Licence ouverte – Medic@ et Banque d’images et portraits BIU Santé

Désormais, la grande majorité des documents qui sont diffusés dans la bibliothèque numérique Medic@ (http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica.htm) et dans la Banque d’images et de portraits de la BIU Santé (http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/images.htm) sont placés sous Licence ouverte.

 

Il s’agit de tous les documents du domaine public appartenant à la BIU Santé, au Musée de l’Ecole vétérinaire de Maisons Alfort et au Musée de l’AP-HP (soit approximativement 2,8 millions de pages sur 3,1 millions dans Medic@ , et 140 000 images sur 150 000 dans la Banque d’images et de portraits).

 

Pratiquement, cela signifie que tous les documents marqués de l’icône  peuvent être réutilisés gratuitement, sans autorisation supplémentaire, pour tout usage y compris commercial. La seule condition à la réutilisation est la mention de la provenance du document, soit en faisant figurer le nom de l’institution qui le possède, soit en créant un lien hypertexte vers la notice du document. C’est un minimum, mais il n’est pas interdit (et il est recommandé) d’être plus précis et d’accompagner l’image des informations qui la décrivent: références bibliographiques, légende, etc.

 

Les documents qui ne sont pas sous Licence ouverte sont des documents qui n’appartiennent pas au domaine public, ou que les institutions qui les ont fournis pour mise en ligne n’ont pas souhaité placer sous cette licence.

 

La gratuité ne concerne que les images diffusées , pas les images de haute définition. Celles-ci sont fournies pour un prix qui nous semble modéré, et sont réutilisables sous Licence ouverte. Sur ce point comme sur les autres, vos commentaires sont les bienvenus!

 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce billet sur notre blog : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/biu-sante-adopte-licence-ouverte-etalab/

Appel à contribution – Corps et désordre dans le monde arabe

Appel à contribution – Corps et désordre dans le monde arabe

Le colloque abordera la question des représentations du corps physique dans le monde arabe, en lien avec la notion de désordre envisagée comme élément porteur d’un nouvel ordre. Dans cette perspective, la réflexion sera centrée sur les effets d’écart, de rupture et d’évolution que suscite la corporéité dans les différents domaines de l’existence individuelle et sociale arabe, permettant la rencontre des approches historiques, sociologiques, artistiques, littéraires, etc.

 La recherche consacre peu de place à la question du corps dans les sociétés arabes anciennes et actuelles. Les travaux qui abordent le sujet sont largement dominés par les thématiques de la séparation des sexes  et du statut fait aux femmes. La question du voile a  ainsi suscité nombre d’ouvrages plus ou moins originaux ; les études liées au genre ont mis en avant de nouveaux modes de positionnement des femmes dans la sphère publique contemporaine, comme par exemple l’émergence de nombreuses écrivaines dans le champ culturel arabe actuel. Le nombre de ces travaux reste cependant limité et, pour prendre l’exemple des études littéraires, une compilation récente des publications portant sur le corps dans la littérature moderne* ne recense en tout et pour tout que 4 ouvrages et 2 thèses très soutenues très récemment (2011 et 2013). Pourtant, ces dernières années, la thématique du corps et de son implication sociale est devenue, un sujet récurrent dans les écrits de fiction publiés en arabe. Le corps paraît constituer un objet d’étude fécond et novateur pour la recherche arabisante actuelle, tant dans le domaine littéraire que dans d’autres disciplines scientifiques.

La réflexion que nous souhaitons initier s’inscrit dans le projet Dire, écrire, inscrire le désordre qui aborde la notion de désordre comme une remise en cause, une rupture ou un dysfonctionnement de l’ordre dominant. Il constitue un facteur d’évolution, en ce sens qu’il porte en lui les germes d’un nouvel ordre et d’un nouveau consensus. Ce thème de recherche a donné lieu à une première rencontre en janvier 2013 sur leRécit du désordre et reconnaissance identitaire dans la Sîrat Banû Hilâl. Le deuxième volet de ce projet porte sur la représentation du corps dans la culture arabe. Il envisage le corps physique comme objet d’étude, corps physique qui s’impose dans l’espace individuel et collectif comme une réalité propre, susceptible d’être étudiée d’un point de vue pluridisciplinaire. Il permet ainsi le recoupement des approches historiques, sociologiques, artistiques, littéraires, etc.

Dans cette entreprise, l’accent sera mis sur les effets d’écart, de rupture et d’évolution que suscite la présence physique des corps dans les différents domaines de l’existence individuelle et sociale et les travaux contribueront à la connaissance des représentations et de la construction sociale du corps physique dans le monde arabe.

Pourront être abordées les thématiques suivantes (sans limitation de période) :

Imaginaires du corps

  • l’iconographie du corps
  • les mots du corps
  • le corps  littéraire
  • le corps physiologique
  • tératologie du corps

L’ailleurs du corps

  • le corps mystique
  • le corps exilé
  • le corps absent

Le corps facteur de rupture sociale

  • le corps dans l’écriture de l’Histoire
  • le corps source de désordre, facteur d’unité
  • le corps idéal
  • etc

Conditions de soumission

Date limite de renvoi des propositions : 1er novembre 2013

à Elisabeth Vauthier (elisabeth.vauthier@uhb.fr)
Université de Rennes 2
Place du Recteur Henri Le Moal
35000 Rennes – France

Langues de travail : français, arabe, anglais.

Elles comporteront :

  • le titre de la communication
  • un résumé de 15 à 20 lignes
  • les données permettant l’identification exacte de l’auteur :

nom et prénom

    • appartenance institutionnelle et fonction
    • adresse professionnelle
    • numéro de téléphone
    • adresse électronique

Droits d’inscription : 30 euros.

Comité scientifique

  • François CLEMENT (Université de Nantes, CRHIA)
  • Miloud GHARRAFI (Université de Toulouse 2, LASIMA)
  • Xavier LUFFIN (Université Libre de Bruxelles)
  • Mustapha RAMDANI (Université d’Oujda, L.G.C.I.T.C)
  • Henri-Hassan SAHLOUL (Université Lyon 3, I.E.T.T.)
  • Elisabeth VAUTHIER (Université Rennes 2, LASIMA)

Eléments de bibliographie

  • Judith BUTLER, Ces corps qui comptent, De la matérialité et des limites discursives du « sexe », Paris, 2009 (éd. amér. 1993).
  • Alain CORBIN, Jean-Jacques COURTINE et Georges VIGARELLO, Histoire du corps, Paris, (3 tomes), 2005-2006.
  • Christine DETREZ, La construction sociale du corps, Paris, 2002.
  • Claude FINZ, Les imaginaires du corps, Paris, (2 tomes), 2000-2002.
  • Michel FOUCAULT, La volonté de savoir, histoire de la sexualité, Paris, (3 tomes), 1976-1984.
  • Roger ALLEN, Hilary KILKPATRICK et de MOOR, Love and Sexuality in Modern Arabic Literature,  Londres, 1995.
  • Azouz BEGAG et Abdellatif CHAOUITE, Ecarts d’identité, Paris, 1990.
  • Martina CENSI, Les représentations du corps dans le roman des écrivaines syriennes contemporaines, thèse INALCO-Ca’Foscari, 2013.
  • Malek CHEBEL, Le corps en islam, Paris, 1984.
  • « Sexualité, pouvoir et problématique du sujet de l’islam », Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 49-65.
  • Mûnâ FAYYÄD, Fahh al-jasad : tajalliyât, nazawât wa-asrâr, Le Caire, 2000.
  • Mai GHOUSSOUB et Emma SINCLAIR WEBB, Imagined Masculinities : Male Identity and Culture in the Modern Middle East, Londres, 2000.
  • Nomen GMACH, La médiation du signe, les lieux du corps : une contemporanéitémaghrébine, thèse Paris 1, 2010.
  • Fatima HOUSSAINI ARRAICHI, L’image du corps dans le roman marocain contemporain, thèse Paris 4, 1998.
  • Abdelkabir KHATIBI, Le corps oriental, Paris2002.
  • Fu’ad I. KHOURI, The Body in Islamic Culture, Londres, 2001.
  • Marc KOBER et Khalid ZEKRI, Récits du corps au Maroc et au Japon, Paris, 2011.
  • Abderrahim LAMCHICHE,  « Eros et sacré, Société, religion et éthique sexuelle »,dans Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 11-23.
  • Fadwâ MALTI-DOUGLAS, Woman’s body, Woman’s Word : Gender and Discourse in Arab-Islamic Discourse, 1991.
  • Mahmud SA’ÏD, Luġat al-ğasad f al-adab, Yūsuf Idrῑss namūḏağan, LeCaire2009.
  • Traki BOUCHRARA-ZANNAD, Les lieux du corps en Islam, Paris, 1994.
  • Borhane ERRAIS et Mohamed BEN LARBI, Les Maghrébins et la culture du corps,Nice, 1986.
  • ZEMMOUR Zine-Eddine, « Jeune fille, famille et virginité, Approche anthropologique de la tradition », Confluences (Méditerranée -Algérie), N°2 (printemps 2002), Paris, pp. 67-78.
  • Le corps maghrébin dans tous ses états, Revue CELFAAN, vol. 4, n°1-2 , automne 2005.

