Journée d’étude – Michel Foucault et Gilles Deleuze : réflexions et influences sur la pensée du corps

Journée d’étude – Michel Foucault et Gilles Deleuze : réflexions et influences sur la pensée du corps

  • UFR STAPS, Université Claude Bernard-Lyon 1, Salle 7 (Bâtiment Sapin) – tramway T1, arrêt Université Lyon 1 – 27/29, boulevard du 11 Novembre 1918
    Villeurbanne, France (69100)
  • jeudi 06 juin 2013

L’influence des travaux de Michel Foucault et de Gilles Deleuze sur la pensée du corps contemporaine n’est plus à démontrer. Parfois directe, revendiquée et assumée, la référence à leur œuvre est cependant le plus souvent implicite, voire inconsciente. Si Foucault et Deleuze n’ont par exemple marqué un intérêt explicite pour le sport que de façon occasionnelle, il n’en demeure pas moins que l’usage des concepts qu’ils développèrent est devenu commun dans ce champ de réflexion. Ce séminaire aura pour objet de faire le point sur les rapports entre les travaux de Foucault et de Deleuze et la réflexion sur le corps, et de montrer quel usage il peut être fait de leurs concepts dans des champs disciplinaires ne se limitant pas à celui de la seule philosophie.

ANNONCE

Présentation

L’influence des travaux de Michel Foucault et de Gilles Deleuze sur la pensée du corps contemporaine n’est plus à démontrer. Parfois directe, revendiquée et assumée, la référence à leur œuvre est cependant le plus souvent implicite, voire inconsciente. Si Foucault et Deleuze n’ont par exemple marqué un intérêt explicite pour le sport que de façon occasionnelle, il n’en demeure pas moins que l’usage des concepts qu’ils développèrent est devenu commun dans ce champ de réflexion. Archéologie, épistémè, disciplines, micro-pouvoir, assujettissement, subjectivation, biopolitique, souci de soi, herméneutique du sujet, du côté de Foucault. Machines désirantes, corps sans organes, flux, territorialisation, déterritorialisation et re-territorialisation, désir, agencements, schizo-analyse, rhizomes, ségmentarité, du côté de Deleuze (et de Guattari, faudrait-il préciser).

En France, le moment fondateur de l’intérêt pour les travaux de Foucault est sans doute l’interview donnée par ce dernier dans la revue Quel corps ? en 1975, dont les propos furent recueillis par certains de ceux qui allaient devenir les plus grands noms de la réflexion sur le corps contemporaine : Georges Vigarello, Jean-Marie Brohm, Daniel Denis. Puis, vinrent Le corps redressé de Georges Vigarello, L’archéologie de l’éducation physique au XXe siècle en France de Jacques Gleyse, qui ne cachèrent pas leur héritage foucaldien. La référence aux travaux de Deleuze est sans doute plus diffuse et moins exploitée, même s’il s’impose comme un point de passage obligé pour les questions traitant de la postmodernité, de la critique de la psychanalyse, du désir.

Afin de faire un point sur les rapports entre les travaux de Foucault et de Deleuze et la réflexion sur le corps, les trois axes suivants seront privilégiés, sans que les interventions retenues ne s’y limitent pour autant :

  • Les emplois de Foucault et de Deleuze dans le champ de la réflexion sur le corps, aux différents plans du questionnement, de la construction des objets et de l’interprétation. Sont en effet à envisager autant la méthode des chercheurs, en ce qu’elle s’inscrirait, ou prétendrait s’inscrire, dans une attitude foucaldienne ou deleuzienne, que les concepts effectivement utilisés. À quelles conditions peut-on dire qu’un travail sur le corps est foucaldien ou deleuzien ?
  • Les influences, aussi bien explicites qu’implicites, à Foucault et à Deleuze, et à leurs concepts tels que ceux évoqués ici (ces énumérations étant, bien sûr, non exhaustives) et leurs usages : refoulement, orthodoxie, hétérodoxie, syncrétismes, ou même simplement adaptation des notions utilisées. De quelle(s) façon(s) les concepts foucaldiens et deleuziens peuvent-il être utilisés pour penser le corps et le sport ?
  • Le parcours conceptuel des textes fondateurs de la « French Theory » aux États-Unis, en particulier ceux de Foucault et de Deleuze, et leur retour en France dans le champ de la réflexion sur le corps par le prisme des usages constitués outre-Atlantique, et qui se diffusent cependant en Europe : queer studies, subaltern studies, post-colonial studies, notamment avec des figures telles que Judith Butler, David Halperin, Beatriz Preciado, Elsa Dorlin, Teresa de Lauretis. Comment tout ce « corpus » construit en partie sur les textes de Foucault et de Deleuze influence-t-il la réflexion sur le corps ? Comment d’autres références, caractérisant la pensée postmoderne et la déconstruction, telles que celles de Lyotard, de Derrida ou encore de Baudrillard, agissent-elles dans le champ de la pensée sur le corps et le sport ?

La première rencontre de ce séminaire commun organisé conjointement avec l’Université de Franche-Comté eut lieu le jeudi 24 janvier 2013 à l’UFR des Sports de l’Université de Franche-Comté, sous la direction de Jean-François Loudcher (MCU, Université de Franche-Comté, C3S) et de Christian Vivier (MCU, Université de Franche-Comté, C3S).

Programme

Cette journée s’inscrit dans le cadre d’un séminaire commun organisé conjointement avec l’Université de Franche-Comté.

10h − Accueil.

10h15 − Ouverture.

10h30-12h30 – Première séance : Le corps au paroxysme.

