Appel à contribution – L’expertise médicale aux XXe et XXIe siècles

Appel à contribution – L’expertise médicale aux XXe et XXIe siècles

Medical expertise in the 20th and 21st century / Medizinische Expertise im 20. und 21. Jahrhundert / L’expertise médicale aux XXe et XXIe siècles. Annual conference of the Swiss Society for the History of Medicine and Sciences, September 5 – 7, 2013, Bern, Switzerland. The conference would like to address the issue from various perspectives and ask e.g. the following questions: To which levels of medical knowledge and activity (skill, professional knowledge, experience, relationship with patients) did and does the claim of expertise refer to? Which strategies, rhetorics and kinds of self-fashioning were and are used in order to achieve, retain or reject the status of expertise? Which was and is the relationship between expertise, profession(nalism), institutionalization and specialization? In what respect is there a difference between a physician’s claim of expertise and that of other health professionals?

  • Medical expertise in the 20th and 21st century
  • Medizinische Expertise im 20. und 21. Jahrhundert
  • L’expertise médicale aux 20e et 21e siècles

Annual conference of the Swiss Society for the History of Medicine and Sciences, September 5 – 7, 2013, Bern, Switzerland

Currently we experience a crisis of expertise. It is true, experts are called for in all areas of life and on all levels of knowledge, their judgements and advice fill our talk shows, newspapers and bookshelves. But they do not provide the clarity, unambiguity and safety we long for. The statements of the acknowledged or self-proclaimed experts are to contradictory, our own standards of expertise to blurred, our desire for a democratization of expertise to strong.

Does this diagnosis hold true for medicine, too? And if so, how did this happen? Some attention has been paid to the « birth » of the medical expert in the 18th century, the establishment of his professional status in the 19th century as well as to the sociology and epistemology of today’s medical expertise, but the change of the medical expert system in the 20th century has rarely been addressed.

The conference would like to address the issue from various perspectives and ask e.g. the following questions: To which levels of medical knowledge and activity (skill, professional knowledge, experience, relationship with patients) did and does the claim of expertise refer to? Which strategies, rhetorics and kinds of self-fashioning were and are used in order to achieve, retain or reject the status of expertise? Which was and is the relationship between expertise, profession(nalism), institutionalization and specialization? In what respect is there a difference between a physician’s claim of expertise and that of other health professionals? Was and is there such a thing as a culture of medical expertise? How was and is medical expertise associated with the public and interwoven with politics? In what respect is medical expertise different from other kinds of scientific expertise? To what extent can models of expertise such as those developed by sociologist Harry Collins be used in order to describe the changes in 20th century medicine? Etc. etc.

The conference is linked to the Workshop for young scholars « Expertise in Medicine and Natural Sciences » (see www.sggmn.ch/forum-e.html).

Keynote speakers : Thomas Broman, Wisconsin and Alfons Labisch, Düsseldorf

  • Conference languages are English, German, and French.
  • Conference format and schedule will be defined according to the number of accepted papers.
  • Travel expenses, accomodation and meals will be covered.
  • Organization: Hubert Steinke, Institute for the History of Medicine, University of Bern

Submissions

Please submit a one-page proposal (200-300 words) to hubert.steinke@img.unibe.ch

Deadline: March 31, 2013

Scientific Committee

  • Prof. Dr. med. Dr. phil. Hubert Steinke, Bern
  • Prof. Dr. Hans Konrad Schmutz, Winterthur
  • 
PD Dr. med. lic. phil. Iris Ritzmann, Zürich
  • 
Prof. Dr. Vincent Barras, Lausanne
  • Siegfried Bodenmann, Basel
  • 
Prof. Dr. Flurin Condrau, Zürich
  • Prof. Dr. Jean Jacques Dreifuss, Genève
  • Prof. Dr. Erwin Neuenschwander, Zürich
  • Dr. phil. Philip Rieder, Genève
  • 
PD Dr. phil. Eberhard Woff, Zürich

Parution – revue Histoire, médecine et santé

Parution – Histoire, médecine et santé

 

Histoire, médecine et santé (N°2 – Automne 2012)

 

Dossier thématique : REMÈDES

Philip RIEDER et François ZANETTI, Introduction, Le remède et ses usages historiques (1650-1820)

Gilles SINICROPI, « Rendre service aux malades ». Les Carmes déchaux et la pratique médicale (XVIIe-XVIIIe siècles)

Gwénaël MURPHY, Religieuses et médicaments au XVIIIe siècle

Cédric GOURJAULT, Les médicaments dans les hôpitaux de la Marche au XVIIIe siècle

Jean-François VIAUD, Recettes et remèdes recueillis par les particuliers aux XVIIe-XVIIIe siècles. Origine et usage

Aurélie CHATENET-CALYSTE, Soigner une maison aristocratique à la fin du XVIIIe siècle : le cas de la maisonnée de la princesse de Conti

 

VARIA

Emmanuelle BERTHIAUD, Le vécu de la grossesse aux XVIIIe et XIXe siècles en France

Rafael MANDRESSI, Les limites du cadavre. La tentative de la vivisection humaine, XVIe-XVIIIe siècles

 

COMPTES RENDUS

Bérengère LACASSAGNE – FRANCHISET Marie, Le Chirurgien-dentiste dans le cinéma et la littérature du XXe siècle

Olivier MUNOZ – MARTINEZ VIDAL Alvar (dir.), L’Hôpital Varsovie : exil, médecine et résistance, 1944-1950

Grégory QUIN – JORLAND Gérard, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle

