Parution – Social history of medicine

Parution – Social history of medicine

Social history of medicine, Volume 23, Number 2, August 2010

Philip Rieder
Miracles and Heretics: Protestants and Catholic Healing Practices in and around Geneva 1530–1750
Pierre-Yves Donzé
Studies Abroad by Japanese Doctors: A Prosopographic Analysis of the Nameless Practitioners, 1862–1912
Neil Carter
The Rise and Fall of the Magic Sponge: Medicine and the Transformation of the Football Trainer

Vanessa Heggie
A Century of Cardiomythology: Exercise and the Heart c.1880–1980
Social History of Medicine Advance Access published on November 24, 2009
Soc Hist Med 2010 23: 280-298; doi:10.1093/shm/hkp063 [Abstract] [FREE Full Text] [PDF] Creative Commons License OPEN ACCESS

Parution – The journal of medicine and philosophy

Parution – The journal of medicine and philosophy

The journal of medicine and philosophy, Volume 35, Number 4, August 2010

Jennifer A. Bulcock
Introduction
Mark T. Nelson
Y and Z Are Not Off the Hook: The Survival Lottery Made Fairer
Benjamin Sachs
Lingering Problems of Currency and Scope in Daniels’s Argument for a Societal Obligation to Meet Health Needs
Terrance Mcconnell
Genetic Enhancement, Human Nature, and Rights
Walter Block
A Libertarian Perspective on the Stem Cell Debate: Compromising the Uncompromisible
Shane Nicholas Glackin
Tolerance and Illness: The Politics of Medical and Psychiatric Classification
Ping-Cheung Lo
A Confucian Philosophy of Medicine and Some Implications
Edwin C. Hui
The Contemporary Healthcare Crisis in China and the Role of Medical Professionalism

Parution – Bulletin of the history of medicine

Parution – Bulletin of the history of medicine

Bulletin of the history of medicine, Volume 84, Number 2, Summer 2010

The Zhang on Chinese Southern Frontiers: Disease Constructions, Environmental Changes, and Imperial Colonization, Bin Yang

Working Ethics: William Beaumont, Alexis St. Martin, and Medical Research in Antebellum America, Alexa Green
“Dancing on Eggs”: Charles H. Bynum, Racial Politics, and the National Foundation for Infantile Paralysis, 1938–1954, Stephen E. Mawdsley
Habituating Individuality: The Framing of Tuberculosis and Its Material Solutions in Republican China, Sean Hsiang-lin Lei

Colloque – Les sens et les sciences sociales. Rencontres Sensorielles

Colloque – Les sens et les sciences sociales. Rencontres Sensorielles

Lundi 27 septembre 2010  |  Liège et Bruxelles (Belgique)

Ce colloque a pour objectif de faire le point sur les débats contemporains de l’anthropologie sensorielle et de rassembler des chercheurs inscrits dans des perspectives différentes mais partageant un fort intérêt pour les usages sociaux des sens.

L’expérience sensorielle est devenue depuis quelques années un terrain d’interrogation pour de nombreuses disciplines des sciences sociales. A côté de l’étude de ses aspects psychologiques et physiologiques s’est développée une investigation rigoureuse de la dimension sociale et anthropologique des modalités sensorielles. Un nombre croissant de chercheurs investissent ce domaine selon des perspectives diverses (pragmatiste, culturaliste, cognitive, phénoménologique, …) et avec des objets variés (mémoire, alimentation, culture matérielle, savoirs et savoir-faire, rapports de genre, …). Face à ce foisonnement d’approches et d’intérêts, le présent colloque a pour but de donner une visibilité à ce domaine de recherche et de confronter  les multiples lectures qu’il suscite.

Quels sont les rapports entre le façonnement du corps et des sens et le façonnement de l’environnement vécu ? Quels modèles pour penser la mobilisation sociale des sens ? Comment s’opère l’évocation d’une modalité sensorielle par une autre (dans l’art ou le marketing, par exemple) ? Comment l’expérience du familier ou de l’intime peut-il s’élaborer à travers le partage de savoirs sensoriels ? Comment les usages des sens dans une société conditionnent les manifestations ou le ressenti des émotions ? Quel rôle les modalités sensorielles jouent-elles dans le partage et l’expression d’une identité communautaire ? Comment les sens sont-ils utilisés pour construire la communication avec le divin ou l’au-delà ? En quoi l’intérêt porté aux sens, notamment ceux dits secondaires (toucher, goût, odorat), des acteurs comme de l’ethnographe, peut-il enrichir la description et l’analyse du terrain ethnographique ? Quels outils sont les plus pertinents pour aborder la dimension culturelle de la perception ? Ce sont là, à titre d’illustration, quelques axes d’interrogations parmi de nombreux autres.

Trois axes thématiques ont été retenus pour orienter les débats, autour de la notion de « rencontre sensorielle » :

  • la mise en résonnance et en dialogue des différentes perspectives qui traitent des sens en sciences sociales (inspirations culturalistes, phénoménologiques, pragmatistes, cognitivistes, …) ;
  • l’élaboration d’outils théoriques et méthodologiques pour examiner la question de l’influence réciproque des modalités sensorielles en situation et les effets de synesthésie, à la fois quant à la construction de savoirs ou de représentations et à l’usage pratique des sens dans un contexte d’activité donné ;
  • sur un plan disciplinaire enfin, l’apport de  l’anthropologie sensorielle à d’autres domaines de recherche en sciences sociales (politique, économie, santé, etc.) et à la pratique de l’ethnographie (quel usage réflexif des sens sur le terrain par l’ethnographe ? quels outils mettre en place pour accéder à l’expérience sensorielle de l’autre ?).

Ces questionnements seront de préférence abordés à partir de recherches de terrain qui situent l’expérience sensorielle dans son contexte social et culturel. Les communications et débats se feront en anglais ou en français.

Lieux

Centre Culturel des Chiroux, 8 Place des Carmes, Liège (le 27 septembre)

Salle des Professeurs, Université de Liège, Place du XX août, Liège (le 28 septembre)

Salle Vision, Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, 50 Avenue Franklin D. Roosevelt, Bruxelles (le 29 septembre)

Programme

Lundi 27 septembre

Matinée  9h15-12h45

9h15 – 10h : Accueil et Ouverture

Session 1 – Ethnographier les sensorialités / Ethnography and the senses

10h – 10h45 :

Paul Stoller (Université de Philadelphie, USA) : (tire à préciser)

10h45 – 11h10 :

Dinah Jung (University of Heidelberg, Allemagne) : The Ritual Use and Significance of Aromatics in East Asia.