  • Philippe Liotard, MCU, Université Lyon 1, CRIS, « Corps, désirs et pouvoirs : Foucault et Deleuze en débat ».
  • Jean-François Loudcher, MCU, Université de Franche-Comté, C3S, « Deleuze et la figure du surhomme dans le sport ».

12h30-14h − Pause.

14h-17h − Deuxième séance : Le corps hors-la-loi.

  • Raphaël Verchère, ATER, Université Lyon 1, CRIS, « La résistance comme « catalyseur chimique » des relations de pouvoir : la triche sportive comme révélateur du « pouvoir de la norme » ».
  • Andreas Wilmes, Doctorant, Université Paris 5, CERSES, « Pouvoir psychiatrique, histoire de la sexualité et meurtre en série ».
  • Muriel Salle, MCU, Université Lyon 1, CRIS, « Foucault et les historiens du crime ».

17h − Clôture.

 

Journée d’étude – Régimes de vérité, gouvernementalité et biopolitique : les historiens et Michel Foucault

Journée d’étude – Régimes de vérité, gouvernementalité et biopolitique : les historiens et Michel Foucault

Vendredi 14 juin 2013
EHESS, Paris, , salle des conseils

On sait combien, depuis la rencontre tumultueuse de 1978 à propos de Surveiller et punir, le rapport des historiens à l’œuvre de Michel Foucault a été complexe, nourri de certains malentendus et pourtant fructueux. La publication, en voie d’achèvement, des cours du Collège de France, fournit l’occasion de revenir sur cette relation délicate, et de faire le point : l’objet de cette édition 2013 de la journée d’étude annuelle de la Société d’histoire moderne et contemporaine consacrée aux « Historiens et Michel Foucault » est de discuter les usages, critiques et questionnements suscités par les paradigmes foucaldiens dans le champ de l’histoire des périodes moderne et contemporaine, en s’appuyant moins sur les lectures de Naissance de la folie et deSurveiller et punir que sur les notions de régime de vérité, de « biopolitique » et « gouvernementalité » entendue comme forme de pouvoir immanente au corps social et participant d’une fonction régulatrice de la vie collective et individuelle.

9h30-12h

Assemblée Générale de la SHMC : présidence Laurence Fontaine

session 1

  • Michael C. Behrent (Appalachian State University) : Penser le XXe siècle avec  Foucault
  • Luca Paltrinieri (CIEPFC/Cirphles – ENS Ulm) : Biopouvoir : les sources historiennes d’une fiction politique
  • Elsa Dorlin (université Paris 8) : Le plaisir a-t-il une histoire ? Les historiens de la sexualité et Foucault

Discussion

12h : déjeuner

13h30-17h00 : session 2

  • Paolo Napoli (EHESS) : Foucault et l’histoire de la normativité
  • Vincent Denis (Paris 1) :  L’historiographie de la police et ses usages de Foucault

Pause café

  • Luc Berlivet (CNRS / Cermes3) : Actualité de la biopolitique : sécurité, régulation et subjectivation au prisme de l’histoire de la santé
  • Jean-Baptiste Fressoz (Imperial College, Londres) : Le modèle foucaldien de la biopolitique et l’histoire : chronologie et outils du biopouvoir dans le cas de l’inoculation et de la vaccination 1720-1820

Discussion

Fin des travaux à 17h

 

Séminaire International Avancé de Philosophie de la Médecine – Unité et autonomie de la philosophie de la médecine

IASPM 2013 – Scientific program and registration

Vous trouverez ici (Provisional scientific program IASPM 2013) le programme scientifique prévisionnel détaillé du Séminaire International Avancé de Philosophie de la Médecine (IASPM 2013), qui aura lieu les 20-21-22 juin 2013 au Centre Panthéon-Sorbonne (12, place du Panthéon – 75 005 Paris – salle 1) sur le thème « Unité et autonomie de la philosophie de la médecine ».

La conférence est ouverte au public mais le nombre de places est limité. L’inscription est donc gratuite mais obligatoire et se fait en ligne à l’adresse suivante : http://iaspm.sciencesconf.org/registration/index

 

 

 

 

Appel à contribution – L’ivresse de l’Antiquité à nos jours

Appel à contribution – L’ivresse de l’Antiquité à nos jours

Ce colloque sur l’ivresse devra s’inscrire dans un démarche pluridisciplinaire et internationale fondée sur l’histoire, l’anthropologie et l’ethnologie mais ouverte aux autres discours : de la médecine à la psychologie, de l’histoire de l’art à la philosophie, de la géographie à l’économie, des lettres classiques et modernes à la sociologie. Le champ d’étude de ce colloque sera européen voire mondial. Il s’agira de confronter les points de vue pour aboutir à un état des lieux de la recherche à partir de quatre questionnements : avec quoi s’enivrer et dans quelles quantités ? La bonne ivresse. Pourquoi s’enivrer et comment le justifier ? L’opposition à l’ivresse : acteurs, discours et pratiques. Typologie de l’ivresse de l’Antiquité à nos jours.

L’ivresse, à savoir une réaction psychique et physique due à une boisson consommée en excès, fait partie de la culture européenne de l’Antiquité à nos jours. L’Organisation Mondiale de la Santé la considère aujourd’hui comme un problème mondial à l’origine de 2,5 millions de décès/an et de « nombreux problèmes sociaux et développementaux graves : violence, maltraitance ou négligence des enfants, et absentéisme sur le lieu de travail ».

Ce colloque sur l’ivresse devra s’inscrire dans un démarche pluridisciplinaire et internationale fondée sur l’histoire, l’anthropologie et l’ethnologie mais ouverte aux autres discours : de la médecine à la psychologie, de l’histoire de l’art à la philosophie, de la géographie à l’économie, des lettres classiques et modernes à la sociologie… Le champ d’étude de ce colloque étalé sur deux jours sera européen voire mondial. Il s’agira de confronter les points de vue pour aboutir à un état des lieux de la recherche.

