd’hui et demain ?
  • 6. Formation et compétences : Comment adapter la formation supérieure des professionnels de santé et des décideurs aux nouveaux enjeux de santé dans la ville ? Comment promouvoir l’éducation pour la santé et le renforcement des capacités professionnelles ? Comment favoriser la transmission des connaissances entre chercheurs et décideurs ?

Cet appel à contribution est ouvert aux chercheurs des sciences sociales et de la santé, aux élus locaux et à leurs collaborateurs, aux acteurs de santé publique, investis dans le champ de la santé dans les villes.

Modalités

  • Les propositions de communications ou de poster, seront proposés en 500 mots (Français ou Anglais).
  • Seront présentés la question traitée (parmi une ou  plusieurs thématiques proposées), la méthodologie utilisée, les résultats et les mots-clés.  La proposition sera accompagnée de la fiche de renseignements

Date limite de soumission : avant le 15 janvier 2013.

Soumission des résumés et demande de renseignements :Cities.health@yahoo.fr,

  • Les communications et seront sélectionnées par le comité scientifique dans la seconde quinzaine de janvier.

Les frais de participation au colloque sont de 350 euros par personne, incluant la participation aux séances, les déjeuners. En cas de difficultés pour vous acquitter de ces frais, merci d’en informer  les organisateurs à l’adresse suivante :coordination@espt.asso.fr

Comité scientifique

  • Bayad Viviane Centre National de la Fonction Publique Territoriale, France
  • Bacqué Marie Hélène Université Paris Ouest Nanterre la Défense, France
  • Barten Barten International Society for Urban Health (ISUH), Holland
  • Capon Tony Université Canberra, Australia
  • César Christine Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé, France
  • Charbit Yves Université Paris Descartes
  • Corburn Jason Université de Californie, Berkeley, USA
  • Corrado Pauli Libera Università IULM, Milano, Italy
  • Debionne François-Paul Communauté Urbaine de Strasbourg, France
  • Diez Roux Anna Université du Michigan, Conseil International pour la Science, USA
  • Dumas Agnès Institut Gustave Roussy, France
  • El Ghozi Laurent Association Elus, Santé Publique & Territoires, France
  • Fantini Bernadino Université de Genève
  • Fournet Florence Institut de Recherche pour le Développement, Burkina Faso
  • Haines Andy London School of Hygiene and Tropical Medicine, U.K
  • Handschumacher Pascal Institut de Recherche pour le Développement, France
  • Krafft Thomas Université de Maastricht, Union Géographique Internationale, Holland
  • Laabi Belkacem Université Mentouri, Constantine, Algérie
  • Lang Thierry Université de Toulouse, Haut Comité de Santé Publique, France
  • Laval  Christian Université Lyon II, France
  • Leroy Eric CIRMF, Gabon
  • Le Torrec Virginie Mairie de Saint-Denis, France
  • Levin Iliana European Academic Global Health Alliance, Germany
  • Michel Joubert Université Paris VIII, France
  • Moon Graham Université de Southampton, U.K
  • Nath Indira Institut National des pathologies, ICSU, Inde
  • Nguendo Yongsi Blaise Université de Yaoundé, Cameroun
  • Niang-Diene Aminata Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal
  • Ompad Daniele International Society for Urban Health, New York University, USA
  • Parnell Sue  Université Cape Town, ICSUH, Afrique du Sud
  • Perrey Christophe Institut National de Veille Sanitaire, France
  • Pilot Eva Université de Maastricht, UGI, Holland
  • Potvin Louise Université de Montréal, Canada
  • Rovere Olivier Plateforme nationale de ressources des ASV, France
  • Salem Gérard Université Paris Ouest Nanterre la Défense- IRD- ICSU, France-Sénégal
  • Waleska Caiaffa Université Fédérale du Minas Gerais, ISUH, Brésil

Parution – Soin et politique

Parution – Soin et politique

 

WORMS Frédéric, Soin et politique, PUF, Paris, 2012.

 Cet ouvrage analyse tous les enjeux politiques du soin, au-delà de ce qu’on appelle la politique de soin : chaque dimension du soin (secours et soutien, travail et pouvoir, solidarité, souci) appelle en fait une politique qui traverse toutes les dimensions de nos sociétés et de nos vies. Il ne faut donc pas réduire le soin au seul secours et se demander si « la politique » doit le prendre en charge de façon minimale ou maximale, suscitant les spectres idéologiques du chacun pour soi ou de « l’assistanat ». Il faut au contraire analyser soigneusement les différents aspects du soin, et montrer qu’à chacun d’eux correspond une tâche politique précise. Ainsi, le secours appelle une prise en charge matérielle et sociale immédiate, tandis que le soutien subjectif appelle la construction de cadres le pouvoir médical appelle des limites, le travail social une reconnaissance la solidarité n’est pas seulement prestation mais aussi liberté et égalité le soin est enfin souci du monde, naturel et humain. Ce livre bref, synthétique, vise à ouvrir un nouvel espace de travail théorique et pratique pour le moment présent.

Introduction : Dimensions du soin

I – Secours et soutien

II – Travail et pouvoir

III – Liberté et égalité

IV – Du monde, cosmique et politique

Conclusion : Dimensions de la politique

Frédéric Worms est professeur à l’Université de Lille III et directeur du CIEPFC à l’ENS. Il a publié Le moment du soin (Puf, 2010) et codirigé La philosophie du soin (Puf, 2010) avec L. Benaroyo et C. Lefève.

Parution – Nouvelle revue Histoire, médecine et santé (numéro spécial Pudeurs, XVIe-XXe)

 Parution – Nouvelle revue Histoire, médecine et santé (numéro spécial Pudeurs, XVIe-XXe)

 

 Les membres du comité éditorial de la revue Histoire, médecine et santé, ont le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 1 de cette nouvelle revue d’histoire, dédiée aux recherches sur le corps, la santé et à la médecine (histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine / toutes aires culturelles).

Cette revue semestrielle (printemps-automne), éditée par Méridiennes (Framespa, Toulouse II), souhaite devenir un lieu d’échanges et de débats féconds ; nous vous invitons donc à nous contacter et à nous envoyer vos articles, propositions de dossiers thématiques et recensions.

Chaque numéro est constitué d’un dossier thématique contenant plusieurs articles de fond (5 à 6 articles), ainsi que des varia (2 à 3 articles). Une troisième rubrique « Sources et documents » propose des bilans historiographiques et méthodologiques sur des sources sollicitées par les historien-ne-s et laisse une large place à leur édition. Des comptes rendus d’ouvrages sont également proposés.

 

Pour plus de renseignements sur cette revue, veuillez vous reporter à l’adresse suivante :

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/publications/histoire-medecine-et-sante/

 

Ou contacter le secrétariat de rédaction à cette adresse : nahema.hanafi@gmail.com

 

Et enfin, pour vous abonner :

http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/boutique/spip/spip.php?article343

 

 

Le premier numéro propose un dossier thématique sur l’histoire de la pudeur (XVIe-XXe siècle).

