Appel à communication - Les mobilisations dans le domaine de la santé

20 avril 2012
Par

Appel à communication - 
Les mobilisations dans le domaine de la santé 
  • Date prévisionnelle: 13 novembre 2012
  • Lieu: EHESS
  • Date limite d’envoi des propositions de communication : 29 juin 2012
  • Contact et organisation :
Les propositions à faire parvenir aux organisateurs comprendront entre 3000 et 4000 signes, et devront être envoyées par courriel, en pièce jointe, à l’adresse suivante :
mouvementsante2012ehess@gmail.com au plus tard le 29 juin 2012
Les auteurs des propositions retenues en seront informés au plus tard en septembre.
Merci de contacter les organisateurs pour toute autre information concernant cet appel à communication et la journée d’étude à la même adresse mail.
  • Résumé :
Les processus de  sanitarisation de problèmes sociaux, les luttes pour la légitimité de l’expertise (et de la contre-expertise) et pour la conquête de droits des malades et usagers témoignent de la complexité des rapports entre santé et politique Dès lors, quelles approches sont en mesure de rendre compte de la réalité des mobilisations d’acteurs sociaux divers, de leurs expériences militantes et des revendications qu’ils formulent au sein de ce contexte général ? Quels éléments d’analyse la sociologie de l’action collective et des mouvements sociaux peut-elle offrir à des recherches où s’articulent « santé » et « mobilisations » ?
Organisée par de jeunes chercheur-e-s, avec le soutien du Réseau Santé & Société, cette journée d’étude, questionnera les choix et les implications des options méthodologiques à l’œuvre aujourd’hui, dans les recherches sur les mobilisations collectives impliquant des enjeux de santé.
  • Argumentaire :
Si les mobilisations dans le domaine de la santé ont fait l'objet de nombreux travaux en sociologie, elles ont moins souvent été étudiées par l'histoire et la science politique, et n'ont que rarement été abordées dans une perspective de mouvement social, bien qu'elles s'inscrivent dans la définition minimale des mouvements sociaux comme « formes d'action collective concertée en faveur d'une cause »1. Les auteurs d’une monographie parue en 2005, qui constatent cette relative étanchéité entre champs de recherche, définissent les mouvements sociaux de santé comme « des formes d’actions collectives contestant les politiques de santé, les politiques de santé publique et leurs pratiques, systèmes de croyance, et modalités de recherche »2.
Les travaux comparatifs manquent : ils permettraient de déterminer les conditions de développement, d'échec ou de succès des mobilisations sociales de santé selon les contextes nationaux et historiques. Pourquoi, par exemple, y a-t-il un mouvement puissant contre le cancer du sein aux Etats-Unis et pas en France ? Peut-on identifier un lien causal entre l'affaiblissement du mouvement syndical et l'émergence d'un mouvement de lutte pour la santé au travail ? Pour rendre compte de la marginalité de certaines mobilisations dans le champ des recherches sur les mouvements sociaux et le militantisme, certains auteurs, travaillant notamment sur les mouvements de femmes3, avancent plusieurs raisons : ces mobilisations sont difficiles à placer sur l'axe politique gauche/droite ; il est délicat de situer leurs militants selon une distinction outsiders/insiders puisque des contestations dans ce champ ont été observées à l'intérieur d'institutions dominantes. Cette journée d'étude s’interrogera sur la pertinence des cadres d'analyse classiques des mouvements sociaux (mobilisation des ressources, structure des opportunités politiques, analyse des cadres de l'action collective) pour les mobilisations dans le domaine de la santé. Il s'agira de rendre compte d'une éventuelle spécificité de ces mobilisations dans l'espace des mouvements sociaux.
Par ailleurs, nous réfléchirons sur le rôle des mobilisations en santé dans la « construction des problèmes publics »4 en analysant le rapport entre la production de problèmes publics, ou « niches écologiques »5 dans le domaine de la santé d’une part, et les opportunités politiques liées aux enjeux de santé d’autre part. La dimension de transnationalisation sera également abordée. Cette dimension interroge notamment la reproduction des inégalités dans la mise en œuvre de mobilisations et l'éventuelle dépolitisation qu'ils sont en mesure de provoquer.
Sans chercher à définir a priori un ou des mouvements sociaux de santé, nous considérons que l’absence de définition des limites du mouvement social fait partie de sa définition6 et prendrons pour objet toute mobilisation portant sur des questions de santé, afin de décrire les enjeux, les pratiques des acteurs et les rapports de coopération/concurrence entre divers types de mobilisations entre elles et avec le champ médical et le monde politique.
Il s’agira entre autres de décliner, dans le champ de la santé, la question des rapports entre les institutions et leur critique, et plus généralement de déterminer les formes de critique portées par les mobilisations sociales de santé et la manière dont elles sont susceptibles de s'inscrire dans le paysage des mouvements sociaux.
Ces problématiques se construisent autour de deux axes qui constitueront la trame de cette journée d'étude :
Axe 1 : Ce que les mouvements sociaux font à la santé :
Comment modifient-ils les politiques publiques de santé ? Contribuent-ils à la médicalisation de problèmes sociaux ou la contestent-ils ?
Quels rapports entretiennent-ils avec l'autorité professionnelle ? Comment conjuguent-ils la dépendance à l'expertise médicale et sa critique ? Comment se situent-ils dans la tendance plus large d'implication du public dans la production de connaissances scientifiques ? Est-ce qu'ils contribuent à l'impulser ou est-ce que leur existence est l'un des effets de cette tendance ?
Comment modifient-ils les identités individuelles et collectives des malades ?
Axe 2 : Ce que la santé fait aux mouvements sociaux :
Comment les questions humanitaires et les politiques du traumatisme modifient la mise en récit des revendications politiques et les stratégies d'action des mouvements sociaux ? La tendance actuelle à la redéfinition de certaines questions sociales en problèmes de santé représente-t-elle un affaiblissement des droits civils, ou est-elle un moyen de consolidation des droits formels en droits réels ?
Y a-t-il des répertoires d'action propres aux mouvements de malades ? Comment les mouvements de santé usent-ils de répertoires culturels excédant la notion de santé pour atteindre leurs buts ?
Comment se situent les mobilisations en santé, entre entreprise morale (ligues philanthropiques, action humanitaire), construction d'une contre-culture de santé (self-help, santé communautaire), actions de « développement » au Sud et différentes formes de critique sociale ?
Comment les mouvements sociaux de santé choisissent-ils leurs dépendances (subventions étatiques pour des prestations de services aux malades ou campagnes préventives, financement par des laboratoires pharmaceutiques, alliance avec d'autres secteurs du mouvement social, bailleurs ou partenaires du Nord, etc.) ?
Mots-Clés : Santé – Mouvements sociaux – Sociologie du militantisme – Logiques humanitaires – Politiques sociales.
  • Organisateurs :
Julie Castro, médecin, doctorante en anthropologie, EHESS-IRIS/ URMIS-IRD

