Parution – Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie (XIXe-XXe siècles)

Parution – Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie (XIXe-XXe siècles)

 

Laurence Guignard, Hervé Guillemain et Stéphane Tison (dir.), Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2013.

À partir de trois situations institutionnelles différentes (judiciaire, militaire, hospitalière) exposées dans leur contexte historique des XIXe et XXe siècles, ce volume saisit les trajectoires singulières des patients dans leurs interactions avec les configurations institutionnelles de la psychiatrie et les catégories médicales qui définissent la maladie mentale. Il s’y dessine une autre histoire de la folie dans laquelle les médecins sont acteurs au même titre que les juges, les militaires ou les patients.

Laurence Guignard est maîtresse de conférences à l’université de Lorraine, centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH).

Hervé Guillemain est maître de conférences à l’université du Maine (Le Mans), centre de recherches historiques de l’Ouest (L’UNAM, CERHIO-UMR 6258).

Stéphane Tison est maître de conférences à l’université du Maine (Le Mans), centre de recherches historiques de l’Ouest (L’UNAM, CERHIO-UMR 6258).

Sommaire 

De la fureur à la dangerosité : folie violente/folie dangereuse au XIXe siècle

  • « Furieux », « dangereux », « dangerosité » : figures et concepts
  • Hôpital ou prison ? Les institutions de la régulation

Du front à l’asile : l’expérience de la folie de la Grande Guerre aux années vingt

  • L’impact de la guerre sur l’institution psychiatrique et les dispositifs de soin
  • Pratiques médicales et regards scientifiques sur les pathologies liées à la guerre
  • Expériences individuelles et familiales de la folie

Les malades dans l’institution hospitalière au XXe siècle

  • Expériences psychiatriques
  • L’institution en question
  • La résurgence de la parole des patients et de leurs familles

Appel à contribution – Healthy Living in Pre-Modern Europe. The Theory and Practice of the Six Non-Naturals (c.1400-1700)

Appel à contribution – Healthy Living in Pre-Modern Europe. The Theory and Practice of the Six Non-Naturals (c.1400-1700)

 Conference Venue: Institute of Historical Research, Bloomsbury, London.

Conference Dates: 13-14 September 2013

This conference seeks to bring together scholars working on topics related to the role played by the six Non-Naturals in health maintenance in the late-medieval and early modern period.  It is well-known that health was thought to depend on the regulation of the six key factors affecting body functions: the air one breathes, sleep, food and drink, evacuations, movement and emotions. In pre-modern medicine careful management of these spheres of life was regarded as crucial if one wished to prevent disease. Yet the study of the Non Naturals has been neglected, as scholars have focused on the development of the concept in medical thought rather than on the advice regarding the individual non-naturals. The only exception concerns the recommendations related to food and diet while the other Non-Naturals have been the object only of general surveys. Even less attention has been paid to the relationship between preventive advice and practice.  This conference intends to address these gaps. Moreover we hope to stimulate discussions which will enable us to compare different regions and countries and to explore changing approaches to the Non-Naturals (and to the underpinning humoural principles) over the period under consideration.

More specifically the conference aims to:

-Compare the contents of medical advice about the Non-Naturals (how these activities should ideally be performed) and the actual practices associated with keeping healthy.  What relationship did practices bear to prescription? In order to address these questions scholars might use a range of ‘extra-medical’ sources, such as letters, diaries, literature and imagery.

-Explore change within the body of medical theory on the Non-Naturals. Were definitions of what was regarded as harmful or beneficial to health modified over the period? And is the idea of the body and its vulnerabilities that underpins these views subject to any transformations? It has widely been assumed that humoural theory was essentially static and unchanging during the early modern period. Is this view in need of revision?

– Explore the extent to which both recommendations about healthy living and the preventive measures adopted in everyday life changed over time. And were these transformations medically or socially driven? In other words were they a consequence of shifting ideas about the working of the body or of changing lifestyles?

 Stimulate comparisons between different regions and countries. For example, did the medical traditions in different countries place different emphases on the six Non-Naturals? Did they all conceptualise the humours in similar ways?  Were there different lay approaches to keeping healthy in different national contexts? Did people focus on any particular Non-Naturals –giving more weight to diet, for example, or to taking exercise- in order to maintain their health?