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/sante-et-societe/histoire-medecine-et-sante-n-1-pudeurs-159089.kjsp?RH=1333370507443

 

SOMMAIRE (N°1 – Printemps 2012)

Editorial Pierre C. LILE

Dossier thématique : PUDEURS

Nahema HANAFI, Introduction. Pudeurs des souffrants et pudeurs médicales

Dominique BRANCHER, Splendeurs et misères des figures de style. Pudeurs du discours médical aux XVIe et XVIIe siècles

Elsa NICOL, Face aux cancers féminins : dévoiler et porter le fer (XIXe siècle)

Claire BARILLE, Les vaines pudeurs à l’hôpital (XIXe siècle)

Anne CAROL, Pudeurs et manipulations médicales du cadavre (France, XIXe siècle)

Cécile ESTIVAL, Incidences de l’imagerie médicale sur la pudeur dans la relation patients-soignants

VARIA

Jean-Christophe SANCHEZ, Observations des météores et médecine aux Temps Modernes

Alexandre KLEIN, Contribution à l’histoire du « patient » contemporain. L’autonomie en santé : du self-care au biohacking

SOURCES ET DOCUMENTS

Séverine PILLOUD, Récit du corps et de la maladie dans les lettres de consultation adressées au médecin suisse Samuel Auguste Tissot (1728-1797)

COMPTES RENDUS

Alexandre KLEIN – RIEDER Philip, La Figure du patient au XVIIIe siècle

Olivier MUNOZ – CHAMAK Brigitte, Cent ans de recherches en cancérologie : le rôle d’Antoine Lacassagne (1884-1971)

Laurence TALAIRACH-VIELMAS – ALBERTI Samuel J. M., Morbid Curiosities : Medical Museums in Nineteenth-Century Britain

Jean-Yves BOUSIGUE – DRULHE Marcel et SICOT François (dir.), La santé à cœur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin

Anaïs LEWEZYK – LE DOZE Camille, La puce. De la vermine aux démangeaisons érotiques

Editeur

Méridiennes (Framespa UMR 5136), meridiennes@univ-tlse2.fr

 

Fondateur et président d’honneur

Pierre C. Lile (CEHM/Framespa, Toulouse II)

 

Directeur de publication 

Didier Foucault (Framespa, Toulouse II)

 

Secrétaire de rédaction  

Nahema Hanafi (Framespa, Toulouse II / IUHMSP, Unil)

 

Comité de rédaction 

 

Claire Barillé (IDHE, Paris X)

Jean-Yves Bousigue (Framespa, Toulouse II)

Sylvie Chaperon (Framespa, Toulouse II)

Jean-Christophe Courtil (PLH, Toulouse II)

Anaïs Lewezyk (Framespa, Toulouse II)

Yves Lignereux (Framespa, Toulouse II)

Andrew Mendelsohn (Imperial College, Londres)

Evelyne Samama (IEC, Versailles Saint-Quentin)

Laurence Talairac-Vielmas (CAS, Toulouse II)

Bruno Valat (Framespa, Toulouse II)

Sophie Vasset (LARCA, Paris VII)

François Zanetti (CHISCO, Paris X)

 

Comité scientifique

Vincent Barras (IUHMSP, Unil)

Lawrence Brockliss (Magdalen College, Oxford)

Giulia Calvi (IUE, Florence)

David Cantor (NIH, Maryland)

Anne Carol (Telemme, Aix-Marseille I)

Hélène Cazes (University of Victoria)

Claire Crignon (CERSES, Paris IV)

Véronique Dasen (Université de Fribourg)

Paul Dutton (Northern Arizona University)

Claire Fredj (IDHE, Paris X)

Charles Hayter (University of Toronto)

Ilana Lowy (Cermes3, Inserm)

Rafael Mandressi (CNRS, Alexandre Koyré)

Karen Nolte (Institut für Geschichte der Medizin, Würzburg)

Concetta Pennuto (CESR, Tours)

John Pickstone (CHSTM, Manchester)

Séverine Pilloud-Savovic (HEdS-La Source, Lausanne)

Philip Rieder (Institut d’éthique biomédicale, UNIGE)

Jonathan Simon (S2HEP, Univ. Lyon I)

Georges Vigarello (EHESS, Centre Edgar Morin)

 

 

 

Appel à communication – Sélection, tri et triage en médecine. Logiques, pratiques et valeurs

Université Paris Diderot

SPHERE – Sciences, philosophie, histoire – UMR 7219

Centre Georges Canguilhem

Centre d’Etudes du Vivant

Institut des Humanités de Paris

Fondation Maison des sciences de l’homme

Collège d’Etudes Mondiales – Chaire Anthropologie et santé mondiale

Institut Universitaire de France

 

Appel à propositions

 

Colloque International

« Sélection, tri et triage en médecine. Logiques, pratiques et valeurs »

19-20 novembre 2012

Amphithéâtre Buffon, Université Paris Diderot

 

La notion de triage provient de la médecine de guerre et de la médecine des catastrophes, où les médecins, dans des situations où le nombre de blessés dépassait largement les capacités de prise en charge, durent déterminer quels patients traiter en premier. Ordonner les patients par ordre de priorité est aussi une routine quotidienne de la médecine d’urgence, où elle tient lieu de nécessité. Plus généralement, le triage est devenu central dans la médecine contemporaine : de nombreuses situations et décisions médicales conduisent à distinguer et à sélectionner les « bons » et les « mauvais » sujets, susceptibles d’être soignés, hospitalisés ou inclus dans des protocoles de recherche, ou non.

Ce colloque se donne pour objectif d’étudier les logiques et les pratiques de tri et de sélection des sujets dans le soin et dans la recherche. Il s’agira en particulier de décrire les raisonnements épistémologiques, politiques et éthiques qui sous-tendent, explicitent ou légitiment ces pratiques. Il s’agira aussi de rapporter les opérations et les logiques de tri à leurs contextes politiques, sociaux et économiques en tentant de comprendre comment le triage procède – tout en les produisant – de principes, de valeurs et de choix autant que de contraintes matérielles et de nécessités économiques.

De telles analyses permettraient de construire une réflexion éthique critique, attentive aux inégalités de traitement et aux effets de violence et de « négligence » structurelle en médecine. En opérant le choix des corps dignes d’attention, le triage constitue – c’est notre hypothèse – un « envers » du soin, mais aussi un fondement de la pratique médicale et des biopolitiques contemporaines.

Le colloque réunira des spécialistes de l’histoire, de la philosophie et de l’anthropologie de la médecine, ainsi que des spécialistes de l’éthique médicale et des praticiens, cliniciens et humanitaires. Les propositions concernant les questions suivantes seront les bienvenues : l’assistance médicale à la procréation ; la médecine d’urgence ; la médecine militaire ; la réanimation ; les soins de suite et les soins palliatifs ; les greffes ; l’éducation thérapeutique des patients ; la médecine génétique et prédictive (incluant les problématiques de dépistage, de tri embryonnaire et d’IMG) ; les essais cliniques ; la médecine personnalisée ; les recherches et politiques de santé dans les pays du Sud ; les politiques de santé publique, à l’échelle nationale et internationale.

 

Les propositions de communications (titre et résumé de 300 mots pour une communication de 30 minutes) sont à envoyer avant le 15 mai 2012 à lachenal@univ-paris-diderot.fr ou celine.lefeve@gmail.com

Les communications pourront être données en français ou en anglais.


Organisation : Céline Lefève, Centre G. Canguilhem/SPHERE/Paris Diderot & Guillaume Lachenal, SPHERE/Paris Diderot/IUF

Comité scientifique : Jean-Claude Ameisen, Centre d’Etudes du Vivant/Paris Diderot ; Claude–Olivier Doron, Médecins du Monde ; Marie Gaille, CERSES/CNRS/Paris Descartes ; Dominique Lecourt, Centre G. Canguilhem/Paris Diderot ; Anne – Marie Moulin, SPHERE/Paris Diderot ; Vinh–Kim Nguyen, Université de Montréal/Collège d’Etudes Mondiales


 

 

Université Paris Diderot

SPHERE – Sciences, philosophie, histoire – UMR 7219

Centre Georges Canguilhem

Centre d’Etudes du Vivant

Institut des Humanités de Paris

Fondation Maison des sciences de l’homme

Collège d’Etudes Mondiales – Chaire Anthropologie et santé mondiale

Institut Universitaire de France

 

Call for papers

 

International conference

« Triage, sorting and selection in medicine. Logics, practices, values »

19-20 november 2012

Amphithéâtre Buffon, Université Paris Diderot

 

Triage originated when doctors went to war, or confronted disasters. When the number of casualties overwhelmed the capacity to care for them it was necessary to determine the order and priority of patients to be treated. Today triage is central to emergency medicine: even when resources are adequate to treat all patients, they must still be sorted in order of priority. Triage has in fact become integral to contemporary medicine, occurring whenever situations demand decisions be made to prioritise treatment, or determine which subjects should receive care, be admitted to hospital, or be enrolled in clinical trials.