Benjamin Derbez, doctorant en sociologie, EHESS- IRIS/INCa


Maud Gelly, médecin, doctorante en sociologie, UP8/ CSU


Gabriel Girard, doctorant en sociologie, EHESS-CERMES3

Caroline Izambert, doctorante en histoire, EHESS-CRH


Giacomo Mantovan, doctorant en anthropologie, EHESS-CRH/CEIAS


Alice Romerio, masterante en science politique, UP8-LabTop


Victor Royer, doctorant en anthropologie, EHESS-IRIS

Frédéric Vagneron, doctorant en histoire, EHESS-CRH

Arthur Vuattoux, doctorant en sociologie, UP13 –IRIS
Neveu, E. (1996), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La découverte, p. 11.
2 Phil Brown et Stephen Zavestoski, « Social Movements in Health: An Introduction », Sociology of Health & Illness 26, no 6 (septembre 1, 2004): 679–694.
Bereni, L. et al. (2010), « Quand les mouvements féministes font (avec) la loi », Nouvelles questions féministes, vol.29, n°1.
Cefaï, D. (1996). « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, vol.14, n°75, p.43-66.
Hacking, I. (2002), Les fous voyageurs. Paris, Les empêcheurs de penser en rond. (F. Bouillot, Trad.)
Mauger, G. (2003), « Pour une politique réflexive du mouvement social », in Cours-Salies P, Vakaloulis M. (dir.), Les mobilisations collectives : une controverse sociologique, Paris, PUF, p. 33.

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Appels à contribution

Laisser un commentaire

Contact

Pour publier une annonce, envoyez un mail à : corpsetmedecine@gmail.com