Atelier jeunes chercheurs – Handicap(s) et sociétés

Atelier jeunes chercheurs – Handicap(s) et sociétés

Un atelier mensuel « Jeunes chercheurs handicap(s) et sociétés » se tiendra lors de l’année universitaire 2013 / 2014. Cet atelier s’adresse principalement à des doctorants et post-doctorants engagés dans un travail de recherche sur le handicap. Il est organisé avec le réseau de jeunes chercheurs du programme Handicaps et sociétés de l’EHESS. Les séances offriront aux jeunes chercheurs un espace de présentation et de discussion de leurs travaux. Les questions pratiques rencontrées (publications, orientation professionnelle) ainsi que les problèmes méthodologiques (rapport au handicap, recherche participative) feront l’objet d’une réflexion collective.

Cet atelier mensuel s’adresse principalement à des doctorants et post-doctorants engagés dans un travail de recherche sur le handicap. Il est organisé avec le réseau de jeunes chercheurs du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS.

La question du handicap croise différentes approches des sciences humaines et sociales. Une attention particulière sera ainsi portée aux travaux des Disability Studies, aux catégories et concepts, aux politiques publiques, au traitement social du handicap, à la question de l’expérience.

Les séances offriront aux jeunes chercheurs un espace de présentation et de discussion de leurs travaux. Les questions pratiques rencontrées (publications, orientation professionnelle) ainsi que les problèmes méthodologiques (rapport au handicap, recherche participative) feront l’objet d’une réflexion collective. L’inscription à l’atelier est ouverte à tous, sans restriction d’appartenance institutionnelle. Elle suppose régularité et participation active.

L’organisation de cet atelier doctoral est assurée par plusieurs jeunes chercheurs de différentes institutions :

  • Aurélien Berthou (CERLIS),
  • Marion Blatgé (IDHE),
  • Pierre Brasseur (Clersé),
  • Seak-Hy Lo (CERMES 3, EHESP-MSSH),
  • Cristina Popescu (INSHEA, GRHAPES),
  • Noémie Rapegno (CERMES 3, EHESP-MSSH).

Les séances ont lieu de 14h à 17h à la MSSH (236 bis rue de Tolbiac, 75013 Paris), sauf la séance 3 (salle à déterminer).

Planning des ateliers

22 Octobre – Atelier 1 – Séance introductive

  • Présentation du séminaire.
  • Stéphane Zygart : Histoire des programmes de réadaptation et de rééducation.

26 Novembre – Atelier 2 – Handicap et politiques publiques

L’objectif de cet atelier est d’interroger les principes fondateurs des politiques internationales, européennes et françaises du handicap et de les confronter à leur mise en pratique. A partir de deux recherches faites dans le contexte français, l’une sur les établissements pour adultes handicapés, l’autre sur les parcours d’insertion de travailleurs handicapés, nous analyserons la manière dont sont mises en place les politiques et leurs répercussions sur les parcours institutionnels et individuels. Cette séance permettra d’approcher de manière théorique et pragmatique quelques principes couramment utilisés dans les textes de loi mais rarement discutés dans le contexte du handicap.

Cet atelier qui poursuivra les réflexions de la journée « politiques publiques et handicap » sera animé par Gildas BregainSeak-Hy Lo et Noémie Rapegno.

21 Janvier – Atelier 3

  • Yann Cantin : Les recherches historiques sur la surdité.
  • Caroline Husquin : Du monstre à l’infirme : essai de méthodologie sur la catégorisation de la perception de l’atteinte corporelle à Rome dans l’Antiquité.

25 Février – Atelier 4 – Sexualités et handicaps

L’objectif de l’atelier est d’interroger, à partir de points de vue de chercheurs en sciences sociales, la question du handicap et de la sexualité. Bien souvent abordée par des réflexions, expériences pratiques et opinions de professionnels de la santé, philosophes, personnes handicapées ou leurs proches, les réflexions et résultats d’enquête de chercheurs en sciences sociales sur cet objet d’étude restent encore peu connus, malgré leur apport significatif à sa compréhension. Ainsi, il s’agira de laisser de côté la dimension médicale au profit de la dimension sociale, de comprendre au-delà des témoignages personnels les enjeux, pratiques et expériences qui parcourent cette question.

La séance sera animée par Aurélien Berthou et Pierre Brasseur.

25 Mars – Atelier 5

  • Godefroy Lansade : L’inclusion scolaire vue d’en bas : expériences et trajectoires d’adolescents et jeunes adultes désignés handicapés mentaux eu sein d’un lycée d’enseignement professionnel.
  • Marc Lefort : Impact de l’organisation du parcours de soins sur la prévention des complications des blessés médullaires ; le cas de l’escarre.

29 Avril – Atelier 6 – Recherche participative

L’objectif de cet atelier est d’interroger la notion de recherche participative au regard de l’objet d’étude handicap. Le but de cette séance est notamment d’approfondir les questions de collaboration entre chercheurs académiques et membres de la société civile, qu’il s’agisse d’associations ou de professionnels. Un éclairage théorique par le biais des disability studies, nous conduira à interroger les fondements épistémologiques de ces pratiques, pour les interroger ensuite du point de vue des acteurs, qu’il s’agisse des organismes actifs dans le financement de la recherche sur les situations de handicap ou encore des chercheurs eux-mêmes.

La séance sera animée par Marion Blatgé et Cristina Popescu.

27 Mai – Atelier 7 – Retour d’expérience sur une recherche participative

L’objectif de cet atelier est de discuter les premiers résultats issus d’une recherche menée en collaboration avec une équipe de sociologues du LISST-CERS et le pôle régional de Midi-Pyrénées de l’Association des Paralysés de France. La discussion portera dans un premier temps sur la méthode d’analyse par groupe d’acteurs avec des questions relatives à l’animation d’un travail d’analyse collectif et participatif et dans un second temps sur les résultats attendus au niveau de la formulation et de la mise en dialogue des différentes conceptions « endogènes » de l’inclusion.

La séance sera animée par Audrey Parron et Marianne Woollven. Les intervenants seront Tristan Salord, doctorant au LISST-CERS et une personne ayant participé à l’enquête (à préciser).

24 Juin – Atelier 8

  • Lucile Changenet, titre à confirmer.

Cette action est soutenue par le Campus Condorcet et la Maison des sciences sociales du handicap (MSSH).

 

Emploi – Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société

Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société

Le réseau des jeunes chercheurs santé et société a été créé en 2003. Financé par l’Institut de recherche en santé publique, il est basé à la Maison des sciences de l’homme de Paris Nord. Le réseau propose une variété d’activités scientifiques, d’outils de communication et de formation. Il vise essentiellement à soutenir les initiatives des étudiants en master, doctorat et post-doctorat dans le champ des sciences sociales de la santé et à favoriser leur intégration professionnelle dans et hors du champ académique.

Missions

Sous l’autorité du directeur du réseau, les missions de ce poste sont les suivantes :

  • Gérer l’adhésion des nouveaux membres du réseau: accueil, information, etc. ;
  • Administrer le Site Internet :
    • Veiller au bon fonctionnement général du site et à son amélioration ;
    • Publier les annonces pertinentes ;
    • Participer à l’enrichissement des ressources du site ;
    • Diffuser la newsletter mensuelle ;
  • Coordonner l’activité générale du réseau ;
  • Initier et mettre en oeuvre des actions de professionnalisation ;
  • Appuyer les initiatives venant des membres et les aider dans l’organisation logistique en lien avec la MSH Paris Nord ;
  • Consolider les liens entre le Réseau et les institutions du champ de la recherche en santé et société ;
  • Contribuer à l’évaluation du fonctionnement du réseau.

Profil et qualités requises

  • Autonomie, capacité d’organisation, force de proposition ;
  • Doctorant-e dans le champ des sciences sociales de la santé (n’ayant pas de financement principal) ;
  • Connaissance des acteurs du champ de la recherche en sciences sociales de la santé ;
  • Une expérience dans l’animation de réunion ou de séminaire ou une expérience associative est un plus ;
  • Une connaissance de base des procédures de gestion universitaire est un plus ;
  • Bonne maîtrise des outils informatiques (Word, Excel, logiciel Word press).

