Journée d’étude – Des nourrices aux banques de lait

Journée d’étude – Des nourrices aux banques de lait. Commerce, économies du don et échanges symboliques autour des substituts du sein maternel

Les sociétés ont de tout temps mis en place des manières spécifiques de suppléer à l’allaitement maternel afin de répondre au mieux aux besoins de l’alimentation des tout-petits. Le commerce du lait pour les nourrissons et, par conséquent, les différentes formes d’allaitement qui en découlent, s’inscrit dans des systèmes d’échange dont la portée est à la fois économique et symbolique. Il est essentiel d’en saisir la grammaire, sur le plan historique, social et anthropologique. Ce colloque a pour objectif de mieux comprendre les enjeux familiaux, socio-médicaux et identitaires que comportent ces différentes économies de l’allaitement.

Conférence publique

Mercredi 26 juin

(Uni Bastions, salle B 112)

  • 18h15 : Marie-France Morel (Société d’histoire de la naissance): « Quand le lait de la mère n’est pas destiné à son enfant : allaitements sacrés et légendaires »

Journée d’étude

Jeudi 27 juin

(Uni Dufour, salle U 408)

9h00 :    Accueil

9h15 :    Nourrices et nutrition au moyen-âge : usages sociaux et  constructions littéraires

Préside : Marie-France Morel (Société d’histoire de la naissance)

  • Rebecca Lynn Winer (Villanova University) « Maternité et rôle des nourrices chez les chrétiens et les juifs de classe aisé de Barcelone à l’époque médiévale »
  • Laetitia Tabard (Université de Genève) « Entre nature et nourriture : représentations des désirs enfantins et échange amoureux dans la poésie du XVe siècle »

Discutante : Marie-Claire Gérard-Zai (Université de Fribourg)

10h45 :  Pause

11h15 :   Mère et/ou Nourrice : figures du monde antique

Préside : Véronique Dasen (Université de Fribourg)

  • Patrizia Birchler (Université de Genève)  « La trophos en Grèce antique: nourrice, éducatrice ou dame de compagnie? »
  • Sophie Gällno (Université de Genève) « Du statut de mère au statut de nourrice de son propre enfant : allaitement et esclavage en Égypte romaine »

Discutante : Vinciane Pirenne (Université de Liège)

12h45-14h15 : Repas

14h15 :   Questionner les « substituts maternels », de l’époque moderne aux sociétés contemporaines

Préside : Irene Maffi (Université de Lausanne)

  • Cathy McClive (Université de Durham) « Le filet sous la langue: un indice de l’expertise des nourrices dans la France modern »
  • Emmanuel Betta (La Sapienza Università di Roma) « Une question ambivalente: l’Église catholique et l’allaitement »
  • Saskia Walentowitz (Institut d’Anthropologie Sociale, Université de Berne) « Ni substitut ni complément: anthropologies de l’alimentation composite des nourrissons »

Discutante : Anne Cova (Institut en Sciences Sociales de l’Univ. de Lisbonne – ICS-UL)

16h30 : Clôture

Avec le soutien :

  • Université de Genève, Maison de l’histoire
  • Faculté des lettres : Décanat ; Etudes genre ; Langues et littératures françaises et latines médiévales ; Unité d’histoire Suisse.
  • Faculté de médecine : Institut d’histoire de la médecine et de la santé
  • Institut d’histoire de la Réformation

 

  • Uni Bastions, salle B 112 | Uni Dufour, salle U 408
    Genève, Confédération Suisse
  • Philip Rieder
    courriel : Philip [dot] Rieder [at] unige [dot] ch

 

Journée d’étude – Cancer, genre et sexualités

Journée d’étude – Cancer, genre et sexualités

IVe journée d’études du groupe de jeunes chercheurs « Cancer et SHS » (Réseau santé et société)

La prochaine journée de travail du groupe « Cancer et SHS » aura lieu le 6 juin prochain à la Maison des sciences de l’homme Paris Nord et sera consacrée à l’articulation entre les thématiques « cancer », « genre » et « sexualité ». Lors de cette quatrième journée de travail, nous proposons de réfléchir aux questions relatives au genre et à la sexualité dans les recherches en sciences humaines et sociales portant sur le cancer envisagé non pas en tant qu’entité biologique mais en tant que construction sociale (Freidson, 1970). Les représentations associées aux pathologies cancéreuses ont considérablement évolué depuis la fin du XIXe siècle (Pinell, 1992) et parmi elles, la perception de leur éventuel caractère genré. En effet, dans la première moitié du XXe siècle, la relative accessibilité des cancers du sein et du col utérin (permettant aux médecins d’observer différents stades de développement de ces tumeurs) ont contribué à créer une image du cancer comme une maladie affectant principalement les femmes (Lowy, 2010). Bien qu’aujourd’hui cette image « genrée » du cancer ne soit plus d’actualité, certaines localisations cancéreuses continuent d’être considérées comme « masculines » ou « féminines » en fonction de leur localisation génitale et/ou de leur prévalence très contrastée selon le sexe.

