Parution – Histoire, médecine et santé, n°4 : Santé en chiffres

Histoire, médecine et santé, n°4 : dossier thématique Santé en chiffres

 

HMS4.jpg
SOMMAIRE (N°4 – Automne 2013)

Dossier thématique : SANTÉ EN CHIFFRES

 

Bruno VALAT, Introduction. Les enjeux de la quantification sanitaire au XXe siècle

 

Bruno VALAT, La « croissance des dépenses de santé », entre enjeux intellectuels et politiques (France, 1920-années 60)

 

Daniel BENAMOUZIG, Les médecins à la découverte de l’économie (1950-1990)

 

Jean-Paul DOMIN, Le PMSI : de l’indicateur de compatibilité hospitalière au mode de tarification (1982-2012)

 

VARIA

 

Elodie SERNA, Médecine clandestine et vasectomie volontaire dans l’Europe de l’entre-deux-guerres

 

Dolorès MARTIN MORUNO, Ressentiment, médecine et société dans la biographie biologique de Gregorio Marañón

 

COMPTES RENDUS

 

Philippe BOURMAUD

CHIFFOLEAU Sylvia, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS

 

Claire FREDJ

ESCANDE Laurent (éd.), Avec les pèlerins de La Mecque. Le voyage du docteur Carbonell en 1908

 

Alexandre KLEIN

KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés

 

Helena DA SILVA

DIEBOLT Évelyne et FOUCHÉ Nicole, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938)

 

Jacqueline VONS

BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire

 

Florence CATHERINE

NICOLI Miriam, Des savants et des livres. Autour d’Albrecht von Haller et Samuel-Auguste Tissot

 

Pour commander ce numéro ou s’abonner

Colloque – Les technologies dans la peau. De la singularité à la peau du monde

Colloque – Les technologies dans la peau. De la singularité à la peau du monde

Université de Toulouse 2

les 4 et 5 décembre 2013

Ce colloque vise à faire état des problématiques, des recherches actuelles et des pratiques développées dans la création contemporaine, en articulation avec les sciences et les technologies contemporaines et innovantes.

Le programme prévoit l’intervention d’enseignants-chercheurs en art, philosophie et psychanalyse sur la question de la peau, des artistes, des doctorants, et des enseignants-chercheurs et médecins des Hôpitaux de Toulouse.

 

Télécharger le programme (pdf)

Appel à contribution – Construction et définition du corps

Appel à contribution – Construction et définition du corps

 

Le comité de la Maison du Japon organise chaque année des réunions scientifiques dans le cadre du Centre d’Etudes Multiculturelles (CEM). Le premier CEM, qui aura lieu le dimanche 8 février 2014, portera sur le thème de Construction et définition du corps.

Le corps humain est un thème déjà abordé par les sciences naturelles et les sciences humaines et sociales. Le corps est ainsi défini comme une construction issue de conditions politiques et sociales précises et différentes dans le temps. Il est également en rapport étroit avec les connaissances scientifiques, et plus particulièrement les évolutions de la médecine et de la biologie contemporaines. Ce processus de constitution de la vision du corps devient ainsi un objet de recherche également abordé par les sciences esthétiques et philosophiques. A la suite des volumes Histoire du corps publiés sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, qui ont permis de reconstituer les évolutions des conceptions relatives au corps de points de vues historiques, artistiques et biologiques de la Renaissance à nos jours, de nombreux schémas expliquant ces constructions du corps humains sont mis en place par des spécialistes variés. Ainsi, ces recherches ainsi que les débats qui en découlent se sont intensifiés. Nous souhaiterions également soulever ces problématiques transversales à nos champs de recherches.

A l’occasion de cette première session de CEM, nous espérons, à travers des exposés de recherches croisant les sciences naturelles, humaines et sociales, soulever des interrogations sur les méthodes mises en place par ces sciences pour approcher le corps. A travers ces débats, nous souhaitons organiser un colloque interdisciplinaire permettant de dépasser les frontières de chaque domaine de recherche.

Pour cette première session du CEM aucune discipline précise et unique n’est appelée. Nous souhaitons au contraire rassembler des interventions et des spécialistes de disciplines différentes pouvant aborder la question de la définition du corps humain tant du point de vue de sa construction au sein des sciences naturelles que de son expression, de son rapport à l’éducation, à la politique et la sociologie, à la littérature, à l’architecture, à l’hygiène, la médecine et la santé, ainsi que de la bioéthique, des études de genre et du folklore.

Chaque intervention de 20 minutes sera l’occasion pour les chercheurs de présenter tant les dernières découvertes de leurs champs d’activité que d’exposer leurs points de vue originaux sur ces sujets. Nous souhaitons ainsi, et afin de pouvoir palper des horizons théoriques divers dépassant les champs disciplinaires, des exposés concis, accessibles et méthodologiquement construits.

Nous précisons que chaque intervenant du CEM a la possibilité de présenter un article de leur exposé dans notre publication annuelle, le Cahier Multiculturel de la Maison du Japon. Ce cahier est une publication régulière à laquelle est attribué un numéro ISSN (International Standard Serial Number) et sera à ce titre déposé à la bibliothèque de la Maison du Japon et à la Bibliothèque Nationale de France.

Des professeurs d’université sélectionneront les interventions jugées les plus pertinentes.

Modalités de soumission

  • Sessions : le dimanche 8 février 2014
  • Place : la grande salle de la Maison du Japon
  • Domaines : tous
  • Soumission : Ceux qui souhaitent faire un exposé au CEM doivent présenter un résumé de l’exposé d’environs 300 mots, ainsi qu’une brève présentation de son parcours à Hiromi MATSUI (cem.maisondujapon [a] gmail.com),

avant le vendredi 29 novembre 2013.

  • Langue : Français ou Anglais
  • Durée d’exposé prévu : 20 minutes de l’exposé et 10 minutes de débat

Pour un exposé, il est possible d’utiliser PowerPoint et des diapositives.

Le comité d’organisation de la première session de CEM 2014, Construction et définition du corps

  • Matsui Hiromi (chargée de CEM, Comité de Maison du Japon ; Université Paris X-Nanterre ; University of Tokyo)
  • Delphine Mulard (Inalco, Chercheur associée à la Bibliothèque nationale de France)
  • Daimaru Ken (Université Paris X-Nanterre ; Birkbeck College, University of London, Inalco)

LIEUX

  • Maison du Japon, cité universitaire (RER B) – 7c Bd. Jourdan
    Paris, France (75014)

DATES

  • vendredi 29 novembre 2013

CONTACTS

  • Hiromi Matsui
    courriel : cem [dot] maisondujapon [at] gmail [dot] com

 

« Construction et définition du corps », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 novembre 2013, http://calenda.org/266330

Colloque – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ?

Colloque – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique

4-5 décembre 2013 

Faculté de médecine, Paris Descartes

Le nombre des places étant limitées, merci de vous inscrire -gratuitement- en envoyant un simple courriel à gendpsy@gmail.com

 

Mercredi 4 décembre 2013

 

8h30 Accueil des participants

9h00 Ouverture par Rebecca ROGERS – Paris Descartes – CERLIS

9h15 Introduction:
Jean-Christophe COFFIN – LEM EA 4569/ CAK, Francesca ARENA – AMU-TELEMME, Silvia CHILETTI – CAK
9h45 – 12h45

1. Genre et santé mentale : une histoire entre subjectivités et politique

Présidente de séance : Christine BARD – Université d’Angers –Cerhio

 

9h45-10h15 Catherine FUSSINGER – IUHMSP, Lausanne

La question de la dépression dans le champ « genre et santé mentale »

 

10h15-10h45 Nausica ZABALLOS – CAK / IRIS – EHESS

Le genre dans l’espace médiatique à la fin des années 1990 : le « cas » Guillaume Dustan

 

Pause

11h00-11h30 Gabrielle SCHNEE – Paris 13

La clinique des homosexualités, un renouveau avec le débat public ?