Conditions d’emploi et de rémunération

  • Poste à pourvoir à partir du 1er octobre 2013
  • Contrat à durée déterminée du 1er octobre 2013 au 30 juin 2014 ;
  • Statut: chargé-e d’étude ;
  • Rémunération: environ 1000 euros nets par mois ;
  • Le poste est situé à la MSH Paris Nord : 4 rue de la Croix Faron – 93210 La Plaine Saint-Denis.

Conditions de candidature

Candidature (CV et lettre de motivation) à adresser par mail à Marc Bessin (bessin@ehess.fr) et David Michels (michels.david@gmail.com)

avant le 15 septembre 2013.

  • MSH Paris Nord – 4, rue de la Croix-Faron
    Saint-Denis, France (93)

CONTACTS

  • Marc Bessin
    courriel : bessin [at] ehess [dot] fr

 

« Poste de coordinateur/trice à mi-temps pour le réseau des jeunes chercheurs santé et société », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le vendredi 06 septembre 2013,http://calenda.org/258554

Appel à communications – « Dire les maux » (littérature et maladie)

Appel à communications

19-20 décembre 2013

Colloque international à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

« Dire les maux » (littérature et maladie) / Illness and/in Literature and the Arts

EA CLIMAS-CLARE (ERCIF)

 

“Like anyone who has had an extraordinary experience I wanted to describe it . . . My initial experience of illness was a series of disconnected shocks and my first instinct was to try to bring it under control by turning it into a narrative.”

Anatole Broyard, Intoxicated by My Illness and Other Writings on Life and Death

Scroll down for English version

Pour George Canghilem, « la maladie n’est pas une variation sur la dimension de la santé ; elle est une nouvelle dimension de la vie. » Autrement dit, elle n’est pas seulement « un fait diminutif ou multiplicatif » mais « une expérience d’innovation positive du vivant », « remaniement d’un reste » et non « perte d’un avoir » (Le normal et le pathologique, 1966).

Après avoir été longtemps réservée au discours médical, depuis le début du XXe siècle, la maladie se dit de plus en plus tant dans la littérature que les arts (peinture et cinéma en particulier) — qu’elle soit physique, morale ou mentale. Même si elle reste le plus souvent perçue, vécue, comme une « catastrophe » (Pierre Zaoui, La Traversée des Catastrophes, 2010), elle n’est plus de l’ordre du secret, de la sphère privée ; au contraire, les malades (ou leurs proches) prennent la parole, les écrivains la mettent en mots, les cinéastes la montrent. Arthur W. Frank évoque « the need of ill people to tell their stories, in order to construct new maps and new perceptions of their relationship to the world (The Wounded Storyteller, 1995). Anne Hunsaker Hawkins utilise le terme « pathography » pour désigner ces autobiographies d’un genre particulier (Reconstructing Illness. Studies in Pathographies, 1993). Car ce sont souvent des récits autobiographiques, même si le narrateur n’est pas toujours le malade lui-même.

Pourtant, comme l’écrit Elaine Scarry dans son ouvrage The Body in Pain (1985) et avant elle Virginia Wolf dans son essai « On Illness » (1926), la douleur ne se laisse pas facilement appréhender par le langage : « Physical pain does not simply resist language but actively destroys it ». C’est ainsi que Nietzsche choisit d’appeler la sienne « chien » car, explique-t-il dans Le Gai Savoir, « je peux  l’apostropher et passer sur elle mes accès de mauvaise humeur ; comme d’autres font avec leur chien, leur domestique et leur femme ». Pour lui, il s’agit de reprendre le contrôle, ou du moins de tenter de le faire, par le biais d’une métaphore. D’autres utilisent des comparaisons pour dire leurs maux mais tous ont besoin des images « to externalize, objectify, and make shareable what is originally an interior and unshareable experience » (Scarry). Comme le corps parle par symptômes, qui exigent d’être décodés, le « Wounded Storyteller » (Frank) « talks around », « obliquely », et son récit impose un déchiffrage.

Proche de Canghilem, dont il a repris certains concepts, Gilles Deleuze a élaboré une philosophie dite « vitaliste » et, en regardant de près nombre de textes littéraires affectés de la même « fêlure » (dont la fameuse série « The Crack-Up » (1936) de Fitzgerald), « il a su aller vers le pire pour trouver le meilleur » (Zaoui). La santé serait-elle donc « asphyxiante », comme l’écrit Philippe Godin ? Et la littérature « une entreprise de santé » (Deleuze) ?

Autant de questions essentielles que ce colloque s’efforcera de poser et d’éclairer, en prenant en compte toutes les formes artistiques, les spécificités culturelles anglo-américaines (en particulier mais pas nécessairement) ou la notion de gender, par exemple.

Les propositions de communications (environ 300 mots), en français ou en anglais, devront être adressées pour le 10 juillet 2013 à Pascale Antolin (pascale.antolin@u-bordeaux3.fr) et Marie-Lise Paoli (ercif@u-bordeaux3.fr).

Réponse avant le 17 juillet.

Journée d’étude – Écrire l’histoire du pénis à l’époque moderne et contemporaine

« Écrire l’histoire du pénis à l’époque moderne et contemporaine » – journée d’étude sous la direction de Christelle Taraud & Régis Revenin.

 

24 mai 2013

10 heures-18 heures

New York University in France

56 rue de Passy

Paris 16e

 

Cette journée est organisée par Régis Revenin (Université Paris 1) et Christelle Taraud (NYU in France) dans le cadre du séminaire « Approches historiques des sexualités », soutenu en 2012-2013 par le Centre d’histoire du 19e siècle (Paris 1-Paris 4), le Centre d’histoire sociale du 20e siècle (Paris 1-CNRS), le laboratoire Framespa (Toulouse 2-CNRS) et par New York University in France.

 

** L’accès à la journée est libre et gratuit, mais les places étant limitées, il est nécessaire de s’inscrire auprès de Christelle Taraud : christelle.taraud@wanadoo.fr

Les recherches historiques sur la masculinité et la virilité (françaises) se sont certes développées ces dernières années , mais les hommes restent encore un impensé, le point aveugle des discours et des travaux sur le genre et la sexualité. Bien que le pénis symbolise ou soit souvent associé à l’homme, les sciences humaines et sociales ne s’y sont, pour l’heure, pas vraiment intéressés de manière spécifique. Souvent écrits par des urologues, des sexologues ou des psychiatres, les essais consacrés aux organes génitaux masculins en méconnaissent souvent la dimension historique, politique, sociale. De leur côté, dans une perspective de genre, les historien.ne.s se sont surtout penché.e.s sur la sexualité et son contrôle social, mais le corps sexué, tout comme la réalité des pratiques sexuelles, restent peu explorés. Pourtant les organes génitaux masculins sont des territoires essentiels de la production des normes de genre et des normes sexuelles.

C’est pourquoi, lors de cette journée d’étude parisienne, nous désirerions dresser un premier bilan des réflexions et des travaux sur cette question – terminés ou en cours –, produits dans le champ historique, sans toutefois en exclure les autres approches en sciences humaines et sociales.

 

** Programme **

 

10h-10h05 : ouverture par Christelle Taraud, professeure d’histoire à New York University en France.

 

10h05-10h15 : introduction par Régis Revenin, docteur en histoire de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

 

10h15-10h45 : Didier Foucault, « Le pénis en littérature, des fabliaux aux romans libertins des Lumières : représentations, fantasmes, substituts ».

Didier Foucault est professeur d’histoire à l’Université Toulouse 2.

 

10h45-11h15 : Stanis Perez, « Du phallus conquérant au phallus défaillant : relecture(s) de l’absolutisme louis-quatorzien ».

Stanis Perez est coordonnateur de recherche MSH-Paris Nord « Corps et politique » et chargé de cours à l’Université Paris 13.

 

11h15-11h35 : discussion avec la salle.

 

11h35-12h05 : Guillaume Garnier, « La masculinité à l’épreuve du sommeil et des rêves : le pénis inhibé et réprimé (18e-19e siècles) ».

Guillaume Garnier est docteur en histoire et ATER à l’Université d’Angers.

 

12h05-12h35 : Anne Carol, « Le crime de castration : glissement, évolution et tentative de typologie (France, 19e siècle) ».

Anne Carol est professeure d’histoire à l’Université d’Aix-Marseille.

 

12h35-12h55 : discussion avec la salle.

 

** Pause.

 

14h30-15h : Brice Chamouleau, « La dangerosité sociale et le pénis : mutation du genre masculin dans l’Espagne postfranquiste ».