Papers will be 30 minutes long with discussants for groups of papers. Papers must be submitted at least two weeks before the conference to facilitate the work of the discussants.

Please send an abstract of no more than 500 words by 24 March 2013 to the conference secretary,  Tessa.Storey@rhul.ac.uk

Please e-mail the Organisers with any questions:

S.Cavallo@rhul.ac.uk and Tessa.storey@rhul.ac.uk

 

Conférences 2013 en Histoire de la médecine et de la santé publique

Conférences 2013 en Histoire de la médecine et de la santé publique

Faculté de médecine Paris-Descartes (Les Cordeliers), 15 rue de l’École de médecine – Paris. 

 

Conférences en Histoire de la médecine et de la  santé publique

(du XVIIIe au XXe siècles)

 

Rendez-vous à

 

L’Amphithéâtre Portier 2e étage

(possibilité d’ascenseur pour les personnes à mobilité réduite)

les jeudis de 18h00 à 20h00

(Janvier à juin 2013)

de la

Faculté de médecine de Paris Descartes

au 15 rue de l’École de Médecine

75270 Paris cedex 06

(Stations de Métro : Cluny-La Sorbonne, Saint-Michel, Odéon.)

 

 

Le programme 2013 est le suivant :

 

 

 

– Jeudi 24 janvier. Histoire de l’hygiénisme au XIXe siècle.

« Une société à soigner. Hygiène et salubrité  publiques en France au XIXe siècle. »  

Par Gérard Jorland, directeur d’Études à l’EHESS (Paris).

 

– Jeudi 14 février. La médecine et la douleur du malade : une approche historique.

« Connaissance et oblitération de la douleur dans l’histoire de la médecine. » 

 Par Jean-Pierre Peter, directeur d’Études à l’EHESS (Paris).

 

– Jeudi 14 mars. Une histoire des épidémies.

            « Histoire des pandémies.»

Par le Professeur en médecine Patrick Berche, doyen de la Faculté de médecine Paris-Descartes.

 

– Jeudi 28 mars. Histoire de la diffusion de l’hygiène publique et de la médecine au XIX et au XXe siècles.

« Périodiques d’hygiène publique et privée conservés à la BnF, essai de réflexion.»

Par Anne Boyer chargée d’inventaire rétrospectif à la Bibliothèque Nationale de France (Département Sciences et techniques).

 

« La Société Française d’Histoire de la médecine aujourd’hui (fondée en 1902). »

Par le Docteur en médecine Pierre Thillaud, président de la SFHM.

 

– Jeudi 4 avril

Histoire du service de santé aux armées pendant la Première Guerre mondiale.

Par le Dr Jean-Jacques Ferrandis, docteur en médecine des armées au Val de Grâce – ancien président de la SHFM.

 

– Jeudi 18 avril Histoire de la pollution industrielle en France (1789-1914).

 « Comment nous sommes entrés dans un monde non soutenable. Une histoire de la pollution industrielle (XVIIIe-XXe siècle). »

Par Geneviève Massard-Guilbaud, historienne, directrice d’études à l’EHESS (Paris).

 

– Jeudi 16 mai. Histoire de la crémation.

« Religion, idéologie et hygiène : la pratique de la crémation en France et en Italie (XIXe-XXe siècle.»

Par Serenella Nonnis-Vigilante, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Paris-XIII, professeur associé à l’EHESS de Paris dans le Master 2 Européen « Santé, Population, Politiques sociales ».

 

– Jeudi 30 mai. Histoire de l’hôpital au XIXe siècle.

« L’hôpital du XIXe siècle à l’épreuve de la critique.»

Par Francis Démier, professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Paris X,

à l’Université de New York (NYU) à Paris,

à l’Institut d’Études Politiques de Paris.

 

– Jeudi 6 juin. Histoire de l’Assistance publique de Paris.

« L’Assistance publique de Paris au XIXe siècle : un modèle de protection sociale ? »

Par Yannick Marec, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen, Vice-Président du conseil scientifique du Comité d’Histoire de la Sécurité sociale.

 

– Jeudi 20 juin. Histoire du corps et harmonie des plaisirs.

« Histoire de la représentation sexuelle des corps dans la société française XVIIIe-XIXe siècles.»