Annonce

Argumentaire

Lors de cette quatrième journée de travail, nous proposons de réfléchir aux questions relatives au genre et à la sexualité dans les recherches en sciences humaines et sociales portant sur le cancer envisagé non pas en tant qu’entité biologique mais en tant que construction sociale (Freidson, 1970). Les représentations associées aux pathologies cancéreuses ont considérablement évolué depuis la fin du XIXe siècle (Pinell, 1992) et parmi elles, la perception de leur éventuel caractère genré. En effet, dans la première moitié du XXe siècle, la relative accessibilité des cancers du sein et du col utérin (permettant aux médecins d’observer différents stades de développement de ces tumeurs) ont contribué à créer une image du cancer comme une maladie affectant principalement les femmes (Lowy, 2010). Bien qu’aujourd’hui cette image « genrée » du cancer ne soit plus d’actualité, certaines localisations cancéreuses continuent d’être considérées comme « masculines » ou « féminines » en fonction de leur localisation génitale et/ou de leur prévalence très contrastée selon le sexe.

Dans le domaine de la recherche médicale, ces localisations apparaissent comme les plus pertinentes pour aborder les effets du cancer sur la sexualité alors que d’autres cancers, moins fréquents et/ou non directement liées au fonctionnement génital (tels que les cancers du poumon, les tumeurs du cerveau ou les leucémies) font rarement l’objet d’enquêtes portant sur cette question (Giami, Moreau et Moulin, 2007). À partir d’une perspective de genre, les recherches en sciences humaines et sociales peuvent proposer une autre approche, en dénaturalisant la différence des sexes et en mettant en lumière les différentes conceptions de la sexualité portées par les soignants et par les profanes de la médecine ainsi que la manière où elles rentrent en jeu dans la prévention, le dépistage ou la prise en charge des pathologies cancéreuses et dans l’organisation que ces activités impliquent.  Ce type d’approche permet aussi de réfléchir aux effets du genre dans la relation d’enquête, à l’intersection avec d’autres caractéristiques – tels que l’âge, la position sociale, l’appartenance ethnique – des chercheur(e)s et des enquêté(e)s (Fournier, 2006).

Lors de cette journée d’étude nous proposons de réfléchir, d’une part, à la place que ces questions occupent dans nos recherches – en tant que jeunes chercheur(e)s en sciences humaines et sociales – et aux diverses manières de les aborder selon les problématiques et disciplines ; d’autre part, d’un point de vue méthodologique, aux effets du genre sur la manière dont nous avons construit nos objets d’étude respectifs et sur la relation que nous établissons avec nos enquêté(e)s et avec les autres chercheurs.

La journée sera organisée en deux temps :

  • la matinée sera consacrée à une réflexion autour des notions de sexe, genre et sexualité à partir de quatre présentations :  d’abord, un point conceptuel sur ces notions, suivi de trois présentations de travaux portant sur les représentations de la sexualité chez des soignant(e)s engagé(e)s dans la prise en charge du cancer, d’une part et, d’autre part, sur des cancers conjugués au masculin (les tumeurs testiculaires) ou féminin (cancers du sein et du col utérin).
  • l’après-midi sera consacrée à une réflexion collective autour de trois questions : 1) comment le genre et à la sexualité sont (ou pourraient être) traitées dans nos travaux respectifs ; 2) comment analyser les effets du genre (dans son intersection avec notre âge, position sociale, appartenance ethnique, origine nationale…) dans la construction de notre objet d’étude et de notre problématique ainsi que dans la relation d’enquête et 3) quelles sont les difficultés, les doutes, les interrogations de chacun concernant ces questions.

La réussite de cette table ronde repose donc sur la participation active de chacun des participants, impliquant une préparation préalable.

Références bibliographiques citées

  • Fournier P. (2006) Le sexe et l’âge de l’ethnographe: éclairants pour l’enquêté, contraignants pour l’enquêteur, Ethnographiques.org, n°11.
  • Freidson E. (1970) Profession of Medecine, New York, Harper and Row. Trad. (1984): La profession médicale, Paris, Payot: 369 pp.
  • Giami A., Moreau E., Moulin P. (2007) Les théories de la sexualité dans le champ du cancer: les savoirs infirmiers. Revue Francophone de Psycho-Oncologie, 1 : pp. 1-5.
  • Löwy I. (2009) Preventive strikes: women, precancer, and prophylactic surgery, Baltimore, Johns Hopkins University Press: 328 pp.
  • Pinell P. (1992) Naissance d’un fléau. Histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940), Paris, Metaillé, Coll. Leçons de choses : 366 pp.

Modalités d’inscription

S’inscrire auprès du comité d’organisation avant le 17 mai 2013

Lieu de la journée

MSH Paris Nord (Salle C). 4, rue de la croix Faron, 93210 St Denis

RER B, La plaine Stade de France

Programme

9h00-9h30 Accueil des participant(e)s.

9h30-9H40 Présentation des objectifs et déroulement de la journée par les organisateurs.

  • 9h40-10h20 Introduction :« Sexe, genre et sexualité : quelques précisions conceptuelles »
    Zoé Rollin, Doctorante en Sociologie, Iris, EHESS (Paris).

PARTIE 1 : Interroger la différence des sexes et les conceptions de la sexualité dans les discours des soignant(e)s et des patient(e)s dans le domaine du cancer

Modératrice : Hélène Cléau, Docteure en sociologie, LaSA-UFC.