Azzura MAURO – KOZUL Mladen, Le corps érotique au XVIIIe siècle : amour, péché, maladie

Jean-Yves BOUSIGUE – PILLON Thierry, Le corps à l’ouvrage

Pour commander le numéro en ligne : http://w3.framespa.univ-tlse2.fr/boutique/spip/spip.php?rubrique54

Pour s’abonner à la revue

Colloque – Aides-soignantes et préposés aux bénéficiaires. Enjeux sociaux et scientifiques actuels

Colloque – Aides-soignantes et préposés aux bénéficiaires. Enjeux sociaux et scientifiques actuels

Ce colloque aura pour objectif de présenter des recherches actuelles en sciences sociales portant sur les métiers d’aides-soignantes (en France, Suisse, Belgique) et préposés aux bénéficiaires (au Québec). Depuis les travaux d’Anne-Marie Arborio (2001), de nombreuses études se sont accumulées portant sur ce sujet, sans pour autant que ce soient réunis dans un même colloque les chercheurs francophones autour de cette thématique. Rappelons que les membres de ces deux métiers rassemblent dans des organisations hospitalières ou gériatriques des acteurs professionnels au plus proche des patients ou résidents, et devant réaliser envers eux des actes d’assistance, sous la supervision immédiate des infirmières. De nombreuses études en France (Causse, 2006 ; Molinier, 2005) ou au Québec (Riendeau, 2006 ; Cognet, 2003) ont permis de considérer les multiples dimensions de ce métier : dévolues largement au travail relationnel, au care, les aides-soignantes et préposés subissent pourtant largement les problématiques relatives aux nouvelles injonctions en termes de qualité du travail, de charge de travail et d’épuisement professionnel dans les organisations hospitalières et gériatriques. De plus, elles subissent actuellement une forte médiatisation autour de la problématique de la maltraitance envers les résidents dont elles seraient les responsables directs. Ainsi, les sciences sociales, et notamment la sociologie, peuvent apporter un éclairage spécifique des enjeux actuels entourant ces métiers.

Les auteurs auront donc à répondre à l’une de ces questions:

  • Quelles sont les problématiques sociales émergentes portant sur les pratiques de ce personnel ou sur ces métiers ? ;
  • Qu’est-ce que les études scientifiques en sciences sociales peuvent apporter à la compréhension et à la transformation de ces pratiques et métiers ?

Modalités de soumission

Les propositions portant sur les contextes français, belges, suisses ou québécois seront étudiées, ainsi que celles ayant pour objectif de les comparer.

Les propositions de communication (2000 caractères maximum) devront être transmises

au plus tard le 01 février 2013

à cette adresse : francois.aubry@irsst.qc.ca

Responsables scientifiques

  • Yves Couturier, professeur au département de service social, Université de Sherbrooke.
  • François Aubry, stagiaire postdoctoral, IRSST.

Séminaire – Corps et techniques : voir et connaître

Corps et techniques : voir et connaître 

Bodies and techniques: seeing and knowning

Socio-anthropologie des médiations techniques et sensorielles dans la construction des savoirs

The socio-anthropology of technical and sensorial mediation on the construction of knowledge

*  *  *
Entrecroisant les problématiques des sociologies du corps et des techniques, notre séminaire s’intéressera cette année aux sens, à leur dimension sociale et culturelle, à leur rôle dans la construction des savoirs et des connaissances, et à la place qu’occupe la médiation technique dans ces élaborations. Sociologues, anthropologues, historiens et praticiens aborderons ces questions à partir de leurs terrains et de leurs points de vue respectifs.
  • Horaire : 16h00-18h30
  • Lieu : CETCOPRA – Université Paris 1. 17, rue de Tolbiac. 75013 Paris. 5ème étage (RER C ou Métro ligne 14, bus 62 ou 89)
  • Responsables : Valérie Souffron (Cetcopra, Paris 1), Caroline Moricot (Cetcopra, Paris 1), Marina Maestrutti (Cetcopra, Paris 1)

Les territoires corporels des techniques – Socio-anthropologie de l’imagerie médicale et du diagnostic le GT41 poursuivra cette année sa problématique précédente : « dépassement des frontières du corps par le recours à la technique, déplacement  anthropologique de la définition de l’humain, distance à soi, aux autres et aux choses », en s’intéressant aux sens, à leur construction sociale et culturelle, et à leur rôle dans la construction des connaissances. Fidèles à notre préoccupation pour l’entre-deux  des problématiques touchant aux corps et aux techniques, nous nous interrogerons sur les entrecroisements du regard, du toucher (voire d’autres sens) et de la technologie, dans la production des savoirs. Mise à distance des corps, regards ou touchers médiatisés, quelles visions du corps sont-elles en train d’être construites ou ont pu l’être par le passé? Quelles mises en scène, quelles mises en sens et quelles mises en savoir les technologies et ceux qui les conçoivent et qui les utilisent, contribuent-ils à élaborer?

Ces questions générales seront abordées par des ethnologues, des anthropologues, des historiens, des sociologues, des philosophes ou des praticiens, à partir de leurs recherches respectives.

