Parution – Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe

Parution – Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe 

 

419MQ9VYrxLFrank Huisman, Harry Oosterhuis (Editors), Health and Citizenship: Political Cultures of Health in Modern Europe, Pickering & Chatto Ltd, Studies for the Society for the Social History of Medicine,  2013, 256 pages.

Following the Second World War, health was defined by a number of international organizations as a universal human right. It was this fundamental principle that led to the development of modern-day systems of collective funding, and health is now at the top of the global political agenda. The essays in this collection contain a wealth of empirical and analytical information. Contributors look at issues of health and citizenship in Europe across two centuries, and examine the extent to which the state can interfere with the private lives of its citizens, the role of individual responsibility and if any boundary occurs in terms of what the state can realistically provide. It will appeal to those interested in the history of medicine, in political science and the burgeoning field of health policy.

Journée d’étude – La santé des familles monoparentales au Royaume-Uni

Journée d’étude – La santé des familles monoparentales au Royaume-Uni. Du Black Report au rapport Marmot (1990-2010)

The Health of One-Parent Families in the UK. From the Black Report (1980) to the Marmot Review (2010)

La durée de vie des Anglais a augmenté mais les disparités sanitaires se sont accentuées dans le même temps (Marmot, 2010). Si la dépression des mères qui élèvent leur enfant seule fait l’objet de publications (Bebbington et al, 2003 ; Atkins, 2010), d’autres déterminants de la santé liés au style de vie – le tabagisme, la consommation d’alcool, la fatigue, les problèmes de sommeil, l’obésité, la nutrition, la diététique, les maladies cardiovasculaires, respiratoires, les cancers, la mortalité, le manque d’activités physiques et de loisirs – sont peu évoqués, voire peu documentés ou passés sous silence. Or, la santé des mères qui élèvent leurs enfants seules, qu’elles soient divorcées, séparées ou veuves, est plus fragile que celle des femmes mariées ou vivant en couple (Beatson-Hird et al, 1989).

Au Royaume-Uni en 2011, deux millions (1,96 m) de familles sur les 18 millions (17,9 m) que compte ce pays étaient des familles monoparentales (ONS 2012)) avec enfants à charge. Les mères représentent près de 92 % d’entre elles et ces taux ont peu évolué depuis 2001.

L’objectif de la journée d’études permettra de lever le voile sur ces phénomènes et de les analyser au regard d’enquêtes qualitatives et quantitatives par exemple. Il s’agira d’étudier les réalités de la vie quotidienne de ces parents, les inégalités sociales et géographiques en matière de santé, de comprendre les mécanismes et d’envisager les enjeux sanitaires sur les futures générations tout en sachant que la responsabilité de la santé publique est transférée du National Health Service aux collectivités locales, selon les propositions du gouvernement de coalition.

Organisée par Monde anglophone : politiques et sociétés (MAPS)

Programme

9 h – 9 h 15 : accueil et mot de Madame Martinet  directrice de l’unité de recherche Histoire et dynamique des espaces anglophones : du réel au virtuel (HDEA).

Présidente de séance/Chair: Professor Elizabeth Dowler

  • 9 h 15 – 10 h : keynote speaker: Professor Ann Berrington, University of Southampton & ESRC Centre for Population Changeet questions. The Changing Demography of Lone Parenthood in the UK
  • 10 h – 10 h 30 : Professor Sarah Payne, University of Bristol. Lone parents and mental health in the UK: findings from the 2011 Poverty and Social Exclusion Survey
  • 10 h 30 – 11 h : Dr Susan Harkness,  University of Bath. The Influence of Employment on Depression among British Lone and Partnered Mothers under an Era of Welfare Reform

11 h – 11 h 15 : pause/break

Présidente de séance/Chair: Dr Nadia Mantovani

  • 11 h 15 – 11 h 45 : Judy Corlyon, Principal Researcher at the Tavistock Institute of Human Relations. Causes and consequences of poor mental health following divorce and separation
  • 11 h 45 – 12 h 15 : Professor Elizabeth Dowler, University of Warwick. Surviving not thriving:  eating and health in lone parent families in the UK

12 h 15 – 12 h 45 : questions

13 h – 14 h : déjeuner/ lunch

  • 14 h 15 – 14 h 45 : Dr Tamsim Hinton Smith, University of Sussex. UK lone parent university students – exploring health-related issues in an atypical research group.’

Présidente de séance/Chair: Dr Fabienne Portier-Le Cocq

  • 14 h 45 -15 h 15 : Dr Denise Hawkes, The Institute of Education, University of London. Inequality in Health and Development of Children in the UK: Evidence from the Millennium Cohort Study.

15 h 15 -15h 30 : pause/break

  • 15 h 30 -16h 00 : Alison Hadley OBE, UK’s Director of Teenage Pregnancy Knowledge Exchange, University of Bedfordshire. The Teenage Pregnancy Strategy for England: lessons learned but more to do
  • 16 h 00 -16 h 30 : Dr Nadia Mantovani, St George’s University of London. Early Motherhood and Social Capital: Exploring the impact of social organisation on the health of Black teenage mothers ‘looked after’ by the State.
  • 16 h 30 -17 h 00 : Dr Lisa Arai, University of Teeside. Public health, social anxieties: the example of the English lone teenage mother

17 h – 17 h 30 : questions

17 h 30 : clôture de la journée d’études/ end of the conference.

  • Fabienne Portier-Le Cocq
    courriel : fabienne [dot] portier [at] univ-paris13 [dot] fr

« La santé des familles monoparentales au Royaume-Uni », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 17 janvier 2014, http://calenda.org/274278

Appel à articles – Corps suisse (s), corps en Suisse

Appel à articles – Corps suisse (s), corps en Suisse

En vue d’une publication, nous sollicitons la participation d’auteur.e.s intéressé.e.s à collaborer à un projet éditorial intitulé Corps suisse (s), corps en Suisse. Cet ouvrage s’inscrit dans une perspective de connaissance visant à documenter le thème du corps en mouvement, dans la diversité de leurs manifestations et en relation avec les sphères du travail, des loisirs, de l’art et la culture, de l’hygiène et la santé, etc. Décrire ces corps mobiles appelle à éclaircir les liens qui les relient à des lieux et à des espace de production de normes, ainsi qu’à identifier et à comprendre le rôle des institutions qui, selon les époques, ont travaillé les corps en fonction d’enjeux socio-politiques, culturels, économiques.