Par Alain Corbin, professeur d’histoire émérite à l’Université Paris I- Panthéon, Sorbonne.

 

 

Ces CONFÉRENCES gratuites sont ouvertes à tous : professionnels de la santé, universitaires, étudiants ou auditeurs curieux dans la mesure des 350 places disponibles de l’amphithéâtre.

 

Appel à contribution – Pour une approche anthropologique en recherche clinique

Appel à contribution – Pour une approche anthropologique en recherche clinique

Nous souhaitons favoriser le développement de l’anthropologie au sein de la recherche clinique. Pour ce faire, nous voulons réaliser un ouvrage collectif à destination des professionnels de santé et des anthropologues afin de porter à leur connaissance les différents types de recherche en anthropologie clinique qui existent aujourd’hui, notamment dans les systèmes de soins occidentaux. Ainsi, nous pourrons mettre en avant quelles pourraient être les collaborations possibles entre recherche anthropologique et recherche clinique. Pour cela nous souhaitons croiser les regards en associant dans cet ouvrage des contributions d’anthropologues francophones s’inscrivant dans différentes traditions nationales.

Anthropologie du malheur et de l’infortune, ethnomédecine, anthropologie médicale, anthropologie de la santé, anthropologie clinique, anthropologie critique des pratiques et des systèmes de soins et de ses institutions, épidémiologie socioculturelle sont autant de termes qui indiquent la richesse des approches développées par les anthropologues travaillant dans le champ de la santé depuis plusieurs décennies.

Les domaines historiques de l’anthropologie dans le champ de la santé et de la maladie concernent l’analyse des systèmes de soins lointains et « exotiques ». Accompagnant les mouvements migratoires, des recherches se sont également appliquées à l’analyse des représentations de la maladie des migrants et leur adaptation au système médical de la société d’accueil. Cependant, la prise en compte de la diversité socioculturelle des représentations de la santé, de la maladie, du soin, de la médecine, et de son organisation, ne concerne pas seulement les sociétés dites « exotiques », ou des populations migrantes, mais elle concerne également une réalité socioculturelle plus proche de nous. Désormais, l’anthropologie porte aussi un regard et une réflexion distanciés sur le « proche ».

Une demande croissante des cliniciens et des épidémiologistes émerge pour développer des volets qualitatifs au sein de leur recherche, sans qu’ils aient pour autant une idée claire des apports spécifiques que les questionnements d’ordre socio-anthropologiques pourraient leur apporter. La « recherche qualitative » renvoie pour nombre d’entre eux plus à une méthode qu’à un champ disciplinaire. S’ils collaborent déjà avec des psychologues, la contribution de la sociologie reste à leurs yeux assez vague, et celle de l’anthropologie plus vague encore. Ils ont du mal à identifier la place qu’elle est susceptible d’occuper dans leur réflexion. En effet, nombre de recherches qualitatives ne présentent aucune dimension anthropologique. Il nous parait aujourd’hui nécessaire d’expliciter ce que les anthropologues peuvent ou ne peuvent pas apporter à la recherche clinique.

En terrain occidental, la perspective interdisciplinaire, mettant en avant une anthropologie intégrée dans la recherche clinique sur l’être humain et qui vise à améliorer sa santé, reste à développer. Cet ouvrage a l’ambition d’apporter quelques éléments de réponse à la demande et à l’intérêt des cliniciens tout en participant au développement du regard anthropologique dans le champ de la santé et de la maladie, et pour être plus précis à « la spécificité d’une anthropologie clinique au sein de l’anthropologie médicale[1]» dans un souci de dialogue interdisciplinaire et de co-construction d’un champ de recherche.

Nous nous appuyons sur les réflexions de Marc-Adélard Tremblay[2], pour définir ce que nous entendons par anthropologie clinique. Nous avons un champ, l’anthropologie clinique composé de deux domaines, l’anthropologie « pour la » clinique et l’anthropologie « de la » clinique.

L’anthropologie pour la clinique utilise les connaissances anthropologiques pour résoudre des problèmes de santé au niveau somatique et psychosomatique. L’anthropologie de la clinique développe une perspective de recherche fondamentale.