Programme

Mardi 22 janvier 2013

  • Barbara Duden (Professeure de sociologie, Université de Leibniz, Hanovre – Allemagne) : « Une étude du ‘gène familier’ dans la perspective de l’historien des sens »

Mardi 12 mars 2013

  • Rafael Mandressi (Chargé de recherches, CNRS/Centre Alexandre Koyré) : « Cadavres avec vue : techniques de dissection et tactiques démonstratives dans la première modernité européenne (XVIe-XVIIe siècle) »

Mardi 16 avril

  • Claudia Mattalucci (Université de Milan, CREAM (Centro di Ricerche Etno-antropologiche) – Italie) : Technologies de visualisation et avortement: pratiques médicales et expériences des femmes
  • Pauline Higgins (sage-femme, SciencesPo-SPEAP) sous réserve : Projection et discussion autour du documentaire de Pauline Higgins Passage (2007 – France – 19 minutes – DVCam)

Parution – Social history of medicine

Parution – Social history of medicine

Volume 26 Issue 1 February 2013

    • Roberta Bivins

    Coming ‘Home’ to (post)Colonial Medicine: Treating Tropical Bodies in Post-War Britain

    • Kim Price

    ‘Where is the Fault?’: The Starvation of Edward Cooper at the Isle of Wight Workhouse in 1877

    • Victoria Bates

    ‘So Far as I Can Define without a Microscopical Examination’: Venereal Disease Diagnosis in English Courts, 1850–1914

    • Gwen A. Parsons

    The Construction of Shell Shock in New Zealand, 1919–1939: A Reassessment

    • Tania Woloshyn

    Le Pays du Soleil: The Art of Heliotherapy on the Côte d’Azur

    • Élodie Giroux

    The Framingham Study and the Constitution of a Restrictive Concept of Risk Factor

    • Abigail Woods

    Is Prevention Better than Cure? The Rise and Fall of Veterinary Preventive Medicine,c.1950–1980

Parution – Les Aventures du corps masculin

Julia Przybos, Les Aventures du corps masculin, Editions José Corti, 293 p.

Les rapports entre la bouche et le sexe excitent l’imaginaire de l’homme. Depuis la nuit des temps, des écrivains nous montrent le corps comme siège de besoins et d’appétits. Ripailles, beuveries, douleurs stomacales, matières scatologiques, accouplements plus ou moins cocasses, les classiques s’en donnent à cœur joie : Aristophane, Plaute, Pétrone, Boccace, le Pogge, l’Arétin, Noël du Fail, Brantôme, Rabelais… Et pourtant, un jour, ce lien entre les corps et les livres se dissimule en coulisses. La raison ? L’anthropologue Norbert Elias signale le lent, mais inexorable, « processus de civilisation » enclenché à la fin du Moyen Âge. Les besoins naturels et les désirs charnels se voient peu à peu relégués aux oubliettes de l’art avec un A majuscule, seul jugé digne du roi Soleil et de Versailles.

Refoulé des lettres de la cour royale, le corps refait véritablement surface dans d’innombrables nouvelles et romans du dix-neuvième siècle. Sa réapparition dans la « Grande Littérature » coïncide avec l’essor des sciences du vivant : « La vie est l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort », écrit, en 1800, Xavier Bichat. Par ambition scientifique et riches de cet enseignement, les écrivains s’emploient à conter les aventures du corps masculin dans le rapport entre nutrition et reproduction. Quand la machine virile fonctionne sans accroc, elle n’intéresse pas grand monde mais quand elle grippe – elle inspire écrivains grands et petits. Chez les grands, la physiologie se greffe sur d’autres motifs, s’imbriquant dans d’autres mécanismes de la narration (ex. l’argent, l’ambition, la vie mondaine, pour Balzac ; les luttes économique, sociale et politique pour Zola). Chez les petits, l’inspiration physiologique est souvent centrale et donc plus évidente : Champfleury, Erckmann-Chatrian, Lucien Descaves et bien d’autres mettent en scène des corps masculins dont la balance bouche/sexe est à jamais, ou momentanément, déséquilibrée : hommes d’Église chastes, célibataires endurcis, veufs inconsolables, soldats enfermés dans des casernes… Un examen d’auteurs connus, peu lus ou ignorés du grand public permet d’établir, dans le sillage des études structurales du récit, un répertoire des combinaisons narratives qu’ont su inventer et agencer des écrivains de tendances, mouvements, groupes ou écoles divers. Et nous offre une grille de lecture pour cette nouvelle littérature du dix-neuvième siècle qui, stimulée par l’exemple des sciences naturelles, se met à explorer l’existence corporelle de l’homme.

Parution – La maternité à l’épreuve du genre

 Parution – La maternité à l’épreuve du genre

Yvonne Knibiehler, Francesca Arena, Rosa Maria Cid Lopez (dir.),La maternité à l’épreuve du genre. Métamorphoses et permanences de la maternité dans l’aire méditerranéenne, Presses de l’EHESP, 240 p.

Les recherches sur la maternité ont intégré les critiques des féministes sur la « maternité aliénante » dans les années 1970 et la revisitent désormais à la lumière du « genre » et des constructions sociales. Expérience personnelle et intime, la maternité n’en est pas moins soumise aux contraintes culturelles, sociales, économiques et politiques qui entretiennent aujourd’hui encore les inégalités entre les sexes. L’aire méditerranéenne fournit un contexte de recherche exemplaire sur la maternité : du fait des différentes structures sociales et politiques qui la composent, des pratiques et représentations de la maternité très diverses et parfois antagonistes y coexistent et s’entremêlent.
Convoquant l’ensemble des sciences humaines (histoire, philosophie, anthropologie, sociologie, démographie, économie, psychologie, psychanalyse, médecine, droit), sollicitant chercheurs et professionnels de différents pays (France, Espagne, Italie, Portugal, Algérie, Maroc, Tunisie), cet ouvrage privilégie trois thèmes : le corps maternel, les pratiques et les représentations des soins maternels, la conciliation travail-famille.
Comment le refus d’enfanter est-il vécu et perçu au nord et au sud de la Méditerranée ? De quelle façon la médicalisation des soins maternels influence-t-elle les pratiques et les représentations ? Qu’en est-il des inégalités entre les femmes et les hommes dans la conciliation travail-famille ? Telles sont quelques-unes des questions abordées par les auteurs qui, par leurs analyses et témoignages, apportent de nouvelles pistes de réflexion et contribuent à la recherche de politiques adaptées.