 

11h30-12h00 Arnaud ALESSANDRIN – Centre Émile Durkheim UMR 5116 / O.D.T.

Que reste-t-il du « transsexualisme » dans le nouveau DSM ?

 

12h00-12h30 Discussion

 

12h30-14h00 Pause déjeuner

 

14h00 – 17h15

2. Genre, sexe et sexualités : vers une épistémologie des identités ?

Président de séance : Pierre Henri CASTEL – Cermes3 CNRS

 

14h00-14h30 Nicole EDELMAN – Paris Ouest Nanterre

Pouvoir psychiatrique et folie hystérique (fin XIXe siècle, France)

 

14h30-15h00 Thibault POLGE – Paris 1

Le genre, émancipation ou parachèvement de la différence des sexes ? De l’inversion sexuelle au transsexualisme

 

15h00-15h30 Anne BOISSEUIL – Service de Pédopsychiatrie de Valvert, 13

Féminin/masculin, identité et sexuel chez l’enfant

Pause

 

15h45-16h15 Sebastien SAETTA – École de Santé Publique -Université de Lorraine, EA APEMAC

Analyse critique des discours « psy » autour des troubles psychiques de la grossesse et du post-partum

 

16h15 -16h45 Eric MACÉ – Centre Emile Durkheim UMR 5116

Des troubles de genre aux troubles dus au genre

 

16h45-17h15

Discussion

 

Jeudi 5 décembre 2013

 

9h30 – 12h15

3. Médecine, savoirs et institutions : questionner les pratiques cliniques

Président de séance : Michel DUGNAT – Pôle universitaire de psychiatrie de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille

 

9h30-10h00 Lucille GIRARD – LEM EA 4569

Le médecin face à la demande de soin des personne transsexuelles : les risques d’un jugement de valeur

 

10h00-10h30 Laurence HÉRAULT – AMU – IDEMEC

Le Trouble de l’identité de genre et son usage dans la pratique psychiatrique française

 

Pause

 

10h45-11h15 Stéphanie PACHE – IUHMSP, Lausanne/ IRIS -EHESS

Une brève histoire du mouvement féministe américain pour transformer les théories et les pratiques en santé mentale

 

11h15-11h45 Anne – Sophie VOZARI – IRIS – EHESS

Les dépressions périnatales : des troubles « normaux » ? Penser les coûts sociaux de la maternité

 

11h45-12h15 Discussion

 

12h15-13h45 Pause déjeuner
13h45 – 17h00

4. Le genre sous le regard des experts : science, normes et société

Présidente de séance : Irène FRANÇOIS – CHU de Dijon –

Université de Bourgogne/LEM EA 4569

 

13h45-14h15 François VIALLA – Université de Montpellier –CERDES

Transidentités : les troubles du droit

 

14h15-14h45 Alain GIAMI – Inserm – CESP

Les classifications de la sexualité : entre le DSM 5 et la CIM 10

 

14h45-15h15 Nicolas MOREL-JOURNEL – CHU Lyon

La place de la médecine dans la question du genre

 

Pause

 

15h30-16h00 Erik SCHNEIDER – Intersex & Transgender Luxembourg

Peur des psychiatres de prendre la mauvaise décision et influence

des normes de genre

 

16h00-16h30 Denise MÉDICO – Fondation Agnodice, Lausanne/Université de Genève

Subjectivités trans*, la psychologie confrontée au genre et au sexe

 

16h30-17h00 Discussion

 

Conclusions du colloque par Christian HERVÉ – LEM EA 4569

Parution – Body & Society

Parution – Body & Society 

 

home_cover

December 2013; Vol. 19, No. 4

The below Table of Contents is available online at: http://bod.sagepub.com/content/vol19/issue4/?etoc

 

Articles

Rewriting Bodies, Portraiting Persons? The New Genetics, the Clinic and the Figure of the Human

Joanna Latimer

 

The Hoarding Economy of Endometrial Stem Cell Storage

Maria Fannin

 

Neither Body nor Brain: Comparing Preventive Attitudes to Prostate Cancer and Alzheimer’s Disease

Annette Leibing and Antje Kampf

 

Doing Wholeness, Producing Subjects: Kinesiological Sensemaking and Energetic Kinship

Kristina Grünenberg, Line Hillersdal, Hanne Kjærgaard Walker, and Hanne Bess Boelsbjerg

 

Conférences – Soigner la société du risque ?

Conférences – Soigner la société du risque ? Traitements, politiques et biomédicalisation de la prévention

 

Conférence organisée par le Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale et Société (CERMES3)

 

 

5 & 6 décembre 2013

Université Paris Descartes, Salle Leduc, 45 rue des Saints Pères, 75006 Paris.

 

Comité scientifique : Jean-Paul Gaudillière, Nicolas Henckes, Ilana Löwy, Vinh Kim Nguyen

 

La notion de risque est historiquement au cœur des politiques de santé, ne serait-ce que parce que la maladie était l’un de ces aléas de la vie justiciables d’une protection par la mutualisation assurancielle. Après la Seconde Guerre mondiale la gestion de la santé par le risque est aussi devenue synonyme d’études épidémiologiques, d’identification des facteurs de risque, de campagnes d’éducation pour la réduction des expositions. Dans cette perspective, l’objectivation statistique permettait de constituer des populations dites à risque soumises à une surveillance à distance et tenues pour responsables de leurs conduites. A partir des années 60, le risque a aussi investi la médecine d’une autre manière : comme conséquence des crises sanitaires et de l’attention croissante apportée aux effets sur la santé des risques techno-industriels, du nucléaire au médicament en passant par les polluants, et de  la mobilisation d’autres technologies, celles du calcul risques/coûts/bénéfices. En participant à la remise en cause de la stratification en classes autant qu’à l’avènement de modes de gouvernement réflexif des sociétés contemporaines, ces déplacements, auxquels de nombreuses analyses de sciences sociales ont été consacrées, ont fait de la santé un des objets privilégiés de la « société du risque ».

Le gouvernement de la santé par le risque ne s’y réduit cependant plus. Depuis une vingtaine d’années, on assiste à une biomédicalisation de la prévention prenant pour cible les risques « incorporés ». Ce qu’il s’agit désormais de contrôler est une entité biologique – une prédisposition génétique, une variation biochimique, une altération cellulaire ou morphologique – à l’origine de propensions à développer une pathologie ou d’états dits de « pré-maladie ». Dans les deux cas, le risque devient une lésion ou un état justiciable d’interventions faisant appel aux mêmes registres que la clinique thérapeutique : tests biologiques, consultation individuelle, administration de médicaments ou intervention chirurgicale, injonction à l’autonomie et appel au choix des personnes. On peut ainsi parler d’une nouvelle gestion préventive des populations dans laquelle la clinique est au centre des pratiques d’intervention et le point de passage obligé des politiques visant les populations,  la gestion collectives des risques et la préservation de la santé publique. L’enjeu n’est plus seulement le gouvernement par le risque de nos sociétés, le gouvernement de la société du risque, mais bel et bien son traitement.

