Emploi – Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société

Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société

Le réseau des jeunes chercheurs santé et société a été créé en 2003. Financé par l’Institut de recherche en santé publique, il est basé à la Maison des sciences de l’homme de Paris Nord. Le réseau propose une variété d’activités scientifiques, d’outils de communication et de formation. Il vise essentiellement à soutenir les initiatives des étudiants en master, doctorat et post-doctorat dans le champ des sciences sociales de la santé et à favoriser leur intégration professionnelle dans et hors du champ académique.

Missions

Sous l’autorité du directeur du réseau, les missions de ce poste sont les suivantes :

  • Gérer l’adhésion des nouveaux membres du réseau: accueil, information, etc. ;
  • Administrer le Site Internet :
    • Veiller au bon fonctionnement général du site et à son amélioration ;
    • Publier les annonces pertinentes ;
    • Participer à l’enrichissement des ressources du site ;
    • Diffuser la newsletter mensuelle ;
  • Coordonner l’activité générale du réseau ;
  • Initier et mettre en oeuvre des actions de professionnalisation ;
  • Appuyer les initiatives venant des membres et les aider dans l’organisation logistique en lien avec la MSH Paris Nord ;
  • Consolider les liens entre le Réseau et les institutions du champ de la recherche en santé et société ;
  • Contribuer à l’évaluation du fonctionnement du réseau.

Profil et qualités requises

  • Autonomie, capacité d’organisation, force de proposition ;
  • Doctorant-e dans le champ des sciences sociales de la santé (n’ayant pas de financement principal) ;
  • Connaissance des acteurs du champ de la recherche en sciences sociales de la santé ;
  • Une expérience dans l’animation de réunion ou de séminaire ou une expérience associative est un plus ;
  • Une connaissance de base des procédures de gestion universitaire est un plus ;
  • Bonne maîtrise des outils informatiques (Word, Excel, logiciel Word press).

Conditions d’emploi et de rémunération

  • Poste à pourvoir à partir du 1er octobre 2013
  • Contrat à durée déterminée du 1er octobre 2013 au 30 juin 2014 ;
  • Statut: chargé-e d’étude ;
  • Rémunération: environ 1000 euros nets par mois ;
  • Le poste est situé à la MSH Paris Nord : 4 rue de la Croix Faron – 93210 La Plaine Saint-Denis.

Conditions de candidature

Candidature (CV et lettre de motivation) à adresser par mail à Marc Bessin (bessin@ehess.fr) et David Michels (michels.david@gmail.com)

avant le 15 septembre 2013.

  • MSH Paris Nord – 4, rue de la Croix-Faron
    Saint-Denis, France (93)

CONTACTS

  • Marc Bessin
    courriel : bessin [at] ehess [dot] fr

 

« Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le vendredi 06 septembre 2013,http://calenda.org/258554

Colloque – Éducation corporelle et apprentissage culturel

Colloque – Éducation corporelle et apprentissage culturel

 

Neuvième symposium international de CORPUS groupe international d’études culturelles sur le corps

Le 9e symposium international de CORPUS groupe international d’études culturelles sur le corps aura lieu à Taipei du 24 au 26 mai prochain. Organisé avec l’académie Sinica et l’université nationale des arts de Taiwan, il rassemblera des intervenants venus d’une dizaine de pays sur le thème « Éducation du corps et apprentissage culturel ».

Friday, May 24th

9 h 00 – 10 h 30, Opening Session

International Conference Room, Taipei National University of the Arts

Chung-shiuan Chang, Vice President of the TNUA (TNUA, Taiwan)

Introduction words

  • Frédéric Duhart, General Coordinator of CORPUS (Mondragon University, Spain), CORPUS from Paris to Taipei. A Scientific Project in Action
  • Shigehisa Kuriyama (Harvard University, United States of America), Keynote speech: The Shape of the History of the Body

Coffee break

10 h 40 – 12 h 10, Session 1

Moderator: Shuenn-Der Yu (Academia Sinica, Taiwan)

  • Chi-fang Chao (Taipei National University of the Arts, Taiwan), The Suffering Dancers and the Moving/Moved Body: Narratives of Transformation of Contemporary Dancers in Taiwan
  • Yolanda van Ede (University of Amsterdam, Netherlands), Dancers in Limbo: Body Techniques and Stigmatization in Transition from Dancehall to Ballroom in Manila
  • Tzu-ting Wang (Taipei National University of the Arts, Taiwan), “Body as Culture”. As Seen through the Bodily Cultivation of Legend Lin Dance Theater

Lunch

13 h 40 – 15 h 10, Session 2a/Session 2b

  • Session 2a: International Conference Room
  • Session 2b: C302

Session 2a

Moderator: Shu-Min Huang (Academia Sinica, Taiwan)

  • Mei-ling Chien (National Chiao Tung University, Taiwan), Listening, Hearing and Learning in the Fieldwork of Night-Time Courting Custom among the Hmub in East Guizhou
  • Ksenia Gusarova (Independent scholar, Russia), Learning to See, Learning to Act: Cleanliness and Hygiene in Early-Twentieth-Century Russia
  • Hsin-Jung Liu (Tamkang University, Taiwan), Spatial Discipline on Hygiene of Body: a Short History of Space Governance at the Early Stage of Taipei after WWII.
  • Zhao-hua Ho (Fu Jen Catholic University, Taiwan), It Is Not Heavy; It Is Light on My Feet – Shidong Miao Silver Clothes and Value

Session 2b

Moderator: Hsun Chang (Academia Sinica, Taiwan)

  • Jesús Ilundáin-Agurruza (Linfield College, United States of America), Kiai! The Body in Philosophy of Sport through the Eyes of Japanese Philosophy – A Critical Overview
  • Liang Ting (National Taiwan University, Taiwan), The Taoist Body and Namelessness in the Lao Tzu
  • Jow-jiun Gong (Tainan National University of the Arts, Taiwan), The Hands of Pao-Din the Chef: Self-Cultivation, Subjectivation and Bio-Politics
  • Chun Felix Huang (National Taiwan Ocean University, Taiwan), Dynamic Meditation and Mysticism – Osho’s Techniques of Cultivation as the Focus of Discussion

coffee break

15 h 30 – 17 h 00, Session 3a/Session 3b

  • Session 3a: International Conference Room
  • Session 3b: C302

Session 3a

Moderator: Frédéric Duhart (Mondragon University, Spain)

  • Marc L. Moskowitz (University of South Carolina, United States of America), Becoming Men: Weiqi, Children’s Training, and Disciplinary Structures in Contemporary China
  • Marie Potapushkina-Delfosse (University of Maine, France), Enhancing Memory through Gesture in Primary School Foreign Language Instruction
  • Hsueh-cheng Yen (National Taiwan University, Taiwan), Beyond Taste Relativism: How Tea Competition is Possible

Session 3b

Moderator: Mei-ling Chien (National Chiao Tung University, Taiwan)

  • Chien-yu Lin (Taipei National University of the Arts, Taiwan), A Preliminary Study of LMA Applying to Early Intervention of Autism
  • Yi-jia Tsai (Fu Jen Catholic University, Taiwan), Spirit Medium’s Body and Carpenter’s Saw: Meditations on Interpenetration of Body and Tool
  • Shu-jung Lin (National Tsing Hua University, Taiwan), From Self-Cultivation to Mental Disorder: Body and Illness Experiences of Psychiatric Patients in Taiwan.
  • José Luis Grosso (National University of Catamarca, Argentina), Oblivion Saves Other Histories in Bodies. Post-Colonial Semiopraxis, Denegation Politics and Cultural Learning

Saturday, May 25th

9 h 00 – 10 h 30, Session 4

International Conference Room, Taipei National University of the Arts

Moderator: Salomé Deboos (University of Strasbourg, France)

  • Sara K. Schneider (National Louis University, United States of America), Yoga as the Practice of Freedom: Bodily Cultivation in an Inmate-Directed Prison Yoga Community
  • Tarik Mesli (University of South-Toulon /University of Nice-Sophia Antipolis, France), Embodiment Concept of Mastery into “shugyō” Being an Ascetic practice Aiming Civilization Process of Ninjutsu Understood as Nindō
  • Bruno Beljak (University of Zagreb, Croatia), Life Long Study: My Journey towards Xing Yi Quan (Form-intention boxing)
  • Shae Zukiwsky (York University, Canada), Resistance: in Practice, in Process, and as Metaphor