Appel à contribution – International Advanced Seminar in Philosophy of Medicine

Appel à contribution – International Advanced Seminar in Philosophy of Medicine

Appel à contributions pour une nouvelle conférence internationale biennale en philosophie de la médecine, à destination des doctorants et jeunes chercheurs en philosophie de la médecine.

Le Séminaire International Avancé de Philosophie de la Médecine (International Advanced Seminar in Philosophy of Medicine or IASPM) est organisé conjointement par cinq centres de recherche : l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), l’Institut d’Histoire, de Théorie et d’Ethique de la Médecine (Université Johannes Gutenberg, Mayence), l’Ecole Européenne de Médecine Moléculaire (en collaboration avec le groupe de recherche « Humanités Biomédicales » de l’Institut Européen d’Oncologie), le Centres des Humanités et de la Santé (King’s College, Londres) et le Departement d’Histoire et de Philosophie des Sciences de l’Université de Pittsburgh.

La première édition de cette manifestation biennale aura lieu à Paris les 20-21-22 juin 2013. Le thème sera : « Unité et autonomie dans la philosophie des sciences médicales ».

Toutes les soumissions doivent être faites électroniquement et en anglais sur le site de la conférence (http://iaspm.sciencesconf.org) jusqu’au 15 mars 2013, date de clôture de l’appel. 

Télécharger l’appel

Parution – Le Compas & le bistouri. Architectures de la médecine et du tourisme curatif: l’exemple vaudois (1760-1940)

Parution – Le Compas & le bistouri. Architectures de la médecine et du tourisme curatif: l’exemple vaudois (1760-1940)

Dave Lüthi, Le Compas & le bistouri. Architectures de la médecine et du tourisme curatif: l’exemple vaudois (1760-1940), Lausanne, Editions BHMS, 2012.
Les établissements médicaux vaudois construits entre 1760 et 1940 sont des témoins privilégiés de l’émergence de l’architecture rationnelle ainsi que de phénomènes historiques et sociaux tels que la médicalisation de la société, du territoire et du paysage, l’essor du tourisme médical, le transfert des modèles et des technologies; ils remettent aussi en question les notions de centre et de périphérie, tant au niveau architectural que médical. L’étude des hôpitaux, des sanatoriums, des cliniques et des établissements de bains montre comment l’invention d’une «architecture à soigner» est le fait conjoint du médecin et de l’architecte, tous deux cherchant à faire de ces établissements des faire-valoir de leur pratique ainsi que des monuments à la gloire de la santé publique ou de la philanthropie.

Parution – Revue d’histoire des sciences

Parution – Revue d’histoire des sciences

 

Physiologie et psychologie au temps d’Auguste Comte

DOSSIER : PHYSIOLOGIE ET PSYCHOLOGIE AU TEMPS D’AUGUSTE COMTE
Page 193 à 196
Laurent Clauzade et Vincent Guillin INTRODUCTION
Page 197 à 212
Jean-François Braunstein L’INVENTION FRANÇAISE DU « PSYCHOLOGISME » EN 1828
Page 213 à 236
Jean-Gaël Barbara AUGUSTE COMTE ET LA PHYSIOLOGIE CÉRÉBRALE DE SON TEMPS
Page 237 à 257
Laurent Clauzade LA THÉORIE CÉRÉBRALE D’UN NATURALISTE SPIRITUALISTE, HENRI-MARIE DUCROTAY DE BLAINVILLE
Page 259 à 285
Vincent Guillin LE PENCHANT BIOLOGIQUE DE LA SOCIOLOGIE COMTIENNE : LA QUESTION DE L’ÉGALITÉ DES SEXES
Page 287 à 316
Thomas Dixon LA SCIENCE DU CERVEAU ET LA RELIGION DE L’HUMANITÉ : AUGUSTE COMTE ET L’ALTRUISME DANS L’ANGLETERRE VICTORIENNE

VARIA

Page 317 à 338
Alice Lamy LA CATÉGORIE DE QUANTITÉ DANS LES SCIENCES AU XIVE SIÈCLE : L’EXEMPLE DE GAUTIER BURLEY
Page 339 à 380
Michela Malpangotto LES PREMIERS MANUSCRITS DES THEORICAE NOVAE PLANETARUM DE GEORG PEURBACH : PRÉSENTATION, DESCRIPTION, ÉVOLUTION D’UN OUVRAGE

ÉTUDES ET TRAVAUX

Page 381 à 394
Roshdi Rashed et Lewis Pyenson OTTO NEUGEBAUER (1899-1990)

ANALYSES D’OUVRAGES

Page 395 à 405
 ANALYSES D’OUVRAGES

Colloque – Nouveaux troubles et pathologies émergentes

Colloque – Nouveaux troubles et pathologies émergentes

Quels objets, quelles méthodes, quels concepts pour les sciences sociales de la santé et de la santé mentale ?