Brice Chamouleau est membre scientifique de l’École des hautes études hispaniques et ibériques de la Casa de Velázquez et doctorant à l’Université Bordeaux 3.

 

15h-15h30 : Claudine Le Pallec-Marand, « Quand des Nouvelles Vagues regardent en face leur pénis (1975-1976) ».

Claudine Le Pallec Marand est docteure en cinéma et chargée de cours en esthétique à l’Université Paris 8.

 

15h30-15h50 : discussion avec la salle.

 

16h : pause.

 

16h15-16h45 : Sabrina Bouarour, « Dire le sexe et ses pratiques de 12 ans à 87 ans, d’après Journal d’un corps de Daniel Pennac ».

Sabrina Bouarour est étudiante en littérature et cinéma à l’ENS Ulm et journaliste au Monde Académie.

 

16h45-17h15 : Yannick Le Hénaff, « L’agrandissement de pénis : sociologie d’une controverse médicale ».

Yannick Le Hénaff est maître de conférences en sociologie à l’Université de Rouen.

 

17h15-17h35: discussion avec la salle.

 

17h35-18h : conclusion de la journée par Sylvie Chaperon, professeure d’histoire à l’Université Toulouse 2.

Colloque – Patients et Traitements Psychiatriques à l’Écran

Patients et Traitements Psychiatriques à l’Écran,

5 et 6 décembre 2012, École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris.

 

Bâtiment le France, salles de conférence Réseau Asie (salles 638-640), 6ième étage.

190-198 avenue de France, 75013 Paris.

Métro 6- Station Quai de la Gare, bus ligne 89 (arrêt quai de la Gare).

Accès libre.

Colloque pluridisciplinaire labellisé Domaine d’Intérêt Majeur par la Région Ile de France.

Organisateurs : Jean-Christophe Coffin (MCF Paris V Descartes), Nausica Zaballos (doctorante Centre Alexandre Koyré / L’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux : Sciences sociales, Politique, Santé/ IRIS) et Alessandro Manna (doctorant IRIS).

http://folieecran.hypotheses.org


Mercredi 5 décembre 2012.


Panel 1: matin du 5 décembre.


Représenter la folie : entre répulsion et fascination, un pari difficile ?


Président de séance : Marc Renneville, Directeur de Recherche CNRS (Centre Alexandre Koyré).

 

9h00-9h30 : Accueil des participants.

9h30-9h45 : Introduction (Nausica Zaballos, Alessandro Manna).

  • 9h50-10h20 : Psychopathologie et étrangeté psychique dans le cinéma américain contemporain. Jocelyn Dupont, MCF, université de Perpignan.
  • 10h25-10h55 : ‘Films de dingues’ et dialogues de sourds : la réception des films traitant du trouble mental par les censeurs du cinéma, en France, entre 1945 et 1975. Frédéric Hervé (Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle – Paris 1), docteur en Histoire.

10h55-11h05 : Questions.

11h05-11h15 : Pause.

  • 11h15-11h45 : L’inconscient à ciel ouvert : I’m a Cyborg but that’s ok (Park Chan-wook, Corée du Sud, 2006),Mireille Berton, Maître-assistante à la section d’Histoire et esthétique du cinéma, Faculté de Lettres de Lausanne.
  • 11h50- 12h20 : Le corps hystérique à l’écran : images d’hier et d’aujourd’hui. Carole Mariotti, Université Rennes 2, ATER en psychologie.

12h20-12h30 : Questions.

12h30-14h00 : Repas.


Panel 2 : après-midi du 5 décembre.


Hôpitaux et psychiatres à l’écran : vers une impossible réhabilitation ?

  • 14h-14h30 : Portrait d’un psychiatre. Isabelle von Bueltzingsloewen, Professeur des Universités, Université de Lyon-Lumière 2.
  • 14h35-15h05 : L’asile français des années 1960. Histoire de Paul de René Féret (1975). Hervé Guillemain – MCF Histoire – Université du Maine – CERHIO

15h05-15h15 : Questions

15h15-15h25 : Pause.

  • 15h25- 15h55 : L’autisme à l’écran. Brigitte Chamak, Chercheure à l’INSERM (IR1), CERMES 3 / INSERM U988.
  • 16h00- 16h30 : ‘She is not crazy, she is unusual.’ Des œuvres de fiction de Forman à Cassavetes aux documentaires contemporains : vers une normalisation de la folie ? Isabelle Perrault, post-doctorante, Université d’Ottawa / Simon Fraser University.

16h30-16h40 : Questions.

16h45-17h40 : Projection du documentaire « Extérieurs, Rue » de Laurent Brémond, Anyway Production.

 

Jeudi 6 décembre 2012.


Panel 3 : matin du 6 décembre.


Paroles de « fous », paroles d’experts : le cinéma comme processus thérapeutique et outil de mobilisation collective.


Président de séance : Samuel Lézé, Maître de conférences en anthropologie sociale, Laboratoire Triangle – UMR 5206, École Normale Supérieure de Lyon.

  • 9h55-10h25 : ‘Vous n’avez pas honte ? Il y a des malades ici.’ San Clemente (1981) de Raymond Depardon.Giuseppina Sapio, Sorbonne Nouvelle IRCAV-Paris 3.
  • 10h30-11h00 : La mise en scène de l’univers asilaire : La Tête contre les murs. Mathieu Joyaux, Université de Rennes 2, M2.

11h00-11h10 : Questions.

11h10-11h20 : Pause.

  • 11h25- 11h55 : Marco Bellocchio et la société aliénante : un cinéaste militant. Amélie Ravaut, Paris X Nanterre.
  • 12h00- 12h30 : Raconter et dédramatiser la schizophrénie. Comment façonner le regard pour promouvoir le traitement précoce. Virginie Stucki, Isabelle Csupor, Université de Lausanne.

12h30-12h40 : Questions.

12h40-14h00 : Repas.


Panel 4: après-midi du 6 décembre.

  • 14h-14h30 : Les Rencontres Vidéo en santé mentale : se mettre en scène, se remettre en selle. Daniel Simonnet, infirmier en psychiatrie, responsable des Rencontres Vidéo en Santé Mentale, Emmanuelle Jouet, EPS Maison Blanche, Dominique Besnard, directeur national des CEMEA en charge de la psychiatrie.
  • 14h35-15h30 : Projection de Les Voix de ma Soeur, 48 minutes. Documentaire des Films sur le Palier, réalisé parCécile Philippin. Premier Prix de la catégorie Santé Mentale au Festival International du Film de Santé de Liège (Belgique), mars 2012.

15h30-15h40 : Questions.

15h40-15h50 : Pause

  • 15h55-16h25 : Ouvrir la boîte de Pandore. J’ai rencontré trop de personnes pour lesquelles ça marche pour dire que ça ne marche pas. Yann Derobert, psychologue clinicien, Paris VIII.
  • 16h30-17h00 : « Histoire de la folie : transmission directe. » Mathieu Bietlot, Yves-Luc Conreur, Université Libre de Bruxelles – L’Autre lieu.

17h00-17h10 : Questions.


Conclusions : 17h10-17h30, avec la participation du docteur Alain Bouvarel, président du Centre National Audiovisuel en Santé Mentale (CNASM Lorquin).

Colloque – Re-membering the body

Colloque – Re-membering the body

Institut d’ethnologie | Musée d’ethnographie | Neuchâtel 6 – 8 septembre 2012 

L’incroyable diversité des techniques du corps et leurs évolutions dans le temps renvoie à la question de leur re-connaissance au sein des collectifs qui les vivent. La valorisation de cette re-connais- sance est notamment l’un des objectifs que vise la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. En envisageant implicitement le corps des individus comme un espace où se matérialise et se déploie l’immatériel et la diversité culturelle, la Convention fait du corps un témoin de l’authenticité des pratiques sociales et un enjeu dans la sauvegarde du patrimoine immatériel. Plus largement, qu’il s’agisse de gestes anodins de nos quotidiens, de situations de travail où les corps sont – en apparence – de moins en moins sollicités, de situations où leur façonnage devient le vecteur d’un processus créatif (collectif ou individuel) ou d’ac- tivités sportives offert aux regards, les questions complexes de leur décryptage, de leur traduction, de leur mise en scène et en mémoire sont d’importance. Elles constituent le fil rouge de ce colloque qui se déroulera sur trois jours.

Télécharger le programme (pdf)

Parution – Le corps gourmand, d’Héraclès à Alexandre le Bienheureux

Parution – Le corps gourmand, d’Héraclès à Alexandre le Bienheureux

 

KARILA-COHEN Karine et QUELLIER Florent, Le corps gourmand, d’Héraclès à Alexandre le Bienheureux, PUFR, 2012.