This conference will study the logics and practices of the triage: the sorting and the selection of subjects in medical care and research. It will addresss the epistemological, political and ethical rationalizations which underpin, enact and legitimate triage. It will examine triage operations in their political, social and economic contexts. It seeks to understand how triage proceeds from, and at the same time produces, principles, values and choices as well as material constraints and necessities.

The analytic focus on triage renews the critical and ethical reflection on medicine, by bringing to fore inequalities in access to treatment, structural violence and structural neglect. As triage operates choices among the bodies deserving attention, it constitutes – this is our hypothesis – the other side of care, and the very foundation of contemporary medical practices and biopolitics.

The conference will bring together historians, philosophers and anthropologists, as well as specialists in medical ethics and practitioners of clinical medicine and humanitarian aid. Contributions will cover assisted reproductive technology, emergency medicine, military medicine, reanimation, palliative care, therapeutic education, genetic and predictive medicine (including issues of embryo screening), clinical trials, personalized medicine, medical research and medicine in the global south, and national and global public health.

 

Proposals (including a title and a 300 words abstract for a 30 minutes presentation) should be sent before 15 May 2012 to lachenal@univ-paris-diderot.fr or celine.lefeve@gmail.com

We will consider submissions in English and French.


Organisation : Céline Lefève, Centre G. Canguilhem/SPHERE/Paris Diderot et Guillaume Lachenal, SPHERE/Paris Diderot/IUF

Comité scientifique : Jean-Claude Ameisen, Centre d’Etudes du Vivant/Paris Diderot ; Claude–Olivier Doron, Médecins du Monde ; Marie Gaille, CERSES/CNRS/Paris Descartes ; Dominique Lecourt, Centre G. Canguilhem/Paris Diderot ; Anne – Marie Moulin, SPHERE/Paris Diderot ; Vinh–Kim Nguyen, Université de Montréal/Collège d’Etudes Mondiales

Appel à contribution – Revue Genre, sexualité et société

Appel à contribution – Revue Genre, sexualité et société
Genre, sexualité & société, revue électronique, à comité de lecture, pluridisciplinaire et internationale, de langue française, entièrement dédiée aux recherches sur le genre et la sexualité, lance un appel à articles pour les prochains numéros à paraître (rubrique « VARIA »).
Tout type de contribution inédite sera étudiée, qu’elle provienne de jeunes chercheur-e-s ou de chercheur-e-s confirmé-e-s.
La revue Genre, sexualité & société souscrit pleinement aux principes de l’évaluation par les pair-e-s. Tous les articles proposés sont soumis de façon anonyme.
Pour soumettre un article, suivre les instructions en ligne: http://gss.revues.org
Les cartes, tableaux, illustrations, photos devront aussi être envoyés dans un fichier séparé. Les auteur-e-s veilleront en outre à ce que les légendes et les titres des figures soient clairement indiqués sur celles-ci.
Vous êtes invité-e-s à nous faire parvenir vos articles à l’adresse e-mail suivante : gss@revues.org

Numéros parus :

1 / Printemps 2009 – Lesbiennes
2 / Automne 2009 – Actualité des échanges économico-sexuels
3 / Printemps 2010 – Révolution/Libération
4 / Automne 2010 – Egologies
5 / Printemps 2011 – Ailleurs
6 / Automne 2011 – Vieillir
Hors-série 1 / 2011

Numéros à paraître

7 / Printemps 2012 – Périphériques
8 / Automne 2012 – Rituels

Appel à contribution – La santé à l’épreuve des reconfigurations organisationnelles et communicationnelles : enjeux, défis et perspectives

Appel à contribution – La santé à l’épreuve des reconfigurations organisationnelles et communicationnelles : enjeux, défis et perspectives

 

Vendredi 27 janvier 2012  |  Montréal (Québec, Canada)

80e congrès international de l’ACFAS

 

Le système de santé est une organisation qui s’ouvre de manière exponentielle à son environnement. Quelles frontières, aussi bien professionnelles que politiques, s’en trouvent redessinées ? Quel visage de la santé en résulte-t-il ? Plus précisément, nous nous intéressons dans ce colloque aux reconfigurations organisationnelles et communicationnels qui travaillent actuellement le domaine de la santé. Par reconfiguration nous voulons faire appel aux multiples figures que prennent les organisations face aux enjeux et défis associés aux services de soins et à la promotion de la santé.

ANNONCE
  • Date : du 7 au 11 mai 2012
  • Lieu : Palais des Congrès – Montréal – Canada
  • Congrès organisé par : ACFAS Association francophone pour le savoir
  • Colloque organisé par : ComSanté, UQAM – Canada / CERTOP UMR5044 CNRS, Toulouse France / CRESPPA UMR7217, Paris France

La santé s’organise dans des institutions ou des réseaux que l’on considèrera comme des organisations. Par organisations de santé nous référons tant aux organisations médicales (les hôpitaux, les cliniques, etc.), qu’aux organisations de promotion et de prévention, voire de gestion de la santé, quelles soient privés ou publiques, internationales, nationales ou locales, à but lucratif ou non lucratif. En plus d’inclure une variété d’organisations formelles dans la notion d’ « organisations » de santé, nous proposons, en suivant en cela Zoller (2010)[1], d’ouvrir la réflexion sur l’organisation en tant que processus de réagencement du social, c’est-à-dire questionner, par la clé d’entrée des processus communicationnels, les formes de constitution et transformation des systèmes de santé. Plus précisément, nous nous intéressons dans ce colloque aux reconfigurations organisationnelles et communicationnels qui travaillent actuellement le domaine de la santé. Par reconfiguration nous voulons faire appel aux multiples figures que prennent les organisations face aux enjeux et défis associés aux services de soins et à la promotion de la santé.

Les organisations subissent des reconfigurations qui posent la question de leurs frontières organisationnelles au regard de l’intégration de plus en plus prononcée d’acteurs de la société civile (les associations de patients, les citoyens auxquels est offert la possibilité de consulter les rapports sur les hôpitaux, par exemple) et d’un Etat préconisant des principes de responsabilisation. Ceci interroge les nouvelles missions des organisations de santé prises entre une mission fondamentale de soin, mais également une mission économique au sens où les contraintes du système de santé poussent à leur gestion maîtrisée ; s’ajoute une mission civique selon laquelle les organisations de santé exercent une responsabilité sociale.

Qu’il s’agisse de nouvelles démarches de gestion, de nouvelles formes de normalisation, de nouveaux standards, de nouveaux acteurs, de nouvelles maladies, ces transformations amènent les organisations à se renouveler, à se reconfigurer. Ces reconfigurations passent par de nouvelles formes de communication, qui visent à assurer aussi bien l’interopérabilité des systèmes – le partage de l’information et des savoirs – que la coordination et la redéfinition des soins. Le besoin de coordination et ses modalités ne s’expriment pas de la même manière selon les contextes sociaux et les contextes organisationnels. Or ces reconfigurations organisationnelles interrogent les transformations associées des activités de communication. Si la notion de « configuration » nous enjoint à saisir les formes, les structures, les « patterns » associés à ces mutations, notons que le préfixe ‘re’ de « reconfiguration » nous en rappelle le mouvement continu – le caractère dynamique des transformations du système de santé – ainsi que son caractère itératif : s’agit-il de configurer afin d’assurer une certaine continuité, de concilier changement et permanence ?