Soumis à des évolutions et des recompositions rapides, le champ de la santé et de la santé mentale contemporain justifie d’initier et d’alimenter une réflexion collective sur les catégories et les outils scientifiques dont les chercheurs disposent pour appréhender les phénomènes récents qui s’y produisent. Nous nous concentrerons, lors de ces deux journées, sur les modalités d’apparition et d’affirmation de nouveaux troubles et pathologies, et sur l’adaptation, l’ajustement, ou les ruptures qu’elles peuvent justifier dans les approches conceptuelles et empiriques mobilisées dans les sciences sociales de la santé.

Ce colloque porte sur les nouveaux troubles et pathologies émergentes dans le champ de la santé et de la santé mentale. Il vise à réunir des chercheurs internationaux en sciences sociales, jeunes et confirmés, autour de nouvelles questions théoriques et méthodologiques.

Depuis une quinzaine d’années, en Europe et en France, on assiste à une extension du champ de la santé et de la santé mentale, dont l’un des fondements est l’institution d’une définition de la santé globale totalisant les réalités physiques, mentales et sociales. Ce contexte est aussi celui d’une démultiplication des expressions de la souffrance individuelle et de catégories pathologiques aux contours plus ou moins nets, reconnues, non reconnues ou en voie de reconnaissance par le champ médical.

La diversité de ces troubles et l’hétérogénéité des logiques par lesquelles ils gagnent une visibilité sociale, renvoie à plusieurs niveaux de réflexion :

  • Le rapport général pathologie / société : peut-on parler pour une série de nouveaux troubles de maladies de « civilisation » ? (« électrosensibilité », « burn-out », « fibromyalgie »…);
  • La production de nouvelles catégories diagnostiques et de nouvelles catégories linguistiques (« risques psychosociaux », « fatigue chronique », « épuisement », « hyperactivité », addictions…);
  • Le développement de nouvelles offres et nouvelles pratiques thérapeutiques (offres de soins, care, ressources alternatives et / ou complémentaires);
  • L’influence croissante des associations de malades et du monde profane (associations « reconnues », réseaux sociaux plus informels), et les logiques de convergences, de négociations ou de conflits avec les experts.

Dès lors, il s’agit d’interroger, pour nos disciplines, le dégagement de nouveaux terrains, de nouvelles méthodologies, de nouvelles conceptualisations, permettant de rendre compte au plus près de ces phénomènes et de leurs enjeux en termes sanitaires et sociétaux. Cette réflexion est ouverte aux différentes approches sociologiques et anthropologiques, mais aussi aux professionnels et aux acteurs de terrain confrontés aux nouveaux troubles et pathologies émergentes.

Les deux journées seront structurées autour de quatre axes :

1. Le jeu de la dénomination et de la requalification dans le langage de la santé globale de phénomènes auparavant étiquetés « sociaux ».

2. Les stratégies et les modalités de construction et de légitimation de troubles sous-déterminés, à la frontière de la santé et de la santé mentale, du sanitaire et du social. Les acteurs impliqués et leurs discours tant au niveau de la mise en sens de leur expérience privée qu’à celui de la publicisation de cette expérience.

3. Les nouvelles réponses sociales et thérapeutiques appelées par ces troubles et pathologies émergentes.

4. Les logiques de réévaluation des responsabilités et de leur partage entre individus victimes-responsables, et société « pathogène ».

Programme

Mercredi 30 Janvier 2013

9h15 : Accueil

  • 9h40-10h00 : Ouverture / introduction par Giel Hutschemackers (Academic Center of Social Sciences, Radboud University, Nijmegen) : The Times They Are a-Changin’

Catégorisation, dénomination, requalification des troubles

Modératrice : Lise Demailly (Clerse, Université de Lille 1)

  • 10h00-10h20 : Maïa Fansten (Cermes3, Université Paris Descartes) : Du hikikomori au syndrome de Bartleby, quelles catégories pour un nouveau trouble de la jeunesse au Japon et en France ?
  • 10h20-10h40 : François Chapireau (ASM13) : Le handicap psychique : une conquête sociale française
  • 10h40-11h00 : Cristina Ferreira (HESAV, Lausanne) : Psychiatriser la douleur médicalement inexplicable

11h00-11h30 : Discussion avec la salle

11h30-11h50 : Pause café

  • 11h50-12h10 : Arnaud Alessandrin (Centre Emile Durkheim, Université Bordeaux Segalen) : Du « transexualisme » à la « non-congruence de genre » : l’incertitude des catégories psychiatriques
  • 12h10-12h30 : Emmanuel Delille (Centre Marc Bloch, Institut d’Histoire de la Médecine de Berlin) : Les psychoses débutantes : un exemple de circulation difficile des savoirs dans l’espace communicationnel franco-allemand après-guerre et l’invention d’une tradition après 1989

12h30-12h50 : Discussion avec la salle

13h00-14h30 : Déjeuner

Acteurs et logiques de construction et de légitimation de nouveaux troubles

Modérateur : Samuel Lézé (Triangle, ENS Lyon)

  • 14h30-14h50 : Julien Jupille (CENS, Université de Nantes) : Les enjeux de la redéfinition des troubles du comportement chez l’enfant
  • 14h50-15h10 : J-P Konsman, M. Bourdaa, F. Gonon (Université de Bordeaux) : Les distorsions du discours biomédical dans les médias et leur influence sur la médicalisation des difficultés scolaires : le cas de l’hyperactivité TDAH
  • 15h10-15h30 : Audrey Arnoult (Elico, Université Lyon 2) : Les témoignages des « binge drinkers » : La mise en visibilité d’une nouvelle conduite d’alcoolisation adolescente dans la presse quotidienne

15h30-16h00 : Discussion avec la salle

16h00-16h20 : Pause café

  • 16h20-16h40 : Amandine Rochedy (Certop, Université Toulouse II Le Mirail) : Une évolution de la prise en compte du point de vue des parents dans le monde de l’autisme : l’expérience de l’alimentation
  • 16h40-17h00 : Sophie Jehel (Cemti, Université Paris 8 Vincennes Saints-Denis) : L’addiction aux images trash : une nouvelle pathologie sociale ?