Si l’anthropologie clinique relève d’une action qui résulte d’un transfert de connaissances, l’anthropologie de la clinique, au contraire est le champ qui les produit et les fonde sur une démarche rigoureuse. (Tremblay, 1990 : 125)

L’axe « anthropologie pour la clinique » est à l’usage des professionnels de la santé et sera plus particulièrement évocateur pour eux. Mais il doit être entendu dans ce domaine que l’anthropologie n’est pas simplement une discipline utile susceptible d’applications, mais qu’elle développe également ses propres questionnements, et que ces interrogations peuvent les intéresser. L’axe « anthropologie de la clinique » rejoint un champ plus classique de l’anthropologie, devrait intéresser les cliniciens en ce qu’il apport une lecture différente de la leur en même temps que complémentaire.

Tout chercheur qu’il soit clinicien ou anthropologue est modelé par sa culture non seulement professionnelle mais aussi sociale et culturelle et obéit à des théories et à des méthodes de recherche qui lui sont propres. De surcroit, les problématiques d’ordre anthropologique ne correspondent par forcément aux objectifs cliniques et vice versa. Comme dans toute relation interculturelle, le dialogue interdisciplinaire suscite des moments d’enthousiasme mais peut aussi se heurter à des incompréhensions, d’où l’intérêt de construire ensemble ce champ de recherche.

Nous souhaitons favoriser le développement de l’anthropologie au sein de la recherche clinique. Pour ce faire, nous voulons réaliser un ouvrage collectif à destination des professionnels de santé et des anthropologues afin de porter à leur connaissance les différents types de recherche en anthropologie clinique qui existent aujourd’hui, notamment dans les systèmes de soins occidentaux. Ainsi, nous pourrons mettre en avant quelles pourraient être les collaborations possibles entre recherche anthropologique et recherche clinique. Pour cela nous souhaitons croiser les regards en associant dans cet ouvrage des contributions d’anthropologues francophones s’inscrivant dans différentes traditions nationales.

L’ouvrage sera construit en deux parties. La première sera constituée de plusieurs exemples de recherche en anthropologie des systèmes de soins, que ce soit à l’hôpital où dans d’autres structures, concernant notamment les relations malades / soignants, l’accompagnement dans la mort périnatale ou les soins palliatifs, les expressions sociales de la douleur, les représentations d’une maladie grave telle que le cancer, les pubertés précoces et plus largement le soin, la cure, la prévention.

La seconde partie comportera des contributions expliquant les outils mobilisés lors des recherches socio-anthropologiques, les théories et les méthodes, ainsi que des témoignages de collaborations entre cliniciens et anthropologues.

Modalités de soumission

Pour être accessible aux cliniciens, chaque article de cet ouvrage devra être écrit de manière concise et les concepts utilisés clairement définis. Pour faciliter la compréhension de l’intérêt de l’anthropologie pour les professionnels de santé, nous demanderons à un clinicien ou à un médecin de santé publique, de faire la lecture d’un article et de réagir en quelques lignes dessus. Ceci permettra d’enrichir les échanges pluridisciplinaires.

Les propositions de contribution doivent être rédigées en 350 mots maximum et nous parvenir

avant le 18 mars 2013.

L’article devra être d’une longueur comprise entre 4000 et 6000 mots bibliographie comprise (soit entre 10 et 15 pages en times new roman, police 12, interligne 1,5) et sera à rendre au plus tard le 25 octobre 2013.

Nous espérons ainsi contribuer, avec vous, à la construction et à l’insertion institutionnelle de l’anthropologie dans la recherche clinique au sein du système de soin.

Les propositions de contributions sont à envoyer à : anthropologie.clinique@gmail.com

Responsables scientifiques

  • *Serge Gottot, médecin de santé publique
  • *Maria Teixeira, anthropologue
  • Caroline Desprès, médecin/anthropologue
  • *Hélène Mellerio, pédiatre

*Unité d’épidémiologie clinique – Hôpital Robert Debré – Inserm CIE5 – Université Paris 7 Diderot

[1] Sylvie Fortin, syllabus du séminaire « Anthropologie, société, santé » à l’université de Montréal ANT6155 – hiver 2012. http://www.anthro.umontreal.ca/cours/documents/Ant6155H2012syllabusabrege.pdf