11h10-11h30 : pause

11h30 – 12h20 :

Marie-Luce Gelard (Université Paris Descartes, France) : Rencontre des genres et allégorie du féminin : encensement et parfums à brûler en contexte saharien (Aït Khebbach).

Cameron D. Warner (Aarhus University, Danemark) : Senses and Agency in Thibetan Buddhist Material Culture.

12h20-12h45 : discussion

Déjeuner

Après-midi  14h15-17h30

Session 2 – Pragmatiques des sens / Sensory pragmatics

14h15 – 15h :

Antoine Hennion (Mines-Paris Tech, France) : (titre à préciser)

15h – 15h50 :

Laurent Legrain (Université Libre de Bruxelles, Belgique) : Éduquer l’ouïe : le continuum vocal comme outil d’analyse de la transmission d’un attachement au chant.

Alessia Florilio (Università degli Studi di Perugia, Italie) : L’incorporation de la localité : marchandise et patrimoine dans la « dégustation culturalisée ».

15h50 – 16h15 : pause

16h15 – 16h55 :

Benedicte de Villers (Université de Liège, Belgique) : Peur, méfiance et phobie des chiens : ethnographie d’interactions sensorielles quotidiennes entre hommes et animaux.

Julien Bondaz (Université Lumière Lyon 2, France) : Rencontre olfactive entre humains et non-humains dans les parcs zoologiques d’Afrique de l’Ouest.

16h55-17h30 : discussion


Mardi 28 septembre

Matinée 9h-12h15

Session 3 – Médias, discours et pratiques sensibles / Medias, discourses and practices of the senses

9-9h45 :

Michael Bull (University of Sussex, G-B) : (titre à préciser)

9h45-10h35 :

Julia Yezbick (Harvard University, USA) : Senses, Affect and Materiality : articulations of the Catholic Charismatic Renewal.

Lionel Detry (Université de Louvain-la-Neuve, Belgique) : L’usage de la musique pour la configuration de l’espace sonore.

10h35-11h : pause

11h-11h50 :

Anthony Pecqueux (EHESS-Marseille, France) : John L. Austin et la description de la perception.

Viktoria Von Hoffman (Université de Liège, Belgique) : Prolégomènes à une histoire culturelle des sensorialités basses. Enjeux et méthodes.

11h50-12h15 : discussion

Déjeuner

Après-midi 13h45-17h

Session 4 – Saisir l’ambiance / Capturing the atmosphere

13h45-14h30 :

Jean-Paul Thibaud (CRESSON, France) : Quand le sensible infuse l’enquête.

14h30-15h20 :

Olivier Gosselain (Université Libre de Bruxelles) et Jean-Michel Decroly (University of Witwaterstrand, South Africa) : Promenade sensorielle à travers Bruxelles : convergence et dissonance des expériences

Julien Delas (CRESSON, France) : Les parcours « en aveugle » : une méthode d’investigation de l’intersensorialité in situ.

15h20-15h45 : pause

15h45-16h35 :

Olivier Labussière (Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement, France) et Laurent Matthey (Institut des Sciences de l’Environnement, Suisse) : Potentialité du sensible, vitalité de l’urbain. Aux limites de la synthèse dans la pensée de Simmel

Olivier Feraud (EHESS, France) : L’étude qualitative du sonore. Une approche ethnologique des environnements sonores à Naples.

16h35-17h : discussion

Mercredi 29 septembre

Matinée 9h-12h15

Session 5 – Sens et cognition / Senses and cognition

9-9h45 :

Joel Candau (Université de Nice Sophia-Antiopolis, France) : Une théorie sensorielle de l’identité ?

9h45-10h35 :

Olivier Whatelet (Université de Nice Sophia-Antiopolis, France) : Un exemple d’ethnographie cognitive des perceptions. Les cheminements olfactifs comme technique des sens.

Arnaud Halloy (Université de Nice Sophia-Antiopolis, France) et Véronique Servais (Université de Liège, Belgique) : Enchanting Gods and dolphins: A cross-cultural analysis of uncanny encounters.

10h35-11h : pause

Session 6 – Perception et phénoménalité / Perception and phenomenality

11h-11h50 :

Andrew Whitehouse (University of Aberdeen, G-B) : One with the birds ? Listening through recording and imitation.

Petra T. Kalshoven (University of Manchester, G-B) : Les sens du savoir-faire : la leçon des amateurs.

11h50-12h15 : discussion

Déjeuner

14h-14h45 :

Tim Ingold (University of Aberdeen, G-B) : Sensing the world and worlds of sense.

14h45-16h : table ronde – conclusion

INSCRIPTION

L’inscription au colloque est obligatoire. Pour s’inscrire, envoyer un mail avant le 13 septembre  2010 à l’adresse plcolon@ulg.ac.be Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. en précisant vos noms et prénoms ainsi que votre institution.

Les droits d’inscription s’élèvent 10 euros, comprenant l’accès aux conférences des trois journées et les pauses cafés. Ils peuvent être réglés sur place à l’accueil ou par virement bancaire (voir site du colloque).

L’entrée est libre pour les étudiants de master des universités belges.

ORGANISATION

Site du colloque : http://www.lasc.ulg.ac.be

Comité d’organisation :

  • Paul-Louis Colon (LASC, Université de Liège),
  • Anne-Laure Cromphout (LAMC, Université Libre de Bruxelles)
  • Bénédicte de Villers (LASC, Université de Liège)

Comité scientifique :

  • David Berliner (LAMC, Université Libre de Bruxelles),
  • Laurent Legrain (LAMC, Université Libre de Bruxelles),
  • Pierre Petit (LAMC, Université Libre de Bruxelles),
  • Anna Poujeau (LASC, Université de Liège),
  • Elodie Razy (LASC, Université de Liège),
  • Benjamin Rubbers (LAMC/LASC, Université Libre de Bruxelles/Université de Liège),
  • Véronique Servais (LASC, Université de Liège),
  • Bénédicte Schoonbroodt (Pôle Sud/LASC, Université de Liège).

Ce colloque a reçu le support du F.R.S.-FNRS et de l’Université de Liège.