17h00-17h30 : Discussion avec la salle

Jeudi 31 Janvier 2013

Nouvelles réponses sociales et thérapeutiques

Modératrice : Françoise Champion (Cermes3, Université Paris Descartes)

  • 10h00-10h20 : Katia Lurbe-Puerto (Triangle, ENS-Lyon) : Le processus paradoxal de standardisation des corps sous-jacent à la santé globale : la chirurgie de l’obésité pour exemple
  • 10h20-10h40 : Cécile Delawarde (Cermes3, Université Paris Descartes) : Aide à la parentalité et politiques préventives en santé mentale : étude exploratoire des représentations des experts
  • 10h40-11h00 : Lise Dassieu (Lisst-Cers, Université Toulouse II Le Mirail) : La définition d’un trouble à la croisée de plusieurs mondes : controverses et compromis autour des traitements de substitution aux opiacés (1995-2012)

11h00-11h30 : Discussion avec la salle

11h30-11h50 : Pause café

  • 11h50-12h10 : Laetitia Mélon (ULB, Bruxelles) : Le harcèlement moral au travail : quelle définition pour quel acteur ?
  • 12h10-12h30 : Nadia Garnoussi (Cermes3, Université Paris Descartes) : Le spectre des troubles de l’humeur : logiques de médicalisation et de diversification des prises en charge psychothérapeutiques

12h30-12h50 : Discussion avec la salle

13h00-14h30 : Déjeuner

Publicisation / privatisation de la souffrance individuelle et collective

Modérateur : Giel Hutschemaekers (Academeic Center of Social Sciences, Radboud University)

  • 14h30-14h50 : Alain Giami (CESP, Inserm) : Les troubles sexuels sont-ils des troubles mentaux ? Les évolutions de la médicalisation de la sexualité
  • 14h50-15h10 : Maryvonne Charmillot (Université de Genève) : L’expérience de la maladie mise en mots
  • 15h10-15h30 : Solenn Carof (Iiac, EHESS) : La construction des catégories de (sur)poids : analyse des enjeux médicaux, sociaux et moraux

15h30-16h00 : Discussion avec la salle

16h00-16h20 : Pause café

  • 16h20-16h40 : Manolis Tzanakis (Université de Crète) : Gérer sa psychose : intervention psychiatrique et maîtrise de soi
  • 16h40-17h00 : Margo Morgiève (ICM, Université Pierre et Marie Curie) et Xavier Briffault (Cermes3, Université Paris Descartes) : La fabrique du TOC moderne. Une analyse ethnographique de la cérébralisation de la névrose obsessionnelle dans un laboratoire de neurosciences cliniques

17h00-17h20 : Discussion avec la salle

  • 17h20-17h40 : Communication de clôture, Pierre-Henri Castel (Cermes3, Université Paris Descartes) : Que fait un sociologue quand il étudie une “maladie psychologique” dans son contexte social ?

Colloque – Approches de la psychopathologie : philosophie et clinique

Colloque – Approches de la psychopathologie : philosophie et clinique

L’abord philosophique de la clinique psychiatrique a ouvert, ces dernières décennies, des perspectives nouvelles et multiples sur le phénomène de la « maladie mentale ». La pratique thérapeutique a pu ainsi sensiblement se modifier sous l’effet des innovations conceptuelles venant de la philosophie et du champ des sciences humaines en général. Corrélativement, aussi la philosophie elle-même a pu développer des approches et des schèmes de pensée inédits grâce à sa rencontre avec la clinique. En rassemblant à nouveau des cliniciens et des philosophes, il s’agira ainsi de sonder ces interactions, de les repérer et de les renforcer, et ainsi de participer à de nouvelles formes d’élaborations aussi bien pratiques que théoriques.

Afin d’interroger ce rapport entre la philosophie et la clinique, nous proposons deux axes d’étude, reposant sur l’analyse du processus de subjectivation. La construction d’un corps, ainsi que l’inscription dans une histoire singulière et unique apparaissent comme étant des éléments fondamentaux de tout devenir sujet. La pathologie étant au contraire caractérisée par une mise en échec de ce processus, il revient précisément à l’analyse transdisciplinaire ainsi qu’à l’acte thérapeutique d’intervenir sur les failles qui ont pu se produire aussi bien au niveau de l’histoire qu’au niveau du corps vécu. En recentrant ainsi notre questionnement sur le rôle fondamental du corps et de l’histoire individuelle en clinique psychiatrique, nous espérons revenir au point fondamental où la pratique se couple à une compréhension théorique donnant ainsi lieu à une approche plus profonde du processus de subjectivation en général.