Trois types de reconfigurations sont ici différenciés: (1) les reconfigurations des systèmes de santé nationaux ou internationaux, touchant la viabilité et la mise en cohérence des réseaux de santé, (2) les reconfigurations institutionnelles, touchant les missions des organisations de santé et leurs modes opératoires, (3) les reconfigurations professionnelles, touchant les territoires et les formes de coordination des individus et groupes participant aux service de soins et à la promotion de la santé. Ces trois formes de reconfiguration soulignent l’importance de la mise en cohérence des multiples figures de l’organisation de la santé, figures associées à des impératifs tantôt sociaux ou économiques, tantôt technologiques ou relatifs aux pratiques professionnelles, tantôt administratifs ou éthiques.

Le système de santé est une organisation qui s’ouvre de manière exponentielle à son environnement. Quelles frontières, aussi bien professionnelles que politiques, s’en trouvent redessinées ? Quel visage de la santé en résulte-t-il ? Les axes suivants proposent différentes avenues pour en dresser le portrait.

Axe 1 – Développement des réseaux, reconfigurations territoriales, politiques des soins et relations inter-organisationnelles

Dans les évolutions des systèmes de santé on peut constater des transformations liées aux politiques de santé. Les politiques de gestion des territoires (par exemple, politique de regroupement des hôpitaux en France) ne sont pas sans effet sur la manière de communiquer ensemble et à distance. Il existe des interventions règlementaires ou incitatives qui peuvent changer la donne : le partage des informations en temps réel au travers de réseaux informatisés, le développement du dossier patient, sont autant de dimensions qui interfèrent sur les manières de travailler ensemble, sur un même site et à distance.

La répartition des actes ou des populations à prendre en charge s’appuie également sur un partage renouvelé entre secteur public et secteur privé. On constate par exemple en France un clivage entre les interventions courantes, à faibles risques et bien remboursées, prises en charge par le privé, et celles plus complexes et à risque laissées au secteur public. Qu’en est‐il des autres pays ? Comment se fait le partage entre institutions ? Existe‐t‐il une spécialisation en fonction de critères financiers, sociaux, ou en fonction des types de spécialisation ? La séparation s’accompagne t‐elle de formes de coopérations et lesquelles ?

Les réseaux de soin constituent une forme particulière de relations entre institutions. Les établissements doivent progressivement obtenir des autorisations de prise en charge sur certains types et niveaux de pathologie, selon un dispositif qui dessine différents territoires du soin en même temps que des formes de parcours préconisés. Comment peut‐on caractériser les modalités de la coopération dans ces configurations ? Il sera intéressant de montrer comment se construit le fonctionnement des réseaux de soins dans différents pays, comment les différents acteurs s’organisent entre eux. Peut‐on rapporter la forme d’organisation observée à une prise en charge spécifique liée à une pathologie, ou bien ces prises en charges sont‐elles liées à la composition des réseaux et à la diversité professionnelle de leurs membres?

Axe  2- Formalisation et standardisation, reconfigurations des pratiques professionnelles

On constate un développement des certifications qualité, des règles de sécurité, des dispositifs gestionnaires au plus près de l’activité. Ainsi les politiques publiques de ces dernières décennies ont cherché à introduire progressivement la dimension économique dans la décision de soin. Les transformations des modalités de coordination tiennent également à la formalisation et la standardisation des méthodes et procédures, à travers la protocolisation, les prescriptions de ‘bonne pratique’, et autres recommandations associées à l’évaluation des pratiques professionnelles. Au‐delà des méthodes elles‐mêmes, ce sont aussi les valeurs, les normes professionnelles qui sont travaillées par des référentiels issus du secteur marchand et qui font l’objet de formes diverses d’appropriation (gestion de la qualité, gestion des risques, démarche processus…).

La question du temps et des effectifs est aussi un élément important à prendre en compte. On peut s’interroger sur la manière dont s’accroit l’intensité du travail dans un contexte marqué par la pénurie. Comment évoluent les collectifs de travail ? Y a‐t‐il une montée en puissance des fonctions d’encadrement et une transformation de ses missions, des manières de les conduire ? L’accès à ces fonctions est‐ elle liée à la trajectoire de soin ou constate‐t‐on une diversité dans la manière de pourvoir ces fonctions ?

Axe 3 : Déploiement et reconfigurations associés à la mise en œuvre des technologies dans les systèmes de santé

Au regard des évolutions observables dans les services de santé, il est possible d’identifier deux logiques fortes dans les formes de mobilisation des TIC :

  1. Une logique d’intégration des systèmes d’information des établissements incluant l’extension de cette informatisation aux activités de soins. Les TIC constituent de plus en plus la trame des activités opérationnelles et de gestion, en les imbriquant, en lien avec des objectifs de meilleure efficience,,de maîtrise budgétaire, et de traçabilité requise par les exigences médico légales ;
  2. Une logique de développement de formes d’interopérabilité entre systèmes d’information des établissements et autres opérateurs des réseaux de santé (notamment, médecine de ville), pour assurer le suivi des patients, dans un contexte de parcours de soins marqués par des épisodes de plus en plus spécialisés, mis en oeuvre par une offre de services régionalisée, organisée en termes de complémentarité et privilégiant les soins ambulatoires.

L’offre de solutions informatiques apparaît en bonne part limitée, peu stabilisée, parfois technologiquement dépassée. Comment caractériser cette offre selon les pays, et comment expliquer cette situation ? Comment les établissements opèrent‐ils le choix de déploiement de ces systèmes, quel rôle est attribué aux professionnels de santé ? En quoi ces nouveaux systèmes participent‐ils d’une évolution des activités, de leur coordination, et de la relation au patient ? Les changements dans les modalités de la coordination peuvent être liés aux évolutions des objets techniques (dossier du patient papier ou informatisé, fiches de reporting ou d’enregistrement de l’activité), ainsi qu’aux nouvelles taches qui incombent aux personnels soignants.

L’instauration d’un système d’information de santé n’a pas seulement une finalité comptable et statistique ; elle tend à évaluer l’efficacité des activités thérapeutiques et soumettre l’activité médicale au contrôle de la représentation nationale et des services de l’administration. Ces transformations ne sont certainement pas sans effet sur les charges de travail, la répartition des activités et l’échange des informations, notamment parce qu’elles introduisent de nouvelles dépendances entre services. Ce travail d’organisation est d’autant plus complexe que différentes réformes se succèdent et sédimentent des pratiques, des règles, des habitudes qui se superposent sans toujours permettre le fonctionnement souple et réactif nécessaire aux professionnels.

Axe 4: Les figures du patient en tant que citoyen, partenaire, usager, consommateur….les figures de l’organisation sociétale, partenaire, de service, productrice…

Une autre dimension importante des transformations en cours a trait aux patients et à la façon dont ils s’inscrivent dans la relation de service qui les lie aux professionnels des établissements de soin. Ces évolutions mettent notamment en jeu les transformations du droit des patients, de leur approche des pratiques de soins et leurs rapports aux professionnels de santé en lien avec des évolutions sociales plus globales. La relation de soin est de plus en plus vue comme une coproduction entre les professionnels et les malades. Les patients cherchent dans les médias et via l’internet des informations sur les pathologies et les thérapies, au risque de s’égarer dans cette profusion de discours. Cette nouvelle posture des patients et de leur environnement familial interroge sur l’évolution des rapports aux soignants, au plan notamment de la nécessaire construction de la confiance qui combine diversement connaissances et croyances (Karpik, 2007)[2].