Une série de questions structurant la problématique générale a été retenue, sur lesquelles les éditeurs attendent des connaissances en particulier.

Sous l’angle principalement historique et sociologique, est-il possible de mettre en exergue des repères chronologiques dans l’histoire nationale, en mesure de circonscrire différents âges des corps en mouvement ; et ceci tant du point de vue des techniques corporelles que des représentations, des éducations, des traitements ou des gouvernements des corps en action?
Dans quelle mesure le cas suisse aide à repérer les influences, les courants de personnes et d’idées – hygiéniques, pédagogiques, touristiques, sportifs, artistiques – qui ont nourri des échanges et conduit à des hybridations dans les cultures corporelles ?
Du point de vue de la thématique générale du corpus mobilis, la Suisse constitue-t-elle un espace de spécificités, dont on peut identifier les causalités socio-historiques ; mais aussi les domaines expressifs sous l’angle des usages, des pratiques et des représentations ?

Axes de propositions possibles

En rapport avec la problématique générale, quatre axes ont été définis, en mesure d’orienter les contributions :

  • Fabriquer les corps
  • Entretenir les corps
  • Montrer les corps
  • Mobiliser les corps

Langues

Les contributions peuvent être rédigées en français ou en allemand. Leur taille doit impérativement se situer entre 45’000 et 50’000 signes.

Conditions de soumission

Un projet d’une page environ contenant un titre et précisant la perspective disciplinaire et la méthodologie utilisée est à adresser aux coordinateurs de l’ouvrage.

En raison du thème privilégié, les éditeurs rendent attentifs les contributrices et les contributeurs au fait que les ressources iconographiques seront valorisées.

Calendrier

Les propositions d’articles sont à remettre pour le 1er mai 2014

Les réponses définitives aux auteurs interviendront à la date du 15 juillet 2014

La version finale des articles acceptés sera à remettre pour le 15 décembre 2014

Coordinateurs de l’ouvrage

Les propositions d’articles devront être envoyées aux trois adresses suivantes : Monica Aceti, (monica.aceti@unifr.ch); Laurent Tissot (laurent.tissot@unine.ch); Christophe Jaccoud (christophe.jaccoud@unine.ch);

 

 

 

« Corps suisse (s), corps en Suisse », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 17 janvier 2014, http://calenda.org/274267

Journée d’étude – Politiques du handicap

Journée d’étude – Politiques du handicap

À l’occasion de la parution du numéro de la revue Terrains & Travaux consacré aux politiques du handicap (n°23, 2013), le LIEPP organise une journée d’étude autour des problématiques actuelles traversant ce champ de recherche et d’action publique.

 

Programme

Lundi 27 janvier 2014

Session 1 : 14h00-14h45

Genèse et conception des politiques du handicap

  • Présentation générale du dossier « Politiques du handicap » (terrains & travaux n°23, 2013), par Pierre-Yves Baudot (CESDIP et CEE), Céline Borelle (PACTE) et Anne Revillard (OSC-LIEPP).
  • Présentation et discussion par Michel Chauvière (CERSA) de « Droits ou quotas ? L’American with disabilities act (ADA) comme modèle des droits des personnes handicapées », de Katharina Heyer (Université de Hawaï) (traduction  par Pierre-Yves Baudot, Céline Borelle et Anne Revillard).

Session 2 : 14h45-15h30

La reconnaissance du handicap : recours et administration

Présentation et discussion par Jean-Sébastien Eideliman (CeRIES) de :

  • « Handicapé ? C’est insulter ma descendance et aussi mes ancêtres ! » Négociations autour de l’inscription de l’enfant d’origine chinoise à la MDPH, parSimeng Wang (CMH).
  • « Mettre l’usager au cœur du dispositif » ? Regards croisés sur quatre maisons départementales des personnes handicapées, par Gwenaëlle Perrier (CERAL).

Réponses des auteures et discussion avec la salle.

Session 3 : 15h30-16h15

Les politiques du handicap par le bas : quelle traduction dans les entreprises et les institutions médico-sociales ?

Présentation par Léa Lima (LISE/CNAM) de :

  • Les mises en forme du handicap. Le travail politique d’une institution sur le handicap « lourd », par Olivier Quéré (Triangle).
  • L’invisibilité du « travail en plus » de salariés sourds, par Sophie Dalle-Nazébi(WebSourd)et Sylvain Kerbourc’h (CEE / CADIS-EHESS).

Réponses des auteurs et discussion avec la salle.

16h15-16h30 : Pause café

Table-ronde : 16h30-18h00

Politiques du handicap : regards croisés sur les enjeux actuels pour l’action publique et la recherche

Animation : Anne Revillard (OSC-LIEPP).

Intervenants :

  • Eric Blanchet, Directeur Général de l’ADAPT – Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées ;
  • Jérémie Boroy, Conseiller “Accessibilité et éducation” auprès de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion ;
  • Igor Dupin, Directeur de la MDPH des Ardennes, Président de l’Association des directeurs de Maisons départementales de personnes handicapées ;
  • Agnès-Marie Egyptienne, Secrétaire générale du Comité interministériel du handicap ;
  • Bernadette Moreau, Directrice de la compensation à la CNSA – Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

Inscription dans la limite des places disponibles: liepp@sciencespo.fr

Journée d’étude organisée par :
Anne Revillard, Pierre-Yves Baudot et Céline Borelle

 

  • Sciences Po, salle du conseil. La salle est accessible pour les personnes à mobilité réduite, et un sous-titrage en temps réel par vélotypie est prévu. – 13 rue de l’Université
    Paris, France (75007)

 

 

  • LIEPP
    courriel : liepp [at] sciencespo [dot] fr

« Politiques du handicap », Journée d’étude, Calenda, Publié le lundi 13 janvier 2014,http://calenda.org/273943

Carnet Hypotheses – Corps et mots

Parution – Carnet Hypotheses. Corps et mots

Ce carnet de recherche vise à présenter des hypothèses de travail sur le rapport entre sexes et langage. Participant à la préparation d’une thèse en Sciences du Langage sur les discours concernant les variations du développement du sexe, ce carnet s’intéresse à la manière dont les discours construisent les représentations du corps, des sexes, des genres et des sexualités. Ces recherches s’inscrivent à la fois dans les études de genre et l’analyse du discours.