Coffee break

10 h 40-12 h 10, Session 5

International Conference Room

Moderator: Shu-jung Lin (National Tsing Hua University, Taiwan)

  • Salomé Deboos (University of Strasbourg, France) Becoming a Buddhist Monk. The Case of the Gelugpa Sect in Zanskar (Indian Himalaya)
  • Peter Kaiser (University of Bremen, Germany) Body Language, Mind flow: Sexuality in the Religion
  • Alexander Novik (Russian Academy of Sciences, Russia) Virgjëreshët – Sworn Virgins of the Northern Albanian Alps: Memory of Body

Lunch

13 h 30 – 15 h 00, Session 6

International Conference Room

Moderator: José Luis Grosso (National University of Catamarca)

  • Ya-ning Kao (National Chengchi University, Taiwan), Travel on Horseback: Zhuang Female Ritual Specialist’s Bodily Training
  • Szu-ching Chang (National Taiwan University of Physical Education and Sport, Taiwan), The Site of Remembrance: Sensational Body in Baishatun Mazu Pilgrimage
  • Bi-ming Tsai (National Taiwan University, Taiwan), When Zhuangzi Meets Tal Ben-Shahar: Zhuangzi’s Course on Happiness—And the Interrelation of Situation, Mood, and Bodily Sense
  • Alessandro Lazzarelli (National Tsing Hua University, Taiwan), Effortless Action and Spontaneity: Learning Daoist Ideals through Bodily Cultivation

Coffee break

13 h 20 – 17 h 00, Session 7

International Conference Room

Moderator: Chi-fang Chao (Taipei National University of the Arts, Taiwan)

  • Shuenn-der Yu (Academia Sinica, Taiwan), Learning to be a Tea Art Practitioner: a Self-Reflection from an Anthropological Point of View
  • Koji Sonoda (Kyoto University, Japan), Embodied Teaching in a Hunter-Gatherer Society: A Case Study of the Baka in Eastern Cameroon
  • Haruka Okui (Kyoto University, Japan), The Complex and Tacit Structures Underpinning Bodily Skills: Training for Awaji Puppet Theatre
  • Scott Writer (Monash University, Australia), “Relying on Heaven”: Sensory Learning and Non-Human Agency in Artisan Taiwanese Tea Production

Conclusion

Sunday, May 26th

Excursion to Jiufen and Convivial Debates

Contacts:

  • CORPUS General Coordinator Frédéric Duhart frederic.duhart@wanadoo.fr
  • 9th Symposium Coordinators Shuenn-Der Yu yusd5644@gate.sinica.edu.tw
  • Meiling Chien mmmchien@mail2000.com.tw
  • Yi-ting Hu corpustaiwan@gmail.com

More information about CORPUS and its activities: http://corpus.comlu.com

LIEUX

  • International Conference Room, Taipei National University of the Arts
    Taipei, Taiwan (100)

 

 

Appel à communications – « Dire les maux » (littérature et maladie)

Appel à communications

19-20 décembre 2013

Colloque international à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

« Dire les maux » (littérature et maladie) / Illness and/in Literature and the Arts

EA CLIMAS-CLARE (ERCIF)

 

“Like anyone who has had an extraordinary experience I wanted to describe it . . . My initial experience of illness was a series of disconnected shocks and my first instinct was to try to bring it under control by turning it into a narrative.”

Anatole Broyard, Intoxicated by My Illness and Other Writings on Life and Death

Scroll down for English version

Pour George Canghilem, « la maladie n’est pas une variation sur la dimension de la santé ; elle est une nouvelle dimension de la vie. » Autrement dit, elle n’est pas seulement « un fait diminutif ou multiplicatif » mais « une expérience d’innovation positive du vivant », « remaniement d’un reste » et non « perte d’un avoir » (Le normal et le pathologique, 1966).

Après avoir été longtemps réservée au discours médical, depuis le début du XXe siècle, la maladie se dit de plus en plus tant dans la littérature que les arts (peinture et cinéma en particulier) — qu’elle soit physique, morale ou mentale. Même si elle reste le plus souvent perçue, vécue, comme une « catastrophe » (Pierre Zaoui, La Traversée des Catastrophes, 2010), elle n’est plus de l’ordre du secret, de la sphère privée ; au contraire, les malades (ou leurs proches) prennent la parole, les écrivains la mettent en mots, les cinéastes la montrent. Arthur W. Frank évoque « the need of ill people to tell their stories, in order to construct new maps and new perceptions of their relationship to the world (The Wounded Storyteller, 1995). Anne Hunsaker Hawkins utilise le terme « pathography » pour désigner ces autobiographies d’un genre particulier (Reconstructing Illness. Studies in Pathographies, 1993). Car ce sont souvent des récits autobiographiques, même si le narrateur n’est pas toujours le malade lui-même.

Pourtant, comme l’écrit Elaine Scarry dans son ouvrage The Body in Pain (1985) et avant elle Virginia Wolf dans son essai « On Illness » (1926), la douleur ne se laisse pas facilement appréhender par le langage : « Physical pain does not simply resist language but actively destroys it ». C’est ainsi que Nietzsche choisit d’appeler la sienne « chien » car, explique-t-il dans Le Gai Savoir, « je peux  l’apostropher et passer sur elle mes accès de mauvaise humeur ; comme d’autres font avec leur chien, leur domestique et leur femme ». Pour lui, il s’agit de reprendre le contrôle, ou du moins de tenter de le faire, par le biais d’une métaphore. D’autres utilisent des comparaisons pour dire leurs maux mais tous ont besoin des images « to externalize, objectify, and make shareable what is originally an interior and unshareable experience » (Scarry). Comme le corps parle par symptômes, qui exigent d’être décodés, le « Wounded Storyteller » (Frank) « talks around », « obliquely », et son récit impose un déchiffrage.

Proche de Canghilem, dont il a repris certains concepts, Gilles Deleuze a élaboré une philosophie dite « vitaliste » et, en regardant de près nombre de textes littéraires affectés de la même « fêlure » (dont la fameuse série « The Crack-Up » (1936) de Fitzgerald), « il a su aller vers le pire pour trouver le meilleur » (Zaoui). La santé serait-elle donc « asphyxiante », comme l’écrit Philippe Godin ? Et la littérature « une entreprise de santé » (Deleuze) ?

Autant de questions essentielles que ce colloque s’efforcera de poser et d’éclairer, en prenant en compte toutes les formes artistiques, les spécificités culturelles anglo-américaines (en particulier mais pas nécessairement) ou la notion de gender, par exemple.

Les propositions de communications (environ 300 mots), en français ou en anglais, devront être adressées pour le 10 juillet 2013 à Pascale Antolin (pascale.antolin@u-bordeaux3.fr) et Marie-Lise Paoli (ercif@u-bordeaux3.fr).

Réponse avant le 17 juillet.

Appel à candidature – Prix de thèse de la Fondation Médéric Alzheimer

La Fondation Médéric Alzheimer lance l’appel à candidatures pour son Prix de thèse 2013 et sollicite votre aide pour relayer l’information sur cette opération.

 

Ce Prix, d’un montant de 10 000 €, récompense les titulaires d’une thèse de doctorat en sciences humaines et sociales (anthropologie, démographie, droit, économie, philosophie, psychologie, sciences du langage, sciences politiques, sociologie) ou en santé publique, soutenue entre le 15 septembre 2011 et le 31 mai 2013, et portant sur :

§  les enjeux de société induits par la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées

§  l’amélioration de la qualité de vie des personnes malades et de leurs aidants familiaux, bénévoles ou professionnels

 

Modalités de participation et dossier de candidature : www.fondation-mederic-alzheimer.org/Nos-Actions/Soutien-a-la-recherche/Prix-de-these-2013

 

Date limite de retour des dossiers : le 3 juin 2013.

Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès d’Harold Kasprzak à l’adresse suivante : kasprzak@med-alz.org.