Afin de conserver une unité dans le programme, voici quatre questionnements qui seront autant d’axes de réflexion.

  • Avec quoi s’enivrer et dans quelles quantités ?

La boisson avec laquelle l’on s’enivre est significative d’une culture, aujourd’hui ou par le passé. Le binge drinking fondé sur la consommation rapide d’alcools forts n’a pas la même signification que l’ivresse mondaine à partir de grands crus.

La question du seuil à partir duquel un buveur devient ivre est également soulevée. La possibilité de quantifier scientifiquement le volume d’alcool dans le sang est récente. Quels étaient jusqu’alors les seuils à partir desquels un buveur était considéré en état d’ivresse ? Lorsque la science ne permet pas de définir des seuils, qui la remplace ? Les autorités religieuses ? Les autorités politiques ? La société ? Quels volumes sont alors autorisés ? Et dans quelle mesure peut-on observer une certaine continuité des volumes autorisés de l’Antiquité à nos jours? Il faudra essayer, autant que faire se peut, de quantifier l’ivresse. Une démarche comparative permettra de clarifier les choses et de faire ressortir les caractéristiques de chaque période et de chaque aire culturelle.

  • La bonne ivresse. Pourquoi s’enivrer et comment le justifier ?

L’ivresse possède une dimension positive et négative. Dans quels cas s’agit-il d’une bonne ivresse ? Pourquoi l’ivresse est-elle parfois perçue positivement au fil de l’Histoire ? Il faudra se demander comment l’enivrement est justifié de l’Antiquité à aujourd’hui, en faisant ressortir les arguments culturels, sociaux, médicaux, religieux, politiques, économiques, psychologiques ou autres favorables à l’ivresse. Nous tenterons également d’établir des passerelles entre le passé et le présent. Par exemple, la capacité créatrice de l’ivresse (à l’origine de la tragédie et de la comédie grecques) est connue. Dans quelle mesure existe-t-il une continuité entre les auteurs de la Grèce antique et les artistes contemporains ? Comment et dans quelle mesure les auteurs et artistes se sont-ils emparés du sujet (de la littérature à la peinture, des chansons à boire à l’opéra, des représentations de Bacchus ivre à l’art moderne)?

  • L’opposition à l’ivresse : acteurs, discours et pratiques

Selon une périodisation variable, l’ivresse est également critiquée voire combattue. Dans quel cas un enivrement est-il considéré comme une mauvaise ivresse ? Quels sont les arguments avancés ? Il s’agira de souligner quelles autorités (religieuse, politique, juridique, médicale, sociale, morale, économique, etc.) mènent l’offensive contre l’ivresse. Le plus souvent, cette opposition n’est pas absolue. Certains lieux, certains moments, certaines catégories sociales et certaines boissons sont plus directement stigmatisés. Pour quelles raisons ?

Il faudra aussi réfléchir aux réponses apportées à la question de l’ivresse. Quelles sont les solutions (politiques, religieuses, sociales…) et les remèdes proposés de l’Antiquité à nos jours ? Dans la France du début du XVIIe siècle, deux solutions médicales étaient principalement proposées : attendre la dissipation naturelle des vapeurs enivrantes en laissant le buveur cuver, ou accélérer le rétablissement en purgeant l’enivré (vomissement, lavement, saignée). Des remèdes préservatifs à base de coriandre, d’huile d’olive ou de cendre de becs d’hirondelles étaient également envisagés. La question des solutions renvoie aux différences culturelles, de l’Antiquité à nos jours, de la théorie humorale hippocratique à la compréhension chimique des pathologies. De quelle manière et selon quel rythme les discours et les pratiques de sobriété se diffusent-ils dans le monde (campagnes de sensibilisation, groupes de pression, associations, règlementations de la commercialisation des boissons alcoolisées…) ? Il conviendra enfin de se demander dans quelle mesure ces différentes luttes contre l’enivrement ont été couronnées de succès. La loi n’est pas toujours conforme à la norme sociale, comme le soulignent par exemple l’édit de François Ier du 30 août 1536 criminalisant l’ivresse et de l’ivrognerie ou la loi du 1″ février 1873 qui vise à « combattre les progrès de l’alcoolisme » et surtout à « réprimer l’ivresse publique ». La présentation des normes devra être reliée à la pratique : les mouvements d’opposition ne se terminent-ils pas le plus souvent par un compromis ?

  • Typologie de l’ivresse de l’Antiquité à nos jours

Toutes les contributions devraient permettre d’ébaucher une typologie de l’ivresse : selon les cas par âge, par sexe, par catégorie sociale, par religion, par boisson enivrante, par aire culturelle, par période historique. Cette typologie ne devra pas laisser de côté la question des représentations mentales. Quelle est l’image de l’enivré ? Dans quel cas est-il perçu comme étant un joyeux buveur et dans quel autre devient-il un irresponsable identifié à la lie de l’humanité ? Il s’agira de souligner les continuités et les ruptures entre les ivresses du passé et celles d’aujourd’hui. Quel est le lien entre le potos, ou beuverie réglée qui prend place à la fin des banquets grecs, et les « apéros facebook » de la jeunesse occidentale du XXIe siècle ? Quel est le rapport entre les enivrements sociabilisateurs des jeunes de l’époque moderne et le binge drinking ou le botellón espagnol ? Existe-t-il un lien entre « la culture de l’enivrement d’Ancien Régime » mise en évidence dans la France moderne et les cultures de l’ivresse des différentes aires culturelles ? La comparaison des résultats permettra de faire ressortir les caractères essentiels pour chaque période et chaque aire culturelle.