  • 10h20-11h « Les représentations de la sexualité chez les infirmières et les médecins engagés dans la prise en charge du cancer »
    Émilie Moreau, Doctorante en psychologie clinique de la santé,  Équipe « Genre, Santé sexuelle et reproductive » (INSERM – CESP – U1018) – Université Paris 8

11h-11h15 Pause café

  • 11h15-11h55 « Genre et sexualité dans les discours des médecins généralistes au sujet des examens de dépistage des cancers du sein et du col utérin »
    Nora Liberalotto, Docteure en Sociologie (EHESS, Paris).
  • 11h55-12h35 « Cancer, genre et sexualité au masculin. Quelques retours sur une enquête auprès d’hommes atteints d’une tumeur testiculaire »
    Clément Méric, Doctorant en Sociologie, Sophiapol/Lasco, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense.

12h30-14h Déjeuner (repas offert par le Réseau sous réserve d’inscription)

PARTIE 2 : Retour sur le recours à ces notions dans les enquêtes des jeunes chercheur(e)s en SHS portant sur l’objet « cancer »

Modératrice : Nora Liberalotto, Docteure en Sociologie (EHESS, Paris)

14h-16h  Réflexion collective « Comment les notions de sexe, genre et sexualité sont mobilisées dans les enquêtes des participant(e)s, selon les objets d’étude, les problématiques et les disciplines ? Quels sont les effets du genre dans la relation d’enquête ?

16h-16h15 Pause café

16h15-18h Vie du groupe « Cancers et SHS »

– See more at: http://calenda.org/251722#sthash.CQVpinXN.dpuf

Appel à contribution – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique

Appel à contribution – Le genre : quel défi pour la psychiatrie ? Biologie et société dans les classifications et la clinique

Les derniers débats sur le genre, à l’occasion de la nouvelle sortie de la cinquième édition du DSM, relancent des anciens débats sur l’interprétation de la maladie mentale et ses implications sur la vie des femmes et des hommes. Au carrefour de la séparation des disciplines, entre biologie et société, la psychiatrie doit faire face aux enjeux de la santé mentale, de l’éthique médicale et des politiques sanitaires. Dans ces contraintes peut-elle repenser les cadres nosologiques et la clinique à la lumière de la pensée du genre ? Ce colloque vise à explorer des issues pour un dialogue entre les différentes disciplines et les professions impliquées dans le domaine de la santé mentale à la recherche d’une nouvelle rencontre qui puisse faire état des connaissances actuelles sur le genre.

Il a été souligné à plusieurs reprises comment l’expression genre fit son apparition durant les années 1950 aux États-Unis chez les scientifiques pour pouvoir expliquer et nommer les troubles de l’identité de genre, voire de la personne transexe. Et de quelle manière cette identité de genre pouvait apparaître comme une autre manière de biologiser le sexe du corps, introduisant la distinction entre sexe psychique et physique, qui permettait en clinique de faire l’impasse sur la dichotomie entre les sexes.

En réalité la question la différence entre les sexes accompagne l’histoire de l’aliénisme en étant l’une de ses caractéristiques fondatrices au XIXe siècle. À quelque rares exceptions, il ne s’agit pas au départ d’une apologie de la domination masculine, mais plutôt d’une légitimation des différents rôles sociaux au sein de la reproduction et la tentative de construire un savoir qui veut d’abord distinguer entre symptômes psychiques et organiques. Le trouble mental de la femme, réduit le plus souvent à une dimension génésique, permet aux yeux des médecins plus facilement que celui de l’homme de signaler le dépassement des frontières entre physiologie et pathologie. C’est à travers cette ambiguïté qu’il convient d’interpréter les nombreuses tentatives de la psychiatrie de dépasser la catégorie sexe pour en utiliser une autre, celle du genre, sans pouvoir pleinement parvenir à un dépassement du biologique en tant que cadre épistémologique légitimant, en dernière instance, la différence entre les sexes dans les diagnostics et dans le traitement de la maladie mentale.

Les difficultés posées par le concept de genre dans le débat médico-psychiatrique français se montrent à nouveau lors de la dernière controverse relative à la « dysphorie de genre », concernant le diagnostic et les traitements des transidentités. La question s’impose d’autant plus sous son aspect clinique car cette catégorie devient problématique dans la légitimation d’une pratique médicale qui vise à une réassignation du sexe par l’imposition de traitements hormonaux et / ou chirurgicaux. La psychiatrie contemporaine doit désormais faire face à la réflexion développée par les sciences humaines sur la dimension fortement normative du discours scientifique de la différence des sexes, un discours traversé par une norme de santé mentale construite autour du principe de la dualité des sexes et de la nature hétéro-orientée du désir sexuel.

L’approche de type pluridisciplinaire apparaît ainsi nécessaire pour comprendre les mécanismes d’élaboration conceptuelle, d’autant que d’autres pathologies incluent cette représentation, telles que les dysfonctions sexuelles, ou encore des troubles liés à la physiologie du corps féminin, dans lesquels on peut inclure la catégorie controversée du trouble dysphorique prémenstruel, désormais incluse dans la classification du DSM 5, ainsi que les troubles de la période périnatale.