 

En 2012, le Prix de thèse de la Fondation Médéric Alzheimer, d’un montant de 10 000 €, a été attribué à Kristina Herlant-Hemar, docteur en psychopathologie et psychanalyse, pour sa thèse intitulée « Temporalité et désordre psychique. Rencontres aux temps de la démence », soutenue en septembre 2011 à l’Université Paris-Diderot, sous la direction de Rosa Caron (Université de Lille 3).

Un Prix spécial du jury, d’un montant de 5 000 €, a été attribué à Aline Moussard, docteur en psychologie cognitive, pour sa thèse en cotutelle internationale intitulée « L’utilisation de la musique comme support de nouveaux apprentissages dans le vieillissement normal et la maladie d’Alzheimer », soutenue en septembre 2011 à l’Université de Bourgogne, sous la direction des Professeurs Emmanuel Bigand (Université de Bourgogne) et Isabelle Peretz (Université de Montréal).

Pour en savoir plus : www.fondation-mederic-alzheimer.org/Nos-Actions/Soutien-a-la-recherche/Prix-et-bourses-2002-a-2012

 

———

Pôle Études et Recherche

Fondation Médéric Alzheimer

30 rue de Prony  75017 Paris  (France)

Parution – Les nouveaux guérisseurs. Biographies de thérapeutes au temps de la globalisation

Parution – Les nouveaux guérisseurs. Biographies de thérapeutes au temps de la globalisation

Pièce jointe MailLaurent Pordié & Emmanuelle Simon (eds.),Les nouveaux guérisseurs. Biographies de thérapeutes au temps de la globalisation, Paris, Éditions de l’EHESS, 2013.

Avec pour fil conducteur des récits biographiques, l’enquête sur ces nouveaux thérapeutes donne à voir leur expérience, leur rôle dans le monde d’aujourd’hui et les dynamiques des sociétés qui les abritent.

 

Entrepreneurs, inventeurs ou spécialistes de questions environnementales, les nouveaux thérapeutes collaborent aussi à des essais cliniques. Ils mêlent diverses cultures thérapeutiques et revisitent les orthodoxies dans le domaine des soins. Longtemps restés en marge du champ sanitaire, ils en sont aujourd’hui des acteurs incontournables. Enrichie d’une galerie de portraits, l’analyse anthropologique se déroule au plus près des parcours de ces hommes et de ces femmes.

De l’Inde au Bénin, du Népal à l’Afrique du Sud, mais aussi en Europe, ces récits au croisement de l’histoire personnelle et de l’histoire sociale nous renseignent de façon inédite tant sur les transformations des sociétés d’appartenance que sur les dynamiques contemporaines de la globalisation.

 

SOMMAIRE
Introduction
Laurent Pordié et Emmanuelle Simon – Que sont les guérisseurs devenus ? Le monde des soins à l’heure de la globalisation
Première partie. La production sociopolitique des guérisseurs et des pratiques
Doris Bonnet et Agnès Lainé – Conflits de légitimité autour d’une maladie génétique au Bénin
Joseph Tonda – Jérôme et la violence de l’imaginaire. Les « fusils nocturnes » à Libreville
Frédéric Le Marcis – Femme et herboriste en Afrique du Sud. L’itinéraire d’une vendeuse de produits médicinaux traditionnels
Pascale Hancart Petitet – Les derniers jours de Palavankodie. Transformations et effacement des pratiques des matrones en Inde méridionale
Deuxième partie. Les réseaux transnationaux de la thérapie
Maria Teixeira – Maïmouna et Mery. Devineresses-guérisseuses dans un réseau migratoire
Evelyne Micollier – Un maître « ordinaire » de qigong en Chine entre innovation et transmission
Sienna Craig – Les différents visages d’un guérisseur himalayen
Laurent Pordié – Les pérégrinations de Dolma Tsering. Itinéraire transnational d’un médecin tibétain
Troisième partie. Le monde à sa porte : Influences composites, discours mosaïques
Sylvain Froidevaux – « Un poulet à la terre ». Chemin de connaissance d’un guérisseur africain
Olivier Schmitz – Des corps blessés aux corps agressés. Le destin d’une sorcière « pour le bien »
Emmanuelle Simon – La production sociale d’un guérisseur béninois contemporain. Entrepreneuriat, pratiques de soins et essais thérapeutiques
Jean M. Langford – Guérir le consumérisme : Le pañcakarma dans une économie du tourisme

 

Parution : 19 avril 2013 • Collection « En TEmps & lieux »; 42 •  304 p. • ISBN 978-2-7132-2385-3 • 22 €
Commander: en librairie (CDE/SODIS) • En ligne : LCDPU • Aux Éditions de l’EHESS editions-vente@ehess.fr

Appel à contribution – Biodiversité végétale et ressources thérapeutiques dans le Sahel

Appel à contribution – Biodiversité végétale et ressources thérapeutiques dans le Sahel

Le colloque international et interdisciplinaire « Biodiversité végétale et ressources thérapeutiques dans le Sahel » aura lieu les 10, 11 et 12 Décembre 2013, à Dakar (Sénégal) à l’UCAD Université Cheikh Anta Diop II.

Depuis plusieurs décennies, les pays de la zone sahélienne sont confrontés à un déficit pluviométrique combiné à une pression anthropique qui perturbe les grands équilibres écologiques et installent la zone dans un processus quasi inexorable de désertification et de pauvreté.

Il en résulte une dégradation des ressources naturelles, une baisse des productions agricoles et une situation d’insécurité tant alimentaire qu’énergétique.

Face à ce problème, résultant des changements climatiques, accentué par le manque d’infrastructures socio-économiques de base, l’une des réponses des populations concernées reste la migration vers des zones urbaines, créant ainsi des pôles de concentration humaine qui induisent des problèmes environnementaux et sociaux difficiles à surmonter. Parmi ces problèmes le manque de repères des plus jeunes, la famine, la pauvreté…

Pour renverser la tendance, plusieurs initiatives comme l’utilisation et la transformation des fruits et produits locaux, la réhabilitation de la phytothérapie et de la médecine traditionnelle, les essais concernant les produits et essences naturels, l’aromathérapie ont été tentées dans divers pays par des structures nationales ou par des organisations d’intégration sous régionales. Cependant, malgré les efforts consentis, force est de reconnaître que les résultats, escomptés sur les conditions économiques, sociales et environnementales des populations sont demeurés nettement en deçà des attentes.

Il s’y ajoute qu’une des leçons à tirer de ces expériences est qu’aucun pays, pris individuellement, n’a les moyens techniques, humains et financiers nécessaires pour faire face à ces contraintes majeures, d’où la nécessité d’une approche solidaire, intégrée et fédératrice.

Face aux défis environnementaux multiples liés en grande partie aux changements climatiques et aux effets récurrents de  la désertification, l’Afrique est condamnée à faire front.

C’est pour contribuer à relever ces défis que le collectif UMI, UCAD, CNRS et OHM Tessekéré et d’autres partenaires (Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique) avaient organisé les 20, 21 et 22 octobre en 2010 un Colloque Internationale et Interdisciplinaire sur les plantes  alimentaires, médicinales et cosmétiques en zone sahélienne.

Dans les recommandations de ce colloque, il ressort clairement que des investigations doivent être menées et renforcées sur divers thématiques parmi lesquelles: l’écologie d’une manière générale pour comprendre les différentes interactions dans les écosystèmes, la restauration des écosystèmes, la biodiversité végétale, l’ethnopharmacologie, le pluralisme médical,  l’anthropologie de la santé, l’ethnobotanique, la phytothérapie, la biodiversité, la préservation des écosystèmes et des ressources phytocénotiques, mais aussi les différentes formes d’utilisation, en particulier  les utilisations phytothérapeutiques censées améliorer la santé, le bien être et les conditions de vie des populations locales.

Pour cette raison, une nouvelle initiative est prise par la même entité : UMI, UCAD, CNRS et OHM Tessekéré et leurs partenaires pour organiser les 10, 11 et 12 décembre 2013 un autre Colloque Internationale et Interdisciplinaire cette fois-ci sur la biodiversité végétale et les ressources thérapeutiques dans le sahel.