Colloque – Équiper la santé. L'économie de l'instrumentation médicale en Europe et dans les colonies, 1600-1850

Colloque – Équiper la santé

L’économie de l’instrumentation médicale en Europe et dans les colonies, 1600-1850

Fitting for Health

The economy of medical technology in Europe and the colonies, 1600-1850

Jeudi 02 septembre 2010  |  Paris (75005)

En dépit de l’importance des techniques pour le diagnostic et les pratiques thérapeutiques depuis la Renaissance, nous avons une connaissance insuffisante de la nature de l’équipement médical, de ses usages, de sa production et de sa commercialisation. Pourtant, des études récentes ont souligné l’importance, dès le XVIIe siècle des forceps, le rôle de la céramique dans le stockage et la commercialisation des drogues, les bandages en métal largement commercialisés auprès des soldats et des ouvrières, ou encore l’essor de la publicité médicale dans les journaux. Le colloque international qui se tiendra à l’École normale supérieure et à l’Académie nationale de médecine (Paris) rassemblera des spécialistes de différentes disciplines, afin de contribuer à l’histoire européenne de l’équipement médical.

Jeudi 2 septembre 2010

École normale supérieure (salle des Résistants)

9h. Accueil des participants

9h30. Introduction Équiper la santé : les techniques de la médecine à l’époque moderne. Christelle Rabier, Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-CNRS
10h-12h30. « Matières médicales » : l’approvisionnement de l’industrie médicale en Europe

  • Importer le quinquina dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècle. Samir Boumediene, École normale supérieure Lettres et sciences humaines (Lyon)

10h45-11h – Pause

  • Instruments de chirurgie et développement de l’industrie de l’acier dans l’Europe du XVIIIe siècle. Chris Evans & Alun Whitey, University of Glanmorgan
  • Drogues pour améliorer la santé : la science de Paolo Mantegazza et la commercialisation de la coca (fin XIXe s.).Dolores Martin, Queen Mary University (Londres)
  • Discutante : Lissa Roberts (University of Twente)

14h-17h. Technologie médicale ou médecine technique ? Redéfinir la médecine par ses instruments

  • L’écriture et le cahier d’observation : l’outil du médecin philosophePhilip Rieder, Université de Genève
  • « J’ai dit à votre serviteur de me commander une petite électricité au marchand qui a fait la vôtre » : les machines dans la pratique de l’électricité médicale en France au XVIIIe siècleFrançois Zanetti, Université de Paris 10-Nanterre

15h15-15h30 – Pause

  • Diagnostiquer la surdité : l’instrumentation et la fabrique de l’autorité chirurgicale à Londres au XIXe siècle. Jaipreet Virdi, University of Toronto
  • Discutant : Colin Jones (Queen Mary, University of London)

Vendredi 3 septembre 2010.

Académie nationale de médecine
9h30-12h30. Dynamiques du marketing médical

  • L’instrumentation de soi : la commercialisation des bandages métalliques au XVIIIe siècleLiliane Pérez, CDHTE, Conservatoire des Arts et métiers (Paris) et Christelle Rabier (IHMC)
  • « Viser à l’immensité ». La construction d’un réseau mondial de diffusion pharmaceutique à partir de Marseille auXVIIIe siècle. Nicole Bardiot, Université de Paris-1

10h45-11h – Rafraîchissements

  • La mondialisation des corps : comparaison des stratégies de commercialisation des fabricants de modèles anatomiques Anna Maerker, Oxford Brookes University (Oxford)
  • Matière de l’intime, matière honteuse : commerce et déclinaisons du caoutchouc médical, 1840-1914Manuel Charpy,Université François-Rabelais (Tours)
  • Discutant : Patrick Wallis, London School of Economics

14h-17h. Consommation ou production ? Le commerce de l’instrumentation médicale

  • L’hôpital consommateur : les outils de la médecine de l’Hôtel-Dieu de Marseille aux XVIIe et XVIIIe sièclesJudith Aziza, TELEMME, MMSH (Aix-en-Provence)
  • Suppléer au quinquina au xixe siècle : l’économie politique des fébrifuges selon l’administration navale et coloniale ;Grégory Bériet, CRHIA, Universités de Nantes/ La Rochelle

15h15-15h30 – Pause

  • La boutique de l’apothicaire irlandais : le commerce de l’automédication et des cassettes de remèdes, vers 1800-1840.Emma O’Toole
  • Conquérir et conserver les marchés médicaux : les catalogues de l’industrie médicale en Grande-Bretagne, 1830-1880.Claire Jones, Centre for History & Philosophy of Science, University of Leeds
  • Discutante : Dominique Margairaz, Université de Paris-1
  • Paris (75005) (Ecole normale supérieure 45, rue d’Ulm / Académie nationale de médecine 16, rue Bonaparte)
  • Christelle Rabier
    courriel : christelle [point] rabier (at) gmail [point] com

    Institut d’histoire moderne et contemporaine
    Ecole normale supérieure
    45, rue d’Ulm
    75005 Paris

Appel à contribution – Crises des soins

Appel à contribution – Crises des soins

Vendredi 15 janvier 2010

Appels à contribution pour la revue suisse d’histoire traverse (2/2012) sur les situations de crises dans le domaine des soins infirmiers et de la santé en Suisse.

PflegeKrisen. Crises des soins
traverse – Zeitschrift für Geschichte. Revue d’histoire 2/2012.

Dès la moitié du 19e siècle jusqu’à nos jours, un schéma discursif a accompagné l’établissement et l’autonomisation des professions des soins infirmiers et de la santé en Suisse : le discours sur les crises des soins (des aspects structurels comme par exemple le manque de personnel) ou sur les crises dans les soins (des aspects de la pratique comme par exemple le manque de temps). Les services des religieux, de la diaconie et/ ou des soins professionnels ainsi que les soins non rémunérés dans le cadre familial couvraient certes les besoins en soins d’une certaine manière; néanmoins différents aspects des conditions de ces soins ont été perçus et interprétés comme étant inacceptables. Ainsi, dans l’optique des revendications de la profession médicale par exemple, des descriptions de crises ont visé d’une part aussi bien les soins prodigués par des fondations religieuses et des institutions de soins infirmiers que les soins familiaux et individuels, d’autre part aussi bien les conditions des soins que le savoir traditionnel et les pratiques.
Comme les activités de prendre soin et de soigner ont été attribuées à la nature féminine et à la sphère privée, aucune autonomie dans les compétences professionnelles n’a été reconnue aux professionnelles en soins infirmiers pendant longtemps et leur savoir n’a implicitement pas ou que marginalement été pris en considération. Ce n’est que lentement et partiellement que les professionnels des soins ont pu obtenir l’autorité socialement reconnue de définir les besoins en soins sur la base de leur savoir (de soignant) et pu acquérir des ressources pour les gérer. Ces restrictions des soins professionnels ont par contre favorisé le développement de conditions de soins difficiles et en même temps leur dénonciation.
La notion de « crise des soins » est utile en tant que catégorie de perception qui comprend aussi bien des situations structurelles et des évènements que la manière de les interpréter. Elle permet un questionnement à différents niveaux : quels sont les éléments qui caractérisent les discours se référant aux situations aiguës ou aux crises des soins à leurs époques respectives ? Quel/les acteurEs les ont influencés et de quelle manière ? Quelles dynamiques ont développé des discours de crise ? Quels problèmes ont été intégrés et lesquels ont été exclus ? Quels développements sociaux, politiques ou spécifiquement professionnels les ont précédés ou déclenchés ? Quelles significations revêtait le terme de crise à l’intérieur de la science des soins, son enseignement et sa pratique ?