Si la prise en compte du genre est désormais un élément incontournable dans le discours théorique de la psychiatrie, il est néanmoins vrai que cette catégorie est souvent utilisée en dehors de toute perspective critique, en tant que simple paramètre relevant du fait, incontesté, de la différence entre les sexes, alors que, au contraire, la question du genre devrait mener à une interrogation radicale de toute construction biologique et hiérarchisée, impliquant une nature féminine et masculine.

Dans ce colloque il s’agira alors de comprendre en quelle mesure la psychiatrie française participe au débat international sur les classifications concernant le genre, de quelle manière elle produit un savoir autonome, et comment elle intègre les réflexions psychanalytiques. Si certains psychiatres français ont exercé une résistance vis-à-vis des principes exprimés par la classification du DSM, l’absence de bilans analysant la prise en compte effective de telles questions par les professionnels de la santé mentale, empêche une évaluation globale de l’attitude de la psychiatrie française vis-à-vis des questions du genre et des sexualités.

Il s’agira alors de faire un état de lieux sur ce dialogue entre sciences humaines, naturelles et médecine afin de évaluer le décalage existant entre la réflexion épistémologique, les critères diagnostics, la clinique et les traitements -offerts- ou imposés.

Le colloque aura lieu le 2 et 3 décembre 2013 (à confirmer), à la Faculté de médecine Paris Descartes.

Axes thématiques

Cinq axes seront privilégiés autour de la question du genre :

  • histoire ;
  • épistémologie ;
  • pratiques médicales ;
  • questions éthiques / juridiques ;
  • identité, subjectivité, altérité.

Modalités de soumission

Les propositions d’intervention (une à deux pages dans lesquelles seront explicités le contenu de l’intervention, l’objet empirique, la méthode d’enquête ainsi que quelques repères théoriques) sont à envoyer à : gendpsy@gmail.com

avant le 15 juillet 2013

Comité scientifique

Participants au projet « Défi genre » 2013 du CNRS

  •  Jean Christophe Coffin, Paris Descartes/Centre Alexandre Koyré UMR 8560
  •  Silvia Chiletti, Centre Alexandre Koyré UMR 8560, Paris
  •  Francesca Arena, Telemme, Aix Marseille Université
  •  Irène François, CHU de Dijon/Université de Bourgogne

– See more at: http://calenda.org/251792#sthash.AKrt3IBI.dpuf

Appel à contribution – La vieillesse dans tous ses états : enjeux, paradoxes et perspectives

Appel à contribution – La vieillesse dans tous ses états : enjeux, paradoxes et perspectives

Regards croisés en civilisation et littérature

The Institute for Transcultural and Transtextual Studies (IETT) is organising a multi-disciplinary conference on old age, interpreted as a transitional period during which individuals have to face specific issues. The conference aims to explore three major themes. The first one will lead us to address a series of questions related to aesthetic norms and social models. The second theme will focus on forms of mental and physical degeneration and will encourage us to examine the consequences of age-related disability, segregation, and exclusion. The third issue is based on the related questions of memory and transmission. It will allow us to reflect upon the transmission of traditions and on relationships within the family, partly based on authority, and/or on inherited collective values.

L’IETT (Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles), centre de recherche de l’Université Jean Moulin – Lyon 3, compte parmi ses axes la thématique du passage. Le présent colloque, qui se veut transdisciplinaire et ouvert à toutes les aires géographiques, entend décliner cette problématique en proposant une réflexion sur la vieillesse, ses enjeux, paradoxes et perspectives.

Dans l’une des plus célèbres tirades de l’œuvre shakespearienne, Jaques évoque les sept étapes qui, pour les Elisabéthains, se succèdent au cours de la vie d’un homme et dépeint la vieillesse comme une déchéance physique et mentale absolue, prélude au néant :

[… ] Last scene of all,
That ends this strange eventful history,
Is second childishness and mere oblivion
Sans teeth, sans eyes, sans taste, sans everything.

As You Like It. II. vii. 163-166

Le discours du personnage, qui incarne la mélancolie, est fondé sur une conception de la vieillesse largement partagée dans la culture occidentale (P. Thane, The Long History of Old Age). En effet, l’Encyclopedia Universalis décrit cette période de la vie en des termes sensiblement identiques, comme le «[d]ernier âge de la vie se traduisant par la diminution de toutes les activités» et le Grand Robert de la langue française de préciser «[d]ernière période de la vie humaine normale, qui succède à la maturité, caractérisée par un affaiblissement global des fonctions physiologiques et des facultés mentales et par des modifications atrophiques des tissus et des organes». Ces définitions liminaires donnent une vision linéaire de l’existence, la décrivent comme un enchainement continu d’étapes vers un déclin inéluctable, et suggèrent une évolution sans ascension possible vers un accomplissement de l’être humain. Néanmoins, cette conception de la vieillesse simplifie un processus qui s’avère plus complexe quel que soit l’angle d’approche scientifique choisi. Si le grand âge précède la mort dans une vie humaine conforme à la longévité moyenne d’un homme ou d’une femme dans un environnement donné et permet d’en déterminer l’aboutissement, il est en revanche beaucoup plus difficile d’en identifier le commencement et d’en caractériser le déroulement puisque le découpage entre maturité, perçue comme un passage positif du temps permettant d’atteindre une plénitude des capacités intellectuelles et un accomplissement personnel (N. Delbanco, Lastingness, The Art of Ageing), et vieillesse résulte aussi d’un construit social en évolution (H. Hazan’s Old Age: Constructions and Deconstructions). Dans quelle mesure le grand âge s’envisage-t-il comme le prolongement d’un processus, où les individus, forts de l’expérience qu’ils ont acquise, exercent leur libre arbitre et leur esprit critique avec sagesse ou encore conquièrent une totale liberté, parfois empreinte de dérision (L. Carrington, The Hearing Trumpet)? Ou bien au contraire le concept de maturité est-il condamné à disparaître au profit du culte de la jeunesse (O. Wilde, The Picture of Dorian Grey)? Dans quelle mesure l’allongement régulier de l’espérance de vie (C.H. Friedman & L.R. Martin, The Longevity Project), qui a conduit le quatrième âge à succéder au troisième âge, change-t-il la donne et pose-t-il le problème de la dégénérescence et de sa gestion?