Il est à signaler que l’ensemble des activités de l’OHMI Tessekéré repose sur le suivi intégral de la Grande Muraille Verte qui rappelons-le, est un projet transcontinental, initié par la CEN-SAD, endossé par l’Union Africaine allant de Dakar à Djibouti (Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Tchad, Soudan, Ethiopie, Erythrée, Djibouti).

Il s’agit en particulier, de réfléchir sur l’intérêt et le rôle des espèces végétales à valeur ajoutée adaptées à la sécheresse le long de la Grande Muraille Verte et dans toute la zone sahélienne, sur des modes de conservation, d’amélioration, de récoltes et réhabilitation, sur leur diverses utilisations autour du corps humain, dans le domaine de la santé et sur les diverses formes de protection.

Propositions de thèmes

Thème 1 : Biodiversité végétale et ethnobotanique

(Comité de coordination : Déborah Goffner, Aliou Guissé, Mathieu Gueye)

  • Gestion et conservation des ressources végétales sahéliennes.
  • Aspects pratiques de la cueillette et de la culture des plantes médicinales
  • Amélioration  des espèces médicinales
  • Connaissances et utilisations des espèces endémiques par les populations locales

Thème 2 : Pratiques médicales populaires

(Comité de coordination : Gilles Boëtsch, Hélène Claudot-Hawad, Lamine Gueye, Abdoulaye Samb (FMPOS), Yannick Jaffré, Lamine Ndaye, Papa Ndiaye)

Les plantes leurs significations et leurs usages en thérapie

Les savoirs locaux autour des plantes médicinales : l’ethnopharmacologie

Plantes, médecines modernes et alternatives : quels liens, quelles confrontations ?

Thème 3 : Formulation thérapeutique et essai clinique

(Comité de coordination : Emmanuel Bassene, Mamadou Sarr, Jean-Noël Poda, Richard Savadogo, André Tibiri, Alassane Wélé, Ogobara Doumbo, Abdoulaye Dabo)

  • Formulation médicamenteuse des ressources végétales
  • Formulation thérapeutique médicinale (quels enjeux)
  • Essais cliniques applicables pour la validation thérapeutique médicinale

Objectifs du colloque

L’objectif général de ce colloque international est de réunir la communauté scientifique internationale pour échanger et contribuer à la valorisation et à l’utilisation durable des espèces végétales dans la zone sahélienne, particulièrement dans le domaine médical.
Les objectifs spécifiques sont les suivants:

  • Partager les connaissances disponibles sur les espèces végétales potentielles
    • S’accorder sur une démarche et les principaux critères de gestion et de conservation des ressources végétales sahéliennes, sur la récolte et la conservation des produits, et sur l’utilisation des espèces endémiques par les populations locales, en fonction des modes d’utilisations, des régions ou des ethnies;
    • Etablir, sur la base des contributions des participants, une liste d’espèces dont l’utilisation est commune et transversale chez la plupart des populations concernées;
  • Affiner les techniques et les expériences
    • Présenter des expériences personnelles dont les leçons méritent d’être capitalisées, aussi bien dans les usages en thérapie, les savoirs locaux autour des plantes médicinales, que dans l’ethnopharmacologie
  • Valoriser les communications du colloque
    • Publications des actes dans des revues spécialisées
    • Diffusion sous diverses formes,
    • Vulgarisation à différents niveaux

Modalités de soumission

Date limite d’inscription et de soumission du résumé de la communication :

01 juin 2013

  • Réponse par le comité scientifique : le 15 juin 2013
  • Soumission de la version finale pour publication : le 01 novembre 2013

Envoyer la fiche d’inscription et le résumé aux adresses e-mail suivantes :

Contacts téléphoniques et site Web : (+221) 33 824 87 85 ; (+221) 77 651 02 32; (+221) 77 760 96 69, http://www.ohmi-tessekere.org

Comité d’organisation

  • Karine Ginoux
  • Aliou Guissé
  • Déborah Goffner
  • Gilles Boëtsch
  • Abdoulaye Samb
  • Sophie Dramé-Touré
  • Axel Ducourneau
  • Sekouna Diatta
  • Mamadou Sarr
  • Aboubacry Kane
  • Mame Oureye Sy
  • Aly Diallo
  • Ousmane Ndiaye

Comité scientifique

Elie Léonard Akpo (PR Ecologie végétale, FST-UCAD), Yildiz Aumeeruddy-Thomas(DR, Ethnobotanique, INEE-CNRS, Montpellier), Emmanuel Bassene (PR, pharmacie,FMPOS-UCAD), Gilles Boëtsch (DR, anthropobiologiste, INSHS-CNRS, Dakar), Robert Chenorkian (PR, préhistoire, INEE-CNRS, Aix-en-Provence), Hélène Claudot-Hawad (DR,anthropologie sociale, INSHS-CNRS, Marseille), Chantal Crenn (MCF, anthropologie del’alimentation, Université de Bordeaux), Abdoulaye Dabo (PR, parasitologie, USTTB,Bamako), Anta Tall Dia (PUPH Santé publique, FMPOS-UCAD), Drissa Diallo (PR,médecine, USTTB, Bamako), Ogobara Doumbo (PR, parasitologie, USTTB, Bamako),Nathalie DUPUY (PR, Chimie analytique, Aix-Marseille Université), Didier Galop (CR,Paléoenvironnement, INEE-CNRS, Toulouse), Déborah Goffner (DR, biologie végétale,INSB-CNRS, Marseille), Antonio Guerci, PR, anthropologie médicale, Univ de Gènes), Aliou Guissé (PR, écologie végétale, FST-UCAD), Lamine Gueye (PR, neurologie, UFR sciences de la santé- UGB), Mathieu Gueye (Chercheur, ethnobotanique, IFAN-UCAD), Yannick Jaffré (DR, anthropologie de la santé, INSHS-CNRS, Marseille), Anne-lise Lobstein (PR, pharmacognosie, Univ de Strasbourg), Mallé Mbow (DR, Sociologie, IFAN-UCAD), Lamine Ndaye (PR, sociologie FLSHS-UCAD), Papa Ndiaye (PR, santé publique, UFR sciences de la santé- UGB) Paul-Marie Ndiaye (PR, Biogéographie, FLSHS-UCAD), Ibrahima Ndoye (PR, Microbiologie FST-UCAD), Kandioura Noba (PR, Botanique, FST-UCAD), Jacky Kister (DR, Chimie, CNRS-INC), Philippe Picerelle (PR, Pharmacie, Aix-Marseille Université),Jean -Noël Poda (DR, parasitologie, CNRST – Ouagadougou), Djibril Sané (PR physiologie végétale, FST-UCAD), Bienvenu Sambou (PR, environnement, ISE-UCAD), Fatou Bintou Sarr (PR, physiologie, Fac de Médecine – Université de Thiès), Mamadou Sarr (PR,pharmacie, FMPOS-UCAD), Richard Savadogo (CNRST-Ouagadougou), Abdoulaye Samb(PR, physiologie, FMPOS-UCAD, Abdoulaye Samb (PR, chimie des substances naturelles FST-UCAD), Mame Oureye Sy (PR biotechnologie, FST-UCAD), Stéphanie Thiébault (DR,paléobotanique, INEE-CNRS, Paris), Margareta Tengberg (PR, Archeobotanique, MNHN),Omar Thioune (FMPOS, UCAD), André Tibiri (Chercheur, Biologie végétale, CNRST-Ouagadougou), Abdallahi Ould Vall (PR, Botanique, ENS – Nouackchott), Salimata Wade(PR Nutrition FST-UCAD), Alassane Wélé (PR Pharmacie, FMPOS-UCAD)

Ce colloque est organisé à l’initiative de :

  • Unité Mixte internationale 3189 « Environnement, Santé, Sociétés » (CNRS, CNRST, USTTB, UGB, UCAD)
  • Observatoire Hommes-Milieux international de Téssékéré (CNRS, UCAD)

Public concerné :

Chercheurs, Enseignants-chercheurs, Doctorants des Ecoles doctorales (sur profil)  + master 2. Médecins, pharmaciens, industriels

 

Rencontre – Les recherches en sciences sociales : les méthodologies au prisme du handicap

Rencontre – Les recherches en sciences sociales : les méthodologies au prisme du handicap

Le Réseau jeunes chercheurs du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et le GT Handicap(s) du Réseau santé et société organisent une rencontre sur le thème : « Recherches en sciences sociales. Les méthodologies au prisme du handicap ».