Modalités de soumission

Les communications se feront en français ou en anglais.

Date limite de dépôt : 1er octobre 2013

Les propositions, comprenant un titre, un résumé de 1500 signes et un curriculum vitae, en français ou en anglais, sont à envoyer à l’adresse suivante :matthieu.lecoutre@univ-tours.fr

Comité scientifique

  • Isabelle BIANQUIS (Anthropologie, Université de Tours François-Rabelais)
  • Thibaut BOULAY (Histoire ancienne, Université de Tours François-Rabelais)
  • Marie CHOQUET (Psychologie INSERM, CHU Cochin, IREB)
  • Patrice COUZIGOU (Hépato-gastro-entérologue, CHU Bordeaux, IREB)
  • Matthieu LECOUTRE (Histoire moderne, Université de Tours François-Rabelais/Université de Bourgogne)
  • Véronique NAHOUM-GRAPPE (Anthropologie, EHESS, IREB)
  • Didier NOURRISSON (Histoire contemporaine, Lyon1, IREB)
  • Florent QUELLIER (Histoire moderne, Université de Tours François-Rabelais)

Ce colloque international organisé conjointement par L’Équipe Alimentation (EA 6294-LÉA) de l’université de Tours François-Rabelais et par l’Institut de recherches scientifiques sur les boissons (IREB), se déroulera à Tours les 20 et 21 novembre 2014.

 

Post-doctorat – Politique de la cellule : genèse et réception de la théorie cellulaire en France et en Allemagne ca. 1800-1900

Recrutement d’un post-doctorant en histoire et philosophie des sciences du vivant

Projet ANR-DFG

« POLCELL : Politique de la cellule : genèse et réception de la théorie cellulaire

en France et en Allemagne ca. 1800-1900 »

 

 

Annonce : Dans le cadre d’un projet de recherche franco-allemand, sous l’égide de l’Agence nationale de la recherche (ANR) et de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), l’Université de Strasbourg recrute un(e) post-doctorant(e) en contrat à durée déterminée (12 mois renouvelables une fois) à compter du 1er septembre 2013. Le candidat sera titulaire d’un doctorat en histoire, philosophie ou sociologie des sciences et sera spécialisé(e) dans le domaine de l’histoire/philosophie des sciences du vivant (incluant l’histoire de la médecine). La recherche s’appuiera sur la consultation de sources publiées et non publiées disponibles à la BNUS (Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg) et aux Archives nationales de Paris. Il est aussi attendu que le candidat publie dans des revues internationales à comité de lecture, qu’il participe aux workshops organisés dans le cadre du projet tout autant qu’il collabore à la rédaction des rapports scientifiques du projet.

 

Contexte général du projet: Le projet cherche à proposer un nouveau regard sur la genèse et le développement de la théorie cellulaire au XIXe siècle. Un premier axe du projet visera à établir la généalogie des catégories centrales de la théorie cellulaire (« individu », « universalité », analogie organisme/société) entre 1800 et la publication des travaux de Schwann (1839) et ceci, dans une perspective franco-allemande. Le deuxième axe du projet sera orienté vers la réception de la théorie cellulaire en France, entre 1838 et 1900, en privilégiant deux lieux, Strasbourg et Paris, et en s’intéressant aux interactions entre différents champs de savoirs comme la botanique, la physiologie, la médecine et la sociologie. La question principale du projet est d’examiner de manière approfondie les nombreux enchevêtrements entre la théorie cellulaire et le contexte politique dans lequel elle évolua. Ceux-ci seront envisagés comme un processus de co-construction qui produisit, au XIXe siècle, un nouvel ordre de la nature et du politique. À partir de comparaisons transnationales et transdisciplinaires, le travail mené en collaboration par les équipes française et allemande permettra de cerner les similitudes et les divergences entre des conceptions politiques et philosophiques, des facteurs épistémologiques et des pratiques de recherche qui ont marqué la genèse et le développement de la théorie cellulaire. Enfin, la démarche comparée visera à promouvoir le dialogue entre historiens des sciences des deux pays.

 

Localisation et rémunération : Le post-doctorant sera basé à Strasbourg et sera accueilli au sein du Département d’histoire et de philosophie des sciences du vivant (DHVS), Faculté de médecine. Il sera encadré par la responsable du projet POLCELL, Marion Thomas (SAGE-DHVS) et bénéficiera de l’environnement stimulant de l’Université de Strasbourg et des facilités de recherche et matérielles qui y sont offertes. La durée du post-doctorat sera de 12 mois (renouvelable une fois) à compter du 1er septembre 2013. Le recrutement sera effectué sous forme de contrat à durée déterminée. Le montant de la rémunération brute mensuelle est de 2500 euros (financement ANR).

 

Niveau et compétences requises :

Doctorat en histoire, philosophie ou sociologie des sciences.

Une connaissance solide en histoire de la biologie et de la médecine est souhaitée.

Maîtrise de l’anglais (oral et écrit)

Capacité de rédaction d’articles scientifiques

Note importante : les sources consultées seront en français et la maîtrise de l’allemand n’est pas nécessaire.

 

Procédure de recrutement: Le dossier de candidature sera constitué des pièces suivantes :

1. une lettre de motivation

2. un CV détaillé

3. le rapport de soutenance de la thèse

4. 2 lettres de recommandation

5. 1 à 2 publications

 

Dépôt des candidatures: Les candidats devront faire parvenir leur dossier de candidature par mail ou par courrier à Marion Thomas, avant le 1er juillet 2013, à l’adresse suivante :

Université de Strasbourg

Faculté de médecine / DHVS

4, rue Kirschleger

67085 Strasbourg Cedex

France

 

Les interviews des candidats pré-sélectionnés auront lieu à Strasbourg au cours de la semaine du 15 juillet 2013.