Si le salarié de cinquante ans est d’emblée perçu comme âgé, la notion de vieillesse est donc, à l’évidence, avant tout affaire de représentations et implique des choix d’ordre idéologique, scientifique et socio-politiques (J.A. Vincent, Politics, Power and Old Age), qui s’expriment souvent sur le mode du paradoxe. A titre d’exemple, le chômeur de plus de cinquante ans est jugé inapte au travail dans l’ensemble des sociétés industrialisées, mais dans le même temps il voit l’âge de la retraite reculer. En outre les soixante-cinq ans et plus s’inscrivent dans des liens intergénérationnels complexes, qui se transforment au gré des modifications des structures sociales et familiales. Si la prédominance de la cellule nucléaire a favorisé, à partir des années soixante, leur mise à l’écart, les retraités se voient aujourd’hui assignés de nouveaux rôles en raison des évolutions démographiques, économiques, et sociologiques. Face à une population vieillissante, destinée à croître, les sociétés sont tenues de garantir des adaptations pour répondre à l’émergence d’un nouveau paysage humain, d’inventer des solutions, d’élaborer des politiques, et d’organiser de nouveaux modes de vie. Le présent colloque a pour objet d’envisager ces évolutions selon une perspective croisée, qui allie dimensions civilisationnelle et littéraire et qui s’articulera selon trois axes principaux.Le premier s’intéressera à l’image de la vieillesse, perçue tantôt comme un âge mûr prolongé presque indéfiniment, tantôt comme un état auquel il est impératif de se soustraire, à travers notamment le mythe de l’éternelle jeunesse. Il permettra d’aborder les questions de la norme esthétique, du modèle social, du jeunisme, du rôle des médias, du genre (D. Looser, Women Writers and Old Age in Britain 1750-1850; A. Blaikie, Ageing and Popular Culture)Le deuxième considérera les conséquences de la déchéance physique et mentale propre à la vieillesse. Il conduira à s’interroger sur la dépendance, la ségrégation, l’exclusion, le rejet, dont l’euthanasie constitue la forme extrême, dans tous les domaines de la société. (I. Murdock, Bruno’s DreamT. Scharf & N.C. Keating, From Exclusion to Inclusion in Old Age: A global Challenge). Le troisième envisagera le statut du vieillard comme passeur de mémoire. Il pourra s’attacher aux bouleversements des liens familiaux, et en particulier  à la question de l’autorité, mais  aussi de l’héritage des valeurs sociales, transmises ou imposées. Les tensions qui résultent des relations entre générations ne sont-elles pas l’un des principaux ressorts de la comédie en même temps qu’un révélateur majeur du fonctionnement de la société (J. Vincent, The Futures of Old Age)?

Conditions de soumission

Les propositions sont à envoyer simultanément et par messagerie informatique à:

Elles comporteront un maximum de 2500 signes.

Elles seront reçues jusqu’au 15 juillet 2013

Leur acceptation sera validée au plus tard le 31 juillet 2013.

Le colloque aura lieu à l’Université Jean Moulin – Lyon III, Centre de recherche: I.E.T.T. (EA4186), 16-17 janvier 2014

Comité scientifique

Dans un premier temps, le comité scientifique se composera de :

  • Claire Dodane, Professeur de langue et littérature japonaise
  • Geneviève Lheureux, MCF  en  littérature britannique
  • Robert Sherratt, MCF en civilisation britannique
  • Muriel Cassel-Piccot, MCF en civilisation britannique

 

Université d’été – La question de l’impureté dans les sociétés atlantiques, XIVe-XXe siècle

Université d’été – La question de l’impureté dans les sociétés atlantiques, XIVe-XXe siècle

Première Université d’été STARACO

 Du 24 au 28 juin 2013, le projet STARACO (Statuts, « race » et couleurs dans le monde atlantique de l’Antiquité à nos jours), financé par la Région Pays de la Loire, organise sa première Université d’été à Nantes, en collaboration avec le CHAM-Açores et Mondes Américains-UMR 8168, et avec le soutien du Château des Ducs de Bretagne. Trois thématiques principales structurent cette Université d’été : Conceptions et justifications de l’impureté ; Pratiques sociales et politiques face à l’impureté ; La rémanence de l’impureté des populations non-européennes.