Cette situation a tout particulièrement été repérée et analysée dans le domaine de la génétique médicale. On a ainsi montré comment le risque incarné est traité comme une pathologie, conduisant à l’émergence chez les personnes concernées de rapports spécifiques au corps, aux interventions et à leurs biographies, tandis qu’ils mettent les professionnels à l’épreuve de l’incertitude et de nouvelles interrogations sur le bien fondé de leurs pratiques. La réflexion sur la gestion du risque par le soin mérite cependant d’être étendue à d’autres secteurs de la santé. Celle-ci concerne en effet aussi bien le contrôle de la transmission du VIH ou de la tuberculose par des traitements, la prise en charge des pathologies cardio-vasculaires, celui des addictions par le médicament ou encore la « vie avec » les expositions environnementales. Plus généralement, la biomédicalisation du risque pourrait être à l’œuvre dans une variété de situations où l’intervention réparatrice prend le dessus sur la surveillance préventive, comme dans la préparation aux nouvelles menaces infectieuses ou les transformations de la santé au travail.

Cette conférence explorera les enjeux et pratiques de ce qu’on peut appeler une mise en clinique du risque dans une variété de situations médicales. On s’intéressera aussi bien aux modalités d’objectivation des risques, aux outils, dispositifs et relais des interventions, aux registres d’articulation entre cible individuelle et gestion des populations, aux biopolitiques et formes de citoyenneté afférentes. On portera un intérêt privilégié aux propositions de communications portant sur l’un des trois enjeux suivants : traiter le risque comme une maladie ; organiser la clinique du risque ; prévenir en population par des traitements individuels.

 

Les Inscription ont lieu auprès de : Cindy Hemery (chemery@vjf.cnrs.fr)

Pour toute autre information : Nicolas Henckes (henckes@vjf.cnrs.fr), Jean-Paul Gaudillière (gaudilli@vjf.cnrs.fr)


Jeudi 5 décembre / Thursday, December 5th

Matin

9.30 – Jean-Paul Gaudillière & Nicolas Henckes (CERMES3)

Accueil des participants et introduction générale / Welcome and general introduction.

Keynote

10.00 – Nikolas Rose (Department of Social Science, Health and Medicine – King’s College London)

Predictive, Preventive, Personalized – and Participatory? Psychiatry and the new rationality of medicine.

 

11.00-11.15 – Café / Coffee

Le risque comme pré-maladie / Risk as Pre-disease

11.15 – Baptiste Moutaud (CERMES3)

Constructing and intervening on patient risk: Controversies in the field of early psychosis

 

12.00 – Isabelle Ville (CERMES3)

Un arbitrage clinique : la gestion des risques en médecine fœtale

 

12.45-14.00 Déjeuner / Lunch

Après-midi/Afternoon

Traiter les risques/Treating risks

14.00 – Janina Kehr (Institute and Museum of the History of Medicine – University of Zurich)

Risky treatments? Multiresistance and sacrificial populations in 21st Century Tuberculosis Control

 

14.45 – Vinh-Kim Nguyen (Département de Médecine Sociale et Préventive de l’Université de Montréal)

Exploring clinical reason today: the population-laboratory and the rise of the algorithm

 

15.30-15.45 – Café / Coffee

 

15.45 – Christoph Gradmann (Institute of Health and Society – University of Oslo)

Stalking microbes : Infectious risks, hospital hygiene and the natural history of infectious diseases in the late 20th century.

 

16.30-17.30 Introduction générale introduite par / General discussion introduced by Soraya Boudia (LATTS – Université Paris-Est)

 

Vendredi 6 décembre / Friday, December 6th

 

Matin / Morning

Keynote

10.00 – Robert Aronowitz (Department of History and Sociology of Science – University of Pennsylvania)

The social and psychological efficacy of risk interventions

Gérer le risque, gérer le cancer / Managing risk, managing cancer.

11.00 – Carsten Timmermann (Centre for the History of Science, Technology and Medicine- The University of Manchester)

Lung Cancer. Risk management and the making of a recalcitrant disease.

 

11.45 – Ilana Lowy (CERMES3 – INSERM)

A risky prevention: Tamoxifen and the reduction of breast cancer risk

Après-midi / Afternoon

La clinique du risque / The clinic of risk

14.00 – Marie-Jauffret (CERMES3 – INSERM)

La gestion du risque dans le champ des addictions : Enjeux et tensions autour de la place du médicament.

14.45 – Anne Lovell (CERMES3 – INSERM)

Chronic risk and leaky treatments: Risks and stakes in biomedicalizing addiction

 

15.30-15.45 – Café / Coffee

 

15.45 – Adam Hedgecoe (School of Social Sciences – University of Cardiff)

From risk to uncertainty. Genome sequencing and the clinic.

 

16.30-17.30 – Introduction générale introduite par / General discussion introduced by George Weisz (Department for the Social Study of Medicine – McGill University)

 

 

 

 

 

 

 

Colloque – Liberté et contrainte en psychiatrie. Enjeux éthiques

Colloque – Liberté et contrainte en psychiatrie. Enjeux éthiques

 

Ce projet, en plaçant la thématique de l’information au coeur des préoccupations médicales et sociétales, nous interroge sur l’essence même de la psychiatrie, mais aussi sur l’essence de la maladie et le projet simplement humain du patient, celle d’une quête de sa liberté intérieure entravée par les troubles psychopathologiques. Quelles sont les formes actuelles de la contrainte en psychiatrie et ses conséquences en termes de liberté et d’autonomisation pour les patients, leur entourage et les soignants ? Quels sont les enjeux éthiques soulevés par les récentes évolutions législatives et sociétales qui interrogent, voire percutent ces notions ? Cette question est importante parce que les réponses apportées en termes de soin conditionnent le degré de liberté et de contrainte du patient et le regard de la société sur les malades, leurs proches et ceux qui les prennent en charge.

 

PROGRAMME

Jeudi 30 janvier 2014

17 h : Projection du film  « C’ERA UNA VOLTA LA CITTA DEI MATTI (« Il était une fois la cité des fous ») » de Marco Turco, à l’Institut Culturel Italien, 6 rue Fernand Pauriol 13005 Marseille. La projection sera suivie d’échanges animés par Mario COLUCCI (Psychiatre, Département de Santé Mentale de Trieste) et  Jean NAUDIN (PU-PH  Psychiatrie, Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille.

Ouverte à tout public – Entrée libre

Vendredi 31 janvier 2014

08h30 : Accueil

09h00 : Allocution d’ouverture  Jean-Robert HARLÉ, PU-PH Médecine Interne, Espace Ethique Méditerranéen, UMR  7268 – ADÉS, Marseille

  • Exposé introductif Pierre LE COZ,   PU en philosophie, Faculté de médecine, Espace Ethique Méditerranéen,  UMR  7268 – ADÉS, Marseille : « La liberté : donnée immédiate ou objet de conquête ? »

09h30-11h : Président de séance : Michel SIGNOLI, Anthropologue, Directeur UMR 7268 – ADÉS

  • 09h30 : « Psychiatrie, une discipline de la contrainte ? », Jean-Christophe COFFIN,  MCU en Histoire, Université Paris-Descartes, Centre Alexandre Koyré, UMR 8560
  • 10h : « Imposer la contrainte en psychiatrie : une question éthique ? » Caroline GUIBET LAFAYE,  Docteur en philosophie, Sociologue et Directrice de recherche au CNRS Centre Maurice Halbwachs, Paris

10h30 : Discussion

11h-11h30 : Pause café

11h30-13h : Président de séance : Mario COLUCCI Psychiatre, Département de Santé Mentale de Trieste

  • 11h30 : «  Pratiques psychiatriques et liberté : actualité et enjeux », Nicole CANO, Psychiatre des Hôpitaux, Coordonnatrice de la commission  « Ethique et psychiatrie » de l’Espace Ethique Méditerranéen UMR  7268 – ADÉS
  • 12h : « La prise en charge psychiatrique, un défi aux libertés fondamentales ? »,Jean-Charles SCOTTI, Docteur en Droit, Avocat au Barreau de Marseille