[2] Marc-Adélard Tremblay, 1990, L’anthropologie de la clinique dans le domaine de la santé au Québec. Quelques repères historiques et leurs cadres institutionnels, 1950-1990, Anthropologie et Sociétés, 14(1) : 125-146. http://www.erudit.org/revue/as/1990/v14/n1/015116ar.html

 

 

  • Maria Teixeira
    courriel : anthropologie [dot] clinique [at] gmail [dot] com

 

Journée d’étude – Enfance, corps et genre

Journée d’étude – Enfance, corps et genre

L’objectif de ces journées d’étude est de confronter les résultats obtenus dans le cadre du programme ANR NORMENFAN (« Prescription des normes, socialisation des enfants et construction du genre »), centré sur les socialisations corporelles enfantines, avec ceux de chercheurs travaillant sur des thématiques et / ou dans des perspectives proches. La première journée « Normes corporelles et construction du genre » se centre sur l’analyse de la production des normes corporelles dans les discours juridiques, scientifiques, littéraires et médiatiques, et sur la manière dont les filles et les garçons s’approprient (ou pas) ces normes. La seconde journée « Enfances inégales » étudie les processus de différenciation sociale des enfants, notamment en ce qui concerne leurs usages du corps. Que les communications se centrent sur les pratiques enfantines, ou sur les stratégies éducatives des adultes qui les encadrent, elles questionnent toutes les données analysées au regard de la position sociale des enquêtés et de leurs modalités de socialisation.

ANNONCE

Argumentaire

Organisées par le PRISSM-SOI et le LISST-CA, avec le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche

Dans une société en pleine mutation sociale, les enfants sont le support d’enjeux sociaux, économiques et politiques de plus en plus importants. Dans ce contexte, la question de leurs modes de socialisation et des processus de transmission intergénérationnels se pose d’autant plus que les instances classiques de socialisation évoluent (nouvelles formes de vie familiale par exemple), connaissent des difficultés, se multiplient (développement des modes de gardes et des pratiques extra scolaires). Elles sont par ailleurs concurrencées par d’autres formes de socialisation, relatives à la participation aux groupes des pairs ou encore aux consommations médiatiques. En ce sens, une meilleure connaissance des modalités concrètes de socialisation des enfants constitue un enjeu important.

Le corps, moyen d’expression identitaire mais aussi produit d’un façonnement social, occupe une place centrale dans ces processus. Il fonctionne en effet comme « support de classements », et notamment comme élément central de la distinction de genre. Le fonctionnement asymétrique des catégories sexuées implique en effet l’apprentissage de techniques et d’usages du corps distincts selon les sexes.

Depuis les années 1990, l’étude de l’enfance et des enfants a connu un regain d’intérêt important en sociologie, sous l’impulsion en particulier d’auteurs se réclamant de la sociologie de l’enfance. Se proposant d’étudier les enfants pour eux-mêmes, en tant qu’ « acteurs » et non en tant qu’ « objets » de la socialisation, ils revendiquent une rupture avec les travaux antérieurs sur l’enfance, et invitent à s’intéresser à ce que les enfants font plutôt qu’à ce que la société leur fait. Dans cette perspective, les pratiques enfantines sont rarement analysées en relation avec les influences socialisatrices auxquelles les enfants sont soumis.

Le programme ANR NORMENFAN « Prescription des normes, socialisation des enfants et construction du genre », dans lequel s’inscrivent ces journées d’étude, se centre a contrario sur l’étude des socialisations corporelles enfantines. Il étudie les usages du corps dans deux domaines de pratiques : les pratiques ludiques, physiques et sportives, d’une part, les pratiques de travail de l’apparence, d’autre part.

L’objectif de ces journées d’étude est de confronter les résultats obtenus dans le cadre du programme ANR avec ceux de chercheurs travaillant sur des thématiques et/ou dans des perspectives proches.

La première journée « Normes corporelles et construction du genre » se centre sur l’analyse de la production des normes corporelles dans les discours juridiques, scientifiques, littéraires et médiatiques, et sur la manière dont les filles et les garçons s’approprient (ou pas) ces normes en fonction de leur âge et/ou de leurs modes de socialisation.

La seconde journée « Enfances inégales » étudie les processus de différenciation sociale des enfants, notamment en ce qui concerne leurs usages du corps. Que les communications se centrent sur les pratiques enfantines, ou sur les stratégies éducatives des adultes qui les encadrent, elles questionnent toutes les données analysées au regard de la position sociale des enquêtés et de leurs modalités de socialisation.