ANNONCE

Le Réseau Jeunes Chercheurs du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et le GT Handicap(s) du Réseau Santé et Société organisent une rencontre sur le thème : « Recherches en sciences sociales. Les méthodologies au prisme du handicap ».

Toutes les présentations de la journée seront interprétées en LSF/français.

Programme

9h15 – 9h30 : Introduction de la journée et de la session 1

  • Marie Cuenot, Doctorante, sociologie, Université Montpellier III, SantESiH
  • Elise Lantz, Doctorante, STAPS, Université Montpellier I, SantESiH

Session 1 – Approches  théoriques, définitions de l’objet et méthodologies

  • 9h30 – 10h15 : Richesse et enjeux méthodologiques, épistémologiques et politiques de la recherche participative avec les personnes en situations de handicap, William Sherlaw, Enseignant-chercheur, École des Hautes Études en Santé Publique
  • 10h15 – 10h45 : Enquêter auprès d’élèves scolarisés en CLIS 1, Claire de Saint Martin, Doctorante, sciences de l’éducation, Université de Cergy-Pontoise, EMA
  • 10h45 – 11h15 : La Sacra Famiglia. Quand l’enfant naît autiste, Romina De Novellis, Doctorante, anthropologie, EHESS, IRIS, CADIS

11h15 – 11h30 : Pause

  • 11h30 – 12h00 : La recherche dans le champ du handicap et le concept d’activité,Gaspard Brun, ATER, Doctorant, philosophie, Université d’Aix-Marseille, CEPERC
  • 12h00 – 12h30 : « La parole du fou » : Réflexions méthodologiques à partir du terrain de la psychiatrie au Niger, Gina Aït Mehdi, Doctorante, anthropologie, Université   Libre de Bruxelles, LAMC

12h30 – 14h00 : Déjeuner

14h00 : Introduction de la session 2

  • Martial Meziani, Post-doctorant, GRHAPES, GEPECS, INS HEA

Session 2 – Accès au terrain et questions éthiques

  • 14h00 – 14h45 : Éthique de la recherche   et recherche de l’éthique : réflexions au prisme du handicap, Andrea Benvenuto, Chargée de mission recherche, chaire « participation sociale et situations de handicap », MSSH
  • 14h45 – 15h15 : Enquêter par auto-questionnaire auprès de jeunes présentant des   troubles cognitifs : déclinaison de l’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC), questions éthiques et méthodologiques, Mylène Hernandez, Doctorante, anthropologie, EHESS ; Mariane Sentenac, INSERM ; Emmanuelle Godeau, INSERM

15h15 – 15h30 : Pause

  • 15h30 – 16h00 : Violences d’une méthodologie. Difficultés et adaptations interactionnelles avec des enquêtés en situation de handicap moteur, Aurélien Berthou, Doctorant, sociologie, Université Paris   Descartes, CERLIS
  • 16h00 – 16h30 :  Enquêter au sein des Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques : une adaptation permanente, Hugo Dupont, Doctorant, sociologie, Université Bordeaux Segalen, Centre Emile Dürkheim
  • 16h30 – 17h00 : De la difficulté d’interroger les « non spécialistes » du handicap,Flavien Bouttet, Doctorant, STAPS, Université de   Strasbourg, Sport et sciences sociales

17h00 – 17h15 : Conclusion de la journée

Cette rencontre est co-organisée par des membres du Réseau Jeunes chercheurs du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS et du GT Handicap(s) du Réseau Santé et Société :

  • Marie Cuenot, doctorante, sociologie, EA 4614, Santé, Education et Situations de Handicap (SantESiH), Université Montpellier III, Réseau doctoral de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP)
  • Elise Lantz, ATER, Doctorante, STAPS, EA 4614, SANTESIH, Université Montpellier I.
  • Martial Meziani, chargé d’études, Post-doctorant, GRHAPES, GEPECS, INS HEA.

Inscription

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 15 avril 2013,

en remplissant le document ci-dessous et en le renvoyant par mail àgthandicaps@gmail.com avec l’objet « Journée Méthodologies au prisme du handicap – Inscription » :

  • Nom
  • Prénom
  • Statut
  • Affiliation
  • Adresse e-mail
  • Téléphone
  • Déjeuner (oui / non)

Informations pratiques

La salle de conférence est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Le déjeuner est pris en charge par le réseau Santé et Société de l’EHESS.

L’interprétariat en langue des signes française /français sera assuré grâce au soutien du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS.

Pour venir à la MSH – Paris Nord (4 rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine) : http://www.mshparisnord.fr/fr/la-msh-paris-nord/contacts/acceder-a-la-msh-pn.html

 

CONTACTS

  • Martial Meziani
    courriel : martial [dot] meziani [at] yahoo [dot] fr

Journée d’étude – Avortement : les femmes prises entre la force des normes procréatives et la faiblesse du service public de santé

Journée d’étude – Avortement : les femmes prises entre la force des normes procréatives et la faiblesse du service public de santé

26 février – EHESS

 Atelier « Genre, normes procréatives et procréation »

3ème séance

Mardi 26 février 2013, de 9h30 à 12h30 bât. Le France, EHESS, 190 avenue de France 75013, salle du Conseil B

Interventions :

> « Le système de santé face à la demande d’avortement : des médecins moralisateurs, des structures IVG démantelées », par Maud Gelly :
Après une présentation des résultats d’une enquête qualitative menée en 2004 dans le cadre d’une thèse de médecine sur la formation des médecins à la contraception et à l’avortement, il s’agira de mettre en perspective l’analyse critique de ces résultats avec l’impact des réformes actuelles du service public de santé pour le droit à l’avortement. Ces constats sont tirés, non d’une recherche en sciences sociales, mais d’une pratique quotidienne d’avortements (médicamenteux et par aspiration) dans le service public et de la participation à des associations féministes et militant pour le droit à l’avortement. Le dialogue avec Sabine Lambert permettra de confronter ses données empiriques, recueillies scientifiquement, avec les impressions et préoccupations de professionnelles (souvent -mais pas toujours- féministes) de l’avortement.

> « L’injonction à un vécu dramatique de l’IVG. Représentations et expériences vécues de l’interruption volontaire de grossesse en France », par Sabine Lambert :
« C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame » (propos tenus par Simone Veil à propos de l’avortement, le 26 novembre 1974, à l’Assemblée nationale, lors de la discussion de la loi sur l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG)). Plusieurs décennies plus tard, cette phrase, à la tournure quasi-prophétique, « C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame », semble encore résonner dans les têtes des femmes, les colonnes de nos journaux, les cabinets des médecins ou nos assemblées parlementaires.
L’intervention portera sur deux points : les résultats d’un questionnaire portant sur le vécu de l’IVG et ses représentations ; l’analyse d’un corpus de témoignages de femmes ayant avorté. Le questionnaire nous permettra d’aborder la question de l’existence d’une véritable injonction à un vécu dramatique de l’IVG, ses conséquences sur les représentations et le vécu de l’avortement.
L’analyse des témoignages, issus du site « J’ai avorté et je vais bien, merci ! », quant à elle, abordera la question de la résistance à cette injonction (colère, volonté d’agir, de témoigner) par des femmes ayant choisi de diffuser une parole publique transgressive sur l’avortement (pas d’hésitations à avorter, de culpabilité ou de tristesse affichées par ces femmes, par exemple). Cette intervention, en écho à celle de Maud Gelly, questionnera l’évolution de ce qu’il est convenu d’appeler « le droit à l’avortement » : qu’est-ce qu’un droit auquel on n’a de moins en moins accès dans de bonnes conditions (matérielles et morales) ? un droit dont le recours ne pourrait qu’engendrer un drame, traduire un échec et être vécu dans la culpabilité et la honte ?