12h30 : Discussion

13h-14h30 : Déjeuner libre

14h30-17h00 : Président de séance : Jean-Marc CHABANNES, Psychiatre des Hôpitaux, Président de la CDSP des Bouches-du-Rhône

  • 14h30 : « “L’évolution paradoxale du système de soin en psychiatrie”, Maïté ARTHUR, Présidente de l’Union Nationale GEM-France, Représentante régionale de l’Association ARGOS 2001, Marseille
  • 15h00 : « Rendre justice aux patients et au corps social : libres paroles d’un juge des libertés », Gilles BALAŸ, Magistrat, Chambéry
  • 15h30 : “Contraintes et libertés du patient psychiatrique dans la société mauritanienne.”, Marie LÉPINE, Psychiatre, Référente technique programme ONG Santé-Sud  2009- 2013, Marseille

16h00-17h00 : Discussion et clôture

Comité scientifique

Francesca ARENA, Dominique BOUKHABZA, Laurent BOYER, Patricia CAIETTA, Nicole CANO, Marianne CHAILLAN, Joëlle COLLARD, Colette FANTINO, Etienne GABORIAUD, Jean-Marc HENRY, Laurence HERAULT, Sébastien JANICKI, Perrine MALZAC, Hélène MOREAU, Valéry RAVIX, Blandine RICHARD, Joceline ROSELLO, Chantal TAPPERO, Paul-Edouard VOLA

Informations

Inscription en ligne obligatoire

Organisé par l’UMR 7268 Ades

Contact :

 

  • Espace Éthique Méditerranéen, Hôpital Adulte de la Timone, Amphi HA1 – 264 rue Saint-Pierre
    Marseille, France (13005)

Petition regarding dismissal of Prof. Dr. Iris Ritzmann

Dear colleagues,
We have just heard of the dismissal of professor Iris Ritzmann by the University of Zurich.
Ritzmann was employed at the Institute of the History of medicine which includes the Museum of Medical History. The museum had been under the direction of Christoph Mörgeli, a member of the Swiss National Council. Almost a year ago Iris Ritzmann and her husband, the ethnologist and associate lecturer Eberhard Wolff, were arrested in front of their children when their house had been searched. Both spent 30 hours in custody. The prosecutor’s investigations were prompted by the suspicion that Iris Ritzmann and Eberhard Wolff had passed on the annual report of the MHIZ (!) and an expert report about the museum’s collection to the media, enabling a journalist to write a critical article about the scientific and museographic activities of Christoph Mörgeli and to have informed another journalist about the then imminent dismissal of Christoph Mörgeli. Almost eleven months have passed and the prosecutor is still investigating.

The entirely disproportionate legal investigations against Iris Ritzmann have not confirmed the substantial suspicions raised against her.

The University of Zurich nevertheless dismisses an eminent scientist after trying for more than a year to prevent her from carrying out her scientific work and to isolate her from the academy: Ritzmann had to obtain written permission from the Institute’s acting director and the legal department before she could accept invitations to lecture and to publications. Several international conferences had to be held without her contributions as a specialist in the field. The University seems unable, however, to withstand the political pressure it has experienced since Mörgeli’s dismissal.

 

A letter addressed to the University principal in which 60 scientists from Switzerland and abroad asked about the future of the two colleagues at the University of Zurich remained unanswered. The dismissal has now been justified by the alleged disclosure of confidential data and passwords. This is absolutely ridiculous as  Ritzman simply allowed access to the University’s learning platform which is used by 25,000 students (see the attached press release of Ritzmann).

 

We therefore ask you to support the attached petition. You can give your agreement by answering to 

hubert.steinke@img.unibe.ch

and adding a statement. 

Please sign with name, title and institution. And please feel free to distribute and collect signatures.

Press release will be published within a weeks time. 

 

Press Release

 

We, the undersigned scientists, are deeply disturbed to hear of the dismissal of Professor Dr Iris Ritzmann by the University of Zurich. We find it entirely incomprehensible that the University of Zurich could dismiss such a highly esteemed and renowned scientist.

 

For fifteen years (up until the appointment of a new director in 2011) Iris Ritzmann maintained the scientific work and standards at the Institute of the History of Medicine in Zurich (MHIZ) almost singlehandedly and under the most adverse conditions.  In doing so she gained the recognition of the scientific community as a notable scientist and medical historian, a fact that has found reflection in the many invitations she received as a lecturer, keynote speaker and author of original publications in peer-review journals and edited volumes.

 

The outstanding quality of Ritzmann’s work became also apparent recently when the University of Zurich commissioned an expert committee to examine the dissertations supervised at the MHIZ. While the supervisory activities of the former head of the Institute and of the curator were found to be largely very poor, a number of other dissertations from the Zurich Institute were considered excellent. Nobody who knows anything about the situation at Zurich would have the slightest doubt that the latter dissertations were supervised by Iris Ritzmann. The fact that the University omitted to mention this speaks volumes.

 

Eleven months ago, the University of Zurich suspended Iris Ritzmann pending the results of a legal investigation into the possible disclosure of the MHIZ annual report and an expert report about the collection at her Institute. In all this time the prosecutor has not released any information or evidence. The University has nevertheless maintained the suspension and massively obstructed Iris Ritzmann’s scientific work. Ritzmann was, for instance, prevented from accepting invitations to lecture without the written consent of the Institute’s acting director and the legal department and, as a result of clearly arbitrary decisions, she was unable to attend a number of international conferences.

 

Over and above that, the University has apparently given the public prosecutor of the Canton of Zurich access to the metadata of the email correspondence and telephone calls of University staff and journalists. Such steps are not only hugely out of proportion, they constitute an unacceptable violation of the personal rights of all scientists and faculty members of the University. We object to this violation in the strongest terms.

 

Whatever the charge brought against Iris Ritzmann in connection with press contacts and the passing on of information about the Institute of the History of Medicine to the press, it must be stated clearly that the university, which is funded by the taxpayer, is subject to the principle of freedom of information. As scientists who are constantly in the public eye and in communication with the press we all have regular “contact with the press.” This contact often involves a degree of disclosure of background information to journalists; how else could a press that is worthy of the name function? We don’t see it as our task to obstruct the work of the press. A university in a liberal society with a free press that is afraid of this kind of normal contact between the scientific community and the media has a fundamental problem: it is dreaming of a surveillance state.

 

The charges that led to Iris Ritzmann’s dismissal in no way justify the dismissal of this professor who, for many years, has done excellent work in research and teaching and has represented her subject with great personal commitment at home and abroad. It is difficult not to suspect that the University thinks it has to bow to political pressure by sacrificing a pawn. But the sacrifice is much greater than the University assumes: it not only dismisses a renowned professor but sacrifices science to politics.

 

In the year since this situation at the MHIZ began, the University has neglected to actively promote the standards of research and teaching. It was, however, the neglecting of these standards over many years that caused the conflict at the MHIZ, which escalated a year ago, in the first place. It is high time the University looked into this development and made it public. As long as the University tries to find easy ways out by blaming administration and staff members and glossing over past mistakes, it will not be possible to undo the damage it has caused to Medical History as a discipline and to the Swiss universities.

 

We strongly encourage the University of Zurich

–          To reinstitute Professor Dr Iris Ritzmann as a scientist at the University of Zurich in a position that will allow her to fully pursue her scientific work.

–          To investigate the deeply rooted problems of the MHIZ and make them public, including all relevant documents.

–          To disclose whether the public prosecutor was in fact given access to the metadata of the email correspondence and telephone calls of university staff and to explain the legitimacy of such steps.

 

We all appreciate the University of Zurich and many of us have worked closely with the University and its associates. We therefore hope that the University of Zurich will consider our urgent recommendations as recommendations of friends.