Des contributions historiques sur les « crises des soins » dans les dimensions suivantes sont les bienvenues :

  • Phases de développement : la professionnalisation des soins dans le contexte de l’histoire de la médecine, de la santé, du travail lié au gendre, l’éducation et l’activité professionnelle ;
  • Perspectives de la perception : de l’extérieur et de l’intérieur, de la culture du quotidien, des positions médicales et sociopolitiques, des avis des experts, professionnels/elles ou auxiliaires dans le secteur des soins ;
  • Aspects des soins : action indépendante, domaines autonomes et médicalement prescrits, compétences et caractéristiques des soignants, la relation entre la théorie, la science des soins infirmiers et la pratique.
Résumés d’une page maximum à envoyer jusqu’au 15 janvier 2010 à : Sandra Bott (Sandra.Bott@unil.ch) et Sabina Roth (sf.roth@bluewin.ch). Date limite de la soumission de l’article prêt à imprimer de 25’000 à 30’000 caractères : jusqu’au 15 septembre 2011.
Contact
  • sandra bott
    courriel : sandra [point] bott (at) unil [point] ch

    Université de Lausanne
    Anthropole
    IHES
    1015 Lauasnne
    Suisse

Colloque international – Histoire du cancer, 1750-1950

Colloque international – Histoire du cancer, 1750-1950

Toulouse, 20, 21 et 22 janvier 2011

Télécharger le programme (pdf)

Contact :

Christine Bauza-Ruiz

CNRS-UMR 5136 FRAMESPA,

bauza@univ-tlse2.fr

Université de Toulouse II-Le Mirail,

Maison de la Recherche,

5, allées Antonio Machado,

31058 Toulouse Cedex 9 (France)

Emploi – Postdoc position Theory & History of Psychology at Groningen University

Postdoc position Theory & History of Psychology at Groningen University

Applying instruments and concepts from the fields of History & Philosophy of Science and Science & Technology Studies, the T&G group focuses on three themes: social technology, memory and forgetting and neurobiological selves.

This temporary position is open to candidates with a recent relevant PhD, combining, for instance, psychology with philosophy, sociology or anthropology. The ideal candidate has already published one or more articles in this interdisciplinary area.

The position is temporary for a period of 18 months (fulfilling it on a part time basis and combining it with a part time temporary teaching position may be negotiable).
Application deadline September 6 2010, interviews in the week of September 13.
http://www.academictransfer.com/employer/RUG/vacancy/5353/lang/en/

Prix – Société de Philosophie des Sciences

Prix – Société de Philosophie des Sciences

La Société de Philosophie des Sciences organise en 2010 la seconde édition de son Prix « Jeunes Chercheurs ». Ce Prix récompense un doctorant ou un jeune docteur (thèse soutenue en 2005 ou après) pour une contribution dans le domaine de la  philosophie des sciences.

Les candidats doivent faire parvenir avant le 30 septembre 2010 à SPSjeuneschercheurs@gmail.com un article de leur choix publié en 2008 ou après, ou non-publié. A cette date, les candidats devront être membres, à jour de leur cotisation, de la Société de Philosophie des Sciences (voir http://www.sps.ens.fr ).

Le Prix Jeunes Chercheurs est doté de 300 euros. Le jury proposera les meilleures soumissions non encore publiées pour une publication dans la revue de la Société de Philosophie des Sciences qui verra le jour en 2011.

Parution – Bulletin of the History of Medicine

Parution – Bulletin of the History of Medicine

Bulletin of the History of Medicine, Volume 84, Number 1, Spring 2010

Decline and Decadence in Iraq and Syria after the Age of Avicenna?: ‘Abd al-Laṭīf al-Baghdādī (1162-1231) between Myth and History
In the Balance: Weighing Babies and the Birth of the Infant Welfare Clinic
« Suitable Care of the African When Afflicted With Insanity »: Race, Madness, and Social Order in Comparative Perspective
Questioning the Medical Fringe: The « Cultural Doxy » of Catholic Hydropathy in Belgium, 1890-1914

Appel à communication – Des images du corps aux mots du sujet : L’immersion corporelle dans l’imaginaire contemporain

Appel à communication – Des images du corps aux mots du sujet : L’immersion corporelle dans l’imaginaire contemporain

Un appel à communication est lancé pour le symposium Des images du corps aux mots du sujet : L’immersion corporelle dans l’imaginaire contemporain, organisé par Bernard Andrieu et Alexandre Klein au sein du 9e congrès international de l’International Association of Word and Image Studies / Association internationale pour l’étude des rapports entre texte et image (AIERTI /IAWIS) qui se tiendra à l’Université du Québec à Montréal du lundi 22 au vendredi 26 août 2011. L’argumentaire est disponible sur le site web du congrès :
http://aierti-iawis-2011.uqam.ca/des-images-du-corps-aux-mots-du-sujet-l-immersion-corporelle-dans-l-imaginaire-contemporainfrom-body.
Les propositions de communication de 300 mots maximum devront être accompagnées d’une notice biobibliographique de 100 mots maximum (en format de document Word, police 12, Times roman. Merci de préciser vos nom, prénom, affiliations universitaire et départementale, le titre de la séance ainsi que le titre de votre communication).

La date limite de dépôt des propositions de communications est le vendredi 1 er octobre 2010. Merci de vous assurer d’envoyer la proposition de communication à l’adresse électronique du responsable de séance ainsi qu’au comité organisateur du congrès à iawis2011@gmail.com.