Gosier, ventre, lèvre, joues, palais… quelles parties du corps révèlent le gourmand dans la culture européenne ? Notre société lipophobe nous poussera sans doute à souligner l’embonpoint du personnage qui contrevient aux règles de la diététique. Mais l’on pourra aussi scruter ses manières de table et sa gestuelle. Selon que la gourmandise est pensée comme le goût de la bonne chère ou comme le péché de goinfrerie, on valorisera ou dénigrera la corpulence et les attitudes du gourmand. Le gourmet sait choisir les plats, maîtrise tout un art de vivre, tandis que le goinfre se comble la panse en cachette ou sans tenir compte des règles de civilité. On voit par là que le corps du gourmand se construit dans un subtil jeu de relations sociales. De l’Antiquité gréco-latine à nos jours, ce livre décline ces questions dans le temps pour en saisir toutes les évolutions et les différents enjeux politiques, religieux, médicaux ou moraux. Écrites par des littéraires, des historiens et des historiens de l’art, les quinze études rassemblées analysent et interprètent les incarnations de la gourmandise en s’appuyant sur une histoire de l’alimentation et une histoire du corps en plein essor dans l’historiographie actuelle.

 

Parution – Nouvelle revue Histoire, médecine et santé (numéro spécial Pudeurs, XVIe-XXe)

 Parution – Nouvelle revue Histoire, médecine et santé (numéro spécial Pudeurs, XVIe-XXe)

 

 Les membres du comité éditorial de la revue Histoire, médecine et santé, ont le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 1 de cette nouvelle revue d’histoire, dédiée aux recherches sur le corps, la santé et à la médecine (histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine / toutes aires culturelles).

Cette revue semestrielle (printemps-automne), éditée par Méridiennes (Framespa, Toulouse II), souhaite devenir un lieu d’échanges et de débats féconds ; nous vous invitons donc à nous contacter et à nous envoyer vos articles, propositions de dossiers thématiques et recensions.

Chaque numéro est constitué d’un dossier thématique contenant plusieurs articles de fond (5 à 6 articles), ainsi que des varia (2 à 3 articles). Une troisième rubrique « Sources et documents » propose des bilans historiographiques et méthodologiques sur des sources sollicitées par les historien-ne-s et laisse une large place à leur édition. Des comptes rendus d’ouvrages sont également proposés.

 

Pour plus de renseignements sur cette revue, veuillez vous reporter à l’adresse suivante :

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/publications/histoire-medecine-et-sante/

 

Ou contacter le secrétariat de rédaction à cette adresse : nahema.hanafi@gmail.com

 

Et enfin, pour vous abonner :

http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/boutique/spip/spip.php?article343

 

 

Le premier numéro propose un dossier thématique sur l’histoire de la pudeur (XVIe-XXe siècle).

http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/sante-et-societe/histoire-medecine-et-sante-n-1-pudeurs-159089.kjsp?RH=1333370507443

 

SOMMAIRE (N°1 – Printemps 2012)

Editorial Pierre C. LILE

Dossier thématique : PUDEURS

Nahema HANAFI, Introduction. Pudeurs des souffrants et pudeurs médicales

Dominique BRANCHER, Splendeurs et misères des figures de style. Pudeurs du discours médical aux XVIe et XVIIe siècles

Elsa NICOL, Face aux cancers féminins : dévoiler et porter le fer (XIXe siècle)

Claire BARILLE, Les vaines pudeurs à l’hôpital (XIXe siècle)

Anne CAROL, Pudeurs et manipulations médicales du cadavre (France, XIXe siècle)

Cécile ESTIVAL, Incidences de l’imagerie médicale sur la pudeur dans la relation patients-soignants

VARIA

Jean-Christophe SANCHEZ, Observations des météores et médecine aux Temps Modernes

Alexandre KLEIN, Contribution à l’histoire du « patient » contemporain. L’autonomie en santé : du self-care au biohacking

SOURCES ET DOCUMENTS

Séverine PILLOUD, Récit du corps et de la maladie dans les lettres de consultation adressées au médecin suisse Samuel Auguste Tissot (1728-1797)

COMPTES RENDUS

Alexandre KLEIN – RIEDER Philip, La Figure du patient au XVIIIe siècle

Olivier MUNOZ – CHAMAK Brigitte, Cent ans de recherches en cancérologie : le rôle d’Antoine Lacassagne (1884-1971)

Laurence TALAIRACH-VIELMAS – ALBERTI Samuel J. M., Morbid Curiosities : Medical Museums in Nineteenth-Century Britain

Jean-Yves BOUSIGUE – DRULHE Marcel et SICOT François (dir.), La santé à cœur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soin

Anaïs LEWEZYK – LE DOZE Camille, La puce. De la vermine aux démangeaisons érotiques

Editeur

Méridiennes (Framespa UMR 5136), meridiennes@univ-tlse2.fr

 

Fondateur et président d’honneur

Pierre C. Lile (CEHM/Framespa, Toulouse II)

 

Directeur de publication 

Didier Foucault (Framespa, Toulouse II)

 

Secrétaire de rédaction  

Nahema Hanafi (Framespa, Toulouse II / IUHMSP, Unil)

 

Comité de rédaction 

 

Claire Barillé (IDHE, Paris X)

Jean-Yves Bousigue (Framespa, Toulouse II)

Sylvie Chaperon (Framespa, Toulouse II)

Jean-Christophe Courtil (PLH, Toulouse II)

Anaïs Lewezyk (Framespa, Toulouse II)

Yves Lignereux (Framespa, Toulouse II)

Andrew Mendelsohn (Imperial College, Londres)

Evelyne Samama (IEC, Versailles Saint-Quentin)

Laurence Talairac-Vielmas (CAS, Toulouse II)

Bruno Valat (Framespa, Toulouse II)

Sophie Vasset (LARCA, Paris VII)

François Zanetti (CHISCO, Paris X)

 

Comité scientifique

Vincent Barras (IUHMSP, Unil)

Lawrence Brockliss (Magdalen College, Oxford)

Giulia Calvi (IUE, Florence)

David Cantor (NIH, Maryland)

Anne Carol (Telemme, Aix-Marseille I)

Hélène Cazes (University of Victoria)

Claire Crignon (CERSES, Paris IV)

Véronique Dasen (Université de Fribourg)

Paul Dutton (Northern Arizona University)

Claire Fredj (IDHE, Paris X)

Charles Hayter (University of Toronto)

Ilana Lowy (Cermes3, Inserm)

Rafael Mandressi (CNRS, Alexandre Koyré)

Karen Nolte (Institut für Geschichte der Medizin, Würzburg)

Concetta Pennuto (CESR, Tours)

John Pickstone (CHSTM, Manchester)

Séverine Pilloud-Savovic (HEdS-La Source, Lausanne)

Philip Rieder (Institut d’éthique biomédicale, UNIGE)

Jonathan Simon (S2HEP, Univ. Lyon I)

Georges Vigarello (EHESS, Centre Edgar Morin)

 

 

 

Colloque – Montrez ce sexe que je ne saurais voir !

Colloque – Montrez ce sexe que je ne saurais voir !
Perspectives historiques sur les organes sexuels : représentations, régulations sociales et résistances (18e – 20e siècles)

Organisé par l’Unité de recherche transversale SAGES : Savoirs, Genre et Sociétés (http://sages.ulb.ac.be/).

 Jeudi 3 et vendredi 4 mai 2012 à l’Université Libre de Bruxelles sur le campus du Solbosch (Avenue Franklin D. Roosevelt 50, B-1050 Bruxelles), bâtiment AY, niveau 2, salles 114 (le jeudi 3 mai) et 107 (le vendredi 4 mai).

Entrée libre.

En collaboration avec les Femmes Prévoyantes Socialistes (http://www.femmesprevoyantes.be/) et la Cinémathèque royale de Belgique  (http://www.cinematek.be/).

Veuillez trouver ci dessous ainsi qu’en version .pdf en pièce jointe le programme complet de ce colloque.