Noémie Marignier, créatrice de ce carnet, est doctorante en Sciences du Langage depuis 2012 (Université Paris 13 et Université Paris 3) et allocataire de l’Institut Émilie du Châtelet.

Lien vers le carnet : http://corpsmots.hypotheses.org/

 

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Exposition – Le XVIIIe et La Médecine

Du 05 octobre 2013 au 21 avril 2014

Domaine du château de Seneffe
Rue Lucien Plasman 7-9
B-7180 Seneffe
BELGIQUE

L’exposition « Le XVIIIe et la Médecine » sort des sentiers battus par son contenu et son approche scientifique. Elle présente le thème de la médecine non pas uniquement du point de vue purement médical mais bien dans le contexte de la vie de l’époque.

En tant que témoins privilégiés- et avec l’apport des instruments scientifiques, d’objets mis en relation avec les thématiques abordées, d’extraits littéraires,…-nous racontons l’existence d’une société en pleine évolution sociologique.

Découvrir ce que signifie la médecine au XVIIIe siècle c’est lever le voile sur différentes pratiques peu conventionnelles, c’est aborder le corps et l’esprit sous différents angles, c’est observer les avancées en la matière qui vont bousculer les tabous et révolutionner les façons de penser et de voir d’une façon plus rationnelle. C’est comme un kaléidoscope de découvertes inattendues et surprenantes.

Le XVIIIe avait à cœur de replacer l’homme, en tant qu’être humain, au centre de la société. Les individus sont alors en quête de bien être, comme aujourd’hui. Et depuis, tout continue.

Infos et renseignements
0032 (0)64 55 69 13

Tarifs
Adultes: 5 €
Seniors: 4 €
Gratuit :enfants de moins de 12 ans et personnes à mobilité réduite

Le premier dimanche du mois, l’exposition “Le XVIIIe et La Médecine” reste payante

Ouvert tous les jours sauf les lundis non fériés, de 10 à 18h (Accès payant).
Dernière admission à 17h30.

Fermé le 1er janvier et les 24, 25 et 31 décembre.

Journée d’étude – Épouses de médecins et de chirurgiens, XVIIIe-XXIe siècles

10Journée d’étude – Épouses de médecins et de chirurgiens, XVIIIe-XXIe siècles

 

Organisée par le laboratoire Framespa – UMR 5136

Thématique Santé et Société. Atelier 3 – Corps, santé, représentations

 

Jeudi 16 janvier 2014, 9h30-16h30

Université Toulouse II-Le Mirail

Maison de la Recherche, Salle A306

 

 

9h30

Introduction

Nahema HANAFI (Université d’Angers)

 

10h

Les veuves des chirurgiens de peste à Marseille : 1720-1722

Jamel EL HADJ (EHESS)

 

10h45-11h

Pause

 

11h

La pratique médicale, une activité de couple au cap du XIXe siècle ?

Philip RIEDER (Institut Ethique, Histoire, Humanités de Genève)

 

12h-14h

Pause Déjeuner

 

14h

Mart etbib, la figure de l’épouse du médecin colonial dans le protectorat tunisien (1881-1956)

Sofiane BOUHDIBA (Université de Tunis)

 

14h45

Madame Palmer et la main invisible : comment faire voir le corps des femmes sans être vue

Ramona BRAUN (University of Cambridge)

15h30-15h45

Pause

15h45

Les chirurgiennes épouses de chirurgiens : quels enjeux, tensions et relations ?

Emmanuelle ZOLESIO (ESPE Clermont-Auvergne)

 

Télécharger le programme (pdf)

 

Pour toute question nahema.hanafi@univ-angers.fr

Séminaire – Formes de surveillance en médecine et santé publique

Séminaire – Formes de surveillance en médecine et santé publique

 

La médecine de surveillance a pour mots-clés : ciblage, prédiction, anticipation et individualisation. Elle concerne la population générale, des groupes spécifiques ou les individus. Elle s’appuie sur les technologies comme le séquençage génétique, le ciblage thérapeutique, les biocapteurs, les grandes bases de données, etc. Notre séminaire interdisciplinaire (médecine , biologie, philosophie, sciences sociales) vise à interroger la pertinence du concept de surveillance pour comprendre et questionner le devenir de la médecine et de la santé publique. Les séances auront lieu à Lyon les vendredi après-midi de 13h30 à 16h30 au rythme d’une séance par mois, de janvier à juin 2014.

La surveillance, dans son sens général, consiste à recueillir et à analyser des informations concernant des populations dans le but de les gouverner et de maintenir leur sécurité. Dans le domaine de la santé, la médecine dite de surveillance privilégie les registres de l’enquête, du dépistage, de la prévention et de la prédiction. Prenant pour cible la population générale, des groupes spécifiquesou les individus eux-mêmes, la médecine de surveillance a cessé de se concevoir comme une réponse directe à la demande de soin du malade et se distingue donc de l’approche clinique classique.

L’essor actuel de certaines technologies donne une ampleur nouvelle à cette médecine de surveillance. Parmi celles-ci, on peut considérer les techniques de séquençage des génomes, la cartographie à grande échelle de l’ensemble des composants moléculaires des cellules, les biocapteurs implantables, la fouille des grandes bases de données ou encore le dépistage de masse. Toutes ces technologies,aussi hétérogènes dans leur nature et fonctions soient-elles, ont à voir, directement ou indirectement, avec des dispositifs de surveillance et semblent converger pour produire et faire exister un nouveau type de médecine et donc aussi de rapport à la santé.

Différentes questions se posent alors :

  • En quoi la médecine de surveillance dépend-elle d’une reconfiguration des  interactions entre sociétés pharmaceutiques, monde médical, établissements publics, organismes caritatifs et malades ?
  • En quoi met-elle à l’épreuve les libertés individuelles et publiques ?
  • Jusqu’où implique-t-elle de nouvelles formes d’identité personnelle et de modes de subjectivation ?
  • Contribue-t-elle vraiment à modifier le partage du normal et du pathologique ?