Programme

Jeudi 23 Mai : Enfance, normes corporelles et genre : production, transmission et appropriation

Université de Toulouse-Le Mirail, Maison de la Recherche, salle D29

9h-12h30

  • Nicoletta Diasio (Université de Strasbourg) : « Jouer des frontières: passages d’âge et identifications de genre à la sortie de l’enfance ».
  • Catherine Monnot (LISST-CAS, UTM) : « Corps et apprentissage musical des garçons et des filles (France) »
  • Anne Marie Ricard (LISST-CAS, UTM) : « Corps et destin des garçons dans l’oeuvre du romancier américain Russell Banks »
  • Virginie Vinel (Université de Metz) : « La puberté des filles et des garçons sous le regard médical »

Repas en commun

13h30-17h

  • Gérard Neyrand (PRISSMH-SOI, Toulouse) : « Montée des incertitudes et tensions normatives sur le corps de l’enfant »
  • Valérie Larrosa, Philippe Raimbault (Sciences Po Toulouse) : « La contribution du droit scolaire à la production/transmission des normes »
  • Sahra Mekboul (Juriste-Psychologue, CIMERSS) : « Evolution sociale et évolution juridique : l’affirmation normative de l’enfance »
  • Antoine Radel (PRISSMH-SOI, Toulouse), Gérard Neyrand (PRISSMH-SOI, Toulouse) : « La transmission des normes dans les discours médiatiques grand public »

Vendredi 24 Mai : « Enfances inégales : corps, genre, classe »

Université du Mirail, Bâtiment de l’Arche, salle 301

9h-12h30

  • Martine Court (LAPSCO, Clermont-Ferrand 2), Christine Mennesson (PRISSMH-SOI, Toulouse), Julien Bertrand (PRISSMH-SOI, Toulouse) : « Habiller, nourrir, soigner son enfant : la fabrication de corps de classes ».
  • Wilfried Lignier (Centre européen de sociologie et de science politique, Paris) et Julie Pagis (CERAPS, Lille 2) : « Inimitiés enfantines. Quand les différences se font distance. »
  • Philippe Longchamp (HES, Lausanne) : « Dispositions autonarratives et inégalités sociales. Le cas des enfants à l’infirmerie scolaire ».

Repas en commun

13h30-17h

  • Marie-Clémence Le Pape et Marie Plessz : « Normes  nutritionnelles et corps enfantins. Une analyse de la socialisation alimentaire au prisme des petits déjeuners ».
  • Gildas Hivert (LASSP, Toulouse) : « L’école comme lieu de construction/différenciation de figures de l’enfance »
  • Marie Cartier (CENS, IUF) et Marie-Hélène Lechien (GRESCO) : «  Je suis plus moderne qu’elle ! « . Des cas de désaccords éducatifs entre assistantes maternelles et mères ».

Séminaire – Relations de couple, violence et santé chez les adolescents et adolescentes

Séminaire – Relations de couple, violence et santé chez les adolescents et adolescentes

Séminaire organisé par le groupe « Genre, égalité et mixité », rencontre avec Patrizia Romito, Lucia Beltramini et Laura Pomicino sur les thèmes « Relations de couple, violence et santé chez les adolescents et adolescentes ».

ANNONCE

Rencontre avec Violécogenre (Patricia Mercader, Annie Léchenet) et Genre et politique.

Jeudi 14 février 10h 12h

(ENS salle R253)

Echanges sur les recherches respectives

  • Patrizia Romito : Consommation de pornographie chez les adolescent-e-s, sexualisation des femmes et des filles dans les media, liens entre sexualisation, pornographie et violence.
  • Laura Pomicino : Prévenir la violence chez les adolescent-es : Comment travailler avec elles et eux sur ces questions dans les établissements scolaires ?
  • Romito et PomicinoQuestions méthodologiques dans les études sur la violence dans le jeune couple

Romito, P., Grassi, M. (2007) Does violence affect one gender more than the other? The mental health impact of violence among male and female university students.Social Science & Medicine, 65, 1222-1234.
Romito, P., Beltramini, L., & Escribà Aguir, V. (2013). Intimate partner violence and mental health among Italian high school students: Gender similarities and differences. En cours d’impression dans : Violence against women.