 

Le projet STARACO (STAtuts, « RAce » et COuleurs dans le monde atlantique de l’Antiquité à nos jours), porté par le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Université de Nantes) est un projet à dimension internationale, financé par la Région Pays de la Loire. Il vise à engager une réflexion historique sur la question des différences de statuts et de couleurs, sur la construction historiques des « races » et des hiérarchies qui en ont découlé dans l’espace Atlantique.

Organisateurs

  • Antonio de Almeida Mendes (Maître de Conférences, Université de Nantes)
  • Clément Thibaud (Maître de Conférences, Université de Nantes)
  • Nicolas Terrien (Ingénieur d’Études, Université de Nantes)

Comité scientifique

  • Antonio de Almeida Mendes (CRHIA, Université de Nantes)
  • 
José Damião Rodrigues (CHAM, Université des Açores)
  • Jean-Frédéric Schaub (Mondes Américains, École des Hautes Études en Sciences Sociales)
  • Clément Thibaud (CRHIA, Université de Nantes)

Partenaires associés

CRINI (Université de Nantes), CERHIO (CNRS), CHAM (Université des Açores), Mondes Américains (EHESS), CARTE (Université de Dakar), Château des Ducs de Bretagne (Nantes), Casa de Velázquez (Madrid), CEHIS (Université Externado de Bogotá), CIRESC (EHESS), CEPAMM (Université Fédérale de Minas Gerais), LABHOI (Université Fédérale Fluminense), Ann Arbor Michigan Law (États-Unis), AIHP-GEODE (Université des Antilles et de la Guyane), Anneaux de la Mémoire (Nantes), Département d’Études Médiévales (CSIC, Barcelone), Iberconceptos (Université du Pays Basque, Espagne), CIRDIS (Université du Québec à Montréal).

Informations

Programme

Lundi 24 juin 2013

Université de Nantes – Salle de conférence de la Censive

Métissage et impureté dans les sociétés coloniales

Présidence : Michel CATALA (UNIVERSITÉ DE NANTES)

  • 9h António de ALMEIDA MENDES (UNIVERSITÉ DE NANTES), Clément THIBAUD (UNIVERSITÉ DE NANTES). Introduction
  • 9h30 Hebe MATTOS (UNIVERSITÉ FÉDÉRALE FLUMINENSE). La question de l’impureté dans les sociétés atlantiques : mémoire et histoire de Henrique Dias entre le Portugal et le Brésil
  • 10h Roquinaldo FERREIRA (UNIVERSITÉ DE VIRGINIE). L’abolition de la traite négrière et la politique raciale dans l’Atlantique Sud (XIXe siècle)

10h30 Discussion 11h Pause

  • 11h15 Jean-Paul ZUÑIGA (ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES). La couleur comme langage politique : qualité, caste et catégorie en Amérique espagnole (XVIIIe siècle)
  • 11h45 Frédérique LANGUE (ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES). « Pureté de sang » et société créole : une approximation à partir du cas vénézuélien

Pureté raciale et pratiques de pouvoir

Présidence : Pauline PERETZ (UNIVERSITÉ DE NANTES)

  • 14h30 Eldra WALKER (DOCTORANTE, UNIVERSITÉ HARVARD). Troubling Blackness : Allegorical Depictions of Blacks in 18th Century America
  • 14h45 Honoré TCHATCHOUANG (DOCTORANT, UNIVERSITÉ DE DSCHANG, CAMEROUN). Purs et impurs dans les chefferies Bamilékés : de la période précoloniale aux premiers contacts avec l’Occident

15h Commentaires par Fabrice JESNÉ (UNIVERSITÉ DE NANTES) Discussion

15h30 Pause

  • 15h45 Aurore MARTIN (ÉTUDIANTE EN MASTER, UNIVERSITÉ DE NANTES). Classe, genre et race : classifier l’humanité à travers le discours saint-simonien des années 1830 en France
  • 16h Jean-Paul LALLEMAND-STEMPAK (DOCTORANT, UNIVERSITÉ PARIS VII-DIDEROT). Race, sang et ségrégation : la polémique de la Croix-Rouge américaine (1941-1952)
  • 16h15 Caio SIMÕES DE ARAÚJO (DOCTORANT, UNIVERSITÉ D’EUROPE CENTRALE, HONGRIE). Bodies Out of Place : Integrated Cities, Racial Purity and Urban Danger in the South Atlantic (1948-1961)

16h30 Commentaires par Pauline PERETZ (UNIVERSITÉ DE NANTES) Discussion

21h – Projection au Cinématographe

Caste Criminelle (DOCUMENTAIRE DE YOLANDE ZAUBERMAN, 1989, 1H10, VOSTF)

Mardi 25 juin 2013

Université de Nantes – Salle de conférence de la Censive

La formation des catégories raciales dans l’espace atlantique

Présidence : John TOLAN (UNIVERSITÉ DE NANTES)

  • 9h Martha S. JONES (UNIVERSITÉ DU MICHIGAN). The Illogics of Race and Law in the Nineteenth Century United States
  • 9h30 Frédéric RÉGENT (UNIVERSITÉ PARIS I-PANTHÉON-SORBONNE). Blanc, de l’adjectif au substantif, de l’indéfini à la race (1606-1835)
  • 10h Max S. HERING TORRES (UNIVERSITÉ NATIONALE DE COLOMBIE). Color y pureza : entre dogma y performance