Ce séminaire, en interrogeant les trajectoires de ces technologies, en questionnant la transformation de la médecine, entend mettre à l’épreuve la pertinence du concept de surveillance dans le champ de la santé et préparer des recherches transversales dans ce domaine.

Organisateurs

Marc BILLAUD, Directeur de Recherche CNRS, Institut Albert Bonniot, CRI INSERM UJF/U823, Grenoble

Nicolas LECHOPIER, Maître de Conférences, Université Lyon1 Institut Français de l’Education (ENSL), EA4148 S2HEP, Lyon

Pour s’inscrire et accéder aux détails de ce séminaire veuillez suivre ce lien :bit.ly/1cwrhmQ

Programme

Les vendredi de 13h30 à 16h30

La médecine de surveillance : histoire et évolution d’une pratique

17 JANVIER

  • David Armstrong (King’s College, Londres, Royaume-Uni). La dimension temporelle dans la médecine de surveillance
  • Susanne BAUER (Goethe Universität, Francfort, Allemagne). La matérialité de la médecine de surveillance : technologies, temporalité, organisation des données

Prédire et surveiller les cancers

28 FEVRIER

  • Patrice PINELL (Centre Européen de Sociologie et de Science Politique, CNRS, Paris). Le diagnostic précoce du cancer et l’utopie de l’homo medicus : une contribution à l’histoire de la médecine de surveillance
  • Gert MATTHIJS (Center for Human Genetics, Université de Louvain, Belgique). Comment ne pas dépenser tout le budget de la génétique moléculaire dans le dépistage des cancers familiaux ?

Médecine personnalisée, avancées et limites

21 MARS

  • Xavier GUCHET (Université de Paris 1). La médecine personnalisée : un nouveau concept de la «personne» ?
  • Thomas TURSZ (Institut Gustave Roussy, Villejuif). Espoirs et réalité de la médecine personnalisée en cancérologie : problèmes médicaux, économiques et sociaux

Big data, fouille de données et bioinformatique en santé

18 AVRIL

  • Anne CAMBON-THOMSEN (Université Paul Sabatier/ INSERM, Toulouse). L’anonymisation des données en génétique humaine: question d’actualité ou fiction à l’ère des big data ?
  • Antoinette ROUVROY (Université de Namur, Belgique). Gouvernementalité algorithmique et comportementalisme numérique: la santé de l’homme sans intérieur

La surveillance médicale en continu : nouveaux dispositifs

23 MAI

  • Anne-Sylvie PHARABOD (Orange Labs, Paris). La mise en chiffres de soi : une approche compréhensive des mesures personnelles
  • Gérard RAYMOND (Association Française des Diabétiques). La surveillance médicale : une autonomie réelle ou illusoire du patient

La surveillance des populations : dépistage de masse et épidémiologie

20 JUIN

  • Frédéric KECK (Ecole des hautes études en science sociales, Paris). La surveillance des animaux et la définition de populations sentinelles
  • Patrick PERETTI-WATEL (INSERM, Marseille). La prévention en santé publique, entre auto- et hétéro-surveillance

LIEUX

  • École Normale Supérieure – Bâtiment Buisson (salle 2), Métro Debourg – 15 parvis René Descartes
    Lyon, France (69007)

 

CONTACTS

  • Nicolas Lechopier
    courriel : nicolas [dot] lechopier [at] univ-lyon1 [dot] fr

« Formes de surveillance en médecine et santé publique », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 07 janvier 2014, http://calenda.org/273169

Parution – Histoire, médecine et santé, n°4 : Santé en chiffres

Histoire, médecine et santé, n°4 : dossier thématique Santé en chiffres

 

HMS4.jpg
SOMMAIRE (N°4 – Automne 2013)

Dossier thématique : SANTÉ EN CHIFFRES

 

Bruno VALAT, Introduction. Les enjeux de la quantification sanitaire au XXe siècle

 

Bruno VALAT, La « croissance des dépenses de santé », entre enjeux intellectuels et politiques (France, 1920-années 60)

 

Daniel BENAMOUZIG, Les médecins à la découverte de l’économie (1950-1990)

 

Jean-Paul DOMIN, Le PMSI : de l’indicateur de compatibilité hospitalière au mode de tarification (1982-2012)

 

VARIA

 

Elodie SERNA, Médecine clandestine et vasectomie volontaire dans l’Europe de l’entre-deux-guerres

 

Dolorès MARTIN MORUNO, Ressentiment, médecine et société dans la biographie biologique de Gregorio Marañón

 

COMPTES RENDUS

 

Philippe BOURMAUD

CHIFFOLEAU Sylvia, Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS

 

Claire FREDJ

ESCANDE Laurent (éd.), Avec les pèlerins de La Mecque. Le voyage du docteur Carbonell en 1908

 

Alexandre KLEIN

KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés

 

Helena DA SILVA

DIEBOLT Évelyne et FOUCHÉ Nicole, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938)

 

Jacqueline VONS

BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire

 

Florence CATHERINE

NICOLI Miriam, Des savants et des livres. Autour d’Albrecht von Haller et Samuel-Auguste Tissot

 

Pour commander ce numéro ou s’abonner

Séminaire – Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui

Séminaire – Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui. Pratiques « hypnotiques » : Limites, problèmes et intersections

Un terme en relation au sommeil – hypnose – s’est  accrédité dans la médecine des XIXe et XXe siècles pour désigner un « état non ordinaire de conscience ». Sa signification s’est cristallisée dans un ensemble de représentations culturelles qui demandent à être élucidées. L’hypnose consiste-t-elle en des pratiques corporelles très variées visant à induire un tel état à l’aide de paroles ou de gestes, de danses ou de mises en scène théâtrales ? Est-ce que les pratiques chamaniques et les rituels depossession permettraient de l’éclairer d’un jour nouveau ? Dans quelle mesure l’anthropologie médicale et l’ethnopsychiatrie peuvent-elles nous offrir des outils conceptuels aptes à interpréter des pratiques « hypnotiques » aux facettes multiples et variées ? Tout le long du séminaire, nous essayerons de répondre à ces questions dans le respect de la diversité des pratiques et dans l’effort constant de les mettre en relation avec la clinique contemporaine.