Par ailleurs, le développement des associations de patients, et l’obligation de représentation des usagers au sein de divers conseils et commissions de l’hôpital posent la question de l’effectivité de ce que certains experts appellent la ‘démocratie sanitaire’. En quoi et à quelles conditions cette participation renouvelée des patients contribue‐t‐elle aux transformations des organisations hospitalières ?

Enfin, la montée en puissance du rôle des établissements du secteur privé au sein des réseaux de santé interroge sur les conditions de cet accès au soin, sur l’information dont disposent les patients, et plus largement sur les formes renouvelées des inégalités de l’accès aux soins.

Axe 5 : Le rapport entre établissements de santé, système de santé et société civile : une mission reconfigurée ?

Les établissements de santé sont de plus en plus interpelés dans les média au plan de leur responsabilité dans les maladies nosocomiales, et plus largement du point de vue de la qualité des soins prodigués aux patients. La médiatisation des risques de pandémies interroge également sur le rôle des différents types d’acteurs au sein des systèmes de santé du point de vue de leur prise en charge et de leurs territoires d’intervention. Les formes de rationalisation de l’offre de soins, qui tendent fréquemment à concentrer l’offre sur des pôles régionaux suscitent des réactions au sein de la population, qui manifeste son inquiétude au regard de l’éloignement des établissements de santé. Comment les établissements de santé tentent‐ils d’instaurer de nouvelles relations avec la population ? Peut‐on parler du développement d’un débat public autour des enjeux de santé, sur quelles questions, et quelles formes prend‐il ?

Dans ce contexte, les établissements de santé se voient assignés de nouvelles missions qui dépassent leur rôle premier de soin. Il s’agit de promouvoir et d’accompagner la société dans sa prise en main de la santé. Les Hôpitaux Promoteurs de Santé, par exemple, se doivent d’éduquer – et non plus soigner – non seulement le patient mais aussi le citoyen. La maîtrise de la santé ne relève plus de compétences curatives seules mais d’un transfert de compétences habilitantes pour l’individu dans la prise en charge autonome de sa santé.

Axe 6 : La santé comme domaine d’étude, reconfigurations interdisciplinaires

La santé n’est-elle qu’un domaine d’études parmi d’autres utiles aux chercheurs dans la connaissance de mouvements plus généraux ? Sa spécificité nécessite-t-elle de l’appréhender selon des méthodes, des croisements disciplinaires inédits ? Cet axe insiste sur une dernière figure de la santé – la santé en tant qu’objet d’étude – et encourage à une réflexion questionnant les défis que cette figure soulève afin d’en délimiter les traits.

Conditions de participation

Les auteurs enverront une proposition de communication de 3 000 signes (espaces compris) et un résumé de 10 lignes, en format Times New Roman, caractère 12 et interligne simple,

au plus tard le 27 Janvier 2012.

Cette proposition doit être adressée à : vasquez.consuelo@uqam.ca ; jolivet.alexia@courrier.uqam.ca

Les propositions de communication ainsi que les articles feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par les membres du comité scientifique. Les communications sélectionnées seront réparties en ateliers (voir les thématiques). Il conviendra donc pour les auteurs de rendre leurs propositions d’articles anonymes, en envoyant deux types de documents :

  1. Une fiche en format A4 comprenant le titre de la proposition d’article, le nom de l’auteur, son rattachement institutionnel, sa fonction, ses adresses électronique et postale, son numéro de téléphone : merci de bien compléter ces informations, elles sont requises dès soumission pour que nous puissions vous faire figurer sur le programme de l’ACFAS ;
  2. En format A4, le titre de la proposition d’article et le texte de l’article.
  • Décision du comité scientifique : 15 Février 2012
  • Remise des contributions (20 000 à 30 000 signes) : 6 Avril 2012

Publication des actes

Les actes  seront publiés sur le site du Centre institutionnel de recherche sur la communication et la santé de l’UQAM – ComSanté.

Tout participant-contributeur au colloque doit s’inscrire au congrès de l’ACFAS (http://www.acfas.ca/congres/). L’inscription (1) donne accès à toutes les séances du congrès et (2) donne droit à l’abonnement à la revue Découvrir.

Compte tenu des règles de l’ACFAS, les communications seront mises en ligne après inscription au congrès.

Responsables scientifiques de la manifestation

  • Anne Mayère, Professeure en sciences de l’information et de la communication, Université de Toulouse, CERTOP, UMR 5044, Centre d’Etude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir
  • Consuelo Vasquez, Professeur adjointe au département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal, ComSanté: Centre de recherche sur la communication et la santé
  • Régine Bercot, Professeure de sociologie, Université Paris 8, Laboratoire CRESPPA, UMR 7217, équipe Genre Travail Mobilité
  • Alexia Jolivet, Stagiaire postdoctorale au Laboratoire ComSanté, Centre de recherche sur la communication et la santé, Université du Québec à Montréal, et chercheure au CERTOP, Centre d’Etude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir, UMR CNRS 5044 Université de Toulouse.

Calendrier :

  • Date limite de réception des propositions de communication : 27 janvier 2012
  • Evaluation par le comité scientifique : du 27 janvier au 15 Février 2012
  • Retour vers les auteurs : 17 février
  • Envoi par les auteurs de leur communication : 6 avril 2012

Renseignements: vasquez.consuelo@uqam.ca ;  jolivet.alexia@courrier.uqam.ca ;  anne.mayere@iut-tlse3.fr ; regine.bercot@gtm.cnrs.fr

Notes

[1] Heather M. Zoller (2010). What Are Health Organizations? Public Health and Organizational Communication. Management Communication Quarterly. 24(3) 482–490

[2] Karpik L., (2007), L’économie des singularités, éd. Gallimard.

Contact
  • Anne Mayere
    courriel : anne [point] mayere (at) iut-tlse3 [point] fr

Parution – L'hôpital en réanimation: le sacrifice organisé d'un service public emblématique

Parution – L’hôpital en réanimation: le sacrifice organisé d’un service public emblématique

 

Bertrand Mas, Frédéric Pierru, Nicole Smolski, Richard Torrielli (dir.), L’hôpital en réanimation: le sacrifice organisé d’un service public emblématique, Paris, Editions du Croquant (Savoir/Agir), 2011.

Un livre sur les transformations actuelles du monde hospitalier, et plus largement sur celles des services publics et de l’Etat.

Introduction: Des praticiens et des chercheurs croisent leurs diagnostics et leurs pronostics

Il est des rencontres qui font un livre et fondent une ambition. À l’occasion du séminaire de réflexion organisé par le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs élargi (SNPHAR-E), médecins hospitaliers, professionnels de terrain, économistes, sociologues, philosophes, ont cherché à décoder les raisons du malaise profond qui affecte aujourd’hui l’hôpital public. Nous avons décidé de livrer ici les clés de ce décryptage.

Un constat s’impose. Lentement, progressivement, insidieusement, depuis plus de 30 ans, malgré les impasses et les effets pervers des réformes néo-libérales, les politiques publiques nationales et européennes ont créé les conditions de la privatisation et de la libéralisation de notre système de santé solidaire. Et le fait le plus frappant réside en ce que ces évolutions ont été conduites dans une opacité totale sans que jamais le débat démocratique ne puisse véritablement s’emparer de ce sujet crucial et offrir un choix clair aux citoyens.

Qui sait qu’il n’existe plus, juridiquement, d’hôpitaux publics en France puisque la catégorie d’« hôpital public » a été méthodiquement rayée de la législation à l’occasion de l’adoption de la loi portant réforme de l’hôpital, le 21 juillet 2009 ?

Qui sait que les décisions administratives au sein des hôpitaux sont désormais motivées par la rentabilité forcenée, la mise en concurrence acharnée et la conquête de parts de marché ? Les réunions hospitalières institutionnelles sont devenues de véritables réunions de directoire d’entreprises marchandes.