10h30 Discussion 11h Pause

  • 11h15 Jean HÉBRARD (ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES). Être femme et « libre de couleur » à Saint-Domingue durant la révolution haïtienne : une étude de cas
  • 11h45 José DAMIÃO RODRIGUES (UNIVERSITÉ DES AÇORES). La trajectoire de succès d’un nouveau-chrétien aux Açores (XVIe-XVIIe siècle)

Les Antilles, laboratoire de la race

Présidence : Éric SCHAKENBOURG (UNIVERSITÉ DE NANTES)

  • 14h30 Jessica PIERRE-LOUIS (DOCTORANTE, UNIVERSITÉ DES ANTILLES ET DE LA GUYANE). Sortir de l’impureté pour les Libres de couleur à la Martinique au XVIIIe siècle : les pratiques révélées par les registres paroissiaux pour être « assimilé » aux Blancs
  • 14h45 Pauline VERMEREN (DOCTORANTE, UNIVERSITÉ PARIS VII-DIDEROT). Positionnements épistémologiques et question de couleur en Haïti

15h Commentaires par Éric SCHNAKENBOURG (UNIVERSITÉ DE NANTES) Discussion

15h30 Pause

  • 
15h45 Sébastien NICOLAS (DOCTORANT, UNIVERSITÉ DE BORDEAUX). L’affaire Ibo Simon : de la permanence des préjugés raciaux dans la société guadeloupéenne
  • 16h Natacha GIAFFERI-DOMBRE (DOCTEUR EN ANTHROPOLOGIE, EHESS). Usages de la notion d’impureté en Haïti : les pratiques coloristes entre intime et politique

16h15 Commentaires par Alejandro E. GÓMEZ (UNIVERSITÉ PARIS III-SORBONNE NOUVELLE) Discussion.

Mercredi 26 juin 2013

Château des ducs de Bretagne – 1er étage de la tour du Fer à Cheval

Les anciens mondes, l’impureté et la race

Présidence : Philippe JOSSERAND (UNIVERSITÉ DE NANTES)

  • 9h Youna MASSET (DOCTORANTE, UNIVERSITÉ DE NANTES). La souillure du corps et de l’âme au contact de l’Autre en Catalogne (XIIIe-XIVe siècles)
  • 9h15 Farid BOUCHIBA (DOCTORANT, UNIVERSITÉ DE NANTES). Peut-on encore parler de souillure ou de l’impureté des infidèles selon le droit musulman ?

9h30 Commentaires par Philippe JOSSERAND (UNIVERSITÉ DE NANTES) Discussion

10h Pause

  • 10h15 Camille NEF (ÉTUDIANTE EN MASTER, UNIVERSITÉ DE NANTES). Pauvreté et marginalité en France au tournant du Moyen Âge et de l’époque moderne
  • 10h30 Denise ALMEIDA (ÉTUDIANTE EN MASTER, UNIVERSITÉ DES AÇORES). Privileges and status in Old Regime societies : consuls and the Azorean case (1640-1714)

10h45 Commentaires par Jérôme WILGAUX (UNIVERSITÉ DE NANTES). Discussion.

  • 11h15 — CONFÉRENCE.
 Jean-Frédéric SCHAUB (ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES, PARIS). La race comme ressource politique et comme stigmate : quelles définitions pour quelle chronologie ?

21h – Le Cinématographe

Cabeza de Vaca (FILM DE NICOLÁS ECHEVARRÍA, 1991, 1H52, VOSTF)

Jeudi 27 juin 2013

Université de Nantes – Salle de conférence de la Censive

Altérité et construction de la race

Présidence : Françoise LE JEUNE (UNIVERSITÉ DE NANTES)

  • 9h30 Fernanda OLIVAL (UNIVERSITÉ D’ÉVORA). Impureté, hiérarchie sociale et exclusion au Portugal (XVIe-XVIIIe siècles)
  • 10h Margarida MACHADO (UNIVERSITÉ DES AÇORES). Les gros marchands et leur statut dans la société de l’Ancien Régime : le cas d’une région périphérique de l’Empire portugais, les Açores

10h30 Discussion 11h Pause

  • 11h15 Elena VEZZADINI (UNIVERSITÉ DE BERGEN). Hiérarchies raciales, colonisation et histoire au Soudan colonial, 1900-1930
  • 11h45 Benard SALVAING (UNIVERSITÉ DE NANTES). Constructions historiques de la notion de « race » et hiérarchies sociales : le cas du Fouta Djalon (Guinée), XIXe-XXIe siècles

Nation, race et sang

Présidence : Alain MESSAOUDI (ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES)

  • 14h30 Adilson MOREIRA (DOCTORANT, UNIVERSITÉ HARVARD). Nation and Degeneration in Nineteenth Century Brazil : Whiteness as a Form of Social Governance
  • 14h45 Pierluigi CERVELLI (DOCTEUR EN LITTÉRATURE, UNIVERSITÉ DE ROME-LA SAPIENZA). L’abolition de la traite négrière et la politique raciale dans l’Atlantique Sud (XIXe siècle)
  • 15h00 Nicole TOPICH (DOCTORANTE, UNIVERSITÉ HARVARD). Analyzing Systems of Discrimination in the Antebellum United States through Petitions Sent to the Massachusetts Legislature

15h15 Commentaires par Françoise LE JEUNE (UNIVERSITÉ DE NANTES) Dicussion

16h Pause

  • 16h15 Mehdi GIRARD (ÉTUDIANT EN MASTER, UNIVERSITÉ DE NANTES). Les esclaves fugitifs dans les querelles luso-hispaniques à travers la correspondance du Marquis d’Avilés, Vice-roi du Rio de la Plata (1799-1801)
  • 16h30 Irène FAVIER (DOCTORANTE, UNIVERSITÉ PARIS VIII). Bagua, Pérou, 5 juin 2009 : le « syndrome du chien du jardinier » ou les soubassements socio-raciaux de la définition dominante de la nation péruvienne

16h45 Commentaires par Alain MESSAOUDI (ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES) Discussion.