 

12 novembre 2013

  • Serena Bindi (université Paris Descartes), Pascale Haag (EHESS), Roberto Poma(université Paris-Est Créteil) – Introduction générale
  • Paul Sorrentino (anthropologue, université Paris Descartes) – La transe et ses non-dits dans l’anthropologie de la possession d’Erika Bourguignon.

10 décembre 2013

  • Olivier Luminet (psychologue, université catholique de Louvain et université libre de Bruxelles) – Comment les émotions contribuent à former nos souvenirs collectifs ?
  • Véronique Waisblat (médecin anesthésiste, Groupe Hospitalier Le Raincy Montfermeil) – À la recherche des racines de l’hypnose humaine

14 janvier 2014

  • Catherine Contour (chorégraphe exploratrice) – L’outil hypnotique pour la création : comment une artiste formée à l’hypnose l’aiguise, l’utilise, le transmet
  • Manuela Santa Marina (psychologue clinicienne) – Hypnose et méditation de pleine conscience : points communs et spécificités

11 février 2014

  • Pascal Rousseau (historien, université Paris 1) – Liens entre états sous hypnose et champ élargi de la vision dans les imaginaires de l’avant-garde
  • Thibaud Trochu (historien, EHESS) – Sur le « prétendu magnétisme animal »: l’enquête du physiologiste Rudolf Heidenhain (1880)

11 mars 2014

  • Anahita Grisoni (sociologue, EHESS), Pascale Haag – Aborder l’hypnose dans les sciences sociale: une approche méthodologique
  • Roberto Beneduce (anthropologue, université de Turin) – Hors du temps : production d’images et imaginaires de la guérison sur le plateau Dogon. De l’analyse d’une mélopée aux incertitudes du présent

8 avril 2014

  • Jérôme Sackur et Hernan Anllo (sciences cognitives, LSCP) – L’hypnose dans l’étude expérimentale de la conscience
  • Caterina Pasqualino (anthropologue, CNRS) – Cinéma expérimental, transe et expérience de mort imminente (NDE)

 

  • EHESS (salle 8) – 105 bd Raspail
    Paris, France (75006)

CONTACTS

  • Pascale Haag
    courriel : pascale [dot] haag [at] ehess [dot] fr

 

« Hypnoses d’hier et d’aujourd’hui », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 10 décembre 2013, http://calenda.org/270492

Journée d’études – Genre, territoire et santé

Journée d’études – Genre, territoire et santé

Axe 2 du groupe CIST Santé « Santé et inscription territoriale des populations »

De plus en plus de travaux de géographes ou de sociologues montrent l’importance des inégalités entre hommes et femmes, en termes d’occupation ou d’appropriation des espaces et d’accès aux pouvoirs et aux ressources. Les inégalités de santé entre hommes et femmes, que ce soit de mortalité, de morbidité ou plus généralement de représentations et de comportements en lien avec la santé sont quant à elles documentées par de nombreuses recherches en santé publique. Cependant, en France, peu d’études interrogent les constructions sociales et territoriales de genre qui participent à ces inégalités de santé. Ce constat est à l’origine de l’organisation d’une journée de séminaire pluridisciplinaire en janvier 2014 proposant de questionner l’articulation entre « genre, territoire et santé ».

Cette journée scientifique est organisée par Audrey Bochaton (Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Mosaïques LAVUE), Alice Denoyel (Université Jean Moulin-Lyon 3, UMR 5600 Environnement, Ville et Société), Emmanuelle Faure (Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Mosaïques LAVUE), Clélia Gasquet-Blanchard (EHESP-Sorbonne Paris Cité, UMR 6590 ESO), Sandrine Halfen (Observatoire régional de santé d’Île-de-France).

INFORMATIONS PRATIQUES

La participation à la journée est gratuite dans la limite des places disponibles et sous réserve d’inscription par courriel au plus tard le vendredi 20 décembre 2013 à l’adresse suivante : genreterritoiresante@yahoo.fr.

Un déjeuner sera offert sur place.

Programme

Vendredi 17 janvier 2014

(Salle à préciser)

MATIN – 9H00-12H00

9h00-9h30 : Introduction de la journée

  • · Présentation du CIST
  • · Présentation des objectifs de cette journée par le comité d’organisation

9h30-12h00 : Regards pluridisciplinaires et cadrage théorique sur les liens entre « genre, territoire et santé ».

Communications de 30 minutes chacune

  • Claire Hancock (Géographe, Professeure, Université Paris-Est Créteil)
  • Pierre Aïach (Sociologue, Directeur de recherche Inserm, Iris-EHESS)
  • Pierre Chauvin (Épidémiologiste, Directeur de recherche Inserm, Université Paris 6 Pierre et Marie Curie, UMRS 707) Discussion avec la salle

REPAS SUR PLACE APRES-MIDI – 13H00-17H30

Axe 1 : Représentations masculines et féminines du territoire en lien avec la santé.

Communications de 20 minutes chacune

  • Alice Denoyel (Doctorante et ATER, géographie de la santé, Université Jean Moulin Lyon 3) : “Genre et stratégies de localisation des professionnels de santé de proximité en Bourgogne : l’impact des représentations territoriales.”
  • Arnaud Alessandrin (ATER, sociologie, Université Bordeaux-Segalen, Centre Émile Durkheim,) : “De l’hôpital au tribunal : géographie des transidentités.”
  • Yohan Selponi (Doctorant, sociologie, EHESS) : “La construction sociale des déviances genrées adolescentes lors des actions de prévention des “conduites addictives” en milieu scolaire dans un département rural”

Axe 2 : Environnement de vie : le territoire comme support de la santé des hommes et des femmes.

Communications de 20 minutes chacune.

  • Emmanuelle Faure (Doctorante, géographie de la santé, Paris-Ouest Nanterre la Défense) : “Le territoire, un facteur de la mobilisation différenciée des femmes et des hommes en santé préventive. L’exemple d’un quartier de Boulogne-Billancourt.”
  • Laurent Mélito (Doctorant, sociologie, EHESS) : “Grammaire des enjeux sanitaires des pratiques prostitutionnelles au prisme du territoire.”

PAUSE

Axe 3 : Mobilités, accessibilité et recours aux soins : des pratiques spatiales féminines et masculines ?