 

Pour plus d’informations, merci de contacter  Marion Thomas à l’adresse suivante: marion.thomas@unistra.fr (ou mcmthomas@wanadoo.fr)

 

 

 

 

 

Colloque – Éducation corporelle et apprentissage culturel

Colloque – Éducation corporelle et apprentissage culturel

 

Neuvième symposium international de CORPUS groupe international d’études culturelles sur le corps

Le 9e symposium international de CORPUS groupe international d’études culturelles sur le corps aura lieu à Taipei du 24 au 26 mai prochain. Organisé avec l’académie Sinica et l’université nationale des arts de Taiwan, il rassemblera des intervenants venus d’une dizaine de pays sur le thème « Éducation du corps et apprentissage culturel ».

Friday, May 24th

9 h 00 – 10 h 30, Opening Session

International Conference Room, Taipei National University of the Arts

Chung-shiuan Chang, Vice President of the TNUA (TNUA, Taiwan)

Introduction words

  • Frédéric Duhart, General Coordinator of CORPUS (Mondragon University, Spain), CORPUS from Paris to Taipei. A Scientific Project in Action
  • Shigehisa Kuriyama (Harvard University, United States of America), Keynote speech: The Shape of the History of the Body

Coffee break

10 h 40 – 12 h 10, Session 1

Moderator: Shuenn-Der Yu (Academia Sinica, Taiwan)

  • Chi-fang Chao (Taipei National University of the Arts, Taiwan), The Suffering Dancers and the Moving/Moved Body: Narratives of Transformation of Contemporary Dancers in Taiwan
  • Yolanda van Ede (University of Amsterdam, Netherlands), Dancers in Limbo: Body Techniques and Stigmatization in Transition from Dancehall to Ballroom in Manila
  • Tzu-ting Wang (Taipei National University of the Arts, Taiwan), “Body as Culture”. As Seen through the Bodily Cultivation of Legend Lin Dance Theater

Lunch

13 h 40 – 15 h 10, Session 2a/Session 2b

  • Session 2a: International Conference Room
  • Session 2b: C302

Session 2a

Moderator: Shu-Min Huang (Academia Sinica, Taiwan)

  • Mei-ling Chien (National Chiao Tung University, Taiwan), Listening, Hearing and Learning in the Fieldwork of Night-Time Courting Custom among the Hmub in East Guizhou
  • Ksenia Gusarova (Independent scholar, Russia), Learning to See, Learning to Act: Cleanliness and Hygiene in Early-Twentieth-Century Russia
  • Hsin-Jung Liu (Tamkang University, Taiwan), Spatial Discipline on Hygiene of Body: a Short History of Space Governance at the Early Stage of Taipei after WWII.
  • Zhao-hua Ho (Fu Jen Catholic University, Taiwan), It Is Not Heavy; It Is Light on My Feet – Shidong Miao Silver Clothes and Value

Session 2b

Moderator: Hsun Chang (Academia Sinica, Taiwan)

  • Jesús Ilundáin-Agurruza (Linfield College, United States of America), Kiai! The Body in Philosophy of Sport through the Eyes of Japanese Philosophy – A Critical Overview
  • Liang Ting (National Taiwan University, Taiwan), The Taoist Body and Namelessness in the Lao Tzu
  • Jow-jiun Gong (Tainan National University of the Arts, Taiwan), The Hands of Pao-Din the Chef: Self-Cultivation, Subjectivation and Bio-Politics
  • Chun Felix Huang (National Taiwan Ocean University, Taiwan), Dynamic Meditation and Mysticism – Osho’s Techniques of Cultivation as the Focus of Discussion

coffee break

15 h 30 – 17 h 00, Session 3a/Session 3b

  • Session 3a: International Conference Room
  • Session 3b: C302

Session 3a

Moderator: Frédéric Duhart (Mondragon University, Spain)

  • Marc L. Moskowitz (University of South Carolina, United States of America), Becoming Men: Weiqi, Children’s Training, and Disciplinary Structures in Contemporary China
  • Marie Potapushkina-Delfosse (University of Maine, France), Enhancing Memory through Gesture in Primary School Foreign Language Instruction
  • Hsueh-cheng Yen (National Taiwan University, Taiwan), Beyond Taste Relativism: How Tea Competition is Possible

Session 3b

Moderator: Mei-ling Chien (National Chiao Tung University, Taiwan)

  • Chien-yu Lin (Taipei National University of the Arts, Taiwan), A Preliminary Study of LMA Applying to Early Intervention of Autism
  • Yi-jia Tsai (Fu Jen Catholic University, Taiwan), Spirit Medium’s Body and Carpenter’s Saw: Meditations on Interpenetration of Body and Tool
  • Shu-jung Lin (National Tsing Hua University, Taiwan), From Self-Cultivation to Mental Disorder: Body and Illness Experiences of Psychiatric Patients in Taiwan.
  • José Luis Grosso (National University of Catamarca, Argentina), Oblivion Saves Other Histories in Bodies. Post-Colonial Semiopraxis, Denegation Politics and Cultural Learning

Saturday, May 25th

9 h 00 – 10 h 30, Session 4

International Conference Room, Taipei National University of the Arts

Moderator: Salomé Deboos (University of Strasbourg, France)

  • Sara K. Schneider (National Louis University, United States of America), Yoga as the Practice of Freedom: Bodily Cultivation in an Inmate-Directed Prison Yoga Community
  • Tarik Mesli (University of South-Toulon /University of Nice-Sophia Antipolis, France), Embodiment Concept of Mastery into “shugyō” Being an Ascetic practice Aiming Civilization Process of Ninjutsu Understood as Nindō
  • Bruno Beljak (University of Zagreb, Croatia), Life Long Study: My Journey towards Xing Yi Quan (Form-intention boxing)
  • Shae Zukiwsky (York University, Canada), Resistance: in Practice, in Process, and as Metaphor