Annonce

La culture populaire reflète les images d’un corps fantasmé, un corps idéalisé, un corps mis en culture par des rêves, des idéologies, des utopies, par un imaginaire du corps qui flirte entre l’hybridité et la perfection. Extension de pratiques, usages et représentations scientifiques ou artistiques qui chaque jour concrétisent ce corps nouveau, l’imaginaire contemporain met en avant la construction identitaire inhérente à ce renouveau du corps.
A partir d’une analyse pluridisciplinaire des discours et images impliqués et/ou développés autour de ces pratiques, nous souhaitons interroger la constitution d’un sujet corporel dont les formes et modalités d’existence trouvent leur source et leur potentiel de déploiement dans l’imaginaire. Hybridation, virtualisation, amélioration, incarnation, immersion ou subjectivation s’imposeront ainsi comme des grilles de lecture des liens qui se tissent entre les images du corps et les mots du sujet, liens renouvelant le rôle de l’imaginaire dans l’existence sociale et individuelle des sujets corporels contemporains.

From Body’s Images to Subject’s Words: the Bodily Immersion in the Contemporary Imaginary

Mainstream culture suggests images of a fantasized and idealized body. This “Cultural Body” is driven by dreams, ideologies and utopias: an Imaginary Body nesting between hybridity and perfection. Nowadays, scientific to artistic representations, practices and manners confirm this “new” body, rushing Contemporary Imaginary to its “body revival” identical build-up.

From a multidisciplinary analysis of speeches and images involved and/or developed around these practices, we question the constitution of a bodily subject, among which the forms and modalities of existence find their source and potential of deployment in the Imaginary.

Hybridization, virtualization, improvement, embodiment, immersion or personification are among the tools used to highlight the links between the Body’s Images to the Subject’s Words: links renewing the role of the Imaginaryn in social and individual existence of contemporary bodily subjects.

RESPONSABLES DE LA SÉANCE  / SESSION ORGANIZERS

Bernard Andrieu, Professeur « Epistémologie du corps et des pratiques corporelles », Faculté du sport Nancy-Université/UHP, Directeur ACCORPS & LHSP Archives Poincaré UMR 7117 CNRS/ Nancy-Université, Directeur des Archives Binet, des revues Corps (ed CNRS) & « Recherches&Educations »,
http://leblogducorps.canalblog.com

Alexandre Klein, Doctorant en philosophie, LHSP Archives H. Poincaré/UMR 7117 CNRS Nancy Université – Université Nancy 2, Chercheur Archives A. Binet, Secrétaire Recherches & educations,
http://poincare.univ-nancy2.fr/Presentation/?contentId=3424

Écrire à l’adresse suivante / write to :

bandrieu59@orange.fr

Alexandre.Klein@univ-nancy2.fr

Veuillez envoyer votre proposition de communication de 300 mots maximumaccompagnée d’une notice biobibliographique de 100 mots maximum (en format de document Word, police 12, Times roman. Merci de préciser vos nom, prénom, affiliations universitaire et départementale, le titre de la séance ainsi que le titre de votre communication) avant le 1er octobre 2010 au responsable de la session ainsi qu’à iawis2011@gmail.com

Please send your submission (300 words maximum) accompanied by a short bio-bibliographical notice (100 words) in the form of a Word document, 12pt Times New Roman (please identify yourself by family name, first name, university and departmental affiliation, and include both session title and the title of your paper) before October 1st 2010 to the session organizer(s) with a copy to iawis2011@gmail.com.

Appel à contribution – Les cinq sens de la ville du Moyen Âge à nos jours

Colloque international et pluridisciplinaire

Les cinq sens de la ville du Moyen Âge à nos jours

Les 19 et 20 mai 2011

Université François-Rabelais de Tours

CeRMAHVA/Equipe « Histoire des villes »

3 rue des Tanneurs

F – 37041 Tours Cedex 1

Comité d’organisation:

Robert Beck, Ulrike Krampl, Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Le colloque « Les cinq sens de la ville » se propose d’explorer le paysage sensoriel urbain (Alain Corbin) en partant de l’expérience individuelle et collective des citadins et usagers des villes, l’expérience entendue ici comme instance de jugement (Arlette Farge), dont l’étude sera associée à celle des objets de la perception sensorielle. Il s’agira, en effet, d’historiciser le lien entre l’espace et les sens en tant que ressort essentiel de la construction de la ville comme ensemble signifiant (Jean-François Augoyard). La réalité urbaine est fabriquée à travers des « pratiques d’espace » (Michel de Certeau), au nombre desquelles on peut compter l’expérience sensorielle : la figure du citadin comme observateur sensible tout comme le paysage urbain et ses acteurs seront ainsi placés au centre de la réflexion sur la nature urbaine des sensibilités dans l’histoire. Il s’agira aussi d’aborder la ville comme lieu producteur et multiplicateur d’expériences sensorielles, par là comme un lieu attractif ou répulsif pour tous les groupes qui l’approchent, l’occupent et en font usage.

L’expérience sensorielle a elle-même une histoire et la hiérarchie des sens se réorganise en fonction de l’histoire et de l’espace géographique, culturel et social. Elle est modelée par les discours et les représentations que véhiculent les sciences, les religions, la politique, l’art et la littérature : pourquoi, par exemple, la ville du XIXe siècle peut-elle être représentée dans un cadre bucolique ? De même, il importera d’analyser la rencontre entre morale, médecine et sensibilités en ce qu’elle permet d’opérer des distinctions socio-politiques : la perception sensorielle de quartiers pauvres depuis la fin du XVIIIe siècle, celle qu’a un voyageur, amateur ou scientifique, d’une ville lointaine, les « cités » ou « quartiers » d’aujourd’hui, etc. Or, les conceptions médiévales et modernes d’un corps travaillé de l’intérieur par les humeurs tout en étant traversé par des forces naturelles et surnaturelles, invitent à réfléchir différemment sur la nature et la hiérarchie des sensations. Mais les sensibilités en milieu urbain sont également structurées par des identités de genre, qui induisent toute une gamme de possibles et d’interdits. Comment se distribuent, selon le genre, les appartenances sociales et culturelles ou encore l’âge, la hiérarchie des perceptions et leur degré d’acuité? Comment interviennent, dans la perception des villes, des sensations sous-tendues par des représentations de genre (comment s’établit le lien, par exemple, de « Paris-ville des plaisirs » à « Paris-ville de la femme »?). Par ailleurs, l’interpénétration entre les représentations et les évolutions technologiques et urbanistiques, accélérées depuis le XVIIIe siècle – l’éclairage des rues, les modes de transport (cheval, voiture, train, etc.), les infrastructures (l’eau, le gaz et l’électricité ; le tout à l’égout), etc. – constitue un des jalons majeurs de l’histoire des sensibilités urbaines. Enfin, le corps en mouvement affecte lui aussi le dispositif sensoriel. Que veut dire, finalement, « se sentir » chez soi, que veut dire être « touché » par l’autre ? Autrement dit, comment saisir l’expérience sensible de l’altérité urbaine ?