Communications de 20 minutes chacune.

  • Brigitte Nader (Géographe, chercheur associé au Lab’Urba) : “Les pratiques spatiales des 75 ans et plus : une affaire de genre ?”
  • Mickael Blanchet (Post-Doctorant, géographie, Université Angers-Eso, UMR 6590) : “Mortalité prématurée masculine dans les campagnes de l’Ouest de la France.”

17h00-17h30 : Conclusions « Quelles perspectives pour la recherche ? Quelles perspectives pour l’action ? »

  • France Guérin-Pace (Géographe, “Identités et territoires” UR12 Ined, Cist)
  • Mounira Mehiri (Chargée de mission santé et lien social, Délégation à la Politique de la ville et à l’Intégration, Mairie de Paris).

 

 

CONTACTS

  • Audrey Bochaton
    courriel : abochaton [at] u-paris10 [dot] fr
  • Fabienne Velter
    courriel : fvelter [at] u-paris10 [dot] fr

 

« Genre, territoire et santé », Journée d’étude, Calenda, Publié le vendredi 13 décembre 2013, http://calenda.org/268301

Appel à contribution – Construction et définition du corps

Appel à contribution – Construction et définition du corps

 

Le comité de la Maison du Japon organise chaque année des réunions scientifiques dans le cadre du Centre d’Etudes Multiculturelles (CEM). Le premier CEM, qui aura lieu le dimanche 8 février 2014, portera sur le thème de Construction et définition du corps.

Le corps humain est un thème déjà abordé par les sciences naturelles et les sciences humaines et sociales. Le corps est ainsi défini comme une construction issue de conditions politiques et sociales précises et différentes dans le temps. Il est également en rapport étroit avec les connaissances scientifiques, et plus particulièrement les évolutions de la médecine et de la biologie contemporaines. Ce processus de constitution de la vision du corps devient ainsi un objet de recherche également abordé par les sciences esthétiques et philosophiques. A la suite des volumes Histoire du corps publiés sous la direction d’Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, qui ont permis de reconstituer les évolutions des conceptions relatives au corps de points de vues historiques, artistiques et biologiques de la Renaissance à nos jours, de nombreux schémas expliquant ces constructions du corps humains sont mis en place par des spécialistes variés. Ainsi, ces recherches ainsi que les débats qui en découlent se sont intensifiés. Nous souhaiterions également soulever ces problématiques transversales à nos champs de recherches.

A l’occasion de cette première session de CEM, nous espérons, à travers des exposés de recherches croisant les sciences naturelles, humaines et sociales, soulever des interrogations sur les méthodes mises en place par ces sciences pour approcher le corps. A travers ces débats, nous souhaitons organiser un colloque interdisciplinaire permettant de dépasser les frontières de chaque domaine de recherche.

Pour cette première session du CEM aucune discipline précise et unique n’est appelée. Nous souhaitons au contraire rassembler des interventions et des spécialistes de disciplines différentes pouvant aborder la question de la définition du corps humain tant du point de vue de sa construction au sein des sciences naturelles que de son expression, de son rapport à l’éducation, à la politique et la sociologie, à la littérature, à l’architecture, à l’hygiène, la médecine et la santé, ainsi que de la bioéthique, des études de genre et du folklore.

Chaque intervention de 20 minutes sera l’occasion pour les chercheurs de présenter tant les dernières découvertes de leurs champs d’activité que d’exposer leurs points de vue originaux sur ces sujets. Nous souhaitons ainsi, et afin de pouvoir palper des horizons théoriques divers dépassant les champs disciplinaires, des exposés concis, accessibles et méthodologiquement construits.

Nous précisons que chaque intervenant du CEM a la possibilité de présenter un article de leur exposé dans notre publication annuelle, le Cahier Multiculturel de la Maison du Japon. Ce cahier est une publication régulière à laquelle est attribué un numéro ISSN (International Standard Serial Number) et sera à ce titre déposé à la bibliothèque de la Maison du Japon et à la Bibliothèque Nationale de France.

Des professeurs d’université sélectionneront les interventions jugées les plus pertinentes.

Modalités de soumission

  • Sessions : le dimanche 8 février 2014
  • Place : la grande salle de la Maison du Japon
  • Domaines : tous
  • Soumission : Ceux qui souhaitent faire un exposé au CEM doivent présenter un résumé de l’exposé d’environs 300 mots, ainsi qu’une brève présentation de son parcours à Hiromi MATSUI (cem.maisondujapon [a] gmail.com),

avant le vendredi 29 novembre 2013.

  • Langue : Français ou Anglais
  • Durée d’exposé prévu : 20 minutes de l’exposé et 10 minutes de débat

Pour un exposé, il est possible d’utiliser PowerPoint et des diapositives.

Le comité d’organisation de la première session de CEM 2014, Construction et définition du corps

  • Matsui Hiromi (chargée de CEM, Comité de Maison du Japon ; Université Paris X-Nanterre ; University of Tokyo)
  • Delphine Mulard (Inalco, Chercheur associée à la Bibliothèque nationale de France)
  • Daimaru Ken (Université Paris X-Nanterre ; Birkbeck College, University of London, Inalco)

LIEUX

  • Maison du Japon, cité universitaire (RER B) – 7c Bd. Jourdan
    Paris, France (75014)

DATES

  • vendredi 29 novembre 2013

CONTACTS

  • Hiromi Matsui
    courriel : cem [dot] maisondujapon [at] gmail [dot] com

 

« Construction et définition du corps », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 26 novembre 2013, http://calenda.org/266330

Colloque – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ?

Colloque – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique

4-5 décembre 2013 

Faculté de médecine, Paris Descartes

Le nombre des places étant limitées, merci de vous inscrire -gratuitement- en envoyant un simple courriel à gendpsy@gmail.com

 

Mercredi 4 décembre 2013

 

8h30 Accueil des participants

9h00 Ouverture par Rebecca ROGERS – Paris Descartes – CERLIS

9h15 Introduction:
Jean-Christophe COFFIN – LEM EA 4569/ CAK, Francesca ARENA – AMU-TELEMME, Silvia CHILETTI – CAK
9h45 – 12h45

1. Genre et santé mentale : une histoire entre subjectivités et politique

Présidente de séance : Christine BARD – Université d’Angers –Cerhio

 

9h45-10h15 Catherine FUSSINGER – IUHMSP, Lausanne

La question de la dépression dans le champ « genre et santé mentale »

 

10h15-10h45 Nausica ZABALLOS – CAK / IRIS – EHESS

Le genre dans l’espace médiatique à la fin des années 1990 : le « cas » Guillaume Dustan

 

Pause

11h00-11h30 Gabrielle SCHNEE – Paris 13

La clinique des homosexualités, un renouveau avec le débat public ?