Coffee break

10 h 40-12 h 10, Session 5

International Conference Room

Moderator: Shu-jung Lin (National Tsing Hua University, Taiwan)

  • Salomé Deboos (University of Strasbourg, France) Becoming a Buddhist Monk. The Case of the Gelugpa Sect in Zanskar (Indian Himalaya)
  • Peter Kaiser (University of Bremen, Germany) Body Language, Mind flow: Sexuality in the Religion
  • Alexander Novik (Russian Academy of Sciences, Russia) Virgjëreshët – Sworn Virgins of the Northern Albanian Alps: Memory of Body

Lunch

13 h 30 – 15 h 00, Session 6

International Conference Room

Moderator: José Luis Grosso (National University of Catamarca)

  • Ya-ning Kao (National Chengchi University, Taiwan), Travel on Horseback: Zhuang Female Ritual Specialist’s Bodily Training
  • Szu-ching Chang (National Taiwan University of Physical Education and Sport, Taiwan), The Site of Remembrance: Sensational Body in Baishatun Mazu Pilgrimage
  • Bi-ming Tsai (National Taiwan University, Taiwan), When Zhuangzi Meets Tal Ben-Shahar: Zhuangzi’s Course on Happiness—And the Interrelation of Situation, Mood, and Bodily Sense
  • Alessandro Lazzarelli (National Tsing Hua University, Taiwan), Effortless Action and Spontaneity: Learning Daoist Ideals through Bodily Cultivation

Coffee break

13 h 20 – 17 h 00, Session 7

International Conference Room

Moderator: Chi-fang Chao (Taipei National University of the Arts, Taiwan)

  • Shuenn-der Yu (Academia Sinica, Taiwan), Learning to be a Tea Art Practitioner: a Self-Reflection from an Anthropological Point of View
  • Koji Sonoda (Kyoto University, Japan), Embodied Teaching in a Hunter-Gatherer Society: A Case Study of the Baka in Eastern Cameroon
  • Haruka Okui (Kyoto University, Japan), The Complex and Tacit Structures Underpinning Bodily Skills: Training for Awaji Puppet Theatre
  • Scott Writer (Monash University, Australia), “Relying on Heaven”: Sensory Learning and Non-Human Agency in Artisan Taiwanese Tea Production

Conclusion

Sunday, May 26th

Excursion to Jiufen and Convivial Debates

Contacts:

  • CORPUS General Coordinator Frédéric Duhart frederic.duhart@wanadoo.fr
  • 9th Symposium Coordinators Shuenn-Der Yu yusd5644@gate.sinica.edu.tw
  • Meiling Chien mmmchien@mail2000.com.tw
  • Yi-ting Hu corpustaiwan@gmail.com

More information about CORPUS and its activities: http://corpus.comlu.com

LIEUX

  • International Conference Room, Taipei National University of the Arts
    Taipei, Taiwan (100)

 

 

Colloque interdisciplinaire – Prendre soin de l’humain vulnérable ?

Colloque interdisciplinaire – Prendre soin de l’humain vulnérable ?

Organisé conjointe par l’EA 4686 et l’espace éthique de Bretagne Occidentale, Brest, les 3 et 4 octobre 2013.

Télécharger le programme (pdf)

Appel à communications – « Dire les maux » (littérature et maladie)

Appel à communications

19-20 décembre 2013

Colloque international à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

« Dire les maux » (littérature et maladie) / Illness and/in Literature and the Arts

EA CLIMAS-CLARE (ERCIF)

 

“Like anyone who has had an extraordinary experience I wanted to describe it . . . My initial experience of illness was a series of disconnected shocks and my first instinct was to try to bring it under control by turning it into a narrative.”

Anatole Broyard, Intoxicated by My Illness and Other Writings on Life and Death

Scroll down for English version

Pour George Canghilem, « la maladie n’est pas une variation sur la dimension de la santé ; elle est une nouvelle dimension de la vie. » Autrement dit, elle n’est pas seulement « un fait diminutif ou multiplicatif » mais « une expérience d’innovation positive du vivant », « remaniement d’un reste » et non « perte d’un avoir » (Le normal et le pathologique, 1966).

Après avoir été longtemps réservée au discours médical, depuis le début du XXe siècle, la maladie se dit de plus en plus tant dans la littérature que les arts (peinture et cinéma en particulier) — qu’elle soit physique, morale ou mentale. Même si elle reste le plus souvent perçue, vécue, comme une « catastrophe » (Pierre Zaoui, La Traversée des Catastrophes, 2010), elle n’est plus de l’ordre du secret, de la sphère privée ; au contraire, les malades (ou leurs proches) prennent la parole, les écrivains la mettent en mots, les cinéastes la montrent. Arthur W. Frank évoque « the need of ill people to tell their stories, in order to construct new maps and new perceptions of their relationship to the world (The Wounded Storyteller, 1995). Anne Hunsaker Hawkins utilise le terme « pathography » pour désigner ces autobiographies d’un genre particulier (Reconstructing Illness. Studies in Pathographies, 1993). Car ce sont souvent des récits autobiographiques, même si le narrateur n’est pas toujours le malade lui-même.