Coordinatrice- discutante de la séance : Marie Mathieu (Doctorante CSU-CRESPPA, Paris 8/IREF, UQAM)

Contact :

gnp.santeetsociete@gmail.com

Séminaire – Corps et techniques : voir et connaître

Corps et techniques : voir et connaître 

Bodies and techniques: seeing and knowning

Socio-anthropologie des médiations techniques et sensorielles dans la construction des savoirs

The socio-anthropology of technical and sensorial mediation on the construction of knowledge

*  *  *
Entrecroisant les problématiques des sociologies du corps et des techniques, notre séminaire s’intéressera cette année aux sens, à leur dimension sociale et culturelle, à leur rôle dans la construction des savoirs et des connaissances, et à la place qu’occupe la médiation technique dans ces élaborations. Sociologues, anthropologues, historiens et praticiens aborderons ces questions à partir de leurs terrains et de leurs points de vue respectifs.
  • Horaire : 16h00-18h30
  • Lieu : CETCOPRA – Université Paris 1. 17, rue de Tolbiac. 75013 Paris. 5ème étage (RER C ou Métro ligne 14, bus 62 ou 89)
  • Responsables : Valérie Souffron (Cetcopra, Paris 1), Caroline Moricot (Cetcopra, Paris 1), Marina Maestrutti (Cetcopra, Paris 1)

Les territoires corporels des techniques – Socio-anthropologie de l’imagerie médicale et du diagnostic le GT41 poursuivra cette année sa problématique précédente : « dépassement des frontières du corps par le recours à la technique, déplacement  anthropologique de la définition de l’humain, distance à soi, aux autres et aux choses », en s’intéressant aux sens, à leur construction sociale et culturelle, et à leur rôle dans la construction des connaissances. Fidèles à notre préoccupation pour l’entre-deux  des problématiques touchant aux corps et aux techniques, nous nous interrogerons sur les entrecroisements du regard, du toucher (voire d’autres sens) et de la technologie, dans la production des savoirs. Mise à distance des corps, regards ou touchers médiatisés, quelles visions du corps sont-elles en train d’être construites ou ont pu l’être par le passé? Quelles mises en scène, quelles mises en sens et quelles mises en savoir les technologies et ceux qui les conçoivent et qui les utilisent, contribuent-ils à élaborer?

Ces questions générales seront abordées par des ethnologues, des anthropologues, des historiens, des sociologues, des philosophes ou des praticiens, à partir de leurs recherches respectives.

Programme

Mardi 22 janvier 2013

  • Barbara Duden (Professeure de sociologie, Université de Leibniz, Hanovre – Allemagne) : « Une étude du ‘gène familier’ dans la perspective de l’historien des sens »

Mardi 12 mars 2013

  • Rafael Mandressi (Chargé de recherches, CNRS/Centre Alexandre Koyré) : « Cadavres avec vue : techniques de dissection et tactiques démonstratives dans la première modernité européenne (XVIe-XVIIe siècle) »

Mardi 16 avril

  • Claudia Mattalucci (Université de Milan, CREAM (Centro di Ricerche Etno-antropologiche) – Italie) : Technologies de visualisation et avortement: pratiques médicales et expériences des femmes
  • Pauline Higgins (sage-femme, SciencesPo-SPEAP) sous réserve : Projection et discussion autour du documentaire de Pauline Higgins Passage (2007 – France – 19 minutes – DVCam)

Colloque – Nouveaux troubles et pathologies émergentes

Colloque – Nouveaux troubles et pathologies émergentes

Quels objets, quelles méthodes, quels concepts pour les sciences sociales de la santé et de la santé mentale ?

Soumis à des évolutions et des recompositions rapides, le champ de la santé et de la santé mentale contemporain justifie d’initier et d’alimenter une réflexion collective sur les catégories et les outils scientifiques dont les chercheurs disposent pour appréhender les phénomènes récents qui s’y produisent. Nous nous concentrerons, lors de ces deux journées, sur les modalités d’apparition et d’affirmation de nouveaux troubles et pathologies, et sur l’adaptation, l’ajustement, ou les ruptures qu’elles peuvent justifier dans les approches conceptuelles et empiriques mobilisées dans les sciences sociales de la santé.

Ce colloque porte sur les nouveaux troubles et pathologies émergentes dans le champ de la santé et de la santé mentale. Il vise à réunir des chercheurs internationaux en sciences sociales, jeunes et confirmés, autour de nouvelles questions théoriques et méthodologiques.

Depuis une quinzaine d’années, en Europe et en France, on assiste à une extension du champ de la santé et de la santé mentale, dont l’un des fondements est l’institution d’une définition de la santé globale totalisant les réalités physiques, mentales et sociales. Ce contexte est aussi celui d’une démultiplication des expressions de la souffrance individuelle et de catégories pathologiques aux contours plus ou moins nets, reconnues, non reconnues ou en voie de reconnaissance par le champ médical.

La diversité de ces troubles et l’hétérogénéité des logiques par lesquelles ils gagnent une visibilité sociale, renvoie à plusieurs niveaux de réflexion :

  • Le rapport général pathologie / société : peut-on parler pour une série de nouveaux troubles de maladies de « civilisation » ? (« électrosensibilité », « burn-out », « fibromyalgie »…);
  • La production de nouvelles catégories diagnostiques et de nouvelles catégories linguistiques (« risques psychosociaux », « fatigue chronique », « épuisement », « hyperactivité », addictions…);
  • Le développement de nouvelles offres et nouvelles pratiques thérapeutiques (offres de soins, care, ressources alternatives et / ou complémentaires);
  • L’influence croissante des associations de malades et du monde profane (associations « reconnues », réseaux sociaux plus informels), et les logiques de convergences, de négociations ou de conflits avec les experts.

Dès lors, il s’agit d’interroger, pour nos disciplines, le dégagement de nouveaux terrains, de nouvelles méthodologies, de nouvelles conceptualisations, permettant de rendre compte au plus près de ces phénomènes et de leurs enjeux en termes sanitaires et sociétaux. Cette réflexion est ouverte aux différentes approches sociologiques et anthropologiques, mais aussi aux professionnels et aux acteurs de terrain confrontés aux nouveaux troubles et pathologies émergentes.

Les deux journées seront structurées autour de quatre axes :

1. Le jeu de la dénomination et de la requalification dans le langage de la santé globale de phénomènes auparavant étiquetés « sociaux ».

2. Les stratégies et les modalités de construction et de légitimation de troubles sous-déterminés, à la frontière de la santé et de la santé mentale, du sanitaire et du social. Les acteurs impliqués et leurs discours tant au niveau de la mise en sens de leur expérience privée qu’à celui de la publicisation de cette expérience.

3. Les nouvelles réponses sociales et thérapeutiques appelées par ces troubles et pathologies émergentes.

4. Les logiques de réévaluation des responsabilités et de leur partage entre individus victimes-responsables, et société « pathogène ».

Programme

Mercredi 30 Janvier 2013

9h15 : Accueil

  • 9h40-10h00 : Ouverture / introduction par Giel Hutschemackers (Academic Center of Social Sciences, Radboud University, Nijmegen) : The Times They Are a-Changin’

Catégorisation, dénomination, requalification des troubles

Modératrice : Lise Demailly (Clerse, Université de Lille 1)

  • 10h00-10h20 : Maïa Fansten (Cermes3, Université Paris Descartes) : Du hikikomori au syndrome de Bartleby, quelles catégories pour un nouveau trouble de la jeunesse au Japon et en France ?
  • 10h20-10h40 : François Chapireau (ASM13) : Le handicap psychique : une conquête sociale française
  • 10h40-11h00 : Cristina Ferreira (HESAV, Lausanne) : Psychiatriser la douleur médicalement inexplicable

11h00-11h30 : Discussion avec la salle

11h30-11h50 : Pause café

  • 11h50-12h10 : Arnaud Alessandrin (Centre Emile Durkheim, Université Bordeaux Segalen) : Du « transexualisme » à la « non-congruence de genre » : l’incertitude des catégories psychiatriques
  • 12h10-12h30 : Emmanuel Delille (Centre Marc Bloch, Institut d’Histoire de la Médecine de Berlin) : Les psychoses débutantes : un exemple de circulation difficile des savoirs dans l’espace communicationnel franco-allemand après-guerre et l’invention d’une tradition après 1989

12h30-12h50 : Discussion avec la salle

13h00-14h30 : Déjeuner

Acteurs et logiques de construction et de légitimation de nouveaux troubles

Modérateur : Samuel Lézé (Triangle, ENS Lyon)

  • 14h30-14h50 : Julien Jupille (CENS, Université de Nantes) : Les enjeux de la redéfinition des troubles du comportement chez l’enfant
  • 14h50-15h10 : J-P Konsman, M. Bourdaa, F. Gonon (Université de Bordeaux) : Les distorsions du discours biomédical dans les médias et leur influence sur la médicalisation des difficultés scolaires : le cas de l’hyperactivité TDAH
  • 15h10-15h30 : Audrey Arnoult (Elico, Université Lyon 2) : Les témoignages des « binge drinkers » : La mise en visibilité d’une nouvelle conduite d’alcoolisation adolescente dans la presse quotidienne

15h30-16h00 : Discussion avec la salle

16h00-16h20 : Pause café

  • 16h20-16h40 : Amandine Rochedy (Certop, Université Toulouse II Le Mirail) : Une évolution de la prise en compte du point de vue des parents dans le monde de l’autisme : l’expérience de l’alimentation
  • 16h40-17h00 : Sophie Jehel (Cemti, Université Paris 8 Vincennes Saints-Denis) : L’addiction aux images trash : une nouvelle pathologie sociale ?