GEM, jeudi 14 février 15h – 17h

(IUFM,  5 Rue Anselme 69317 LYON salle des conseils)

Relations de couple, violence et santé chez les adolescents et adolescentes : comment intervenir ?

  • Violence et santé chez les adolescents et adolescentes
  • Où en sont les adolescents et adolescentes dans leurs relations amoureuses et sexuelles ?
  • La consommation de pornographie a-t-elle des incidences sur leurs relations ?
  • Prévenir la violence chez les adolescent-es : Comment travailler avec elles et eux sur ces questions dans les établissements scolaires ?

Vendredi 15 février

matin ou journée (Filactions, 6, rue des Fantasques 69001 LYON)

Expériences et questions des intervenantes et militantes de groupes de la FNSF (aide aux femmes, prévention), de l’Observatoire de Seine St-Denis ? de divers groupes et associations de la région de Lyon

  • P.Romito : « Teen dating violence » : les violences dans les tout jeunes couples
  • Laura Pomicino : continuité/discontinuité entre violences dans les couples adolescentes et couples adultes.
  • Lucia Beltramini : recherche sur les expériences de violence que les hommes vivent entre eux (service militaires, groups sportifs) et sur le rôle du déni de ces violences dans la construction de la masculinité.

Pomicino, L., Grimaldi, T., Gerin, D. (2013). Quando la vittima di violenza è una donna immigrata, in Romito, P., Melato, M. (2013). Violenze su donne e minori. Una guida per chi lavora sul campo. Roma: Carocci Faber.
Romito, P. (2011) Les violences conjugales post-séparation et le devenir des femmes et des enfants. Revue Internationale de l’Education Familiale, 29:87-195.

 

Parution – Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

Parution – Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances

 Textes traduits et présentés par Angeline Durand-Vallot, ENS Editions, 200 p., 23 euros. ISBN 978-2-84788-368-8

« La femme doit avoir sa liberté, la liberté fondamentale de choisir si elle sera ou non mère et combien d’enfants elle aura. » Margaret Sanger, Woman and the New Race.

Cet ouvrage retrace le parcours de Margaret Sanger, pionnière de la lutte en faveur du contrôle des naissances aux États-Unis au début du XXe siècle. Féministe d’avant-garde, radicale, provocatrice, Margaret Sanger reste une figure incontournable et controversée de l’histoire de la lutte pour la liberté de contraception. Les textes ici présentés mettent en perspective ses combats pour l’accès aux moyens contraceptifs et à l’éducation sexuelle envisagée comme une arme contre la pauvreté et l’oppression des femmes à une époque où la propagande anticonceptionnelle était encore prohibée aux États-Unis. Ses écrits permettent par ailleurs de comprendre les principaux fondements idéologiques des transformations intervenues près d’un demi-siècle plus tard avec les revendications portées par les féministes américaines de la deuxième vague. Sortir de l’obscurité posthume cette femme visionnaire, telle est l’ambition de cet ouvrage qui, en mettant en exergue l’histoire passée, nous éclaire sur les enjeux actuels de la question des droits reproductifs.

http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100675110

Journée d’étude – Genre, normes et corps

Journée d’étude – Genre, normes et corps

Journée d’études des doctorant.e.s ARPEGE

Mercredi 27 février 2013, 9H-17H

Université de Toulouse-Le Mirail
Maison de la Recherche, salle D31

Présentation :

Les journées ARPEGE visent à promouvoir une approche pluridisciplinaire du genre transversale aux différents établissements universitaires toulousains. Cette journée consacrée aux doctorant-e-s sera l’occasion de valoriser le travail de jeunes chercheur-e-s et d’échanges pluridisciplinaires autour d’un des axes du réseau : Genre, Normes et Corps

Programme :

Présentation de la journée
Agathe Roby (doctorante en histoire)

Discutantes de la matinée : Sylvie Chaperon (PR en histoire), Fanny Tou- raille (doctorante en sociologie)

> Caroline Goldblum : F. d’Eaubonne (1920-2005) : Une intellectuelle hors norme dans les années 70.

> Pascale Tiévant : Monstres au féminin dans l’iconographie médiévale – XIVe et XVe siècles.