Qui sait qu’aujourd’hui les médecins hospitaliers, et demain les infirmières, peuvent être rémunérés à la performance selon des critères édictés par des agences paraétatiques ? Le médecin qui vous prend en charge ne vous soigne plus seulement en conscience. Il a aujourd’hui perdu une part de son autonomie, de son indépendance et de son libre arbitre. Sa pratique n’est plus uniquement fonction des données de la science ou de son expérience. Il est un médecin sous influence. Influence administrative car la verticalisation et la concentration des pouvoirs aux mains d’exécutifs non élus (chefs d’établissement, directeurs généraux des ARS) atteignent aujourd’hui un paroxysme. Influence économique car tout le champ de la médecine semble devoir se réduire en une somme d’actes techniques juxtaposés auxquels correspondent des tarifs précis, ajustables à tout moment. Des agences conseillent ou promeuvent tel ou tel mode de prise en charge. Et de votre compliance, voire de votre soumission dépendront la pérennité de votre emploi de médecin hospitalier, devenu précaire, et le montant de votre rémunération, devenue variable. Influence juridique, enfin, car la recherche de la guérison sans incident, sans accident et sans séquelle s’est introduite dans la relation médecin-malade et tend à faire disparaître le « colloque singulier » au bénéfice du contrat de résultat.

Beaucoup l’ignorent. Pourtant il s’agit de mesures souvent techniques qui, en s’empilant au fil du temps, finissent par opérer une véritable révolution à la fois conceptuelle et pratique. L’on pourrait même parler d’une contre-révolution tant, en réalité, l’objectif, d’ailleurs assumé par certains idéologues patronaux, est de sacrifier notre modèle de protection sociale, hérité du Conseil national de la Résistance.

Paradoxalement, ce sont des bouleversements que beaucoup de médecins ont validés, plus ou moins consciemment, oubliant parfois le sens profond de leur vocation à soigner. Sont-ils pour autant responsables de n’avoir su résister et de s’être ainsi compromis à accepter, la lassitude aidant, ce renoncement éthique et déontologique ; et pour certains, de se rendre même complices de cette nouvelle doctrine par l’acceptation du rôle de « manager » que veut leur conférer la nouvelle gouvernance de l’hôpital ? En réalité, une analyse attentive des réformes démontre que la conversion du monde médical aux valeurs mercantiles est le fruit d’une volonté délibérée et d’une impulsion programmatique d’une technocratie gestionnaire et des lobbies assurantiels et industriels : « On ne naît pas marchand, on le devient. » Ce furent des évolutions extrêmement progressives et souvent insidieuses, de sorte qu’elles furent difficiles à dénoncer pour un professionnel accaparé par son activité quotidienne auprès des malades. D’ailleurs, le médecin ainsi conquis à son insu n’était probablement pas intellectuellement équipé pour comprendre et faire barrage à cette offensive du marché et de l’État, lesquels avaient scellé de longue date un pacte inavoué consacrant la dissolution de l’hôpital public.

Ce déni de démocratie est la marque de fabrique des récentes réformes (financement des hôpitaux, Loi HPST) et il est aujourd’hui à l’origine d’une spirale de défiance qui abîme les relations entre les soignants, certains administratifs et les patients. Or, sans confiance il n’est point de médecine efficace et solidaire au service de tous. Le discours de « la » réforme – sous-entendue la seule possible et imaginable – résonne violemment et assourdit celles et ceux qui croient en la suprématie des valeurs républicaines de solidarité, d’égalité et de méritocratie. Nous sommes désormais toutes et tous déstabilisé-e-s par des injonctions contradictoires et paradoxales permanentes. Et nous finissons parfois même par douter du sens premier de nos engagements.

Les pages qui vont suivre tentent donc de décrypter les réformes néo-libérales en cours. Le réquisitoire est accablant. Le constat éclairant. L’hôpital et ses réformes apparaissent paradigmatiques de l’évolution en cours et à venir des services publics.

Néanmoins, nous voulons conforter notre analyse au-delà de la simple dénonciation stérile d’un complot. L’alliance singulière des hommes et des femmes que nous sommes porte également l’ambition de proposer une vision différente et un projet à contre-courant de la pensée dominante. Nous devons rétablir l’autonomie et la prééminence des professionnels et des intellectuels en lieu et place des « experts » ; ces idéologues d’un nouveau genre usurpent la légitimité scientifique pour servir des intérêts privés bien plus prosaïques. L’invocation de la « science », de la « fatalité des faits », l’exhibition de statistiques plus ou moins fallacieuses, l’appel au « bon sens gestionnaire » sont censés faire taire le débat démocratique. Nous refusons cet évidement de la délibération collective. Contre eux, nous proclamons que la santé n’est pas un bien de consommation. Contre eux, nous défendons une recherche médicale et une formation médicale continue indépendantes. Contre eux, nous affirmons que les valeurs professionnelles d’éthique et de déontologie sont porteuses d’avenir pour nos métiers, et sont au fondement de la relation de confiance qui nous lie aux patients. Contre eux, nous pensons qu’un travail d’équipe serein est davantage vecteur d’efficience que les coûteuses politiques de l’évaluation quantophrène et de l’enfermement dans des normes élaborées en dehors, sinon contre les professionnels.

Enfin, nous sommes mus par une conviction forte : il existe, plus que jamais, une place pour un hôpital public d’excellence dans notre société. Et cette place doit être non seulement défendue, mais aussi étendue. L’hôpital public, en tant qu’il est seul porteur, au sein d’une offre de soins en voie de privatisation accélérée (médecine libérale, cliniques, industrie pharmaceutique), de la logique et des valeurs de service public, doit investir de nouveaux champs d’activité, en particulier la médecine de proximité, qu’elle soit curative ou, surtout, préventive. C’est en réalité en faveur d’une nouvelle ambition pour l’hôpital public que nous plaidons : un hôpital réformé, instrument de lutte contre les déserts médicaux, s’appuyant sur de nouveaux modes de gouvernance locale et régionale, ouvert sur son environnement, modèle de démocratie sanitaire et consacrant la fin d’une certaine médecine basée sur un mandarinat féodal. Il nous appartient de prendre en main nos destins et de tourner le dos aux résignations. Les défis sont nombreux. Certes. Mais, pour qui a le sens de l’Histoire et l’ambition du progrès, il est aujourd’hui deux enjeux majeurs à relever : réinventer l’hôpital public républicain et refonder les valeurs d’une médecine humaniste.

Il va de soi que si ce livre a été initié par des praticiens hospitaliers, issus d’une spécialité plutôt dominée dans le champ médical, il ne se veut absolument pas un plaidoyer pro domo des intérêts d’une profession médicale – au demeurant très éclatée tant dans ses conditions d’exercice, ses pratiques que dans ses revenus – que l’on considère souvent comme privilégiée et « intouchable 1 ». Les médecins ont l’habitude de travailler en équipe, avec les infirmières, les aides-soignantes, les assistantes sociales 2, etc. Les réformes mettent en cause non seulement l’hôpital public, institution républicaine où exercent tous les soignants, mais aussi les équipes elles-mêmes. À rebours donc de tout corporatisme, cet ouvrage vise, au contraire, à restituer et à expliquer, grâce à l’éclairage des sciences sociales, les plaintes ordinaires, formulées par toutes les catégories de soignants, face à un univers qui, sous l’effet des réformes, se bureaucratise, se déshumanise, génère toujours plus de démotivation et de résignation, de la souffrance au travail aussi, multiplie les conflits éthiques et de loyauté (« dois-je privilégier le bien du patient ou celui des finances de l’hôpital ? »).