17h00-17h30 : Discussion avec la salle

Jeudi 31 Janvier 2013

Nouvelles réponses sociales et thérapeutiques

Modératrice : Françoise Champion (Cermes3, Université Paris Descartes)

  • 10h00-10h20 : Katia Lurbe-Puerto (Triangle, ENS-Lyon) : Le processus paradoxal de standardisation des corps sous-jacent à la santé globale : la chirurgie de l’obésité pour exemple
  • 10h20-10h40 : Cécile Delawarde (Cermes3, Université Paris Descartes) : Aide à la parentalité et politiques préventives en santé mentale : étude exploratoire des représentations des experts
  • 10h40-11h00 : Lise Dassieu (Lisst-Cers, Université Toulouse II Le Mirail) : La définition d’un trouble à la croisée de plusieurs mondes : controverses et compromis autour des traitements de substitution aux opiacés (1995-2012)

11h00-11h30 : Discussion avec la salle

11h30-11h50 : Pause café

  • 11h50-12h10 : Laetitia Mélon (ULB, Bruxelles) : Le harcèlement moral au travail : quelle définition pour quel acteur ?
  • 12h10-12h30 : Nadia Garnoussi (Cermes3, Université Paris Descartes) : Le spectre des troubles de l’humeur : logiques de médicalisation et de diversification des prises en charge psychothérapeutiques

12h30-12h50 : Discussion avec la salle

13h00-14h30 : Déjeuner

Publicisation / privatisation de la souffrance individuelle et collective

Modérateur : Giel Hutschemaekers (Academeic Center of Social Sciences, Radboud University)

  • 14h30-14h50 : Alain Giami (CESP, Inserm) : Les troubles sexuels sont-ils des troubles mentaux ? Les évolutions de la médicalisation de la sexualité
  • 14h50-15h10 : Maryvonne Charmillot (Université de Genève) : L’expérience de la maladie mise en mots
  • 15h10-15h30 : Solenn Carof (Iiac, EHESS) : La construction des catégories de (sur)poids : analyse des enjeux médicaux, sociaux et moraux

15h30-16h00 : Discussion avec la salle

16h00-16h20 : Pause café

  • 16h20-16h40 : Manolis Tzanakis (Université de Crète) : Gérer sa psychose : intervention psychiatrique et maîtrise de soi
  • 16h40-17h00 : Margo Morgiève (ICM, Université Pierre et Marie Curie) et Xavier Briffault (Cermes3, Université Paris Descartes) : La fabrique du TOC moderne. Une analyse ethnographique de la cérébralisation de la névrose obsessionnelle dans un laboratoire de neurosciences cliniques

17h00-17h20 : Discussion avec la salle

  • 17h20-17h40 : Communication de clôture, Pierre-Henri Castel (Cermes3, Université Paris Descartes) : Que fait un sociologue quand il étudie une “maladie psychologique” dans son contexte social ?

Parution – La prison, un lieu de soins ?

Parution – La prison, un lieu de soins ?

 

LECU Anne, La prison, un lieu de soins ?, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

« On va les soigner en prison ! ». Qui n’a entendu cette phrase à l’occasion d’un fait divers tragique ? Comme si la mission de la prison (punir et réinsérer) intégrait désormais un nouvel objectif : soigner. Or, la prison, à la différence de l¹hôpital, n’est pas un lieu de soin même si c’est un lieu où l’on soigne.
Le face à face du médecin et du patient incarcéré est une situation exemplaire pour toucher du doigt l’ambivalence de la prison, tendue pour ne pas dire déchirée entre ses deux finalités, répressive et préventive, mais aussi l’ambivalence de la médecine, prise à la fois dans la nécessité d’objectiver le corps malade et de s’adresser à une personne.
Cette réflexion sur la médecine carcérale défend l’idée que le médecin exerçant en prison est en danger quand, comme ses prédécesseurs du XIXe siècle, il se satisfait d’une approche scientiste, technique, cesse de s’occuper de son patient singulier, s’associe à l’institution pénitentiaire afin d’établir le « profil » des personnes captives, décider de leur vulnérabilité, ou de leur dangerosité, et enferme les personnes dans leur conduite ­ nommée comportement ­, au lieu de les aider à retrouver du jeu, de la liberté, de la vie.
Dans son exercice en milieu pénitentiaire, le médecin peut résister, en faisant ce qu’il sait faire, de la médecine, en luttant contre les dispositifs illusoires qui visent à la transparence, à l’évaluation et à la prévision, et en gardant l’exigence éthique au centre de son métier.
Anne Lécu exerce la médecine dans une maison d’arrêt d’Ile de France depuis 1997. Elle a publié Des larmes (Cerf, 2012) et Où es-tu quand j¹ai mal ? (avec Bertrand Lebouché, Cerf, 2005).

Colloque – Re-membering the body

Colloque – Re-membering the body

Institut d’ethnologie | Musée d’ethnographie | Neuchâtel 6 – 8 septembre 2012 

L’incroyable diversité des techniques du corps et leurs évolutions dans le temps renvoie à la question de leur re-connaissance au sein des collectifs qui les vivent. La valorisation de cette re-connais- sance est notamment l’un des objectifs que vise la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. En envisageant implicitement le corps des individus comme un espace où se matérialise et se déploie l’immatériel et la diversité culturelle, la Convention fait du corps un témoin de l’authenticité des pratiques sociales et un enjeu dans la sauvegarde du patrimoine immatériel. Plus largement, qu’il s’agisse de gestes anodins de nos quotidiens, de situations de travail où les corps sont – en apparence – de moins en moins sollicités, de situations où leur façonnage devient le vecteur d’un processus créatif (collectif ou individuel) ou d’ac- tivités sportives offert aux regards, les questions complexes de leur décryptage, de leur traduction, de leur mise en scène et en mémoire sont d’importance. Elles constituent le fil rouge de ce colloque qui se déroulera sur trois jours.

Télécharger le programme (pdf)

Parution – Le corps gourmand, d’Héraclès à Alexandre le Bienheureux

Parution – Le corps gourmand, d’Héraclès à Alexandre le Bienheureux

 

KARILA-COHEN Karine et QUELLIER Florent, Le corps gourmand, d’Héraclès à Alexandre le Bienheureux, PUFR, 2012.

Gosier, ventre, lèvre, joues, palais… quelles parties du corps révèlent le gourmand dans la culture européenne ? Notre société lipophobe nous poussera sans doute à souligner l’embonpoint du personnage qui contrevient aux règles de la diététique. Mais l’on pourra aussi scruter ses manières de table et sa gestuelle. Selon que la gourmandise est pensée comme le goût de la bonne chère ou comme le péché de goinfrerie, on valorisera ou dénigrera la corpulence et les attitudes du gourmand. Le gourmet sait choisir les plats, maîtrise tout un art de vivre, tandis que le goinfre se comble la panse en cachette ou sans tenir compte des règles de civilité. On voit par là que le corps du gourmand se construit dans un subtil jeu de relations sociales. De l’Antiquité gréco-latine à nos jours, ce livre décline ces questions dans le temps pour en saisir toutes les évolutions et les différents enjeux politiques, religieux, médicaux ou moraux. Écrites par des littéraires, des historiens et des historiens de l’art, les quinze études rassemblées analysent et interprètent les incarnations de la gourmandise en s’appuyant sur une histoire de l’alimentation et une histoire du corps en plein essor dans l’historiographie actuelle.