> Mélie Fraysse : Pourquoi les journalistes féminines de la presse VTT ne sont pas féministes ? Le rôle de la sexuation des processus d’identification profes- sionnelle dans la préservation de l’hégémonie masculine au sein des rédac- tions des magazines de Vélo Tout Terrain.

Discutant-e-s de l’après-midi : Gérard Neyrand (PR en sociologie), Na- hema Hanafi (docteure en histoire)

> Virginie Houadec : Les atteintes au corps dans la littérature de jeunesse en France, une construction de la violence conjugale.

> Sarah Nicaise : Variation des socialisations sexuées enfantines et processus de construction de sa distance aux normes corporelles de « féminité » : le cas des femmes « gouines ».

> Maria Clara de Moraes Prata Gaspar : Entre normes médicales et normes sociales : Jeunes femmes françaises et espagnoles face à leur corps.

Contacts et infos :

agathe.roby@gmail.com nahema.hanafi@gmail.com caroline_goldblum@yahoo.fr

Journée d’étude – Avortement : les femmes prises entre la force des normes procréatives et la faiblesse du service public de santé

Journée d’étude – Avortement : les femmes prises entre la force des normes procréatives et la faiblesse du service public de santé

26 février – EHESS

 Atelier « Genre, normes procréatives et procréation »

3ème séance

Mardi 26 février 2013, de 9h30 à 12h30 bât. Le France, EHESS, 190 avenue de France 75013, salle du Conseil B

Interventions :

> « Le système de santé face à la demande d’avortement : des médecins moralisateurs, des structures IVG démantelées », par Maud Gelly :
Après une présentation des résultats d’une enquête qualitative menée en 2004 dans le cadre d’une thèse de médecine sur la formation des médecins à la contraception et à l’avortement, il s’agira de mettre en perspective l’analyse critique de ces résultats avec l’impact des réformes actuelles du service public de santé pour le droit à l’avortement. Ces constats sont tirés, non d’une recherche en sciences sociales, mais d’une pratique quotidienne d’avortements (médicamenteux et par aspiration) dans le service public et de la participation à des associations féministes et militant pour le droit à l’avortement. Le dialogue avec Sabine Lambert permettra de confronter ses données empiriques, recueillies scientifiquement, avec les impressions et préoccupations de professionnelles (souvent -mais pas toujours- féministes) de l’avortement.

> « L’injonction à un vécu dramatique de l’IVG. Représentations et expériences vécues de l’interruption volontaire de grossesse en France », par Sabine Lambert :
« C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame » (propos tenus par Simone Veil à propos de l’avortement, le 26 novembre 1974, à l’Assemblée nationale, lors de la discussion de la loi sur l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG)). Plusieurs décennies plus tard, cette phrase, à la tournure quasi-prophétique, « C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame », semble encore résonner dans les têtes des femmes, les colonnes de nos journaux, les cabinets des médecins ou nos assemblées parlementaires.
L’intervention portera sur deux points : les résultats d’un questionnaire portant sur le vécu de l’IVG et ses représentations ; l’analyse d’un corpus de témoignages de femmes ayant avorté. Le questionnaire nous permettra d’aborder la question de l’existence d’une véritable injonction à un vécu dramatique de l’IVG, ses conséquences sur les représentations et le vécu de l’avortement.
L’analyse des témoignages, issus du site « J’ai avorté et je vais bien, merci ! », quant à elle, abordera la question de la résistance à cette injonction (colère, volonté d’agir, de témoigner) par des femmes ayant choisi de diffuser une parole publique transgressive sur l’avortement (pas d’hésitations à avorter, de culpabilité ou de tristesse affichées par ces femmes, par exemple). Cette intervention, en écho à celle de Maud Gelly, questionnera l’évolution de ce qu’il est convenu d’appeler « le droit à l’avortement » : qu’est-ce qu’un droit auquel on n’a de moins en moins accès dans de bonnes conditions (matérielles et morales) ? un droit dont le recours ne pourrait qu’engendrer un drame, traduire un échec et être vécu dans la culpabilité et la honte ?

Coordinatrice- discutante de la séance : Marie Mathieu (Doctorante CSU-CRESPPA, Paris 8/IREF, UQAM)

Contact :

gnp.santeetsociete@gmail.com