Se faire un corps

En touchant à l’intégrité du corps, la pathologie met en branle le socle fondamental de tout rapport au monde. Le “désinvestissement libidinal” du corps n’a pas seulement comme conséquence de mettre en échec la capacité à y loger un sujet et à protéger celui-ci d’un monde extérieur envahissant : la mise en péril de la force protectrice du corps concerne les renvois du sens du monde vécu, en d’autres termes le système symbolique lui-même semble subir une déstabilisation fondamentale. Une multiplicité de termes cliniques – allant du morcellement au démantèlement, de la dissociation à la dislocation ou la désintégration – se réfèrent à autant de phénomènes pathologiques de l’expérience corporelle. A cette diversité de phénomènes cliniques répond une multiplicité d’approches thérapeutiques différentes, qui ne sont pas uniquement inventées, mobilisées et mises en oeuvre par les équipes soignantes, mais également par les personnes concernées elles-mêmes qui peuvent, face à la menace de leur dissolution psychique, adopter des attitudes autothérapeutiques. En invitant à la fois des cliniciens et des philosophes, nous tendons donc à interroger cette diversité des approches du corps telles qu’elles sont utilisées aussi bien dans la clinique psychiatrique qu’à l’extérieur de celle-ci.

Se faire une histoire

La pleine éclosion d’un sujet ne passe pas seulement par l’accès à un corps, mais également par l’inscription dans une histoire singulière. Si l’expression “se raconter une histoire” vise d’abord à dénoncer le fond fictif du récit personnel, cependant l’altération de la capacité narrative dans la pathologie révele l’importance de cette fonction. La dislocation de la chaîne signifiante, pouvant aller jusqu’à l’impossibilité d’une production fantasmatique, indique la nécessité existentielle d’une telle historialisation du sujet. L’histoire subjective semble devoir se former et se déformer à la mesure d’un sujet en incessante construction. Ce dernier peut ainsi se comprendre comme l’auteur d’un discours performatif, retraçant une fiction pourtant constituante : de l’histoire généalogique et familiale à l’anecdote, toute narration décrit une situation. Là où ce processus fait défaut, le sujet paraît rassemblé sous la forme d’une douloureuse itération, réduisant son existence à un état d’immuabilité morbide qui empêche la rencontre d’une quelconque nouveauté. La réssurection constante d’un passé indépassable est alors correlée à l’absence de tout horizon futur.

Face à ce défaut d’histoire, il arrive que la vie en institution puisse poser une scansion du temps opérante : la durée d’un séjour, les périodes de sorties, de visites et de retours. Se faire une histoire dans le quotidien, parvenir à poser des repères périodiques, peut apparaître comme une voie d’arrangement avec la difficulté à se raconter sa propre histoire. On pourrait également penser à l’histoire familiale souvent caractérisée par un passé inaccessible mais douloureusement présent, imposant des répères symboliques à une production délirante et aliénante. Par un échange entre philosophes et cliniciens, nous visons précisément à décéler ces différents aspects déterminants de l’histoire pour la situation pathologique en général.

à l’initiative de l’ERRAPHIS

Organisation

  • Flora Bastiani
  • Till Grohmann
  • Guillaume Sibertin-Blanc

Site internet : www.europhilosophie.eu/recherche

Programme

Vendredi 18 janvier 2013

9h30. Accueil

10h30. Séance 1

  • Yasuhiko Murakami (Maître de Conférences en Philosophie à l’Université d’Osaka) : En partant du concret – Une méthode phénoménologique de la recherche qualitative dans le champ médical
  • Laura Mack (Psychologue-clinicienne indépendante et d’institution, formée à l’Université de Sao Paolo, Brésil) :Winnicott: thinking about time
  • Svetlana Sholokhova (Doctorante en philosophie à l’UCL) : De la possibilisation à la transpassibilité. Penser les enjeux thérapeutiques de la Daseinsanalyse avec Maldiney

14h. Séance 2

  • Sylvain Dupouy (Psychiatre) et l’équipe de soin de l’Unité de Soin pour Adolescents Hospitalisation-Consultation (USAHC) Secteur 82 I 01 : Dispositif de soin centré sur un adolescent dans une unité d’hospitalisation plein temps pour adolescents : réflexions autour de processus mis en jeu dans le “maintien de soi“
  • Gabor Tverdota (Doctorant en philosophie à l’UCL) : Langage du corps et langue populaire. Le potentiel émancipateur de la Daseinsanalyse de L. Binswanger
  • Orane BerhoSophie Guillot et André Sicard (Equipe de soin de Route Nouvelle) : Titre non communiqué

Samedi 19 janvier 2013

10h. Séance 3

 

  • Jean-François Rey (Professeur honoraire de l’université et IUFM d’Artois) : Temps et Narrativité
  • Joris de Bisschop et Clara Novaes (soignants de La Borde): Le pathique dans la rencontre clinique
  • Arnaud François (Maître de Conférences en Philosophie à l’UTM) : Entre le corps et l’histoire: la « latitude de vie » comme critère de distinction en psychopathologie

 

14h. Séance 4

 

  • Pascale Gabsi (Psychologue dans l’unité de soin palliatif Résonance) : Le ciel m’est tombé sur la tête
  • Flora Bastiani (ATER à l’UTM) : À l’heure du délire – quelle temporalité pour le sujet malade?
  • Till Grohmann (Doctorant en philosophie à l’UTM) : Perception du (monde) et du (soi) dans un cas d’autisme

Séminaire – Histoire de la médecine et de la santé publique

Séminaire – Histoire de la médecine et de la santé publique

Ces conférences en histoire de la médecine et de la santé publique se dérouleront à la Faculté de médecine Paris-Descartes à partir du 24 janvier 2013. Elles s’adressent à tous les publics sans conditions de niveaux d’études : professionnels de la santé, universitaires, étudiants ou publics curieux. Elles se veulent un temps de rencontres et d’échanges entre le public intéressé et des chercheurs en sciences humaines et en médecine spécialistes de l’histoire de ces questions.