 

——-
Im Zusammenhang mit der Entlassung von Iris Ritzmann und der Sammlung von Unterschriften möchte ich Sie auf beiliegenden Beitrag in der heutigen NZZ hinweisen, der weitere Hintergrundinformationen liefert.

Appel à contribution – Agir pour chercher, chercher pour agir : recherches interventionnelles en SHS sur le cancer

Appel à contribution – Agir pour chercher, chercher pour agir : recherches interventionnelles en SHS sur le cancer

 

Dans des travaux de recherche en cours dans le champ des sciences sociales du cancer, les pratiques de recherche-interventionnelle semblent aujourd’hui prendre une importance croissante. Cependant, cette évolution ne semble pas infléchir les représentations du champ académique français qui tendent à déconsidérer ces pratiques par rapport aux recherches dites fondamentales. Pour autant, il semble que de nombreuses recherches en sciences sociales ont pour but ultime de générer des recherches pour l’action. En sciences sociales, notamment, étudier les inégalités sociales, n’est-ce pas, au-delà de la description et de l’analyse, chercher à les combattre ?

Le contexte actuel de mise en lumière de la recherche-interventionnelle notamment dans le cadre des appels d’offres actuels ne doit pas faire oublier que cette dynamique est assez ancienne. Par ailleurs, ces pratiques de recherche sont fréquemment mises en œuvre dans d’autres champs que celui des sciences sociales du cancer, comme la médecine, la santé publique, encore le travail social.

La polysémie du terme nécessite à la fois de réfléchir sur sa/ses définitions mais aussi de situer ces pratiques d’un point de vue historique et géographique. Qu’entend-on concrètement par recherche-action, recherche-interventionnelle, recherche translationnelle ? En quoi et comment ces pratiques se distinguent-elles de la recherche dite fondamentale ? Quels sont les lieux de production de ce type de recherche ? Comment ces lieux, s’ils sont différents s’articulent aux lieux de production de la recherche fondamentale ? Qu’est-ce qui motive le chercheur à s’engager dans ce type de recherche ? Quelles richesses et quelles limites ? Parce qu’elles mettent en jeu plusieurs catégories d’acteurs, ces recherches interrogent avec acuité la position de chercheur en SHS qui doit composer avec d’autres acteurs (professionnels, malades,…), voire d’autres disciplines dans la construction de son objet. Comment s’articulent les différentes disciplines entre elles ? Comment les chercheurs et les autres acteurs prennent position les uns par rapport aux autres ? Il sera aussi question de s’interroger sur la position du chercheur confronté à de nouvelles demandes ainsi que la nécessité sur des terrains dits « sensibles » de s’engager dans une démarche de recherche où l’implication du chercheur est sinon plus forte du moins questionnée.

Organisation de la journée

Cette journée s’organisera en deux temps. La matinée sera consacrée à la présentation de résultats et retour d’expériences de recherches-interventionnelles finalisées ou en cours. L’après-midi sera organisée autour de présentations d’outils de recherche et de méthodologie innovants dans le champ de la recherche-interventionnelle. Les communications seront sélectionnées suite à un appel à communication. Cette journée fera la part belle aux acteurs de la société civile engagés ou intéressés par les pratiques de recherche interventionnelle encancérologie, c’est-à-dire à la fois les professionnels du travail relationnel en tout genre (professionnels de santé quels qu’ils soient (médecins, infirmières, aides-soignantes, professions paramédicales, accompagnateurs en santé), professionnels de l’éducation ou encore du travail social), mais aussi les acteurs associatifs et les chercheurs (jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés).

Axe 1 : Résultats de recherches interventionnelles en sciences sociales sur le cancer

La matinée sera consacrée à la présentation de recherches en cours ou achevées. Sont attendues des communications présentant à la fois le contexte de la recherche (cadre institutionnel, financements, composition de l’équipe, autres caractéristiques spécifiques…) que les principaux résultats de la recherche (que produit la recherche ?). Seront mis en discussion les apports de ces travaux au regard de travaux plus classiques en SHS, tant du point de vue du contenu des recherches que del’expérience des chercheurs qui s’y sont engagés.

Axe 2 : Postures de chercheurs et méthodologies innovantes

L’après-midi sera consacrée à une réflexion méthodologique sur des travaux en cours ou achevés. Sont attendues des communications présentant des dispositifs méthodologiques originaux mis en place dans le cadre de recherches dites interventionnelles. Seront mis en discussions différents aspects soulevés par ces recherches : Qu’est ce que l’intervention fait à la production de connaissances et inversement ? Quelle temporalité entre production de connaissances et intervention ? Quelles relations entre les sociologues et les chercheurs d’autres disciplines ? Entre les chercheurs et les autres acteurs de la recherche (commanditaires/financeurs, public visé,…) ?

Remarque générale

Bien que la journée distingue le matin, la présentation du contenu des recherches, et l’après midi les dispositifs méthodologiques mis en place, il sera certainement difficile d’aborder les deux axes de façon totalement séparée, puisqu’un aspect des plus importants des recherches interventionnelles est lié à leurs innovations méthodologiques. Cependant, nous nous attacherons à consacrer autant de temps (le matin) au contenu des productions des travaux présentées qu’à leurs aspects méthodologiques (l’après-midi) et invitons tant les communicants que les participants à rester vigilants sur cet aspect.

Pré-Programme indicatif de la journée

  • 9h-9h30 : Accueil des participants
  • 9h30-10h : Introduction de la journée par Annie Thébaud-Mony (sociologue, directrice de recherche honoraire Inserm)
  • 10h-10h30 : Discussion
  • Axe 1 : Résultats de recherches interventionnelles en sciences sociales sur le cancer 10h30-11h : Communication sélectionnée 1
  • 11h-11h30 : Communication sélectionnée 2
  • 11h30-11h45 : Pause
  • 11h45 – 12h15 : Communication sélectionnée 3
  • 12h15-13h : Discussion générale
  • 13h-14h : Déjeuner offert (sous réserve d’être inscrit)
  • Axe 2 : Postures de chercheurs et méthodologies innovantes
  • 14h00-14h30: Communication sélectionnée 1
  • 14h30-15h00 : Communication sélectionnée 2
  • 15h00-15h30 : Communication sélectionnée 3
  • 15h30 – 15h45 : Pause
  • 15h45 – 16h45 : Discussion
  • 16h45 – 17h30 : Vie du groupe « jeunes chercheur-e-s en sciences sociales sur le cancer » (réservé aux membres du Groupe, inscription sur demande)

Instructions aux auteurs

Un résumé de la communication (1500 signes) est attendu

pour le 28 octobre 2013

et doit être envoyé aux adresses suivantes : bourgeois.socio.orga@free.fr,anne.chand@wanadoo.fr , learestivo@gmail.com, zoe.rollin@gmail.com).

Vous serez informés le 8 novembre des communications sélectionnées.

En amont de la journée, et pour mieux discuter vos travaux, nous demanderons aux communicants sélectionnés de nous faire parvenir un texte. Ces textes sont attendus pour le 2 décembre au plus tard.
Pour tout ou partie, une publication ultérieure sera envisagée.

N’hésitez pas à revenir vers nous pour davantage de précisions.

 

Licence ouverte – Medic@ et Banque d’images et portraits BIU Santé

Désormais, la grande majorité des documents qui sont diffusés dans la bibliothèque numérique Medic@ (http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica.htm) et dans la Banque d’images et de portraits de la BIU Santé (http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/images.htm) sont placés sous Licence ouverte.

 

Il s’agit de tous les documents du domaine public appartenant à la BIU Santé, au Musée de l’Ecole vétérinaire de Maisons Alfort et au Musée de l’AP-HP (soit approximativement 2,8 millions de pages sur 3,1 millions dans Medic@ , et 140 000 images sur 150 000 dans la Banque d’images et de portraits).