Il est organisé en deux grandes parties. La première vise à restituer le contexte macro-économique et, surtout, macro- politique de la conformation toujours plus grande du monde hospitalier à la rationalité néo-libérale et aux préconisations du New Public Management. Elle démonte les engrenages idéologiques, budgétaires, instrumentaux de « La » réforme. La seconde partie s’efforce d’identifier les conséquences de cette grande transformation hospitalière sur les pratiques des soignants et, partant, sur la qualité des soins reçus (ou non) par les usagers de cette institution républicaine centrale. Ce faisant, cet ouvrage tente de tenir ensemble les dynamiques macrosociales et leurs manifestations les plus microsociologiques, les analyses de chercheurs en sciences sociales et en économie et les leçons qu’il est possible d’en tirer pour dessiner une réforme alternative de l’hôpital. Autrement dit, il se veut fidèle à l’ambition de la collection, savoir pour agir en faveur du progrès social.

 

Apple à communication – Les rapports entre mondialisation et systèmes de santé

Apple à communication – Les rapports entre mondialisation et systèmes de santé

 

Samedi 25 février 2012  |  Villetaneuse (93430)

L’ISRICH et l’A2ID proposent cette année aux chercheurs de toutes disciplines de réfléchir aux conséquences attendues de la mondialisation des systèmes de santé. Les principaux thèmes mis à l’étude sont : 1- Quelles conséquences attendre de la nouvelle donne mondiale en matière de santé ? 2- Quelles conséquences attendre de la spécialisation des territoires ou des régions sur un des secteurs de la santé ? 3- Quelles sont les nouvelles frontières matérielles et symboliques du soin et son impact sur les patients et les professions de la santé, ou sur les pratiques du soin elles-mêmes ? 4- Quelles sont les nouvelles définitions du soin, des systèmes de santé ? Quel en l’impact attendu en terme de politique publique et/ou au niveau des acteurs des systèmes de santé ?

6e Conférence ISRICH, 9ème conférence de l’A2ID (conférence jointe) :  Paris les 26 et 27 avril 2012.

L’Association ISRICH (International Society for Research on Innovation and Change in Health Care Systems) et l’A2ID (Association internationale et interdisciplinaire sur la décision) se penchent sur les nouvelles frontières matérielles et symboliques des systèmes de santé et ses implications au niveau individuel, organisationnel ou sociétal (choix sociaux).

Ces conférences conjointes sont organisées avec la concours de :

  • International Society for Research on Innovation and Change in Health Care Systems – ISRICH.
  • European Business School, Paris.
  • Université de Caen Basse Normandie (UCBN).
  • Université de Paris 13.
  • Pôle Risques, MRSH UCBN.
  • Centre d’Études et de Recherche sur les Risques et Vulnérabilités (CERReV EA 3918).
  • CEPN – CNRS, Université de Paris 13.
  • CR2S-Management, IGS, Paris.
  • Institut Européen des Affaires (IEA), Paris.
  • Institut Européen du Management Social (IEMS), Paris.
APPEL A COMMUNICATIONS :
Quelles conséquences peut-on en attendre à terme de la mondialisation des systèmes de santé ?

Depuis plus de trente ans, la constitution de groupes de santé transnationaux et la diffusion d’innovations médicales à travers le monde ont profondément bouleversé les systèmes de santé qui s’étaient bâtis sur des bases nationales ou locales.

Plusieurs pays (la Tunisie, la Hongrie, la Thaïlande ou plus récemment l’Inde) ont choisi de faire de la santé un axe de développement de leurs territoires avec des fortunes diverses tant du point de vue des Hommes que des territoires. Quel est l’impact escompté par les différentes politiques publiques sur les territoires ? L’innovation participe-t-elle réellement à l’amélioration des systèmes de santé ?

Face aux demandes d’adaptations dans ce secteur (arrivée du management, contraintes budgétaires, « crise » des professions de santé,…), différentes stratégies d’adaptation nationales, ou locales ont été expérimentées. La mondialisation de la santé est-elle subie ou au contraire participe-t-elle à la valorisation des territoires ?

Au côté des territoires, patients et professionnels de santé doivent composer avec ces évolutions. Comment se positionnent les professionnels de santé impliqués dans ce nouveau paysage du secteur de la santé ? Quelles stratégies d’adaptation ont-ils effectivement mis en place ?

Ce renforcement de l’industrie du soin en général ne doit pas occulter les profondes remises en cause dans la définition même des systèmes de santé. Ces systèmes sont-ils des éléments de sécurité, de stabilité et de gouvernance mondiale ? Quel est l’impact de ces réorganisations en matière de développements humains ? Comment repenser les politiques publiques de santé ? Quels sont les enjeux en matière d’éthique ? Constate-t-on au niveau local l’apparition de nouvelles formes de coopération ou de compétition au niveau des professionnels de santé (KickBusch, 2011) ?

Les principaux thèmes mis à l’étude sont :

  1. Quelles conséquences attendre de la nouvelle donne mondiale en matière de santé ?
  2. Quelles conséquences attendre de la spécialisation des territoires ou des régions sur un des secteurs de la santé ?
  3. Quelles sont les nouvelles frontières matérielles et symboliques du soin et son impact sur les patients et les professions de la santé, ou sur les pratiques du soin elles-mêmes ?
  4. Quelles sont les nouvelles définitions du soin, des systèmes de santé ? Quel en l’impact attendu en terme de politique publique et/ou au niveau des acteurs des systèmes de santé ?

ISRICH et l’A2ID accueillent chaque année des chercheurs et doctorants de différentes disciplines (économie, management, santé publique, anthropologie, sociologie…).

Session spéciale : Lecture et écriture d’article scientifique : Le colloque sera précédé d’une session spéciale animée par Georges Borgès Da Silva (rédacteur en chef de Pratiques et organisation des soins) consacrée à la lecture et à l’écriture d’articles scientifiques.

Toute inscription doit être faite aux organisateurs avant le 25 février 2012.

Modalités de soumission :

Les textes de communication (20 pages maximum, police 12, interligne 1, Times New Roman) doivent être adressées à Bertrand Pauget (bertrandpauget at ebs-paris.com)

Date limite pour la soumission des articles complets : 25 février 2012.

Retour motivé des avis du comité de lecture (relecture en double aveugle par les pairs) : 15 mars 2012.

Les langues de soumissions sont l’anglais et le français.

Comité scientifique :

  • Président : Ali Smida, A2ID, CR2S-Management, CEPN-CNRS, Professeur, Université de Paris 13, PRES Paris-Cité-Sorbonne, France.
  • Co-président : Bertrand Pauget, Professeur, EBS Paris, France.
  • Rajat Acharyya, Professeur, titulaire de la chaire du département économie, Jadavpur, Calcutta, India.
  • Thomas Grebel, Friedrich-Schiller, University of Jena, Germany.
  • Bernard Cadet, Professeur émérite, A2ID, CR2S-Management, Université de Caen – Basse Normandie, France.
  • Alina Gomez, A2ID, CR2S-Management, Professeur, Université Javeriana Cali, Colombie.
  • Henk Hadders, University of Gronigen, The Netherlands.

    Infos diverses :

Site Web du Colloque : Les informations sur le déroulement du colloque seront disponibles à l’adresse Internet suivante : http://www.isrich.eu

Frais d’inscription et de participation :

  • Pour les chercheurs et les professionnels : 100 euros (Cent euros) pour toute inscription avant le 20 avril 2011. 120 euros (cents vingt euros) au-delà du 20 avril 2011. Ce tarif inclut l’inscription à l’atelier d’écriture, l’inscription au colloque, les pauses café & les déjeuners durant l’atelier et le colloque.
  • Pour les étudiants & doctorants : 80 euros. Ce tarif inclut l’inscription à la session spéciale et le déjeuner. L’inscription au colloque, le(s) déjeuner(s) et les pauses café.
  • L’inscription à la soirée de gala du 26 avril est effectuée séparément et coûte 40 euros (quarante euros).
  • L’inscription seule à l’atelier d’écriture est possible au tarif de 40 euros (quarante euros). Ceci inclut les frais d’inscription et la pause déjeuner.