 

11h30-12h00 Arnaud ALESSANDRIN – Centre Émile Durkheim UMR 5116 / O.D.T.

Que reste-t-il du « transsexualisme » dans le nouveau DSM ?

 

12h00-12h30 Discussion

 

12h30-14h00 Pause déjeuner

 

14h00 – 17h15

2. Genre, sexe et sexualités : vers une épistémologie des identités ?

Président de séance : Pierre Henri CASTEL – Cermes3 CNRS

 

14h00-14h30 Nicole EDELMAN – Paris Ouest Nanterre

Pouvoir psychiatrique et folie hystérique (fin XIXe siècle, France)

 

14h30-15h00 Thibault POLGE – Paris 1

Le genre, émancipation ou parachèvement de la différence des sexes ? De l’inversion sexuelle au transsexualisme

 

15h00-15h30 Anne BOISSEUIL – Service de Pédopsychiatrie de Valvert, 13

Féminin/masculin, identité et sexuel chez l’enfant

Pause

 

15h45-16h15 Sebastien SAETTA – École de Santé Publique -Université de Lorraine, EA APEMAC

Analyse critique des discours « psy » autour des troubles psychiques de la grossesse et du post-partum

 

16h15 -16h45 Eric MACÉ – Centre Emile Durkheim UMR 5116

Des troubles de genre aux troubles dus au genre

 

16h45-17h15

Discussion

 

Jeudi 5 décembre 2013

 

9h30 – 12h15

3. Médecine, savoirs et institutions : questionner les pratiques cliniques

Président de séance : Michel DUGNAT – Pôle universitaire de psychiatrie de l’Assistance publique – hôpitaux de Marseille

 

9h30-10h00 Lucille GIRARD – LEM EA 4569

Le médecin face à la demande de soin des personne transsexuelles : les risques d’un jugement de valeur

 

10h00-10h30 Laurence HÉRAULT – AMU – IDEMEC

Le Trouble de l’identité de genre et son usage dans la pratique psychiatrique française

 

Pause

 

10h45-11h15 Stéphanie PACHE – IUHMSP, Lausanne/ IRIS -EHESS

Une brève histoire du mouvement féministe américain pour transformer les théories et les pratiques en santé mentale

 

11h15-11h45 Anne – Sophie VOZARI – IRIS – EHESS

Les dépressions périnatales : des troubles « normaux » ? Penser les coûts sociaux de la maternité

 

11h45-12h15 Discussion

 

12h15-13h45 Pause déjeuner
13h45 – 17h00

4. Le genre sous le regard des experts : science, normes et société

Présidente de séance : Irène FRANÇOIS – CHU de Dijon –

Université de Bourgogne/LEM EA 4569

 

13h45-14h15 François VIALLA – Université de Montpellier –CERDES

Transidentités : les troubles du droit

 

14h15-14h45 Alain GIAMI – Inserm – CESP

Les classifications de la sexualité : entre le DSM 5 et la CIM 10

 

14h45-15h15 Nicolas MOREL-JOURNEL – CHU Lyon

La place de la médecine dans la question du genre

 

Pause

 

15h30-16h00 Erik SCHNEIDER – Intersex & Transgender Luxembourg

Peur des psychiatres de prendre la mauvaise décision et influence

des normes de genre

 

16h00-16h30 Denise MÉDICO – Fondation Agnodice, Lausanne/Université de Genève

Subjectivités trans*, la psychologie confrontée au genre et au sexe

 

16h30-17h00 Discussion

 

Conclusions du colloque par Christian HERVÉ – LEM EA 4569

Parution – Body & Society

Parution – Body & Society 

 

home_cover

December 2013; Vol. 19, No. 4

The below Table of Contents is available online at: http://bod.sagepub.com/content/vol19/issue4/?etoc

 

Articles

Rewriting Bodies, Portraiting Persons? The New Genetics, the Clinic and the Figure of the Human

Joanna Latimer

 

The Hoarding Economy of Endometrial Stem Cell Storage

Maria Fannin

 

Neither Body nor Brain: Comparing Preventive Attitudes to Prostate Cancer and Alzheimer’s Disease

Annette Leibing and Antje Kampf

 

Doing Wholeness, Producing Subjects: Kinesiological Sensemaking and Energetic Kinship

Kristina Grünenberg, Line Hillersdal, Hanne Kjærgaard Walker, and Hanne Bess Boelsbjerg

 

Conférences – Soigner la société du risque ?

Conférences – Soigner la société du risque ? Traitements, politiques et biomédicalisation de la prévention

 

Conférence organisée par le Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale et Société (CERMES3)

 

 

5 & 6 décembre 2013

Université Paris Descartes, Salle Leduc, 45 rue des Saints Pères, 75006 Paris.

 

Comité scientifique : Jean-Paul Gaudillière, Nicolas Henckes, Ilana Löwy, Vinh Kim Nguyen

 

La notion de risque est historiquement au cœur des politiques de santé, ne serait-ce que parce que la maladie était l’un de ces aléas de la vie justiciables d’une protection par la mutualisation assurancielle. Après la Seconde Guerre mondiale la gestion de la santé par le risque est aussi devenue synonyme d’études épidémiologiques, d’identification des facteurs de risque, de campagnes d’éducation pour la réduction des expositions. Dans cette perspective, l’objectivation statistique permettait de constituer des populations dites à risque soumises à une surveillance à distance et tenues pour responsables de leurs conduites. A partir des années 60, le risque a aussi investi la médecine d’une autre manière : comme conséquence des crises sanitaires et de l’attention croissante apportée aux effets sur la santé des risques techno-industriels, du nucléaire au médicament en passant par les polluants, et de  la mobilisation d’autres technologies, celles du calcul risques/coûts/bénéfices. En participant à la remise en cause de la stratification en classes autant qu’à l’avènement de modes de gouvernement réflexif des sociétés contemporaines, ces déplacements, auxquels de nombreuses analyses de sciences sociales ont été consacrées, ont fait de la santé un des objets privilégiés de la « société du risque ».