Le colloque se propose d’explorer plus spécifiquement les axes suggérés ci-dessous. S’ils sont loin d’épuiser l’ensemble des problématiques impliquées par le sujet, ils entrent en résonance avec la réflexion contemporaine sur l’histoire du genre, de l’alimentation, de l’environnement, des identités sociales et des politiques urbaines, et font appel à plusieurs disciplines:

1/ Sens, identités sociales, constructions d’altérité

Le paysage sensoriel diffère d’un quartier à l’autre, mais aussi d’une ville à l’autre, d’une culture à l’autre. Sons, voix, arômes, odeurs, couleurs, des manières de (se) regarder et de (se) toucher, gestes et mouvements interviennent dans la construction d’identités sociales, régionales et culturelles. L’ailleurs sent différemment. L’identité sensorielle d’un lieu peut devenir porteuse de distinctions sociales ou culturelles, que ce soient les « beaux quartiers » – pour dire aisés – ou la ville « exotique », étrangère aux habitudes sensorielles d’Européens, Paris, ville de l’amour, le quartier des « immigrés » ou le ghetto juif médiéval et moderne, le « Marais » parisien synonyme d’homosexualité, les berges d’un fleuve dans la ville marquées par l’activité économique et sociale qui s’y exerce (tanneries, prostitution, flâneries, etc.). Comment ces identités sont-elles contruites, comment sont-elles appropriées, quels sont leurs enjeux sociaux et politiques?

2/ Espaces et temporalités de l’expérience sensorielle

L’expérience sensorielle de la ville se décline selon le climat, les saisons, les conditions météorologiques et les temps de la journée, l’alternance des jours et des nuits: la cathédrale de Rouen vue par Claude Monet en fournit un exemple fort. Le moment et l’espace de la saisie sensorielle d’une ville peut ainsi jouer un rôle déterminant de la perception de la ville, et de l’image que l’observateur en garde.

3/ Administration, gestion et police des sensibilités dans l’espace urbain

Les autorités savent travailler l’appareil sensoriel des usagers de la ville à leur propre dessein. En cas d’alerte ou d’événements de portée collective, pour annoncer une nouvelle ou rassembler la communauté, battre le tambour, faire sonner les trompettes ou les cloches suscitent la peur, la joie, l’adhésion ou le rejet et chargent le paysage sonore d’une dimension à la fois affective et politique. Manifestations, laïques et religieuses, célébrations officielles ou processions interpellent tous les sens à la fois. Le spectacle public s’avère par là un instrument du pouvoir, mais aussi de sa contestation. Relevant d’une temporalité plus lente, l’aménagement urbain repose, depuis l’époque classique, sur une prise en compte croissante des sens (odeurs, bruits) et peut l’associer à une mise en scène d’insignes du pouvoir que ce soit par l’édification de bâtiments et de statues ou l’installation d’infrastructures publiques et de commerces. Façonner la matérialité de la ville revient à façonner les sens des citadins. Ainsi peut-on poser la question des sens heurtés, voire traumatisés dans un contexte de destruction – incendie, bombardement, inondation, tremblement de terre – qui modifie radicalement le paysage sensoriel de la ville.

4/ La ville a-t-elle un goût?

Une ville possède-t-elle son propre goût ? Croiser l’histoire urbaine et l’histoire de l’alimentation peut nous éclairer sur l’importance, dans la perception, de la représentation et de la mémoire d’un espace, que peut revêtir la cuisine locale, du café français à la taverne bavaroise, en passant par les gargotes des villes arabes et les vendeurs ambulants de thé en Inde. Comment le « terroir » s’associe-t-il à la ville, quel est le rôle d’un goût urbain dans les politiques urbaines, quels sont leurs enjeux économiques ?

5/ Histoire des sens et histoire de l’environnement

La notion moderne d’environnement s’appuie sur un discours scientifique qu’il s’agit de questionner; mais elle est autant le produit de la transformation de nos sensibilités sensorielles qui accompagne, depuis l’époque moderne, la réorganisation des sociétés occidentales. Façonnés socialement et politiquement, nos sens contribuent ainsi à la construction d’une sensibilité écologique proprement urbaine qui commence par celle des odeurs (politiques d’assainissement), complétée à l’époque contemporaine par la vue (l’haussmannisation des villes au XIXe siècle ; la ville « laide » au XXIe siècle…) et par l’ouïe (les « nuisances sonores », etc.). Plus rarement prises en compte, les couleurs y ont leur part, que ce soit pour des considérations commerciales (tourisme) ou esthétiques (reconstruction de bâtiments historiques ou patrimoniale). La mise en perspective historique permettra ainsi d’interroger l’évidence apparente d’une sensibilité, omniprésente aujourd’hui, qui oriente les politiques publiques. Par ailleurs, l’usage heuristique de la notion contemporaine d’environnement, peut apporter des éclairages inédits sur les sociétés anciennes.

Les propositions de communication (max. 1 page) sont à envoyer, par courrier électronique,

en français ou en anglais,

jusqu’au 30 novembre 2010

aux adresses suivantes:

robert.beck@wanadoo.fr

ulrike.krampl@univ-tours.fr

emmanuelle.retaillaud-bajac@univ-tours.fr

La durée des communications sera de 20 minutes. Une version écrite des communications

retenues doit être envoyée au comité d’organisation jusqu’au au 25 avril, en vue de

l’élaboration d’un reader disponible lors du colloque.

La publication des actes est envisagée.

Appel à contribution – Libertinism and baroque performativity in the 17th century

Appel à contribution – Libertinism and baroque performativity in the 17th century

Date limite : 1 septembre 2010

International one-day symposium

Tuesday November 16th 2010, Brussels.

Organized by the IDeA Research Group (RITS department of drama and audiovisual arts, Erasmushogeschool Brussel) in collaboration with VUB and Université de Paris X-Nanterre, HAR Research group.

[The symposium will be preceded by a graduate seminar for MA- and PhD-students on Monday November 15th 2010.]

Keynotes by Jeremy W. Webster (Ohio University) and Christian Biet (Université de Paris X – Nanterre, IUF).