  • Bertrand Pauget
    courriel : bertrandpauget (at) ebs-paris [point] com


Parution – Le corps du chercheur. Une méthodologie immersive

Parution – Le corps du chercheur. Une méthodologie immersive

 

Bernard Andrieu (dir.), Le corps du chercheur. Une méthodologie immersive, Presses universitaires de Nancy, 2011.


Ce livre établit que le corps du chercheur(euse) est à comprendre à la fois en 1er et en 3e personne sans pour autant prétendre réduire l’écart méthodologique entre les deux et plaide, en épistémologie du corps, pour une anthropologie engagée dans le monde des autres.

La stratégie immersive est ici décrite de manière théorique par le philosophe Bernard Andrieu et sur le terrain des pratiques corporelles par l’anthropologie sociale d’Eric Perera, Sylvain Rouanet et Éric de Léséleuc.

Les stratégies de visibilisation et de stigmatisation des acteurs et actrices, comme les décrivent par les sociologues Natacha Chetcuti et Maxime Cervulle démontrent comment les lesbiennes et les femmes sont également minorées du fait de leur appartenance ethnoraciale.

Le savant lui-même, dès l’interaction objet-sujet comme l’analyse l’historien des sciences Sébastien Poinat, écrit à travers sa corporéité. L’épistémologue des Staps Matthieu Quidu accomplit un pas supplémentaire en envisageant l’expérience corporelle vécue des scientifiques.

 

Première partie : stratégies d’immersion

Bernard ANDRIEU — Introduction

Bernard ANDRIEU — Mon corps, projecteur ou immerseur ?

Eric PERERA, Sylvain ROUANET, Eric DE LÉSÉLEUC — Comprendre par corps le phénomène étudié ? Stratégies d’immersion dans un groupe de body-builders

Deuxième partie : le corps du savant

Sébastien POINAT — Le corps du physicien et le savoir

Matthieu QUIDU — L’aventure du corps dans la philosophie des sciences au XXesiècle : trois thèses sur la valeur épistémologique de la corporéité du savant

Troisième partie : modes de subjectivation

Natacha CHETCUTI — La sexualité comme mode de subjectivation politisée du genre ?

Maxime CERVULLE — La couleur des épistémologies. Race, politique des savoirs et Critical White Studies


Parution – Body and Society

Parution – Body and Society

 

Body and Society, juin/septembre 2011, n°17 (2-3)

 

Elizabeth F.S. Roberts and Nancy Scheper-Hughes

Introduction: Medical Migrations

 

Lawrence Cohen

Migrant Supplementarity: Remaking Biological Relatedness in Chinese Military and Indian Five-Star Hospital

 

Nancy Scheper-Hughes

Mr Tati’s Holiday and João’s Safari – Seeing the World through Transplant Tourism

 

Stefan Beck

Staging Bone Marrow Donation as a Ballot: Reconfiguring the Social and the Political Using Biomedicine in Cyprus

 

Ara Wilson

Foreign Bodies and National Scales: Medical Tourism in Thailand

 

Miriam Ticktin

How Biology Travels: A Humanitarian Trip

 

Ian Whitmarsh

American Genomics in Barbados: Race, Illness, and Pleasure in the Science of Personalized Medicine

 

Sandra Teresa Hyde

Migrations in Humanistic Therapy: Turning Drug Users into Patients and Patients into Healthy Citizens in Southwest China

 

Charis Thompson

Medical Migrations Afterword: Science as a Vacation?

Parution – Médecine et Sciences humaines. Nouveau manuel pour les études médicales

Parution – Médecine et Sciences humaines. Nouveau manuel pour les études médicales

 


Médecine et Sciences humaines. Nouveau manuel pour les études médicales, Sous la direction du collège national des enseignants de Sciences humaines et sociales en médecine, Paris, Editions Belles-Lettrs, 2011, 720 p.

Cet ouvrage pluridisciplinaire est destiné à accompagner l’enseignement de sciences humaines et sociales au sein de la formation médicale. Il s’adresse aux étudiants de médecine et à tous ceux qui s’engagent dans les métiers du soin ou qui s’intéressent aux questions épistémologiques, éthiques et sociales posées par la médecine contemporaine.
Les nouvelles relations entre soignants et patients, l’interrogation sur l’identité scientifique de la médecine, le développement spectaculaire des techniques médicales, l’exigence d’une sensibilisation aux enjeux éthiques et bioéthiques du soin face à l’évolution des demandes, individuelles et sociales, et aux perspectives ouvertes par les sciences du vivant appellent une réflexion spécifique.
Fournir des repères historiques et conceptuels à cette réflexion, interroger les présupposés de la pensée médicale, évaluer les multiples responsabilités liées au soin, promouvoir l’indépendance du jugement, le sens des problèmes et la clairvoyance critique sont les objectifs de l’introduction des sciences humaines dans le monde médical. L’ambition de ce recueil est d’y contribuer. Sans prétention encyclopédique, il invite le lecteur à s’approprier les questions à partir de regards croisés et à prendre ainsi la mesure de la diversité et de la complexité des problèmes humains de la médecine.
Le livre se compose d’une centaine d’études présentées par thématiques, de plusieurs annexes « ressources » (chronologies, références littéraires et cinématographiques, textes de référence en éthique et bioéthique) et d’un index analytique.
Les auteurs, médecins et non médecins, sont des spécialistes des thèmes abordés travaillant aussi bien en sciences humaines (comme anthropologues, économistes de la santé, historiens, juristes, philosophes, psychanalystes, psychologues, sociologues) que dans le monde de la santé (en biologie, cancérologie, génétique, gériatrie, médecine générale, médecine interne, neurologie, neurochirurgie, psychiatrie, rééducation fonctionnelle, et dans les soins infirmiers). Le projet résulte notamment de la collaboration de responsables et enseignants en sciences humaines et sociales des facultés de médecine françaises.

Appel à contribution – Bodies in Crisis

Call for Proposals for the International Conference – Bodies in Crisis

The Nordic Network Gender, Body, Health in collaboration with RIKK – Center for Women’s and Gender Research and EDDA – Center of Excellence at the University of Iceland

2-4 November, 2011
University of Iceland, Reykjavik

The Nordic Network Gender, Body, Health is based at the Centre for Gender Research at Uppsala University, Sweden and had its first network meeting in January 2008. With the aim of achieving productive interdisciplinary work on issues concerning gender, body, and health, the network gathers researchers and practitioners from a number of diverse fields such as medicine, comparative literature, philosophy, sociology, anthropology, cultural geography, sports- and health sciences, psychiatry, social psychology, and history of science.

We now invite submissions for the fifth meeting with the network Gender, Body, Health, an international conference under the theme “Bodies in Crisis”. The conference will take place on November 2-4, 2011 at the University of Iceland, Reykjavik, Iceland in conjunction with the 20th Anniversary Conference of RIKK – The Center for Women’s and Gender Research at the University of Iceland.

We welcome submissions for papers, panels, and mini-workshops approaching issues within the overarching theme from a broad range of disciplines and fields of research.

Topics can include, but are not limited to:

• Representations and Discourses of Bodies in Crisis
• Vulnerability and Suffering
• Bodies in Economic Crisis and Poverty
• Trauma and PTSD
• Sexuality and Reproduction in Times of Crisis
• Global Bodies and Bodies in Transition
• Bodily Boundaries and Integrity
• Responsible Bodies and Crises of Responsibility
• Healing and Cathartic Forces of Crisis

One page abstracts are due August 1, 2011. Please submit your abstracts to body@gender.uu.se.