Conférences en Histoire de la médecine et de la santé publique (du XVIIIe au XXe siècle), Amphithéâtre Portier (2e étage) de la Faculté de médecine de Paris Descartes

  • (possibilité d’ascenseur pour les personnes à mobilité réduite)
  • Les conférences ont lieu les jeudis de 18h00 à 20h00 (de janvier à juin 2013)
  • Adresse : 15 rue de l’École de Médecine 75270 Paris cedex 06 (Stations de Métro : Cluny-La Sorbonne, Saint-Michel, Odéon.)

Programme 2013

Jeudi 24 janvier

Histoire de l’hygiénisme au XIXe siècle.

  • « Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle. » Par Gérard Jorland, directeur d’Études à l’EHESS (Paris).

Jeudi 14 février

La médecine et la douleur du malade : une approche historique.

  • « Connaissance et oblitération de la douleur dans l’histoire de la médecine. » ParJean-Pierre Peter, directeur d’Études à l’EHESS (Paris).

Jeudi 14 mars

Une histoire des épidémies.

  • « Histoire des pandémies.» Par le Professeur en médecine Patrick Berche, doyen de la Faculté de médecine Paris-Descartes.

Jeudi 28 mars

Histoire de la diffusion de l’hygiène publique et de la médecine au XIX et au XXe siècles.

  • « Périodiques d’hygiène publique et privée conservés à la BnF, essai de réflexion.» Par Anne Boyer chargée d’inventaire rétrospectif à la Bibliothèque Nationale de France (Département Sciences et techniques).
  • « La Société Française d’Histoire de la médecine aujourd’hui (fondée en 1902). » Par le Docteur en médecine Pierre Thillaud, président de la SFHM.

Jeudi 4 avril

Histoire du service de santé aux armées pendant la Première Guerre mondiale.

  • Par le Dr Jean-Jacques Ferrandis, docteur en médecine des armées au Val de Grâce – ancien président de la SHFM.

Jeudi 18 avril

Histoire de la pollution industrielle en France (1789-1914).

  • « Comment nous sommes entrés dans un monde non soutenable. Une histoire de la pollution industrielle (XVIIIe-XXe siècle). » Par Geneviève Massard-Guilbaud, historienne, directrice d’études à l’EHESS (Paris).

Jeudi 16 mai

Histoire de la crémation.

  • « Religion, idéologie et hygiène : la pratique et la crémation en France et en Italie (XIXe-XXe siècle.» Par Serenella Nonnis-Vigilante, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Paris-XIII, professeur associé à l’EHESS de Paris dans le Master 2 Européen « Santé, Population, Politiques sociales ».

Jeudi 30 mai

Histoire de l’hôpital au XIXe siècle.

  • « L’hôpital du XIXe siècle à l’épreuve de la critique.» Par Francis Démier, professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Paris X, à l’Université de New York (NYU) à Paris, à l’Institut d’Études Politiques de Paris.

Jeudi 6 juin

Histoire de l’Assistance publique de Paris.

  • « L’Assistance publique de Paris au XIXe siècle : un modèle de protection sociale ? » Par Yannick Marec, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen, Vice-Président du conseil scientifique du Comité d’Histoire de la Sécurité sociale.

Jeudi 20 juin

Histoire du corps et harmonie des plaisirs.

  • « Histoire de la représentation sexuelle des corps dans la société française XVIIIe-XIXe siècles.» Par Alain Corbin, professeur d’histoire émérite à l’Université Paris I- Panthéon, Sorbonne.

Ces CONFÉRENCES gratuites sont ouvertes à tous : professionnels de la santé, universitaires, étudiants ou publics curieux dans la mesure des 350 places disponibles de l’amphithéâtre.

Parution – La prison, un lieu de soins ?

Parution – La prison, un lieu de soins ?

 

LECU Anne, La prison, un lieu de soins ?, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

« On va les soigner en prison ! ». Qui n’a entendu cette phrase à l’occasion d’un fait divers tragique ? Comme si la mission de la prison (punir et réinsérer) intégrait désormais un nouvel objectif : soigner. Or, la prison, à la différence de l¹hôpital, n’est pas un lieu de soin même si c’est un lieu où l’on soigne.
Le face à face du médecin et du patient incarcéré est une situation exemplaire pour toucher du doigt l’ambivalence de la prison, tendue pour ne pas dire déchirée entre ses deux finalités, répressive et préventive, mais aussi l’ambivalence de la médecine, prise à la fois dans la nécessité d’objectiver le corps malade et de s’adresser à une personne.
Cette réflexion sur la médecine carcérale défend l’idée que le médecin exerçant en prison est en danger quand, comme ses prédécesseurs du XIXe siècle, il se satisfait d’une approche scientiste, technique, cesse de s’occuper de son patient singulier, s’associe à l’institution pénitentiaire afin d’établir le « profil » des personnes captives, décider de leur vulnérabilité, ou de leur dangerosité, et enferme les personnes dans leur conduite ­ nommée comportement ­, au lieu de les aider à retrouver du jeu, de la liberté, de la vie.
Dans son exercice en milieu pénitentiaire, le médecin peut résister, en faisant ce qu’il sait faire, de la médecine, en luttant contre les dispositifs illusoires qui visent à la transparence, à l’évaluation et à la prévision, et en gardant l’exigence éthique au centre de son métier.
Anne Lécu exerce la médecine dans une maison d’arrêt d’Ile de France depuis 1997. Elle a publié Des larmes (Cerf, 2012) et Où es-tu quand j¹ai mal ? (avec Bertrand Lebouché, Cerf, 2005).