 

Pratiquement, cela signifie que tous les documents marqués de l’icône  peuvent être réutilisés gratuitement, sans autorisation supplémentaire, pour tout usage y compris commercial. La seule condition à la réutilisation est la mention de la provenance du document, soit en faisant figurer le nom de l’institution qui le possède, soit en créant un lien hypertexte vers la notice du document. C’est un minimum, mais il n’est pas interdit (et il est recommandé) d’être plus précis et d’accompagner l’image des informations qui la décrivent: références bibliographiques, légende, etc.

 

Les documents qui ne sont pas sous Licence ouverte sont des documents qui n’appartiennent pas au domaine public, ou que les institutions qui les ont fournis pour mise en ligne n’ont pas souhaité placer sous cette licence.

 

La gratuité ne concerne que les images diffusées , pas les images de haute définition. Celles-ci sont fournies pour un prix qui nous semble modéré, et sont réutilisables sous Licence ouverte. Sur ce point comme sur les autres, vos commentaires sont les bienvenus!

 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce billet sur notre blog : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/biu-sante-adopte-licence-ouverte-etalab/

Séminaire Laboratoire SND (CNRS & Paris IV – Sorbonne) – Santé, médecine, décision

Laboratoire SND : Sciences, Normes, Décision

Université Paris-Sorbonne & CNRS ; FRE 3593.

 

Santé, médecine, décision

 

Séminaire 2013-2014, organisé par François Athané, philosophie, Laboratoire SND ; Isabelle Drouet, Maître de conférence en philosophie, Université Paris-Sorbonne, Laboratoire SND ; Gérard Lambert, médecin, journaliste scientifique, membre du Centre Cavaillès de l’ENS-Ulm.

 

 

Séances, horaires, lieu

 

– Les jeudis 10 Octobre, 7 Novembre, 12 Décembre, 9 janvier, 13 février, 13 Mars, 10 Avril, 15 Mai, 12 Juin.

– De 18 heures à 20 heures.

– Salle D 116, Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6°, métro Odéon.

 

 

 

Calendrier

 

Jeudi 10 0ctobre : Gilles Barroux, Agrégé et docteur en philosophie, CERSES & ANR Philomed, auteur de Philosophie, maladie et médecine au XVIIIe siècle, Paris, éd. Honoré Champion, 2008.

 

« Agir ou laisser faire : quelques éléments sur l’histoire d’un dilemme médical »

 

 

 

Jeudi 7 Novembre : Steeve Demazeux, Maître de conférences, département de philosophie, Université Bordeaux 3. Auteur de Qu’est-ce que le DSM ? Genèse et transformations de la bible américaine de la psychiatrie, Paris, éd. d’Ithaque, 2013, membre du comité de rédaction de la revue Psychiatrie, Neurosciences, Sciences humaines, Paris, Éditions Matériologiques.

 

« Qui décide, vraiment, ce qui entre ou non dans les classifications d’usage en psychiatrie ? »

 

 

 

Jeudi 12 décembre : Anne Marie Magnier, Professeur de Médecine Générale, Coordonnatrice du Département de Médecine Générale, Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie ( UPMC, Paris 6)

 

« Décision et temps de la décision en médecine générale »

 

 

 

 Jeudi  9 janvier : Mohamed El Khébir, médecin urgentiste, SAMU 60 CH de Beauvais, collaboration Cochrane (France) ; Patrick Miroux, médecin urgentiste au CHU d’Angers, membre de la collaboration Cochrane (France).

 

« Décider dans l’urgence, décider aux urgences »

 

 

Jeudi 13 Février : Dominique Bredart, Psycho-oncologue, Institut Curie ; Sylvie Dolbeault, Psychiatre, Institut Curie ; Dominique Stoppa-Lyonnet, Professeur de Génétique, Université Paris Descartes, Institut Curie.

 

« Risque de cancer du sein, tests génétiques et choix de prévention.»

 

 

 

Jeudi 13 Mars : Marta Spranzi (Maître de conférences en philosophie, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, Centre d’éthique clinique, hôpital Cochin (AP-HP)

 

« Incertitude et vision du bien dans la décision médicale »

 

 

Jeudi 10 avril : Bassam Haddad, Gynécologue obstétricien, Chef de service au centre hospitalier intercommunal de Créteil, CHU Henri-Mondor.

 

« Les soignants, la femme et le fœtus. Décisions relatives à la viabilité du fœtus » (titre provisoire)

 

 

Jeudi 15 mai : JOURNÉE D’ÉTUDE centrée sur les travaux des doctorants de SND relatifs à la santé et la médecine. Le programme de cette journée sera défini ultérieurement.

 

 

Jeudi 12 juin : SÉANCE CONCLUSIVE, animée par les organisateurs du séminaire. Ceux-ci proposeront des éléments de synthèse relatifs à l’ensemble des séances : problèmes et questions récurrentes, difficultés conceptuelles ou points d’éthique demeurant en débat.

 

 

 

 

Séminaire du groupe ESOPP – L’auto-fabrication des populations

Séminaire du groupe ESOPP – L’auto-fabrication des populations

Ce séminaire collectif réunit les membres du groupe ESOPP (Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé), appartenant au sein du centre de recherches historiques de l’EHESS. Il vise à expliciter le profond renouvellement qu’a connue l’histoire des populations depuis une quinzaine d’années : prise en compte du caractère « construit » de la population ; articulation entre étude des pratiques, des savoirs et des institutions ; relecture, par le biais des objets démographiques (mortalité, migrations, familles, etc.) de l’histoire des politiques sociales ou de l’hygiène publique. C’est, plus généralement, toute la question de la fabrication et de la régulation des sociétés par elles-mêmes qui est ainsi posée.

Mercredi 2 octobre 2013 – Accueil des étudiants

Mercredi 6 novembre 2013 – Négocier la nation entre Ancien Régime et Première guerre mondiale

Séance organisée par Paul-André Rosental

Invités :

  • Roberto Zaugg (Sciences Po), « Les “nations” dans le commerce maritime: pratiques marchandes et politiques mercantiles au XVIIIe siècle »
  • Marco Rovinello (U. de Calabre), « Armée et nationalité dans l’État-Nation (1848-1913) »

Mercredi 4 décembre 2013 – Politiques du lien familial (recherches doctorales en cours)

Séance organisée par Marie-Emmanuelle Chessel et Elodie Richard

Invités :

  • Anthony Favier (Lyon II), « La JOC-F face à l’avortement : les difficultés d’un positionnement militant 1974-1979»
  • Celia Keren  (EHESS), « L’évacuation des enfants espagnols vers la France pendant la guerre d’Espagne : naissance et transformations d’une politique publique sous la République espagnole (1936-1939) »
  • Fábio Macedo (EHESS), « Politiques de protection de l’enfance et adoption d’enfants étrangers dans le premier XXe siècle »

Mercredi 8 janvier 2014 – Mobilité, solidarité et assistance dans l’Europe moderne

(la séance aura exceptionnellement lieu en salle Vernant)

Séance organisée par Elodie Richard et Paul-André Rosental

Invitées :

  • Natalia Muchnik (EHESS), « Charité et communauté diasporique dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles »
  • Anne Winter (Vrije Universiteit Brussel), « Dissociating poor relief from residence: the eighteenth-century Low Countries in a comparative perspective»

Mercredi 5 février 2014 – Invisibilité, invisibilisation et régimes de perceptibilité en matière de santé au travail, XIXe-XXe siècles

Séance organisée par Judith Rainhorn

Invités :