Le gouvernement de la santé par le risque ne s’y réduit cependant plus. Depuis une vingtaine d’années, on assiste à une biomédicalisation de la prévention prenant pour cible les risques « incorporés ». Ce qu’il s’agit désormais de contrôler est une entité biologique – une prédisposition génétique, une variation biochimique, une altération cellulaire ou morphologique – à l’origine de propensions à développer une pathologie ou d’états dits de « pré-maladie ». Dans les deux cas, le risque devient une lésion ou un état justiciable d’interventions faisant appel aux mêmes registres que la clinique thérapeutique : tests biologiques, consultation individuelle, administration de médicaments ou intervention chirurgicale, injonction à l’autonomie et appel au choix des personnes. On peut ainsi parler d’une nouvelle gestion préventive des populations dans laquelle la clinique est au centre des pratiques d’intervention et le point de passage obligé des politiques visant les populations,  la gestion collectives des risques et la préservation de la santé publique. L’enjeu n’est plus seulement le gouvernement par le risque de nos sociétés, le gouvernement de la société du risque, mais bel et bien son traitement.

Cette situation a tout particulièrement été repérée et analysée dans le domaine de la génétique médicale. On a ainsi montré comment le risque incarné est traité comme une pathologie, conduisant à l’émergence chez les personnes concernées de rapports spécifiques au corps, aux interventions et à leurs biographies, tandis qu’ils mettent les professionnels à l’épreuve de l’incertitude et de nouvelles interrogations sur le bien fondé de leurs pratiques. La réflexion sur la gestion du risque par le soin mérite cependant d’être étendue à d’autres secteurs de la santé. Celle-ci concerne en effet aussi bien le contrôle de la transmission du VIH ou de la tuberculose par des traitements, la prise en charge des pathologies cardio-vasculaires, celui des addictions par le médicament ou encore la « vie avec » les expositions environnementales. Plus généralement, la biomédicalisation du risque pourrait être à l’œuvre dans une variété de situations où l’intervention réparatrice prend le dessus sur la surveillance préventive, comme dans la préparation aux nouvelles menaces infectieuses ou les transformations de la santé au travail.

Cette conférence explorera les enjeux et pratiques de ce qu’on peut appeler une mise en clinique du risque dans une variété de situations médicales. On s’intéressera aussi bien aux modalités d’objectivation des risques, aux outils, dispositifs et relais des interventions, aux registres d’articulation entre cible individuelle et gestion des populations, aux biopolitiques et formes de citoyenneté afférentes. On portera un intérêt privilégié aux propositions de communications portant sur l’un des trois enjeux suivants : traiter le risque comme une maladie ; organiser la clinique du risque ; prévenir en population par des traitements individuels.

 

Les Inscription ont lieu auprès de : Cindy Hemery (chemery@vjf.cnrs.fr)

Pour toute autre information : Nicolas Henckes (henckes@vjf.cnrs.fr), Jean-Paul Gaudillière (gaudilli@vjf.cnrs.fr)


Jeudi 5 décembre / Thursday, December 5th

Matin

9.30 – Jean-Paul Gaudillière & Nicolas Henckes (CERMES3)

Accueil des participants et introduction générale / Welcome and general introduction.

Keynote

10.00 – Nikolas Rose (Department of Social Science, Health and Medicine – King’s College London)

Predictive, Preventive, Personalized – and Participatory? Psychiatry and the new rationality of medicine.

 

11.00-11.15 – Café / Coffee

Le risque comme pré-maladie / Risk as Pre-disease

11.15 – Baptiste Moutaud (CERMES3)

Constructing and intervening on patient risk: Controversies in the field of early psychosis

 

12.00 – Isabelle Ville (CERMES3)

Un arbitrage clinique : la gestion des risques en médecine fœtale

 

12.45-14.00 Déjeuner / Lunch

Après-midi/Afternoon

Traiter les risques/Treating risks

14.00 – Janina Kehr (Institute and Museum of the History of Medicine – University of Zurich)

Risky treatments? Multiresistance and sacrificial populations in 21st Century Tuberculosis Control

 

14.45 – Vinh-Kim Nguyen (Département de Médecine Sociale et Préventive de l’Université de Montréal)

Exploring clinical reason today: the population-laboratory and the rise of the algorithm

 

15.30-15.45 – Café / Coffee

 

15.45 – Christoph Gradmann (Institute of Health and Society – University of Oslo)

Stalking microbes : Infectious risks, hospital hygiene and the natural history of infectious diseases in the late 20th century.

 

16.30-17.30 Introduction générale introduite par / General discussion introduced by Soraya Boudia (LATTS – Université Paris-Est)

 

Vendredi 6 décembre / Friday, December 6th

 

Matin / Morning

Keynote

10.00 – Robert Aronowitz (Department of History and Sociology of Science – University of Pennsylvania)

The social and psychological efficacy of risk interventions

Gérer le risque, gérer le cancer / Managing risk, managing cancer.

11.00 – Carsten Timmermann (Centre for the History of Science, Technology and Medicine- The University of Manchester)

Lung Cancer. Risk management and the making of a recalcitrant disease.

 

11.45 – Ilana Lowy (CERMES3 – INSERM)

A risky prevention: Tamoxifen and the reduction of breast cancer risk

Après-midi / Afternoon

La clinique du risque / The clinic of risk

14.00 – Marie-Jauffret (CERMES3 – INSERM)

La gestion du risque dans le champ des addictions : Enjeux et tensions autour de la place du médicament.

14.45 – Anne Lovell (CERMES3 – INSERM)

Chronic risk and leaky treatments: Risks and stakes in biomedicalizing addiction

 

15.30-15.45 – Café / Coffee

 

15.45 – Adam Hedgecoe (School of Social Sciences – University of Cardiff)

From risk to uncertainty. Genome sequencing and the clinic.

 

16.30-17.30 – Introduction générale introduite par / General discussion introduced by George Weisz (Department for the Social Study of Medicine – McGill University)