 

Argumentaire du colloque

Si le sexe est et a toujours été systématiquement pointé du doigt, s’il charrie un lot de discours féconds, il est également et peut-être paradoxalement caché, dénigré voire hypocritement oublié. Or il s’agit là d’un organe essentiel à toute vie. Sa nécessité mais aussi les mystères qui l’entourent lui donnent un caractère mystérieux empli de force et de fragilité, de plaisirs multiples et de douleurs. Le rôle symbolique des organes sexuels est particulièrement bien révélé par les tabous qui les entourent. Le tabou de la nudité exige le voilage des parties dites sexuelles (avec la feuille de vigne d’Adam et Eve par exemple). La désignation des zones sexuelles ou érotiques, à cacher ou à montrer selon les circonstances, a évolué selon les périodes historiques et les espaces. La grossesse de la Vierge Marie est célébrée dès le XIIIème siècle. Elle reste l’objet de fêtes populaires jusqu’au XVIème siècle en Europe du Nord avant d’être contestée et réprimée dans le cadre de la Contre Réforme catholique. Cette réforme des représentations mariales est un signe de l’imposition progressive d’une vision dichotomique de la sexualité féminine dans laquelle le sexuel est clairement distingué du maternel. A ce nouvel interdit succéda une nouvelle valorisation, politique cette fois, du corps féminin et de ses fonctions sexuelles. Le contrat social proposé par Rousseau en 1762 préconise la représentation publique de l’allaitement pour symboliser la « seconde nature » fondant ainsi l’intérêt commun de la nation, ce qui continue d’avoir un impact sur la gestion de sociale de la maternité.

L’attribution de caractères et de fonctions sexuelles à certains organes ou zones corporelles n’est donc jamais anodine. L’esprit a-t-il un sexe ? La question posée par François Poullain de La Barre au XVIIème siècle ressurgit aujourd’hui à propos du cerveau. Il est décrit actuellement par la biologie et la neuroscience comme l’un des agents principaux de la sexualisation du corps notamment par sa régulation des productions hormonales.

L’histoire s’est penchée depuis une vingtaine d’années sur la sexualité et son contrôle social. La perspective de genre a permis d’éclairer les dynamiques de production de normes (prescriptions médicales et juridiques) et de représentations (mentalités, littérature, arts plastiques ou cinéma). Mais le corps sexué en lui-même reste peu interrogé. Or, les organes sexuels apparaissent comme des « lieux » d’étude stratégiques. L’historiographie montre en effet qu’ils sont à la fois des enjeux et des armes dans de nombreuses politiques de contrôle social qui mobilisent et, partant, transforment les modèles et les représentations de la sexualité et du genre. Les organes sexuels sont des lieux de négociation entre une multiplicité d’acteurs et d’actrices. Se placer sur ce « terrain » permet de faire le lien entre les normes et les représentations d’une part (corps objet de discours), et entre les mentalités et les comportements d’autre part (corps vécu par les acteurs et actrices). Il s’agit de comprendre comment les normes sociales passent par le corps pour réguler les comportements et, à l’inverse, comment le corps est mobilisé et impliqué dans les résistances opposées aux multiples injonctions et exploitations dont il est l’objet. S’attarder sur les organes sexuels permet ainsi d’accéder à l’expérience qu’en firent les acteurs et actrices et aux subjectivités que ces corps incarnent.

Le rôle attribué aux organes sexuels dans les modèles psychologiques est tributaire de l’histoire de la compréhension des relations entre le corps et l’esprit, de la conception du féminin et du masculin et d’une distribution spécifique des rôles sociaux selon le genre. En effet, les organes sexuels servent fréquemment de référent organique à la détermination des phases de développement de la subjectivité et pour fonder l’attribution de droits aux personnes : distinction entre embryon et fœtus, distinction entre « transsexualité » et « intersexualité », la puberté comme fondement organique de l’adolescence, rapports entre psychanalyse et biologie, etc.

Différents organes ont reçu le pouvoir d’incarner la sexualité et le genre des individus au cours de l’histoire : seins, utérus, ovaires, clitoris, pénis ou testicules par exemple. De même, certains individus incarneraient mieux que d’autres la sexualité dans les sociétés à un moment donné (les femmes, les homosexuels, les personnes dites « de couleur »). Leur « différence » les sexualiserait bien plus que tout autre individu, ici le modèle de l’hétérosexuel blanc. Il s’agit donc de s’interroger sur les rapports entre, d’une part, les modèles de sexuation et de fonctionnement de la sexualité et, d’autre part, la régulation sociale des rapports humains. L’asymétrie existante entre les différentes personnes chargé-e-s d’incarner la sexualité pose question. Le statut de neutralité attribué au masculin explique-t-il l’absence de débats à propos de l’incarnation de la masculinité chez les hommes ? Ou bien est-ce une reproduction acritique de l’historiographie qui n’a pas encore remis en question le rôle attribué au pénis ? L’historiographie étudie encore majoritairement la sexualité à travers le corps des femmes. Dès lors, quels sont les enjeux et les combats au sujet des organes sexuels des hommes ?

Ces quelques exemples montrent l’imbrication des différentes fonctions, symboliques, sociales et reproductives attribuées aux organes sexuels. C’est pourquoi les représentations, les usages ainsi que les interventions sur les organes sexuels ont toujours des « effets collatéraux ». L’étude des organes sexuels, des modèles de sexuation et de sexualisation de l’humain permettent donc aux chercheurs de diverses disciplines d’interroger de multiples aspects des sociétés passées et d’en faire l’histoire au sens large, en incluant les dimensions politiques, sociales et culturelles.

 

Trois axes seront privilégiés :

–         Les représentations et leur circulation

Du texte médical au cinéma en passant par les pièces anatomique et les dessins reproduits dans les ouvrages de conseils aux femmes enceintes, quels modèles de la sexuation et de la sexualité ces représentations soutiennent-elles ? Comment ces représentations sont-elles utilisées, dans quels contextes et dans quel but ? A côté des représentations concrètes, les représentations abstraites, théoriques, seront aussi être traitées à partir de l’histoire des modèles de sexuation et de sexualisation de l’être humain.

–         Les régulations sociales et les résistances

Les régulations des usages des organes sexuels et les résistances qui s’y opposent. A l’inverse, l’usage des organes sexuels et des modèles de sexuation et de sexualisation de l’humain à des fins de régulation sociale. Les catégories, les identités et les rôles sociaux institués ou promus par ces régulations ou ces résistances. La régulation et les résistances via l’intervention ou l’expertise médicale, le droit (administratif et judiciaire), pédagogies et systèmes scolaires, le sport, etc.

–         Heuristique

Comment étudier les organes sexuels et faire le lien entre la production des normes, les pratiques corporelles et les représentations ? La diversité des sources potentielles est à l’image de l’importance que possèdent la sexualité et les organes sexuels dans la société. Dès lors, quelle stratégie heuristique adopter afin de comprendre l’imbrication des différentes dimensions à étudier (symbolique, sociale et reproductive) ?


Jeudi 3 mai 2012 (AY. 2. 114)

9h00-12h15 :

Matinée d’introduction au colloque organisée en collaboration avec les Femmes Prévoyantes socialistes avec deux conférences confrontant la perspective historique à l’actualité sur les normes appliquées aux organes génitaux féminins dans la société occidentale. Une mise en perspective socio-historique pour mieux questionner nos schémas de pensée et notre manière d’appréhender les organes sexuels à l’époque contemporaine.

 

9h00 – 9h15

Accueil des participant-e-s et du public

9h15 – 9h45

Introduction au colloque et à la matinée

9h45 – 10h45

Conférence de Sylvie Chaperon

Sylvie Chaperon est Maître de Conférences (HDR) à l’Université Toulouse Le Mirail. Elle est membre de nombreux comités de rédaction et de comités scientifiques. Auteure de « La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au XIXe siècle » (La Musardine, 2008) et des « Origines de la sexologie, 1850-1900 » (La Martinière, 2007).

Réflexions sur l’histoire scientifique du clitoris, de l’Antiquité au XXème siècle

Quels sont les grands traits des étapes historiques qui ont marqué la conception médicale du clitoris ainsi que ses représentations dans les planches anatomiques, et quels sont les facteurs qui peuvent expliquer cette périodisation ?

10h45 – 11h00 :

Pause café

 

11h00 – 12h00

Conférence de Damien Mascret

Damien Mascret est journaliste, sexologue et co-auteur de « La revanche du clitoris » (La Musardine, 2008) et de « Peut-on être romantique en levrette » (La Musardine, 2009).

Le sexe féminin dans tous ses états : épilation intime, nymphoplastie, revalorisation du clitoris

La pression socioculturelle qui s’exerce sur le corps érotique ne se limite pas au visible évident. Elle concerne désormais le sexe féminin lui-même. De l’épilation intime au « lifting de la vulve », de nouvelles normes s’imposent insidieusement. Mais qu’est-ce qu’un sexe « normal » ?