  • Nicolas Hatzfeld (Université d’Evry), « Les TMS, entre indifférence, déni et reconnaissance. Variations d’une politique de santé au travail »
  • Nathalie Jas (INRA), « Rendre visible ce qui était invisible, une tâche pour les historiens ? Les composés arsenicaux et la santé des travailleurs agricoles en France, 1890-1972 »

Séance commune avec le projet ERC Silicosis

Mercredi 2 avril 2014 – Gouvernement des populations et scientifisation de l’alimentation au vingtième siècle

Séance organisée par Bernard Thomann

Invités :

  • Martin Bruegel (Inra), La campagne pour une alimentation rationnelle : physiologie et économie en France au début du XXe siècle
  • Bernard Thomann (Inalco/Esopp), Sciences du travail, nutrition et salaire minimum au Japon (1920-1959)

Commentaire :Françoise Sabban (EHESS)

Mercredi 7 mai 2014 – Histoire et politique du Care en Asie de l’Est (Japon/Corée)

Séance organisée par Yohann Aucante

Invitées :

  • Ito Peng (U. of Toronto)
  • Isabelle Konuma (INALCO)

Mercredi 4 juin 2014  – Les années 1970 : quel tournant pour les politiques sociales en France ?

Séance organisée par Christophe Capuano

Invité :

  • Jérôme Minonzio (Sciences-Po)

LIEUX

  • Salle du conseil B – 190 avenue de France
    Paris, France (75013)

DATES

  • mercredi 02 octobre 2013
  • mercredi 06 novembre 2013
  • mercredi 04 décembre 2013
  • mercredi 08 janvier 2014
  • mercredi 05 février 2014
  • mercredi 02 avril 2014
  • mercredi 07 mai 2014
  • mercredi 04 juin 2014

MOTS-CLÉS

  • histoire, histoire sociale, époque contemporaine, Époque moderne, Asie, Europe, démographie

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Frouard Hélène
    courriel : esopp [at] ehess [dot] fr

POUR CITER CETTE ANNONCE

« L’auto-fabrication des populations », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 01 octobre 2013, http://calenda.org/260416

Atelier jeunes chercheurs – Handicap(s) et sociétés

Atelier jeunes chercheurs – Handicap(s) et sociétés

Un atelier mensuel « Jeunes chercheurs handicap(s) et sociétés » se tiendra lors de l’année universitaire 2013 / 2014. Cet atelier s’adresse principalement à des doctorants et post-doctorants engagés dans un travail de recherche sur le handicap. Il est organisé avec le réseau de jeunes chercheurs du programme Handicaps et sociétés de l’EHESS. Les séances offriront aux jeunes chercheurs un espace de présentation et de discussion de leurs travaux. Les questions pratiques rencontrées (publications, orientation professionnelle) ainsi que les problèmes méthodologiques (rapport au handicap, recherche participative) feront l’objet d’une réflexion collective.

Cet atelier mensuel s’adresse principalement à des doctorants et post-doctorants engagés dans un travail de recherche sur le handicap. Il est organisé avec le réseau de jeunes chercheurs du programme Handicaps et Sociétés de l’EHESS.

La question du handicap croise différentes approches des sciences humaines et sociales. Une attention particulière sera ainsi portée aux travaux des Disability Studies, aux catégories et concepts, aux politiques publiques, au traitement social du handicap, à la question de l’expérience.

Les séances offriront aux jeunes chercheurs un espace de présentation et de discussion de leurs travaux. Les questions pratiques rencontrées (publications, orientation professionnelle) ainsi que les problèmes méthodologiques (rapport au handicap, recherche participative) feront l’objet d’une réflexion collective. L’inscription à l’atelier est ouverte à tous, sans restriction d’appartenance institutionnelle. Elle suppose régularité et participation active.

L’organisation de cet atelier doctoral est assurée par plusieurs jeunes chercheurs de différentes institutions :

  • Aurélien Berthou (CERLIS),
  • Marion Blatgé (IDHE),
  • Pierre Brasseur (Clersé),
  • Seak-Hy Lo (CERMES 3, EHESP-MSSH),
  • Cristina Popescu (INSHEA, GRHAPES),
  • Noémie Rapegno (CERMES 3, EHESP-MSSH).

Les séances ont lieu de 14h à 17h à la MSSH (236 bis rue de Tolbiac, 75013 Paris), sauf la séance 3 (salle à déterminer).

Planning des ateliers

22 Octobre – Atelier 1 – Séance introductive

  • Présentation du séminaire.
  • Stéphane Zygart : Histoire des programmes de réadaptation et de rééducation.

26 Novembre – Atelier 2 – Handicap et politiques publiques

L’objectif de cet atelier est d’interroger les principes fondateurs des politiques internationales, européennes et françaises du handicap et de les confronter à leur mise en pratique. A partir de deux recherches faites dans le contexte français, l’une sur les établissements pour adultes handicapés, l’autre sur les parcours d’insertion de travailleurs handicapés, nous analyserons la manière dont sont mises en place les politiques et leurs répercussions sur les parcours institutionnels et individuels. Cette séance permettra d’approcher de manière théorique et pragmatique quelques principes couramment utilisés dans les textes de loi mais rarement discutés dans le contexte du handicap.

Cet atelier qui poursuivra les réflexions de la journée « politiques publiques et handicap » sera animé par Gildas BregainSeak-Hy Lo et Noémie Rapegno.

21 Janvier – Atelier 3

  • Yann Cantin : Les recherches historiques sur la surdité.
  • Caroline Husquin : Du monstre à l’infirme : essai de méthodologie sur la catégorisation de la perception de l’atteinte corporelle à Rome dans l’Antiquité.

25 Février – Atelier 4 – Sexualités et handicaps

L’objectif de l’atelier est d’interroger, à partir de points de vue de chercheurs en sciences sociales, la question du handicap et de la sexualité. Bien souvent abordée par des réflexions, expériences pratiques et opinions de professionnels de la santé, philosophes, personnes handicapées ou leurs proches, les réflexions et résultats d’enquête de chercheurs en sciences sociales sur cet objet d’étude restent encore peu connus, malgré leur apport significatif à sa compréhension. Ainsi, il s’agira de laisser de côté la dimension médicale au profit de la dimension sociale, de comprendre au-delà des témoignages personnels les enjeux, pratiques et expériences qui parcourent cette question.

La séance sera animée par Aurélien Berthou et Pierre Brasseur.

25 Mars – Atelier 5

  • Godefroy Lansade : L’inclusion scolaire vue d’en bas : expériences et trajectoires d’adolescents et jeunes adultes désignés handicapés mentaux eu sein d’un lycée d’enseignement professionnel.
  • Marc Lefort : Impact de l’organisation du parcours de soins sur la prévention des complications des blessés médullaires ; le cas de l’escarre.

29 Avril – Atelier 6 – Recherche participative

L’objectif de cet atelier est d’interroger la notion de recherche participative au regard de l’objet d’étude handicap. Le but de cette séance est notamment d’approfondir les questions de collaboration entre chercheurs académiques et membres de la société civile, qu’il s’agisse d’associations ou de professionnels. Un éclairage théorique par le biais des disability studies, nous conduira à interroger les fondements épistémologiques de ces pratiques, pour les interroger ensuite du point de vue des acteurs, qu’il s’agisse des organismes actifs dans le financement de la recherche sur les situations de handicap ou encore des chercheurs eux-mêmes.

La séance sera animée par Marion Blatgé et Cristina Popescu.