In Sodom or the Quintessence of Debauchery, a Restoration closet drama attributed to John Wilmot, Second Earl of Rochester (1647-1680) and posthumously published in 1684, Bolloxian, King of Sodom, prescribes sodomy as the sole acceptable sexual practice. This simple and straightforward pornographic joke serves as the starting point of a burlesque and satirical parable in which Rochester reveals the libidinous nature state reigning at the court of Charles II, while at the same time radically and unequivocally appealing to the reader’s imagination. Sodom is only one of many early modern examples in which intellectual criticism and free-thinking go hand in hand with an erotic and sometimes pornographically grotesque universe in which, through its baroque extravaganza, the distinction between the real and the fictional, between the private and the public disintegrates.

This symposium focuses on the 17th-century libertine (sub)culture that seeks to combine the critique of everything public and political with a visual regime that lavishly indulges in the sensuous experience of baroque theatricality. Libertinism is both a means of intellectual (self-)criticism and an utterly performative practice, it is both political reflexion and wilful transgression. It is a locus of self-fashioning, on a sexual level (experimentation with possible sexual roles and identities) and on a political level (as Jeremy Webster explains in Performing Libertinism, the debate itself is an integral part of the available political discourse), as much as it is playful make-believe, joyfully investigating the limits of representation itself. Within this complex bias of seemingly conflicting interests the physical body takes up a central role.

Exactly this libertine body will be at the heart of this symposium, which takes a double goal as its starting point. It will address and question the culture of libertinism in terms of baroque performativity in which notions such as immersion and transgression are key-points of investigation. In other words: how does libertine discourse produce the effects it names (and shows)? And, secondly, this symposium seeks to investigate the role and the place of the baroque body in all its performative aspects (the burlesque body, the political-theological body, the satirical body, the pornographic body). We welcome any contributions addressing one or both of these questions through the presentation of concrete case studies that might be related to early modern libertine life in Europe, particularly in France and England.

Please send your abstract (250 words) and a short biographical notice tokarel.vanhaesebrouck@ehb.be BEFORE September 1st. The definitive program will be published on September 20th.

Responsable : Karel Vanhaesebrouck
Url de référence :
http://www.rits.be

Appel à contribution – La pornographie en France, XIXe-XXe

Appel à contribution – La pornographie en France, XIXe-XXe

Mercredi 15 septembre 2010  |  Saint-Quentin-en-Yvelines (78190)

Si elle a su s’emparer de l’érotisme, l’histoire culturelle du contemporain peine à traiter de la pornographie : les stigmates culturels portant sur ses productions semblent encore peser fort sur sa légitimité en tant qu’objet scientifique. Cette journée d’études, organisée en mai 2011 à l’Université de Versailles-Saint-Quentin, vise à questionner la pornographie contemporaine, à travers un regard portant à la fois sur ses productions et ses consommations, ses acteurs et ses pratiques, ses définitions et ses représentations. L’angle privilégié par ce colloque est donc large, et si la perspective chronologique structurera notre approche, on accueillera favorablement les propositions de sociologues, de littéraires, de juristes, de spécialistes des sciences de l’information, de sciences de l’éducation… Les propositions de jeunes chercheuses et chercheurs sont les bienvenues.

Pratique culturelle ordinaire pour les hommes, investie depuis peu par les femmes (Bozon, 2008), industries ou métiers informels dont les contours sont flous mais qui suscite des débats réguliers (Ogien, 2003), la pornographie est également un objet historique dont les frontières sont à géométrie variable : frontières sexuelles (bonne et mauvaise sexualité, homo et hétérosexualité), frontières sexuées, nationales et raciales (la pornographie « interraciale »), frontières de classe (pornographie vulgaire vs érotisme distingué).

Quelques travaux ont pointé tout l’intérêt que représente l’étude à cette contre-culture, dont Robert Darnton a montré pour le XVIIIe siècle le potentiel séditieux. Malgré cela, l’histoire culturelle du contemporain peine toujours à s’emparer de la pornographie comme objet d’étude. Ce retard n’est pas réellement surprenant : volontairement ou non, l’histoire culturelle reprend les hiérarchies culturelles et la pornographie est sans doute l’une des plus illégitimes des catégories de la « culture populaire ».

La valorisation de l’érotisme comme objet de recherche au détriment de la pornographie en est un indice. Celui-ci serait le versant « noble » des représentations de la sexualité, il impliquerait une visée artistique, une recherche esthétique qui différencierait ses productions de la pornographie, dont le seul objectif serait l’excitation sexuelle. Outre le fait que ce clivage érotisme/pornographie se fonde sur une distinction arbitraire et relativement récente, sa reprise – explicite ou implicite – pose un problème épistémologique, puisqu’elle entraîne le chercheur à reproduire une distinction qu’il faudrait interroger.

Ce colloque a pour objectif de combler les lacunes de la recherche sur la pornographie contemporaine, à travers un regard portant à la fois sur ses productions et ses consommations, ses acteurs et ses pratiques. L’angle privilégié par ce colloque est donc large, et si la perspective chronologique structurera notre approche, on accueillera favorablement les propositions de sociologues, de littéraires, de juristes, de spécialistes des sciences de l’information, de sciences de l’éducation…

Un premier enjeu de l’histoire de la pornographie est la définition de celle-ci : de quoi parle-t-on quand on parle de pornographie ? Plusieurs analyses on montré l’arbitraire de la catégorie elle-même, qui rassemblerait des produits, des œuvres ou des films très hétérogènes. Le flou des critères de la qualification de pornographie a souvent suscité des critiques : la pornographie ne constituerait pas un ensemble d’œuvres ou de produits homogènes, mais une mise à l’index politique dépendante de rapports de classe (Kendrick, 1987) ou d’un ordre moral (Tricoire, 2005). La pornographie serait donc avant tout une catégorie de l’action politique, codifiée de manière plus ou moins précise dans le droit : dans cette perspective, l’histoire de la pornographie est d’abord une histoire politique de la censure. Marcela Iacub (2010) a récemment montré que l’histoire de cette catégorie juridique avait des enjeux plus larges que la régulation de la sexualité et concernait le fonctionnement démocratique de nos sociétés.