12h00 – 12h15

Discussions

 

12h15 – 13h30 :

Pause déjeuner

 

 

13h30 – 16h00 :

Représentations des organes sexuels

 

13h30 – 13h50 Thierry Hoquet (Maître de Conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Mâles avides, femelles rétives ? La question des rôles sexuels

 

13h50 – 14h10 Nathalie Grandjean (Doctorante, FUNDP)

Histoire de la pensée médicale occidentale sur les seins dans une perspective de genre

14h10 – 14h30 Discussions

 

14h30 – 14h45 :

Pause café

 

14h45 – 15h05 Didier Foucault (Professeur, Toulouse Le Mirail)

Les organes sexuels masculins dans les traités d’anatomie du XVIIe siècle

15h05 – 15h25 Katrin Pilz (Doctorante, ULB-UniWien)

Female Sex in Motion – The Display of Sexual Organs in Medical Collections and Cinematography in the early 20th Century Visual Medical Culture

15h25 – 15h45 Discussions
15h45 – 16h00 Conclusion de la journée

 

 

Vendredi 4 mai 2012 (AY. 2. 107)

 

9h00 – 10h30 :

Régulations sociales et résistances n° 1 : « détournements »

 

9h00  – 9h15 Accueil des participant-e-s et du public
9h15  – 9h30 Mot d’introduction
9h30  – 9h50 Vanessa Gemis (Post-doctorante, ULB)

À l’origine de tous les plaisirs. Élisa Brune ou comment étudier, écrire et dessiner le sexe et la sexualité

 

9h50  – 10h10 Vanessa D’Hooghe (Doctorante, ULB)

Le « Self Help » ou la démédicalisation du corps et de ses pratiques exploratoires

10h10 – 10h30 Discussions

10h30 – 10h45 :

Pause café

 

10h45 – 12h15 :

Régulations sociales et résistances  n° 2 : « corps maternel, psychisme et transmission »

 

10h45 – 11h05 Francesca Arena (Doctorante, Université de Provence)

Un cerveau dans le ventre ou un utérus dans la tête ? Représentations et pratiques médicales autour du corps maternel entre époques moderne et contemporaine

11h05 – 11h25 Vlasta Paulic (Doctorante, Université Ludwig-Maximilians)

Is there a future for the Oedipus Complex ? Mothers and Psychoanalysis

11h25 – 11h45 Jérôme Janicki (Docteur en histoire, ULB)

La couvade célèbre la place de l’homme auprès du nouveau-né.

11h45 – 12h15 Discussions

 

12h15 – 13h30 :

Pause déjeuner

 

13h30 – 14h30 :

Régulations sociales et résistances  n° 3 : « sexe en contexte colonial »

 

13h30 – 13h50 Delphine Peiretti (Doctorante, Université de Provence)

De la race au genre : l’étude des organes sexuels des Africain(e)s dans le discours médical français du début du XIXe siècle au début du XXe siècle

 

13h50 – 14h10 Amandine Lauro (Professeure invitée  aux FUSL, Collaboratrice scientifique à l’ULB)

De la puberté féminine dans les ‘zones torrides’. Expertise et régulations du corps des jeunes filles au Congo Belge

 

14h10 – 14h30 Discussions


14h30 – 14h45 :

Pause café

 

14h45 – 16h15 :

Heuristique des organes sexuels

 

14h45 – 15h05 Valérie Piette (Professeure, ULB)  et Vanessa D’Hooghe (Doctorante, ULB)

Le Fonds Berthe de la Réserve Précieuse : un collectionneur à la recherche de représentations d’organes et/ou d’orgasmes ?

15h05 – 15h25 Laura Di Spurio (Maîtresse en histoire, ULB) et Julie De Ganck (Doctorante, ULB)

Les organes sexuels en droit et en médecine. Lecture croisée du recours aux expertises médico-sociales en Belgique contemporaine.

15h25 – 15h45 Discussions
15h45 – 16h15 Conclusion, discussion générale et mot de la fin

 

19h30 – 20h45 :

 

Projection du film Documentaire « The Moon Inside You » à la Cinematek (3 euros / 1 euros)
 

Appel à contribution – Revue Genre, sexualité et société

Appel à contribution – Revue Genre, sexualité et société
Genre, sexualité & société, revue électronique, à comité de lecture, pluridisciplinaire et internationale, de langue française, entièrement dédiée aux recherches sur le genre et la sexualité, lance un appel à articles pour les prochains numéros à paraître (rubrique « VARIA »).
Tout type de contribution inédite sera étudiée, qu’elle provienne de jeunes chercheur-e-s ou de chercheur-e-s confirmé-e-s.
La revue Genre, sexualité & société souscrit pleinement aux principes de l’évaluation par les pair-e-s. Tous les articles proposés sont soumis de façon anonyme.
Pour soumettre un article, suivre les instructions en ligne: http://gss.revues.org
Les cartes, tableaux, illustrations, photos devront aussi être envoyés dans un fichier séparé. Les auteur-e-s veilleront en outre à ce que les légendes et les titres des figures soient clairement indiqués sur celles-ci.
Vous êtes invité-e-s à nous faire parvenir vos articles à l’adresse e-mail suivante : gss@revues.org

Numéros parus :

1 / Printemps 2009 – Lesbiennes
2 / Automne 2009 – Actualité des échanges économico-sexuels
3 / Printemps 2010 – Révolution/Libération
4 / Automne 2010 – Egologies
5 / Printemps 2011 – Ailleurs
6 / Automne 2011 – Vieillir
Hors-série 1 / 2011

Numéros à paraître

7 / Printemps 2012 – Périphériques
8 / Automne 2012 – Rituels

Appel à contribution – Penser le corps

Appel à contribution – Penser le corps

Date limite : 30 juin 2012

 

UNIVERSITE DE GAFSA

INSTITUT SUPERIEUR DES ETUDES APPLIQUEES EN HUMANITES DE GAFSA

DEPARTMENT D’ANGLAIS

Colloque International

PENSER LE CORPS

dans la pensée, l’art et la langue

22-23-24 Novembre 2012

Argumentaire

Si le corps dans ses simples manifestations, est la forme de notre présence dans ce monde, toutes les questions qui s’y posent et toutes les problématiques qu’il  relève, constituent un point d’intersection entre plusieurs disciplines  comme la philosophie, l’anthropologie, la psychologie, la sociologie, la religion, la médecine, la linguistique, l’intelligence artificielle, la science de l’informatique.

En effet, même si le degré de l’attention accordée par ces disciplines se différencie de l’une à l’autre et se distingue même d’une culture à l’autre, le corps demeure tout de même un sujet singulièrement interverti. Certes, leurs réponses à la question du corps, peuvent être une « géographie culturelle » en retenant les diverses significations que pourrait prendre le terme « géographie ».

Ainsi, nos conceptions et nos perceptions émanent de nos corps et constituent, en conséquence, le fondement de cette notion dite « géographie culturelle ». Les dualités comme le sacré et le profane, le désir et le mal, le bon et le mauvais, le centre et la marge, le pur et l’impur, et même la féminité et la masculinité, ne sont que des dualités versatiles d’une société à une autre, même si elles entretiennent une parenté biologique. Ceci désigne que nous ne pouvons ni vivre ni penser hors de nos corps parce qu’il est, non seulement l’objet de pensée, mais aussi la pensée elle-même. C’est avec nos corps que nous existons et  que nous pouvons concevoir l’existence aussi bien pour nous-mêmes que pour les autres. Il s’agit de percevoir cette existence et de la faire apercevoir aux autres. Mieux encore, nous apercevons, d’une part, des signes sémiotiques ayant des significations variables et nous concevons de l’autre, l’existence et nos corps sous forme de percepts, de concepts et de métaphores qui sont utiles à notre survie.

Le corps a, donc, ses propres questions, voire tout ce qui  inquiète et incite toute culture àréagir ou à être déstabilisée. Des questions qui l’embrouillent et l’obligent à briser son silence. D’ailleurs, l’histoire culturelle témoigne, en Occident comme en Orient, d’une relation qui oscille entre la marginalisation et l’apprivoisement, entre l’esclavagisme et la reconnaissance, ce qui signifie, en somme, que cette relation représente en soi une problématique.

Ainsi, « le corps pense » et « penser le corps » posent conjointement plusieurs questionnements qui émergent avec le développement de plusieurs champs de réflexion. Ce colloque tente d’aborder des différentes problématiques se rapportant au corps selon les idées réparties à travers cet argumentaire. Parallèlement, bien qu’il ne soit pas de nature à remplir toutes les promesses qui ont été énoncées, il compte, essentiellement, participer à l’élaboration d’une lecture illuminative d’une partie de la problématique du corps selon les axes suivants sans exclure d’autres pistes de réflexions :

 

Ecrire le corps et le corps écrit-Le corps dans le poème

-Le corps narrateur et le corps narré

-Le corps dans le théâtre

Le corps et la question de la divergence-Le corps dans le langage

-Le corps et la métaphore

– Le corps et la publicité

-Le corps et l’idée de l’ordre

******************

Ce colloque est organisé par le département Anglais a  l’Institut supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa (ISEAHG – Tunisie).