Pourtant, comme l’écrit Elaine Scarry dans son ouvrage The Body in Pain (1985) et avant elle Virginia Wolf dans son essai « On Illness » (1926), la douleur ne se laisse pas facilement appréhender par le langage : « Physical pain does not simply resist language but actively destroys it ». C’est ainsi que Nietzsche choisit d’appeler la sienne « chien » car, explique-t-il dans Le Gai Savoir, « je peux  l’apostropher et passer sur elle mes accès de mauvaise humeur ; comme d’autres font avec leur chien, leur domestique et leur femme ». Pour lui, il s’agit de reprendre le contrôle, ou du moins de tenter de le faire, par le biais d’une métaphore. D’autres utilisent des comparaisons pour dire leurs maux mais tous ont besoin des images « to externalize, objectify, and make shareable what is originally an interior and unshareable experience » (Scarry). Comme le corps parle par symptômes, qui exigent d’être décodés, le « Wounded Storyteller » (Frank) « talks around », « obliquely », et son récit impose un déchiffrage.

Proche de Canghilem, dont il a repris certains concepts, Gilles Deleuze a élaboré une philosophie dite « vitaliste » et, en regardant de près nombre de textes littéraires affectés de la même « fêlure » (dont la fameuse série « The Crack-Up » (1936) de Fitzgerald), « il a su aller vers le pire pour trouver le meilleur » (Zaoui). La santé serait-elle donc « asphyxiante », comme l’écrit Philippe Godin ? Et la littérature « une entreprise de santé » (Deleuze) ?

Autant de questions essentielles que ce colloque s’efforcera de poser et d’éclairer, en prenant en compte toutes les formes artistiques, les spécificités culturelles anglo-américaines (en particulier mais pas nécessairement) ou la notion de gender, par exemple.

Les propositions de communications (environ 300 mots), en français ou en anglais, devront être adressées pour le 10 juillet 2013 à Pascale Antolin (pascale.antolin@u-bordeaux3.fr) et Marie-Lise Paoli (ercif@u-bordeaux3.fr).

Réponse avant le 17 juillet.

Journée d’étude – Du tempérament au terrain : une histoire des théories et des pratiques des complexions

Jeudi 16 mai 2013, 10h–18h, journée d’étude, Université Paris Diderot*

 

Du tempérament au terrain : une histoire des théories et des pratiques des complexions

 

Nous aurons le plaisir d’écouter :

 

Isabelle Bohem

(Pr de linguistique et littérature grecque, Lyon 2, UMR 5189 HISOMA) :

La place de la couleur dans le traité galénique des Tempéraments.
Frank Collard
(Pr d’histoire médiévale, Université Paris Ouest Nanterre, EA 1587 Chisco) :
Empoisonnement et tempérament dans les traités des poisons de l’Occident latin.
Maaike van der Lugt
(Mcf, Université Paris Diderot. Membre junior de l’IUF) :
L’invention de la complexion radicale (vers 1150-vers 1350).
Mehrnaz Katouzian-Safadi
(CNRS, SPHERE–CHSPAM, UMR 7219 / Univ. Denis Diderot) :
Adapter le traitement au tempérament du patient chez Râzî (m. 925). Clarté et enchevêtrement des signes.
Jean-Claude Lapraz
(Médecin généraliste, praticien, enseignant) :
L’’endobiogénie, une approche intégrative clinique, biologique et thérapeutique
du terrain du sujet sain ou malade.

Marie Gaille
(CR philosophie, SPHERE, UMR 7219 / Univ. Denis Diderot) :
De la santé du corps humain à la stabilité du régime politique. L’équilibre des humeurs comme paradigme politique à la Renaissance.

 

 

Vous êtes les bienvenus.

Mehrnaz Katouzian-Safadi

 

 

http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article1100

Dans le cadre du séminaire Sciences et philosophie de l’Antiquité à l’Age classique (Centre CHSPAM) 

 

 

* SPHERE, Université Paris 7 Diderot,  bat. Condorcet, rue Elsa Morente, Paris 13e, salle 646A.

Plan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journées d’études – Naissance de la clinique de Michel Foucault : cinquante ans après

Naissance de la clinique de Michel Foucault : cinquante ans après

 

Journées d’études organisées par François Delaporte,

Frédéric Gros, Luca Paltrinieri

 

Avec le soutien de

 

Association pour le Centre Michel Foucault

Bibliothèque Interuniversitaire de Santé

CIEPFC, ENS-Ulm

Université Paris Descartes

Université de Picardie – Jules Verne

 

 

Programme

 

 

Vendredi 31 mai : « Nouveaux regards sur Naissance de la Clinique »

 

Salle des Conférences,

ENS Ulm, 46 rue d’Ulm

75005 Paris

 

Ouverture de la journée à 11h

 

Présidence : Luca Paltrinieri (ENS Ulm)

 

11.15 : Julie Cheminaud (Philosophe, Université de Paris 4)

Une esthétique de la clinique

 

11. 45 : Philippe Sabot (Professeur de philosophie, Université Lille 3)

La lumière du Raymond Roussel

 

12.15 : Discussion & déjeuner

 

 

Présidence : Fréderic Gros (Université de Paris Est – Créteil [UPEC])

 

14.00 : Arianna Sforzini (Doctorante en philosophie, UPEC)

Présences du corps

 

14.30 : Jeremy Romero (Doctorant en philosophie, UPEC)

Le jeu de la mort

 

15.00 : Discussion & pause café

 

15.30 : Emmanuel Pehau (Doctorant en philosophie, Paris VIII)

Naissance de la Clinique ou Capitale de la douleur?

 

16.00 : Ali Benmakhlouf (Professeur de philosophie, UPEC),

Le primat de la clinique

 

17.00 : Lecture-performance : Le collectif Foucault 71 lit Le corps utopique de Michel Foucault

 

Samedi 1er juin 2013 : « La médecine clinique »

 

Université Paris Descartes, Salle du Conseil

83 boulevard Saint-Germain

75006 Paris

Entrée libre

 

 

Ouverture de la journée à 9h45

 

Présidence : Bernard Devauchelle (Centre hospitalier et universitaire d’Amiens)

 

10.00 : Julie Mazaleigue-Labaste (Philosophe, Université de Picardie Jules Verne)

L’échec du rêve anatomo-clinique en psychiatrie.