Vendredi 28 juin 2013

Château des ducs de Bretagne – 1er étage de la tour du Fer à Cheval

Citoyenneté et ligne de couleur

Présidence : Yann LIGNEREUX (UNIVERSITÉ DE NANTES)

  • 9h30 Marie-Jeanne ROSSIGNOL (UNIVERSITÉ PARIS VII-DIDEROT). Impureté et mariage mixte : race, sexualité, loi et liberté en Amérique du Nord dans la période « antebellum » (1815-1860)
  • 10h Mariana CÂNDIDO (UNIVERSITÉ DE PRINCETON). Kidnapped or enslaved ? The juridical debate over slavery in Benguela
  • 10h30 Antonio de ALMEIDA MENDES (UNIVERSITÉ DE NANTES), Clément THIBAUD (UNIVERSITÉ DE NANTES)

Conclusion

11h Pause

11h15 — Conférence de clôture

  • Annick LEMPÉRIÈRE (UNIVERSITÉ PARIS I-PANTHÉON-SORBONNE). Conceptions de la diversité dans l’espace atlantique

 

  • Université de Nantes – Salle de conférence de la Censive | Château des ducs de Bretagne – 1er étage de la tour du Fer à Cheval – 1 Quai de Tourville | 4 Place Marc Elder
    Nantes, France (44)

 

Bourse – Recrutement d’un doctorant pour une thèse sur l’histoire du cancer

Bourse – Recrutement d’un doctorant pour une thèse sur l’histoire du cancer

Bourse de la région Pays de la Loire d’une durée de trois années, encadrée par l’équipe du CERHIO (UMR 6258) de l’Université du Maine (Le Mans). La thèse portera sur l’histoire de la lutte contre le cancer au XXe siècle et s’appuiera notamment sur les fonds d’archives des centre anticancéreux de Nantes et d’Angers. À une analyse à l’échelle régionale, elle est susceptible d’associer une étude à l’échelle nationale et / ou internationale des acteurs et des dispositifs de la lutte contre le cancer.

La thèse portera sur l’histoire de la lutte contre le cancer au XXe siècle et s’appuiera notamment sur les fonds d’archives des Centre anticancéreux de Nantes et d’Angers. À une analyse à l’échelle régionale, elle est susceptible d’associer une étude à l’échelle nationale et/ou internationale des acteurs et des dispositifs de la lutte contre le cancer. Les archives disponibles permettent d’envisager et de croiser plusieurs approches : une histoire des politiques publiques et des prises de décisions en matière d’équipements sanitaires, une histoire des modes de prévention (centres régionaux, associations, actions de sensibilisation, lutte contre l’exercice illégal de la médecine), une histoire de l’économie sanitaire (approvisionnement en radium, équipement des centres), une histoire de la médicalisation d’un champ (construction de la spécialité médicale, rôle des médecins généralistes), une histoire du point de vue du patient (accès au soin, parcours de soins, représentations de la maladie).

Le doctorant travaillera en étroite collaboration avec les enseignants chercheurs de l’Université du Maine (Le Mans, France) autour de la thématique de l’histoire des sciences et sera associé aux projets en cours de définition dans le cadre de l’axe « Sciences humaines et sociales » du Cancéropôle du Grand Ouest.

Conditions d’emploi et de rémunération

Début de la thèse : septembre 2013

Durée de la thèse : trois ans

Financement : 92 000 € sur trois ans, allocation régionale de thèse, Région Pays de la Loire

Profil recherché

Le candidat devra être titulaire d’un Master 2 ou équivalent en histoire, en sciences humaines et sociales (sociologie, anthropologie), en lettres ou en sciences biomédicales.

Il devra manifester un intérêt pour les approches historiennes et maîtriser la méthodologie de travail sur les sources du XXe siècle.

Une maîtrise de l’anglais est souhaitée pour les candidats francophones. Une bonne maîtrise du français (lu et parlé) est indispensable pour les candidats non francophones.

Modalités de candidature

Les candidatures (lettre de motivation, curriculum vitae détaillé, notes obtenues en Master 1 et 2) sont à envoyer à l’adresse suivante : Nathalie.richard@univ-lemans.fr

Date limite d’envoi des dossiers : 5 juillet 2013.

Modalités de sélection des candidats

1 – Examen des dossiers

2 – Entretiens des candidats retenus avec le jury (Le Mans, semaine du 8 au 12 juillet 2013).

Contacts

  • Hervé Guillemain
    courriel : herve [dot] guillemain [at] univ-lemans [dot] fr