Les propositions de communication sont à envoyer, avant le 30 Juin 2012, en fichier joint (format WORD) aux adresses suivantes : zitzit@excite.com. Les communications peuvent être en Français ou en Anglais ou en Arabe Les participants seront informés de leur participation avant le 31 Juillet 2012.

Elles comporteront un titre et un résumé de 200 mots, qui précisera le sujet, le corpus d’étude et l’approche proposée. Elles comporteront aussi des informations pratiques (nom, prénom, institution, adresse postale, téléphone et adresse électronique).

Responsable : Institut supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa

Adresse : Institut Supérieur des études appliquées en humanités de Gafsa, Cité des Jeunes, 2100 Gafsa

 

 

Responsable : Zitouni Hatem

 

Adresse : Cité des Jeunes 2133 Gafsa- Tunisie

Appel à contribution – Patients et traitements psychiatriques à l’écran : pratiques militantes, soins et processus de subjectivation

Appel à contribution – Patients et traitements psychiatriques à l’écran : pratiques militantes, soins et processus de subjectivation

5-6 décembre 2012, EHESS Paris.

Organisateurs: Jean-Christophe Coffin (Université Paris Descartes / CAK), Nausica Zaballos (CAK / IRIS), Alessandro Manna (IRIS).

Argumentaire.

La mise en scène de l’univers asilaire

A partir des années 1960, plusieurs films mettant en scène l’internement psychiatrique reçoivent un excellent accueil de la critique et du public. De nombreux réalisateurs, s’inscrivant dans la mouvance du Nouvel Hollywood, se risquent à traiter le thème de la folie à travers une démarche visuelle et artistique non-consensuelle. Qu’ils adoptent une posture d’ethnographe, tel Frederick Wiseman pour son documentaire Titicut Follies (1967), ou optent, à l’instar de Milos Forman avec Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975), pour l’adaptation cinématographique d’un roman, ces cinéastes s’attachent à montrer et dénoncer la violence inique des traitements imposés aux patients : le lieu de soin est dépeint, dans ces œuvres, comme une institution malade. Cette production cinématographique s’inscrit dans une tradition remontant aux années 1940 qui, avec des productions appartenant à des genres différents – du fantastique de Bedlam (inspiré de l’œuvre picturale A Rake’s Progress de William Hogarth) au drame réaliste de The Snake Pit (Anatole Litvak, 1948) – retranscrivent l’expérience de l’internement à travers le regard de personnes présentées comme victimes des contraintes normatives imposées par l’institution psychiatrique et des soignants peu avenants. La portée dénonciatrice primant sur la retranscription de l’expérience individuelle subjective de la pathologie mentale, le héros principal est bien souvent un non-malade : un écrivain rêvant de gagner le prix Pulitzer en « s’infiltrant dans l’univers asilaire » pour en livrer un récit qui fera date dans Shock Corridor de Samuel Fuller (1963) ; ou bien un marginal qui pense, en se faisant interner, échapper à la prison (Vol au-dessus d’un nid de coucou).

Filmer la folie, entre fiction et documentaire

La folie à l’écran : un motif récurrent auprès de cinéastes « engagés » ? Certainement, si l’on songe à Family Life de Ken Loach (1971), violente chronique de la descente aux enfers d’une jeune schizophrène qui montre que des facteurs familiaux couplés au manque d’empathie des praticiens peuvent aggraver voire provoquer des troubles mentaux. Si la fiction cinématographique pointe directement du doigt l’institution, se faisant l’écho des écrits des représentants les plus virulents du mouvement antipsychiatrique anglo-saxon (Laing, Cooper), le documentaire vise à faire apparaître les expériences menées par des psychiatres ou éducateurs désireux d’améliorer le sort de leurs patients en leur offrant plus de liberté et d’autonomie. On pensera ainsi à Ce gamin-là de Renaud Victor (1975), qui retrace l’expérience de Fernand Deligny avec des enfants autistes, ou à Fous à délier de Marco Bellochio (1975), qui enquête sur le parcours de trois ex-patients employés à l’usine dans l’Italie de Franco Basaglia. Au cours des années 1990 d’autres réalisateurs, tels que Benoît Dervaux, Jean-Michel Carré et Nicolas Philibert, se proposent de faire le bilan de l’antipsychiatrie ou de la psychothérapie institutionnelle. La clinique de la Borde et le Coral, lieu de vie qui accueille indifféremment psychotiques et jeunes délinquants, ouvrent ainsi leurs portes aux cinéastes qui, à travers des films à la croisée du documentaire et de la fiction (comme par exemple Visiblement je vous aime, 1995), donnent la parole aux soignants et patients.

Cadrage :

La folie à l’écran : trois axes de recherche

Il s’agira en premier lieu d’étudier les relations entre l’histoire de la folie mise à l’écran – qu’il s’agisse de la fiction cinématographique ou bien du documentaire ethnographique ou journalistique – et l’histoire des changements survenus au sein du monde psychiatrique tout au long du dernier demi-siècle. On s’interrogera à la fois sur le film et l’enquête filmée en tant que moyens « engagés » de réhabiliter une pratique ou une éthique des soins en psychiatrie (La moindre des choses, La devinière, Visiblement je vous aime, Valvert, la série italienne Il était une fois la cité des fous de Marco Turco), et sur le rôle qu’ils ont pu éventuellement jouer dans l’univers du militantisme en psychiatrie.

Le deuxième axe s’interrogera sur les usages sociaux et politiques de la folie mise à l’écran, et notamment sur les films produits par les acteurs (psychiatres, usagers, familles) du champ psychiatrique. De quelles manières les images de la folie peuvent-elles participer à la construction des controverses morales et politiques propres au monde psy (on songera à la polémique autour du documentaire sur l’autisme, Le Mur) ? Comment sont-elles mobilisées dans une cause et ainsi appropriées par de différents acteurs, qu’il s’agisse de militer contre la « dérive » sécuritaire de la psychiatrie contemporaine, comme l’a récemment fait en France le documentaire Un monde sans fous, ou bien au contraire de dénoncer les politiques de désinstitutionalisation et de plaidoyer pour l’usage de l’électro convulsivothérapie en montrant la souffrance des familles, comme le très discuté reportage brésilien Omission de prêter secours : des patients psychiatriques prennent la parole ?

Le troisième axe portera enfin sur la question des processus de subjectivation. La valeur de preuve attenante aux témoignages rassemblés contribue-t-elle à produire de nouvelles subjectivités qui doivent composer avec les contingences des productions cinématographiques et audiovisuelles ? Comment les éléments autobiographiques personnels sont-ils mobilisés pour traiter, non plus de la folie, mais du handicap psychique, concept porté en France par l’adoption de la nouvelle législation sur le handicap de 2005 ? Et dans quelle mesure l’appropriation des moyens visuels par les associations d’usagers ne reflète-t-elle pas un retour du politique dans la sphère du privé, privant parfois ceux qui font l’expérience de la maladie mentale et des soins en psychiatrie, de la possibilité de produire des objets cinématographiques relevant réellement de l’intime ? Dans ce contexte, un intérêt particulier sera également accordé à toute contribution portant sur les dispositifs narratifs et les moyens techniques (split screen, musique, ellipses…) par lesquels l’expérience du trouble mental peut être traduite à l’écran.

Liste de films indicative: The Snake Pit, Anatole Litvak, 1948 ; Titicut Follies, Frederick Wiseman, 1967 ; Family Life, Ken Loach, 1971 ; Fous à délier, Marco Bellochio, 1975 ; Vol au-dessus d’un nid de coucou, Milos Forman, 1975 ;  La moindre des choses, Nicolas Philibert, 1996 ; La devinière, Benoît Dervaux, 1999 ; Julien Donkey Boy, Harmony Korine, 1999 ; The White Sound (Das Weisse Rauschen), Hans Weingartner, 2001 ; Clean, Shaven, Lodge Kerrigan, 1995 ; Visiblement je vous aime, Jean-Michel Carré, 1995 ; Valvert, Valérie Mréjen, 2009 ; La Pecora Nera, Ascanio Celestini, 2010 ; C’Era Una Volta La Citta Dei Matti, Marco Turco, 2010 ; Les Voix de ma sœur, Cécile Philippin, 2010 ; Un monde sans fous, Philippe Borrel, 2010 ; Le Mur, Sophie Robert, 2011…

Vos propositions de communications doivent nous parvenir sous la forme d’un résumé de 450 mots maximum avant le 18 mai 2012 envoyé en pièce-jointe aux adresses suivantes: nausica.zaballos@ehess.fr , manna@ehess.fr