 

11.00 : Emmanuel Fournier (Philosophe, professeur de physiologie à l’Université Paris VI)

« L’invisible pensée visible », Essai de déplacement du regard.

 

 

12.30 : Déjeuner

 

 

Présidence : Jean-François Braunstein (Université Paris-I)

 

14.30 : Gérard Jorland (Directeur d’étude à l’EHESS et Directeur de recherche au CNRS)

Foucault et Koyré

 

15.30 : François Delaporte (Professeur émérite de l’Université Picardie Jules Verne)

La clinique et les sources de l’histoire archéologique

 

 Contact et renseignements : l.paltrinieri@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Appel à contribution – Le travail de nuit, une contrainte physiologique et une difficulté sociale

Appel à contribution – Le travail de nuit, une contrainte physiologique et une difficulté sociale

Le travail de nuit est une nécessité socio-économique essentielle notamment dans les secteurs stratégiques à l’exemple du secteur de la santé ou de la sécurité et dont la continuité des services est primordiale. Parallèlement, le sommeil est un processus  neurophysiologique indispensable et vital pour le fonctionnement humain. La littérature scientifique selon différentes disciplines (médecine, psychologie, sociologie,…) relate les différents effets délétères surtout sur la santé mentale et la vie sociale chez le travailleur de nuit. Les efforts des chercheurs demeurent la pierre angulaire pour connaître davantage le processus du sommeil, ses perturbations neurophysiologique et psycho-clinique pour proposer les solutions d’adaptation de l’humain au travail de nuit à travers des mesures d’accompagnement pour éviter le malaise psychosocial résultant de la conciliation travail–famille.

Objectifs

  • Mise à jour de l’actualité scientifique sur le sommeil (neurophysiologie, diagnostic des perturbations du sommeil et moyens d’investigations).
  • Définir la nature des perturbations psychologiques et sociales engendrées par le travail de nuit.
  • Proposer des solutions adaptées aux situations de travail de nuit selon les différents secteurs d’activité professionnelle.

Axes du colloque

  • Axe 1 : La médecine du sommeil (neurophysiologie, explorations,….).
  • Axe 2 : Les contraintes neurophysiologiques et organisationnelles liées au travail de nuit.
  • Axe3 : La conciliation de la sphère travail-famille.
  • Axe 4 : Les stratégies de prévention pour réduire l’impact des difficultés de la conciliation travail et famille pour les travailleurs de nuit.

Modalités de soumission

Participants

Universitaires, chercheurs et praticiens spécialistes

  • en médecine ( neurophysiologie, neurologie, médecine du travail,…) ;
  • en psychologie ( psychologie clinique, psychologie du travail et organisations,..;)
  • et en sociologie (sociologie du travail, sociologie de la famille,…)

les propositions de contribution doivent comporter la problématique, les objectifs, la méthodologie, les résultats, la discussion et la conclusion.

Le résumé ne doit pas dépasser deux pages.

Calendrier

  • Date limite de l’envoi des résumés : 01-09-2013

  • Date de réponse du comité scientifique : 05-09-2013
  • Date limite de l’envoi du texte intégral : 30-09-2013

L’envoi des résumés des communications est fait principalement par e-mail à :colloquesommeil@hotmail.fr

La priorité est donnée aux études de terrains et aux communications non reproduites dans d’autres manifestations scientifiques.

La langue de participation au colloque est : arabe et français.

La prise en charge des participants communicants concernera uniquement la restauration et l’hébergement.

La prise en charge du voyage est préconisée seulement et au nombre limité pour certains experts internationaux qui animeront des conférences plénières.

Comité scientifique

  • Hachelafi Hamid (Enseignant Chercheur hospitalo-universitaire –Faculté de médecine)
  • Benhamida Hind (Enseignante chercheure en sociologie)
  • Yahiaoui  Nourelhouda (Enseignante chercheure en psychologie du travail)
  • Benchohra Fatima –Zohra (Médecin spécialiste en neurophysiologie)

Comité d’organisation

  • L’équipe de recherche PNR
  • Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle « Crasc »
  • Agence Nationale Thématique de Recherche en Sciences de la Santé « Atrss »

LIEUX

  • Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle
    Oran, Algérie (31)

CONTACTS

  • Hamid Hachelafi
    courriel : hachelafih [at] hotmail [dot] fr

Conférence – Des hôpitaux méconnus : les établissements privés en France, XIXe-XXe siècles

Nous nous permettons de vous inviter à la prochaine conférence des Mardis de l’histoire médicale, organisée dans le cadre du Département d’histoire des sciences de la vie et de la santé, et du laboratoire Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe (SAGE – UMR 7363), qui se tiendra :

 

Mardi 14 mai 2013, à 18 h 30

Les conférences ont lieu au

Département d’Histoire et de Philosophie des Sciences de la Vie et de la Santé (DHVS)

Institut d’Anatomie Pathologique, Hôpital Civil, Strasbourg

(salle 21 au 1er étage)

 

 

Olivier Faure,

Historien, professeur à l’université Jean Moulin – Lyon 3

  

Des hôpitaux méconnus : les établissements privés en France XIXe-XXe siècles

 

 

Pour toute information :

Département d’Histoire des Sciences de la Vie et de la Santé – Faculté de médecine

Université de Strasbourg

E-mail : dhvs@unistra.fr

Tél. : 03 68 85 40 78