L’histoire de la pornographie n’est pourtant pas uniquement l’histoire d’une mise à l’index : la pornographie n’est pas seulement une catégorie de l’action politique, mais un monde de producteurs qui peuvent se revendiquer de la pornographie, voire en faire profession, et qui donnent différents significations à leur travail. Les travaux de Robert Darnton (1991, 2004), de Ian McCalman (1988), de Lynn Hunt (1995) montrent comment la pornographie est à partir du XVIIIe siècle une activité clandestine qui se donne un objectif politique, qui se veut à travers l’obscène une critique des pouvoirs établis comme l’Etat et l’Eglise : la pornographie apparaît alors comme un élément d’une sous-culture radicale, héritée des lumières. Le XIXe siècle est celui d’un « tournant conservateur » dans l’histoire de la pornographie (Sigel, 2005, p. 13) : la pornographie apparaît moins comme une contre-culture que comme l’un des moyens d’un politique de consommation favorisée par le capitalisme bourgeois. C’est aujourd’hui une conception économique de la pornographie qui prévaut : comme le montre B. Coulmont (2007) à propos des sex-shops en France, l’objectif est moins de déstabiliser l’ordre établi que de répondre à une demande. Les pornographes sont moins des militants que des entrepreneurs, qui se situent sur un marché. Les trajectoires des individus et la diffusion des œuvres, autant que le travail politique de catégorisation, nous renseignent sur les significations variables de l’activité pornographique.

La représentation de la sexualité est un second enjeu de l’histoire de la pornographie. Produits souvent considérés comme vulgaires, supports masturbatoires plus qu’œuvres dignes d’intérêt, les représentations pornographiques sont souvent perçues comme une représentation simplement explicite, crue et directe des rapports sexuels. Cette vision d’une pornographie aux ressorts évidents et bien connus masque la dépendance de la pornographie vis-à-vis d’une histoire du genre, de la sexualité et des techniques.

Dans le cas du film pornographique américain au XXe siècle, Linda Williams (1999) a montré comment celui-ci reflétait un œil pornographique masculin, œil inquiet qui scrute une sexualité féminine mystérieuse : l’œil pornographique est dépendant d’un dispositif de la sexualité qui constitue celle-ci en secret à dévoiler. Prolongeant ces analyses, les porn studies constituent les films pornographiques en documents sur les évolutions du genre et de la sexualité, mais aussi des rapports de classe et des rapports de race (Williams, 2004) : la pornographie, à partir du XIXe siècle notamment, est l’écho d’une histoire nationale et impériale où l’émergence d’objets de fantasmes et de désirs est le revers de rapports de pouvoir (Sigel, 2002). C’est dire que la pornographie est dépendante d’une actualité sexuelle qui explique pour une part les variations du genre.

Dans cette actualité, des constantes peuvent être identifiées : production et consommation largement masculine, la pornographie a pu être présentée par un certain féminisme comme un moyen, voire le moyen de reproduction de la domination masculine. L’obscénité apparaît comme une prérogative masculine, tributaire de l’affirmation d’une masculinité, comme le montre Anne-Marie Sohn dans le cas de la France du XIXe siècle (Sohn, 2009).

La constitution de la pornographie en cause par le mouvement féministe permet de montrer comment celle-ci est une catégorie et une pratique sexuée ; elle ouvre également un nouveau chapitre dans l’histoire de la pornographie, celle-ci pouvant répondre aux accusations, ou être repris dans le cadre du féminisme : l’émergence récente d’une pornographie féminine ou lesbienne montre que les usages de la pornographie ne sont pas clos.

Ce colloque s’intéressera donc à une histoire large de la pornographie contemporaine, qui embrasse les XIXe et XXe siècles, une période marquée par l’entrée progressive de la culture en régime de masse. Cette industrialisation de la culture, dont Sainte-Beuve critique les effets dès 1839 (« La Littérature industrielle », Revue des Deux Mondes), s’accompagne d’une peur des foules érigées en acteurs de la vie politique. Cette naissance de la culture de masse déplace la portée de la pornographie : Annie Stora-Lamarre (1990) montre ainsi comme l’imposition de cette catégorie a pour objectif la protection d’un public « fragile » ou « faible », et qu’elle est dépendante de procédures de dénonciation menées par des entrepreneurs moraux qui constituent de l’extérieur une production stigmatisée. On prolongera l’analyse jusqu’à aujourd’hui, pour tâcher de comprendre en quoi les bouleversements technologiques (cassette vidéo, internet) ont changé la production et la consommation de pornographie. Tous les supports de la culture de masse seront sollicités : presse, littérature, cinéma, photographie, bande dessinée, théâtre…

On tâchera par ailleurs de ne pas se limiter aux situations de marginalité, mais de s’intéresser aux liens entre pornographie et culture légitime. Dans le domaine littéraire par exemple, si la pornographie fut souvent une prérogative d’éditeurs spécialisés et relativement marginaux (Jean-Jacques Pauvert, Eric Losfeld dans les années 1950), elle déborde également largement ce seul domaine, comme le montre le cas d’Histoire d’O, ou la publication de Pierre Guyotat et Jean Genet chez Gallimard. Dans un autre registre, l’affaire Bégis (A. Stora-Lamarre, 1990) montre également comment une collection privée de livres « sales » devient, une fois entrée à la Bibliothèque nationale, un trésor patrimonial…

Enfin, on essaiera de dépasser les simples études de cas, en menant une réflexion sur les corpus, et sur les phénomènes de circulation transmédiatiques et transnationaux : si la France sera privilégiée, on ne s’interdira ni les comparaisons, ni l’étude de marchés reliés à la France : films suédois importés sous le manteau, auteurs américains publiés à Paris…

Parmi les pistes possibles, voici quelques suggestions, non limitatives :

  • « les entrepreneurs moraux » de la pornographie : René Bérenger (le « père la Pudeur »), l’abbé Béthléem…
  • les institutions et les outils de censure : arsenal législatif, institutions de contrôle
  • les représentations de la sexualité et l’évolution des rapports de genre
  • les liens entre représentations sexuelles et culture coloniale
  • le marché de la pornographie et ses acteurs
  • le féminisme et la pornographie

enfin, on accueillera aussi favorablement des propositions théoriques : comment étudier les traces d’un milieu voué à ne pas en laisser ? Baptiste Coulmont (2009) montre tout l’intérêt d’une microhistoire dans son étude de l’affaire Olesniak ; quelles autres pistes peut-on dégager pour faire l’histoire culturelle de la pornographie ?

Organisé par des doctorant-e-s, le colloque se tiendra à l’université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines en mai 2011.

Les propositions de communication (500 mots), comprenant notamment la méthode utilisée et les matériaux mobilisés, sont à envoyer accompagnées d’une présentation de l’auteur, avant le 15 septembre 2010 à mathieutrachman[at]yahoo[point]fr et lesage[point]sylvain[at]gmail[point]com. Les propositions de jeunes chercheuses et chercheurs sont les bienvenues.

Continuer la lecture de Appel à contribution – La pornographie en France, XIXe-XXe