 

Appel à contribution – Infertility in History, Science and Culture

Appel à contribution – Infertility in History, Science and Culture

The infertile woman is a familiar figure in popular culture. Soap operas dramatise the tragedy of infertility, right-wing tabloids threaten career women with the horrors of involuntary childlessness, and the news media greets each new breakthrough in reproductive technology with a strange combination of celebration and dread at the potential Brave New World we are sleep-walking towards. This portrayal of a realm where science fiction threatens to spill over into fact adds to our sense of infertility as a peculiarly modern condition. Yet there is a longer history of involuntary childlessness – a history which stretches back to the Book of Genesis and beyond – as well as many different potential experiences of infertility according to nation, class, gender, and race.This symposium will explore the history of infertility, and the place of infertility in science and culture. Our primary focus is historical, but we welcome contributions from scholars in different disciplines and employing a range of approaches – social scientific, literary, feminist, psychological, and legal. We aim to bring together researchers working on this fascinating and under-explored field in order to better understand historical and contemporary representations and experiences of infertility across different cultures and from different perspectives. Potential topics for papers include, but are not limited to:- the role of gender, class and race in shaping experiences and representations of infertility;- individual, familial, and social contexts of infertility;- infertility as a bodily and/or psychological experience;- heterosexuality, homosexuality, and involuntary childlessness;- reproductive science and access to reproductive technologies;- the interplay of medical, scientific, and cultural understandings of infertility;- the role of politics, law, and religion in shaping experiences of and attitudes towards infertility;- changing experiences of infertility across time and space, including comparative histories;- the relation of perceptions of infertility to beliefs about fertility control, the constitution and social role of the family, and sexuality;- different disciplinary approaches to infertility.An edited collection based on the presented papers is planned.
The symposium is co-convened by Gayle Davis (University of Edinburgh) and Tracey Loughran (Cardiff University). It will be held at the University of Edinburgh on 4-5 July 2013. Abstracts of 250 words, for papers of 20-30 minutes, should be sent to LoughranTL@cardiff.ac.uk by 25th January 2013.

Parution – Nouvelle revue Histoire, médecine et santé (numéro spécial Pudeurs, XVIe-XXe)

 Parution – Nouvelle revue Histoire, médecine et santé (numéro spécial Pudeurs, XVIe-XXe)

 

 Les membres du comité éditorial de la revue Histoire, médecine et santé, ont le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 1 de cette nouvelle revue d’histoire, dédiée aux recherches sur le corps, la santé et à la médecine (histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine / toutes aires culturelles).

Cette revue semestrielle (printemps-automne), éditée par Méridiennes (Framespa, Toulouse II), souhaite devenir un lieu d’échanges et de débats féconds ; nous vous invitons donc à nous contacter et à nous envoyer vos articles, propositions de dossiers thématiques et recensions.

Chaque numéro est constitué d’un dossier thématique contenant plusieurs articles de fond (5 à 6 articles), ainsi que des varia (2 à 3 articles). Une troisième rubrique « Sources et documents » propose des bilans historiographiques et méthodologiques sur des sources sollicitées par les historien-ne-s et laisse une large place à leur édition. Des comptes rendus d’ouvrages sont également proposés.

 

Pour plus de renseignements sur cette revue, veuillez vous reporter à l’adresse suivante :

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/publications/histoire-medecine-et-sante/

 

Ou contacter le secrétariat de rédaction à cette adresse : nahema.hanafi@gmail.com

 

Et enfin, pour vous abonner :

http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/boutique/spip/spip.php?article343

 

 

Le premier numéro propose un dossier thématique sur l’histoire de la pudeur (XVIe-XXe siècle).

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/sante-et-societe/histoire-medecine-et-sante-n-1-pudeurs-159089.kjsp?RH=1333370507443

 

SOMMAIRE (N°1 – Printemps 2012)

Editorial Pierre C. LILE

Dossier thématique : PUDEURS

Nahema HANAFI, Introduction. Pudeurs des souffrants et pudeurs médicales

Dominique BRANCHER, Splendeurs et misères des figures de style. Pudeurs du discours médical aux XVIe et XVIIe siècles

Elsa NICOL, Face aux cancers féminins : dévoiler et porter le fer (XIXe siècle)

Claire BARILLE, Les vaines pudeurs à l’hôpital (XIXe siècle)

Anne CAROL, Pudeurs et manipulations médicales du cadavre (France, XIXe siècle)

Cécile ESTIVAL, Incidences de l’imagerie médicale sur la pudeur dans la relation patients-soignants

VARIA

Jean-Christophe SANCHEZ, Observations des météores et médecine aux Temps Modernes

Alexandre KLEIN, Contribution à l’histoire du « patient » contemporain. L’autonomie en santé : du self-care au biohacking

SOURCES ET DOCUMENTS

Séverine PILLOUD, Récit du corps et de la maladie dans les lettres de consultation adressées au médecin suisse Samuel Auguste Tissot (1728-1797)

COMPTES RENDUS

Alexandre KLEIN – RIEDER Philip, La Figure du patient au XVIIIe siècle

Olivier MUNOZ – CHAMAK Brigitte, Cent ans de recherches en cancérologie : le rôle d’Antoine Lacassagne (1884-1971)

Laurence TALAIRACH-VIELMAS – ALBERTI Samuel J. M., Morbid Curiosities : Medical Museums in Nineteenth-Century Britain

Jean-Yves BOUSIGUE – DRULHE Marcel et SICOT François (dir.), La santé à cœur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin

Anaïs LEWEZYK – LE DOZE Camille, La puce. De la vermine aux démangeaisons érotiques

Editeur

Méridiennes (Framespa UMR 5136), meridiennes@univ-tlse2.fr

 

Fondateur et président d’honneur

Pierre C. Lile (CEHM/Framespa, Toulouse II)

 

Directeur de publication 

Didier Foucault (Framespa, Toulouse II)

 

Secrétaire de rédaction  

Nahema Hanafi (Framespa, Toulouse II / IUHMSP, Unil)

 

Comité de rédaction 

 

Claire Barillé (IDHE, Paris X)

Jean-Yves Bousigue (Framespa, Toulouse II)

Sylvie Chaperon (Framespa, Toulouse II)

Jean-Christophe Courtil (PLH, Toulouse II)

Anaïs Lewezyk (Framespa, Toulouse II)

Yves Lignereux (Framespa, Toulouse II)

Andrew Mendelsohn (Imperial College, Londres)

Evelyne Samama (IEC, Versailles Saint-Quentin)

Laurence Talairac-Vielmas (CAS, Toulouse II)

Bruno Valat (Framespa, Toulouse II)

Sophie Vasset (LARCA, Paris VII)

François Zanetti (CHISCO, Paris X)

 

Comité scientifique

Vincent Barras (IUHMSP, Unil)

Lawrence Brockliss (Magdalen College, Oxford)

Giulia Calvi (IUE, Florence)

David Cantor (NIH, Maryland)

Anne Carol (Telemme, Aix-Marseille I)

Hélène Cazes (University of Victoria)

Claire Crignon (CERSES, Paris IV)

Véronique Dasen (Université de Fribourg)

Paul Dutton (Northern Arizona University)

Claire Fredj (IDHE, Paris X)

Charles Hayter (University of Toronto)

Ilana Lowy (Cermes3, Inserm)

Rafael Mandressi (CNRS, Alexandre Koyré)

Karen Nolte (Institut für Geschichte der Medizin, Würzburg)

Concetta Pennuto (CESR, Tours)

John Pickstone (CHSTM, Manchester)

Séverine Pilloud-Savovic (HEdS-La Source, Lausanne)

Philip Rieder (Institut d’éthique biomédicale, UNIGE)

Jonathan Simon (S2HEP, Univ. Lyon I)

Georges Vigarello (EHESS, Centre Edgar Morin)