27 Mai – Atelier 7 – Retour d’expérience sur une recherche participative

L’objectif de cet atelier est de discuter les premiers résultats issus d’une recherche menée en collaboration avec une équipe de sociologues du LISST-CERS et le pôle régional de Midi-Pyrénées de l’Association des Paralysés de France. La discussion portera dans un premier temps sur la méthode d’analyse par groupe d’acteurs avec des questions relatives à l’animation d’un travail d’analyse collectif et participatif et dans un second temps sur les résultats attendus au niveau de la formulation et de la mise en dialogue des différentes conceptions « endogènes » de l’inclusion.

La séance sera animée par Audrey Parron et Marianne Woollven. Les intervenants seront Tristan Salord, doctorant au LISST-CERS et une personne ayant participé à l’enquête (à préciser).

24 Juin – Atelier 8

  • Lucile Changenet, titre à confirmer.

Cette action est soutenue par le Campus Condorcet et la Maison des sciences sociales du handicap (MSSH).

 

Appel à contribution – Santé et sociétés. Réflexions sur l’utilisation des méthodes mixtes en recherche

Appel à contribution – Santé et sociétés. Réflexions sur l’utilisation des méthodes mixtes en recherche

 

Cet appel à communication est lancé dans le cadre d’un séminaire de recherche organisé par l’École des hautes études de santé publique (EHESP) avec le soutien de la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB) et qui se tiendra le 20 novembre 2013 à Rennes.

L’accent placé sur les déterminants sociaux et économiques de la santé accroît la nécessité de recourir à une diversité de champs théoriques et de pratiques méthodologiques pour mener les recherches en ce domaine. Parmi celles-ci, le croisement d’approches qualitative et quantitative apparaît comme une voie pour rencontrer les diverses sources de complexité mobilisées par la production de la santé d’une population : multiplicité des acteurs et des niveaux d’intervention, diversité des types de déterminants (sociétaux et structurels, personnels ou collectifs, biologiques ou ancrés dans la culture …), etc.

Dans le cadre de ce séminaire, il a semblé opportun de nous intéresser à ces pratiques méthodologiques en lien avec le développement à l’échelle internationale du courant des méthodes mixtes (« mixed methods »). En effet, si les approches quantitatives et qualitatives sont associées depuis de nombreuses années dans différents champs de recherche, ce n’est que récemment que cette association a été conceptualisée en termes de recherche par les méthodes mixtes. De fait, les appels d’offre de recherche aussi bien au niveau national (type ANR) qu’européen (type PCRD) mettent de plus en plus souvent en avant ce type d’approche. Ces méthodes sont présentées comme offrant la possibilité d’intégrer plusieurs perspectives et d’être ainsi un avantage pour répondre à des questions de recherche complexes et pluridisciplinaires.

Cependant, cette utilisation n’est pas sans soulever de nombreux débats à la fois épistémologique (validité des combinaisons d’approches quantitatives et qualitatives) et technique (questions de compétences des acteurs, de gestion des ressources et d’articulation des résultats qualitatifs et quantitatifs, question des critères de qualité des travaux et de la transmission vers les professionnels).

Dans quelle mesure, de quelle manière et dans quelles conditions, les méthodes mixtes favorisent-elles la prise en compte de cette complexité, telles sont les questions au centre de ce séminaire. Les méthodes mixtes permettent-elles de rencontrer de manière plus pertinente les défis actuels de la recherche en santé publique ou promotion de la santé : multiplicités et interactions des facteurs de divers types, inégalités sociales de santé et approche par les déterminants sociaux de la santé, etc. Ce séminaire de recherche propose d’approfondir la réflexion sur ces méthodes mixtes, leurs fondements, leurs mises en œuvre, leurs avantages et leurs limites.

Conditions de soumission

Les contributions attendues s’appuieront sur un travail de recherche articulant approches qualitatives et quantitatives dans le champ des sciences humaines et de la santé.
Merci de proposer votre communication à l’aide du formulaire en pièce jointe.

Les propositions ne doivent pas excéder deux pages.

Si les travaux présentés ont été publiés par ailleurs, merci de joindre les publications et/ou d’indiquer les références.

A transmettre par mail à Marie-Renée Guével, ingénieure de recherche – EHESP

avant le 26 septembre 2013.

Comité scientifique et d’organisation

  • ABSIL Gaétan – Chercheur au sein de l’APES-ULg (Appui en Promotion et Éducation pour la Santé du département des Sciences de la santé Publique de l’Université de Liège – Belgique), membre du LASC (Laboratoire d’Anthropologie Sociale et Culturelle) de l’Institut de Sciences Sociales et Humaines de l’Université de Liège.
  • GUEVEL Marie-Renée – Ingénieure de recherche, département des sciences humaines, sociales et de comportements de santé et de l’École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP). Chercheure associée au Laboratoire ACTé (Activité, Connaissance, Transmission, Éducation) EA 4281 de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2.
  • MERINI Corinne – Maître de conférence, chercheure associée au Laboratoire ACTé (Activité, Connaissance, Transmission, Education) EA 4281 de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2.
  • POMMIER Jeanine – Enseignante-chercheure département des sciences humaines, sociales et de comportements de santé de l’École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP). Chercheur au Laboratoire CRAPE, UMR 6051 / Université Rennes 1 – IEP de Rennes.
  • VANDOORNE Chantal – Chercheure qualifiée – Chargée de la direction de l’APES-ULg (Appui en Promotion et Éducation pour la Santé du département des Sciences de la santé Publique de l’Université de Liège – Belgique).

Pour toute information : Marie-Renée Guével, ingénieure de recherche, département SHSC, EHESP.

 

Séminaire – Corps vulnérables. Normes éthiques et politiques de l’intégrité corporelle et de la sexualité

Université de Strasbourg

Séminaire pluridisciplinaire

 

Corps vulnérables.

Normes éthiques et politiques

de l’intégrité corporelle et de la sexualité

 

Programme 2013-2014

Sandra Boehringer (UMR 7044) et Estelle Ferrarese (FRE 3578)

 

 

Mercredi 9 octobre 2013, 18-20h, salle de la table ronde, Misha

Mathieu Trachman, sociologue, INED : « Comment faire la sociologie des backrooms ? »

 

Lundi 4 novembre 2013, 18-20h, salle de la table ronde, Misha

Pascale Molinier, psychologue, Université de Paris 13 : « Corps et subalternité : quel est le juste ton pour la “voix différente” ? »

 

Lundi 25 novembre, 18-20h, salle de la Table Ronde, Misha

Corps, genre et sexualité en Grèce et à Rome

Marine Bretin-Chabrol, Université de Lyon 3 : « Du lait de la nourrice aux aliments du père nourricier, traces de liens fragiles dans la Rome impériale »

Stavroula Kefallonitis, Université de Saint Étienne : « Malakia (“mollesse”) et exercice du pouvoir politique »

Avec la participation de : Charles Delattre (spécialiste des mythes et de la mythologie, Université Paris Ouest Nanterre), Adeline Grand-Clément (helléniste, Université de Toulouse 2), Peggy Lecaude (latiniste, Université de Montpellier 3), Marie Augier (helléniste, Archimède, UMR 7044)

Séance en collaboration avec Efigies-Strasbourg et Efigies-Antiquité

 

Lundi 2 décembre, 18-20h, salle de la Table Ronde, Misha

Penelope Deutscher, philosophe et théoricienne du genre, Northwestern University : « Judith Butler and the New Moral Thinkers: Reproduction, Vulnerability, and Precarious Life »

 

Mercredi 5 mars, 18-20h, salle de la Table Ronde, Misha

María Pía Lara, philosophe, Universidad Autónoma Metropolitana (Mexico) et New School for Social Research (New York) : « Violence: A Conceptual Understanding of its Semantics »

 

 

Projet scientifique soutenu par le Conseil scientifique de l’Université de Strasbourg,

la FRE 3578, l’UMR 7044 et l’Institut du genre (CNRS).